Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 20 août 2014 | Mise en ligne à 12h54 | Commenter Commentaires (119)

    Les syndicats ont-ils fait une croix sur l’opinion publique?

    X188_3588_9

    Le saccage survenu lundi n’est pas le résultat d’un mot d’ordre des dirigeants syndicaux, on s’entend. Mais les dirigeants syndicaux n’ont pas condamné le saccage de lundi comme tel.

    Et en pareille matière, ce qui n’est pas dit est aussi important que ce qui est dit.

    On peut donc se poser la question : les syndicats, qui n’ont manifestement pas demandé une stricte discipline de la part de leurs membres à la veille de la commission parlementaire, ont-ils fait une croix sur l’opinion publique?

    C’est mon impression. À voir les réactions des Parent et Ranger, on a l’impression de rejouer dans un film dans lequel on a déjà joué. En gros : nos membres sont ben ben fâchés, on ne peut donc pas les contrôler…

    Ça me rappelle les fameux «mouvements spontanés» évoqués par Michel Arsenault lors des tristes scènes d’intimidation sur les chantiers, dans le cadre du dossier du placement syndical. Des mouvements aussi «spontanés» que l’entrée par effraction à l’hôtel de ville à coup de bélier en 1993…

    En un mot, il vient un moment lors des moyens de pression où les syndicats décident tout simplement de tourner le dos à la population et de passer au plan B : la démonisation et l’intimidation.

    Et les événements de lundi semblent être ce point de bascule.

    Il faut se rappeler cette délicieuse phrase écrite en 2000 par Michel Parent dans la revue interne des cols bleus : «N’oubliez pas que l’opinion publique, c’est le reflet de ce que les médias façonnent et les médias façonnent ce que l’establishment leur dicte.»

    Au diable, donc, ce qu’en pensent Monsieur et Madame Tout-le-monde, qui ne sont pas assez intelligents pour se faire leur propre opinion.

    Il existe d’autres «stratégies» pour se faire entendre…

    Mais je me pose une question : est-on passé à un autre appel? L’époque des gros bras est-elle révolue? La population en a-t-elle soupé des scènes disgracieuses comme celle de lundi? Tout cela appartient-il à un passé sulfureux que ne veulent pas revivre les citoyens?

    Et donc, cette fois, les syndicats se sont-ils trompés en laissant leurs membres virer à l’envers le conseil municipal, surtout dans un contexte où ils font face à un premier ministre et à des maires en début de mandat?

    Je vous pose la question…


    • L’avenir nous le dira? Moi cette attitude dépassée me révolte. Elle me révoltait tout autant quand les étudiants bloquaient les ponts: je ne peut pas supporter un mouvement qui s’attaque a moi.

      Je me demande, quelle est la position des partis d’opposition? On entend rien, ils n’ont pas d’opinion sur ce projet de loi, ont-ils des amendements a proposer?

    • J aimerais bien croire qu ce que j en pense à un poids dans la balance de l équité et même que mon opinion peut aider d autres personnes dans leur réflexion.

      Quel être naif que je suis ! Les syndicats n ont nullement besoin de l opinion publique et au besoin ils n ont qu à avoir recours a leurs tactiques sauvages pour passer leur point. Parce que malgré tout c est un point sur lequel je ne me base pas dans le présent conflit. Il est vrai que ce qu ils ont obtenu au fil des années s est fait à coup de chantage et de moyen de pression sauvages dont seule la population a déja payée la note !

      Quand j entends les leaders syndicaux comme hier , le coeur me leve tellement ils sont jaunes et hypocrites. La réponse c est oui l époque des Rambo est finie mais que voulez vous les sympatiques chefs syndicaux ont des grandes gueules et tentent de faire taire cette satanée volonté du petit peuple.

      Il n y aura pas de suite au saccage de de l hotel de ville. Ou plutot oui il y en aura une. Ils vont encore dépasser la limite acceptable en se pensant légitimisés et intelligents et aucune sanction encore une fois ne viendra leur mettre un brin de Q.I. dans la tête. Plus le temps va passer plus le groupe d ados va s exciter et voir sa force décupler ,poser des gestes , réfléchir plus tard et se cacher derriere le kamarade en chef.

      C est inévitable que le bordel va pogner comme on dit. Les syndiqués n ont pas d intelligence collective et seraient tres mal placés pour faire individuellement une phrase complete avec sujet verbe et complément. Ils auraient pourtant l occasion d exiger du gouvernement qu il montre l exemple en premier mais n ont même pas à se soucier de ca bien protégés par leur position de force acquise au fil des années.

    • Quand l’on voit ces horribles gestes, on se dit que les syndicats n’ont plus leur raison d’être au 21e siècle

    • Aujourd’hui j’ai vu plusieurs personnes regarder méchamment les policiers, et ceux-ci baisser les yeux. Dommage que la honte que certains membres du SPVM ressente ne se traduira jamais par le courage de briser l’Omertà imposé par la fraternité. Si je participe à une manifestation, j’aurai une impression de la photographie des policiers qui sont complice et cette photographie sera montrée à tout policier le moindrement arrogant ou zélé.

    • Les syndicats sont là pour défendre leurs membres, par pour se faire aimer du public. Nous l’avons vu lors des manifestations des Carrés rouge. Les syndicats appuyaient les étudiants simplement pour faire tomber le gouvernement Libéral. Ils en avaient rien à branler des étudiants.

    • La réalité n’a tout simplement jamais existé pour les dirigeants syndicaux. Ça fait 40 ans qu’on vit avec une pyramide démographique inversée, ou sur le point de l’être, et on continue à penser que tout est beau et que rien ne va jamais changer. Le ”end user” qu’est le contribuable payeur ne fait pas partie du discours depuis le début du conflit, un peu comme si on n’existait pas… Pathétique comme conflit.

    • Si les dirigeants syndicaux étaient réellement contre cette violence, ils diraient à leurs membres que ceux qui “déborderont” seront identifiés et devront répondre de leurs actes devant la justice.

      Pas plus compliqué que ça.

    • Oui. Ils ont fait une croix dessus (l’opinion publique, en fait tout le reste de la population hormis leurs membres). Ils s’en fichent comme de l’an quarante.
      Les syndicats se sont-ils trompés? À voir dans les prochaines années lors de nouvelles négociations “au couteau sous la gorge”.

      Continuez de façonner, monsieur Cardinal! Les artistes de la plume (m’enfin, de la tablette, etc.) sont nécessaires!

    • « Le saccage survenu lundi n’est pas le résultat d’un mot d’ordre des dirigeants syndicaux, on s’entend. »

      Au contraire, je crois que oui.

    • Peut-être que les syndicats ont compris que l’opinion publique ne pencherait jamais de leur bord. Comment faire autrement? Si ça se passait dans le secteur privé, on dirait que le patron est un voleur, et que les employés ont raison de manifester. Mais comme dans ce cas-ci le patron c’est un peu vous et moi, et que les manifestations perturbent la sphère publique, c’est impossible de pencher du bord des employés.

      Un travailleur en moyens de pression, ça ne cherche pas à rallier le patron à sa cause; ça veut simplement le faire plier. Ne vous étonnez pas des débordements.

    • Selon moi, pour que l’on puisse se faire l’opinion la plus éclairée que possible en tant que citoyens qui ne disposons pas de toutes les informations nécessaires pour juger adéquatement des enjeux de la situation, dont l’ampleur gagne en notoriété publique mais d’un mauvais sens, il serait nécessaire que l’on puisse être reconnus pour la validité de nos opinions, puis qu’ensuite on nous permette de former des groupes citoyens dont la mission aurait pour but de représenter le mieux possible les opinions de tous, donnant donc une visibilité de l’opinion publique aux différentes parties impliquées dans le conflit actuel. Étant donné la situation politique Québécoise actuelle qui promouvoit, selon moi, le genre d’idées qui, au su des personnes en situation d’authorité, tant au niveau provincial que municipal, ne plaisent pas à un pourcentage trop important de la population, donc des idées qui sont mises de l’avant et qui débouchent vers un style de législation et une attitude politique en général qui se veut axée sur la gestion efficace mais qui ne donne vraiment pas le sentiment au peuple d’être considéré. En fait, ces comportements de la part des personnes en situation d’authorité ne nous donnent même pas l’impression d’être considérés en tant que citoyens qui veulent avant tout être respectés assez pour que l’on ait envie de considérer s’impliquer + dans notre société au niveau du développement de sa mentalité en général et de ses objectifs qui seraient + en faveur du bien commun de toute la population. Un exemple de tels comportements de la part des gens au pouvoir, exemple que je trouve descriptif, est celui de ce qui s’était passé lorsque Jean Charest fut élu de façon légitime et qu’il se défendait dans les médias que son gouvernement était légitime au sens des lois sur le fonctionnement des élections… Le fait qui a marqué le + la population entourant cet événement fut que le taux de participation aux urnes était plutôt faible (selon nos standards québécois, car après tout, ce n’est pas un secret que de décréter que les Québécois ne votent vraiment pas autant qu’ils le pourraient réellement, surtout parce que les gens ont souvent, soit honte de la politique québécoise ou bien aucune foi en notre système politique, ou bien sont tout simplement découragés de voir l’embourbement idéologique des partis qui ont été le + souvent au pouvoir dans notre belle province, sans oublier la grogne constante d’un tel parti envers un tel autre parti, puis les élections, puis d’autres élections, puis un gouvernement minoritaire, etc… Juste ce qui s’est passé en politique depuis les 5 dernières années serait assez pour en décourager plusieurs). Mais bon, pour la question actuelle, qui a trait aux revendications syndicales versus le projet de loi 3, afin qu’en tant que citoyens nous puissions nous faire une opinion qui a moindrement de l’allure et de l’exprimer aux parties impliquées dans le conflit, il faudrait que les + brillants d’entre nous citoyens -qui n’avons pas directement notre mot à dire dans la question- (que ce soit aux yeux de l’une ou l’autre des parties impliquées dans les événements récents) , que non seulement les + brillants d’entre nous mais en même temps les + fluents afin de s’exprimer de la meilleure manière possible devant toutes les parties impliquées, tout en étant au fait de chaque dossier de chaque événement sur la question, bref il nous faudrait jouir de circonstances d’atmosphère sociale bien différentes et bien + favorables à la communication pro-active et respectueuse (voire présentable) en tant que peuple afin que quiconque est impliqué dans les événements actuels de revendication puisse considérer notre opinion. Encore là, rien n’empêchera le quiconque de trouver que notre opinion n’est pas valide… Ce qui serait naturel puisque nous n’avons ni assez d’informations pour trancher efficacement, ni le contexte social pour être réellement considérés en tant que citoyens. Mais bon, c’est mon opinion. La vie continue, advienne que pourra au mieux de nos efforts et capacités et bonne journée à toutes et tous.

    • Faut etre un peu naif pour penser que l’epoque d’intimidation et de gros bras est revolue, tout comme faut etre naif de penser que la corruption et la collusion sont chose du passe.

      @steadtler – L’opposition n’a rien a dire parce qu’elle sert les memes maitres. Le PLQ n’avait pas grand chose a dire lorsqu’il etait l’opposition non-plus.

      L’oligarchie quebecoise salive a l’idee de siroter un coktail au Beaver Club en regardant le peuple s’echanger des coups en plein centre-ville. Et croyez-moi, des chefs syndicaux ont leur siege au Beaver Club egalement.

      Diviser pour mieux regner…

    • @Luc.Lavallee.6,

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Paragraphe

    • À quand l’abolition de la formule RAND pour ne plus être obligé d’être membre à un syndicat et d’y cotiser?

    • Yves Francoeur, de la Fraternité des polciers…, vient de dire qu’en quelque sorte, ce sont les gens présents à l’Hôtel de Ville lundi qui sont la cause de leur propre malheur et de ne pas avoir empêché le grabuge parce que la police n’aurait pas été appelée (M. Coderre, faut apprendre à vous servir du 9-1-1!), puis qu’une personne (probablement un agent de sécurité surnuméraire, dixit M. Francoeur) n’a pas su diriger les forces de l’ordre vers le bureau du Maire…

      On blâme donc les victimes… Quelle farce!

    • @ Igreck

      Au contraire, c’est d’une importance capitale. En l’occurrence, les policiers ont demandé l’autorisation d’intervenir et elle leur a été refusée parce que Coderre ne voulait pas qu’ils interviennent. Autrement dit, les policiers voyaient bien les risques que comportait la manifestation et ont cherché à protéger les êtres et les biens de l’hôtel de ville. Mais Coderre a préféré qu’on laisse faire le saccage pour apporter de l’eau à son moulin, en habile démagogue qu’il est.

      Alors oui, vous avez raison: avec Coderre qui laisse faire cette foire quand il aurait pu facilement l’empêcher parce que tout cela servait ses intérêts, nous ne sommes pas loin d’un califat où quelques puissants détournent la loi et l’ordre au profit de leurs intérêts.

      Et l’honnête citoyen gobe tout rond la supercherie Coderre parce qu’il a l’impression qu’on mène enfin une campagne contre tous les privilégiés de la société. Après les étudiants, les pompiers et les policiers. Peut-être les éboueurs, aussi. Quand même: lorsqu’on est rendu à croire sérieusement que les privilégiés de la société sont les étudiants et les éboueurs, c’est qu’on a vraiment perdu la carte, vous ne croyez pas ?

    • De toute façon, c’était perdu d’avance. La perception du public ne pouvait être que négative. Comment justifier qu’un syndiqué refuse de mettre de l’eau dans son vin (accepter une réduction de 5%, je répète: 5% de la cotisation de l’employeur) devant un public majoritairement sans fonds de pension? Ce même public qui paie ce 55% de cotisation de l’employeur.
      Tout cela ne peut que dégénérer. J’imagine que pour que ça se résolve, il faut aller au bout du processus, il faut donc que ça casse.
      GTremblay
      Montréal

    • Vivre à crédit 6 mois par année pour faire plaisir aux syndicats? Nyyyyetttte!

      http://www.lapresse.ca/environnement/201408/20/01-4793076-planete-bleue-dans-le-rouge.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_environnement_263_accueil_POS1

    • L’intimidation est partout partout partout en 2014…

      Trouvez moi un seul milieu dans lequel il n’y a jamais d’intimidation. Un seul!
      Je travaille dans le communautaire et même là, les jeux de pouvoir se font à coups d’intimidation, de dénigrement, bitchage, etc.

      Parce que ça marche plus souvent qu’autrement…

    • @kirkpitaine: Votre opinion concernant la question est valable du point de vue de l’application des droits et libertés de chacun qui sont plutôt “lousses” au Québec, dans le sens qu’autant que chacun est libre de faire des moyens de pression envers son employeur, que chacun est libre de ne pas faire le mieux qu’il peut et de se foutre de ses concitoyens. Je ne suis pas contre la liberté, mais je favoriserais que le gouvernement manifeste un + grand intérêt à informer toute la population de ce qui n’est pas dit dans notre société, ce qui est caché et qui nous pousse à jouer un jeu ridicule de C’est qui qui dit vrai, constamment, dans les médias, dans notre vie de tous les jours, quand on va voter, quand on pense à notre société pendant qu’on travaille et qu’on est pas satisfait de nos conditions de vie en tant que citoyens et en général, pendant qu’on mange, pendant qu’on est dans le métro, pendant qu’on vit, etc…(Aussi, êtes vous obligé(e) de faire preuve d’un esprit aussi condescendant et aussi irrespectueux, par en-dessous, en m’invitant à aller consulter wikipedia pour voir ce qu’est un paragraphe? Êtes vous si intolérant(e) qu’il vous est impossible de faire commentaire mieux que cela envers mon opinion et ce en statuant comme seule information dans votre commentaire que :

      (En vos mots):

      @Luc.Lavallee.6,

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Paragraphe

      Mais surtout je déplore que vous fassiez preuve, dans vos commentaires sur cet article, consciemment ou pas, la promotion d’une mentalité adoptée par trop de gens. Une mentalité qui en est une clamant l’importance de la légitimité dans les gestes qui ont été posés ( Vos mots: Un travailleur en moyens de pression, ça ne cherche pas à rallier le patron à sa cause; ça veut simplement le faire plier. Ne vous étonnez pas des débordements.), une mentalité qui selon moi nous divise en tant que peuple… Aussi quand vous écrivez des choses telles que: “le patron c’est un peu vous et moi”, vous avez une vision erronée de la situation et vous favorisez l’individualisme au niveau de causes publiques… Pourquoi? Vous devez bien vous en douter, car bien que noys payons des impôts et sommes une province qui paye beaucoup de taxes pour l’état des services dont nous disposons, ce ne sont absolument pas nous qui prenons les décisions administratives qui mènent vers le genre de situation comme celle-ci. Tant que vous allez voir les gens qui travaillent pour maintenir l’ordre comme de simples travailleurs, que vous allez voir chaque individu comme n’ayant aucune définition de plus que sa propre liberté et ses propres intérêts sans considérer l’importance critique d’assurer satisfaction au niveau salarial à ces personnes, (et c’est le gros minimum je trouve, que ça coûte des millions $ de plus, je pense qu’ils le méritent, je dis pas qu’ils sont parfaits mais je dis que le gouvernement devait bien s’en douter que ça allait foutre la merde que de ne pas vouloir considérer les revendications au risque d’avoir l’air de plier aux demandes des revendicateurs, ce qui ne serait pas bon pour l’image publique du gouvernement, car avant tout on vit dans une société d’image, notre gouvernement et notre peuple vont bien + mal que vous ne pouvez l’imaginer et même si vous en étiez conscient je ne pense pas que vous seriez prêt à faire ce qu’il faut pour favoriser l’union du peuple dans des efforts de mobilisation en tant que peuple pour changer la situation actuelle que nous subissons chaque jour depuis longtemps et qui s’aggrave petit à petit…

      Je pourrais bien répondre à votre commentaire par de la haine marquée d’insultes au risque de faire barrer mon compte de ce média. Si j’étais pour faire une telle chose ça ne ferait que prouver le vieil adage: La haine engendre la haine. Faites donc preuve de respect quand quelqu’un apporte une opinion qui selon moi a de l’allure, qui est constructive et qui considère le + d’éléments requis au minimum pour avoir une idée impartiale de la situation actuelle des revendications et l’ampleur de celles-ci. Votre opinion, je la considère. Je critique principalement votre manière de traiter les autres québécois, même si je ne vous connais pas, je le devine bien que vous devez bien être une personne plutôt éduquée, plutôt responsable, plutôt intelligente, mais surtout individualiste, trop pour laisser son égo de côté et essayer de comprendre le point de vue de chacun. Personne n’est mieux qu’un autre quand il s’agit d’exprimer une opinion. Mais bon… vous devez être fâché présentement même si mon but était principalement d’exprimer mes frustrations envers vous tout en essayant le + possible de vous respecter assez pour vous faire comprendre que mon but n’est pas d’engendrer la haine et que je ne me soumettrai pas non plus à soit rien dire ou soit agir en soumis. En tout cas…

    • Ah je viens finalement de lire dans un autre article la position des 2 autres partis.

      Le PQ voudrait son propre projet dilué.

      La CAQ est d’accord avec le projet de loi mais veut le même partage pour le fond de retraite des députés.

      Dans le fond les 3 partis veulent un partage maximum 50-50 pour les fonds de retraites, alors les syndiqués sont mal barrés. La CAQ devrait publiciser davantage sa position… pourquoi pas faire les deux dans le même projet de loi? Ca en boucherait un coin aux centrales syndicales…

    • Quelle farce monumentale! Les syndiqués qui affirment que leurs conditions de travail actuelles et leur généreux fond de pension (qui a permis a certain d’entre eux de doubler leurs revenus depuis qu’ils ont pris leur retraite) sont le fruit de négociations faites de bonne foi et qui ont été acceptées et signées par leur employeurs (villes). Nous savons tous ce qu’est la ‘’négociation’’ pour ces voyous , ils en ont fait la démonstration encore une fois récemment à Montréal. Ces extorsions de conditions par un groupe de voyous ne devient pas acceptable parce qu’elle est faite par des policiers-pompiers. Si on suivait leur raisonnement (qui s’apparente plutôt a un résonnement), un représentant de la pègres pourrait se défendre devant un juge en disant que le propriétaire du commerce a accepté de payer pour leur protection. Il éviterait évidemment de mentionner que pour obtenir l’aval du propriétaire de commerce en question, ils lui ont donné quelques bonne claques sur la gueule et l’ont ensuite battu tant qu’il n’a pas accepté de payer. C’est exactement ce que les policiers et pompiers ont fait antérieurement pour soutirer, extorquer leur conditions salariales et retraites payées par tout les autres. Si effectivement il y a des fonds qui peuvent être trouvée dans les budgets des villes, ce n’est pas et ne doit pas être pour l’usage prioritaire en faveur de ces extorqueurs. Passez une loi, faites entrer l’armée et congédiez tous ces voyous.

    • L’image du syndicalisme, noble institution qui a pris pendant longtemps le parti des salariés exploités, a été souillée et dévoyée par certains fiers-à-bras, surtout à la FTQ. C’est une chose impardonnable, surtout en ce siècle où l’exploitation des travailleurs atteint des sommets. Nous avons affaire ici à des enfants gâtés qui pensent encore que leurs méthodes d’intimidation propres aux années 70 marchent encore sans prendre conscience de la misère de trop de petits travailleurs. Ce déséquilibre est indécent.

    • L’opération de fabrication de consentement est en cour. L’utilisation de mots comme saccage, viol, privilégiés du système, faire opposition entre “payeurs de taxes” s ‘inscrit dans une opération de propagande pour diviser le peuple entre “bons” et “méchants”. Nous avons pu constater les résultats de la méthode PLQ avec les étudiants en 2012. Cette méthode est appliqué encore aujourd’hui. Ce parti est malsain.

      Le fond du problème c’est que le gouvernement est arrogant en se posant comme l’unique intervenant légitime. Nos gouvernements sont légitimes qu’en tant que plus grosse minorité électorale. Jamais dans l’histoire nous avons eu (sauf a deux ou 3 exemptions) un gouvernement représentant la majorité de la population, ils partent donc avec quasiment toujours plus d’opposant que de supporteurs et pour rectifier ce problème, ils montent les groupes les uns contre les autres.

    • - «Les syndicats ont-ils fait une croix sur l’opinion publique?»

      Une étude conjointe des Universités Princeton et Northwestern, après une étude exhaustive de 1779 questions de politiques sur lesquelles le gouvernement américain était amené à légiférer, a conclu:

      “When the preferences of economic elites and the stands of organized interest groups are controlled for, the preferences of the average American appear to have only a minuscule, near-zero, statistically non-significant impact upon public policy.”

      Ce qui se traduit par: «Quand le préférences des élites économiques et les positions des groupes d’intérêts organisés sont pris en considération, les préférences du citoyen Américain moyen semblent n’avoir qu’un effet minuscule, près de zéro, statistiquement insignifiant, sur les décisions gouvernementales en matière de politiques publiques.»

      L’étude concluait que les États-Unis ne sont pas gouvernés par une démocratie, mais par une oligarchie.

      Même chose au Canada.

      L’opinion publique, on ne vote dans son sens que quand ça fait l’affaire du pouvoir économique et politique. En dehors de ça, le petit-peuple peut bien avoir les opinions qu’il veut, on s’en fout (au Canada) royalement.

      Il est donc facile à comprendre pourquoi les syndicats ont choisi d’ignorer l’opinion publique: parce que ça n’a aucune incidence sur ce qui sera voté.

      Accessoirement, les syndicats ont perdu depuis des années, l’appui de l’opinion publique, en cessant de se battre pour l’avancement de la cause de TOUS les travailleurs pour ne se concentrer qu’exclusivement sur l’avancement des avantages de leurs membres.

      Ça aussi, ils le savent bien.

      Donc, la bataille se jouera en dehors du champ de l’opinion publique, et sera de toute façon perdue, puisque c’est le système financier/économique qui gouverne, et que son appétit d’argent, de profits, de dividendes, est insatiable, et que l’humain, c’est rendu plus cher qu’un robot industriel, maintenant sous la barre des 22 000$…

      Bonne chance à tous, d’ici 20 ans, 45% des emplois auront été éliminés et ne seront pas remplacés, au nom du profit.

    • @Luc.Lavallee.6,

      Écoutez, je laisse les autres juger lequel de nous deux est le troll, mais je n’ai tout simplement pas la concentration ni la patience nécessaire pour lire vos murs, que dis-je, vos murailles de texte. Ne soyez pas insulté, et comprenez que votre opinion risque de se perdre dans le néant si elle n’est pas présentée de manière lisible.

    • Perso, je ne connais pas la stratégie des fauteurs de trouble, si stratégie il y a, mais mon impression est qu’ils se foutent éperdument de l’opinion publique : c’est leur petite guerre pour sauver leur petite retraite, le reste et les autres c’est sans importance.

      Cela dit, on doit aussi se rappeler que ce sont pas tous les employés municipaux concernés qui participent ou même qui endossent ce grabuge immature et irrespectueux, beaucoup sont même contre – être contre la position du gouvernement ne veut pas automatiquement dire qu’on casse tout à la moindre manif.

      Les syndicats auraient d’ailleurs intérêt à punir les fauteurs de trouble pour ne pas perdre la face dans ces négociations.

    • Les auteurs du saccage méritent le congédiment. Ou sont les leaders comme Ronald Reagan.

    • Les commentaires vont passablement dans le même sens, exagération syndicale, scandale, etc. Ils ont raison. Quelques éléments de plus (et un peu plus loin):

      Les grandes centrales syndicales sont en train de couper la branche sur laquelle ils sont assis. D’ici quelque temps, une majorité de citoyens vont simplement réclamer le démantèlement des centrales syndicales;

      Les conditions en or des syndiqués municipaux, faut voir d’où cela vient. Il faut entendre Jean Cournoyer (ancien ministre du travail dans le gouvernement Bourassa des années 1970) raconter la grève des policiers et des pompiers à Montréal en 1969 et 1974 (le week-end rouge). C’est de là que ces groupes ont obtenu tous les avantages qu’ils ont aujourd’hui. Il y a plusieurs années, un négociateur gouvernemental racontait comment se faisait les négociations avec la Sureté du Québec à cette époque: les négociateurs du syndicat arrivaient et déposaient leur revolver sur la table, en face de leurs vis-à-vis patronauxl!!!

      Une part notable des forces policières est constitué d’individus immatures prêts à commettre des actes criminels s’ils le jugent approprié. Les policiers sont de moins en moins crédibles et dorénavant ils feront leur travail dans le seul contexte de la peur qu’ils inspirent aux citoyens (à cause de leur pouvoir armé), comme cela est le cas dans de nombreux pays, pas à cause des services qu’ils peuvent rendre à la société;

      Le Québec syndical et revendicateur (les groupes de pression), à l’instar d’autres pays (surtout européens, comme la France), est empêtré dans un jovialisme de gauche qui fait croire que l’argent se récolte dans les arbres et qu’il y aura toujours quelqu’un pour payer;

      Enfin, il faudra voir jusqu’où le gouvernement Couillard pourra résister à la pression syndicale. Depuis presque 45 ans, tous les gouvernements québécois, sans exception, se sont écrasés devant les syndicats et les groupes de pression.

    • Ils sont 122 000 touchés par la Loi 3 contre une population d’environ 6 millions adultes… Ils s’en balancent de l’opinion publique. Me myself!

    • tant que les médias vont faire de la désintox, l’opinion plublique va gober n’importe quoi. On ne présente qu’un coté de la médaille. Ont fait quoi les villes avec les congés de cotisation?Garrocher l’argent par les fenêtres. Les syndiqués sont le fourre-tout de la mauvaise gestion des villes.

    • Avez-vous remarqué que les chefs syndicaux ont des faces d’enragés sur la dépression. Ça fait pas vendeur. C’est clair que le public veut rien savoir de ça.

    • Si la population connaissait vraiment ce qui en coute pour payer une prestation de retraite pleinement indexée pour une espérance de vie de 90 ans et une retraite à 50 ans négociée par des maires élus irresponsable simplement pour maintenir la paix avec ses employé (on sait maintenant pourquoi avec la commission Charbonneau), et bien ce serait la population qui manifesterait dans la rue à grand cris.

    • @louismartin
      Primo, d’où tenez-vous l’information que c’est Coderre personellement qui a refusé que la police intervienne? Et depuis quand la police a besoin d’une permission pour intervenir face à une infraction flagrante? Si je passe une rouge devant un policier, il doit appeler son supérieur maintenant?
      Et même si ce que vous dites est vrai, c’est quand même pas Coderre qui les a forcé à rentrer à l’hôtel de ville et à agir comme des imbéciles. Pas loin d’un califat? Faut quand même pas charier.
      @bccc :
      Les villes étaient obligées par la loi de prendre ces congés dans biens des cas. De toute façon, si elles ne l’avaient pas fait, elles seraient encore plus dans le trou aujourd’hui et il faudrait les renflouer de toute façon. Et puis finalement, les congés de cotisation, même indexés, n’explique qu’une petite partie des déficits, le plus gros étant dû à l’augmentation de l’éspérance de vie et le crash boursier de 2008.
      Je suis d’accord que les villes sont souvent mal gérées mais vous devez réaliser que les avantages démesurés des fonctionaires municipaux (plus de 30% supérieur qu’au provincial, chaque employé municipal coûte environ 100 000$ par année de travail à la ville) font parti de cette mauvaise gestion, une injustice envers les autres citoyens que l’on tente maintenant de corriger.
      En passant, 100 000 par année, ça se rapproche d’un médecin généraliste (travailleur indépendant, donc seulement payé pour les années de travail). Vous trouvez ça normal pour un secondaire 5 et le niveau de responsabilité? Moi non plus.

    • Le Québec est une société malade et ingouvernable. Une société en phase terminale.

    • En juin dernier, au moment des première manifestations des policiers, Gabriel Nadeau Dubois leur a écrit une lettre:

      Il prédisait: «Dans les prochaines semaines, on cherchera à vous isoler en divisant la population. La stratégie est vieille comme le monde. On retournera la population contre vous, en parlant de vos régimes de retraite comme d’un luxe inacceptable.»

      À entendre et lires la majorité des commentaires en ce moment, on comprend qu’il avait vu juste.

      Lettre d’un étudiant aux policiers

      Bon texte de Patrick Lagacé aujourd’hui.

    • Bientôt une charte des voiles dans toutes les maisons de tolérance syndicales de Mononcle Robin des Vins, peut-être?

      http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201408/20/01-4793281-lucien-bouchard-critique-lexistence-prolongee-du-bloc.php

    • Lisez donc Lagacé. Son opinion rejoint pas mal la mienne!

      «N’oubliez pas que l’opinion publique, c’est le reflet de ce que les médias façonnent et les médias façonnent ce que l’establishment leur dicte.»

      Come on! Il y a encore quelqu’un qui en doute? Les journalistes ne manipulent pas l’opinion publique? Vous voulez qu’on reparle politique? Carrés rouges? Palestine? De carrières politiques détruites? De la Charte de la laïcité?

      Je fais partie de la population “assez intelligente pour se faire sa propre opinion”. Opinion qui bêle rarement avec le troupeau à qui les médias POUSSÉS PAR LEURS PATRONS politisés et contrôlant l’argent qui penchent tous du même bord, dictent ce que le troupeau doit penser et comment il doit le penser. Pitié hein?

      On remet de l’huile sur le feu jour après jour avec les mêmes sujets redondants, on trace le fil conducteur de ce que les gens sont supposés penser s’ils ne veulent pas se faire traiter de tous les noms et on fout le bordel.

      Je ne pensais jamais dire ça, mais le p’tit cr… de Nadeau-Dubois a raison sur celle-là. Pour reprendre les paroles d’un ami immigrant à qui je ne l’avais pas pardonné:

      “vous les Québécois, êtes un peuple mesquin”. Il avait raison.

    • @ pacog

      Pour ce qui est de la comparaison avec le califat, elle était en réponse à celle d’Igreck sur la page précédente du blogue. Je note avec amusement que sa comparaison à lui ne vous avait pas paru déplacée, mais suis prêt à vous donner – sans ironie – le bénéfice du doute: peut-être n’aviez-vous pas lu son commentaire et ne saviez-vous pas de quoi je parlais.

      Quant aux ordres reçus par les policiers, permettez-moi de vous renvoyer au texte paru ce matin dans lapresse.ca où l’on peut lire ceci: ” En temps normal, lors de manifestations, les policiers de service doivent suivre les directives du Centre de coordination et de transmission de l’information (CCTI). C’est là que les cadres du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) donnent l’ordre d’intervenir ou non, a expliqué M. Francoeur. Selon lui, les policiers auraient demandé la permission de s’interposer à deux reprises, mais le CCTI leur aurait répondu par la négative, prétextant «ne pas avoir reçu la demande de l’hôtel de ville pour agir». Yves Francoeur ne comprend pas pourquoi les cadres en poste au CCTI n’ont pas autorisé ses policiers à se déployer.

      «Lorsque les policiers interviennent en mode contrôle de foule, ils ne peuvent pas et ne doivent pas prendre d’initiatives personnelles», a dit Yves Francoeur, parce que cela pourrait mettre leur sécurité en danger.”

      C’est aussi simple que ça – et beaucoup moins que votre exemple d’infraction qui ne s’applique d’aucune façon dans la présente situation.

      Finalement, oui, on peut bien avoir l’adorable candeur de croire que Coderre ne savait pas, en tant que maire de Montréal, qu’il devait demander l’aide de la police quand il y a une menace sérieuse contre l’hôtel de ville. Peut-être qu’il était sur le toit de la bâtisse avec un projecteur pour appeler Batman à l’aide. Possible après tout: je dois avouer que je n’ai pas vérifié.

    • Ne nous laissons pas leurrer par l’image de brutes épaisses présentée par les syndicats. On retrouve aussi dans leurs rangs des intellectuels férus dans l’analyse du comportement des masses.

      La population en général est très influencée par ce qui est présenté dans les médias : “the media is the message” comme dirait l’autre.

      L’Homo Quebecensis craint par dessus tout le chaos: ce chaos que les médias s’empressent de nous retransmettre en boucle, en évoquant des scénarios catastrophiques en des termes alarmistes : assaut sur le “salon du peuple”, “viol de l’hôtel de ville”…. .

      La stratégie syndicale ne consiste donc pas à attirer la sympathie du peuple, mais plutôt à préparer des événements médiatisables qui attiseront sa crainte.

      Comme tout le monde le sait, la peur est contagieuse.

      Les syndicats espèrent que cette peur poussera les citoyens, tel un troupeau de caribous poursuivi par un ours à écraser les élus dans un coin, jusqu’à ce qu’ils cèdent finalement.

      Il existe un terme pour désigner l’utilisation de la peur pour arriver à ses fins.

    • On n’a pas les moyens…mais on a les moyens pour des hydroliennes, des éoliennes et autres trucs verts qui ne fonctionnent pas. On n’a pas les moyens… mais on a les moyens de subventionner des cimenteries à coup de 500 M alors que le marché du ciment est hautement compétitif. Alors cessez de nous faire pleurer. Vous avez les moyens d’honorer votre signature.

      clipper le policier

    • Dans la police on sait que “la peur rend les gens honnêtes”

    • anyway ! l’opinion public ne compte plus vraiment,il y as beaucoup d’envieux et de désinformation,la majorité des citoyens ne comprenne même pas les enjeux,et n’ont pas la capacité d’analyse a cause de leur préjuger,désoler le politique,s’occupe de les abrutir et sa semble marché,ces même politicien qui ont tremper dans la magouille et le scandale des commandite

    • Couillard a dit……..La loi 3 est là pour rester…..Ha! Ha! Ha!
      Moreau a dit……….La loi 3 est là pour rester…HA! Ha! Ha!

      Faque l’opnion publique…..!!!!!!!

      Bin là si le premier a dit cela,,,,,,,,,lui qui voulait du décorum.

      Mais si j’étais chroniqueur municipal à la ville de Montréal et que je n’avais pas d’études et ni d’expériences dans les relations de travail je ne connaîtrais pas évidemment “C’est quoi un rapport de forces”

      Et dans mon média/mensonge je m’efforcerais pour sauver la face de mon maire et par ricochet la face du gouvernement. Au lieu de faire diaparaître l’édition papier, une diminution de 10% de salaire sera enlevé aux employés de telle sorte que les retraités puissent se payer l’édition papier.

      Et le tout passerait comme du beurre dans la poêle parce que les employés l’accepterait.

      Le dernier rempart face au gouvernement Couillard ce sont les syndicats…..ce le fut et ce le sera encore et encore……il ne faut pas réveiller un géant

    • Je pense monsieur Cardinal que vous venez vous même d’atteindre votre point de bascule dans ce débat sur la Loi 3 et les régimes de retraite. Vous êtes basculé aveuglément dans le camp de la défense des arguments de l’establishment que sont vos patrons.
      Comment pouvez vous naïvement croire qu’en 2014, il existe d’autres stratégies pour que les gens, que ce soit les syndicats ou les groupes communautaires ou les délaissés de la société, puissent se faire entendre et surtout qu’on donne suite à leurs revendications. Tout ceux qui s’essaient à jouer le jeu de façon fair-play, se font enfirouaper et tasser rapidement par nos autorités politiques et affairistes. Malheureusement , malgré votre souhait, on ne peut reléguer à un passé sulfureux les méthodes plus musclées de revendication , le rapport de force actuel entre le pouvoir et le reste de la population ayant lui-même des relents de passé malsain.
      La délicieuse phrase de Michel Parent concernant l’opinion publique est malheureusement vraie, les résultats des dernières élections tant fédérale que provinciale le démontrent bien. Ce n’est pas votre remarque démagogique sur le non respect de l’intelligence de Monsieur et Madame Tout-le-monde qui va y changer quelque chose.
      Finalement, vous devriez relire la chronique d’aujourd’hui de votre collègue Patrick Lagacé, ça vous éclairerait sans doute davantage en vous permettant de mieux comprendre les enjeux réels des débats en cours dans la société québécoise.

    • Pour que les maires et le gouvernement puissent tenir tête aux syndicats et aux manoeuvres d’intimidation, il faudra que la population se range activement derrière les élus. Autrement, il suffira de laisser mariner les vidanges dans les ruelles pendant quelques semaines et la population exigera des élus qu’ils règlent l’affaire au plus vite et à leur désavantage comme ça toujours été le cas depuis les années 70.

      Jusqu’à quel point le citoyen ordinaire est-il assez militant pour faire contre poids à l’intimidation ça reste à voir, mais je n’ai pas beaucoup d’illusions là-dessus. L’histoire jusqu’à ce jour est que le citoyen demande à l’élu de s’écraser devant le syndicat pour que les vidanges qui empestent la ruelle soient ramassées au plus tôt.

      Les citoyens ordinaires ne sont pas organisés pour protester contre les actes disgracieux et l’intimidation. Ils ont d’autres chats à fouetter et ils finissent toujours par être les premiers à vouloir acheter la paix.

    • Non, c’est correct. Une belle humilité. On est pas mieux qu’avant. Évolution ne doit pas rimer avec prétention.

    • Si c’était de moi je mettrais tout ce beau monde là dehors demain matin et je ré-embaucherais ceux dont on a VRAIEMENT besoin au privé en tant que travailleur autonome.

      Ils se les paieront eux-mêmes leurs retraites ils verront comment ça se passe.

    • Ils auront jamais mon appui. La finalité de ça si les syndicat obtiennent ce qu`ils veulent, ces des augmentions de taxes municipales salées pour les contribuables. On est déjà surtaxés, surimposés, en plus des taxes déguisées(les tarifs) qui augmentent sans arrêt. C`est assez. On peut pas taxer des travailleurs qui vont devenir de moins en moins nombreux pour payer des grosses pensions à des retraités qui deviennent de plus en plus nombreux et qui vivent de plus en plus longtemps. Ça marche pas. L`économie du Québec est déjà faible, les revenus du gouvernement sont à la baisse et encore plus de taxes va affaiblir encore plus l`économie.

    • @clipper le policier : Bravo, vous mélangez les finances municipales et provinciales. Êtiez-vous parmi les pleutres de lundi qui ont trahi leur serment (protéger) pour laisser passer les gros bras ?

    • Le contraire est aussi vrai. On le voit à la lueur de certains commentaires plus haut. Le cynisme est à la mode et j’en suis coupable trop souvent. Mais les mange-québécois habituels ne sont pas cyniques. Ce n’est que de la paresse intellectuelle.

    • Les caméras ont filmés les goons qui ont fait le saccage. On doit les suspendre, les congédier ou les poursuivre. Ce sont des jeunes avec des mentalités d’homme des cavernes.
      Les policiers qui ont fait des ‘fist bumps’ ou donner la main aux cro-magnons qui ont saccagé le bien publique doivent être minimalement suspendu.
      Ce qui met le plus les gens en colère, c’est que si de simples citoyens avaient fait ce saccage, ils seraient en dedans en moins de 2 !

    • Je crois que les syndicats n’ont pas volontairement renié l’opinion publique.Je crois en fait qu’ils se sont fait jouer. Les réactions extrêmes des syndiqués sont bien connues. Le gouvernement avait a créer un projet de loi dur et garder la ligne dur pour s’assurer que les syndicats petent les plombs et partent dans leur rhétorique de l’honnête travailleur versus le gros méchant employeur. Ceci fait le gouvernement a toute la population derrière lui pour aller chercher le maximum. Si les syndicats avaient de véritables stratèges a leur tête, ils n’auraient pas tombé dans le panneau. Ils auraient laissé la chance au coureur et répété qu’ils attendaient la commission avant de voir la suite des choses pour eux. Le gouvernement aurait eu l’air de l’Intransigeant et les syndicats auraient pu aller chercher quelque chose. Maintenant qu’ils sont tombés dans lenpiege il est trop tard pour eux. L’opinion publique ne retournera plus derrière eux.

    • Ma phrase favorite demeure celle de nombreux intervenants syndicaux interrogés par les médias quand ils affirment que ces conventions collectives ont été au départ négociées de bonne foi. Misere…

    • Ils ont obtenu leurs beaux fond de pensions à coup de menace et de grève. Ils ne connaissent que cette méthode. C’est exactement ce genre de comportement qui sont la cause du déséquilibre.

      Les sindicats sont devenue des entreprises privé qui ont pour seul but d’en obtenir de plus en plus et ce peu importe les conséqenceses sur le reste de la société. C’est triste mais il va falloir les mettre au pas et bientôt.

    • La façon efficace de regler ce conflit serait qu’un banc de trois (3) arbitres, choisis PAR LES DEUX PARTIES, en décident dans les 7 jours et que cette decision soit finale et sans appel.

      Pierre JC Allard

    • “Au diable, donc, ce qu’en pensent Monsieur et Madame Tout-le-monde, qui ne sont pas assez intelligents pour se faire leur propre opinion.”

      Il ne s’agit pas de remettre en doute l’intelligence de “monsieur et madame tout-le-monde”, mais bien leur capacité (voir motivation) à aller chercher d’autre source d’information que ce que les médias leur disent. Il me semble que Noam Chomsky avait particulièrement bien démontré le pouvoir que les médias avaient pour forger l’opinion publique (simplement dans le choix de leur agenda de couverture).

      « N’oubliez pas que l’opinion publique, c’est le reflet de ce que les médias façonnent et les médias façonnent ce que l’establishment leur dicte.»
      Je considère donc la citation de monsieur Parent tout à fait pertinente et réaliste.

    • Ben moi je pense que les syndiqués ont ben raison de protester.

      Un contrat c’est un contrat sinon y’a plus rien qui tient.

      J’imagine ce qui se passerait si la compagnie d’assurance que je paie chaque mois pour assurer ma vie depuis je ne sais pas combien d’année – décidait de ne pas verser les sommes entendues lors d’un événement sous prétexte que ”les choses ont changées” entre le moment de la signature du contrat et l’événement survenu…

      Aie, faut pas charier, un contrat c’est un contrat, point final.

    • Tout le monde sait que les syndicats fonctionnent à l’intimidation et les gros bras. Ce sont leur modus operandi. Toute autre façon de fonctionner n’est pas naturelle. Chassez le naturel, il revient au galop.

    • Et pendant ce temps, en 2012, la rémunération moyenne des chefs de la direction américains des sociétés du S&P 500 correspondait à 354 fois celle du travailleur américain moyen. Elle était de moins de 50 fois au début des années 1990.

      Le Canada suit cette direction (augmentation de l’écart entre la haute direction et les employés) tant dans le domaine privé que public. Et pourtant personne ne s’offusque que les régimes de retraites des élus municipaux, provinciaux et fédéraux soient :
      Toujours renfloués par les contribuables par des lois omnibus annuelles sans que cela ne fasse la manchette.
      21% payés par l’élu au provincial.
      Prime de transition si l’élu perd son élection.
      Prime de ci et de ça.
      Double emploi (médecin/député) siphonnant encore et toujours plus l’état non seulement au présent mais au futur aussi (double paye double pension)
      Payable après 2 ans au municipal
      Cumulative. Ex. : Le bon maire Gérald Tremblay qui reçoit une pension de la ville et du provincial
      Les hauts cadres de la fonction public qui reçoivent des pensions de la fonction public et des organismes para public (ex. : Hydro-Québec)
      Le jeu de la chaise musicale des hauts cadres de la fonction public a un but non avoué : Enrichir les pensions de ces cadres.
      Et plus tard, notre bon premier ministre qui recevra une pension du ministère de la santé (en tant qu’ancien médecin) et une pension du provincial (en tant que premier ministre)
      Pourtant combien d’élu nous rabattent les oreilles en se plaignant haut et fort que la job d’élu en est une de 80-100 heures/semaine. Et que pour attirer des gens de qualité il faudrait augmenter leur salaire. Ridicule car payez un élu un million et il trouvera un moyen de vouloir en avoir plus. (Tout comme le haut dirigeant, le sportif professionnel, le gars de la finance, qui gagne 5-10 millions mais qui en veut encore et toujours plus)
      Le plus drôle ici c’est que si un groupe de la société veut améliorer son niveau de vie ou à tout le moins le garder au même niveau (indexation des pensions) la population crie et hurle que c’est injuste, immoral, du vol, etc., Mais si un individu veut augmenter son niveau de vie il est un exemple à suivre. Faudrait se brancher. À partir de combien d’individus un groupe ne peut plus s’enrichir collectivement????

      La haute noblesse d’antan avait trouvé le truc pour garder la populace bien au pas tout en étant adulée par le peuple. Ils ont inventé la petite noblesse et la bourgeoisie qui se chargeait de défendre les droits, acquis et privilèges de la haute noblesse ce en ne vivant que dans l’espoir vain qu’un jour ils seraient anoblis.
      Aujourd’hui, la haute noblesse a été remplacé par le 1% qui contrairement à la haute noblesse n’ont pas qu’un rempart mais deux : Les politiciens qui veillent à leurs intérêts dans l’espoir pas toujours vains de rentrer dans le rang des 1% et la classe moyenne élevée qui endettée comme pas une défendra bec et ongle le 1% dans l’espoir vain d’y accéder un jour.

      À ceux-là, je dis que vous devez être mal dans votre peau pour toujours en vouloir aux autres de votre classe sociale de vouloir améliorer leur pauvre sort.
      Et à tous ceux qui crie à l’injustice en comparant les fonds de pensions des syndicats, je leur dit pôvre vous, vous allez être les prochains qui écoperont. Couillard l’a dit : Après le municipal se sera le tour des autres secteurs (éducation, santé, transport) et moi je vous le dit, après le secteur public se sera au tour du privé d’écoper via l’abolition des REER, abolition de l’indexation des fonds de pension privé, abolition de l’obligation patronale de contribuer aux fonds de pension des employés, etc., Par la suite ben la tout le monde seront égaux, vieux, pôvre mais égaux.

      Le but ultime de cet exercice politique est d’abolir la cotisation patronale au fonds de pension, obliger les travailleurs à travailler jusqu’à 75 ans ou plus. Et surtout d’enrichir encore et toujours le 1%.

      G.Duquette

    • @gofrankiego

      “Un contrat c’est un contrat sinon y’a plus rien qui tient”

      Principe très intéressant que je respecte également. Mais ma ville moi me disait en 2013, 2012, … 1991 que je devais un certain montant pour les taxes et que c’était suffisant. Je l’ai payé alors je ne dois plus rien à la ville pour ces années. Un contrat est un contrat, n’est-ce pas?

      Mais là la ville va me dire qu’à cause des fonds de pension de ses employés, en fait je ne payais pas assez pour ces années, et qu’elle doit vernir me cotiser un surplus de taxes pour les années antérieures, qu’elle aura la bonté d’étirer sur les prochaines années. Pourquoi la ville brise-t-elle son contrat avec moi, ce que vous semblez trouvez bien, mais ne peut le briser avec vous?

      Comment la ville a-t-elle pu promettre qu’elle pourrait livrer vos pensions sans aucune prise de risque de votre part alors qu’elle ne contrôle pas les marchés financiers, la démographie, votre propension à prendre votre retraite plus tôt que prévu, etc… La ville aurait-elle pris des engagements en mon nom qu’elle ne pouvait pas tenir?

      Une entreprise qui prend des engagements impossible à respecter dans le futur fait simplement faillite. Une ville qui fait la même chose refile au contribuable la facture au lieu de faire faillite. Mais combien de contribuables sont au bord de la faillite et n’en peuvent plus de payer les taxes qui n’arrêtent pas de monter… et ici ça inclut le petit locataire qui se verra refiler les taxes sur les immeubles….

      Plusieurs régimes de retraite dans le monde ont commencé à régler ces problèmes de partage de risques et le gouvernement veut simplement donner le rapport de force aux municipalités pour procéder aux correctifs.


    • Les employés subiront une baisse de salaire avec la contribution supplémentaire (50-50) qui leur est demandée.
      Ils savent que la situation est quasi-irréversible avec la Loi 3 … mais ils agissent de façon stratégique en vue des prochaines négociations de conventions collectives. Finalement, ils vont récupérer les pertes par une hausse des salaires et en bout de ligne, c’est nous qui allons payer.

    • les syndicats avec leur conception du “trickle down” des conditions sociales , est tout autant de la bullshit que le concept de “trickle down” economique des ploutocrates , et l’un autant que l’autre ne fait qu’exploiter ehontement le travailleur honnete

    • @g.duquette
      Voilà! Comme c’est bien dit ! Et les services à la population vont diminuer tranquillement car nous n’avons plus les moyens de nos ambitions…

      Personnellement je crois que 50/50 c’est juste raisonnable, c’est la méthode qui est fautive.

      Pendant ce temps à la terasse du 22ième étage d’une tour quelconque, un verre d’armagnac à la main et un bon gros cigare dans l’autre, les financiers et décideurs ont un grand sourire, car eux ils ont compris comment jouer avec l’opinion publique!

    • Les simples citoyens comne nous qui sommes appellés à participer à un blogue peuvent dire qu à leur avis, ca v s envenimer et qu il est a prévoir qu il y aura de la bisbille au fil des semaines mais quand c est Francoeur qui passe son temps a le répéter à tous les jours , ca ressemble beaucoup plus a de la provocation qu a de la bonne volonté.

    • @ kirkpitaine (20 août 14h14) : LOL :) )

      @ Luc.Lavallee.6 : Paragraphes, PARAGRAPHES !

      Comme Kirkpitaine, en voyant un tel “mur de mots”, je suis passé immédiatement au texte suivant. Et nous ne sommes sûrement pas les 2 seuls à le faire.

      Aérez vos textes… et soyez concis, de grâce.

    • Tout ce beau monde a été filmé il doit être possible de les identifier, et leur faire parvenir à
      chacun un constat d’infraction ,un avis de congédiement ou même une peine de prison.
      Il faudrait peut-être demander à la GRC de faire le travail car il est douteux que le SPVM ou la SQ soit objectifs.

    • L’opinion publique et la réflexion objective semblent deux concepts hors de compréhension de ces chefs syndicaux.

      L’objectif c’est d’avoir quelque chose d’équitable. 50%/50%, c’est généreux, plus généreux que la majorité des gens qui doivent mettre 100%, mais ce serait équitable et la population se rangerait probablement derrière.

      Imaginons un crash en 2019… devra-t-on alors fermer complètement les régimes de retraite à prestations déterminées ou monter les impôts de tous de quelques %? Vaut mieux arranger les choses maintenant.

    • Monsieur Cardinal, je trouve que vous et la majorité de vos collègues journalistes faites preuve d’une hypocrisie navrante. Depuis le début vous ne faites qu’écrire des torchons démagogiques à l’égard des employés municipaux,vous faisant la courrie de transmission , pour ne pas dire le perroquet, des discours de nos deux Laurel et Hardy (Labaume et Coderre).

      Et vous voudriez que ces syndiqués tiennent compte d’une opinion publique manipulé par les Cardinal, Martineau et Dutrisac de ce monde ? Vous vous donnez trop d’importance Monsieur le chroniqueur. Les syndiqués n’ont pas fait de croix sur VOTRE opinion, puisqu’ils n’ont jamais compté dessus.

    • @normy45

      Je peux vous envoyer les chroniques de mes collègues Lagacé et Bourque, si vous voulez…

      François Cardinal

    • “… et leur faire parvenir à chacun un constat d’infraction ,un avis de congédiement ou même une peine de prison. Il faudrait peut-être demander à la GRC de faire le travail car il est douteux que le SPVM ou la SQ soit objectifs.”

      Non, moi je prône le FBI, l’armée et la pendaison sur la place publique après 100 coups de fouet minimum….

      Tant qu’à faire!

    • @fcardina : j’ai lu celle de Lagacé mais pas celle de Bourque. Disons qu’ils sont l’exception à la règle. Mais en toute objectivité,la grande majorité des opinions étaient comme la tour de Pise et ce avant même le début de la commssion parlemenataire et même des manifestations des syndiqués. C’est en rendu que même si la manifestation est calme et sans grabuges,elle est quand même critiqué.

      Quand je dis que la plupart des opinions émises sont subjectives et contre les syndiqués , qui jusqu’a preuve du contraire défendent un droit fondamental soit celui de négocier, regardez la couverture que les médias ont fait des incidents de mardi soir à l’hotel de ville de Montréal. Vous mêmes vous avez parlé de saccage! Vous ne trouvez pas qu’il s’agit d’enflure verbale un peu? Quelques papires qui virvoltent, quelques verres d’eau lancés ici et là et vous appelez ça du saccage? Franchement, retournez voir les archives du bélier enfoncé par les cols bleus en 1993 ou du conflit de LaPalme en 1970 avec Michel Chartrand comme un des acteurs principaux. Là il y avait du vrai saccage (pneux perforés, vitres brisés, etc etc). Mais mardi soir ? Pffff! Vous êtes bien jeune Monsieur Cardinal pour vous énerver comme cela et considérer qu’il s’agit de saccage.

    • @normy45

      La chronique de Bourque a été publiée dans le premier cahier de La Presse, celui des actualités, tout comme celle de Lagacé. Je suis donc le seul, dans le premier cahier toujours pour lequel je travaille, à avoir pris position pour le projet de loi 3.
      Je ne vois pas en quoi leurs chroniques constituent une exception. Pour ce qui est de mes confrères des autres médias, je ne peux parler pour eux.

      François Cardinal

    • @normy45

      Vous dites à monsieur Cardinal :
      Vous mêmes vous avez parlé de saccage! Vous ne trouvez pas qu’il s’agit d’enflure verbale un peu? Quelques papiers qui virvoltent, quelques verres d’eau lancés ici et là et vous appelez ça du saccage?

      J en reviens juste pas ! Vous cautionnez du monde qui sait pas vivre. C est pas ben ben grave! Il y a pas eu de mort fa que… Et pire vous semblez nostalgique face aux bonnes vieilles virées du bon vieux temps syndical !

      Manque de savoir vivre. Sauvages et irrespectueux . Rentrez ca dans votre pipe. En 2014 avec les medias sociaux et la société qui devient de plus en plus prude, informée et endettée la situation n evoluera pas en faveur des kamarades c est clair clair.

    • @sans_ambages,

      la personne a blamer c est celle qui a pris cette entente avec les syndiques – bref le coupable c est celui qui a signer le contrat dans le but d se fair elire.

      LE MAIRE QUE VOUS AVEZ ELU EST LE SEUL RESPONSABLE.

    • noirod, 15h51:

      Renier sa parole, c’est du savoir vivre?
      Démoniser les citoyens auxquels on essaye de passer un sapin, ajouter l’insulte à l’injure, c’est du savoir vivre?

      En tout cas, vous ne semblez pas nostalgique du temps, pas si lointain, où les inégalités dans la société étaient bien moins importantes que maintenant. Vous semblez même avoir hâte que la situation évolue encore, toujours, dans le même sens.

      Vous ne le savez pas, mais vous êtes peut-être le prochain sur la liste de ceux qui seront saignés pour assouvir la soif d’accumulation insatiable de nos grands capitalistes.

    • @sans_ambages

      Vous dites :”La ville aurait-elle pris des engagements en mon nom qu’elle ne pouvait pas tenir?”

      TOUJOURS ils font ça, en particulier quand les gens ne protestant pas t que ce sont les nantis qui decident pour les autres.

      Ex .:Quebec ti-labaume nous a endette avec son stade pour des dizaines et des dizaines d annee a venir. les nantis de Sainte-Foy Sillery- nous ont enleve notre petit zoo et ses jardins – ils nous ont endette pas possible avec une cage a oiseaux gigantesque que personne ne voulait aller voir, ils nous ont pourris l existence de notre aquarium qui s eteint maintenant a petit feu.

    • @ Patlefou

      Contribution au régime de retraite 50/50 pour tous et on seulement les employés municipaux mais aussi pour les cadres, les élus municipaux, des MRC, des commissions scolaires, provinciaux et fédéraux.

      Aussi que cette loi 3 s’applique à eux aussi.

    • @monsieur8

      «le prochain sur la liste de ceux qui seront saignés»

      Saignés !!! Hey ! Vous ferez pas brailler personne là ! Come on !

      Ai pas lu ou entendus grand commentaires en faveur de la rétroactivité des mesures proposées et je suis certain que le gouvernement aura ben de la misere à ne pas adopter des mesures pour en premier montrer l exemple. Mais de là à cautionner un comportement digne d un groupe de macaques ? Non oubliez ca.

      Saignés ! Tabern reveille !

    • @noirod, 16h54: Ok, remplacez «saignés» par «mis à contribution».

      Le message est le même. Pour éviter aux mieux nantis d’avoir à faire leur part, on nous demande (vous, moi) d’en faire un petit peu plus, toujours un peu plus… Vous êtes à l’aise avec ça vous? Ça vous agace pas un tout petit peu?

    • Entendu ce matin au gros Paul, Mario Dumont qui est en faveur de la loi 3 parce que cela va faire que le rapport de force va changer de bord………mais le rapport de force n’a jamais changer de bord.

      Suffit d’avoir entendu la majorité des syndicats dont les conventions collectives furent réglées devant un arbitre nommé par le gouvernement…..

      Ce sont des gens comme Mario Dumont commentateur de “Grands Titres” ou de “Unes de journaux” qui influencent ou pensent influencer l’opinion publique.

      Entendu à Dutrisac en après-midi la mairesse d’une municipalité qui s’obstine à enlever des autos-collants à $300.00 d’une auto de police…….puis c’est à recommencer……bonne gestion la madame…..a pourrait attendre la fin du conflit ça va couter moins cher (donc mauvaise gestion la madame.(à moins que que l’on paie un surplus c’est arrivé à Montréal).

      Entendu à la commission sur la loi 3, Yves Francoeur président d’une fraternité de policiers dont la capitalisation du régime de pension est de 106% et dont les gestionnaires sont des policiers.
      Je me suis dit que Henri-Paul Rousseau qui était Président de la caisse à l’époque ou on a perdu 40 milliards, aurait touvé avantageux d’avoir des conseillers qui l’aurait empêcher d’acheter des cochonneries.

      Ça suffit La Loi 3 ….une loi essentiellement injuste concocté par un amuseur public (dixit Marc Ranger) et de son suiveux c’est-à-dire Coderre.

    • @noirod :Non je ne mettrai rien dans ma pipe. Ce qui s’est passé l’autre soir à l’hôtel de ville c’est banal, très banal même ne vous en déplaise et au blogueur. Et celui qui est le « kamarad » dans ce dossier c’ est le gouvernement qui avec son projet de loi va nier le droit à une VRAIE négociation, ce qui est un droit reconnu dans nos deux chartes de droits et libertés. Quand dans ton projet de loi tu dis d’avance à un arbitre quelle décision il devra rendre, c’est un simulacre de négociation et une mascarade.

      Mais j’ai une petite question pour toi noirod : parmi ceux qui n’ont pas de fond de pension actuellement, combien en auront un après le dépôt du projet de loi? Quand tu auras répondu intelligemment à cette question, on continuera de débattre.

    • 50-50 de contribution aux pensions ça me semble raisonnable et mieux que la majorité de la population. Aucune règle dicte que des acquis du passé ne peuvent être enlevés quand la situation économique et sociale ne le permet plus. Ces syndiqués sont au service de la société et la société ne peut et ne veut plus payer. C’est évident. Vous pouvez menacer tant que vous voulez, mais vous ne vous aidez pas dans le processus.

      Le pire, c’est que nous avons vu clairement que le niveau d’éducation et une formation de responsabilité sociale est déficiente dans la formation des policiers. Beaucoup trop facile de devenir policier et de le demeurer.

    • @normy45

      Vous êtes un exemple du manque de capacité d’autocritique de gens qui ont tout eu, qui manquent d’éducation et qui de se font enlever un jouet qu’ils aiment. Ils font une crise…

      L’argent sauvé pourra servir à autres besoins. Si cela sera bien utilisé est un autre débat.

    • Évidemment ça fait longtemps…. Mais en 1982, lorsque Parizeau a réduit les salaires des fonctionnaires de 20% durant trois mois, en adoptant une Loi pour régler les conventions des fonctionnaires, tout en ‘’décrissant’’ l’indexation des régimes de retraite. On avait un contrat de signé pourtant. C’est vrai que Parizeau, voulant nous amener dans sa cage à homard lors du référendum, quelques années auparavant avait consenti une convention qui en donnait plus que ce le syndicat demandait ! Mais c’était un contrat ! Oui, ça se brise un contrat.

      Pour ma part, même si je cotisais à 50%…. suite à ces changements du sieur Parizeau, et du Piquiou qui déchire sa chemise aujourd’hui, il n’en demeure pas moins QUE SELON LE TAIR (taux d’indexation de l’indice des rentes), la portion de ma rente pleinement indexée, avant le 1er juillet 1982, au taux de 1.8%, m’a donné un augmentation ((brute…) de 127,94$ à compter de janvier 2014, et pour les années après le 30 juin 1982, mais avant le 1er janvier 2000, sweet nothing, pcq cette portion est indexée selon le TAIR, moins 3%. Et pour mes années de janvier 2000 à ma retraite en 2005, ma rente est indexée selon le plus élevé de 50% du TAIR ou TAIR, moins 3%, pour une augmentation (brute) de 34,21$.

      Donc, augmentation (brute) de ma rente de 162,15$, soit 13,51$ (brute) par mois depuis janvier dernier.

      Pis là on veut nous faire pleurer, et en plus nous faire payer, via les taxes municipales à venir, pour ceux qui se sont donné des congés de cotisations, lesquelles en plus étaient assez loin des 50% que j’ai cotisé!!!

      Je ne voudrais pas pleurer sur mon clavier qui n’aimerait pas ça.

      Je m’en vais donc, de ce pas, pleurer à l’extérieur. Font tellement pitié. Sniffffffff…

    • @normy45

      parmi ceux qui n’ont pas de fond de pension actuellement, combien en auront un après le dépôt du projet de loi? Attendez un peu. Etes vous vraiment en train de me dire que vous et vos kamarades vous souciez du bien des autres travailleurs québécois ? Et je supposes qu il en fut question lors des nego des conventions collectives passées?

      C est quoi déja le mot que vous utilisez quand vous voulez faire sentir l interlocuteur personna non grata ? Ah oui. Vous faites de la démagogie ! Et la votre ne vaut pas 5 cennes.

      Écoutez le discours de votre fuhrer syndical et dites moi sans rire qu il est pret a négocier. Lisez les commentaires précédents incluant les miens et dites moi qui fait part du plus d ouverture.

      Banal le grabuge a l hotel de ville ? Belle mentalité mon champion ! Au fait saviez vous que vous etes en premiere ligne pour demontrer un esprit civique ? Allez lire la définition dans le dictionnaire, tsé le gros livre, vous allez bien vous bidonner avec les kamarades.

      N essayez pas de gagner la faveur du public parce que vous avez du travail en ta avant d y parvenir. Faudra démontrer de la bonne volonté (?) de la bonne foi(?) et reconquérir le respect des citoyens (?) . Commencez donc par nettoyer les véhicules qui ne vous appartiennent pas et vous verrez automatiquement la face des citoyens changer quand ils vous voient…

    • @keith votre réplique est le parfait exemple du petit démagogue en culotte courtes. Depuis le début de ce débat, ce sont les maires et le gouvernement qui nous parle continuellement des 48% qui n’ont pas de fond de pension.

      Ce que vous comprenez pas est que les employés qui contribuent à un fond de pension avec leur employeur, acceptent un moindre salaire puisque les fonds de pension font partie de la rémunération globale. Par conséquent, ces contributions de l’employeur n’ont rien couté de plus puisqu’il l’aurait donné autrement en salaire.

      Le problème actuel est du à l’irresponsabilité des administrations précédentes qui n’ont pas rempli leur obligations actuarielles envers les différents régimes de pensions sans compter les bouffons qui ont pris congé de contribution parce que les fonds affichaient un surplus de capitalisation .

      Et finalement, je vous encourage à lire le code du travail concernant le rôle des syndicats dans notre société. Ce n’est pas leur mandat de boucler les budgets municipaux. Si Denis Coderre a promis qu’il n’augmenterait pas les taxes c’Est son problème à lui.

      Et en passant, je ne suis pas un retraité municipal et ni un employé municipal, donc on ne m’enlève aucun jouet. Mais je connais un employé que si la loi est adopté , c’est 80 000$ qu’il risque de perdre. Ça en dit long sur votre intelligence si vous considérerez celacomme un jouet….

    • @louismartin
      20 août 2014
      14h23
      Je ne crois pas que le citoyen naïf dont vous parlez ce soit moi !?!

    • @noirod : Ce ne sont pas les syndicats qui ont évoqué qu’il y avait 48% de la population qui n’avait pas de fonds de pension mais bien le gouvernement et le maire de Montréal et ce dans le but d’attiser la jalousie des uns contre les autres. La bonne vieille stratégie qui consiste à diviser pour mieux régner. Arrête de jouer au fin finaud.

      Deuxio, je ne suis ni un employé municipal ou retraité municipal. J’ai 55 ans et je suis encore sur le marché du travail. Mais j’ai suffisamment d’intelligence pour être capable de savoir quand un gouvernement tente de me remplir comme une valise. Ce que le gouvernement du Québec s’apprête à faire avec la loi 3, c’est de donner la capacité aux villes de VOLER des honnêtes travailleurs qui ont négocié de bonne foi des ententes SIGNÉES par les deux parties. Que ça te plaise ou non, c’est un VOL que s’apprête à subir les employés municipaux.

    • noirod, 22h12: «Lisez les commentaires précédents incluant les miens et dites moi qui fait part du plus d ouverture»,

      Les autres, je sais pas, mais votre commentaire est un modèle d’aveuglement avec un petit soupçon de haine. C’est drôle de vous voir parler d’ouverture.

      «vous et vos kamarades … vous faites de la démagogie ! Et la votre ne vaut pas 5 cennes … votre fuhrer syndical … Belle mentalité mon champion … dans le dictionnaire, tsé le gros livre …»

      Vous avez un peu de bave qui coule au coin des lèvres, essuyez-vous, ça fait pas propre,

    • @monsieur8

      Pas drole de se faire servir de sa propre médecine hein ? lol
      «un modèle d’aveuglement avec un petit soupçon de haine» Ca ressemble à l hotel de ville l autre soir vous trouvez pas ? Le vieux dicton dit bien qu il n y a pas plus sourd qu un sourd qui veut rien entendre. Reliez mes mots, relisez les commentaires et tentez donc de sortir de votre bulle un peu.
      Sans rancune.

    • Keith, 21h14: «L’argent sauvé pourra servir à autres besoins»

      Ben oui, il va servir à:
      - donner des centaines de millions à des corporation déjà milliardaires.
      - donner quelques dizaines de millier de plus, par année, à chaque médecin spécialiste ( = fonctionnaire incorporé).
      - couper encore de 1 ou 2% le taux d’imposition des plus riches.
      - maintenir les avantages fiscaux insensés qu’offrent les fiducies… qui ne bénéficient qu’a ceux qui sont déjà millionnaires.
      - acheter des F35 à un milliard l’unité.
      - alouette!!!

      Une classe moyenne bien divisée, où tous vont se battre pour enlever à leurs voisins les petits avantages que eux n’ont pas, est une sinécure pour nos oligarques.

      Ils vous aiment! Mais n’attendez pas qu’ils vous le montrent par contre, ce qu’ils aiment, c’est votre attitude; vous, personnellement, ils vous méprisent. Vous êtes d’ailleurs le prochain qui sera tondu.

    • noirod, 22h51: «Pas drole de se faire servir de sa propre médecine hein ?»

      J’sais pas, je connais pas ce feeling. Vous me sortez des dictons moyenâgeux et me conseillez de sortir de ma bulle ?? Mais encore? Ce sont vos derniers argument? Ah bon. Je reste un peu sur ma faim là. Naïvement, je pensais que vous défendriez mieux votre position. J’ai lu vos mots et les autres commentaires, et j’en conclu que le travail de brain-washing progresse très bien. Dommage.

      Vous êtes convaincu, mais vraiment pas convainquant.

      Rancune? Pourquoi, vous m’avez fait du mal? Vous ne m’avez même pas donné tort!

    • @ gofrankiego

      Le 21 août 2014 à 09h50: Entièrement d’accord avec vous! Peu importe le moment de la signature d’un contrat, le moins que l’on peut exiger c’est que les gens respectent leurs propres signatures…

    • Diviser pour mieux régner, depuis toujours cela existe et fonctionne, et ça continue, toujours et toujours…. Plus ça change, plus c’est pareil….

      Pôvre peuple qui se fait manipuler….

    • @ monsieur8

      Ce n est certainement pas à moi de juger de l efficacité du lavage de cerveau, je crois à ce sujet que l opinion public en général est assez éloquent.

      Et non je ne vous donne pas tort, je crois qu il y a des dizaines d endroits dans l administration de l argent public qui doivent être revus et remis en question et de ne se fier que sur la loi 3 pour esperer changer les choses est une erreur. L état providence n a plus sa place. Parce qu à la base de tout cela il faut voir la source du problème, le fédéral dompe dans la cour du provincial, le provincial dompe dans la cour du municipal, le municipal dompe dans la cour du citoyen mais ca un moment donné ca a ses limites. Les moyens et les besoins sont deux choses et un minimum de vision nous oblige de penser aux futures générations.

      Ceci étant dit ce qui ressortira de cela pour moi c est qu une fois de plus on a un problème avec le système à la base. Prendre sa retraite à 55 ans ca semble en irriter plusieurs parce que maintenant l espérance de vie et bla et bla et bla …mais qu en est il de ceux qui la prennent a 75 ans comme à Radio-Canada par exemple, ou les juges ? Eux aussi étaient supposés arrêter à 65 en toute logique mais puisque l assiette au beurre est là aussi si généreuse… Le système n était pas fait en fonction de telles exceptions …

      Ce qui est le plus frustrant pour ceux visés par la loi 3 c est d être les dindons de la farce, les premiers à potentiellement écoper. D accord avec ca et moi je m attends à ce que les québécois ne lâchent pas le morceau pour que ca soit équitablement assumé dans toutes les sphères de l administration publique.

    • Comme il y en a qui semble dure de “comprenure” je vais vous citer une partie de la lettre que Gabriel Naeau Dubois a fair parvenir aux policiers en juin dernier et qui a paru dans LaPresse :

      “Ce n’est pas sorcier : l’injustice, ça provoque des débordements de rage. J’espère que vous y penserez à l’avenir, lorsque vous serez confrontés à des protestataires excédés. J’espère aussi que vous réaliserez que les luttes collectives ne sont pas l’apanage des « gratteux de guitare », mais bien le moyen de la justice sociale que vous réclamez aujourd’hui.

      Comme plusieurs autres jeunes qui ont à cœur la justice sociale, je suis solidaire de votre mobilisation. La solution aux déficits des régimes de retraite n’est pas le nivellement vers le bas. L’argent de vos caisses de retraite n’a été volé à personne, il ne s’agit après tout que d’une partie de votre salaire auquel vous avez renoncé temporairement pour qu’il vous soit versé plus tard. Reprendre ces sommes aujourd’hui, parce que l’avidité irresponsable des banquiers a fait s’effondrer les marchés financiers, cela revient à punir le travail honnête pour les erreurs des maîtres. Il existe d’autres solutions.

      Dans les prochaines semaines, on cherchera à vous isoler en divisant la population. La stratégie est vieille comme le monde. On retournera la population contre vous, en parlant de vos régimes de retraite comme d’un luxe inacceptable. Sachez que je vous défendrai contre ces attaques, en gardant à l’esprit – malgré nos divergences – que votre lutte est avant tout une lutte politique, dont le principe est la redistribution de la richesse et la solidarité intergénérationnelle. L’avenir de ma génération repose en grande partie sur votre capacité à défendre les outils dont se sont dotés les travailleurs pour se garantir de vieillir en paix, auprès des leurs.”

      Je retiens deux chose que GND a dit :

      Primo que le gouvernement était pour tenter de tourner la population contre les employés municipaux. À voir le nombre de gros poisson sur ce blogue, la stratégie a fonctonné.

      Deuxio GND l’exlique simplement pour les espris simplets : “L’argent de vos caisses de retraite n’a été volé à personne, il ne s’agit après tout que d’une partie de votre salaire auquel vous avez renoncé temporairement pour qu’il vous soit versé plus tard”

    • Vous avez obtenu sous la menace des conditions qui n’ avaient pas d’allure point finale. Il est temps de corriger la situation. Désolé mais vos vielles techniques d’ intimidation et de menace me fonctionnent plus. Vous aller devoir faire des concessions oui oui vous avez bien lu CONCESSIONS.

    • Si le gouverement se dirige vers une negociation pour partager les déficits accumulés alors là, il fait fausse route. Peu importent les conditions qui ont mené à ce que ces conventions soient accordées, il est impensable de rendre rétroactive une mesure qui serait votée aujourd hui. Va pour en venir à une entente écrite afin de corriger la situation lors d une prochaine convention collective mais le présent contrat doit être respecté et ceux du passé ne peuvent ni ne doivent être revisités.

    • @ElvisHasLeftTheBuilding : complètement dans le champ ! Les conditions de travail de la plupart des employés municipaux n’ont pas été obtenu sous le menance comme vous dites mais en arbitrage , processus prévu par le code du travail (qui est une loi) et la plupart des conventions collectives. C’est pas drôle d’être ignorant à ce point et de venir l’étaler sur un blogue pulic comme celui-ci. Faut dire qu’avoir Elvis comme pseudonyme en dit long sur la profondeur intellectuelle de celui ou celle qui se cache derrière…

    • @noirod 21 août 2014 22h12
      “@normy45 Attendez un peu. Êtes-vous vraiment en train de me dire que vous et vos kamarades vous souciez du bien des autres travailleurs québécois ?… Banal le grabuge a l’Hôtel de ville ? Belle mentalité mon champion !… N’essayez pas de gagner la faveur du public parce que vous avez du travail en ta… avant d’y parvenir. Faudra démontrer de la bonne volonté (?) de la bonne foi(?) et reconquérir le respect des citoyens (?). Commencez donc par nettoyer les véhicules qui ne vous appartiennent pas et vous verrez automatiquement la face des citoyens changer quand ils vous voient…”
      Je n’ai pu me retenir de répéter vos propos tellement cela rejoint mon sentiment d’écoeurement actuel. Il est honteux que les leaders actuels et leurs cabochons à gros bras osent parler aujourd’hui d’honnêtes négociations, menées de bonne foi, alors qu’ils ont pris littéralement les citoyens et leurs représentants en otage afin d’obtenir (par la peur et la force) des conditions de travail n’ayant aucun sens lorsqu’on les compare avec celles d’autres travailleurs qui exercent des fonctions similaires au gvt ou même au privé. Avant même le début de la Commission parlementaire, ils étaient déjà “en guerre”, arrogants, menaçants… comme dans toutes leurs supposées négociations menées “de bonne foi” au niveau municipal.

    • “. L’argent de vos caisses de retraite n’a été volé à personne, il ne s’agit après tout que d’une partie de votre salaire auquel vous avez renoncé temporairement pour qu’il vous soit versé plus tard. Reprendre ces sommes aujourd’hui, parce que l’avidité irresponsable des banquiers a fait s’effondrer les marchés financiers, cela revient à punir le travail honnête pour les erreurs des maîtres. Il existe d’autres solutions.”

      Gabriel Nadeau Dubois

    • @normy45
      il existe des exemples ou l’arbitre a donné plus que ce les syndicats demandaient.Cherchez l’erreur?

    • @voeckler 20 août 2014 16h56 : ” Le Québec est une société malade et ingouvernable. Une société en phase terminale.”

      FAUX.

      Tant et aussi longtemps que les gens pourront s’exprimer libement en parlant ou même en se chicanant, ou en s’enguleulant vulgairement – et ce – même si leur opinions sont grandement discutables (sexisme – racisme – xénophobie – arabophobie) pour certains, cette société est saine et restera saine.

      Une société devient malsaine quand les gens sont muselés, quand un peuple par la voix de sa religion ou ses doctrines incite à la haine.

      Et en passant, ce n’est pas de DIRE ce qu’ON aime pas (ou ne veut) pas – ou bien QUI on aime pas, qui est haineux. Le haineux c’est quand on fait du mal aux autres.

      Exemple : je peux dire que je n’aime pas les voilées en général et ceux qui sont ici en particulier parce qu’ils ne s’intègrent pas, ils colonisent. C’est peut-être du xénophobisme (quoi qu’on pourrait en discuter aussi…). Là où cela serait haineux c’est si je demandais aux autres de les détester ou de les faire souffrir ou de les décapiter comme eux ont fait au journaliste américain.

      Au Québec la liberté de parole est quelque chose de reel, meme s’il y a un prix à payer pour l’utiliser.

    • Je veux mon cinéma maison, mon spa, mon 4 roues…pis on va leur casser la yeule à ceux qui nous refuse ces choses élémentaires!

      À force de nourrir l’individualisme, on fini par se faire dicter les lois par l’individualisme!

      Cette force doit être alimentée pour avoir un impact!
      Et elle est alimentée par nos choix dans nos gestes quotidiens.

    • Durant les trois prochains jours, voici une liste des intervenants qui, espérons-le, vont défendre les contribuables:

      la Ville de Québec
      la Ville de Montréal
      l’Union des municipalités du Québec
      la Ville de Rimouski
      la Ville de Longueuil
      la Ville de Gatineau
      la Ville de Drummondville
      la Ville de Sherbrooke
      Force Jeunesse
      la Ville de Laval

      Voici maintenant la liste des intervenants qui vont assurément défendre les pensionnés de l’État:

      Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec
      Association du personnel retraité de la Ville de Québec
      Confédération des syndicats nationaux
      Regroupement des associations de pompiers du Québec
      Association québécoise des retraités du secteurs public et parapublic
      Centrale des syndicats démocratiques
      Fédération indépendante des syndicats autonomes
      Fédération des policiers et policières municipaux du Québec
      Fraternité des policiers et policières der Montréal
      Association des pompiers de Montréal
      Syndicat des pompier et pompières du Québec
      Réseau FADOQ
      Fédération des association de cadres municipaux du Québec
      Syndicat canadien de la fonction publique
      Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec
      Association québécoise de défense des personnes retraitées et préretraitées

      On compte donc 10 intervenants qui devraient défendre les contribuables contre 16 qui vont assurément défendre les pensionnés de l’État !

      source antagoniste.net

    • Les régimes de retraite à prestation déterminée c’est la cadillac des régimes. Car cette cadillac ne tient pas compte de l’économie. GND ne comprend rien à l’économie lorsqu’il dit que ce sont les employés qui paient leur retraite ou il est de mauvaise foi comme lors de son fameux passage à RDL. Parlant d’avidité.

    • il existe des exemples ou l’arbitre a donné plus que ce les syndicats demandaient.Cherchez l’erreur?
      __________
      Mais il n’y aucune erreur. Les arbitres sont des avocats issus des sc. humaines sans math. Vous attendez à quoi? Une décision rationnelle?

    • @andre-grenierr@hotmail:

      “existe des exemples ou l’arbitre a donné plus que ce les syndicats demandaient.Cherchez l’erreur”

      Un exemple concret svp ?

    • Il devrait y avoir un syndicat de contribuables avec une formule Rand. Imaginez comment ce syndicat serait riche et puissant.

    • @normy45 et monsieur8

      Les gens en question sont payés par les citoyens et les citoyens ne veulent pas payer plus de 50% de votre régime de pension. Oui, cela aurait été votre augmentation de salaire lors de negotiations passées. Le governement a cédé en faisant le compromis de contribuer aux régimes de pension. Vision courte et pelletage en avant de leur part. Maintenant, la réalité frappe. Pas les moyens… soyez heureux de ce que vous avez eu et maintenant il faut revenir vers des normes qui réflètent votre veritable valeur et notre capacité de payer. Sinon, allez dans le privé…

      Hahaha … traitez tout le monde de tous les noms sans les connaître. Ça sent le mandat personel ou commandé d’influencer les blogues votre affaire, mais peu importe. Vos réponses à tout le monde, ne font que prouver le point de la population : vous nous prouvez que vous n’assumez pas votre choix d’être au service du publique et d’être assujettie aux capacities de payer des contribuables. Vos poches sont votre horizon.

      L’argent sauvé sera mal dépensé? C’est un autre débat et je serai avec vous si l’argent sauvé n’est pas clairement attribué de façon productive. En fait, je crois que cet argent est mal dépensé en ce moment…

    • @ keith : ce n’est pas MON régime de pension , je ne suis pas employé ni retraité municipal.

      Que les citoyens ne veulent pas payer plus de 50% des contributions est une chose, mais c’est à la tabl de négo que ca se passe et les ententes passés ont été signés de bonne fois , du moins par une des deux parties. La volonté des citoyens n’EST PAS RÉTROACTIVE, désolé. Si aujourd’hui les citoyen trouvent exagéré la portion que l’employeur payait , les citoyens auraient peut-être du se grouiller le c…au lieu de rester chez eux lors des élections municipales (avec des taux de participation de 40% vous ne me ferez pas pleurer sur les sort des contribuables paresseux).

      Pour en revenir à votre 50% , ce n’est pas ce qui achoppe en ce moment. Les syndicats sont prêst à le faire pour le futur. Là ou il y a problème c’est pour le passé. Certains fonds présentent des déficits du à un mauvaise administration antérieure de la part des villes et des congés de contisations de la part de ces même villes. Et aujourd’hui on voudrait , pour rembourser ces déficits , aller voler l’épargne des travailleurs ? Parce que c’est ce qu’est un fond de pension: un renoncement à du salaire au moment de la signature, pour pouvoir obtenir ce salaire en différé. On appelle ça aussi de l’épargne. Et le gouvernement s’apprête à voler cette épargne-là

      Si cette loi passe, imagine toi un instant que ces travailleurs vont contribuer d’avantage pour une régime moins généreux. Bravo! Bravo! Le pire dans tout cela,est que la majorité des régimes acutels sont en bonne santé. Mais le gouvernement s’apprête à passer à la tronconneuse tous les fonds pour rembourser les déficits de quelques uns, déficit dû à la MAUVAISE GESTION des adminsitration municipales passées.

      L’argent sauvé sera bien dépensé ou mal dépensé ? Faux débat. Quand une municipalité est prête à s’endetter pour construite un aréna de pousseux de puck et qui risque de devenir un éléphant blanc, je n’ai pas grand compassion des contribuables qui dorment au gas devant ces conneries.

    • Voci un extrait d’un chronique signé par Lise Payette dans LeDevoir et vous vous apercevrez que le gouvernement d Jean Charest…OUPS ! de Philipe Coullard n’est pas sorti du bois!

      “J’ai la fâcheuse impression que le gouvernement Couillard est en train de commettre avec les policiers, les pompiers et tous les autres travailleurs concernés, la même erreur que celle qu’avait commise le gouvernement Charest avec les étudiants. Il est évident maintenant que la meilleure solution aurait été de chercher honnêtement un terrain d’entente avec les étudiants en leur proposant un échéancier qui aurait peut-être été acceptable par toutes les parties. S’engager vers la gratuité scolaire dans un avenir prévisible, avec franchise, respect et en reconnaissant que l’éducation est la clé de l’avancement d’un peuple, ça aurait aidé.

      On a encore choisi la bonne vieille méthode d’un gouvernement sûr de lui et on a laissé les travailleurs crier sur les toits. On sait qu’ils ne veulent pas d’une commission dont ils sont convaincus qu’elle est bidon. Ils ne veulent pas de la loi 3. Ils répètent depuis des semaines qu’ils sont prêts à s’asseoir pour discuter d’une solution qui ferait le moins mal possible aux deux parties. Les entendez-vous, vous du gouvernement ? Ils vous tendent la main et vous ne la prenez pas ? La leçon donnée par les étudiants ne vous a donc servi à rien ?

      Des travailleurs qui estiment avoir honoré leurs engagements se retrouvent devant un mauvais sort qu’ils n’avaient pas vu venir. Jusqu’où sont-ils prêts à aller pour récupérer le maximum de ce qu’on leur avait déjà promis ? Ces débats ne peuvent pas se faire dans les journaux. Il faut réunir des gens de bonne volonté représentant les deux parties, voir quelle est la marge de manoeuvre possible et aller aussi loin qu’on peut sans laisser de profondes cicatrices qui marqueront la relation pour toujours”

    • À tous les futurs pensionnés full blindés. Les jeunes ne veulent plus faire les frais de votre pension dorée guarantie. Vous en avez assez pris en amenant le Québec au bord de la failitte. Tassez-vous les mononcles et faites la place aux jeunes. Comment peut-on penser une seconde qu ‘un modèle basé sur l’ancienneté (autrement dit, le nombre d ‘années que je cotise) puisse séduire les plus jeunes?

    • @pourvoyeur,

      “Faites la place aux jeunes.”

      Elle est bonne, celle-là. Ne voyez-vous pas qu’en appauvrissant les “vieux”, vous tracez vous-même un chemin plus ardu pour les “jeunes”? Se contenter de moins, c’est ça être jeune? Pfffrt, dis-je!

    • L’opinion publique, ah bon.
      Vous vous rappelez le résultat du premier référendum connu?
      C’est lorsqu’on a demandé à la foule: “Barabas ou Jésus?”
      Alors vous savez l’opinion publique…

    • Du plus loin que je me souvienne les fonctionnaires et surtout ceux des municipalités n’ont pas jouis de l’appuie de l’opinion publique sauf peut-être les pompiers. De toute façon les seuls moments où les travailleurs et travailleuses syndiqués ont pu bénéficier de l’appui de la populations c’est lors de fermetures sauvages et encore quand Alain Bouchard a fermé les portes des deux couche-tard et mis dehors les employés payés au salaire minimum dès l’accréditation je n’ai pas vu beaucoup de gens s’émouvoir de leur sort. Alors perdre l’appui de l’opinion publique change-t-il vraiment quelque chose? C’est à voir.

    • Quand le public réélit les responsables de la corruption étatique des 10 dernières années, les responsables du déclin du Québec, élit Denis Coderre, jalouse ceux qui ont plus, est devenu indifférent à tout ce qui ne se situe pas dans un rayon de 3 pieds de leur personne, peut-être qu’aller contre l’opinion publique est une excellente chose.

    • @roubaix
      22 août 2014
      18h33
      Et si la foule avait crié : “Jésus”! Où en serions-nous maintenant ! Cette réponse de la foule devait être “écrite” quelque part, trouvez-pas !?!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité