Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 4 décembre 2012 | Mise en ligne à 10h20 | Commenter Commentaires (12)

    Les congés de maladie des fonctionnaires coûtent une fortune

    478824-parlement-ottawa

    Une étude menée par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) soutient que les cinq journées de congé annuelles supplémentaires payées aux employés du secteur public coûtent aux contribuables une véritable petite fortune. On parle d’une somme annuelle pouvant atteindre 3,5 milliards $.

    L’étude de la FCEI soutient que les employés fédéraux de la fonction publique prennent en moyenne 15,2 jours de congés par année alors que la moyenne du secteur public est de 12,9 jours.

    La FCEI rappelle que la moyenne de congés observée dans le secteur privé est de 8,2 jours par année.

    L’étude souligne que les employés du secteur public peuvent accumuler leurs congés de maladie inutilisés, et ce, même s’ils n’ont pas été malades. Placés dans une banque, ces congés peuvent par la suite servir à prendre une retraite anticipée ou à s’en faire verser une partie en argent. On parle ici de mois de congés accumulés de cette façon.

    La FCEI estime que ces congés de maladie non utilisés ne doivent plus être accumulés tout en étant harmonisés avec ceux du secteur privé.

    Qu’en pensez-vous ?


    • Bah quel est le problème, c’est très bien comme ça! Par contre ce qu’il faudrait c’est un meilleur contrôle de l’utilisation de ces journées. Il y en a plusieurs qui considère et utilisent les journée maladies comme un congé ordinaire, souvent en les ajoutant avant ou après un jour férié pour se faire une longue fin de semaine. Demander des certificats du médecin pour chaque absence serait déjà un début… En cas de doute on fait examiner l’employé par un médecin désigné par l’employeur.

      Quant au fait de les accumuler, c’est une bonne chose si jamais il vous arrive un malheur (accident de la route par exemple) et que vous avez plusieurs semaines à récupérer.

      Les faire verser en argent c’est faux, cela dépend des ententes mais la plupart ne redonnent pas d’argent et c’est justement pourquoi plusieurs vont se faire prescrire une petite dépression ou burn-out 6 à 8 mois avant la retraite… Une manière d’éviter les fonctionnaires qui abusent des congés maladie en fin de carrière serait d’offrir de payer les congés non utilisés à la hauteur de 50% ce qui est raisonnable et découragerait ce genre de pratique tout en faisant faire des économies.

    • C’est ça ou les gens s’inventent des maladies genre des grippes d’hommes.

    • Les pauvres fonctionnaires fédéraux sont deux fois plus malades que dans le secteur privé. C’est sûrement dû au surmenage. On devrait leur offrir un bonus s’ils prennent plus de congés de maladie.

    • Vous oubliez de dire qu’une partie des congés maladie est pris sur le salaire annuel des employés. Accumuler les congés peut être discutable. Par contre, l’employé au privé peut se les faire payer à la fin de l’année fiscale tandis qu’au public on ne peut pas.

    • S’il y a tant de jaloux, ils n’ont qu’à appliquer pour travailler dans la fonction publique. Certes, les avantages sont intéressants. Cependant, lorsqu’ils apprendront qu’en moyenne on fait de 10 000 $ à 20 000 $ de moins par année pour le même genre de travail, ils resteront probablement au privé.

    • J’en pense que vous êtes donc ben méchant monsieur Couture de vous en prendre à nos braves soldats de la fonction publique. Qu’est ce qu’ils ont fait pour mériter ça ? Rien, justement…

    • C’est une abbération. Mes connaissances travaillant pour le public sont perpétuellement en vacances en utilisant soit: leurs vacances (1 à 2 semaines de plus annuellement que le privé), leurs congés de maladies (qu’un employé du privé ne peut pas cumuler ni se faire payer), leurs congés fériés (saviez-vous que le personnel administratif des hôpitaux ont un congé payé pour la St-Valentin? Pire, ils peuvent le “déplacer” pour le mettre un vendredi ou un lundi)…

      Mes connaissances ne gagnent PAS un salaire moindre que les employés du public. Mes connaissances qui effectuent un travail similaire au mien gagnent autant d’argent que moi PLUS ils ont un fond de pension, PLUS ils ont davantage de vacances que moi, PLUS ils ont davantage de congés fériés que moi, PLUS ils peuvent cumuler leurs journées de maladies. Si l’enfant d’une de mes connaissances travaillant au public est malade, elles prennent congé PAYÉ en utilisant leurs vacances. Moi, pauvre employé du public, je dois prendre un congé sans solde.

      Alors oui, il est grand temps que ces mesures ridicules soient abolies. Il n’y a pas de raison, dans une année de cumuler des congés de maladies! Tu les prends au besoin, pas pour prendre des vacances!

    • 90 % des congés de maladie sont non fondés. Demandez à n’importe quel docteur.

    • Les médias se font une joie d’analyser chaque petit bout de la rémunération de tel ou tel groupe par rapport à tel autre. Et cet exercice est faux. On ne peut pas comparer la fonction publique à toutes les compagnies privées, puisqu’il y a des PME dans le lot. C’est évident qu’une PME n’offre pas les mêmes conditions qu’une grande banque ou que la fonction publique, mais elle offre d’autres avantages pour ses employés. Deuxièmement, on ne peut pas comparer LA fonction publique, puisqu’il y a DES fonctions publiques. Travailler au fédéral est très différents que de travailler pour les commissions scolaires ou pour les villes.
      Enfin, il y a une mode actuellement, on prend un bout de la rémunération d’une groupe et on le compare. Par exemple, le fonds de pension : on le compare à l’ensemble de la population. La rémunération doit être analysée globalement. Le traitement salarial à l’heure, plus les cotisations de l’employeur au fonds de pension, plus la partie de l’employeur aux assurances collectives, plus les congés de maladie.
      Les études sérieuses dans ce domaine concluent que les employés des villes et d’Hydro sont généralement un peu au-dessus des conditions dans des entreprises équivalentes privée, que la fonction publique fédérale aussi, mais que la fonction publique québécoise et les parapubliques (commissions scolaires, etc.) sont un peu en-dessous. Lors d’une négociation de convention collective, c’est souvent l’employeur qui donne une journée de congé de maladie pour éviter des millions $ de plus en salaire, c’est un bon deal pour eux.
      Au final, c’est à l’individu de faire ses choix de carrières

    • Encore une supposée «étude» analysant un élément isolé des dépenses de l’État. Qu’entend-on par congés de maladie ? La maladie d’une personne seule ? La maladie du conjoint ? La maladie des enfants ? La visite chez le dentiste ? Avoir un certificat de médecin pour chaque absence… Absolument ridicule, car il faut en moyenne un mois pour obtenir un rendez-vous, et l’État va payer une visite chez le médecin en plus ! SVP, arrêtez de chercher des poux où il n’y en a pas !

    • @ holosan: Merci pour ces précisions importantes et pertinentes.

    • Encore une étude biaisée pleine de mensonges commandée par estime la FCEI. Ayant moi-meme travaillé pour la fonction publique, je veux remettre les pendules à l’heure, les congés accumulés ne sont absolument pas remboursables en aucun cas lorsque les employés prennent leurs retraites. Les fonctionnaires ne peuvent pas non plus prendre en bloc les congés accumulées avant de prendre leur retraire. Ce sont des faussetés, des mensonges et des erreurs biaisées par la FCEI et commentée par sa représentante au Québec, Martine Hébert. Les entreprises sont excessivement avantagées au Canada. Elles bénéficient d’allègements fiscaux excessivement onéreux depuis que le beau gouvernement PC est au pouvoir. Les entreprises bénéficient aussi beaucoup d’avantages au niveau provincial en matières d’aides et d’allègements fiscaux, subventions biaisées de toutes sortes.

      http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/03/competitivite-fiscale-canada_n_2231153.html

      Pour en revenir aux congés de maladie des fonctionnaires fédéraux, il faut un billet signé par un médecin pour s’absenter pour plus de 3 journées consécutives. Le seul cas où les employés peuvent bénéficier de congés accumulées au cours des années, sont les cas ou un employé tombe malade et doit s’absenter du travail pour une période prolongée. J’en ai connu des collègues qui ont dû s’absenter pour cause de cancer et je peux vous dire que les congés servent à quelque chose. Pour les employés qui n’ont pas de congés accumulés, alors il doit faire comme tout le monde et avoir recours à des prestations de maladie de l’assurance-emploi.
      J’aimerais que l’on blogue aussi là dessus M. Couture

      http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/03/competitivite-fiscale-canada_n_2231153.html

      http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201212/04/01-4600421-bmo-financements-daffaires-records-au-quebec.php

      Actuellement, au Québec, le taux d’imposition des sociétés est de 28,4 % et est l’un des plus bas en Amérique du Nord. Ce taux atteindra 26,9 % en 2012. Pendant que l’on réduit les impôts des grandes entreprises, la facture d’impôts de la famille canadienne moyenne a augmenté de 1624 % depuis 1961. À titre de comparaison pour la même période, les dépenses liées au logement ont augmenté de 1198 %, à la nourriture de 559 % et aux vêtements de 526 %. Actuellement, la classe moyenne est imposée de 42 % (Qc + Canada) pour la tranche relative de 40-80 000$. Par ailleurs, il est à noter que les entreprises contribuent seulement à 21% des revenus de l’État alors que les contribuables assument 79% de la facture.

      La taxe sur le capital a été réduite progressivement sous le gouvernement de Jean Charest, à partir de 2007, pour être abolie en 2011, alors que les 6 banques qui opèrent au Québec ont fait 25 milliards $ de profit l’an dernier.

      En 2011, le PLQ accorde 3,6 milliards $ d’allègements fiscaux aux entreprises. Entre 2002 et 2008, Québec consentait aux minières des avantages fiscaux de 624 millions $. Rappelons qu’au cours des dernières années, le Québec a figuré en tête du classement mondial établi par les dirigeants de l’industrie minière comme l’endroit le plus favorable aux compagnies, selon une enquête de l’Institut Fraser. Le Rapport du vérificateur général a d’ailleurs révélé que le Québec versait plus en subventions et en allègements fiscaux aux entreprises minières qu’il n’en retirait en redevances. En avril 2009, le rapport du vérificateur était dévastateur sur la question des redevances minières au Québec. Alors que le secteur minier connaissait un essor important, avec plus de 17 milliards $ produits entre 2002 et 2008, le Québec n’a récupéré qu’un maigre 259 millions en droits miniers. Moins de 1,5% de la valeur brute produite.

      Moi, j’aimerais qu’on discute de ces «morons» et qu’on arrête de taper sur les pauvres travailleurs Madame Hébert, M. Couture. Arrêtons la convergence des médias!!!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « avr    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité