Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 19 juin 2014 | Mise en ligne à 8h09 | Commenter Commentaires (30)

    Réplique: «Un accès durable à Sainte-Catherine…»

    118934

    Je publie ici une réplique à ma chronique sur la rue Sainte-Catherine, signée par Félix Gravel, responsable des campagnes de transport, GES et aménagement du territoire au Conseil Régional de l’environnement de Montréal.

    gravel

    Sainte-Catherine est bondée, ses trottoirs sont tellement achalandés qu’on a parfois de la difficulté à y marcher confortablement. On y afflue en tant que touriste ou résident montréalais, certains y magasinent, d’autres vont travailler dans les tours à bureaux. C’est ce bouillonnement qui distingue notre centre-ville et en fait un lieu à part. Or l’espace urbain n’est pas extensible à l’infini et nous sommes donc devant des choix, dans un but partagé de renforcer ce cœur de la métropole.

    L’élargissement des trottoirs apparaît comme primordial si l’on veut renforcer Sainte-Catherine, la rendre plus attractive et conviviale. C’est justement parce que le stationnement occupe une large place qu’il peut devenir une solution à de nombreux problèmes urbains. Comme vous le dites, « Il faut éliminer le stationnement de surface », élargir les trottoirs, implanter plus de verdure, de bancs, d’œuvres d’art, etc. Une rue qui fonctionne se distingue par la qualité de son animation et de ses aménagements, on y trouve une expérience unique; Sainte-Catherine a tellement de potentiel! Cette rue emblématique doit se distinguer et non imiter.

    Il y a bel et bien une question d’accès au centre-ville, mais pourquoi résoudre l’équation à un simple manque de stationnement? La première étude exhaustive sur la question a été annoncée tout récemment par la Ville de Montréal pour actualiser des données qui datent du milieu des années 1990. Ces données seront disponibles à la fin 2014 et serviront de socle à la politique du stationnement montréalaise prévue en 2015 alors ne tirons pas de conclusions trop hâtives.

    Le manque de stationnement ne serait-il pas en bonne partie basé sur des perceptions? Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal), à travers son guide sur la gestion durable du stationnement, montre qu’on peut faire beaucoup mieux avec l’existant, en optimisant nos pratiques. Une idée prometteuse, déjà appliquée : le partage de stationnement. Des exemples : l’AMT a une entente avec un cinéma pour que le stationnement soit utilisé le jour comme incitatif au train de banlieue et l’UQAM loue temporairement ses stationnements lors des évènements de la place des Festivals. Combien de tours à bureaux et de stationnements souterrains pourraient ainsi être utilisés pour maximiser l’espace en ville?

    Pendant près d’un siècle on a pensé qu’en ajoutant plus de routes et d’autoroutes, donc plus de stationnements, on améliorerait la fluidité des transports. Or la congestion paralyse notre métropole, montrant les limites d’un développement basé sur l’automobile, et une bonne partie de nos rues servent à l’entreposage de voitures privées. Une valorisation bien pauvre de l’espace public, aujourd’hui souvent restreint et donc si précieux. Il n’y a qu’à voir ce que l’imagination et la créativité lors de la journée Park(ing) Day arrive à faire quand les automobiles n’y sont pas et que les gens investissent les lieux.

    Revenons à l’impulsion que vous vouliez insuffler lors de la dernière campagne municipale : il est temps de rêver Montréal!

    À Copenhague, où l’utilisation du vélo a dépassé celle de l’auto pour se rendre au travail, on a aménagé la ville différemment. Beaucoup d’autres idées existent que celle de créer des incitatifs pour se rendre jusqu’à Sainte-Catherine en automobile. L’accès durable au centre-ville passe notamment par les transports collectifs, le covoiturage, la marche, le vélo, mais aussi par une rue plus conviviale et sécuritaire. Tout cela ne veut pas dire rayer de la carte l’accès au secteur en voiture, mais de beaucoup plus le circonscrire. Soyons imaginatifs pour nos déplacements et cette artère en sortira gagnante, pour le plus grand plaisir des commerçants, des travailleurs et des promeneurs. Osons envisager la piétonnisation partielle, temporaire ou complète de Sainte-Catherine : c’est l’occasion d’avoir une rue axée sur la mobilité et les aménagements durables, encore plus accessible et attractive.

    Tags:


    • Rafraichissant d’entendre un autre discours!

    • Moi quand on me ramene le modele scandinave à toutes les sauces ca me donne des boutons parce que quand ca fait notre affaire on parle aussi du caractere insulaire de MTL qui la rend incomparable…m`enfin…

      Un peu à l image de son titre professionnel le projet de monsieur Gravel c est un peu du n importe quoi sans trop trop de concret. Un moment donné il faudra que ces ¨experts¨ fonctionnent aussi dans la réalité et tiennent compte des moyens de Mtl qui doit faire plus avec pratiquement rien. Élargir les trottoirs, tasser les immeubles tant qu`à faire ?

      Commencons par prendre LA décision et allons y progressivement. Rendons le troncon de rue aux piétons et au fil des années ajoutons de la verdure et de la couleur mais pas là , immédiatement comme condition de réussite. Une initiative comme le festival mural pour les vitrines de locaux désaffectés et les murs moins jolis au coup d`oeil. Ajouter quelques bancs ici et là bref des initiatives qui font une petite différence remarquée et qui donnent du temps à Montréal d`y aller graduellement sans devoir mettre toutes ses billes dans un seul projet. Une telle attitude a de plus l avantage de calmer les ardeurs des concepteurs qui ne se prendront pas pour des pharaons…

      Je crois aussi qu il y a moyen de maximiser les espaces de stationnement en périphérie avec différentes initiatives selon la période de la semaine mais il ne faudrait pas que l aspect foutu stationnement soit un obstacle à ce projet. On dirait depuis que vous nous parlez de ce projet qu il faut absolument se mettre à genoux devant les automobilistes…Faisons chacun notre petit bout de chemin me semble et vivons avec.

      Moi je trouve que c est un super beau projet qui pourrait redonner un nouveau caractere à une artere historique. Le problème c est que rêver Montréal c est irréaliste parce que concretement on vient de se réveiller en plein cauchemar alors on peut tu essayer d éviter de retomber dans les mêmes bonnes vieilles habitudes ?

    • Copenhague superficie: 88.25 km carrés. Montréal 365.1.

      Température annuelle moyenne à Copenhague 9 degrés. Montréal 6.2. Je n’ai pas voulu me forcer les méninges trop fort, mais est-ce qu’il tombe une quantité équivalente de neige à Copenhague et Montréal? J’ai trouvé 35 pouces pour Copenhague et 226.4 cm à Montréal soit près de 90 pouces.

      Est-ce qu’on pourrait comparer des pommes avec des pommes messieurs les experts?

      Aller travailler à pied? En vélo? Quand les distances à parcourir sont plus grandes, que la météo y est moins clémente?

      Je suis d’accord que Ste-Cath est laide malgré les beaux édifices. Des poubelles, des bancs de parc, des bacs à fleurs seraient nécessaires pour l’embellir. Des arbres aussi même s’ils meurent jeunes en ville. Des stationnements pour vélos sécuritaires comme il en existe au Japon:

      http://www.dailymotion.com/video/x10skac_parking-sous-terrain-a-velo-au-japon_news

      Pas le fun aller travailler ou magasiner en vélo pour se rendre compte qu’on l’a déshabillé ou carrément volé quand on veut le récupérer. Ça aurait été plus intelligent et possiblement moins cher que les Bixi, cette idée… Mais reste encore le problème des distances et de la météo.

      Montréal est un vaste stationnement pour les véhicules privés? On fait quoi? Ceux qui vivent sur le territoire n’ont plus le droit de posséder une voiture? On les met où? OUI Montréal a un méchant problème d’accessibilité! Attendez que les festivals commencent. J’ai déjà mis pas loin de 3 heures pour traverser le pont Victoria un soir de feux d’artifices. Une sortie qui aurait dû prendre 35 minutes m’en a demandé pas loin de 3H30! Demandez-moi si ça me tente d’aller me re-flanquer dans ce guêpier? J’ai appris la leçon croyez-moi. Les festivals, je les laisse aux Montréalais et aux touristes qui peuvent rentrer sans encombre à leur hôtel.

      Qu’est-ce qui a bien pu se passer depuis 40 ans pour que Ste-Catherine soit passée d’artère vibrante, colorée, vivante, à cette rue-fantôme? Le manque de sécurité? Le manque de magasins d’intérêt? De restaurants dignes de ce nom? De bars de grande envergure?

      Alors quoi? On exproprie les terrains avoisinants les stations de métro pour en faire des stationnements incitatifs? C’est ça qui va rendre le métro FIABLE vous croyez?

      Il y a une phrase de votre expert qui m’a frappée: “on a aménagé la ville autrement”. Montréal n’est pas bien aménagée. On ergote pendant de longues années sur des broutilles: les voies réservées pour les autobus par exemple. C’est illogique que ça prenne moins de temps à une personne de LaPrairie à se rendre au CentreVille, qu’une personne de Montréal-Nord par exemple! Les décideurs sont là pour décider, qu’ils “embrayent!” Ça prend pas 30 ans à déterminer par exemple qu’à l’heure de pointe, la voie la plus proche du trottoir est réservée. Pas de coûts supplémentaires et contravention salée aux têtes dures qui ne comprennent pas vite.

      Vous voulez débarrasser la ville d’un nombre maximum de voitures? Transport collectif rapide, fiable ET confortable. Au prix que c’est rendu, je pense que c’est une exigence légitime. Espaces anti-vols pour les vélos.

      Quand ce sera un plaisir et non plus un calvaire d’aller “en ville”, peut-être que les gens y reviendront.

    • Si c’était payant d’ouvrir les stationnements pour les gens qui viennent faire des emplettes, ils seraient ouverts. Je ne connais pas d’entrepreneur qui cracherait sur la perspective de faire un profit.

      La réalité, c’est que soit la demande ne le justifie pas, soit les dépenses que ça implique ne le justifie pas. Il ne faut pas oublier qu’en ouvrant des stationnements privés au public dans des édifices à bureaux il y a des questions de sécurité qui surgissent et d’entretien du stationnement aussi. Des gens qui viennent magasiner et qui laissent leur papiers et détritus par terre, ça existe.

      Qu’arrive-t-il en cas d’accident dans un stationnement privé? En cas d’agression? Vandalisme?

    • C’est sympathique les vélos de Copenhague, mais à Montréal on a des hivers qui rendent le vélo inadéquat pour plusieurs mois par année !

    • Encore !!!

      Hé oui…encore un autre pelleteux de nuages !

      Tout le mode à vélo en plein hiver, les bras chargés de paquets, achetés au centre-ville !

      Vraiment, il y en a qui feraient n’importe quoi pour désertifier le centre-ville.

      Lorsque vous réussirez à faire un mail piétonnier sur la Catherine, sans perturber la circulation automobile…je vous offrirai un verre de Romanée-Conti !

      Ce qu’il faut = des espaces de stationnement, pas cher

    • Encore !!!

      Hé oui…encore…un autre pelleteux de nuages !

      Tout le mode à vélo en plein hiver, les bras chargés de paquets, achetés au centre-ville !

      Vraiment, il y en a qui feraient n’importe quoi pour désertifier le centre-ville.

      Lorsque vous réussirez à faire un mail piétonnier sur la Catherine, sans perturber la circulation automobile…je vous offrirai un verre de Romanée-Conti !

      Ce qu’il faut = des espaces de stationnement, pas chers, dans des parkings en hauteur.

      Ce n’est pas en écoeurant les automobilistes que l’on va régler les problèmes de circulation à Montréal.

      Et puis, fichez-nous la paix avec vos exemples européens, qui n’ont rien à voir avec notre nordicité, et notre mode de vie fondamental.

    • @michelnotredame,
      Notre mode de vie n’est pas «fondamental», il est destructeur de l’environnement et il doit changer.

      Le transport routier est le secteur où les émissions de GES ont le plus augmenté, principalement le transport des marchandises. Pour le transport routier des marchandises, en additionnant les émissions des camions légers, moyens et lourds, on obtient 11,3 Mt en 2011, en hausse de 82 % par rapport à 1990 (6,2 Mt). Notre mode de vie, que vous qualifiez de fondamental, est de plus en plus destructeur.

    • Les bancs et les bacs à fleurs, une idée à la Ferrandez qui sera à terme sans aucun effet sur la fréquentation de la Ste-Catherine. En fait, en général, quand les gens sont fatigués de marcher sur Ste-Catherine, ils entrent dans un commerce pour prendre un café, une glace et grignoter un peu, je vois difficilement où les bancs et les bacs à fleurs sont susceptibles d’augmenter la fréquentation de l’endroit et de rapporter des sous aux marchands.

      C’est quoi l’objectif? Que la Ste-Catherine s’affiche avec le bon goût d’un tel ou bien que cette artère soit revitalisée économiquement?

    • Un peu plus une ”cassette” pour rappeler un point de vue déjà connu mais que le responsable peut répéter qu’une véritable réplique.

      Pour le reste, on verra bien à l’usage dans notre cas. Quand on veut y aller on y va et on trouve notre chemin, le problème c’est qu’on semble vouloir y attirer des gens qui ne veulent/peuvent pas ou plus y aller. Un problème d’accessibilité ? Un problème d’horaire plutôt et d’autres occupations.

      En tous les cas c,est comme le débat pour garder les familles à Montréal, c’est sûr que ceux qui font ce choix et aiment bien participer au débat aimeraient que d’autres fassent le même choix qu’eux.

      Et ils semblent pas aimer que ce soit les jeunes et les célibataires qui soient le réel moteur.

    • Quand on fait des courses à vélo, on n’a pas les “bras pleins”, on utilise des sacoches ou des paniers. J’ai des sacoches néerlandaises. Je fais presque tout à vélo, sauf en plein hiver (et avant l’hiver horrible que nous venons de vivre, il y avait quelques hivers très cléments, avec peu de neige).

    • Mais il faudrait de chiffres sinon ce ne sont que des apriori…

      Dans un article dans le journal Le devoir, monsieur Nantel parle des familles de la population environnante qui a migré vers la banlieue ?

      Mais quelles familles ? Vivant près de la Catherine ? On parle vers l’est de la ville ? Ils devaient pas être riches, riches…

      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/401435/arteres-commercantes

      Hier j’ai lu que les résidents, nouveaux résdents de montréal achetaient pas leurs mebles à Montréal… Je cherchais les magasins de meubles connus… Structube… Mariette Clermont eux, ils n’ont plus leur magasin à Montréal…

      Mais le nom que je cherchais c’est le suivant : Roche Bobois, cela fait longtemps qu’ils existent eux et ils faisaient leur pub partout pour qu’on les connaisse mais cela dépend du marché et non du lieu de résidence. Et des goûts de chacun.

      S’ils aiment mieux Brault et Martineau cela les regarde…

    • @dcsavard
      Les bancs ? Pour manger dehors ! Prendre une pause magasinage dehors ! Regarder les jolies femmes passer dehors !

    • Moi cela me fait penser à la théorie X et Y de McGregor qui a des supposés à l’égard des employés.

      Perso, je suis plus théorie Y mais si on exagère en ce sens, une organisation ne sera pas rentable. cela dépend quand même.

      Mais à l’égard de la population sur la Catherine et notamment des marcheurs ? Les débatteurs emblent être d’une théorie Y et croire que cela va augmenter les bénéfices de tous.

      Pas sûr que c’est tout le temps le cas. Les banc publics seront occupés par qui et des gens qui dépensent combien ? Des trottoirs plus larges c’est sûr que cela sera pls facile de doubler mais si je veux doubler les autres marcheurs c’est que je suis là un peu pressé et que je n’ai absolment rien à acheter dans le bout.

      Théorie X encore, des panneaux à l’extérier comme il y en a devant nos commerces disant explicitement que le flâage est interdit ou encore dans les toilettes de certains magasins rappelat que le vol à l’étalage sera puni sévèrement qu’ils vont entamer des poursuites contre vous.

      Théorie Y , trop idéaliste. Théorie X, méchants airs bêtes. On traite l’employé comme un paressuex pour un consommateur ce serait comme un voleur potentiel ou un wouéreux, un flâneur qui nous rapporte rien.

      Pour la théorie Y bien on les traite bien et par miracle ils seront productifs ou bien vont se remttre à dépenser et vous aller attirer les meilleurs clients et gagner leur fidélité.

    • “je vois difficilement où les bancs et les bacs à fleurs sont susceptibles d’augmenter la fréquentation de l’endroit et de rapporter des sous aux marchands.”

      Coin Fairmount et Clark. Bon, ok, c’est peut-être l’exception, mais ce genre d’initiatives est surtout pour rendre le quartier plus convivial pour les résidents, et créer des lieux de rencontre. Ça n’attire peut-être pas une nouvelle clientèle (quoique ça motive plusieurs personnes à passer du temps dans la rue), mais ça a d’autres avantages. Et les petits “places” que l’on emménage un peu partout sont toujours très occupés (en tout cas, ceux que je croise, comme sur Fairmount, métro Laurier, ou sur Saint-Denis). Bref, ça fonctionne pour d’autres raisons.

      Mais sinon, la beauté générale d’une rue contribue à son attrait par rapport à une autre rue. On ne veut pas magasiner dans un endroit gris et laid. Ce n’est pas une solution miracle, c’est certain. C’est juste un petit luxe. Comme verdir sont balcon en béton.

      @loubia
      Vous passez 3h30 coincé sur un pont, et c’est le métro qui n’est pas fiable? Avec ce genre de comparaison à deux vitesses (littéralement), il faudra quoi pour rendre le transport en commun attrayant?

    • @beaufran

      Mon pauvre ami…notre mode de vie implique l’étalement urbain, ainsi qu’une météo fort capricieuse.

      En conséquence, l’utilisation de l’automobile est essentielle, pour un très grand nombre de résidents de Montréal et ses couronnes.

      J’ai l’impression que vous voulez éliminer les automobiles de nos routes ! Pour faire place à quoi ? Des chevaux et leurs pommes de route ? Par une réseau de transport en commun imaginaire ?

      Enlevez vos lunettes roses, et rendez-vous compte que le nombre de bagnoles, au cours des prochaines décennies, va quintupler ! Il faut donc créer des milliers de places de stationnement pour les accueillir.

      Et puis, votre argument, sempiternellement fallacieux, concernant la soi-disant pollution ne tient pas, ne tiendra plus. Puisqu’au rythme où vont les choses, le parc automobile deviendra de plus en plus vert.

      Ni vous, ni moi, ne pourrons changer le climat nordique du Québec. Cela fait partie de notre mode de vie fondamental, en tant qu’américains du Nord.

      Ma prochaine automobile, sera électrique ou de biénergie, pour peu qu’elle soit capable d’une autonomie importante. Ça s’en vient…

      Pour les réchauffistes, et les rois de la pédale…je leur recommande de faire poser des pneus à neige sur leurs bicycles avec de grands paniers pour leurs provisions et leurs gros colis …par -20C .Surtout s’ils fréquentent le centre-ville, à partir des couronnes Nord ou Sud !

    • Adolescent, j’habitais la balnlieur et je fréquentais régulièrement la Ste-Catherine pour aller chez Sam ou au HMV pour la musique.
      Aujourd’hui j’habite Ahuntsic et je ne vais plus sur Ste-Catherine depuis quelques années. Magasinage pour magasinage, je vais à Laval.

      J’ai une bonne opinion du centre-ville et j’aimerais y aller plus souvent, mais il faudrait que ça m’offre une expérience différente pour que le déplacement et les coûts (metro ou stationnement) en vaillent la peine.
      Comparatif : je vais souvent au Marché Jean-Talon parce que je trouve que le déplacement en vaut la peine vs les autres options d’épicerie.

    • @michelnotredame

      “Mon pauvre ami…notre mode de vie implique l’étalement urbain, ainsi qu’une météo fort capricieuse.”

      La météo, je veux bien, mais l’étalement urbain n’est pas une fatalité, loin de là. C’est une question de mœurs, et les mœurs peuvent changer du tout au tout. Dans le cas de l’étalement urbain, il est facile de parier que ce sera notre capacité de payer qui y mettra un frein, éventuellement. À moins de devenir des champions de la croissance économique. Qui sait.

      “Et puis, votre argument, sempiternellement fallacieux, concernant la soi-disant pollution ne tient pas, ne tiendra plus. Puisqu’au rythme où vont les choses, le parc automobile deviendra de plus en plus vert.”

      L’impact écologique de la voiture ne tient pas qu’à ce qui s’échappe de l’arrière-train. La voiture et les infrastructures consomment une quantité gigantesque de ressources à exploiter, l’étalement urbain résultant de la motorisation gaspille les terres agricoles et naturelles beaucoup plus vite qu’un modèle urbain plus dense. Il faut aussi parler de la minéralisation des sols, des ilots de chaleur… L’argument écologique tient la route, même avec la voiture électrique (qui consomme de l’énergie, elle aussi, qui a son impact).

      “Ni vous, ni moi, ne pourrons changer le climat nordique du Québec. Cela fait partie de notre mode de vie fondamental, en tant qu’américains du Nord.”

      Une tonne de gens vivent sans voiture dès maintenant. Essayez-vous de convaincre ces gens que c’est impossible? Pourtant ils prouvent le contraire, chaque jour. C’est une question de choix, pas une fatalité.

      “Pour les réchauffistes, et les rois de la pédale…je leur recommande de faire poser des pneus à neige sur leurs bicycles avec de grands paniers pour leurs provisions et leurs gros colis”

      C’est quoi, un “réchauffiste”? Mais bon, les adeptes du vélo à l’année suivent déjà ces conseils, avec succès. Tant mieux, ça vous laisser quelques places de stationnement en plus pendant la morte saison. Chacun son truc, en bout de ligne.

    • Je suis arrivé à Montréal en 70 et y ai demeuré jusqu’en 2003 pour aller vivre en campagne (non en banlieue). Montréal me manque pour toutes sortes de raisons et j’y retourne le plus souvent possible. La Ste-Catherine a et est toujours aussi achalandée qu’avant. Cette artère est vivante et a le même problème à peu de chose près que toutes les grandes villes du monde, le trafic automobile et le stationnement. Comme c’est un centre-ville, les stationnements y sont assez dispendieux. Par expérience, j’ai appris à ne pas utiliser de voiture quand je m’y rend. Comme nous sommes esclaves de notre voiture, on ne veut pas changer nos habitudes et on continue à prendre le char pour aller au centre-ville. Les taxis ça existe à MTL comme à NY et c’est le meilleur moyen pour se déplacer dans une grande ville quand tu ne veux ou peux pas prendre le métro. Tu n’as pas à déneiger ton auto l’hiver et à chercher une place de stationnement, le taxi est toujours chaud et te mène où tu veux. de toute façon si tu vas t’acheter un gros meuble, tu le prendras pas dans ton char, le commerce le livrera. Il est fini le temps des ”grands magasins’’sur la Catherine. Maintenant on y trouve toutes sortes de boutiques où on peut apporter ses achats avec nous.

      Pour l’esthétique de Ste-Catherine, elle n’a jamais été belle sur toute sa longueur, le quartier des spectacles c’est bien le fun mais si tu sationnes à la place des arts ou dans le stationnement souterrain de Place Desjardins, c’est l,enfervers l’est de St-Laurent ça a toujours été un endroit morbide, il y a amélioration depuis quelques 2 ou 3 ans. À partir de St-Hubert , le ghetto Gay a aidé mais c’est pas toujours heureux et sécuritaire la nuit. Vers l’ouest, à partir de l’ancien forum jusqu’à Guy, c’est toujours laid, j’espère qu’avec l’université Concordia dans le coin, il y aura plus d’amélioration dans le choix d’établissements commerciaux.

      Avec Griffintown qui se développe, il y aura sûrement plus de gens au centre-ville qu’avant. J’espère que le monde vivra comme dasns les grandes villes de ce monde et laissera sa voiture à la maison, mais j’en doute, la voiture est un bien grand mal nécessaire.

    • @gl000001,

      et vous croyez que c’est ça qui va revitaliser la Ste-Catherine? Au DIX30, il n’y a pas une foutue place à l’ombre pour bouffer ailleurs qu’aux terrasses des commerces et ça ne l’empêche pas d’être plein à craquer, idem pour le Carrefour Laval et les powercenters, incluant le Marché Central.

      Je ne dis pas que ce n’est pas le fun de manger un lunch dehors, je dis simplement que c’est une fausse solution au problème.

    • Au fait, citer Copenhague ça fait urbaniste paresseux. C’est une valeur sûre présentement Copenhague, alors tous les urbanistes veulent transformer toutes les villes en copies conformes de Copenhague. Je trouve ça nul au cube. C’est reproduire le pattern de la popularité des power centers à l’échelle d’une ville complète.

      A quand les copies en carton pâte de la petite ville de Truman Show?

      Il y a des limites à exploiter une veine. Qu’on y trouve une vague inspiration pour ensuite comprendre les particularités de notre propre ville et inventer les solutions appropriées, d’accord. Mais copier sans se poser de questions, non.

    • Il y a peut-être des fluctuations commerciales mais la Catherine entre disons Crescent à l’ouest et Phillips Square à l’est n’avait pas et n’a pas de problèmes majeurs… Du moins au niveau de la rue.

      Trottoirs trop étroits ? Trop de voitures ? Aimez-vous la ville ou non ? C’est cette promiscuité qui est agréable. S’asseoir sur un banc ? Pas besoin. On a pas le temps de se fatiguer à marcher aussi peu.

      Les problèmes économiques et sociaux sont plus à l’est et plus à l’ouest. Le reste, les commerçants présents sont plus qualifiés que toutes ces personnes incluant notre maire Coderre. Même le gérant du club Super Sexe, où l’on va jamais alors on ne sait pas c’est qui , ou les doormen fantasques de celui là ou un autre vont mieux parler de la vraie ville et ses besoins.

    • @dcsavard
      Non. Mais c’est agréable. Pourquoi refuser des choses agréables ?

    • @dcsavard Il reste qu’installer des bancs de parc et verdir la rue ne seraient pas désagréables et ne sont pas les mesures les plus coûteuses. Il ne faut pas trop dépenser d’énergie à s’opposer à cela non plus :)

    • Dcsavard
      Apparemment Copenhague est parvenue à exploiter toutes les veines :
      http://www.bbc.com/news/world-europe-24725738

    • C’est quand même spécial mais la Catherine est longue et il y a tellement de gens qui la fréquentes ou l’ont fréquenté qu’il peut y avoir bien des opinions.

      Je trouve pareil qu’on devrait observer la population qui sont là sur les trottoirs de la Sainte-Catherine et ceux aussi présents dans les centres commerciaux, on veut ajouter les gens à la Place des Arts ou encore au TNM ? La réfection est à l’ouest de Bleury…

      Des gens veulent plus de verdure ? Bien voyons allez à la Place du Canada ou bien sur le «mont-Royal, là vous en avez de la vraie verdure…

      Observez aussi les gens, il y a certaines personnes âgées mais elles sont pas si nombreuses et les gens marchent d’un pas affairé, peut-être un peu plus lentement le soir mais ce sont des jeunes qui sortent… Ils veulent pas de bancs de parcs pour se reposer, ils marchent encore assez rapidement…

      Non mais ils peuvent nous faire de beaux croquis et accompagner nous cela de photos présentes ou passées… Et là, on donnerait notre opinion…. Bien oui cela serait agréable à cer endroit et sans rien enlever au côté urbain et jeune…

      Je trouve pas moi que les trottoirs ne sont pas assez larges sauf quand il ya des travaux et qu’on nous dirige dans un genre de tunnel et qu’on pourrait presqu’avoir peur que quelque chose nous tombe sur la tête.

      Je ne trouve pas du tout non plus qu’il y a combat avec les automobilistes aux intersections quoique je suis une exception je respecte toujours les feux de circulation. Je me suis déjà fait engueuler par un ”punk” un soir en revenant des Francofolies… Cela m’avait juste fait sourire… ” Obéir c’est bon pour les chiens , m’avait-il dit. ” Mais pas le temps d’engager une grande discussion philosophique j’avais un bus quoiqu’il me manquait de monnaie alors je suis allé chez Nickels à prendre et ensuite un taxi.

      Pas de banc public ? En pensant à cela cela me rappelle que j’étais repassé par René-lévesque un autre soir de Festival de Jazz et il y en a un beau banc au coin de Jeanne Mance et René-Lévesque…

      Il est bien clair que ces gens là ne marchent pas et n’ont jamais marché la ville…

    • @gl000001,

      ils peuvent bien mettre des bancs, vous avez très bien compris que ce qui me chicotte c’est de nous faire présenter ça comme une solution aux problèmes commerciaux de la Ste-Catherine.

    • @dcsavard
      Comprenez ce que vous voulez mais personnellement, je crois que vous y pensez trop et vous voyez des choses qui n’existent pas. Les bancs ne sont qu’une mesure parmi tant d’autres.

      @lecteur_curieux
      “Je trouve pas moi que les trottoirs ne sont pas assez larges ”
      Je pense comme vous. Ce n’est pas plus large à New York et il y a plus de gens. En fait, ça dépend des quartiers. Il n’y a pas moins de gens dans Little Italy avec les trottoirs étroits qu’ailleurs ou c’est plus large.

    • lecteur_curieux : trottoirs pas assez large?? Désolé, mais ils ne sont pas assez large. Du moins, les parties aux intersections ne sont pas assez large. Au minimum, les trottoirs devraient être élargis aux coins des rues pour permettre aux gens en attente de traverser de ne pas se faire entrer dedans par ceux qui traversent dans l’autre direction…

    • @elvisrobert

      Commentaire intéressant et cela dépend à quelle intersection et de l’heure. Non mais c,est quand mêm facile à régler cela ces petits différents. Mais ces petits conflits là sebent pour moi arriver surtout en pleine heure de pointe ou au sortir d,un événement.

      Cela peut tester votre patience. Non mais le corridor de la Gare central , ils l’élargiront pas, les escaliers roulant dans le métro non plus… Si tu es pressé, tu peux toujours prendre l’escalier ou tu marches juste à côté. Cela finit par avancer. On voit le feu de circulation aussi, on peut se tenir un peu plus reculé ou même un peu avancé. Cela dépend des intersections. on négocie avec la foule.

      Mais que cela soit sur la rue ou dans le métro. c,est pareil.

      Puis on parle de rue piétonnières, piéton cela ne veut pas dire marche ? Alors que ce sont des rues fermées à la circulation automobile et dédiées à des festivals. Essayer donc d’avancer pendant le festival de Jazz vous là ? En plus, les cadets policiers peuvent inspecter votre sac à dos. mais il ya aucun problème si on a pas d’affaire sur leur site, on peut toujours passer par une autre rue.

      C’est juste le mot piétons, est-on sûr quand ce sont les terrasses qui débordent sur les trottoirs et que l’on a la rue, elle peut bien être marchable et agréable mais c’est pas vrai que cela l’est tout le temp notamment après la fermeture des commerces.

      Un piéton c’est quelqu’un qui marche… de l’animation sur la rue ? Cela est bien le fun mais on a pas toujours envie d’y participer. Il y a un concert dans la rue ? Cool pour ceux qui y assistent.

      Tiens on savait déjà cela en 1989, la rue Saint-Denis était fermée mais moi j’étais là pour un concert de Robert Charlebois. Parfait mais j’étais plutôt à l’arrière. Et il ya toujours du monde pour circuler sur Saint-Denis et c’est pareil sur la Catherine pendant les Francos ou le Festival de Jazz. Ce n’est pas piéton pour cinq cennes quand ce n’est pas ton concert et même quand c’est ton concert ce n’est pas piéton , tu es debout mais tu ne marches pas. Tu écoutes et regardes ton show…

      Oui de l’animation c’est le fun mais il peut pas y en avoir 24 heures sur 24 et 365 jours par année et quand c’est plus calme, il peut être plus sécurtiaire qu’une voiture passe de temps en temps…

      Ah… Il y a des gens qui sont sortis ou sortent sur la rue Saint-Denis le soir et qui sont revenus par le quartier des spectacles ? Pareil pour le restaurant avant concert… En pleine Francos ou Festival de Jazz… Voyons je préfère aller manger sur Saint-Denis et tiens il y avait des voisins à ma table qui allaient exactement au même concert que moi, ils avaient sortis leur billet pendant leur discussion alors je le sais. Non mais c’est cela. On peut aller au concert de notre choix ou acheter notre billet avant mais dès qu’on a une chance on quitte le lieu car il y a trop de foule pour rien dans notre optique à nous à ce moment là bien sûr car on y va aussi parfois pour le bain de foule. Mon concert est à 20 heures , il est l’heure de souper un peu après 18 heures bon je quitte la place.

      Le Dix30 est un parc d’attractions mais la Catherine aussi en plein festival outre les concerts on se croirait à La Ronde… Avec tous les marchands aussi cela rappelle les kiosques. Et évidemment on entre pas avec sa voiture là-dedans pas plus que dans un centre commercial et même dans un salon de l’auto.

      Mais on appelle pas cela une zone piétonnière pour autant. C’est mon trottoir ma zone pitonnière. Mais sur la Catherine ils sont pleins ? Si je reste dans le même quartier, quadrilatère, il n’y a aiucune raison de changer de rue et en plus on croise du beau monde mais oui en pleine heure de pointe cela peut se bousculer, c’est pareil dans le métro. Il est où le problème ?

      C’est pas très agréable pour les personnes âgées ? Elles peuvent changer leurs heures…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité