Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 6 novembre 2012 | Mise en ligne à 9h52 | Commenter Commentaires (4)

    L’immobilier tiendra-t-il le coup en 2013 ?

    images-2

    Un peu partout au pays, le secteur de l’immobilier s’essouffle.

    Or, les prix des maisons devraient se maintenir, même augmenter, soutient la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) dans ses prévisions publiées hier.

    À Québec, le prix des maisons devrait s’apprécier de 3,8 % l’an prochain pour atteindre 270 000 $. À Montréal, on parle d’un prix moyen de vente l’an prochain de 333 000 $, en hausse de 1,8 %.

    Certains analystes financiers croient que ce n’est plus le bon moment d’investir dans l’immobilier résidentiel au Canada. À Montréal, le prix des maisons serait maintenant cinq fois plus élevé que le revenu familial moyen brut. Ce ratio est de quatre à Québec et de trois aux États-Unis.

    Malgré tout, les promoteurs continuent de «lever» des projets. Plus de 6000 mises en chantiers à Québec (dont 2300 condos) et plus de 20 000 à Montréal (12 000 condos) sont attendues cette année.

    À Québec, on compte en ce moment plus de 700 copropriétés terminées et toujours non vendues sur le marché alors que 1663 autres condos sont en construction.

    La SCHL s’attend d’ailleurs à ce que beaucoup de promoteurs ralentissement le rythme l’an prochain.

    Avec une hausse possible des taux d’intérêt quelque part en 2014, croyez-vous à une baisse des prix des maisons ?


    • Selon moi il est possible que les prix baissent sans même une hausse des taux d’intérêts avec les nouvelles règles sur les hypothèques. Avec une remontée des taux d’intérêts, il est certain que les prix vont baisser. Ce sont justement ces faibles taux qui ont fait gonfler la bulle immobilière, entre autres facteurs.

    • Ça va péter à raison pour les taux d’intérêts. C’est ça qui a fait que l’immobilier est devenu un investissement plutôt qu’un achat au détriment des autres formes d’investissements qui, vu les faibles taux d’intérêts, n’étaient pas intéressants. Ça et le crédit facile.

    • Bonne question. En temps de menace de crise économique, les villes ne devraient pas faire gonfler artificiellement le prix de l’immobilier en haussant les évaluations. La chute du prix des maisons est l’une des raisons de la crise qui a commencé en 2008 aux EU.
      Si la crise finit par nous rattraper, ce gonflement artificiel ne fera que l’aggraver (ou la provoquer). Vous avez une maison qui vaut moins cher que ce qu’elle vous a coûté, vous perdez éventuellement votre emploi, vous vendez votre maison en restant pourtant endetté parce que vous la vendez moins cher que ce qu’elle vous a coûté, les loyers des appartements restent très élevés, l’inflation continue de faire montrer tous les prix, d’autres gens doivent vendre leur maison à perte, des commerces ferment, etc. etc.
      L’urgence actuelle: financer les villes et l’Etat à partir de redevances imposées aux très nombreuses minières qui exploitent nos ressources sans en payer aucune. Ces compagnies ne se sauveront pas du Québec, les ressources sont ici et elles font déjà des milliards de profits, qui resteront élevés même si le prix des matières premières est variable. Il est impossible que la demande pour ce type de ressources baisse pendant bien longtemps au rythme où va le “développement” de la planète, et c’est une réelle urgence que de trouver des façons de financer les villes qui sont moins dangereuses que l’absurde hausse des évaluations foncières ou des taxes de la classe moyenne.
      Il faut penser en termes de menace de crise économique.

    • Toutes les bulles finissent toujours par péter !
      Je me rapelle avoir déjà payé 11,5% d’intérêt sur une hypothèque de condo à Montréal.
      Ce chiffre de 11,5 % (une abomination aujourd’hui) peut très bien refaire surface dans un avenir plus ou moins lointain ! Avec les conséquences funestres que ça aurait ! Tous ont bricolé leurs budgets en fonction des taux d’intérêt actuels ; Bonjour le bordel !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité