Le blogue de François Cardinal

Archive de la catégorie ‘Arrondissements’

820432-quebecor-quebecor-media-affichage-forte

Je n’aime pas particulièrement les nouveaux abribus de Québecor.

Je trouve que leur design manque de finesse.

Je n’aime pas avoir à bouger dans tous les sens pour profiter des infos en temps réel.

Je trouve que les publicités sur les côtés sont quelque peu imposantes.

Et pourtant, je vois d’un mauvais œil la décision de l’administration Ferrandez de les refuser sur son territoire…

Je n’ai pas de problème avec la résistance qu’offre souvent le Plateau, remarquez. Je vois même ça positivement, habituellement, lorsque le maire Ferrandez et son équipe prennent des décisions qui consolident la singularité de ce quartier central.

Les arrondissements sont là pour refléter les désirs des populations locales sur des enjeux précis de proximité. C’est ce qui a permis au Plateau de protéger un espace vert sauvage comme le Champ des Possibles, de parsemer son territoire de pianos publics et d’offrir des autos électriques en libre-service.

Autant de décisions qui renforcent la mosaïque qu’est Montréal, une ville aux mille visages qu’il ne faut pas brimer par une approche centralisatrice qui impose à tous les mêmes règles, les mêmes obligations, les mêmes éléments du mobilier urbain.

On peut bien centraliser les appels d’offres, le déneigement, les cours de voirie, l’embauche des cols bleus. Mais il est important que les arrondissements puissent continuer à miser sur leurs particularités en nommant leur directeur, en s’occupant des rues locales, en appliquant la réglementation d’urbanisme.

Par contre, il faut distinguer deux choses : les décisions qui n’ont d’impact qu’à l’intérieur de l’arrondissement et les décisions qui ont un impact à l’extérieur de l’arrondissement et peuvent ainsi porter préjudice à l’ensemble de la ville.

Le Plateau n’est pas encore séparé de Montréal, à ce que je sache, et donc elle a un devoir de solidarité.

Ce qui nous ramène à la décision unilatérale de refuser dix abribus à affichage numérique. C’est tout à fait légal, car le domaine public est du ressort de l’arrondissement, mais on ne peut ignorer que les nouveaux abribus font partie d’une stratégie plus vaste visant à augmenter les revenus autonomes de la STM.

Or ces revenus autonomes sont très importants pour éviter de nouvelles hausses, plus brutales que les précédentes, des tarifs du transport en commun. On peut donc difficilement être contre les hausses de tarifs ET contre les abribus, sans proposer de solutions alternatives.

Le Plateau a donc beau avoir le droit de dire non aux abribus, il a le devoir de participer comme les autres au financement du transport en commun en réservant à la STM une portion de son territoire. Même si cela va à l’encontre de sa politique contre l’affichage commercial.

Plate de même.

Et vous, vous en pensez quoi de la décision du Plateau?

Lire les commentaires (58)  |  Commenter cet article






Jeudi 8 mai 2014 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (88)

De la lumière au bout du viaduc pour les cyclistes!

Donnons ça, au maire Coderre : avec lui, ça y va par là.

Il a annoncé tout à l’heure une série de mesures pour réduire l’insécurité des «tunnels de la mort» qui passent sous le chemin du fer du CP au coeur des quartiers centraux. Une réaction rapide qui montre à quel point il est capable de bouger vite quand il s’y met.

En fait, l’enjeu des viaducs est peut-être le meilleur exemple à date de ce qui fait sa force et de ce qui le distingue de son prédécesseur, Gérald Tremblay, qui a brillé par son laxisme en général, dans ce dossier en particulier.

À court terme, d’ici la fin du mois, la Ville entend déployer quatre mesures temporaires dans les viaducs des axes Saint-Denis, Papineau, De Lorimier et Saint-Joseph/Iberville :

- Autoriser la circulation des cyclistes sur les trottoirs,

- installer une signalisation invitant les piétons et cyclistes à partager le trottoir,

- interdire la circulation des camions dans la voie de droite,

- installer des afficheurs de vitesse et abaisser la limite de vitesse «si requis».

Pas sorcier. Et bien franchement, je ne vois pas ce qu’on aurait pu faire de plus en un si court laps de temps.

Parallèlement, la Ville fera deux choses. Elle mettra «tout en œuvre» pour conclure des ententes avec le récalcitrant CP en vue d’aménager pas moins de six passages à niveau pour piétons et cyclistes, à proximité des viaducs problématiques.

Et elle analysera avec les arrondissements les différentes mesures possibles à plus long terme pour «rendre plus sécuritaires les transports actifs sous les passages inférieurs». Un dossier à suivre, donc, avant de se réjouir sur le temps long…

Mais sur le temps court, ne boudons pas notre satisfaction : le maire a agi comme il le fallait, dans les temps qu’il fallait… exactement ce que son prédécesseur a été incapable de faire dans ce dossier.

***

Les «tunnels de la mort» ne sont pas nés il y a dix jours. Ils constituent un problème depuis longtemps. Et pourtant, quand Projet Montréal a pris le pouvoir sur le Plateau, en 2009, il s’est vite aperçu qu’Union Montréal n’avait rien fait.

Les citoyens et travailleurs du secteur industriel du Mile-End (non loin du métro Rosemont) ont eu beau se plaindre pendant des années du viaduc et de la barrière en clôture Frost érigée (et constamment réparée) par le CP, la Ville n’avait jamais cru bon lâcher un coup de fil à la compagnie ferroviaire.

Il a donc fallu que l’équipe de Projet Montréal pousse dans le dos de la ville-centre pour qu’un dialogue s’ouvre enfin entre Montréal et le CP. Un dialogue qui a semblé prometteur un temps, mais qui n’a finalement rien donné. Au point où l’Office du Transport du Canada a dû ordonner au CP de s’asseoir avec la Ville et les arrondissements, ce qu’ils feront à la fin du mois.

Le même genre de pressions de l’équipe locale de Projet Montréal, cette fois dans Rosemont, a aussi été nécessaire pour que la ville-centre accepte finalement de verser les sommes nécessaires, l’an dernier, à la réfection du très achalandé viaduc Saint-Laurent. Un réaménagement ambitieux qui retranchera une voie de circulation pour la donner aux cyclistes (voir la vidéo ci-dessus).

Cela dit, le dossier plus large des «tunnels de la mort» n’est pas encore réglé, contrairement au viaduc Saint-Laurent, où les travaux sont en cours.

N’empêche que Projet Montréal a fait son travail, comme Denis Coderre fait son travail aujourd’hui. Un travail à relais qui permet aujourd’hui aux cyclistes de voir de la lumière au bout des viaducs…

Lire les commentaires (88)  |  Commenter cet article






Samedi 26 avril 2014 | Mise en ligne à 9h07 | Commenter Commentaires (101)

Voici à quoi ressemblera Montréal en 2024…

mtl

J’ai fait mes boîtes hier et quitté mon bureau de l’édito pour prendre le chemin de la salle de rédaction. C’est là que travaillent les chroniqueurs, ce que je ferai dorénavant.

Je prends quelques jours de congé, histoire de faire la transition entre les deux postes, mais non sans vous donner un avant-goût de ce que la latitude gagnée avec mes nouvelles fonctions me permettra de faire (je vous explique la différence plus en détails dans les prochains jours, promis).

Il s’agit d’une participation au dossier «Votre vie dans 10 ans», publié aujourd’hui dans La Presse+, la version tablette du journal, dans laquelle je me ferme les yeux et imagine (avec un sourire en coin, c’est de la pure fiction, évidemment) ce que sera Montréal, Laval et Longueuil en 2024 : un réseau de péages à la distance parcourue, un nouveau quartier en lieu et place de l’autoroute Bonaventure financé par une quote-part liée à la croissance de la valeur des terrains, un réseau de tramway (qui se trame), et un centre-ville à Laval, oui, oui…

Vous retrouverez les 10 capsules intégralement ici. En voici trois pour vous donner envie de les lire tous sur la tablette (où vous apprendrez qui est maire de Montréal en 2024 – j’insiste, c’est de la fiction pour s’amuser, rien de plus), avec la superbe infographie réalisée par les collègues graphistes.

Le mont royal revit grâce à… un téléférique

Le mont Royal connaît une renaissance après un certain désintérêt causé par l’ouverture des accès au fleuve. Il faut dire que les récents changements ont été nombreux. Le Royal Victoria a été transféré à l’Université McGill, qui a préservé les édifices patrimoniaux et démoli les pavillons moins intéressants, ce qui a créé des espaces verts et une porte d’entrée emblématique au mont Royal. L’Hôtel-Dieu a été transformé en projet mixte, à la fois musée, logements sociaux et soins de longue durée. Mais le clou des réaménagements a été la transformation du chalet de la montagne en un lieu festif et gastronomique piloté par le chef Normand Laprise et, surtout, l’implantation très controversée d’un téléférique pour s’y rendre du centre-ville. Les défenseurs du mont Royal l’ont toujours en travers de la gorge…

Les Expos de retour… ou presque

Griffintown a été tapissé de tours de condos, ce qui a transformé le quartier en une cité-dortoir habitée par une unique classe sociale. Pour insuffler un peu de diversité dans le coin, il a été décidé de construire le tout nouveau stade des Expos au bassin Peel, secteur qu’on appelait jadis Goose Village. Le financement a été tout un feuilleton. Les Bronfman et Beaudoin ont eu de la difficulté à allonger les derniers dollars nécessaires, mais le maire Denis Coderre a profité de son troisième et dernier mandat pour faire un don personnel et, ainsi, finaliser ce projet (presque) entièrement privé. Les Rays jouent cette année leur dernière saison à Tampa Bay avant de déménager l’an prochain à Montréal…

Vers un nouvel échangeur Dorval… en 2026

Les ingénieurs ont cherché intensément au cours des 12 derniers mois, en vain. Ils n’ont finalement pas retrouvé les plans initiaux de l’échangeur Dorval. On croyait que ce feuilleton ayant débuté en 2009 avec le lancement des travaux avait enfin trouvé son dénouement lorsque le gouvernement avait réussi à conclure une entente avec les propriétaires fonciers concernés, en 2021. Peine perdue, les travaux, qui devaient initialement se terminer en 2013, devront être en partie recommencés. L’objectif est maintenant reporté à 2026.

Et vous, comment voyez-vous le Grand-Montréal en 2024?

Lire les commentaires (101)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité