Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 9 novembre 2012 | Mise en ligne à 9h46 | Commenter Un commentaire

    Dutton devait quitter RONA

    53615-robert-dutton

    Ce n’était qu’une question de temps. Le départ du grand patron Robert Dutton chez le quincaillier RONA était dans l’air depuis quelques mois.

    En septembre dernier, un analyste financier confiait d’ailleurs au Soleil sous le couvert de l’anonymat que d’importants changements auraient lieu au sein de la direction de RONA prochainement. «Il va y avoir des départs, c’est certain. Est-ce que le pdg Robert Dutton est encore la bonne personne pour diriger RONA ? On verra bien», m’avait-il lancé.

    La tentative avortée du géant américain Lowe’s pour acheter RONA est au cœur de ce départ.

    Il faut dire que le titre de RONA est déprimé depuis un certain temps sur les marchés (9,35 $ à la fermeture hier).

    Outre ses sommet atteints en 2007 (22 $) et en avril 2010 (17 $), l’action de RONA a vivoté plusieurs mois sous la barre psychologique des 10 $ avant que Lowe’s ne fasse connaître son offre d’achat à la fin du mois de juillet. Le titre a alors flirté avec les 14,50 $. Lowe’s offrait justement 14,50 $ pour chaque action de RONA en circulation.

    Depuis deux ans, la direction de RONA a surtout peiné à livrer de bons résultats à ses actionnaires en raison notamment la féroce concurrence dans le secteur de la quincaillerie.

    D’après l’analyste Wayne Hood chez BMO Marchés des capitaux, RONA s’est avérée une entreprise très «marginale» au niveau de sa rentabilité au cours des cinq dernières années, voire sous-performante alors que le secteur immobilier (construction et rénovation) a très bien fait au Canada.

    Autrement dit, selon l’analyste, RONA aurait pu faire beaucoup mieux dans le secteur de la quincaillerie où elle n’est plus seule en raison de l’arrivée de féroces compétiteurs. Son titre aussi déprimé a ainsi rendu RONA très vulnérable.

    Lowe’s pourrait renchérir

    Et que pourrait bien faire Lowe’s qui vient d’abandonner sa deuxième offre d’achat amicale sur RONA ? Elle pourrait aussi bien revenir à la charge en présentant cette fois-ci une offre hostile, pense l’analyste chez Valeurs mobilières Desjardins, Keith Howlett.

    L’analyste de Desjardins fait valoir que RONA demeure un cible stratégique pour Lowe’s qui ne détient que 31 magasins grande surfaces au Canada.

    Au pays, RONA détient près de 20 % des parts de marché dans la rénovation-quincaillerie avec ses quelque 800 points de vente. Canadian Tire, Home Depot et Lowe’s revendiquent des parts combinées de 27 %. Le reste du terrain (près de 53 %) appartient à des petits marchands indépendants.


    • En effet, il était temps que Robert Dutton quitte. Il était devenu un has been et un poids inutile pour Rona qui a cessé depuis longtemps d’innover et de créer de la valeur pour les actionnaires. Monsieur Dutton était bien assis sur ses réalisations passées.

      Du sang neuf sera le bienvenu à tous égards. Et puisque selon au moins un analyste, Keith Howlett, un changement de garde semble ouvrir la porte à Lowe’s pour une OPA hostile, je vais peut-être m’offrir quelques centaines d’actions.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité