Pierre Couture

Mardi 1 avril 2014 | Mise en ligne à 9h38 | Commenter Commentaires (31)

Retour des Expos : Montréal a-t-elle des chances ?

grab-420x300

Le retour du baseball majeur à Montréal est-il envisageable ? Une étude publiée ce matin par le Conference Board (Power Play : The Business Economics of Pro Sports) indique que l’attente pourrait être longue pour les amateurs de baseball de la métropole.

Selon les économistes Mario Lefebvre et Glen Hodgson, l’investissement pour ramener le baseball majeur à Montréal devrait s’élever à au moins un milliard $.

Or, dans le contexte actuel, c’est surtout la structure financière du baseball majeur nord-américain entre les différentes franchises (notamment par la masse salariale annuelle des joueurs) qui désavantage les petits marchés comme Montréal, soutiennent les auteurs.

L’an dernier, la masse salariale des Yankees de New York a atteint les 237 millions $US. Un record du baseball majeur. À l’inverse, celle des vaillants Astros de Houston s’est élevée à seulement 29,3 millions $.

«À moins que ne se présente un propriétaire extrêmement riche, prêt à perdre de l’argent à certains moments, nous craignons que le baseball ne fasse pas un retour dans la deuxième ville en importance au Canada avant un certain temps», estime l’économiste Mario Lefebvre.

L’an dernier, la valeur moyenne d’une équipe de baseball majeur a progressé de 23 % pour atteindre 744 millions $US, selon la magazine financier Forbes.

À New York, les Yankees de New York valent maintenant 2,3 milliards $US.

Qu’en pensez-vous ?

Lire les commentaires (31)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 20 mars 2014 | Mise en ligne à 9h45 | Commenter Commentaires (21)

Une monnaie pour le Québec ?

9dd43b20040416135051823

Si un jour il accède à l’indépendance, le Québec serait beaucoup mieux servi par sa propre monnaie, soutiennent les économistes David Madani et Paul Ashworth de Capital Economics dans une note de recherche.

Selon ces derniers, le Québec aurait tout à gagner à plus long terme à imprimer son propre dollar, notamment pour faire contrepoids au huard canadien poussé par les économies de l’Ouest et leur pétrole.

Plus tôt en campagne électorale, la chef du Parti québécois (PQ), Pauline Marois, a dit qu’un Québec souverain conserverait le dollar canadien à condition d’avoir un siège à la Banque du Canada.

Un dollar québécois serait invariablement déprécié face au huard et au billet vert. Or, cette situation profiterait aux exportateurs québécois et à l’économie du Québec davantage axée sur le secteur manufacturier.

Les économistes Madani et Ashworth croient qu’avec un dollar plus faible, les taux d’intérêt seraient également plus bas au Québec.

La décision d’adopter une nouvelle monnaie pourrait toutefois avoir des conséquences désastreuses pour l’économie québécoise, rappellent les auteurs. On pourrait alors assister à un exode des capitaux alors que le remboursement de la dette publique au Canada sera plus coûteuse en raison de la faiblesse du dollar québécois.

Qu’en pensez-vous ?

Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article

 

Lundi 17 mars 2014 | Mise en ligne à 11h44 | Commenter Un commentaire

Un marché immobilier au neutre ?

801455-ventes-maisons-devraient-progresser-2

L’immobilier va continuer de tourner au ralenti au cours des deux prochaines années au Québec, prévient l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Dans ses prévisions publiées ce matin, l’ACI soutient que 72 750 résidences vont changer de main cette année, en hausse de 2,1 % par rapport à 2013.

L’an dernier, le nombre de transactions immobilières a chuté de 8 % au Québec alors que 71 246 ventes ont été enregistrées en sol québécois.

Pour 2015, l’ACI ne s’attend pas à une envolée du marché avec 73 500 transactions prévues, en hausse de 1 %.

Le prix moyen d’une résidence au Québec devrait également stagner au cours des prochaines années, toujours d’après l’ACI. Le prix moyen devrait progresser de 0,9 % cette année, à 270 200 $, et de 0,4 % en 2015, à 271 200 $.

Pour le pays, l’ACI anticipe une hausse moyenne de prix des maisons de 3,8 % cette année, à 397 000 $. Et de 1,1 % en 2015, à 401 400 $.

Cette année, la hausse des prix des maisons au Canada émanera principalement de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et de l’Ontario.

Qu’en pensez-vous ?

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité