Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 12 juillet 2014 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (80)

    Montréal: une ville née pour un petit pain?

    706x410q70467d603f1bc7ad22d01e3e96d0cb62fa

    On est maître de ce qu’on écrit dans le journal, mais pas des interprétations qu’on en fait…

    Mon texte sur Montréal l’anti-Bilbao a beaucoup fait réagir. Il a été très apprécié par les lecteurs en général, applaudi par quelques urbanistes et architectes, mais aussi descendu en flammes par certains autres, qui m’accusent d’avoir pondu «une ode à la banalité».

    Dur, dur… Je ponds un texte qui fait l’apologie de la créativité montréalaise, de l’originalité de ses composantes, de la force de ses éléments à échelle humaine, et on m’accuse de tirer Montréal par le bas, de ramener la ville au petit pain pour lequel, suivant mon discours, elle serait née.

    Un mot : pantoute.

    Mon texte est même l’exact opposé, il s’agit d’une ode à la créativité, à l’originalité, à l’audace architecturale. C’est la richesse de Montréal, c’est ce sur quoi Montréal doit miser pour continuer à se distinguer.

    Seulement, pas besoin d’une créativité grandiloquente, d’une originalité monumentale, d’une audace spectaculaire, comme celle qui a fait la renommée de Bilbao. Pas besoin des Gehry, Calatrava, Hadid, Foster, Koolhas, Piano et autres. S’ils veulent nous payer une visite (et une oeuvre), tant mieux, mais ce n’est pas une nécessité.

    Là est mon point.

    Bilbao en avait manifestement besoin pour se faire une place «sur la map», comme l’a démontré son musée Gugenheim. Toronto, qui malgré ses forces est plutôt terne, en a peut-être besoin pour se mettre en scène. Calgary, aussi.

    Mais Montréal a un «oumf» que leur envient justement des villes comme Toronto et Calgary, un «oumf» qui se retrouve dans ses composantes, ses détails, ses recoins.

    Plutôt que de rêver à une architecture iconique pour se distinguer, la métropole peut se payer le luxe d’une architecture «près des gens, généreuse et décontractée», pour reprendre l’expression d’un habitué de ce blogue avec qui je me suis entretenu,le designer de l’environnement Francis Huneault.

    Je ne m’oppose donc pas à «l’architecture de qualité», contrairement à ce que certains ont dit, mais à l’architecture qui se doit de porter une signature internationale pour être de qualité.

    Je préfère 100 fois un bâtiment comme l’édifice de la Caisse de dépôt, signé Daoust Lestage, qu’une tour de Gehry qu’on peut déposer dans une ville ou une autre. Et de la même manière, je préfère 100 fois un pont sobre et élégant conçu par Jensen et Provencher-Roy, qu’un pont exubérant signé Calatrava comme on en retrouve dans plusieurs villes.

    Oui, la tour de Gehry et le pont de Calatrava attireraient plus de regards, plus d’attention, plus de touristes, mais l’édifice de la Caisse comme le pont de Jensen s’ancrent mieux dans la ville, se démarquent par leur souci du détail et du raffinement, en plus d’améliorer l’expérience et la qualité de vie des usagers, et des Montréalais par le fait même.

    Je ne fais donc pas l’apologie de la médiocrité, mais d’une certaine simplicité. Je ne veux pas du banal, mais de l’original. Je ne cherche pas la fadeur, mais la valeur de l’architecture bien ancrée dans ce qui fait la richesse de Montréal : non pas sa grandiloquence, son artifice ou sa monumentalité, mais sa créativité, son originalité, sa singularité et, aussi, sa simplicité.


    • Ce qui fait la richesse d’une ville c’est avant tout le capital humain. On aurait tout interet a previlegier des echanges avec dautres villes. Pourquoi ne pas avoir un institut du monde arabe comme a paris et aussi un institut cervantes pour le monde hispanique.Pourquoi Coderrre se contente d’aller seulement dans des pays francophones comme la france et la belgique.

      Parlant d’architecture on pourrait par exemple regarder dubai spectaculaire par contre c’est vide de sens comme ville. Beau contenant pauvre contenu .

      Je pourrait par exemple parler de l’exemple de Madrid que je connait tres bien et de Barcelone.
      Madrid n’a vraiment rien d’attirant a première vue a comparer de Barcelone.

      Par contre les plus de Madrid c’est un cout de la vie plus abordable. Devellopement du transport en commun incroyable. Devellopement des rues en previlegiant les espaces verts.
      Les grandes avenues de cette ville on des terre plein parc linéaires.
      Barcelone est rendu tellement touristique que c’est devenu comme un gros dysneyland. Tellement que plusieurs la fuie pour cela.

      Ca serait bien d’avoir rene levesque et sherbrooke avec des terres pleins avec des arbres par exemple.

      Trop souvent a montreal on renove des parc avec un surplus de beton que l;on mette de la vegetation a la place.

      Que j’aimerai donc voir tout les terrains vacant de montreal avec de la verdure. Par exemple pour quoi ne pas faire un parc avec le terrain juste a cote du pont jacques-cartier et de tele-quebec.
      Cela serait tres jolie comme vitrine en entrant a montreal par le pont jacques cartier.

      On manque de verdure dans la partie est de la ville surtout. C’est tellement jolie de la verdure et en plus ca ne coute pas cher a maintenir contrairement au béton.

      Aussi qu’est ce qu’on attend pour améliorer le train de l’ouest. Pour le relier avec l’aeroport.
      Ca serait pas trop compliquer a faire l’emprise est deja la.

      Montreal me fait beaucoup penser a Berlin a certain point. La négligé du pays mais un vrai trésor caché.

    • Je suis bien d’accord en ce qui concerne l’édifice de la caisse de dépôt. Ce projet mise d’abord sur une qualité de construction exceptionnelle, tout en accordant une place importante à la qualité architecturale de ses espaces. Une très grande réussite dont nous pouvons être fier et qui devrait servir de modèle pour la réalisation des bâtiments publics québécois.

      Toutefois, pour ce qui est du nouveau pont Champlain, je crois que ceux qui font l’éloge des esquisses présentées (avec raison selon moi), négligent un facteur très important: il s’agit ici seulement d’esquisses de présentation!! Pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis désolé de vous l’apprendre, mais le pont final ne ressemblera probablement pas du tout aux images qui ont été présentées. Le projet devra malheureusement passer dans la tordeuse du PPP et subir les contraintes de notre merveilleux système basé sur les ”plus bas soumissionnaires conformes”.

      Tant mieux si je me trompe et que le nouveau pont sera, au final, réellement comme sur les images de présentation. Mais je préfère vous avertir, ne vous faites pas trop d’illusions; nous sommes au Québec!

    • (J’ai cru lire le discours d’un curé, me faire l’apologie de la pauvreté sur la richesse…) C’est bien, dans un texte, renforcer votre argumentaire par des «applaudi par quelques urbanistes et architectes», mais, pour demeurer honnête, journalistiquement parlant, j’aurais aimé y retrouver des noms, des sources. L’urbaniste ayant ‘conçu’ le gossage artisanal des balançoires à la Petite Italie ne ferait pas trop crédible, soit dit en passant.

      Ce que moi et d’autres avons voulu signifier par notre déception assurée concernant le nouveau pont Champlain, c’est que Montréal a manqué le bateau, encore une fois, de se distinguer. La Maison Symphonique, la Grande Bibliothèque et maintenant ce futur pont Champlain auraient été l’occasion d’apporter un nouveau souffle à la ville, par une nouvelle signature. Nul besoin de beaucoup de $$$, mais de l’audace, de l’originalité et surtout, du courage politique et artistique. À regarder les cartes postales qui se trouvent au carrefour des touristes, c’est les éternelles vignettes qui se mêlent aux ours blancs, aux Indiens, aux feuilles d’automne = Zzzz Zzz Zzz Il est temps d’un renouveau, et c’est urgent.

      Et pour finir, je n’ai jamais entendu un Torontois envier Montréal. Le côté européen, peut-être, mais sûrement pas notre bouffe de rue (18$ pour casser la croûte entre une borne-fontaine et un cône orange). Leur système léger sur rail, leur réseau de train de banlieue hyper développé, leur réseau de métro qui ne cesse de se développer aussi. La plage urbaine: ici on en parle, on en parle, on en parle, on en parle aussi pour le 375e… sûrement. Enfin, je pourrais dire, sans me tromper, que Montréal a tout à envier à la VRAIE métropole qu’est Toronto.

    • Pour Frank Gehry, je ne suis pas surpris que le nom de Walt Disney apparaisse sur la salle de concert de Los Angeles…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Walt_Disney_Concert_Hall

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Disney_et_l%27architecture

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Disney_Village

      Pas étonnant que les touristes affluent…

    • Quand les interprétations de votre propos diffèrent à ce point de votre propos, vous devriez peut-être vous demander si votre propos était aussi clair que vous semblez le croire. Des cours de logique pour structurer et clarifier vos argumentaires, ça ne vous traverse jamais l’esprit?

    • Un petit pain qu’il faut aussi partager avec les autres
      villes de l’ile et tous les arrondissements…

    • J’etais a Toronto il y a un dizaine de jours , une premiere depuis 15 ans , et j’avoue que la ville m’a beaucoups impressionnee , j’ai ramene des photo du skyline de la ville epoustouflantes , pendant les premiere heures j’avais l’impression d’etre en asie , fini les building carre gris , il y en a meme un en forme de voile bleue (connais pas le nom ) mais superbe , c’est ce que j’adore de Shwnzhen en chine surtout dans luohu , pas besoin de donner une addresse tu peut juste decrire un batimenet telement leur style est eclate et trestres different , montreal : suite de boite carre grise sorti de la meme chaine ikea ou presque , nous on a besoins d’addresses

    • Et pour Koons, qu’est-ce qui attire vraiment le public, la force de l’oeuvre ou bien le produit de consommation ? Le petit chien puppy c’est un symbole par excellence du kitsch…

      http://www.guggenheim-bilbao.es/fr/oeuvres/puppy-4/

      Mais tiens génial ! Koons fait partie du mouvement artistique kitsch…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeff_Koons

      ”c’est surtout un artiste cultivant le kitsch très apprécié par des milliardaires nouveau-riches ”

      Pour les critiques du Musée venant du grand public sur le web bien ils sont éblouis par l’architecture mais déçus par les expositions pour plusieurs… Bien, on est pas surpris…

      Cela ne veut pas dire que Gehry ou Koons ne sont pas des grands artistes mais ils sont aussi des grands vendeurs… C’est plus le génie commercial ou encore de connaître la culture populaire qui attire les touristes de partout sur la planète…

    • Du premier URL de lecteur_curieux sur le Walt Disney Concert Hall: «Le budget initial du projet ne suffit pas à réaliser le complexe musical, aussi la ville de Los Angeles participe au financement de la construction des six niveaux de sous-sols (essentiellement des parkings). La famille Disney contribuera à nouveau par des dons pour un total dépassant les cent millions de dollars.»

      Commencé en 1988 et terminé en 2003, soit 15 ans avec dépassements de coûts, arrêts de chantier. Finalement, Montréal ressemble pas mal à Los Angeles.

    • Je crois que vous êtes artisan de votre propre malheur parce qu en comparant MTL vous avez ouvert la porte aux montréalais nés pour un p tit pain. Ce n est pas la ville qu il faut qualifier mais son habitant (péjoratif) qui ne voit pas la poutre qu il a dans l oeil.

      Juger sa ville par les oeuvres architecturales qu on voit à tous les jours c est un peu une garantie d écoeurantite. Par exemple,nous sommes les seuls au Québec à connaitre l histoire du stade Olympique ad nauseam et donc a le considérer négativement. Demandez l avis des touristes pour voir.
      Au même titre que si vous demandez aux newyorkais leur avis sur l Empire State Building, plusieurs vont le trouver ordinaire.

      Montréal c est beaucoup plus qu une simple réalisation physique. C est une ambiance et une culture unique. On dit souvent que Montréal est une cité évenementielle avec raison sans doute mais pourquoi ? Parce que ce sont des réalisations humaines à différentes échelles. Si parfois des créations prennent des dimensions internationales, d autres ont comme seul public-cible un quartier.

      Bien sur qu on peut trouver et voir mieux ailleurs mais on peut surtout voir pire ce qui fait en sorte qu un moment donné on est toujours contents de revenir chez nous.

      Faut arrêter de se comparer parce que ca n amene que de la jalousie et ca fait en sorte que nous pensons pouvoir nous offrir ce qui est hors de notre portée. En 2014 il me semble évident qu un virage plus sobre et plus réaliste est amorcé . Un n empêche pas l autre, c est pas parce qu on choisit des projets à notre grandeur qu ils sont nécéssairement inférieurs.

      Sauf aux yeux des montréalais dégustant leur petit pain!

    • Je me souviens de ce que Charles Bronfman avait déjà dit. Que le plus grand leg qu’avait eu montreal c’est son systeme de métro.

      @berangere la douce
      Vous avez raison Toronto n’a rien a envier a montreal. Surtout quand on voit voit des liaisons aerienne directe a partir de toronto pour Lima Perou et Santiago Chili alors que montreal compte une communauté chilienne et péruvienne beaucoup plus grande c’est un non sens.

    • Sérieusement, ces gros noms de l’architecture qui facturent en conséquence. Vous achetez quoi quand vous faites affaire avec eux? Vous achetez des copies de ce qui les a rendu célèbrent et leur nom pour mettre sur l’ouvrage. C’est comme les jeans griffés qu’achètent les actrices d’Hollywood à des prix indécents juste pour être certaines que leur femme de ménage ne puisse porter le même. Intrinsèquement, c’est toujours bien juste du foutu coton teint en bleu.

      Celui qui a fait un bon coup, c’est celui qui a acheté la première oeuvre qui rendra célèbre l’architecte au moment où celui-ci ne pouvait prétendre facturer le gros prix.

    • Je pense que je l’aime finalement la salle de concert conçue avant le Musée de Bilbao…

      http://interactive.wttw.com/tenbuildings/walt-disney-concert-hall

      Je m’éloigne un peu du sujet mais cela m’y ramène… Il faut que l’oeuvre corresponde vraiment à la culture locale…

      J’aime pas tellement le tire anti-Bilbao, je diras plus qu’on a rien à voir avec eux mais bien sûr, il y a des points de rapprochements car même eux en faisant affaire avec un américo-canadien et un américain reprennent quelque chose de la culture nord-américaine. Quelqe chose qu tend vers l’universel mais cela clique aussi avec l’Espagne.

      Alors de parler de ce qui se fait dans les quartiers et de la vivacité de Montréal… C’est pertinent.. l’architecture doit venir refléter cela et ensuite tendre vers l’universel…

      Il faut commencer par là… Que la petite graine se transforme ensuite en bouquet…

      Le petit pain ? Les petits pains se vendent très bien. Si on veut reproduire le miracle de la multiplication des pains… LOL… ce ne sera pas avec un pain industriel mais avec des milliers de petits pains d’abord…

    • Juste pour vous consoler la fameuse cité des arts et sciences de Valencia concu par Calavatra , vieilli tres mal et tombe en ruine déjà. Ca pourtant été construit dans le commencement des années 2000.

    • Personnellement, je préférerais une ville où il fait bon vivre, plutôt qu’une ville tape-à-l’oeil dont je serais fier.

    • On ne pourra jamais vous reprocher un manque d’ardeur et de constance au travail, M. Cardinal. De tous les blogueurs/chroniqueurs vous êtes celui qui, sans faute, nourrit la bête le plus régulièrement et avec un sujet difficile, Montréal. Merci d’être fidèle au poste.

      Montréal l’anti-Bilbao maintenant… La photo qui coiffait la chronique partait mal le bal. J’ai stické sur cette discutable Place Shamrock. Un mot : pantoute.

      20/20 pour votre ” Montréal a un «oumf» que leur envient justement des villes comme Toronto et Calgary, un «oumf» qui se retrouve dans ses composantes, ses détails, ses recoins. ”

      Un mot: tout est là.

    • Je suis parfaitement d’accord avec vous M. Cardinal.

      Vaut mieux un bâtiment de qualité et bien conçu, d’une commande architecturale de qualité, qu’un bâtiment conçu par un “starchitecte”.

      Mon seul bémol, si je groupe Gehry, Hadid, Calatrava, Koolhas, comme vous, dans la catégorie “starchitectes”, je crois que Foster, Piano, ou encore Bjarke Ingels (BIG) quoique “stars” font vraiment de l’architecture autrement. Certains architectes, quoique “stars” restent en contexte. Foster ou Piano ou BIG n’ont pas de “signature” (à la Gehry), et leur bâtiments sont contextuels et intelligents. Un peu comme Pei (Place Ville Marie) l’a été. Tous les “starchitectes” ne sont pas créés égaux… :)

      Par ailleurs, comme vous j’admire certains bâtiments plus “low key”, la CDP en est un exemple bien montréalais. Par ailleurs je me permet un petit correctif, la CDP est l?oeuvre de Daoust Lestage, avec Eric Gauthier et Lemay… rendons à César…

      JF Garneau
      Architecte

    • @berangere.ladouce:
      ”J’ai cru lire le discours d’un curé, me faire l’apologie de la pauvreté sur la richesse”

      Mais où avez-vous lu dans ce billet qu’il fallait faire l’éloge de la pauvreté? Un projet bien calibré ne veut pas dire un projet frugal. Ça veut juste dire un projet sensible.

      Le but d’une architecture, n’est pas d’abord et avant tout d’être un feux d’artifice, mais bien de répondre élégamment à une problématique. L’architecture est aussi la réponse à un contexte (urbain, géographique, historique, économique, etc). Or, un musée comme celui de Bilbao est un objet spectacle conçu seulement que pour être regardé. C’est une sculpture. C’est de cela qu’on parle quand on parle de starchitectes, ces vedettes de l’architecture qui signent des édifices-recette un peu partout où on consent les payer.

      Un exemple concret: la Cité des Arts et des Sciences de Valence. Elle a plombé toute l’économie régionale et est maintenant une risée aux yeux des Espagnols. Seuls les honoraires de l’architecte s’élèveraient à 94 millions d’euros! C’est ça le coût d’une architecture spectacle. Ça vous semble justifiable, ça vous semble souhaitable? Possible?

      Pas moi.

      Francis Huneault

      soucres: http://www.businessweek.com/articles/2012-05-31/calatravas-valencia-project-attracts-the-ire-of-spanish-politicians

    • Pas besoin d ‘aller jusqu’à Bilbao, même Winnipeg peut s ‘offrir un magnifique musée des droits de la personne d’envergure pendant que Montréal stagne.

    • @francisk,

      «Le but d’une architecture, n’est pas d’abord et avant tout d’être un feux d’artifice, mais bien de répondre élégamment à une problématique.»

      Problématique: La problématique est la présentation d’un problème sous différents aspects.

      Comme une majorité de gens qui sentent qu’un problème n’est pas assez important s’il est qualifié de problème, vous utilisez problématique lorsque vous voulez en réalité dire problème.

      Le but de l’architecture est de résoudre élégamment un problème. C’est peut-être moins ronflant, mais c’est plus clair et surtout plus juste.

    • A part les montrealais, toute personne qui visite Toronto et Montreal va prefere Toronto. Transport en commun, acces a l’eau (Queen’s Quay versus l’autoroute Bonnaventure), proprete, activites familiales. On parlera pas ici du reseau routier et des reseaux d’aqueduc. Quebec est pas mal plus le fun a aller (super restos, activites plein air hiver comme ete, histoire, architecture).

      Montreal a des croutes a manger et avec les debordements a prevoir avec les syndicats municipaux, cest pas demain la veille que ca va se nettoyer et se gerer efficacement. Cesr bien le fun l’architecture, mais a part les tres riches. et les chroniqueurs, cest loin du monde normal.

    • @dcsavard

      J’accorde une grande importance au choix des mots que j’emprunte. Je suis donc heureux de voir que vous y accordez aussi de l’importance.

      Sachez toutefois que comme j’aborde l’architecture comme la résolution d’un ensemble complexe de contraintes (site, budget, contextes, échéanciers, etc), l’usage du mot problématique (le nom et non l’adjectif) était tout à fait à propos.

      Mon travail serait bien plus simple si j’avais un seul problème par projet à régler.

      Francis Huneault

      source:
      http://www.granddictionnaire.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8985587
      http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2313

    • Les folies de grandeurs en espagne un autre exemple le mega hôpital de Toledo au sud de madrid avec une population de 77 000 personnes et un des hôpital le plus grand d’europe a moitié terminer et maintenant abandonné .

      http://www.elconfidencial.com/espana/2014-07-06/asi-es-el-hospital-de-toledo-hito-del-gasto-autonomico-que-agoniza-hoy-abandonado_156766/

      5000 euro serait necessaire pour nettoyer les puits de lumiere inacessible.

    • @francisk,

      votre usage demeure mauvais. Il s’agit de la méthodologie ou de la présentation du ou des problèmes. Problématique ne signifie pas une multiplicité de problèmes, pour ça il y a un s à ajouter à la fin de problème. Le pluriel de problème n’est pas problématique.

    • “A part les montrealais, toute personne qui visite Toronto et Montreal va prefere Toronto.”

      Ça vient d’une étude de marché touristique sérieuse, ce commentaire, je suppose. Pouvez-vous donner une référence?

      ” Transport en commun”

      Montréal n’a franchement pas de lacune majeure dans les quartiers centraux, comparé à Toronto. Avez-vous quelque chose de précis en tête?

      “acces a l’eau (Queen’s Quay versus l’autoroute Bonnaventure)”

      Il me semble de très mauvaise foi de comparer un secteur industriel de Montréal, loin des circuits touristiques et inconnu de tous les touristes, en ignorant complètement les accès touristiques aménagés, et comparer l’accès à l’eau principal de Toronto.

      Une comparaison beaucoup plus juste serait le Vieux-Port de Montréal. Dans ce cas, le quartier est beaucoup plus touristique (sa vocation est beaucoup plus ciblé que le quartier riverain de Toronto dont vous parlez) et accessible. Le bord de l’eau de Toronto souffre d’un isolement plus grand, dû aux voies ferrées et à l’autoroute surélevée, bien pire que notre Ville-Marie.

      Je suis curieux, qu’est-ce qui vous a motivé à comparer Queen’s Quay à une autoroute en milieu industriel plutôt qu’au Vieux-Port?

      “proprete, activites familiales”

      Montréal devrait faire mieux pour la propreté, en effet.
      Les activités familiales? C’est une force des quartiers centraux, et le centre de Toronto est beaucoup moins orientées sur les familles que des quartiers comme le Plateau, et ses nombreuses activités de quartier. Quels événements en particulier vous pousse à dire ça? Histoire de débattre des valeurs de l’un et l’autre des villes.

      “Quebec est pas mal plus le fun a aller”

      Pourquoi s’agit-il d’une destination touristique moins importante, à votre avis?

      “super restos”

      J’aime la scène culinaire à Québec. Mais celle de Montréal est d’une autre catégorie, surtout comparé à l’international.

      “activites plein air hiver comme ete”

      Disons, en périphérie de Québec. C’est vrai que la région est bien pourvue. Mais en terme d’expérience urbaine, je ne suis pas 100% d’accord avec vos propos.

      “histoire, architecture”

      Je crois que ça dépend de la clientèle. Par exemple, des connaissances de France ont toujours préférés l’histoire et l’architecture moderne de Montréal, et son contraste ancien/vieux. De la vieille pierre “coloniale”, ça ne l’est intéresse pas vraiment (et le Vieux-Québec n’est pas si vieux, juste cohérent dans sa présentation). Niveau musée, je dirais que Montréal et Québec ont des offres équivalentes (il n’y a certainement pas plus de musées au total à Québec), mais complémentaire sur plusieurs points.

      ” Cesr bien le fun l’architecture, mais a part les tres riches. et les chroniqueurs, cest loin du monde normal.”

      Je crois que les pauvres et la classe moyenne sont capables d’apprécier les qualités de leur milieu de vie. L’architecture, on l’a pas mal dans la face au quotidien, à mon avis.

    • C’est bien beau tout ça, mais la notoriété de Montréal est surtout due à sa “ville sous-terraine”… c’est peut être sur celle-ci qui faudrait miser et continuer de développer plutôt que les structures extérieures.

      Pour nous c’est tout à fait banal, mais pour les touristes, ils veulent tous voir ça!

    • @yvonmontana

      «A part les montrealais, toute personne qui visite Toronto et Montreal va prefere Toronto.»

      Merci @boblerebob. Bonne réponse.

      J’ajouterais qu’aucune enquête d’opinion n’a dû être fait sur la question (sous réserve), mais que si d’aventure une firme de sondages tentait l’expérience, je présume que la réponse serait à l’avantage de Montréal.

      Prenez dix personnes à Toronto, demandez-leur s’ils ont une opinion positive de Montréal: une majorité dira oui, j’en suis persuadé. Pour y être allé souvent et avoir fait bien des entrevues, Montréal est associée là-bas à une ville excitante, créative, un brin délinquante, voire débauchée.

      Puis prenez dix personnes à Montréal, demandez-leur s’ils ont une opinion positive de Toronto…

      François Cardinal

    • @montrealaise

      Merci. Je conserve pour mon épitaphe.

      François Cardinal

    • @dcsavard

      Avez-vous lu le contenu des liens que je vous suggérais?

      ”Le nom problématique désigne un ensemble de problèmes qui se posent par rapport à un sujet déterminé, ou encore la science, l’art de poser les problèmes.
      [...]
      En résumé, un problème, c’est une question d’ordre théorique ou pratique qui est difficile à concevoir, à expliquer ou à résoudre et une problématique, c’est un ensemble de problèmes liés à un même sujet. On réservera donc l’emploi du nom problématique quand une question ou une situation soulève plusieurs problèmes.” – Office Québécois de la langue française.

      http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2313

      Peut-on parler d’architecture maintenant?

      Francis Huneault

    • @fcardinal

      Peut etre que le sondage reflete le chauvinisme de certains. En plus je crois que souvent on a des idées arretées sur une ville sans jamais y avoir été.

      A toronto coté transport en commun ils n’ont pas eu peur dínvestir 1 milliards de $ dans la gare union station et en plus l’aéroport pearson sera relier au centre-ville de toronto par rail en 2015.

      Pourtant a montreal dorval est plus proche et pourrai etre relier au centre ville avec le train de l’ouest. Ca ne couterai pas cher est c’est tres simple a realiser.

    • Intéressant débat sémantique entre dcsavard et francisk…

      Un lien :

      http://www.melissa.ens-cachan.fr/IMG/pdf/ElaborerProblematique.pdf

      Il faut d’abord poser les bonnes questions avant d’apporter les réponses.

    • Autre lien pour la problématique…

      http://cdi-erckmannchatrian.over-blog.com/article-comment-degager-une-problematique-57865415.html

    • J’aimerais savoir ce que pensent de leur ville les habitants de Bilbao et à quel point ce chef d’oeuvre architectural a amélioré leur vie.

    • @andremd 1017 “Ca serait bien d’avoir rene levesque et sherbrooke avec des terres pleins avec des arbres par exemple.” Ça… Ce sont les belles rues qui font les belles villes.

    • @andremd 10h55 “Je me souviens de ce que Charles Bronfman avait déjà dit. Que le plus grand leg qu’avait eu montreal c’est son systeme de métro.” Ce n’est certainement pas l’opinion de Phyllis Lambert, architecte émérite et co-héritière de l’empire Bronfman.

    • @voeckler 14h30 “…même Winnipeg peut…” Tant mieux pour eux. Mais ce n’est pas à ça qu’on peut juger de la vitalité d’une ville. Rappelons nous Brasilia.

    • @voeckler: Winnipeg est un très mauvais exemple. Le musée est le fantasme du radical Izzy Asper qui l’a financé pour léguer sa vision des ”droits de la personne”. Bien sur, notre John Baird tout aussi radical et Stephen Harper en on fait un musée national après coup et nos taxes on payé le reste. http://en.wikipedia.org/wiki/Canadian_Museum_for_Human_Rights

    • @fcardinal

      C’est la que vous avez tout faux: les gens de la plus petite ville haissent toujours la grande et l’inverse est l’oppose.

      Les gens de Montreal adorent Qc, mais les gens de Qc haissent aller a Mtl. Les gens de Toronto adorent Mtl et Ottawa, mais les Montrealais et Ottaviens detestent Toronto ! Idem pour Boston et NYC ! Les gens du Lac st Jran aiment pas trop aller a Chicoutimi mais les Chicoutimiens aiment le Lac. Guerre de clocher ou peur de ce qu’on connait pas ?

      Pour ce qui est de l’appreciation des villes pour y rester, lisez l’article sur le deficit migrationel, doit ben y avoir une raison. pourquoi les gens partent ….

    • Et bien d’accord avec vous: Montreal est vue bien plis excitante et un brin debauche (a part son maire Toronto est moins divertissante! ) Mais quand tu es une famille ou tu passes la 50e, ca devient bas sur la liste !!

      Acces a l’eau: Lucien Bouchard il y a 10 ans disait comment l’acces a l’eau le long de Bonnaventure etait deficient pour Mtl…encore rien a ete fait !

      Activite familiale: Ripley’s aquarium, CN tower, zoo, musee royal de l’ontario (avec sa section dinosaure), musee des trains, centerville island, c’est pas mal pour divertir une famille ! Si on ajiute Wonderland et Marineland a moins d’une heure de route, on commence a jaser.

      Proprete: hum…

      Aqueduc: hum….

      Routes: le Gardiner et le Don Valley ont l’air plus securitaire que Turcot et St Pierre avec leurs treillis de metal ! In peut ajouter les autoroutes a peage et la 401 avec 5 voies plus les conectors 3 voix, ca roule un peu plus que la Metropolitaine !

      Aeroport: le tunel en Billy Bishop et la terre ferme va etre termine bientot. Avez vous deja esseye de marche de PVM a Dorval ? De First Canadian Place a ton avion, ca va prendre 20 minutes !

    • Pour ce qui est de l’architecture et histoire @boblerebob Montreal bat TO bien entendu mais personnellement j’aime mieux Qc. Question de gout. Pour ce qui est de l’attrait touristique, moi les Europeens que jai rencontre ont plus aime Qc. Mais ils ont aime aussi Mtl. ah cest une question de gout :-) .

      Mais on convaicra jamais un Montrealais que cest pas la plus meilleure ville au monde ;-) merci de votre politesse et @fcardinal, ca fait changement des insultes sur le blogue de Mathias Brunet !

      Alors prochain sujet: Qc versus Mtl (la ca va etre moins polie hahaha )

    • Fcardinal

      les media ont une tres grande influence sur la rivalite et l’appreciation des villes. Sans les nommer vous savez qui entretient la haine Qc sur Mtl, et a Boston, les rivalites sportives debordent sur la ville dans son ensemble.

    • @fcardinal
      Les Torontois enviaient Montréal à l’époque d’Expo 67, soit sans doute vers l’année où vous êtes né… Ça fait déjà plusieurs années que Toronto est dorénavant comparée (avantageusement) aux grandes métropoles comme New York.

    • Il demeure que Bilbao est une grande «petite» ville même sans son pont et son musée. Montréal reste et semble voué à rester une ville (sans plus) avec une vision limitée et toujours avec des promesses. Finalement vive la Place Ville-Marie et ne pas oublier de faire le ménage de temps en temps dans le métro.

    • @ Yvonmontana

      Je suis pas mal d’accord avec tout ce que vous avez écrit. Ayant moi-même habité Toronto de 2004 à 2009, je ne vois même pas comment on peut encore comparer les deux villes. Faire des comparaisons entre Montréal et Toronto, c’est un peu comme de comparer Chicago et Milwaukee maintenant. Bien sûr à Montréal on a quelques beaux édifices : la PVM, le 1000 de la Gauchetière, la Tour IBM Marathon, la tour KPMG, l’Édifice de la Caisse de dépôt etc.

      Sauf que, si je pouvais échanger cette architecture élégante pour le dynamisme économique de Houston, ses nombreux sièges sociaux faisant la liste du Fortune 500 et son centre-ville moche, je le ferais n’importe quand. Mon objectif, comme la vôtre sans doute, n’est pas d’être négatif. Mais cette manie de se bomber le torse quand on est collectivement une bande de cancres sur le plan économique, Montréal étant un gros four à m’lasse, ça m’indispose au plus haut point. Combien de sièges sociaux à Montréal encore? Qui est le propriétaire des beaux édifices dont on a parlé? La Caisse de dépôt qui détient le centre-ville au grand complet. Faut croire que les investisseurs étrangers ne sont pas plus intéressé qu’il ne le faut. Combien d’emplois crées dans le secteur privé au Québec et surtout à Montréal au cours des 5 dernières années? Comment se porte nos infrastructures à Montréal?

      Tout ça me fait penser à une conversation que j’ai eu avec des collègues sur le très hypothétique retour des Expos à Montréal. Chose à laquelle je ne crois pas un seul instant. Je voudrais bien savoir pourquoi le baseball majeur reviendrait dans cette ville pauvre où à peine 10,000 spectateurs par match (souvent moins que ça) se déplaçaient il y a un peu plus de 10 ans pour aller voir deux méga stars : Vladimir Guerrero et Pedro Martinez. Qu’est qui a tant changé depuis 10 ans qui ferait en sorte que les Expos V2 attireraient 30,000 spectateurs par match surtout si l’équipe est poche? Pourtant mes collègues, des gens intelligents et très éduqués semble croire que Montréal est un marché extraordinaire avec un dynamisme économique à faire mourir d’envie bien des villes….

    • Il y a bien une chose de claire; on ne se promène pas dans les rues de Toronto en entendant constamment les Torontois complexés vis-à-vis Montréal. Ça n’existe pas et ce n’est pas le point.

      Néanmoins, si j’étais responsable du tourisme ou de la vie culturelle de la ville Reine, j’aurais sans doute le réflexe de me gratter la tête, me demandant comment une ville moins riche, plus petite, moins populeuse et possédant moins de moyens économiques arrive à être aussi compétitive. En 2009, Montréal accueillait plus de 7 millions de touristes, des retombées directes de 2 milliards de dollars, dont 1.5 milliards ont été dépensés par des Européens, des Américains ou des Canadiens hors-Québec. Cela seulement 1 an après une grave grise économique…

      Toronto se questionne assurément sur la recette du succès montréalais et y réagit avec insistance. Le TIFF (Toronto International Film Festival) ou le Distillery District en sont des exemples probent. On les comprend, il y a quand même un marché milliardaire à récupérer.

      Mais somme toute, on a choisi, à Toronto, une drôle de tangente pour définir l’image de marque de la ville. En effet, en misant sur des tours de condos génériques et des musées-starchitecte, ils risquent de noyer leur mise dans un océan de grandes villes sans particularité (Dallas, Munich, Francfort, Calgary).

      Ce n’est clairement pas une tangente observable dans plusieurs belles villes du monde: Vienne, Prague, Rome, Venise, Stockholm, Bordeaux, Philadelphie, etc.

      Francis Huneault

    • Moi, je dis simplement que maintenant, ce serait l’fun que Frank Gehry passe à autre chose.

    • Ce texte est beaucoup mieux équilibré que le précédent, qui ne semblait être rien d’autre qu’un éloge de la banalité et un appel à la résignation. Mais je crois que vous n’avez pas encore tout à fait saisis le sens exact de la levée de boucliers de plusieurs intervenants dans votre dernier billet.

      Tout d’abord, il n’est pas question de se payer de grandes vedettes internationales: c’est inutilement dispendieux pour n’obtenir en bout de ligne qu’une oeuvre souvent générique n’ayant aucun rapport avec son environnement. Il s’agit surtout de faire preuve d’audace, d’originalité et d’imagination et de chercher à faire quelque chose de beau. Ça ne coûte souvent pas plus cher qu’une mocheté grise et sans personnalité. Et ça, nos architectes locaux peuvent très bien s’en charger.

      L’architecture spectacle, maintenant. Ce n’est, bien entendu, pas nécessaire d’être grandiloquent, monumental ou spectaculaire mais je considère qu’une ou deux oeuvres phares par génération, ce n’est pas trop demander. De telles constructions font partie des outils marketing de base de toutes grandes villes et contribuent puissamment à la fierté des citoyens et à leur identification à la communauté. Par leur seule présence, elles constituent aussi un appel permanent au dépassement de soi.

      Dans un autre ordre d’idées, j’espère que vous allez aborder bientôt le dossier des grands hôpitaux historiques du centre-ville (Hôtel-Dieu et Royal Victoria) qu’on s’apprête à abandonner au profit des méga-hôpitaux. Il ne faudrait pas se retrouver d’ici quelques années avec deux nouveaux cas aussi désolants que celui de l’hôtel Queen dans les années ‘80…

      «D’hôpitaux à «fantômes urbains»»
      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/413062/d-hopitaux-a-fantomes-urbains
      «Hôtel-Dieu et Royal Victoria: «Ça presse», reconnaît le maire Coderre»
      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201407/10/01-4782783-hotel-dieu-et-royal-victoria-ca-presse-reconnait-le-maire-coderre.php

    • Je suis en désaccord avec vous lorsque vous dites que Toronto est une ville terne. C’était vrai il y a 40 ou même 30 ans. Mais ce n’est plus le cas. Toronto est une ville dynamique, 24 heures 7 jours.

    • @sebastien24,

      pour les Expos, combien d’assistance aux matchs de hockey à Tampa Bay quand ils ne jouent pas contre le CH? Comment ils font pour financer l’équipe avec des assistances aussi minables? Ce sont les billets des fans de Montréal et des autres vraies villes de hockey qui financent ces équipes. La MLB fonctionne de la même façon, il y a 162 parties de baseball par année par équipe dont 81 à l’extérieur.

      Ramener le baseball à Montréal, c’est aussi ramener de l’argent qui sort de Montréal pendant la saison de hockey.

    • @frank

      d’accord que Mtl bat TO dans l’architecture. Mais on est dans l’ere du verre et de l’acier, c’est la mode et la pierre et le beton sont ‘out’ Les promoteurs torontois y vont dans cette tangente. Pas mon gout personnel (jai dit plus haut que jamais mieux Qc en partie pour le style pierre/roche/pavee mais tout les gouts sont dans la nature !!

      Pour ce qui est des Expos…vous avez tous raison: ca va etre des foules parfois grosses, parfois petite, souvent moyenne. Donc ca va survivre avec l’aide des autres. Comme seront les Nordiques, comme vont etre Edm, CGY, Win,OTT si un $ Can baissait sous les .90. La pricipale depense est en US les reveni sont en CAN, do the math, 10% de profit se font manger drette la avec le taux de change.

    • Essentiellement, l’architecture d’une ville (et Montréal n’est pas une exception) se résume à sa fonctionnalité: gratte-ciels du centre-ville et édifices gouvernementaux.Les seuls lieux où le côté ludique/expérimental peut se lâcher lousse sont les expositions universelles,les musées (parfois),certains ponts et certains stades (j’aime bien l’architecture du Stade Olympique).

      Quant à l’audace architecturale de Montréal,elle remonte à Expo’67.Et ce n’est pas avec la tour de Radio-Canada,la nouvelle Bibliothèque ou les HEC (d’une laideur sans nom) qu’on va passer à l’Histoire.Montréal a peut-être un oumf dans ses recoins,mais plutôt difficile à trouver sur ses façades.

      p.s. Concernant l’audace architecturale,certaines églises n’ont rien à envier à plusieurs constructions modernes.Qu’on nous lâche un peu avec l’épurement du style.

    • Je suis d’accord avec vous. Montréal en a en masse des icônes architecturales: Stade olympique, Oratoire St-Joseph et toutes nos églises, beaucoup des ex pavillons de l’Expo 67,etc….Ce qui manque le plus à Montréal est simple: des autoroutes, des ponts, du transport en commun partout, bref; investissons dans le transport. Le nouveau pont Champlain est juste correct surtout s’il n’est pas payant!

    • Bizarre qu’il n’y ait qu’une seule mention de la tour 1250 René-Lévesque, autrefois IBM-Marathon. Cet édifice est l’un des plus beaux de Montréal, sinon le plus beau.

      Par contre, bien désolé pour le 1000 La Gauchetière, mais cet édifice est banal.

      Personne ne mentionne le Complexe Desjardins non plus.

      Je serais curieux de connaître les références architecturales de chacun. J’ai la vague impression qu’il y en a qui n’aiment rien, sauf ce qui est à l’étranger.

    • «Je crois que les pauvres et la classe moyenne sont capables d’apprécier les qualités de leur milieu de vie. L’architecture, on l’a pas mal dans la face au quotidien, à mon avis.»

      Un fin observateur a déjà fait remarquer que seuls les pauvres (hlm) et les riches (maison/chalet ou condo) ont l’occasion de vivre dans un immeuble conçu par un architecte.

      La classe moyenne doit se contenter de «designer-builders».

    • Pour revenir à Toronto, vous devriez savoir que cette ville se compare constamment avec New York, pas à une bourgade de BS come Montréal. Et c’est là le problème de la ville reine. Toronto est obsédée par New York et essaie constamment de lui ressembler plutôt que de définir sa propre personnalité. Le meilleur exemple est le Dundas Square au coin de Yonge et Dundas où est situé le Centre Eaton. Le Dundas Square avec ses panneaux publicitaires géants se veux un petit Time Square, mais c’est d’une laideur incroyable. Surtout l’horrible immeuble de l’université Ryerson au coin nord-est de l’intersection. Que de pollution visuelle et lumineuse. Mon coup de cœur va au ROM (Royal Ontario Museum) qui est très bien réussi. Mais toutes ces immenses tours à condos génériques de 40,50,60 étages dans le centre-ville et sur le waterfront avec l’autoroute Gardiner dans la cour arrière, j’arrive difficilement à concevoir qu’on puisse vouloir vivre dans un tel environnement. Payer un demi-million pour 500 pieds carrés et vivre dans le bruit du centre-ville, non merci. En fait, bien souvent ces condos ne sont même pas habités. Ils sont achetés par des investisseurs asiatiques qui «parkent» leur cash dans ces condos. Mais au final, ce qui va tuer Toronto, c’est que l’Ontario est en plein processus de Québécisation si je peux dire. La dette publique en exprimée en pourcentage du PIB est en train de rattraper le Québec et le fardeau fiscal pour le contribuable n’y est que marginalement inférieur au Québec. Sans compter la surévaluation d’environ 30 % de marché immobilier qui fait que le coût de la vie est inabordable à Toronto pour des salaires qui n’ont rien de faramineux. L’Ontario vient encore d’élire un gouvernement de gauchistes Québec style qui va dépenser irresponsable ment. Et s’il fallait que Olivia Chow s’empare de la mairie à Toronto, ce serait terrible pour cette ville. Mais le monde ne comprenne jamais, l’histoire se répète toujours. Élisez en des gauchistes qui vont font rêver avec leurs utopies, c’est la voie royale vers l’appauvrissement collectif.

    • Toronto c. Montréal…

      Je vous entends. Vous considérez que Toronto a de multiples avantages que n’a pas Montréal. Que Toronto a des infrastructures mieux développées, notamment en transport en commun. Que Toronto se compare à New York, pas à Montréal.

      Mais cela n’y change strictement rien. Toronto a beau être une ville efficace, prospère, propre, elle n’a pas le buzz de Montréal. Je veux bien qu’on parle davantage de cette ville aux États-Unis que de Montréal (c’est normal, c’est une grosse ville qui parle anglais), mais faites un tour à Toronto, et la plupart des gens vous diront que Montréal a un «je ne sais quoi» que n’a pas Toronto, n’aura jamais Toronto. Je ne compte plus le nombre de Torontois qui m’ont dit rêver de visiter Montréal, ou d’y retourner. Même chose quand vous allez à Calgary.

      Et au contraire, demandez combien de gens rêvent d’aller à Toronto, ici à Montréal, et vous n’en trouverez pas beaucoup. Oui, Toronto a plus d’argent, est une plus grosse ville, attire plus de stars et de millionnaires, mais Montréal demeure néanmoins plus attirante. Comme Austin et Portland sont plus attirantes que Dallas, par exemple, qui est une plus grosse ville, plus prospère pis toute.

      François Cardinal

    • @Lukos

      Il n’y a rien de mieux que le metro dans des villes très denses comme peut l’etre montreal.
      Un tramway ne pourrai pas etre implanter efficacement. A paris par exemple le tramway est implanter en peripherie. Meme chose a madrid quand je regarde le metro sud c’est un metro de surface qui ressemble plus a un tramway. Mais la encore c’est installer en banlieue.
      @fcardinal

      Austin a plus la cote que Dallas. La preuve Apple et Intel , AMD et plusieurs autres investissent dans cette ville.

      Ce que je remarque de Montreal par exemple c’est qu’on a plus de trilingue que plusieurs autres endroits. Un de mes amis italiens qui habite a montreal m’a dit que ces cousins et cousines qui habitent a new-york et toronto ne parlent pas italiens mais seulement anglais. Alors que ses cousins et cousines qui habitent ici parlent tous 3 langues. C’est comme moi qui parle francais anglais et espagnol.

      Par contre Toronto a la mérite d’avoir un site web touristique qui est en plusieurs langues alors que celui de tourisme montreal est seulement francais et anglais.

      Je suis aller au chili et en argentine en fevrier. Je suis aller a Santiago et Buenos Aires.
      Santiago est plus propre plus riche plus belle. Par contre je prefere Buenos Aires comme la majorité des gens. C’est sale bordelique en déclln, mais tellement moins ennuyante. Un ne je sais quoi.

      Ce qui fait la difference de montreal avec les autres villes nord americaine c’est vraiment son style entre les deux européen et americain a la fois.

      Par contre en investissant peu dans le transport en commun on se plante carrément.

    • Est-ce qu’on n’a pas assez de simplicité ces derniers temps justement?
      La salle de l’OSM est pas mal simple de l’extérieur (même si l’intérieur globalement et l’intégration dans la nouvelle Place des Arts est très intéressante), la maison du jazz (et de la danse j’imagine) est simple aussi, même si d’une belle rénovation (quoique pas si belle si on a mis des filets devant le côté est du bâtiment). Quelques bâtiments tirent leur épingle du jeu (la BANQ, même si le concept des protections extérieures me révulse est incroyable) mais on est loin du “woah!”. On s’extasie juste de la multiplication des hautes tours, mais en rien de leur valeur architecturale.
      En même temps Montréal est une ville d’intérieur, il est souvent plus intéressant de voir l’intérieur d’un bâtiment (et les œuvres d’art qui l’habitent) que son extérieur.

      Le pont a peut-être des qualités, mais les vues d’artiste sont souvent trompeuses, exagérées, embellies. Comment sera-t-il vraiment dans le paysage? Combien de temps les piliers resteront blancs? 1 an, 2 ans? Le fleuve va noircir le bas, la pollution et les écoulements vont laisser des traces en dessous du tablier.

      J’espère me tromper, j’arrête de m’intéresser à ce dossier en espérant une bonne surprise sur la fin. Mais j’admire votre optimisme et comprends votre point de vue sur le design.

    • @ fcardinal 20h03

      Sur le point du buzz, je suis d’accord. Pour avoir habité près de six ans à Toronto, je le sais très bien que les Torontois aiment visiter Montréal. C’est surtout des jeunes qui aiment visiter Montréal. Mais qu’est-ce qu’ils aiment tant? Le nightlife de Montréal essentiellement. Les Torontois viennent à Montréal pour se payer du bon temps, pour s’amuser. C’est tout. C’est le côté débauché de Montréal qui les attire. Pour eux, Montréal c’est sin city. Montréal est plus décontractée, plus insouciante, moins business que Toronto et c’est ce que les Torontois aiment. Et ils savent qu’à Montréal, on mange bien. Beaucoup sont d’anciens de McGill ou Concordia et aiment revenir s’amuser à Montréal le temps d’une fin de semaine. Et il faut le dire sans fausse pudeur, la légendaire industrie du sexe de Montréal attire beaucoup les Torontois comme les gens d’ailleurs. Cette industrie du sexe, clubs de danseuses, salons de massage, peep-show et autres cochonneries de la sorte, c’est la marque de commerce de Montréal avec son nightlife. On m’en a assez parlé quand j’étais à Toronto. Évidemment, le Vieux-Montréal a un certain attrait pour les Torontois plus âgé. Mais essentiellement, le buzz que vous décrivez M. cardinal, c’est la réputation de ville de party qu’est Montréal. C’est bien drôle quand on a 20 ans, mais sur le plan économique, ça fait pas des enfants forts.

    • Fcardinal

      Vous dites : demandez a des gens de Mtl si ils veulent aller a Toronto. Voyons, la majorite des immigrants et meme les gens qui arrivent un temps au Quebec repartent s’installer a Toronto. C’est ecrit hier matin dans votre propre journal !! Ca doit pas tous etre des caves c’est gens la (en fait c’est souvent les plus instruits) Lachez le BUZZ et le party ! On le sait ca que Mtl est plus party mais la vie cest pas juste de sortir et de faire le party ! Cest les ecoles, les infratructures, les routes, la liberte de s’exprimer dans la langue de son choix (i.e. loi 101), d’etudier dans la langue de son choix (i.e. re loi 101) , exprimer sa religion (i.e. Charte des horreurs).

      A part le fun et le vibe, vous nous avez pas sorti un autre argument pour Mtl. Et demandez auz Torontois si ils veulent demenager a Mtl (pas pour une fin de semaine de party et de danseuses ) vous allez en trouver encore.moins que de montrealais qui veulent aller a Toronto. On vous convaincra pas, mais les chiffres depuis 40 ans sont la

    • @sebastien24

      Ce qui sauvent l’Ontario sur le Quebec, cest que sa population est plus jeune dinc moins de pressions sur le reseau de sante qui est le principal point de depense du gouvernement. Mais vous avez raison, les nedia pro gauche (CBC, Globe and Mail et Ottawa Citizen) ont bien demonise la droite ontarienne (qui elle meme s’est pas aide avec Ford et en s’associant au Sun Media). Pas de quoi aider sur une credibilite ! La medecine de cheval va arriver meme avec les Liberaux, ils auront oas le choix

    • @yvon montana

      Le plus de toronto c;’est sa diversité ethnique. Le bouche a oreille fait tout le reste. Tout ces immigrants qui immigrent en ontario 225 000 par années.
      Ca fait des liens commerciaux culturels etc…

      La demographie fait tout le reste. Plus de monde = plus de business = plus d’attention médiatique = plus d’attention des partis politque.

      Ne pas oublier que dans les année 60 montreal était plus populeuse que Toronto. On connait la suite la fuite de 300 000 anglophones avec leurs $ et plusieurs pertes de sieges sociaux. Perte de la bourse de montreal perte des vols internationaux en faveur de toronto. Etc… etc…

    • Andremd

      bon point ! Et j’ajouterais: sa tolerance ! La charte a Bernard et Pauline, ca l’a fait peur a ben du monde et la reputation du Qc dansle ROC et dans le monde en a manger une claque. Les anglos avaient un respect pour Levesque et ses idees mais la ’cause’ a maintenant plus une tangeante xenophibe qu’inclusive aux yeux du ROC.

      Et si c’etait la charte qui expliquait les departs 3 fois plus eleve l’an passe que la moyenne de 10 ans ??? On dit le contexte economique, l’Ontario a souffert de la crise encore plus que ke Quebec. A moins que ca soit les nids de poule ou l’ouverture du Ripley’s aquarium ;-) ?

    • @yvon montana

      Le principale probleme au quebec c’est le corporatisme des ordres professionnels et des métiers. Qui empêche les immigrants de travailler pour creer une rareté artificielle et de fait meme augmenter leur salaires et avantages.

      C’est ici que les immigrants ìntegre le moins bien sur le marché du travail.

      Faut relativiser l’image de montreal dans le monde. Je dirai plus que cela peut etre plus negatif dans le monde anglo-saxon . Mais en espagne ou en amerique du sud par exemple montreal leur parait plus attirante que toronto a cause du fait français qui est une langue latine et qu’on est quand meme moins americains que les ontariens.

    • “Bilbao en avait manifestement besoin pour se faire une place «sur la map», comme la démontré son musée Gugenheim. Toronto, qui malgré ses forces est plutôt terne, en a peut-être besoin pour se mettre en scène. Calgary, aussi.

      Mais Montréal a un «oumf» que leur envient justement des villes comme Toronto et Calgary, un «oumf» qui se retrouve dans ses composantes, ses détails, ses recoins.”

      Une petite pointe en passant. On se compare à Toronto et Calgary. On devrait plutôt cibler l’Europe. c’est ce qui fait le cachet de Montréal.

      Si je me fis à l’architecte Pierre Thibault, et à notre “Infoman” national, entendu à l’émission de Christiane Charette à Télé-Québec, il reste beaucoup de travail à faire!

      En gros, le but à atteindre était plutôt ce qui se faisait là-bas. Aucune mention de Toronto et Calgary et c’est mieux comme ça.

    • @dcsavard l’ennui avec le 1250 René-Levesque c’est que ce bâtiment a été décliné par ses architectes, la méga firme Kohn Pedersen Fox en plusieurs versions. Il y en a un très similaire à Francfort, et d’autres de la même “famille” dans plusieurs villes. Carré imbrique courbé, petite casquette en haut. C’est bien fait, mais pas de la grande architecture.
      La PVM est sans contredit, 50 ans plus tard, la signature du skyline montréalais.

    • Toronto? Soyons sérieux, c’est une ville ennuyeuse et sans personnalité, avec une scène culturelle au point mort. À part les comédies musicales américaines et un festival du cinéma où se retrouvent les vedettes américaines, on y trouve quoi? Soyons sérieux svp, Toronto est une copie terne et aseptisée d’une grande ville américaine. Sans intérêt.

      Nos pleureuses locales ne cessent de nous comparer et de dire que Montréal est une ville pauvre, alors que c’est une ville dynamique, mais qui se cherche, et qui est un peu abandonnée par le pouvoir central.

      Montréal ne doit surtout pas imiter Toronto en tentant de ressembler à une grande ville américaine et qui veut avoir l’air internationale, mais développer sa personnalité propre. Éviter les édifices tape-â-l’oeil que l’on voit partout. Ce n’est pas pour ça que les gens aiment Montréal.

      Montréal est une ville festive, décadente, une ville de savoir et de culture, mais près des gens. Je suis 100% d’accord avec M.Cardinal quand il parle de simplicité. Montréal est une ville où l’on peut se déboutonner, bien manger et s’amuser dans une atmosphère de fête bonne enfant, loin du in et du prétentieux qui se donne des airs de jet set.

      Montréal est une ville vibrante, que je déteste parfois, mais j’y reviens toujours. Ce n’est pas un musée à ciel ouvert pour touristes, comme Québec, ce n’est pas une ville qui essaie de se donner des airs de grande ville internationale, comme Toronto, mais qui garde malgré tout un côté provincial, mais une ville qui a sa propre vibration, vivante, sans prétention, un mélange unique. C’est cela que doit refléter notre architecture.

      Laissons aux autres les édifices grandiloquents, Montréal n’a pas besoin de faire la pute et de se déguiser pour être attirante. Elle a une âme et cette âme lui vient de ceux qui l’habitent, qui y travaillent, qui y créent, qui s’y amusent et qui donnent aux autres le goût de venir en faire autant.

      Une ville francophone surtout, qui le revendique – encore, mais pour combien de temps – dans un paysage culturel uniformément anglophone. Nos pleureuses nées pour un petit pain y voient une tare, bien sûr, mais c’est l’ingrédient essentiel, la sauce qui lie le tout et donne à Montréal son caractère unique, sans renier l’apport culturel anglophone et des communautés culturelles.

      Montréal doit être fière de son identité, au lieu de se renier. C’est pour ce qu’elle est que les gens l’aiment. N’essayons pas d’en faire autre chose en nous comparant sans cesse, surtout à des villes sans intérêt comme Toronto!

    • @JFrancois0002,

      votre commentaire concernant KPF est exagéré. Outre la Westendtower à Frankfort construite l’année suivante du 1250 RL, vous ne trouverez pas des copies en plusieurs version du 1250 RL. KPF a plutôt conçu une variété d’édifices au cours des décennies.

      Ceci étant dit, la PVM demeure un des beaux édifices de Montréal, je n’ai jamais dit le contraire. Ce que je trouve injustifié, c’est l’admiration pour le 1000 La Gauchetière qui me semble exagérée compte tenu de l’aspect banal et convenu de l’édifice construit à la même époque que le 1250 RL.

    • LETTRE OUVERTE

      François, je vous lis avec intérêt, souvent parce que vous faites la promotion d’avancées importantes pour les Montréalais tant au niveau des enjeux généraux auxquels fait face la Ville que des enjeux particuliers tels que des projets. J’aime Montréal et donc j’aime vous lire.

      Il y a à Montréal un Discours sur les aspirations des Montréalais auquel vous êtes un contributeur significatif. On énumère des qualités de Montréal et inévitablement on se met à comparer Montréal. On énumère des icônes internationales d’architecture et de design urbain et on situe Montréal par rapport à ceux-ci. Montréal est ci; Montréal n’est pas ça, Montréal doit devenir ceci; Montréal ne doit pas devenir cela, etc. Toute actualité sur le développement urbain (par exemple le design du Pont Champlain) est inévitablement analysée sur la base du Discours.

      Ce Discours a parfois des allures de séance de motivation, de croissance personnelle, voire de prêche protestante. Je vous dis ceci François: arrêtons de traiter Montréal comme un tout et arrêtons de comparer! D’abord Montréal, comme toute agglomération urbaine, n’a pas de valeur comme un tout. Deux arguments: une ville n’existe que par et pour ses résidents et acteurs économiques. Une ville n’a d’autre identité que celle, humaine et agrégée, de ceux qui y résident et y travaillent. Oui il y a des icônes et des repères physiques mais ceux-ci sont un phénomène humain, des marqueurs humains. Le Patrimoine bâti est un témoin de l’humain et le résultat de volontés d’éminents particuliers et d’éminentes organisations résidents. Parfois il est aussi le résultat de volontés d’autorités publiques à la recherche de legs. Ces autorités ne sont pas, toutefois éminentes. C’est le sujet d’un autre débat.

      La valeur de Montréal se trouve dans la multiplicité des aspirations. Plusieurs groupes n’expriment pas leurs aspirations sur votre plateforme. La diversité des aspirations est certainement beaucoup plus vaste que ce vous êtes en mesure de rendre compte. Donc arrêtons ce Discours. Il représente les aspirations d’un groupe dominant dans les médias francophones. Il n’y a rien à revendiquer à qui que ce soit. Il n’y a pas lieu à observer les signes vitaux de Montréal: Montréal est simplement magnifique! Et ce qui rend Montréal magnifique est beaucoup plus subtil et complexe que ce que les partisans du Discours veulent faire croire. En fait, j’inviterais les contributeurs et partisans du Discours dont tu es François à ouvrir leurs yeux et à sortir de leurs villages pour rencontrer le Montréal multiple. Consultez le guide au besoin! (2010, Éditions du Boréal)

    • Moi j’ai seulement une question:

      Qui ici peut se targuer de vivre réellement sa ville?

      Attention, je ne parle pas des méga-festivaux et autres adresses mondialement reconnues.

      Je vous parle de partir du Sud-Ouest et de retourner à pied dans Rosemont à 1h du matin par une superbe nuit d’automne.

      De marcher dans Hochelaga par une superbe nuit d’hiver pendant une tempête de neige et de voir les rues devenir d’immenses galeries sous les arbres voûtés par le poids de la neige.

      Ce petit resto Salvadorien découvert en flânant qui s’avère être une expérience culinaire incroyable.

      Ces ruelles qui vivent au rythme de l’horaire des enfants.

    • @ stridulation

      Vous vous faites rare sur les blogues de la Presse et c’est bien dommage. Votre commentaire est si juste et si pertinent que je le signerais tel quel sans problème.

      Récemment à la télé, j’ai vu Anthony Bourdain rencontrer des Torontois qui ne cessaient de lui dire à quel point leur ville était cool. Or, on sait bien qu’il n’y a rien de plus uncool que celui qui se dit cool…

    • Quand je pense à Toronto, je vois deux choses: l’hôtel de ville de forme audacieuse et très originale et la superbe, superbe tour du CN.

      Quand je pense à Montréal, je vois deux choses: le superbe mat du stade olympique et la belle grosse boule qui est l’ancien pavillon des USA, la Biosphère.

      Ce qu’on souhaite et qu’on souhaitait dans le cas du futur pont Champlain c’est rien RIEN de moins qu’un troisième emblème pour Montréal d’ou notre déception, car il est banal, sans signification, sans imagination à peine mieux que le récent pont de l’autoroute 30.

      Je me fou de Bilbao ou Bilboa, nous voulons de l’audace, un 3e emblème pour Montréal, hélas la modestie et la médiocrité a prévalu pour ce pont.

      Si je comprend bien votre raisonnement M. Cardinal, le stade et la Biosphère ne cadrent pas avec la modestie de Montréal. Je n’aime pas cette mentalité judéo-chrétienne du né pour un petit pain. Je m’ennui de Jean Drapeau qui lui pensait grand pour sa ville.

    • @littleviking26,

      moi.

    • @Youppi2

      L’idée n’est pas d’être contre l’audace architecturale ou les grands projets, mais d’éviter de tomber dans le travers d’autres villes, qui font dans le tape-à-l’oeil et le clinquant, à coup d’édifices construits par des architectes internationaux prestigieux.

      L’architecture d’une ville doit respecter un certain état d’esprit, être en harmonie avec la ville et ses habitants. Ce qui fait le charme de Montréal, c’est son mélange d’ancien et de moderne, et une architecture proche des gens, créant de petits ilots de vie intéressants.

      Je préfère nettement la rue St-Denis, au niveau du Quartier-latin, que la rue René Lévesques et ses tours à bureau sans intérêt. Les rues des quartiers centraux, avec leur escalier extérieur, aux gros édifices qui se veulent originaux, sans l’être. La bibliothèque nationale, un espace vivant où l’on a le goût de s’attarder, au stade olympique, grosse patente en béton désertée par les gens.

    • Juste une petite correction: “…comme la démontré son musée Gugenheim.” Remplacer la par l’a ;)

    • D’accord à 100 % avec vous François Cardinal !

      Je me suis toujours élevé contre cette fameuse mise-en-marché de la cité qui n’est qu’un leurre et ne pourra jamais prendre la place d’une politique de développement urbain tenant compte de la réalité locale et … des habitants de la cité !

      Cool :-)

      Patrice-Hans Perrier, Montréal, un 15 juillet 2014

      lien: patricehansperrier.wordpress.com

    • @andremd: Il y a le même corporatisme dans tout le Canada au sujet des ordres professionnels…c’est la même chose.

    • Je suis d’accord avec M Cardinal, Montreal est une ville ou nous sommes biens. Cependant, il manque cruellement de “disposable income” a Montreal, c’est-a-dire l’argent qu’il reste dans les poches des gens pour depenser comme bon leur semble une fois toutes les depenses payées.

      D’adore les plusieurs “villages” de Montreal, quartiers residentiels en satellites autour d’une artere commerciale: Ste-Anne-de-Bellevue, Pointe Claire, Lachine, Ville St-Laurent (Decarie entre les metros Cote-Vertu et Du College), le petit rond point de TMR, Sherbrooke W de NDG, Greene pour Westmount, de l’Eglise a Verdun, Masson pour Rosemont, Monkland Village, la Promenade Fleury et maintenant Fleury Ouest aussi, et j’en passe.

      Toutes ces arteres ont: une pharmacie, une epicerie, souvent une boulangerie de qualite, une SAQ, souvent des librairies, des restos de qualité ainsi que des restos abordables. tout ce qu’il faille pour pouvoir tout faire a pieds.

      Cependant, sauf pour Greene (pis encore), toutes ces arteres ont beaucoup trop de locaux a louer, de depanneurs (qui carburent a la biere, aux cigs et a la 6/49), de Western Union, de pawn shops et de Dollaramas. Tous des signes de pauvreté ou presque

      Les arteres St-Denis, Laurier Ouest et St-Laurent sont sur le respirateur artificiels. Ok Laurier Est s’est tres bien developpé – felicitations a la vision de M Ferrandez d’ailleurs, la rue laurier est un chef-d’ouvre de planning urbain.

      Ce qu’il manque le plus a Montreal: plus de gens ayant un peu plus d’argent – un 20% dans nos poches a la fin du mois, mettons.

      Je n’irai pas dans le debat de pourquoi Montreal est une des grandes villes les plus pauvres de Canada-USA. Je crois que nous avons pas mal tous nos théories a ce sujet. Mais il est clair, a mon avis, que la difference entre le “disposable income” de Toronto et Montreal est la veritable difference. Ce n’est pas culturel, mais monetaire.

      @stridulation
      La moitié de Montreal est anglo ou allo phone – deal with it. Si c’est le francais qui vous excite tant, et votre haine de l’anglais qui vous motive tant, allez a Chicoutimi. Vous crachez sur les dizaines de milliers d’etudiants de McGill et Concordia qui sont essntiels a la survie de Montreal. Si ce n’etait pas du McGill ghetto, St-Laurent entre Sherbrooke et Mont-Royal serait en pire etat x 10 qu’il ne l’est aujourd’hui. Et le nouveau campus Concordia coin guy Ste-Cat, vous l’avez vu? superbe.

      Vous etes un borné et desagreable – j’en tellement mon casque de votre espece. Retournez dont vivre a Candiac si Montreal TELLE QU’ELLE L’EST ne fait pas votre affaire.

      ps. mes excuses aux residents de Candiac, c’est ma frustration de montrealais envers la Rive Sud qui ressort. Comment faites vous pour passer vos vies dans le traffic? comprendrai jamais

    • @stridulation

      je viens de voir votre phrase “la sauce qui lie le tout et donne à Montréal son caractère unique, sans renier l’apport culturel anglophone et des communautés culturelles.”

      Je desolé d’avoir grimpé dans les rideaux et de vous avoir insulté, j’ai lu et ecrit trop vite. Svp ignorer ma petite crise.

    • @larousse_estdouce

      C’est devenu trop compliquer immigrer au canada. Non seulement la paperasse ne fini plus. Un coup arriver on te complique la vie et on te bloque partout avec les ordres professionels.

      Les ordres de medecines, ingenieries etc.. je pese mes mots sont quasiment des cartel qui creer une rarete. Les medecins sont surpayer a comparer des pays d’europe et je ne parle meme pas des pays d’amerique latine et d’asie.

      En Alberta pour les corps de metiers ils sont plus flexible qu’ici au quebec.

      Deja en partant autre exemple au quebec pourquoi un roumain doit recommencer au complet pour obtenir un permis de conduire.

      Je dois arreter parceque je sors carrement du sujet qui porte sur montreal.

      La ville de Quebec veut attirer des immigrants par exemple. Mais tu fait comment pour les attirer si il n’y a pas de transport en commun viable. Le nouvel arrivant en general n’a pas les moyens d’avoir tout de suite une voiture en plus tres souvent il doit passer son permis de conduire.

      Se mettre dans la peau de l’autre pour mieux comprendre et prendre de meilleur decision. On ne semble pas tellement l’appliquer ici au quebec, les decideurs ne voit pas plus loin que le bout de leurs nez.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives