Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 1 juillet 2014 | Mise en ligne à 15h01 | Commenter Commentaires (52)

    Champlain II: un clin d’oeil au passé de Montréal…

    about_expo_symbol (1)

    Tout en haut de mon palmarès de sources architecturales, il y a Witold Rybczynski, professeur émérite à l’Université de Pennsylvanie et redoutable critique architectural. Je suis d’ailleurs en train de lire son livre, fascinant, How Architecture Works.

    En voyant les images du pont de remplacement de Champlain, j’ai donc eu l’idée de lui tendre une perche pour avoir son impression, d’autant que l’homme a été professeur à McGill pendant 20 ans.

    En un mot, il n’est pas très impressionné… sauf par les piliers.

    «Les ponts à haubans sont très à la mode ces jours-ci, m’a-t-il dit, mais celui-ci me semble une tentative un peu trop évidente de créer de toutes pièces un pont emblématique. Il est grandiloquent en regard de la faible portée de la voie maritime. Les tours jumelles ne sont pas particulièrement élégantes, par ailleurs.»

    «Cela dit, j’aime les piliers en forme de Y, a-t-il ajouté. Ils font vraiment le travail.»

    En toute humilité, je suis plus ou moins d’accord avec Rybczynski, ce que j’expliquerai en chronique demain. Mais j’aime bien l’attention qu’il porte aux piliers et aux portiques en forme de Y (ou de W, c’est selon). Voilà un aspect clairement distinctif du futur pont de Jensen et Provencher Roy.

    J’en ai d’ailleurs eu une preuve supplémentaire, tout à l’heure, alors qu’un lecteur versé en histoire de l’art, Robert Poirier, m’a ouvert les yeux sur une particularité encore plus surprenante de ces piliers : leur ressemblance avec le logo d’Expo 67, ou du moins l’emblème minimaliste à partir duquel le designer Julien Hébert avait conçu le logo en forme de cercle.

    piliers2LogoExpo

    Je doute que cela ait été volontaire, sinon les architectes en auraient parlé tout de go, mais sous certains angles, la similitude est frappante.

    piliers1
    the_expo_67_symbol

    Il s’agit d’un intéressant clin d’œil à l’histoire de Montréal, un clin d’oeil ironique en outre, car il nous ramène aux années soixante, époque où a été construit l’actuel pont Champlain.

    Voilà qui, même involontairement, donne un ancrage local à ce futur pont, vous ne trouvez pas?


    • Avant d’ergoter sur les caractéristiques du futur pont, il faudrait prendre en considération deux facteurs majeurs :

      1- C’est un projet du gouvernement conservateur.
      2- Il est piloté par l’inénarrable Denis Lebel.

      Préparez-vous à un mélange ahurissant de déceptions, de coups de théâtre, de rationalisations, de coupures, d’atermoiements, d’indécision, de volte-face et de petites vites.

      Bref, c’est pas faitte!

    • Yeux, nez et grand bouche de créatures supportant le pont donnant le goût d’y aller au risque de se faire manger par la créature ou aspirer par un tunnel servant à voyager dans le temps…

      Non, il ne fait pas traverser sous le pont mais sur le pont… On peut quand même être assis au bord de l’eau à regarder cette impression de tunnel…

      Expo 67 c’est une ronde de gentilshommes, c’est bien différent comme symbolique…

      Monseur Poirier est versé en histoire de l’art mais n’est pas assez observateur…

    • Pour ma part, je suis entièrement d’accord avec monsieur Rybczynski. On dirait qu’on a voulu faire un pont tape-à-l’oeil, tout en ayant l’air de dire “regardez comme il ne coûte pas cher mon nouveau pont”. Quant aux piliers en forme de Y, j’imagine que cette conception résulte de l’application des enseignements de l’actuel pont Champlain, à savoir que le principal problème de ce dernier est la corrosion causée par les produits de déglaçage et que son design initial qui ne tenait pas compte de ce facteur. Enfin, j’ose espérer que c’est ceci qui explique cela …

    • À 1G il est bien correct de pont. Et tant mieux s’il plaît à un chevronné prof de la plus prestigieuse université au CANADA. Il semblait plaire au lectorat de gauche de ce blogue même à 5G. à 1G Lebel doit passer pour un héros dans leur esprit de nous le sortir à ce prix-là malgré les coûts de main d’œuvre exorbitant de la province. En oblique, la résistance des piliers doit être plus forte on peut donc les faire plus minces donc plus beaux. Au début, il m’apparaissait frêles ces piliers, mais bon, on n’est pas dans un concours de “grosses graines”. C’est un pont, pas un phallus.

    • La dernière photo est emblématique des PPP: 2 bonhommes qui lêvent les bras de bonheur après s’être enrichis au dépend des contribuables, plusieurs témoins dont qui regardent ailleur pour ne pas voir et la pancarte sortie qui indique par oû aller pour être certain de ne pas voir.

    • Je pense que ce serait une grave erreur de miser sur les piliers pour donner un style à ce pont et ce, pour la simple et bonne raison que les pilers seront très peu visibles. Qui aura le temps d’aller flâner sous le pont pour observer les piliers ? En plus, en hiver ils seront plein de gadoue. On devrait favoriser des piliers simples, solides et verticaux, afin d’éviter l’accumulation de débris.

    • M Cardinal,
      Depuis quelque temps, on parle beaucoup du pont Champlain et du mode de transport public qui devrait s’installer sur le pont. Je porte à votre attention un reportage que Découverte avait présenter dans le cadre, justement, d’un transport efficace , peu coûteux à opérer et relativement économique à l’installation. Il s’agit de la roue-moteur inventer par Pierre Couture. Je vous invite à visionner ce reportage sur Trensquebec.qc.ca. Notez la finale du reportage qui demande un banc d’essais de 5 Km au coût de $200,000,000.
      Si vous aviez l’amabilité de me répondre en me disant pourquoi personne n’en parle, alors qu’il me semble être l’invention du siècle !?!?!

      Merci de me répondre

      Gilles Emond

    • Petit rappel… Ce pont sert à permettre à une autoroute de traverser un fleuve…

      Y a-t-il des pistes cyclables et des trottoirs le long des autoroutes?

    • Tentative un peu trop évidente de créer un pont emblématique?

      C’est l’obsession chez tous les journalistes et commentateurs du Québec que le
      nouveau pont soit emblématique et vaguement scandinave. Et bien le voilà.

    • Du plagiat du passé.

      Nos architectes sont tellement peu créatifs qu’ils récupèrent un vieux logo de l’expo 67.

      Ce pont n’est pas original du tout.

    • Ce «clin d’oeil» est tout aussi subliminal qu’involontaire. Je crois qu’il faudrait plutôt méditer les sages paroles du bon professeur d’architecture. Ça ne sert à rien de chercher des vertus esthétiques à ce triste ouvrage qui en est désespérément dépourvu. Il encore temps de renvoyer les architectes à leur table à dessin pour revoir leur copie en profondeur.

      Il faut d’abord éliminer ces haubans parce qu’inutiles, laids et problématiques en cas de verglas. Il faut ensuite laisser tomber le béton (du moins. en partie) au profit de l’acier, plus durable. Il faut finalement faire beaucoup plus d’efforts pour concevoir un ouvrage d’art esthétique et distinctif. La beauté ne coûte pas plus cher que la laideur. Un pont qui aura de la gueule coûtera donc sensiblement le même prix qu’une mocheté. Et puisqu’on n’en construit pas à toutes les années, aussi bien faire du beau.

    • C’est à la mode du jour de créer des beaux ponts d’en dessous. Parce que dessus on ne voit rien. Sur celui de la confédération on voit même pas la mer! Faut donc le voir d’en dessous. N’en déplaise à nos rationnels de service qui nous répète à ad nauseam qu’un port sert à traverser. Nous les gens de Montreal on veut pas la traverser on veut le prendre en photo ce pont. Un pont sans « art » c’est grossier. C’est en cela que je remercie Harper de nous en donner un peu à juste coût.

    • Le béton de ciment n’est pas rongé par le sel pour preuve les piliers du pont de la confédération sont en béton de ciment et ils baignent constamment dans le sel. Nenon, la poudre de ciment des cimenteries québécoises est « couper » par solidarité par les syndiqués pour donner de l’ouvrage aux syndiqués de la construction. Faudrait utiliser du ciment US et le surveiller. Faut pas jouer là-dedans quand la formule est parfaite. Sinon oublier ça. Ça ne tiendra pas 125 ans. En somme, faut surveiller et la formule du ciment mais et aussi celui du béton. Faut watcher ça. Pas besoin d’acier sauf pour l’armature dans laquelle on coulera le béton de ciment. La formule du stade est parfaite. Je sais d’où il vient mais il est correct ce ciment. Dans les stationnements souterrains on peut l’observer de près. Et ouf! Quel ciment!

    • Je le dis et je le répète (!) des tours en forme de bâtons de hockey, ça marcherait !!

      @critiqueur101
      Presque tout n’est que plagiat si vous pensez comme ça. Il y a très peu de choses vraiment originales de nos jours. On améliore. On actualise. On raffine.

      @A.Talon
      L’actuel pont Champlain est en acier. A long terme, l’acier coute bien plus cher à protéger de la rouille.

    • @picottable
      Méchant vire-capot. Il y a 6 mois, vous disiez exactement le contraire.
      Le détroit de Northumberland est extrêmement venteux l’hiver. C’est pourquoi, on ne voit pas l’eau. C’est pour la sécurité des gens.

    • Bof! Faudrait en reviendre de l’Expo 67 un moment donné. Je veux bien qu’on y fasse référence pour les festivités du 350e de Montréal, mais de là à voir Terre des hommes dans le nouveau pont, faut pas charrier. Je sais qu’il fait chaud, mais quand même.

      Mais, c’est vrai que les piliers de soutien des haubans sont inutilement hauts, pour ne pas dire grandiloquents.

    • «Il est grandiloquent en regard de la faible portée de la voie maritime. Les tours jumelles ne sont pas particulièrement élégantes, par ailleurs.»

      «Grandiloquent»? Eh ben… Il doit avoir des goûts d’une grande, mais vraiment d’une très grande sobriété le monsieur! J’ai fait quelques recherches sur Internet et, parmi les nouveaux ponts ou les projets qui se dessinent un peu partout dans le monde, AUCUN ne m’a semblé aussi simple et dénudé que le futur Pont Champlain. Je conseille fortement à M. Rybczynski de ne pas visiter Lyon, Calgary, Paris, Hambourg ou, pire, Changsha (Chine) au cours des prochaines années. Ce qu’il va voir dans ces villes pourrait certainement le rendre malade…

    • Ce qui est particulièrement intéressant avec la médiation des œuvres (architecturales, picturales, sculpturales, etc), c’est qu’à partir du moment où l’auteur diffuse son œuvre, elle ne lui appartient déjà plus. C’est en effet rarement l’artiste qui créé le mythe autour de son oeuvre, mais bien la critique, la population, la rumeur, c’est déjà commencé. Ce que monsieur Jensen a élaboré, la démarche dont il a usé n’est pas plus significatif que les souvenirs qui nous définissent et sculptent notre futur. C’est simplement un outil pour parvenir à un résultat.

      Le résultat dont on parle aujourd’hui, Champlain II, n’est pas encore coulée dans le béton (excusez le jeux de mot). En effet, tant que le consortium final ne sera pas désigné, tant que des plans et devis préliminaires ne seront pas déposés et mis à l’épreuve par des estimations de classe B, nous ne parlerons en fait que d’une maquette de proposition qui risque fort de changer de forme. Peut-être même radicalement.

      Voici un processus long et fastidieux. Il serait souhaitable que la formule en PPP, surtout son manque de transparence habituel, ne nivelle pas à la baisse une qualité architecturale extraite non pas sans effort.

      Car après tout, il serait dommage que ce soit là le lègue définitif de cet ouvrage ”public”, l’un des plus important des 50 dernière années. Peut-être même des 50 prochaines.

      Francis Huneault

      Classes d’estimation: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/biens-property/sngp-npms/bi-rp/conn-know/couts-cost/definition-fra.html

    • @ gl000001 19h40
      «L’actuel pont Champlain est en acier. A long terme, l’acier coute bien plus cher à protéger de la rouille.»

      Le pont Jacques-Cartier est tout en acier, il est trente ans plus vieux que le pont Champlain et il se porte toujours à merveille. Cherchez l’erreur. Par ailleurs, quelque soit la technologie choisie, on ne pourra plus faire d’économies sur le dos de l’entretien, au risque de perdre notre investissement à court terme une nouvelle fois.

    • À Emondgilles
      Personnellement, je n’ai jamais compris cet engouement pour l’emplacement d’un moteur électrique. Et avant de lancer un projet de cet envergure, il faudrait TESTER ce monorail en conditions réelles.

    • Cré Picotte a ma…
      Toujours la cheerleader des droitistes, autant canadiens qu’americains…
      Ces supposés artistes de la droiture mais toujours plus croches les uns que les autres…

    • On peut y voir bien des affaires et comme les piliers sont nombreux avec la lumière, les ombres et les reflets dans l’eau, dépendamment de votre position vous pouvez des choses différentes… Une armé d’hommes qui soulèvent le pont ? Des portes et un tunnel ?

      Le soir on dirait presque des hommes qui dansent…

      Pour les haubans ? En mettant de la musique bien on dirait les cordes d’un instrument, une harpe, par exemple…

      En même temps pour les bateaux qui passent dessous cela peut évoquer aussi un bateau avec un mât et une voile…

      On est dans le rêve ?

      Si on retourne dans une réalité mais plus pessimiste… Les personnes qui seraient tentées de se suicider sur ce pont, il y a plusieurs dangers ? Ou encore de faire des revendications mais en grimpant à la structure ?

    • Pour les deux tours du hauban ? Mais cela ne vous évoque pas une paire de pinces ? C’est pour rendre hommage à tous les travailleurs qui en utilisent et qui doivent traverser le pont ???

      Oui, il faut bien les pincer ces câbles…

      En même temps cela peut évoquer une paire d’échasses… Sûrement pour rendre hommage à quelques artistes de cirque… à moins que ce soit pour avoir une pensée pour certains oiseaux…

      LOL On exagère mais cela fait penser à un test de psychologie et chacun voit ce qu’Il veut bien voir, c’est le subconscient ou l’inconscient qui s’exprime…

    • @picottable
      Faites vos recherches. Indice: ça m’a pris moins de 2 minutes pour la trouver l’information.

      Les niaiseries qui se dont faites avec le béton il y a longtemps n’arrivent plus. Exemple l’autoroute 13 a défoncé assez vite à ses débuts. On a refait la 15 et la 20 en béton et ça va tenir longtemps.

      @A.Talon
      L’acier est plus économique (tous les facteurs) pour le ponts plus courts.

    • @picottable
      Faites vos recherches. Indice: ça m’a pris moins de 2 minutes pour la trouver l’information.
      __________
      Je te crois pas. Dépose l’info ici pour voir si tu dis vrai.

    • D’autant que le pont sera séparé en trois parties, pour les 2 sens de circulation + les voies d’autobus ou SLR, les déjections d’eau salée sur les piliers seront importantes durant l’hiver. Gare à la corrosion!

    • @lecteur_curieux
      Ca fait penser également aux tours du World Trade Center. Un autre hommage à 9/11.

      Ou bien à l’Argonath http://www.tolkiendil.com/encyclo/arts/sculptures/argonath
      “Ces statues furent érigées sous le règne de Rómendacil II, afin d’interdire à tout étranger de descendre l’Anduin en aval d’elles.”
      On pourrait y mettre des images géantes de nos grands maires : Drapeau, Tremblay. Un message pour dire aux visiteurs qu’à Montréal, on est contre la corruption !!

      @picottable
      Donc l’information est moins importante que de savoir si je dis vrai !!
      Comme disait le colonel Jessup “You can’t handle the truth” ;-)

    • Clind ‘oeil au passé : On peinture les deux tours en alternant le rouge et le blanc et on a un hommage aux cheminées de la carrière Miron (anciennement Labesse). Une bonne part du ciment requis pour bâtir Montréal vient de là après tout.

      « C’est de ce trou-là que sort Montréal. La gare centrale, l’hôpital Sainte-Justine, la voie maritime du Saint-Laurent, la place Ville-Marie et le complexe Desjardins, C’est notre béton, » (La Presse, 9/6/1984), racontent Louis et Jacques qui ont respectivement travaillé 26 et 11 ans chez Miron.
      http://www.arrondissement.com/tout-get-document/u1224-legendaires-carrieres-saint-michel

    • @Mr Cardinal
      Un futur sujet pour vous, pour laisser tomber la pousssière (des démolitions autour du pont) quand va ouvrir le parc de la carrière Miron ? Et que fera la Ville avec la carrière Francon ?
      En passant, le stade de soccer intérieur sur Papineau avance bien.

    • @gl000001

      Mais qui sait, en effet, ce qu’on peut y voir ?

      Plus simple ce n’est qu’une épingle à linge… Rien de bien dangereux…

      Et sur les bords du ponts près des bancs cela semblerait un endroit presqu’idéal pour aller étendre une ou deux petites brassées. Le vent, le fleuve… Évidemment, la circulation automobile risque de venir gâcher cela… L’air ne sera plus aussi pur mais quand même on peut bien dégager une impression d’air pur au niveau de la maquette…

    • @lecteur_curieux
      L’imagination nous en fait dire des choses !!

      “L’imagination est ce qui tend à devenir réel.”
      André Breton

      “Pour créer, il suffit d’avoir une grande imagination et une pile de vieilleries.”
      Thomas Edison

    • Ce que je trouve déplorable dans les discusions pour le futur pont , ce sont les commentaires désobligeants sur les politiciens du moment. Que ce soit n’importe gouvernement Libéral, Conservateur, Npd ou autres, ça ne change rien. Pour ceux qui sont anti-fédéralistes, vous croyez vraiment que le Québec à lui tout seul pourrait se payer un pont à faible prix? moi j’en doute très fort. ce qu’il faut faire, c’est d’avoir des gens RESPONSABLES de leur oeuvre et s’il y a problèmes, qu’ils paient leurs dégats, Pas comme les plaques de verre qui tombaient de la grande bibliothèque et où l’on a placé des clôtures autour pour ne pas que des gens se blessent au lieu de faire corriger la situation par les personnes qui ont construit cette boite de verre. Il faut denouncer tout ce que les gouvernements (provincial ou fédéral) éoûte toujours plus cher aux payeurs de taxes.

      Pour ce qui est de l’esthétique du nouveau pont, je le trouve OK sur dessin. Au 19 ieme siècle, on construisait solide (pont Victoria) sans avoir la technologie de nos jours et on utilisait beaucoup de fl;afla décoratifs et toitures en cuivre pour orner nos bâtiments. ne somms nous pas le coin de pays de l’aluminium, pourquoi ne pas mettre de l’alu moulé sur les haubans. Ça pourraît être décoratif et faire travailler quelques artistes de la sculpture ou de graphisme. Nous avons le talent ici qui ne demande que ça.

    • Ce n’est qu’une simulation mais je vois encore qu’il faut une gestion très brillante de la lumière, des ombres, lumières et reflets…

      Quand o est assis en haut sur le pont et qu’on regarde le fleuve c’est comme si on regardait à travers des fenêtres avec des stores vénitiens ouverts… La lumière pénètre par là…

      Mais aussi sous le pont… Il y a de l’espace libre entre les voies et qui fait entrer la lumière et cela crée des jeux d’ombres et des impressions de mouvements des piliers… Des hommes qui soutiennent la structure d’un angle donné ou même qui sont entrain de danser le soir venu…

      C’est beau au final et c’est ingénieux. Cela répond-il à tous les besoins demandés ? Est-ce sécuritaire suffisamment ? La solidité elle-est grande ? Cela coûte cher d’entretien ? Et l’apparence cela va rester beau ?

    • Ce qui suit est d’intérêt public monsieur Cardinal: car philosophique et cela fait partie du fil de discussion

      Un intervenant GL00001 affirmé avoir vu une chose sur le net en rapport aux commentaires;
      Je lui ai demandé de déposer la preuve ci :
      Il m’a répondu sur Lortie qu’il n’a pas de preuve avec une grimace;

      C’est un manque de respect pour vous monsieur Cardinal. Il affirme une chose avec soi-disant du soutiens en se servant de votre blogue. Coincé le type évidemment anonyme se réfugie sur Lortie pour faire ses grimaces. Pas de fierté. Pas de colonnes. Aucun respect. Pis ça vous liche en plus. L’autre fois il disait qu’Il vous trouvait beau et fin. Incroyable. Le reflux des égouts. Je suis peut-être « spécial » mais jamais je ferais ça à un blogueur. Quel manque de respect!

      Dis le ICI que tu mens! Cesse te continuellement te cacher Gl00001! Ouache

    • @Picotte_Simon

      Vous êtes vraiment lourd…

      François Cardinal

    • @linzertorte: ”pourquoi ne pas mettre de l’alu moulé sur les haubans?”

      De toute évidence, l’imputabilité et la rigueur financière sont des critères importants pour vous dans l’évaluation de la qualité d’une oeuvre. Sachez donc qu’il coûte beaucoup plus cher pour produire de l’aluminium que de l’acier ou du béton. De plus, les capacités structurales de l’aluminium sont très limitées, surtout pour un ouvrage tel que le pont Champlain II. La production de l’aluminium dégage une grande quantité de dioxyde de carbone. Pour finir, des entreprises comme Canam ou ADF sont québécoises et spécialisées dans l’acier de pointe à l’internationale. Il n’y a donc pas que l’aluminium qui soit québécois.

      J’en profite aussi pour rectifier les faits au sujet de la Grande Bibliothèque. Les lames de verre défectueuses ont été remplacées, après qu’on les ai testées à l’impact, une par une. La clôture dont vous parlez n’est même pas nécessaire, elle est simplement là car l’institution est imputable et désirait faire tout ce qu’elle pouvait pour la sécurité des passants. 25 millions de visiteurs (3 fois la population du Québec) sont passés par la porte de la BANQ depuis l’ouverture. Allez voir la condition impeccable des installations et venez ensuite me dire que c’est un mauvais projet.

      Francis Huneault

    • @fcardina 16h17 “@Picotte_Simon

      Vous êtes vraiment lourd…” C’est peu dire. Ce type est toxique.

    • francisk: entièrement d’accord avec sur la grande bibliothèque, d’autant plus que pour une fois les dépassements de coûts sur ce projet ont été presque nuls.

      Ça donne le goût de confier le dossier de la construction du pont à Lise Bissonnette.

    • Il manque une certaine grâce à ce concept; je le trouve trop rectiligne dans les verticales… Mais, bon, c’est avant tout un ouvrage utilitaire. On doit surtout lui demander de durer, durer, durer!

      C’est cependant du côté « pratique » que le concept me déçoit le plus. Trois voies dans chaque sens, ça ne règle pas le grave problème de congestion actuel. Sur les deux voies pour le transport en commun, si on y met des bus, on ne pourra jamais y mettre autre chose, à moins de remettre ces bus sur les voies des voitures pendant des années, le temps que cela prendra pour réaménager les voies de transport en commun pour y mettre des rails.

      Finalement, une voie cyclable placée de façon à ce que les vents dominants poussent les gaz d’échappement directement sous le nez de ses usagers, ça me laisse comme une impression de manque de planification…

    • @ François Cardinal 16h17 — «Vous êtes vraiment lourd…»

      Si vous le laissez faire à sa guise, ce type n’hésitera pas à transformer votre blogue en poubelle.

    • M. Witold Rybczynski a écrit en 1998 une très intéressante biographie de Frederick Law Olmsted. Le prologue de ce livre se conclut avec une réflexion portant sur notre mont Royal, une des œuvres phares de ce génie de l’aménagement :

      Like most people, I took the landscape of the Mountain for granted; I thought that it was simply a nature preserve. Here was the most significant man-made object in Montreal- arguably the city’s most important cultural artifact- and I thought of it as ”natural”. How wrong I was.

      Notre petite colline, magnifiée par la vision d’un génie, que le professeur Rybczynski a longtemps cru être une simple réserve naturelle, lui apparaît dorénavant comme le plus important geste de création à Montréal. Voilà qui illustre parfaitement le fait qu’une grande oeuvre ne cherche pas l’esbroufe, mais révèle sa vérité par un ensemble de moyens cohérents qui, finalement, touchent profondément l’âme du spectateur promeneur.

    • @A.Talon 17h24 “… ce type n’hésitera pas à transformer votre blogue en poubelle.” Ce qu’il s’amuse à tenter de faire sur tous les blogues de La Presse. Il faudrait l’ignorer complètement. Mais c’est parfois trop tentant de lui river son clou. Souffrir des trolls est aussi le prix de la liberté d’expression.

    • @Mr Cardinal
      Mr Cliche du blogue des sciences l’a banni car il déforme tout et ne cherche que la controverse. Comme son 15:48. Tout est faux.

    • @francisk

      Pour vous répondre M.Huneault, je n’ai jamais mentionné de construire le pont en Aluminium, j’ai juste fait une réference de decoration sur les colonnes de soutien des haubans. comme on moulait du cuivre à l’époque où l’architecture était moins boite carrée ou rectangulaire comme la grande bibliothèque. Je sais bien Monsieur que les plaques de verre ont été remplacées mais payees par qui??? En passant je fréquente la grande bibliothèque même si je ne trouve pas l’oeuvre spectaculaire. Ah oui je veux aussi mentionner que quand je fais référence à de l’ornementation come par le passé, je ne veux pas dire de reproduire la période Victorienne qui était déjà du copiage des siècles précedents. L.aluminium se moule comme du cuivre et peut se couler comme de la fonte ou du bronze. On pourrait donner à ce pont qui se veut un bien utile, une touche du XXI siècle avec du style qui traversera le temps.

    • @linzertote

      Votre question, à savoir qui a payé pour le remplacement du verre de la BANQ, est très pertinente. Sachez que c’est le tribunal qui a tranché la responsabilité dans cette affaire. Ce n’était pas évident car une telle enveloppe (peau de l’édifice) était une innovation. Donc qui entre le fabricant, l’installateur ou l’architecte à commis une faute? Un peu tout le monde, mais personne vraiment volontairement ou par omission. Les entrepreneur et les architectes payent de fortes sommes en assurances pour pratiquer leur métier afin d’être imputable face au public, c’est la loi.

      Pour répondre à votre question donc, quand des intervenants au service du gouvernement sont reconnus coupables pour une faute, ce sont c’est derniers qui payent. Pas le gouvernement, pas vous.

      Pour finir, votre vision de l’ornementation est valable, quoi qu’un peu dépassée. L’époque post moderniste (70′ à 90′) a tentée de faire renaître une certaine forme d’ornementation modernisée comme vous le spécifiez. Avec le recul, il y a consensus sur l’idée que ce fut l’une des plus arides et mal aimée des époques architecturales. Pensez au 1000 de la gaucherière, au musée d’art contemporain ou surtout à la bibliothèque de Vancouver qui en sont des exemples. La leçon indique d’ornementer par la forme même des structure ou par la matérialité de l’enveloppe plutôt que par des éléments rapportés. C’est donc un peu la “fonction” esthétique des haubans blancs et des piles en Y sur Champlain.

      Vous devriez être content, car avec la vison contemporaine du design , le public (vous) ne paye plus pour des décorations. De toute manière, les concepteurs n’ont plus d’honoraire pour réfléchir à l’esthétique, quand ils le font, c’est à leur frais. Vous avez raison, c’est dommage.

      Francis Huneault

    • . . .

      Moi, je le trouve correct ce pont et les piliers en forme de Y en améliore le “look”, sauf qu’on ne sait pas s’ils ont un effet significatif sur le coût du pont par rapport à une autre forme de pilier.

      Puisque certains considèrent que les tours supportant les haubans manquent d’originalité, on pourrait demander aux concepteurs de leur donner une forme en Y dans le sens longitudinal du pont, placer des haubans horizontaux entre les 2 bras des Y et d’autres haubans entre les bras des Y et la structure supportant les voies. … Là, on aurait un pont original … et on pourrait l’appeler le pont “Y” puisque ceux qui y passent vont soit à Montréal, soit vers le roc à l’ouest.

    • Presque poetique et très à propos puisque se sera GENy qui en fera les frais. C’est pas mal comme design. Tres hate de voir la version (Chop ! Chop !) définitive. En passant, sur l’animation on voit une structure couverte serait-ce un emplacement suggéré pour les péages ?

    • Tout un design !!! = Une grosse chenille…

    • Ne cherchez pas les feux d’artifices…
      Nous ne sommes plus à cette époque.

      C’est un beau projet de pont, sobre, élégant, filiforme, presque féminin….
      Un beau passage pour Montréal….

    • Un autre pont en béton alors qu’un pont métallique serait plus durable.

      La question importante éludée ici n’est pas le design mais comment résistera-t-il mieux au sel et à l’hiver.

    • Même s’il n’a pas la même envergure, le projet soumis rappelle le pont de Bhumibol à Bangkok. Avec un peu d’éclairage, si la job est bien faite, vous aurez un pont qui aura de la gueule.

    • Le pont Champlain est actuellement comme un de leurs lieux préférés des Montréalais. Ce caractère identitaire résulte essentiellement de la qualité des points de vue offerts vers Montréal. La question que je me pose concernant le futur pont est la suivante : Comment seront aménagés les liens vers le centre-ville et comment l’extrémité nord du pont participera-t-elle à cette mise en valeur ? Il ne faudrait surtout pas recommencer les horreurs visuelles générées à grand coût par l’aménagement des voies réservées pour les bus. Il faut que le lien transport en commun vers le centre-ville (SLR de préférence) soit élégant et participe à une mise en scène optimale des vues vers le fleuve ou le centre-ville.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité