Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 17 juin 2014 | Mise en ligne à 8h28 | Commenter Commentaires (41)

    Piétonniser la Ste-Cath… et la doter de stationnements!

    X232_643F_9

    Ma chronique de samedi n’ayant pas été publiée sur le web, je la recopie ici, intégralement, à des fins de débat. Vos commentaires sont les bienvenus.

    La rue Sainte-Catherine est unique, historique, mythique. Mais pour combien de temps encore?

    Elle est finie l’époque où il fallait se rendre sur cette grande artère pour voir un bon film, bien manger, magasiner. La banlieue offre presque tout ce que l’on y retrouve, avec en plus, des mers de stationnements gratuits.

    Prenez les enseignes prestigieuses qui faisaient jadis la fierté de la Ste-Cat, elles ne sont plus exclusives. La Maison Birks a ouvert une succursale au DIX30, Holt Renfrew a fait de même avec son antenne HR2 et Apple s’est installé d’abord à Laval, ensuite au centre-ville.

    Plus évocateur encore, les nouvelles bannières d’importance ne voient même plus la nécessité d’avoir pignon sur rue Sainte-Catherine. Pourquoi payer un tel loyer, semblent s’être demandés Williams-Sonoma et Crate & Barrel, quand on peut tout bonnement s’installer à Laval…

    Qui les blâmera? Certainement pas les consommateurs de l’île qui sont presque aussi nombreux que les banlieusards à magasiner au Carrefour Laval et au Dix30…

    Si bien qu’aujourd’hui, la Sainte-Catherine a beau conserver un certain dynamisme, on ne peut miser sur sa simple réputation pour espérer qu’elle survive. Il faut, au contraire, profiter de sa réfection à venir, annoncée mardi par le maire Coderre, pour lui insuffler une nouvelle valeur ajoutée, seule façon d’attirer à la fois les Montréalais et les banlieusards.

    Mais pour cela, il faut répondre au principal défaut de cette artère commerciale. Il faut briser le tabou…

    ***

    Ce n’est peut-être pas politically correct de le dire, mais l’unique élément qui manque à la Catherine pour rivaliser avec le Dix30 et le Carrefour Laval, c’est le stationnement. Du stationnement fluide, facilement accessible, à toute heure du jour.

    Oui, le centre-ville est bien desservi par le métro. Oui, on peut s’y rendre à vélo, en BIXI, en taxi et en autopartage. Mais il faut se mettre la tête dans le sable pour ne pas voir que dans la région, 70 % des déplacements se font en auto.

    Dure réalité : les Montréalais de Pierrefonds et de Pointe-aux-Trembles n’iront pas sur la Sainte-Catherine en métro, les résidents de Beaconsfield et de Mont-Royal ne prendront pas le train pour magasiner au centre-ville, les gens de Brossard et de Terrebonne ne sauteront pas dans le bus pour assister à un concert à la Maison symphonique.

    Plate de même.

    Il est là, le problème de la Sainte-Catherine et du centre-ville en général. Un problème qu’on ne veut pas voir, un problème qu’on feint d’ignorer, comme l’a prouvé l’aménagement de la Place des festivals.

    On a conçu une place fort invitante… mais on n’a rien fait pour en assurer l’accès autrement qu’en métro! S’y rendre en auto est un véritable cauchemar!

    Comprenez-moi bien, c’était une excellente idée d’expurger le cœur du Quartier des spectacles de voitures, d’en piétonniser les contours, d’en accroître la convivialité pour les cyclistes. Mais il aurait fallu, aussi, améliorer l’accès et le stationnement tout autour, comme on le voit dans les grandes villes européennes. Leur centre historique est souvent libre de voitures, mais il est habituellement bordé de stationnements propres et étagés.

    Bref, ce n’est pas parce qu’on empêche les autos de circuler dans un périmètre donné qu’il faut les empêcher d’en approcher!

    ***

    La piétonnisation de la rue Sainte-Catherine, telle que défendue par le maire Coderre, est prometteuse. À première vue, cette idée a le potentiel d’être le grand coup qui redonnerait une valeur ajoutée à cette grande artère, sans se lancer dans un projet intéressant mais trop coûteux comme le tramway (à ce sujet, lire le dernier billet sur mon blogue).

    En augmentant l’espace accordé aux piétons, comme New York l’a fait à Times Square, on pourrait en effet transformer la Ste-Cat en un lieu convivial où il fait bon marcher, pour magasiner, se divertir, après le bureau, le jour, le soir, la semaine, le weekend.

    Pour ce faire, il faut réduire la place de la voiture. Il faut éliminer le stationnement de surface. Il faut donner bien plus d’espace aux piétons et aux cyclistes qu’on a osé le faire sur le boulevard Saint-Laurent.

    Mais de grâce, évitons de refaire le coup de la Place des festivals. Évitons de créer un bel aménagement déconnecté de la ville et de la mobilité qui l’entoure.

    Rappelons-nous que plus de 50 % de la population de la région habite à l’extérieur de l’île de Montréal. Qu’une partie significative des résidents de l’île réside à bonne distance du métro. Et qu’une portion non négligeable des gens qui magasinent préfère le faire en auto.

    Qu’on le veuille ou non, la piétonnisation de l’artère devra s’accompagner d’un réseau de stationnements, souterrains idéalement, gratuits avec achats si possible, servant à rabattre les consommateurs qui risqueraient ainsi d’être moins tentés par une journée enfermée dans un centre commercial, davantage par une journée en plein air sur une artère vraiment unique.

    Tags:


    • Il y a de très belles rues piétonnières commerciales en Europe. Lyon, Vienne, Innsbruck … L’été, c’est parfait mais l’hiver …

      Un stationnement à combien ? $20 ? Non merci. J’aime bien magasiner au centre-ville et quand j’y vais (pas souvent) je prends le Métro. Je me gare à la station Cartier. Même à deux, ça coute moins cher qu’un stationnement et ça prend moins de temps pour s’y rendre.
      Un groupe de quatre personnes aurait intéret à prendre le stationnement (à $20). Sinon, il n’y a aucun avantage sensé (mais quand est-ce que les gens le sont ?).

    • Fort interressant comme point de vue parce que vous démontrez que les temps changent et que des initiatives pour tenter de renverser le phénomene sont peut être futiles. L`étalement urbain , le développement du parc automobile et la recherche d une différente synergie commerciale sont des facteurs qui pesent beaucoup dans la balance du temps.

      Peut-on et veut on recréer l`époque des Eaton et Simpson ? Poser la question c est y répondre. Veut on comme on le faisait à l `époque prendre le métro un samedi pour aller faire du leche vitrines et une ballade commerciale sur la Catherine ?

      C est probablement incontournable dans l`fond que pour revitaliser cette artere historique, elle change de vocation du tout au tout et devienne piétonniere, attire de nouveau genres de commerces et devienne plus abordable pour les commercants qui voudront s y établir.

      Parce que il ne faut pas se leurrer, si les Dix-30 de ce monde se sont développés ce n est certainement pas parce que les loyers y sont abordables ! Il faudra donc travailler cet aspect pour revitaliser et réinventer le genre sur la Sainte-Cath.
      Je verrais fort bien les vitrines de commerces vides être parées de peintures temporaires comme celles du festival mural.

      Un peu un grand village commercial ou les regles de conduite changent toutes nos habitudes et dictent la voie à suivre par un cachet unique en son genre.

      Restera toujours le problème de l`automobile et des stationnements que je vois mal se résorber toutefois à court ou moyen terme. Il est plus réaliste de travailler un concept incontournable qui va inciter l automobiliste indécrottable à se rendre bon gré mal gré.

      Il faut vraiment faire en sorte que la clientele cible se demande pourquoi se priver d un
      plaisir plutot que de rester bloquée sur l aspect stationnement et mode de transport. Ce n est pas un défaut de configuration propre à Montréal d être plus facilement accessible au centre-vile par le transport collectif. C est comme ca dans toutes les grandes villes et il faut vivre avec ou se contenter de toutes facons au carrefour Laval de marcher quand même 3 milles pour rejoindre ton char …

    • Ste Catherine piétonnière 24h sur 24h, accès aux camions de livraison à certaines heures du jour seulement (entre 10h et 16h, entre 20h et 4h) pour limiter leur circulation dans la zone, stationnement avec une carte à puce émise par la ville, qui enregistre le lieu de domicile de l’utilisateur et le commerçant visité, et qui est créditée par le commerçant lors d’un achat. Mécanisme de contrôle pour empêcher les banlieusards qui travaillent en ville de se stationner gratuitement en achetant leur repas du midi…

    • Il faudrait garder une voie de circulation centrale avec des espaces débarcadères qui serviraient au transport en commun (navette) et aux personnes qui ne peuvent pas marcher des miles pour s’en retourner à leur auto.

      - Une voie unique pour la circulation
      - Espaces débarcadères
      - Plus de stationnements en périphérie
      - Service de navette sur roue (modèle vieux tramway) qui fait un circuit en boucle.

      Il faut que la rue Ste-Catherine ouest soit stylisée.

    • Halte aux stationnements!
      Non, il ne faut pas plus de stationnements au centre-ville. Il faut favoriser le transport en commun. Les routes, les ponts et les rues de Montréal sont saturés. Il faut réduire et non pas augmenter la circulation automobile. Il faut limiter le nombre de places de stationnement et imposer des péages sur tous les ponts de l’île. Il faut améliorer la qualité de vie sur l’île et cela implique de réduire les nuisances causées par les véhicules.

    • Cela reste à voir… Stationnements où et combien ? Combien de places en tout et pitonnisation de quelle rue à quelle rue ?

      Pour la Catherine, il y a bien des autos qui passent par là qui ne sont qu’en transit, on les ferait passer où ?

      Moi je suis piéton à Montréal mais quand j’y suis allé en auto avec d’autres bien j’ai préféré quand on s,installait un peu plus loin et près du transport en commun ou bien quand on hésite pas à payer pour une place. rien de pire que d’être enfermé dans une voiture du moins comme passager avec une personne cherchant une place de stationnement…

      En banleieu s’il y a du stationnement c’est parce qu’il y a de l’espace… Puis les gens ne vont pas transiter par le Dix30, ils restent sur les autoroutes s’ils ont pas besoin d’aller là…

      Bons souvenirs mais passé lointain… Stationnement au métro Longueuil avant d’aller à Montréal… Stationnement à Verdun avant d’aller à un concert au Stade Olympique…

      Stationnement au parking du Vieux-Port finalement après avoir tourner en rond pour se chercher un place… Alors qu’il y a avait plein de place dans le stationnement payant… Les gens économisent pas au bon endroit…

      Tiens au Centre Eaton, est-ce plein ? On dit que cela coûte 7$ après 17 heures les jours de semaine et encore 7$ les samedi et dimanche… Si tu n’es pas capable de payer cela et qu’il y a de la place…

      Pour la Place Ville-Marie ? 7$ aussi et possibilité de le réduire à 3$ ?

      http://placevillemarie.com/fr/acces/

    • La Ville de Los Angeles a créé un service de navettes intéressantes dans certains quartiers populaires comme Hollywood, le LADOT. Ce service de navette permet justement de rapidement se déplacer dans des coins névralgiques.

      Je crois qu’un service semblable qui connecterais par exemple le Centre-Ville au Vieux-Montréal, Griffintown par exemple serais assez simple à installer. Avec une fréquence à tous les 10 minutes, la connection entre les stationnements de périphérie et les points d’attraction du centre-ville serais génial.

      La dernière fois que j’y suis allé, le LA Dot coûtait 5 cents par voyage!

      Jean-Eric Hénault

    • @François Cardinal: ”Leur centre historique est souvent libre de voitures, mais il est habituellement bordé de stationnements propres et étagés.”

      La plupart des promoteurs de condos s’appliquent à créer suffisamment de stationnements pour l’usage de leurs acheteurs (généralement 2 places par unités). Comme les abords du Centre Bell est en réelle effervescence au niveau des condos, j’espère que la ville aura l’intelligence de modifier la réglementation actuelle pour accommoder la clientèle du Centre-Ville. Tout le monde y gagnerait.

      Cela me semblerait un juste prix pour développer une tour de 40 étages au cœur de la ville. Surtout que l’on se sert des attraits du centre pour vendre ces milliers d’unités.

      Francis Huneault

    • Précision technique:

      Le service de navette sur pneumatique (ressemblant à un vieux tramway) pourrait être financer par les commerçants et être gratuit aux usagers. Le but est de faciliter les déplacements.

    • Pour Brossard, ils devraient ou ils pourraient ceux intéressés par la Maison Symphonique et ses concerts…

      Au terminus Panama, le soir, s’ils veulent avoir leur voiture bien il semble y avoir de la place pour se stationner…

      Ensuite avec la 45 rendu au centre-ville, on est pas si loin de la Place des arts…

      Tu es à 15 minutes du 1000 de la Gauchetière au Terminus Panama, tu es plus proche du centre-ville que bien des Montréalais…

    • Je souscris complètement à votre analyse.

      Pour maintenir un achalandage suffisant qui permettra de maintenir la vitalité du secteur, tous les modes de transport doivent être soutenus. Il est important de reconnaitre que le transport en commun a ses contraintes qui limitent les possibilités de déplacement et que pour un grand nombre de personnes, l’automobile est la seule option possible (habiter à Rosemère, aller manger au centre-ville, suivi d’un spectacle, un verre en fin de soirée, puis rentrer à la maison en métro/autobus? c’est bon si vous souhaitez revenir à la maison le lendemain matin ….)

      Les exemples sont nombreux de villes de toute taille qui ont construit des stationnements peu coûteux, sécuritaires et accessibles, même discrets, tout en mettant en place des navettes locales sur des boucles à fort achalandage, et ce en plus de l’offre en transport en commun pour des déplacements sur de plus longues distances. Sans aller cherche loin, Québec a ce genre d’aménagement. Je pourrais aussi citer des villes de plus petites tailles mais qui ont adopté le même type de solution (Grasse, Bath, Santa Barbara, Bastia, …).

      Aussi, il me semble que le débat sur la place de l’automobile en milieu urbain repose sur 2 types d’arguments: congestion et pollution. Les arguments sur la pollution qui animent certains opposants sont en voie d’être rendus non pertinents avec le développement de véhicules électriques. Il me semble donc que le débat sur la planification des déplacements devrait se centrer sur la gestion de l’espace et le développement de l’achalandage des secteurs visés.

    • Il y’a plusieurs projets sur la table de réalisation au niveau du transport en commun que le gouvernement boude pour facilité accès au centre-ville de montréal comme par exemple :
      Le prolongement du métro de la ligne jaune vers le centre-ville de montréal, réaliser la gare Mcgill sous le boulevard McGilll College et modernisation du tunnel du Mont-Royal avec la norme NFPA 130.

      Certaine ville européenne permet au automobiliste d’accède au centre-ville, mais ils devront préalablement payer un droit de passage. Ceci permet un meilleur contrôle de la circulation.

      Le piétonnage existe depuis plusieurs années en europe et en amérique ont commencé à comprendre ceci.

      Le gouvernement actuel investit beaucoup trop d’argent sur les infrastructures de routes et d’autoroutes et il oublie l’investissement de transport en commun. La ville de Montréal a besoin d’une infrastructure de transport public, d’un système cyclable et piétonnage efficacer.

      Il y’a beaucoup trop de véhicule motorisé à l’intérieur de la ville de Montréal.

    • Monsieur Cardinal, connaissez-vous le taux d’occupation des stationnements sous-terrain du centre-ville et du quartier des spectacles? La vérité, c’est qu’on est loin de la pleine capacité.

      Pourquoi en construire d’autres?

    • Voir le “Government Center Garage‎” à Boston.
      Énorme stationnement en plein centre de tout.
      Ça prendrait un équivalent à Montréal facilement accessible des autoroutes Ville-Marie et Bonaventure.
      Tu ne te poses même pas de question, tu viens en villle et c’est là que tu te stationnes.

    • Oui à une rue piétonnière, comme mentionne gjsm, garder des fenêtres pour la livraison. De toute façon, il faut pratiquement être maso aujourd’hui pour prendre cette rue en voiture. Lorsque j’ai besoin de me déplacer est-ouest, je prends soit René-Lévesque ou Sherbrooke, jamais au grand jamais je ne vais sur Ste-Cath.

      Cela simplifierait le travail des gens qui font de la livraison, pour l’instant, un vrai cauchemard pou eux.

      J’aime bien l’idée de critiqueur101, pourrait avoir des navettes électriques pour permettre un déplacement rapide d’une extrémité à l’autre, donc conserver un simple corridor au centre.

      À tout ceux qui considère que l’on doit encore et toujours éliminer les voitures…et bien désolé, mais comme François le mentionne, la réalité est que pour plusieurs, seul la voiture permet de se rendre au centre-ville…alors vous allez tout simplement vous retrouver avec une Ste-Cath vide. Si j’ai le choix entre perdre 2 heures pour aller au centre-ville ou bien être en 30 minutes à peine au quartier DIX30 avec stationnement gratuit…deviner ce que je vais faire ?

      La rendre piétonne serait un très grand avantage et dynamiserait la rue en semaine, il y a déjà beaucoup de piéton sur les trottoirs en semaine, alors, d’avoir tout l’espace…ça rendrait le centre-ville très vivant.

    • Bonjour,
      Exemple simple, je suis allez magasiné à Burlington, un super stationnement à étage en plein centre ville et en bas d’une heure ou 2 c’est gratuit.

      Je demeure à 5 minutes de la rue Ste-Catherine dans le village ou elle est piétonne depuis quelques années l’été c’est super de pouvoir marcher, boire et manger da ns la rue.

      Je suis aussi un bon magasineur au centre ville et je vais aussi au Carefour Laval mais quand c’est le temps d’acheter c’est le centre ville qui a les meilleurs spéciaux.

      Je suis très d’accord avec la piétonisation de la rue Ste-Catherine du centre ville au pont Jacques Cartier…juste une petite chose dépêchez vous avant que le ministre Poétie vienne nous enlever nos acquis pour laisser place au voitures… déjà qu’il pense à faire deménager les feux de la Ronde ailleurs et il a toujours dit haut et fort que les ponts et routes c’est fait pour rouler en voiture donc …

      J’ai hâte de voir la suite !!!

    • Je crois que le “véritable” tabou est l’énoncé maintes fois entendu “qu’il n’y a pas assez de place de stationnement au centre-ville de Montréal”. C’est tout à fait faux. On peut facilement constater sur le site www.maplace.ca qu’il y a amplement de places de stationnement disponibles pour qui est prêt à payer le juste coût. On m’a déjà dit que le stationnement souterrain de la Place des Arts dépassait rarement le 40 % de taux d’occupation en journée et il est situé sous … le Quartier des spectacles. Tout es question de perception.

    • Dynamiser la rue Ste-Catherine pourrait être bénéfique aux Montréalais et aux touristes,point.Les banlieusards ont maintenant leurs propres références (magasins et restos).Ce qui pourrait attirer les banlieusards sur la Catherine,ce ne sont pas les magasins mais les salles de spectacles (Place-des-Arts,Métropolis,l’Astral) et certains festivals (Jazz,Humour,Francos).

      Piétonnisation: y ajouterait-on une marquise de verre comme sur la rue St-Hubert? Ça me semble essentiel.Un nouveau look,d’accord,mais il ne faudrait pas oublier que d’octobre à avril,y fait pas chaud ni trop beau.Reste de mai à septembre pour la piétonnisation comme attrait.

    • Je republie mon commentaire ici, c’est plus à jour que la précédente discussion!

      En tant que résident du Vieux-Longueuil, je ne suis probablement pas un “échantillon représentatif”, mais je préfère de loin aller me balader au centre-ville avec la combinaison Bixi-métro, que prendre ma voiture pour aller au 10-30…d’ailleurs, la grande ironie du 10-30, c’est que les rares fois où j’y suis allé, en voiture on s’entend, j’ai détesté l’expérience, principalement parce que c’est bien compliqué pour les voitures aussi, même au royaume de la voiture…les limites de ce modèle…tellement qu’ils parlent désormais de refaire des aménagements, pour améliorer l’expérience des piétons!

    • Tellement d’accord avec vous! Les gens aiment “détester” les autos, mais il faut vraiment vivre dans une bulle pour ne pas comprendre qu’un vrai centre-ville, un moteur économique, ça ne roule pas simplement avec les gens du quartier. Si on rend l’accès plus difficile, on l’asphyxie. Et non, le transport en commun n’est pas toute la solution.

      Ça prend de grands stationnements intérieur abordable (un peu comme celui du marché Jean-Talon) afin de ne pas faire fuir les clients, ou justement fonctionnner avec une facturation modulée sur les achats du client (ex: 10$ pour la journée, mais 5$ avec preuve d’achat de plus de 50$ dans le coin le jour même, ou même gratuit pour plus de 200$ d’achat). Piétonniser Ste-Catherine serait super, reste à voir la faisabilité. Mais reste que le nerf de la guerre, c’est du stationnement (surtout que ceux extérieur disparaissent à coups de grues).

    • Oui, la rue Sainte-Catherine est belle et tout, mais résidante de la rive-sud, jamais je me “taperais” 2 x 1 heure de bus/métro pour venir y magasiner. Oui, je préfère me rendre aux Promenades St-Bruno ou au Dix/30… Aller retour: 20 minutes.
      Alors quand je dois absolument venir au centre-ville hors des heures du bureau, c’est avec mon auto, car malheureusement, des bus aux 30 minutes, c’est trop trop long !!

    • J’habite Lachine et il ne m’est jamais venu à l’esprit d’aller magasiner au centre-ville, pourtant c’est à 15 minutes en voiture. J’aime mieux faire 20 minutes vers l’ouest et me rendre à Fairview. Vous voyez, le magasinage implique l’achat de marchandise de tailles diverse emballés dans des boites où dans des sacs. Se déplacer dans les transports en commun avec ces marchandise peut-être très compliqué surtout quand ceux-ci sont bondés. Et puisque la ville de Montréal à indiqué depuis plusieurs années qu’elle n’était pas intéressé à voir de voitures dans le centre-ville, ca rend donc le magasinage au centre-ville très complexe.

    • Vos propos manquent de cohérence, me semble.

      D’un côté, on a voulu forcer le transport en commun pendant, quoi, 20 ans pour expurger les voitures du centre-ville (rêve vert et diminution des problèmes de traffic obligent)?

      De l’autre, le centre-ville ne manque pas d’espaces de stationnement, il y en a beaucoup – le hic c’est le prix à payer pour les utiliser.

      1 dollar pour 5-10 minutes sur la rue, une poignée de dollars par heure en souterrain, ce n’est pas tout le monde qui désire payer ça quand les stationnements de centre commerciaux en banlieue ne facturent rien pour nous inciter à y aller.

      Est-ce que la Ville compte racheter les espaces de stationnement pour les louer à moindre coût aux consommateurs potentiels? Elle ne s’en sortirait jamais.

      Puis ensuite.. ben, le centre-ville, l’été, c’est un parc à touristes. Ça ne plait pas à tout le monde. Et il y a les bouts moins touristiques et moins ‘vendeurs’ comme le coin autour de l’UQAM, et celui (moins pire) entre Concordia et Atwater – là où vivent des Montréalais qui ne semblent pas trop faire partis des plans pour ravigoter la Catherine.

      Bref, je demande plus de détails, mais le magasinage au centre-ville c’est mort selon moi.

    • Dites donc ceux qui utilisent leurs voitures pour tout, les changements climatiques ça ne vous dit rien? Je possède une voiture, je l’utilise trop à mon goût, et je suis bien d’accord qu’il y a plusieurs situations où les transports actifs/en commun sont bien plus lents…sauf que je tente souvent de faire le choix d’un peu plus long pour réduire mon emprunte environnementale et encourager les autres modes de transport, car j’y crois. Suis-je le seul bizarre? Oui c’est plus long, mais ça me permet aussi de lire un livre que j’aurais lu chez moi de toute façon. Et si je vais magasiner en voitures, je vais au Promenades St-Bruno…je ne comprends pas la fascination pour le 10-30, pour moi, le moins souvent possible, le mieux je me porte!

    • Dans les villes d’Europe, il y a un paquet de stationnements disponibles, sur plusieurs étages et/ou souterrains, près des centre-villes. Tu paies un montant très raisonnable pour stationner et tu peux accéder au centre-ville soit à pied soit en prenant une navette. Ça fonctionne très bien.

      Autre chose concernant Ste-Catherine: il faudrait élargir les trottoirs. Il y a tellement de piétons qu’il n’y a pas de place pour marcher.

    • Mais qui parle de magasiner sur la Sainte-Cath. La moitié des commerces qui s’y trouveront dans 10 ans n’existe même pas encore dans nos pensées. Il faut avant tout que Sainte Cath redevienne une destination prisée. Ensuite viendront les commerces et pas forcément ceux que vous pensez.

    • Mieux vaut tard que jamais……
      Vous vous réveillez enfin vous qui soutenez Ferrandez et projet Montréal , vous venez de découvrir qu’en Europe les rues piétonnes ont toutes à proximité des stationnement , des arrêts de bus , des tramways ou metro pour faciliter l’approche des citoyens. Mais avec vos attitudes anti-voitures systématiques vous avez juste réussis à mettre une rivalité frisant la haine entre cyclistes et automobilistes. De plus vous oubliez tous qu’ici 6 mois d’hiver ne font pas de cette ville une ville piétonnière et cyclable en tout temps. Mais vos interventions biaisées font que cette ville se meurt………. Mais bon mieux vaut tard que jamais ..

    • vince8520

      Je suis comme vous: j’habite la Rive-Sud et maintenant, il faut quelque chose de grave pour que je mette les pieds à Montréal. On a voulu se débarrasser de nous? Avec plaisir! Je vais ailleurs où ma présence et mon argent sont bienvenus.

      Les salles de spectacle ne manquent pas: le Dix-30 en a une belle, la salle Juliette Lassonde à St-Hyacinthe attire les plus grands noms, quelques petites salles comme le Centre Culturel de Beloeil ont des beaux programmes aussi. Les cinémas? À la tonne! Les restos? On n’en manque pas et des meilleurs! Chambly a plusieurs petites merveilles. Les magasins? Tant qu’on en veut. Stationnement gratuit et à gogo partout.

      Ste-Cath crève et là subitement, on veut que les méchants banlieusards reviennent? Non merci en ce qui me concerne. Je n’irai pas polluer votre air avec ma bagnole et j’apprécierais que vous ne veniez pas polluer le mien quand vous êtes en vacances ou en congé. Conformément aux souhaits des écolos-maniaques, le gaz coûte trop cher pour que je le gaspille à aller en ville.

      Maintenant, je me demande si les marchands égorgés au bord de la faillite du “Pléto” pourraient passer le message à Ferrandez et sa clique? Parce que oui, si j’ai un objet le moindrement volumineux à acheter, que vous ne livrez pas et que je ne peux pas aller chez vous en voiture, vous allez garder votre marchandise. Bonne chance pour payer vos factures.

      Je ne peux pas vous dire l’amusement que je ressens à lire cette nouvelle. On dirait bien qu’à Montréal, le trente sous est finalement tombé. Y’était temps.

    • @saxmour
      “Mais vos interventions biaisées font que cette ville se meurt…”
      Vous étiez dans la garderie à St-Eustache ? Respirez un peu !!

    • pire que ça , Mr Bergeron se vantait même il y a quelques temps qu on y avait retiré 3000 places de stationnement

    • Avec un peu de chance cette relance ne sera pas fondée sur l’idée de ramener les résidents de l’extérieur de Montréal, ni avec l’intention de s’agenouiller devant un quelconque groupe de pression ou d’intérêt, tout débute avec une bonne idée. Loubia a raison, la dernière chose que nous voulons comme québécois est qu’un citoyen gaspille de l’essence.

    • @loubia

      “Je vais ailleurs où ma présence et mon argent sont bienvenus.”
      J’ai toujours trouvé très intéressant cette façon dont certaines personnes ne pouvaient se dissocier de leur automobile. C’est le trafic lourd, celui qui congestionne, polluant, et te passant sur les pieds aux intersections, qui n’est pas bienvenu, pour des raisons évidentes. Pas les gens. C’est pour cela qu’on cherche des solutions alternatives pour les malchanceux restreints côté transport. Pour vous permettre de venir quand même. C’est une chose gentille, non?

      “Les salles de spectacle ne manquent pas”
      Sauf que ce ne sont pas les mêmes spectacles. Ne pas aller à Montréal, c’est manquer une tonne d’évènements. En fait, je dois aller 3 ou 4 fois par mois dans divers spectacles, et aucun ne se donne dans une salle hors de Montréal (hors Montréal, la plupart des spectacles sont des tournées, et je suis très à l’affût du calendrier culturel de la région). C’est aussi le cas de la quasi-totalité des tournées internationales, ainsi que de la scène locale non-francophone. De plus, ultimement, la grande majorité des salles sont à Montréal. Ça me semble une bonne raison pour avoir un débat pertinent sur l’accessibilité, plutôt que de se priver car le transport est mal adapté?

      “Les restos? On n’en manque pas et des meilleurs!”
      Sans vouloir vexer les préférences des gens, 9 fois sur 10, les chefs cuisiniers ouvrent leurs projets intéressants à Montréal. Une question de marché peut-être? Centralité? En tout cas, même s’il y a quelques bonnes adresses en dehors de l’île, si on veut essayer la nouvelle nouveauté d’une étoile montante (ou établie), c’est surtout dans le Vieux-Port, Griffintown, le Mile-End, et d’autres quartiers montréalais établis… Nous pourrions faire une liste des bonnes adresses ouvertes durant la dernière année pour prouver ce point, facilement. Ou bien faire un compte-rendu des endroits visités par les bons critiques gastronomes de la province (ça passe pas souvent les ponts, et je doute que ce soit une question de transport!) En fait, je dirais que la scène culinaire de la région est une des catégories commerciales restant très centralisée aux quartiers centraux (à moins que notre idée d’un bon repas, c’est La Tomate Blanche du DIX30) . On ne pourrait pas dire la même chose des grandes surfaces, par exemple. Encore une fois, pourquoi bêtement se rabrouer et se priver? Pensons à des solutions!

      “Ste-Cath crève et là subitement”
      La rue ne meure pas, elle garde son dynamisme, comme beaucoup le souligne. Il y a des centaines de milliers d’emplois dans le centre-ville, et des gratte-ciel en construction pour accueillir de nouveaux résidents fortunés. Soyons honnête, elle sera aussi là après la mort de beaucoup de centres d’achat, qui ont tendance à devenir désuets avec l’étalement urbain et l’ouverte de nouveaux centres toujours plus loin (on a vu ce phénomène autant sur la Rive-Sud qu’à Laval). Elle est moins centrale et rassembleuse qu’avant, par contre. Vous êtes justement un exemple de gens qui pourraient bénéficier d’une expérience urbaine différente de celle de la banlieue, à l’occasion, si c’était simple et accessible. Pourquoi être hostile à avoir plus de choix? Faire changement du modèle du centre d’achat, à l’occasion, c’est une richesse.

      “Je n’irai pas polluer votre air avec ma bagnole et j’apprécierais que vous ne veniez pas polluer le mien quand vous êtes en vacances ou en congé.”

      Effectivement, la qualité de l’air est importante partout, pas juste en ville. Il y a de la congestion dans les banlieues, quoique beaucoup moins. Citadins ou banlieusards doivent faire un effort pour réduire la pollution, c’est de cette façon qu’on obtient un monde meilleur. Par curiosité, comment faites-vous pour réduire votre empreinte écologique dans vos habitudes de déplacement, vu votre soucis sur la qualité de l’air de votre milieu? Pour ma part, je m’efforce toujours de covoiturer avec d’autres gens pour faire des sorties en campagne.

      “Maintenant, je me demande si les marchands égorgés au bord de la faillite du “Pléto” pourraient passer le message à Ferrandez et sa clique?”

      Ça s’écrit “Plateau Mont-Royal”. Et la rue Sainte-Catherine n’y passe pas. Elle se retrouve plus au sud, et sa section commerciale principale se retrouve dans Ville-Marie, sous le contrôle du maire Coderre.

      Et puis si je peux me permettre une parenthèse complètement hors sujet, Ferrandez a réussi son pari aux endroits ou le commerce de proximité est fort, par exemple c’est loin de mourir dans le Mile-End, au contraire. Le quartier attire plutôt les commerces originaux depuis quelques années, même avec Projet Montréal à la barre. Par contre, il est vrai que ça va plus mal là où les commerçants sont dépendants de la clientèle extérieure.

      “Parce que oui, si j’ai un objet le moindrement volumineux à acheter, que vous ne livrez pas et que je ne peux pas aller chez vous en voiture, vous allez garder votre marchandise. Bonne chance pour payer vos factures.”

      Je crois qu’il faut être précis. Vous pouvez aller en voiture partout. Par contre, le stationnement et son prix peuvent être un obstacle, mais certainement pas un empêchement. C’est justement la raison de cette discussion pour laquelle vous semblez étrangement hostile (je peux me tromper ici, le ton d’un message sur Internet est parfois difficile à déchiffrer).

      Mais enfin, en dehors de cela, même si j’aime les commerces de quartier, je trouve que les grandes surfaces sont mieux ailleurs, pour justement desservir une clientèle qui transporte des achats volumineux, dans des endroits qui peuvent accueillir de grands planchers. L’espace commercial du Plateau est mieux utilisé pour le commerce de proximité, qui est, par définition, vraiment pas volumineux. Mais bon, c’est juste une préférence.

    • @saxmour et loubia

      Vous fatiguez pas, la rue Sainte-Catherine est l’artère commerciale la plus importante au Canada. Elle attire près de 8 millions de touristes par année et 260 000 travailleurs ou étudiants y passent tous les jours. C’est 5 fois la population de St-Hyacinthe qui passe par là, jours après jours, après jours, après jours, après jours.

      Avant d’être un échec commercial, ça prendra la semaine des 4 jeudis. En attendant, même si l’on tombe sur des locaux vacants, il n’en demeure pas moins qu’il en reste encore un bon millier en activité. Difficile de croire à une mort imminente donc… Meilleure chance la prochaine fois.

      Francis Huneault

    • La Catherine est là pour rester… Bien sûr, on peut discuter de revitalisation, de piétonnisation aussi ou de l’ajout de stationnements mais…

      Les commerces qui ferment ce n’est pas principalement à cause de cela ni à cause du Dix30 mais tout simplement parce qu’ils ont fait leur temps.

      Et les gens allaient sur la Catherine et vont continuer à y aller pas juste pour les places exclusives…

      Il y a aussi Joséphine, la pas fine et Bobépine…

      À moins d’en faire une complainte : http://www.youtube.com/watch?v=IyjG0Tk3HFQ

      Les commerces qui ferment partout se trouvent souvent des responsables plutôt que de regarder ce qui fonctionne pas ou plus pour eux. Un commerce ferme et souvent d’autres dans un créneau un peu semblable mais mieux adaptés viennent prendre sa place.

      Un emplacement peut aussi rester fermé longtemps et pas mal partout et parfois pendant quelques années… Si ce n’est pas plus.

    • @gjsm (9h22 – 17 juin) – Un petit peu de “1984″ avec ça? (Le roman de George Orwell.)
      Je n’ai aucune carte de “points” (air miles ou autre), parce que je ne veux pas que mes goûts fassent partie des statistiques des commerçants.

      Avec une vignette pour handicapés, j’ai accès à quelques rares endroits au centre-ville et ailleurs (au même prix que les emplacements réguliers), mais trop souvent n’importe qui les utilise ou bien ils ne sont pas accessibles à cause de cônes oranges. D’ores et déjà, payer le prix régulier dépasse mes moyens financiers, puis trouver ces emplacements occupés par des égoïstes sans vignette est enrageant. Donc, vive Laval pour plusieurs de mes emplettes! Et pour ce qui est des achats courants, la marchette à roulettes mène à bon port dans mon arrondissement où les marchands “de base” (pharmacies et épiceries) sont nombreux!

    • Vous avez tout a fait raison, mon cher monsieur. Tuut simplement merci.

    • @chatou 20 minute pour aller au 10/30 par contre ca prend 15 minute trouver un parking et puis pour passer d’un magasin a l’autre reprendre la bagnole et encore chercher un parking.

      Sans parler du danger des bagnoles qui passent en toute vitesse dans les stationnnement. Pas trop agreable de se promener a pied la.

      Au mail champlain pas mal plus facile trouver un parking.

      anyway l’experience de magasinage est completement differente quand on compare le 10/30 et la ste-catherine. Le 10/30 a plus de chance dans le futur de subir une baisse d’achalandage surtout avec Internet. La ste-catherine a plus de chance de survie.

    • “Stationnement gratuit” Il me semble que j’entends quelqu’un me dire: Fiston, il y a rien de gratuit dans la vie…

      La réalité est que le stationnement gratuit n’existe pas. La différence c’est qu’ici elle est facturée directement au client et en couronne le coût sera dissimulé et absorbé par les commerçants.

      Moi je tenterais l’expérience suivante: Tout les commerçants du 10/30 offre 15% de rabais sur tout, mais en échange, il faut payer 10$ pour le stationnement. Je suis certain que la facture moyenne par client monterait, il y aurait besoin de moins de stationnements et il y aurait une meilleure utilisation des ressources et du territoire.

      Il faut juste réaliser que le stationnement “gratuit” incite à un usage inefficace des ressources et du temps. Mais bon, difficile de parler de gaspillage à des gens qui s’achètent des lattés à 6$.

      Bref, il y en a du stationnement en ville. Vous pensez qu’ils se stationnent où tout ces véhicules qui traversent les ponts le matin? 10$ pour la journée en fin de semaine pour prendre une belle balade sur la Sainte-Catherine et avoir tout ce que vous avez en banlieue (et encore plus) je trouve que ce n’est pas si cher payé.

      Pis tant qu’à y être, il me semble que tant qu’à dépenser 6$ pour un latté, il serait encore meilleur dans un décor riche en histoire et en architecture qu’entre deux magasins sur une patch d’asphalte. Mais bon, j’suis peut-être déconnecté.

    • Exactement !! Il faut cibler les terrains tout le long du centre ville ou on peut a interval régulier construire des stationnements publics sous-terrain ou hors terre (à la tour des canadiens).

    • L’idee aussi de construire des Stationnements “destination centre-ville” au metro Cadillac d’un bord, Lionel-groulx de l’autre, plamondon, des stations de metro qui serait facile d’acces en voiture, où on pourrait mettre des stationnements qui pourraient même donner 2 allez-retour en métro avec le prix d’entrer.

    • Imaginez le tracé du SLR Champlain qui remonterait PEEL pour allez faire un loop sur le sur du Square Dorchester puis redescendrait Metcalfe/Cathedral pour retourner sur la rive-sud. Ce SLR serait Dix30-Downtown !! Excitant !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité