Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 22 mars 2014 | Mise en ligne à 7h47 | Commenter Commentaires (187)

    La séparation de Montréal? Soyons sérieux…

    X013_223C_9

    Les demandes du duo Coderre-Labeaume ont été reçues avec une brique et un fanal dans le Journal de Montréal et Le Devoir.

    Antoine Robitaille conspue ce qu’il considère être une demande de «défusion» du reste du Québec.

    Mario Dumont craint pour sa part la «séparation» de la métropole.

    Et Mathieu Bock-Côté se désole d’une volonté de «désaffiliation» de Montréal de la province.

    Incroyable comment la «grande ville» fait peur. Comment on voit tout de suite une menace lorsqu’il est question de distinguer la métropole des autres municipalités. Comment toute volonté manifestée par Montréal de se sortir la tête du milieu municipal est aussitôt suivie d’un coup de massue. Surtout du côté souverainiste.

    Comme si toute marge de manœuvre supplémentaire permettrait à l’île de larguer les amarres et de se laisser voguer jusqu’aux Grands Lacs…

    Comme si une plus grande autonomie ramènerait Montréal à sa situation anglophone d’il y a 60 ans…

    Soyons sérieux. Il n’est ici question que de repenser le rôle, la gouvernance, l’autonomie politique et fiscale de Montréal (et Québec), non pas séparer la métropole ou partitionner le Québec.

    (Ajout: à la suite d’un échange par courriel avec Antoine Robitaille, je précise que je considère bel et bien les demandes des maires «révolutionnaires»… par rapport à la situation actuelle qui confine les villes à un rôle de «créatures». Seulement, entre l’autonomie fiscale et administrative demandée et l’autonomie politique et quasi identitaire dont font état Dumont, Robitaille et Bock-Côté, il y a un monde.)

    Décortiquons quatre des principaux arguments des détracteurs (excusez la longueur du billet, le sujet l’impose)…

    * «Les deux maires demandent des pouvoirs quasi constitutionnels.» (Dumont)

    Non. Toronto a eu droit à une augmentation de ses pouvoirs en 2006 sans qu’on ouvre la constitution. Le maire Ford a pu s’asseoir à côté de Stephen Harper pour annoncer un prolongement du métro, sans Queen’s Park, et personne n’a demandé l’approbation d’au moins sept provinces…

    Or les demandes de Montréal ressemblent sensiblement à ce qui a été accordé à Toronto. Et de toute façon, on est actuellement dans le principe (d’une reconnaissance) bien plus que dans la pratique (d’une redistribution des pouvoirs). On a d’ailleurs vu des dissensions entre Montréal et Québec lors de la conférence de presse : Coderre veut plus d’argent, pas Labeaume; Coderre veut transiger avec Ottawa, pas Labeaume; etc.

    Il est donc un peu simpliste de balayer du revers de la main les demandes des villes, sous prétexte qu’elles vont trop loin. On peut très bien oublier l’idée d’une incursion dans l’éducation (un transfert qui deviendrait vite un boulet, sans ajouter grand-chose au pouvoir de Montréal), mais donner à la métropole et à la capitale des pouvoirs en terme de développement économique, d’itinérance, de santé publique et d’environnement.

    Pas besoin de lancer une ronde de négociation constitutionnelle pour ça…

    * «Les villes demandent une sorte de rapport Allaire version municipale : sources de revenus nouvelles, pouvoirs en immigration, en environnement, en sécurité publique, en itinérance, en développement économique, en investissement, en relations internationales aussi. Tant qu’à y être, sortons le gouvernement de leur territoire !» (Robitaille)

    La ville joue déjà un rôle important dans tous ces domaines sans que l’État n’y voie de problème. Au contraire, c’est ce même État qui a pratiqué le délestage au fil des décennies, se déchargeant de plusieurs de ses responsabilités dans le champ municipal… sans modifier les pouvoirs et les revenus des villes.

    Pire, ces pouvoirs et revenus ont été trop souvent revus à la baisse. Le professeur de l’INRS Pierre J. Hamel rappelle, dans la revue Relations, que le maire Drapeau a pu lancer et financer le projet de métro tout seul, sans l’aide ou la permission de Québec. Or aujourd’hui, les villes doivent faire approuver le moindre règlement d’emprunt!

    Elles ont plus de responsabilités, plus de rôles à jouer dans un contexte de mondialisation, et pourtant, elles ont moins d’autonomie…

    Quant au financement, l’UMQ a démontré l’existence d’un «déséquilibre fiscal» en décortiquant, entre autres, le financement des infrastructures : 58 % des infrastructures publiques sont municipales au Québec, mais seulement 8 % du budget provincial alloué aux infrastructures y est consacré. Résultat : les municipalités paient 76 % de la facture alors que Québec en paie 14 %.

    Donc l’État se débarrasse de ses responsabilités quand ça l’arrange, mais pas question qu’une ville exige les pouvoirs et ressources pour s’en occuper adéquatement?

    Deux poids, deux mesures…

    * «Je m’inquiète à propos du discours «montréaliste» qui en pousse plusieurs à présenter Montréal comme une «cité-État» ou comme une «société distincte» devant peu à peu se désaffilier du Québec.» (Bock-Côté, statut Facebook)

    Pourquoi le fait de distinguer Montréal des autres villes implique-t-il une «désaffiliation»? Paris a de plus grands pouvoirs que Fontenoy-le-Château et personne ne craint sa désaffiliation. Toronto a beau être plus diversifiée et plus puissante que les autres municipalités de l’Ontario, cette dernière ne craint pas la désaffiliation de sa métropole.

    De toute façon, on ne parle pas ici d’une «société distincte», mais bien d’une «municipalité distincte». Non pas en terme culturel ou linguistique, mais bien économique, social et démographique. D’où l’expression «métropole».

    Quand bien même donnerait-on à Coderre tout ce qu’il demande, la loi 101 continuerait de s’appliquer, l’immigration resterait dans le giron du provincial, etc.

    Cela dit, la formule «cité-État» utilisée par Coderre et Labeaume, et que j’ai moi-même utilisée dans le passé dans la revue Options politiques, est inutilement trop forte. Peut-être serait-il mieux de préférer l’expression «cité-région» (ou encore «grande métropole», «agglomération urbaine», «métro-région», «cités globales») pour évoquer ces villes qui s’inscrivent dans un contexte mondial, qui doivent attirer et retenir les entreprises, courtiser les créatifs et les étudiants étrangers, etc.

    Après tout, Montréal et Québec ne demandent pas la pleine souveraineté d’une cité-État, mais bien l’autonomie nécessaire pour prendre des décisions sans les contraintes de la tutelle permanente de l’État, dans des champs qui devraient relever des grandes villes.

    * «Alors que la commission Charbonneau ne fait que commencer à avoir un effet sur les écuries crottées des municipalités, les maires exigent une pleine autonomie.» (Robitaille)

    Les problèmes d’intégrité constatés ces dernières années à l’hôtel de ville représentent un sujet épineux, je suis d’accord. Tout comme les conditions des employés municipaux, qui sont plus élevées que celles des fonctionnaires à Québec et Ottawa.

    Facile, dit-on, dans pareil contexte, de demander plus d’argent au gouvernement. Ce qui est vrai.

    C’est pourquoi j’estime qu’un «brand new deal», comme le demande Labeaume, devrait s’accompagner d’une contrepartie : un gros ménage dans les affaires des villes, une réduction de la bureaucratie (avant de demander que le gouvernement en fasse autant), une simplification des processus, une amélioration significative de la performance de la Ville et une plus grande imputabilité.

    Une fois cela fait, et uniquement une fois cela fait, surtout à Montréal, il sera beaucoup plus facile pour les maires d’exiger qu’on réponde à leurs demandes… tout à fait justifiées.

    ***

    On le voit, l’économie mondiale s’urbanise. Les grandes villes (ou cités-régions) prennent de plus en plus de place. Et cette tendance ne s’estompera pas. «Les réseaux interurbains qui se construisent à l’échelle mondiale donneront sans doute aux villes davantage d’importance, croit l’OCDE. Grâce à ces réseaux, les villes auront plus d’initiatives pour exploiter les marchés mondiaux et forger de nouveaux liens économiques au-delà des frontières nationales.»

    Montréal ne veut pas autant prendre ses distances de la province que prendre sa place dans ce réseau des grandes villes. Le besoin d’autonomie de la métropole n’est donc pas une menace, mais bien une occasion… dont profiterait le Québec.


    • On peut commencer par donner plus de députés à Montréal, sachant qu’en régions il y a 2 à 3 fois moins d’électeurs pour élire un député.

      Le résultat est que Montréal est sous représentée à l’Assemblée.

    • Voici pourquoi les souverainistes ont peur de MTL. Si vous posez la question suivante dans un sondage:
      Si le Québec se sépare du reste du Canada, est-ce que l’ile de Montréal devrait devenir une nouvelle province canadienne ?
      La réponse des résidents de MTL sera très facilement Oui, à beaucoup plus que 50% + 1…
      Ce serait tellement drôle de voir la réaction du PQ face à un tel sondage.

    • “Comme si une plus grande autonomie ramènerait Montréal à sa situation anglophone d’il y a 60 ans…”
      M. Cardinal, je n’étais pas encore né dans les années 60, mais il suffit de se promener un peu à Montréal pour constater que la situation du français y est catastrophique, rien de moins. Arrêtez de vous mettre la tête dans le sable, en raison du laisser faire de nos pitoyables gouvernements (surtout libéral), Montréal ressemble pas mal plus à Toronto qu’à n’importe quelle autre ville du Québec. Les Montréalais se fichent éperdumment de la situation du français, pour eux, ça ne fait pas partie des “vraies affaires” comme le dit si bien Philippe Couillard.

    • Il faut faire attention parce qu`il existe vraiment un mouvement à la base anglophone qui voudrait que Montréal se sépare du reste du Québec. Cherchez un peu sur internet-Facebook et vous trouverez facilement. Ce sont toujours les mêmes 200 ou 300 personnes qui veulent faire tomber la loi 101, le PQ,Pauline Marois,la charte la SSJB etc. etc. etc…C`est ce qui arrive quand tu fais preuve de laxisme et que tu laisses des ghettos linguistiques ou religieux ou culturels se former.

      Je l`ai souvent écrit ici dans les derniers mois, si Montréal veut reprendre son role de leader québécois elle devra avant tout redevenir représentative du reste de la province et actuellement elle est tout sauf cela. Je suis moi aussi en faveur d`un new deal ,de moderniser les facons de faire et les relations inter-provinciales et inter gouvernementales pour ensuite repartir sur de nouvelles bases.

      Si Labeaume et Coderre font un tandem qui pourrait marcher c`est justement parce qu`ils se pensent complémentaires tellement leur villes sont différentes tout en étant conscients du poids démographique de leur union. Mais dans tout ce débat on semble oublier que nombreuses sont les régions qui se sont développées sans l`apport direct des deux grandes villes.
      Par exemple pour se donner la force d`une union on parle de la région montréalaise en incluant Laval mais cette ville n`a plus de lecons à tirer de Mtl et est plus que ce qu`on disait d`elle avant soit une ville dortoir.
      Ou encore allez sur la 20 a 5 heures du mat et dites moi s`il y en a qui restent sur la rive sud…

      C`est certain que pour l`instant les deux maires voudraient bien regler l`épineux dossier des fonds de pension des employés municipaux qui drainent toutes les reserves monétaires mais il faudra d`autres ententes et des compromis mutuels qui seraient facilités par la participation du gouvernement québécois mais moi c`est la dessus que j`affiche un certain scepticisme. La volonté réelle des 3 partis concernés Montréal-Québec et gouvernement du Québec de faire des compromis ,de piler sur leurs égos et de vraiment pouvoir renoncer à des projets et des acquis.

    • Moi je suis montréalais bien avant d’être québécois et encore plus avant d’être canadien. J’estime que l’on associe Montréal au même niveau que Laval, Longueuil ou Mirabel. Le problème est électoral. Aucun des 2 grands partis n’a intérêt à donner plus de pouvoir à Montréal car le vote se gagne en région. That’s it that’s all!

      Faudrait pas décevoir les habitants de St-Arsène-les mieux-mieux au cas où ils ne voteraient pas du bon bord aux prochaines élections… Pathétique! Pis oui, moi je voterais pour la séparation de Montréal du Québec demain matin…

    • «C’est pourquoi j’estime qu’un «brand new deal», comme le demande Labeaume, devrait s’accompagner d’une contrepartie : un gros ménage dans les affaires des villes, une réduction de la bureaucratie (avant de demander que le gouvernement en fasse autant), une simplification des processus, une amélioration significative de la performance de la Ville et une plus grande imputabilité.» NON MAIS VOUS RÊVEZ EN COULEURS OU QUOI ? M. Cardinal, les organisations municipales n’ont pas le réflexe de s’auto-réguler. «Je ne vais pas couper dans le gras parce-que je tomberai moi aussi…» doivent se dire les responsables avec ce pouvoir. Il faut imposer ce ménage auquel vous faites allusion. C’est d’ailleurs ce que Québec à toujours dit: faites votre ménage pis on verra ensuite. Pour les fonds de pension, les cols bleus de Montréal ont prouvé que la négociation est possible. Mais je suis inquiet, la signature d’Applebaum n’a plus la même valeur aujourd’hui !

    • Ils veulent tous plus de pouvoir mais pour en faire quoi? opprimer les quebecois avec des impots, saigner les familles avec une taxes carbone sur l essence .
      Les Quebecois je nous trouve beaucoup trop docile et pas assez rebelle face aux attaques sauvages des politiciens

    • M. Cardinal, vous avez bien raison que les réactions sont démesurées mais je pense que la cause de ces réactions est qu’en fait Montréal aurait bien raison de se séparer et faire son chemin comme 11ème province, préférablement avec les couronnes nord et sud mais pas forcément. Par contre, nous sommes à des années lumières de ça.

      Ceci dit, un mot sur le déséquilibre fiscal….oui les villes devraient être capable de chercher plus de financement mais seulement si Québec libère de l’espace fiscal. Il y a peut être 5 niveaux de gouvernement à Montréal (Fed-prov-Cmm-ville-agglomération ) mais seulement un contribuable qui paie déjà bien trop.

    • Le Quebec est attaque de toute les cotes,….de l interieur …de l exterieur…..donner plus de pouvoir a cette ville en particulier et ca sera vraiment fini du Quebec…….

    • SauvonLeQuebec, voyons donc! T’es vraiment sérieux??? C’est mieux d’arrêter à écouter les imbéciles comme Mario Beaulieu de ce monde. Oui il existe d monde à Montréal qui parle anglais, l’horreur!!!! Est ce que t’es si faible que ça, une lavage d cerveau complète , que chaque fois que t’entend l’anglais tu devais si cacher?
      Les Montréalais est aussi un peuple fier, et nous sommes fiers d’être capable de nous exprimer en français mais aussi d’avoir l connaissance d’autre langue. Mais avant tout le français est une fierté pour nous aussi. Malheureusement les groupes comme le PQ et SSJB l’utilise le français comme arme pour effrayer et diviser les citoyens, pour nous isoler et nous contrôler. Quelle honte!

      Montréal est encore sous représenté q Québec et les gouvernements d Québec nous ignorent a cause de ça. Les élections se jouent dans les régions. Montréal besoin plus d’autonomie. Nous sommes une société pas comme les autres.

    • Le poste de Ministre de Montréal a été créé pour palier à la sous représentation des députés à l’Assemblée.

      Montréal est donc représentée par le clown Liséé qui trop occupé à voyager de part le monde pour s’occuper des affaires de Montréal.

      Lors de l’annonce du recouvrement de Ville-Marie, Lisée était absent et n’a toujours pas personnellement émis de commentaire à cet effet.

    • Quand je vois Coderre qui demande plus de pouvoirs en matière d’éducation et d’immigration, je débarque totalement. C’est vous qui devriez être plus sérieux. La partition de Montréal n’est pas un secret, c’est souhaité par bon nombre de fédéralistes, dont M. Coderre fait partie.

    • @ François Cardinal
      «Comment toute volonté manifestée par Montréal de se sortir la tête du milieu municipal est aussitôt suivie d’un coup de massue. Surtout du côté souverainiste.»
      Ces idées malsaines d’indépendance montréalaise (ou de «Province of Montreal», c’est selon) circulent pourtant déjà depuis un bon moment sur votre propre blogue. Vous n’allez tout de même pas nier leur existence, j’espère? Vous avez encore reçu un tweet à ce sujet pas plus tard qu’hier.

      Extrait du fil Twitter de F. Cardinal / La Presse:
      «Jonathan Brun @jonathanbrun
      @F_Cardinal une petite invitation pour un débat : Montréal ville-État http://ow.ly/uQ6BW
      Retweeté par François Cardinal
      Fight club politique Round #1: Montréal ville-État
      Pour notre premier événement, la motion à débattre sera : « Si le Québec devenait souverain, l’île de Montréal devrait déclarer son indépendance et devenir une ville-État » 26 mars 2014 à 18 h …»

      «Il n’est ici question que de repenser le rôle, la gouvernance, l’autonomie politique et fiscale de Montréal (et Québec), non pas séparer la métropole ou partitionner le Québec.»
      Bien d’accord pour BEAUCOUP plus d’autonomie administrative à cette pauvre métropole qui en a bien besoin. Le gouvernement du Québec devra toutefois lui assigner son propre vérificateur général en retour. Et pas question d’en faire un nouveau gouvernement ou d’acquérir des responsabilités qui ne sont pas dans son champ de compétence (ex: l’éducation).

    • N’importe qui qui est né, a vécu et vit encore à montréal vont le diront : sortir dans les régions du Québec c’est comme visiter un autre pays, autant que d’aller à New-York.

      La question de séparer Montréal du Québec se défend pour presque les mêmes raisons que les séparatistes veulent que le Québec soit indépendant.

      Mais en pratique, c’est impossible et ridicule : Montréal n’est rien sans sa province. Cependant, ça montre que Montréal a besoin de certaines balises du provincial pour harmoniser avec le reste de la province, tout en ayant les pouvoirs nécessaires pour pouvoir prendre ses décisions. C’est absolument ridicule le niveau de controle et de discussions inutiles que le gouvernement qui est à 300 km de la ville doit prendre.

      Je ne dis pas que Montréal ne doit pas être sous le controle de la province et du pays, mais que dans certains exemples que F.Cardinal mentionne, c’est tout à fait réaliste et optimal de laisser Montréal (ou Québec) prendre ses propres décisions.

    • Donner plus de députés à Montréal ne changera rien à sa représentation au gouvernement du Québec si les partis se retrouvent comme c’est la cas actuellement sans espoir de faire de gains de contés à Montréal. On n’a qu’à voir l’attention que reçoit la ville de Québec qui vote pour ses intérêts et ou les politiciens sont à genoux pour lui faire plaisir versus Montréal pour s’en convaincre.

      Il existe effectivement un courant partitioniste à Montréal, beaucoup d’anglophones et d’allophones n’ont aucun intérêts ni proximité avec le reste du Québec leur patrie étant Montréal, leur pays le Canada. Ces gens sont Montréalistes, Canadiens, de la nationalité du pays d’où ils viennent, de leur arrondissement, mais jamais au grand jamais veulent-ils , ou disent-il êtres Québécois. Mais quand c’est le temps de voter contre les intérêts du Québec et des Québécois ils y vont en grand nombre.

      Pour faire suite à votre billet il est plus que temps que les frileux politiciens de Québec cessent de craindre de se retrouver avec une métropole forte et qu’ils lui donnent les pouvoirs qu’elle a besoins pour se développer. Comme il est anormal que la ville doive continuellement se battre avec le ministère des transports de Québec à chaque fois qu’il faille reconstruire une partie ou des infrastructures sur son territoire. Il faudrait que le maire de Montréal ait autant de facilités à discuter ou rencontrer des hauts fonctionnaires comme des ministres qu’en a le maire de Québec ville ou est situé le gouvernement du Québec et ou y siègent les gens en position d’autorité au gouvernement.

    • @Francois Cardinal

      J’aurais tendance à être d’accord avec la plupart de vos points. Les réactions sont grandement exagérées. C’est un fait, la réalité de Québec et surtout celle de Montréal est différente du reste du Québec.

      Et on le voit avec les commentaires des chroniqueurs et des gens sur les blogs, aussitôt que Montréal veut faire quelque chose les gens ont peur.

      C’est difficile de faire évoluer les choses dans cette ambiance, c’est pour ça qu’un moment donné tu es mieux de te battre pour faire augmenter tes droits que d’essayer de te battre contre ceux qui veulent niveler par le bas.

      L’autre chose également c’est qu’on est dans un gros creux de vague en politique provinciale et ça ne changera pas après les élections.

      Qu’est-ce qui a été fait depuis deux ans? Rien.

      On a eu les carrés rouges qui ont causés des élections. On a changé de gouvernement. Le nouveau gouvernement a amené la charte qui également causée des élections. On va peut-être encore changer de gouvernement. La période de transition va prendre plusieurs mois et rien ne va se passer jusqu’a l’entrée parlementaire a l’automne.

      En fait on pourrait dire qu’il n’y a pas eu grand-chose depuis 30 ans en politique provinciale étant donné qu’on n’est jamais capable de se défaire des questions de langue et de séparation.

      Pour l’instant les deux politiciens les plus forts au Québec c’est Labeaume et Coderre. Aussi bien de leurs donner plus de pouvoirs.

    • Les souverainistes sont des collectivistes qui veulent tout gérer à partir de Québec. Je rève presque d’un référendum afin qu’il y ait partition du Québec, partitition à la suite de laquelle Montréal et sa banlieue seront enfin libérés de l’emprise de Québec.

    • @noirod, y’a pas juste des anglo qui supportent la separation de l’ile de montreal , en tant que franco (bon ok polyglotte , mais de descendance 100% franco) je serais sur les baricades des ponts si jamais il y avais un referendum gagnant et que quebec refusait de reconnaitre la decision souveraine des citoyens de montreal , et si le federal n’aide pas fuck them , on deviens une cite nation comme singapore , monaco qui en passant sont vraiment pas a plaindre . j’en ai plein mon casque des ingerences du provincial dans les affaires de la ville , on leur a dit combien de fois qu’on voulais pas d’un nieme pont sur la 25 , il y en a combiens qui veulent rien entendre d’un turcot ++ pour que encore plus de banlieusards puissent venir en ville encombrer nos rues residentielles , y’en a combiens qui sont ecoeure de la loi 101 et des tontons macoutes de la SSjb , sans parler que la corruption et les envellopes brunes ont surtout profite aux partis provinciaux , mais ca la charbonneau a recu des instruction pour ne pas aborder le sujet

      vive montreal vive montreal libre

    • @SP2412
      montreal est rien sans sa province ? on est ~ 50% de la population , et plus de la moitie du PIB , on est plus de la moitie du financement et bine moins que la moitie de la representativite , en gros on est la vache a lait , check bien la monte aux crenaux du PQ le jour ou ca commence a s’organiser , pcq ils savent tres bien que la province n’est plus soutenable sans MTL , moi je dirais le contraire , le jours ou mtl se separe , la province est en faillite

    • @LouisRichard

      A votre place je me garderait une petite gène à ne fesser que sur le PQ alors que c’est votre PLQ qui a créé une ville avec ses 19 quasi-villes et 19 administrations, sans compter que le maire de Montréal se retrouve de facto quasiment maire de rien puisque les arrondissements ont plus de pouvoir que le maire de Montréal en a. Pendant les 9 longues années que les Libéraux ont été au pouvoir à Québec rien mais absolument rien n’a été fait pour aider Montréal à se sortir du bourbier ou elle se trouvait, c’est même tout le contraire. La proximité de l’ancien maire Tremblay un bon Libéral d’avec le gouvernement Libéral n’a d’aucune manière aidé la ville même quand il y avait des scandales qui sortaient sur la place publiques jamais a-t-on vu votre cher part Libéral faire quoi que ce soit pour y remédier.

      Dites nous donc ce qu’à tant fait pour Montréal le PLQ lorsqu’il était au pouvoir, on aimerait bien cela le savoir. Quels sont les projets qu’à votre cher parti pour Montréal s’il prend le direction du gouvernement du Québec.

    • Hahaha! Nos fédéralistes partitionistes sont bien plus intéressés à détruire le Québec qu’a le construire. Dommage pour vous mais aucune lois internationales ne permettent la partition de villes qui sont des créatures des gouvernement supérieurs. Il est acquit que les frontières du Québec créateur du Canada avec l’Ontario qui sont quasiment les mêmes que lorsqu’il a fait son entrée dans le Canada ne changeraient aucunement et que les villes qui y font parties ne pourraient se partitionner encore moins se déclarer faire partie d’un autre pays.

      Nos fédéralistes devenus des séparatistes de villes Hahahahahahah!

    • À JeanMTL, vous pourriez peut-être commencer par savoir écrire en français avant de déblatérer des niaiseries. À bon entendeur!

      Et oui, Montréal s’anglicise à vue d’oeil mais tous ces internationalistes apatrides s’en balancent. En route tous vers la Louisiane…

    • Soyons sérieux en effet!
      Depuis quand conférer plus de pouvoir à Montréal signifierait en retirer aux Québécois? Il ne s’agit en rien d’un combat de la ville contre le reste du Québec. Il s’agit plutôt de donner plus de latitude à une ville qui peine actuellement à pleinement jouer son rôle. En quoi cela peut-il être un danger? Il faudrait être de mauvaise foi ou tout simplement manquer de jugement pour le prétendre.

      Je le mentionnais cette semaine. Le budget de Montréal attribue 4% de ses revenus à l’urbanisme et au développement économique. On ne peut faire autrement car les revenus sont anémiques et les pouvoirs de dépenser sont plus que limités. Comment peut-on s’attendre à ce que l’économie québécoise se développe si son moteur principal se voit alimenté avec des fonds de tiroirs? 4%!!

      Tous les Québécois payent le prix de cet enclavement volontaire et inutile. Il est grand temps de travailler tous dans la même direction et d’arrêter ces guerres de clochers ridicules et arriérées.

      Francis Huneault

    • @ François Cardinal
      «C’est pourquoi j’estime qu’un «brand new deal», comme le demande Labeaume, devrait s’accompagner d’une contrepartie : un gros ménage dans les affaires des villes, une réduction de la bureaucratie (avant de demander que le gouvernement en fasse autant), une simplification des processus, une amélioration significative de la performance de la Ville et une plus grande imputabilité.»

      Entièrement d’accord avec vous sur ce point mais ça veut dire qu’il y aura un très gros ménage à faire avec la structure politique même de l’île de Montréal. Il faudra en finir au plus vite avec cette aberration couteuse et inefficace de 19 petites principautés quasi souveraines, leurs roitelets fénéants et leurs cours. Il faudra aussi dévoluer plus de pouvoirs à l’Arrondissement de Montréal (contrôlé par la Ville de Mtl) afin de donner plus de cohérence à la gouvernance de l’île. Gros problème à l’horizon: Coderre ne semble pas du tout intéressé à nettoyer les écuries d’Augias (il n’en a jamais parlé!). Sa priorité semble plutôt de jouer au petit chef de gouvernement (ex: voyage «officiel» en Haïti) et d’assurer sa pérennité au pouvoir pour la prochaine génération (regardez-le aller).

      p.s.: J’en conclue que vous avez suivit mon conseil de mercredi dernier et décidé d’avoir plus beaucoup d’action sur votre blogue pour la fin de semaine. Vous allez être très occupé au cours des prochaines heures, M. Cardinal. Observez bien le ton employé dans les commentaires qui seront publiés, ce sera instructif.

    • @JeanMTL : J’habite le centre-ville de Montréal, et le problème n’y est pas d’y entendre de l’anglais, mais de ne pas y entendre de français à de trop nombreux endroits. Il y a encore de nombreux commerces où il est difficile de se faire servir en français, et la francisation des immigrants y est franchement problématique. Qu’on donne à Montréal des pouvoirs financiers et économiques, soit. Mais des pouvoirs en matière d’éducation, on entre sur une pente savonneuse. Quand on connaît les orientations politiques du maire Coderre, on sait qu’on ne peut pas compter sur lui pour défendre le français à Montréal. C’est bien beau d’être bilingues (et je le suis), mais trop de Montréalais francophones (dont peut-être vous) dispensent les non-francophones d’apprendre le français en passant trop rapidement à l’anglais dès qu’ils entendent un accent.

    • @atrayou : Je suis tout à fait d’accord avec vous.
      Benoit Legault, Montréal.

    • La charte est inutile car ce sera aux infirmières, qui accommodent à leurs dépens les musulmanes, de se défendre syndicalement contre les besoins religieux des musulmanes qui ne peuvent soigner les patients mâles. Les administrations des hôpitaux devront couper dans les services pour satisfaire les demandes d’accommodements religieux qui vont coûter très chers (engager du personnel pour gérer les milliers de demandes religieuses et les enquêtes de la Commission des droits….)
      Bref, je souhaite moi aussi la victoire du PLQ, car je favorise le secteur privé dans le domaine de la santé. Sans la charte, c’est le début de la fin pour plusieurs services publics. C’est une bonne chose. Quant au référendum, c’est comme le pétrole sur Anticosti, il va peut-être falloir aller voir, une fois pour toute.

    • @re3e

      C’est fou comment les montréalais aimes les banlieues lorsqu’il vient temps de parler de poids démographique et économique de Montréal.

      De plus, oui vous êtes beaucoup, mais il n’y a pas beaucoup de ressource sur l’île, donc oui Montréal à besoin du Qc comme le Qc à besoin de Montréal.

    • @nordik16: advenant un référendum du PQ, il y aura partition séparant non pas seulement la ville de Montréal, mais toute l’ile de Montréal, Vaudreuil-Dorion et plusieurs régions avoisinantes du reste du Québec. Pour le plus grand bien de tous, d’ailleurs. Montréal se débarrasse des Québécois de la Rive Nord du fleuve ou de la rivière des Mille-Iles, qui trop souvent ne pensent pas en Montréalais, et vice-versa.

      Mais sans référendum PQiste, il est vrai que la séparation de Montréal est difficile à envisager. Seul un référendum PQiste peut mettre en mouvement la séparation de Montréal.

      C’est pourquoi, quand vous voyez que X % de la population désire un référendum, ce X % n’inclut pas que des séparatistes qui veulent se débarrasser du ROC, mais un petit pourcentage de fédéralistes qui veulent séparer Montréal du reste du Québec, et qui savent que le seul moyen d’y parvenir est un référendum PQiste.

    • @A.Talon

      «J’en conclue que vous avez suivit mon conseil de mercredi dernier et décidé d’avoir plus beaucoup d’action sur votre blogue pour la fin de semaine.»

      Je n’ai aucune idée de ce à quoi vous faites référence. J’ai de tout temps publié un billet plus costaud les samedis.

      François Cardinal

    • L’esprit de clocher reste profondément enraciné dans la mentalité urbaine, mais c’est bien pire en région ie, Beauceville vs St-Georges de Beauce, à cause de l’autoroute 73 qui n’en finit plus de finir! C’est ce qui me parait ressortir de tous ces verbiages écrits ci-haut du genre: Mon papa est plus fort que le tien.

    • @ François Cardinal
      Au sujet de mon commentaire de 10h17, j’ai écrit par erreur «l’Arrondissement de Montréal» au lieu de «l’Agglomération de Montréal». Lapsus freudien, peut-être? Pourriez-vous faire cette importante correction, SVP? La cohérence du texte en dépend. Merci beaucoup.

    • @bobyboy: il n’y a pas beaucoup de ressource sur l’île, donc oui Montréal à besoin du Qc

      Les terres arables québécoises sont en constante réduction du à l’étalement urbain et au manque de relève, le bois d’oeuvre du nord a été coupé à blanc pendant des décennies, le poisson se fait rare, les alumineries ferment… En somme, l’économie québécoise importe plus qu’elle exporte. C’est pour cela qu’on dit que notre balance commerciale est négative.

      C’est pour cela qu’il est écrit produit du Chili sur vos fruits et que votre la majorité des produits que vous achetez proviennent de Chine.

      Pour répondre à votre affirmation, Montréal a effectivement besoin du monde pour survivre. C’est le cas de tous les Québécois. Votre chauvinisme n’a pas sa place dans le débat.

      Francis Huneault

    • Vous m’avez donné de faux espoirs en région avec votre titre, M. Cardinal!

      Je croyais que vous annonciez la naissance d’un mouvement de séparatistes Montréalais!

    • Deux observations d’un résident de Québec, à propos de Montréal :

      1. Montréal s’anglicise. Vitesse grand V à part ça… Je ne le déplore pas; je le constate. Et cette réalité, monsieur Cardinal l’évoque pas souvent, il me semble…

      2. Montréal s’appauvrit. Rien à voir avec Detroit mais loin dans la garnotte lorsque comparée à Toronto, par exemple. La cause est multiple mais l’effet saute aux yeux de quiconque a voyagé un peu depuis 15 ou 20 ans, en Amérique du nord ou en pays industrialisés d’autres continents.

      Maintenant, le maire Coderre demande quoi ? Plus de pouvoirs. Traduction : il veut plus de leviers de taxation. Comme si les montréalais, à l’instar des autres québécois, n’étaient pas déjà assez spoliés !

      Pauvres montréalais ! Pauvres nous !

    • @francisk

      Chauvinisme? Si vous étiez honnête vous auriez mis la phrase au complet en citation. Mtl à besoin du Qc autant que le Qc à besoin de Mtl. Voilà ce que je dis.

    • Bonjour M. Cardinal,

      La vision du maire de Montréal est politique, culturelle bien avant d’être économique.

      Sa vision anglo-saxonne du monde concernant surtout la laïcité fait l’affaire des Gringos.

      Ceux-ci de plus en plus nombreux à Montréal puisqu’ils peuvent travailler dans leur langue sont les descendants des Rhodésiens des années 60 que ridiculisait René Lévesque.

      La tentation de Coderre de créer un Ulster en territoire québécois est potentiellement dangereuse.

    • Oui!

    • Un mouvement *Province de Montréal* est ce qui attend les souverainistes au coin de la rue s’ils s’entêtent à traîner encore notre société dans ce débat stérile, au détriment des questions urgentes et de la bonne gestion.

    • @bobyboy

      Que je vous cite en partie ou en entier ne déforme pas votre propos. L’essentiel de ce que vous dites véhicule une vision mainte fois répétés sur ce blogue. Un portrait nivelant par le bas l’importance de Montréal dans l’économie québécoise. Ce point de vue relativiste démontre une profonde incompréhension des enjeux actuels induis par la compétitivité des marchés mondiaux.

      Ce point de vue ne fait pas partie de la solution. Il en est dans les faits le problème.

      Si je m’intéresse à ce blogue, ce n’est pas pour savoir qui gagnera la joute oratoire opposant Montréal contre le Québec, mais bien pour découvrir des pistes de solutions pour améliorer la situation du Québec et de Montréal.

      Bien à vous,

      Francis Huneault

    • Montréal, la Ville, l’île ou la région ?

      Je comprends que François Cardinal défend l’autonomie politique et économique de Montréal (ville ou région?). Je saisis que cela dérange certains chroniqueurs et éditorialiste séparatistes.

      Pour être crédible, Montréal devrait d’abord augmenter radicalement la productivité de ses employés et réduire leurs rémunérations extravagantes, salaires et retraites. Pour ce faire, elle doit obtenir le pouvoir nécessaire face aux syndicats de la Ville actuellement plus puissants qu’elle.

      Par ailleurs, Montréal est une ville véritablement bilingue, la seule grande ville bilingue au Québec et au Canada. Son identité est donc très différente de celle du ROQ (reste du Québec). Montréal est multiethnique et non pas le ROQ. Montréal attire la plupart des immigrants du Québec. Le refus de Montréal ne se traduirait pas par une partition suite à un très hypothétique référendum qui serait remporté par les indépendantistes québécois. Elle rendrait cependant la séparation du Québec impossible. Si Montréal, donc la majorité des Montréalais, veut rester dans le Canada, elle y restera et le ROQ aussi.

      Quelle que soit l’opinion des chroniqueurs indépendantistes face au désir d’autonomie de Montréal.

    • Sérieux ? Double discourt? Un pour les français et un autre pour les anglais? :
      “It now seems that the idea of Montreal becoming an eleventh Province can be discussed openly in polite circles. And not only among the usual Anglo suspects. The subject has been raised recently in the pages of La Presse and Le Journal de Montreal.”
      http://westislandgazette.com/blog/blue-notes/story/2014/03/09/montreal-could-be-la-belle-province/

      “In an era when large municipalities are attaining “city-state” status to compete against their urban confreres in the global marketplace, Montreal and Quebec City are falling behind because they lack a similar designation, the mayors argued.”
      http://news.nationalpost.com/2014/03/20/big-city-mayors-demand-more-decision-making-powers-and-funds-from-quebec-in-new-city-state-deal/

      ” In an era when large municipalities are attaining “city-state” status to compete against their urban confreres in the global marketplace, Montreal and Quebec City are falling behind because they lack a similar designation, the mayors argued.”
      http://www.montrealgazette.com/news/city+mayors+demand+more+autonomy+from+Quebec/9635982/story.html

      “As Journal de Montréal columnist Benoît Aubin recently pointed out, if Montreal decided to go its own way and become the 11th province of Canada, it would be more populous than all the Atlantic provinces combined.”
      http://www.montrealgazette.com/news/Celine+Cooper+Montreal+city+state/9536579/story.html
      “Montreal becoming its own province? Hell ya, sounds like a cool idea. Barry Morgan of CJAD 800 brings up the idea and has some strong points indeed to make the case for it.”
      http://www.mtlblog.com/2013/04/welcome-to-the-province-of-montreal/
      “One of the earlier modern proposals for the Province of Montreal dates from the late 1960s, when it was proposed that Mr. Montreal, Mayor Jean Drapeau, having many successes, and having Montreal as the economic engine of the Province of Quebec, become the premier of a new province, due to the way that Montreal tax dollars were spent outside of the region, to little benefit to Montrealers.”
      http://en.wikipedia.org/wiki/Proposal_for_the_Province_of_Montreal#cite_ref-Mortimer-p140_3-1
      https://www.facebook.com/NewProvinceOfMontrealLaNouvelleProvinceDeMontreal
      http://fullcomment.nationalpost.com/2014/03/05/jonathan-kay-if-quebec-separates-we-keep-montreal/

    • Montréal a atteint un point de non-retour.

      Ou bien on nous redonne le pouvoir qu’on nous a retiré depuis la fin du règne Drapeau ou bien nous nous détachons du Québec qui nous vampirise.

      Les Montréalais nous nous sentons bien ensemble, nous ne vivons pas les tensions que des politicailleux inventent pour satisfaire leur agenda politique. Nous en avons assez de cette tutelle constante du reste du Québec sur nous. Libérons-nous de nos chaînes.

      Libertad o muerte

    • Tant qu’un vote montrealais vaudra 0.5 d’un vote en region a l’Assemblee, la suggestion de separation de Montreal devra, au minimum, etre reconnue en tant que “cri du coeur”

      Personne n’aime etre pris pour acquis

      Pour ce qui est de la personalite et culture de Montreal, c’est un gros “pas touche”. S’il y en a qui n’aiment pas y entendre de l’anglais, alors arretez de vous plaindre, demenagez a Montreal et parlez y francais. Soyez pro-actif pour changer le ratio francais/anglais en augmentant le francais, pas en reduisant l’anglais.

    • Pourquoi pas…si le PQ n’arrete pas de pousser la souvraintée mais nous les habitants du Grand montrael sommes majoritairement fédéralistes on pourrait faire une province canadienne..La province de Montreal ….si le Québec se sépare du Canada… Les régions fédéralistes qui veulent se joindre a nous seront bienvenues.

    • Pourquoi pas? En Allemagne, les villes de Berlin, Hambourg et Brême sont des provinces et ça marche très bien. Pour un certain temps, Berlin faisait partie de la province de Brandebourg après la chute du mur, et ce n’était pas bon, ni pour Brandebourg ni pour Berlin.

    • Plusieurs bons points dans votre texte M. Cardinal, mais vous sous-estimez sérieusement ce sentiment partitionniste montréalais, autre variante des tactiques de peur de fédéralistes anglophones allergiques au fait français et à tout ce qui ressemble au sentiment national québécois. J’ajouterais que vous ne répondez pas vraiment au statut de M. Bock-Côté, car il fait justement référence à ce sentiment de “société distincte” que promeuvent ces partitionnistes irresponsables.

      Montréal fait partie du Québec, point à la ligne. Je comprends que vous tentiez d’esquiver ce débat délicat en parlant de structures administratives, mais il ne faut pas faire comme si cette lamentable tendance n’existait pas chez nos amis anglophones (et certains francophones atteints du syndrome du larbin). Exemple: http://fullcomment.nationalpost.com/2014/03/05/jonathan-kay-if-quebec-separates-we-keep-montreal/

    • La province du Québec est un état qui fait parti de la fédération du Canada depuis 1982, soit depuis l’indépendance du Canada du Royaume-uni. Avant, il s’agissait d’une confédération portant le nom Dominion du Canada. Le Québec étant un état à part entière, son territoire ne peut être partitionné. Le Canada n’est qu’un ensemble d’états lui ayant délégués certains pouvoirs. Le Québec na pas signé la nouvelle constitution du Canada de 1982. Le rapatriement de la constitution est en fait une déclaration d’indépendance qui a eu lieu sans référendum.

    • Libertad o muerte

      Libertad.
      La Liberté pour les Montréalais. Liberté de vivre entre nous comme nous l’entendons. Liberté d’être différent sans être pénalisé. Liberté de croire -ou ne pas croire- en un Dieu sans être illégal.

      Muerte.
      Sans la Liberté des Montréalais, mort à l’union forcée de Montréal et du Québec.

    • @ Tous les partitionnistes surexités et autres va-t-en-guerre

      Petites précisions légales à ce sujet pour remettre les choses en place:

      Tant que nous resterons à l’intérieur du Canada, ce sera la constitution canadienne qui s’appliquera. Elle dit qu’on ne peut modifier les frontières d’une province sans l’accord du gouvernement fédéral ET de la (ou des) province(s) concernée(s). Point.

      Si nous quittons le Canada, alors ce seront les lois internationales qui s’appliqueront et plus précisément les règles concernant la préservation des frontières issues de la décolonisation (ex: Afrique coloniale) et /ou de la dissolution des états (ex: ex-URSS). Le Canada serait mal avisé de favoriser une partition éventuelle d’un Québec indépendant alors qu’il a lui-même toujours défendu l’intégrité territoriale des divers états de cette planète. Il le fait d’ailleurs encore actuellement avec le cas de cette malheureuse Ukraine.

      Si vous fantasmez toujours sur une partition de Montréal, je vous rappelle que c’est dans l’Ulster partitionnée (par le R.-U.) que les bombes ont sautées pendant fort longtemps et non dans la paisible Irlande du Sud indépendante. La politique du pire est toujours la pire des politiques.

    • @ SauvonsLeQuebec

      Comme vous le dites, vous n’étiez pas là dans les années 1960 et ça paraît. L’anglais était pas mal plus omniprésent à Montréal qu’il l’est aujourd’hui. Il y a des anglophones à Montréal depuis le 19e siècle, ce que trop de Québécois oublient.

      @ noirod

      “si Montréal veut reprendre son role de leader québécois elle devra avant tout redevenir représentative du reste de la province et actuellement elle est tout sauf cela”

      Montréal est et reste le leader Québécois.. Je ne saisi pas trop de quoi vous parlez. Si ce n’est pas Montréal le leader du Québec, on se demande c’est qui. Ce n’est pas parce que le climat des dernières années est sombre qu’il faut sombrer dans des fabulations.
      `

    • @ chabanel 13h10
      «Tant qu’un vote montrealais vaudra 0.5 d’un vote en region a l’Assemblee, la suggestion de separation de Montreal devra, au minimum, etre reconnue en tant que “cri du coeur”»
      «Un homme, un vote» est l’essence même de la démocratie. Il n’y a pas une seule démocratie occidentale où le vote dans une région a un poids mathématique supérieur au vote dans une autre région. Il y a sûrement moyen de procéder autrement pour augmenter le poids relatif de Montréal dans le concert des régions québécoises. Faites preuve d’imagination. Pourquoi pas une «Chambre des Régions»? Cela ferait d’ailleurs aussi l’affaires des toutes petites régions trop souvent ignorées par les grands centre. Si le temps me le permet, j’y reviendrai dans le courant de la soirée.

    • @ Talon,
      C’est bien ce que je prétends, il n’y aura pas de partition du Québec. Mais il n’y aura pas de séparation du Québec, non plus. Parce que si l’île de Montréal refuse cette séparation, les séparatistes provoqueraient des violences. Québec (province ou État) ne peut pas forcer l’ensemble des municipalités de l’île de Montréal à se séparer du Canada.

    • Rappelons pour mémoire, sans faire l’apologie du maire en question, que c’est Jean Drapeau qui voulait créer une loterie afin de lutter contre le jeu illégal et remplir les coffres de Montréal. Le gouvernement provincial de l’époque s’est empressé de noyauter l’initiative de Drapeau et de récupérer l’idée à son compte en créant Loto-Québec. Il est assez facile d’imaginer quelle serait la position de la ville de Montréal si Drapeau avait pu mener à terme son idée.

      Et il est aussi facile d’imaginer que c’est à partir de ce moment-là que le gouvernement provincial s’est mis à gruger les pouvoirs de Montréal et de maintenir la ville dans l’indigence et à sa merci.

      http://archivesdemontreal.com/2012/04/02/la-taxe-volontaire-du-maire-jean-drapeau-1968-1969-ancetre-de-loto-quebec/

    • Le gouvernement provincial aime maintenir la ville de Montréal dans un état de quêteux pour ensuite aller passer l’idée aux gens des régions que Montréal ne pourrait survivre sans eux, alors que cela n’a strictement aucun rapport. Montréal est devenue une arme politique que le gouvernement provincial, en particulier péquiste, utilise comme une menace à l’identité nationale s’il fallait lui donner les outils pour se développer sans la bénédiction papale de Québec et, par ricochet, des régions.

      Un power trip total et malsain.

    • Il est temps, go Coderre!

      Les régions fraudent les élections provinciales. Car pour un vote en gaspésie en vaut 2 à montréal et c’est le cas de bien des régions qui refusent de modifier la carte électorale. Le pouvoir provincial est biaisé. Et en plus c’est plus de 4 milliards de dollars par an que les montréalais paient en impôts provincial qui sont réinvestis dans d’autres régions. Et on doit endurer leur plaintes que montréal en a trop. La guerre d’indépendance américaine était un grand moment où des gens se sont battu pour ne pas payer d’impôt sans être représenté au parlement.

      À chaque fois québec bousille montréal. Elle refait les cartes municipales. Quand viens le temps de négocier avec les rambos des syndicats. Montréal n’as pas de pouvoir et québec n’ose pas se mouiller. Les villes n’ont pas eu le choix de leur donner ces salaires. Et maintenant ce sont les salaires et fond de pensions qui étranglent le budget de la ville.

      Au sujet de la charte et accommodements raisonnables. C’est encore le biais des régions qui ont peur de l’inconnu et de l’immigration. La charte viens de québec, les accommodements sont à montréal. C’est à montréal que doit se prendre les décisions d’accommodements au cas par cas. On va les garder nos immigrants, on les aiment!

    • @ bobyboy

      “C’est fou comment les montréalais aimes les banlieues lorsqu’il vient temps de parler de poids démographique et économique de Montréal.”

      Ben oui, scoop : ce sont des banlieues, elles sont donc attachées économiquement, culturellement et socialement à leur ville. Donc, quand on parle de Montréal, on parle obligatoirement de son agglomération.

    • Je cite ici un extrait d’un article de Marc-André Normandin publié dans La Presse d’aujourd’hui:

      “Le conflit entre la Ville de Montréal et l’Agence métropolitaine de transport (AMT) s’envenime. La métropole s’adresse maintenant à la Cour suprême pour obtenir un dédommagement à la suite du prolongement du métro vers Laval.

      Montréal a intenté en 2006 une poursuite contre l’AMT afin d’obtenir une compensation pour l’occupation d’une partie de son territoire lors du chantier du métro de Laval. Durant les travaux qui ont duré de 2003 à 2006, l’Agence a utilisé le parc Jeanne-Sauvé, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, ainsi que deux rues adjacentes comme rampe d’accès au chantier souterrain.”

      Comment se fait-il que la Ville de Montréal et l’Agence métropolitaine de transport en soient rendues à ce faire des procès aux frais des contribuables. Ceci ne devrait pas être permis. L’AMT est une agence instituée par le Gouvernement du Québec et la Ville de Montréal est censée être une création de la province. C’est comme si deux ministères du même gouvernement se poursuivaient. Quel gaspillage d’argent!

      Pendant ce temps, c’est plein de nids-de-poules sur Édouard-Montpetit (rue repavée il y a trois ans) et les travaux de construction sur le segment de Côte-des-Neiges entre Queen-Mary et Édouard-Montpetit, entrepris il y a six ans et interrompus il y a deux ou trois ans, ne sont pas encore terminés. On a fait des trous pendant trois ans, on a nui aux commerces, on a détruit les trottoirs, mais on ne les a jamais réparés et on n’a jamais repavé la rue. Pendant trois ans on a mis de grosses pancartes disant qu’on voulait améliorer notre qualité de vie mais on n’a jamais terminé le travail.

      Dans le même quartier, dans le parc Swail, on a construit une horreur architecturale (une scène de théâtre?) qui ne servira jamais. Combien cette chose a-t-elle coûté aux contribuables?

      Pourquoi y a-t-il perpétuellement des déchets sur les trottoirs de la rue Lacombe entre Gatineau et CDN et sur Édouard-Montpetit entre Louis-Colin et Decelles?

      Pendant ce temps, on se fait des procès avec l’argent de nos taxes.

      Monsieur Coderre, j’espère que vous lisez ceci (ou êtes-vous encore en voyage à Haïti?). Ce n’est pas le rôle de Montréal d’entretenir des relations avec d’autres pays. Nous avons besoin de toute votre attention ici et nous n’avons pas d’argent à gaspiller

    • 57 interventions pour un sujet aussi peu sérieux !!!
      Je vais aller pelleter pour la première fois du printemps. Ca sure plus intéressant et utile.

    • Ces anglos et juifs extrémistes de l’organisation CRITIQ sont de vrais fauteurs de troubles. Avez-vous vu ce débat inventé de toute pièce qu’ils soulèvent déjà? Et ça pas grand avant de mettre de leur côté ces éternels francos vendus aux anglos (et à n’importe qui a de l’argent) comme re3e.
      Ils s’en foutent de Montréal mais au lieu d’être 8% au Québec, ils seraient 20% et + à Montréal.

    • @ dcsavard

      “Le gouvernement provincial aime maintenir la ville de Montréal dans un état de quêteux pour ensuite aller passer l’idée aux gens des régions que Montréal ne pourrait survivre sans eux, alors que cela n’a strictement aucun rapport. Montréal est devenue une arme politique que le gouvernement provincial, en particulier péquiste, utilise comme une menace à l’identité nationale s’il fallait lui donner les outils pour se développer sans la bénédiction papale de Québec et, par ricochet, des régions.”

      On n’aurait pas pu mieux l’expliquer!

    • M. Cardinal, il est bon de vous lire aujourd’hui à ce propos. Ça nous donne un point de vue tout à fait juste de la réalité qui diffère, heureusement, de ceux des “paniqueux” du Journal de Montréal et du Devoir…

    • oups: ” Et ça pas pris grand temps avant de mettre de leur côté ces éternels francos vendus…”

    • Pour votre information si on recule dans l’histoire au 19 ieme siecle montreal etait majoritairement anglophone. La demographie a changer les choses par la suite. Par contre maintenant on voit un retour du balancier mais c’est pas une mauvaise chose selon moi. C’est une richesse d’etre une ville a 2 culture. Il n’y a pas beacoup de lieu dans le monde ou il ya 2 langues, 2 systeme de mesure metrique et imperial, 2 systeme de loi code napoleon ou civil et le common law. C’est vraiment chouette d’avoir les 2.

    • Pauvres naïfs que nous sommes! Coderre nous amènes exactement là où il où il veut, c’est à dire une confrontation directe contre le gouvernement actuel, il n’y a qu’à lire les commentaires surréalistes pour s’en convaincre. Ne craignez rien le ton va changer une fois le parti libéral au pouvoir. Pour être élue et sauveur il faut un ennemi, l’ennemi est là, Labeaume et Coderre n’auront jamais été aussi populaire, mais il y a toujours une fin à ces histoire de roitelets. M. Cardinal si j’étais vous je m’inquièterais, combien de commentaires avez-vous censurés? Coderre pour l’instant son plan de match c’est la confrontation, i am the boss! i am the king! Les québécois aime bien les va t’en guerre. M.Cardinal, il faut faire attention à la complaisance, c’est bien de dénoncer des journalistes de d’autres médias, mais il faudrait aussi se demander pourquoi ces inquiétudes.
      M.Leduc

    • @ M. Cardinal

      Je suis en faveur de synchroniser les activités des diverses organisations impliquées dans la gestion de Montréal et Québec et j’ai tendance à croire que les deux métropoles sont les mieux placées pour avoir la responsabilité (incluant l’imputabilité et les pouvoirs) de ces fonctions. Cependant, j’aimerais savoir quel type d’arrangement on voit dans les grandes villes américaines comme Chicago, New York et Los Angeles. Est-ce que vous pouvez nous éclairer sur ces villes?

      Enfin, est-ce que Montréal demande de chapeauter la responsabilité de Montréal et les banlieues ou simplement l’île? À mon avis, un des plus gros problèmes avec Montréal est le manque de vision de la métropole et ses banlieues en tant que système intégré. J’aimerais voir Montréal et ses banlieues s’inspirer de Apple pour voir comment chacun peut faire parti d’un système intégré au lieu de voir chaque ville comme unique en compétition avec les autres. Encore une fois, si je compare avec Apple, au sein de la compagnie, je ne crois pas que les groupes de développement opposent leurs produits entre eux. Ils font plutôt le développement des produits distincts au sein d’un même et unique écosystème.

    • La délégation de pouvoirs, la décentralisation, le transfert de responsabilités, etc. etc., doit avoir une valeur ajoutée, sinon ça vaut pas la peine. Ça va coûter moins cher, ça va être plus efficient et plus efficace, etc. Il serait par exemple surprenant que les pouvoirs demandés par ces deux maires aux égos surdimensionés côuteront moins cher à administrer plus qu’ils gèrent des adminsitrations dont les coûts dépassent déjà de 30% les coûts de la fonction publique provinciale. Ces deux maires viennent de lancer une grosse baloune, sans études, sans rien, juste pour le fun…Quant à moi, ce sont deux imbéciles comparés à par exemple Marcel Côté qui n’aurait jamais fait de telles demandes sans analyses étoffées. Qu’ils se la ferment et fassent leurs devoirs!!!….

    • @larry999

      PARDON ? Sauf tout le respect que je vous dois sur quelle planete vivez vous ?
      «Ce n’est pas parce que le climat des dernières années est sombre qu’il faut sombrer dans des fabulations«… Comme si de rien n`était, un leger contre-temps c`est ca ? Vivement les beaux fleurons montréalais ! Et dans quelques mois le rapport de la commission Charbonneau va encore plus faire mal mais c`est un leger contre-temps…

      Le débat sur la charte des valeurs c`est issu de ou a votre avis ? Est ce que le reste des Québécois est sur la même longueur d`ondes vous pensez ?

      Le débat sur la langue ca concerne quelle ville au juste ?

      Montréal ne peut plus prétendre représenter le reste des québécois et être un moteur provincial . Tout au plus représente t- elle l`état de notre systeme de santé. Malade mais on attends…

      Je veux bien être optimiste face à la nouvelle époque qui s`ouvre, le nouveau maire, le nettoyage nécessaire parmis les corrompus,de nouvelles facon de faire, mais je me refuse à être aveugle et naif et croire que ca va se replacer sans faire mal. C`est justement ce que les maires demandent , de sortir de cette torpeur dans laquelle vous êtes issus du confort de l`indifférence.

    • @marcelleduc,

      c’est délirant de lire un commentaire comme le vôtre considérant le climat de confrontation qui s’est installé à demeure à Québec depuis que le PQ a pris le pouvoir. La charte des valeurs trône en haut de la liste.

    • @ noirod

      Je ne minimise pas les problèmes de Montréal, mais en dépit de tous les problèmes auxquels elle a du faire face, ça reste la métropole du Québec et le cœur économique du Québec. Dire le contraire, c’est fabuler.

    • Les Pikious disent que Montréal est ingouvernable à cause des défusions.

      Tout un raisonnement simplet.

      Sans fusion, jamais les défusions auraient eu lieu.

      Donc, les Pikious sont encore dans l’erreur.

    • En 2012 nous avons renvoyé aux douches le gouvernement Libéral qui n’avait pas su gérer une crise sociale pour en élire un autre qui n’a rien eu de mieux à faire que de nous en concoter une nouvelle de son crû en l’espace de quelques mois.

    • Que Montréal et Québec cherchent des ajustements économiques,ça peut se comprendre et se discuter.Quant à leur gouvernance et autonomie politique,là,il y a une ambiguïté à jouer sur les mots qui n’aidera personne(show de boucane).
      Que Montréal s’occupe de sa corruption,de la gestion courante et d’attirer des investisseurs,et ça devient mission accomplie et c’est là son rôle.Montréal n’a pas à se sortir la tête du milieu municipal,elle n’a qu’à y trouver sa juste part.
      Je ne nie pas le concept de ”villes globales” ou de ”cités-régions”,mais ce serait encore mieux si les deux maires s’enlignaient clairement ou sur l’économie,ou sur la politique.Ça éviterait la confusion des genres.

    • @fcardina

      Il faut revenir au concept d’une ile une ville si vous voulez qu’on prenne au sérieux vos revendications. Comment voulez-vous faire confiance à tous ces roitelets ? Jean Charest et Gérald Tremblay, deux bons libéraux, ont vraiment foutu le bordel à Montréal.

      Regardez comment ça va bien à Québec depuis les fusions. Une ville saine, bien gérée et prospère. C’est juste dommage que les citoyens de Québec aient oublié que c’est grâce au PQ tout ça.

    • Si le Québec se sépare, il n’y a rien qui peut empêcher Montréal de se séparer.

    • Il faut également que les Montréalais se prennent en main et élisent des dirigeant dignes de confiance. L’historique récent est pitoyable à cet égard: Tremblay, Applebaum et maintenant Coderre. On est plus proche de la tutelle selon moi que d’une délégation de pouvoirs accrus. Par contre, pour Québec, je suis plutôt d’accord, car la ville est bien gérée.

    • imrahil a dit: ” Et ça pas pris grand temps avant de mettre de leur côté ces éternels francos vendus…”
      .

      Nous sommes Montréalais. En voyage à l’étranger lorsqu’on nous demande d’où nous venons, nous répondons “de Montréal”. Comme le Newyorkais dit “De NYC” et le Berlinois dit “De Berlin”.

      La très grande majorité des Montréalais n’en a rien à cirer des querelles entre fédéralistes ou indépendantistes. Nous nous sentons si peu fédéralistes ou indépendantistes. Voyez la composition des partis à la Ville de Montréal. Tous les partis ont des militants en provenance de toutes les tendances.

      Nous aimons notre vie montréalaise. Nous n’imposons pas aux autres comment vivre et nous nous attendons à ce que les autres (régions) ne nous dictent pas comment vivre. La CHARTE est l’exemple le plus frappant de la main mise des régions sur nous. Nous aimons les immigrants. Nous aimons leurs différences. Nous les taquinons parfois au sujet de leurs différences et ils nous rendent la pareille-la-la.

      Lâchez-nous le complot fédéraliste. Comme aime si bien répéter Louise Beaudoin en d’autres circonstances: nous sommes ni ni. Ni Québec-à-mort, ni Ottawa-à-mort, mais Montréalistes. À mort car on nous a poussé dans ce retranchement. Nous voulons nous défaire de ce qui nous étouffe.

      La frontière vient d’être touchée. Ça suffit.

    • Notre “Poutine” fédéral va envoyer l’armée canadienne à Montréal pour “protéger” les anglophones contre les méchants francophones xénophobes du Québec. Il a appris de son maître russe et va continuer de mettre ses enseignements en pratique comme empêcher tous les fonctionnaires de parler au média, couper les ailes aux chercheurs pour qu’ils ne puissent pas arriver avec des preuves du saccage environnemental du pétrole bitumineux etc… puis il va faire annexer Montréal au Canada.

      Pour reprendre les propos de certains, c’est le bordel depuis que les libéraux et certains maires, surtout du west-island ont voulu faire la défusion – ils sont maintenant pris avec le résultat et demandent maintenant à Québec de répare les pot-cassés. Quand un maire doit parler à des dizaines d’autres maires pour prendre des décisions, c’est pas très efficace comparé à ce que M. Labeaume doit faire pour prendre une décision.

    • @montrealaise 16h18

      Je suis 100% d’accord avec vous. Moi aussi je me définis d’abord comme montréalais. Malheureusement, les séparatistes se sont accaparé du terme “québécois” et du drapeau québécois.

    • Les fusions forcées anti-démocratiques ont fait augmenter les coûts au lieu de les baisser.

      Les fusions forcées à Montréal ont favorisé la fraude à grande échelle.

      Les fusions forcées n’étaient qu’une autre histoire de syndicalisation et de salaires.

      Rien dans la loi sur les fusions des villes à Montréal comportait un volet sur la planification du territoire comme ce fut le cas sur l’île Jésus.

    • Tout d’un coup, le maire Labeaume est le chou chou des Pikious lorsqu’il est question de gouvernance d’une ville.

      À Québec, la ville de St-Augustin est aussi très gérée même si défusionnée.

      Donc, la question n’est pas là.

      À Montréal, on accuse les villes défusionnées pour les troubles de Montréal.

      Pourtant ces villes sont très bien gérées comme ce fût le cas avec Outremont, Montréal-Nord, St-Léonard,Ville d’Anjou et Thétrauville.

      Demandez à la population de ces villes ce qu’ils en pensent des services et de leurs taxes.

    • @PierreRichard

      Des nouvelles d’Applebaum?

    • @ LouisRichard 16h08
      «Si le Québec se sépare, il n’y a rien qui peut empêcher Montréal de se séparer.»
      Veuillez lire mon commentaire de 13h44, M. Richard.
      Il a été écrit pour des gens comme vous.

    • À tous les ahuris qui parlent de la « sous-représentation » de Montréal – l’île de Montréal et l’île Bizard (la région 06) comptaient en 2010 un peu plus d’1,89M d’habitants sur les 7,92M que comptaient le Québec, ce qui représente 23,8% de la population du Québec.

      Le même territoire compte 28 des 125 circonscriptions représentées à l’Assemblée Nationale – 22,4%. Alors on se calme le pompon un peu.

    • @ beaufran 14h01
      Vous êtes libre d’y voir ce que vous voulez. Je n’ai fait que rappeler certaines vérités fondamentales trop souvent ignorées de part et d’autre. Quant à la violence, elle a été plus souvent qu’autrement le fait du gouvernement canadien au cours de notre histoire (voir mon commentaire de 17h08 dans le billet précédent). Et que dire de l’incendie du parlement canadien à Montréal en 1849 par des émeutiers anglais? Un bel acte de démocratie, je suppose?

    • Montréal fait rire d’elle depuis des années, les fusions nous ont amené un maire faible incapable de faire de Montréal une incontournable. Le discours des banlieues est beaucoup plus qu’elles pourraient se passer de la métropole. Les circonscription de Montréal tant au fédéral et au provincial sont gelés et acquises alors à quoi bon investir à Montréal pour les politiciens. Je suis curieux de savoir en combien de temps une école primaire fermée pour moisissure serait reconstruite à Saint-Bruno de Montarville, Saint-Lambert et d’autres banlieues cossues. L’école Baril dans hochelagua milieu très défavorisée attend depuis plus de deux ans. Montréal a beaucoup plus de besoin que les autres villes et ne reçoit pas sa juste part. Les plaques d’immatriculation de Washington sont ironiquement taxation without representation parce que comme district ils n’ont pas de représentant au Congrès même s’il compte parmi les populations les plus pauvres aux États-Unis. Je pense que Montréal peut adopter le même slogan taxation sans représentation. La preuve arrivera peut-être avec un métro ceinturant la ligne orange avant l’achèvement de la ligne bleue jusqu’à Anjou.

    • @ A.Talon, 22 mars 2014, 17h23

      Ce n’est pas parce que tu te trouves intelligent en écrivant 3 ou 4 phrases que ce que tu écris est intelligent et valable.

      Pour ton information, le Québec est divisible et Montréal peut avoir pleine autonomie comme on peut le voire un peu partout dans le monde.

    • @ carl_ottawa, 22 mars 2014, 17h27

      Tu as bien raison pour ce qui est de la région 06 qui est Montréal.

    • @ LouisRichard

      Montréal ET Kahnawake… Territoires indépendants-frères. On va faire un maudit gros Pow Wow.

    • @ LouisRichard 17h46
      Je vous félicite pour la qualité de votre argumentation. Du grand art.

    • Coderre et Labeaume sortent loin de chemins battus c’est le moins qu’on puis dire et fort de l’appui de l’UMQ ils ont développé un rapport de force avec Québec qui va 1) forcer les échanges et 2) ensemble trouver les ajustements nécessaires à un partage de pouvoir plus équilibré / mieux ajusté aux responsabilités de chaque entité.

      De toute évidence la stratégie de Coderre er de Labeaume est de demander “la lune”, d,exagérer et ils n’ont pas manquer leur coup, dans le but de faire paraitre bien minime et raisonnable ce qu’ils espèrent vraiment obtenir.

      Le trop loin / l’exagéré de Coderre étant de demander, lorsque flanqué de Peter Trent, d’un pouvoir de négociation direct avec Ottawa ! Venant de deux valeureux fédéralistes, c’était un bon début pour se préparer “une petite Crimée québécoise”; non merci, zéro confiance, pas dans l,intérêt du Québec d’aller jusque là. Bien essayé messieurs mais on a vu votre jeu.

    • La séparation de Montréal ? elle est bien bonne !

      Voila ce que dit à ce propos la Charte des Nations-Unies pour l’accessibilité des peuples à leur indépendance :

      ARTICLE 2 :

      Tous les peuples ont le droit de libre détermination; en vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel.

      ARTICLE : 3

      Le manque de préparation dans les domaines politique, économique ou social ou dans celui de l’enseignement ne doit jamais être pris comme prétexte pour retarder l’indépendance.

      ARTICLE : 4

      Il sera mis fin à toute action armée et à toutes mesures de répression, de quelque sorte qu’elles soient, dirigées contre les peuples dépendants, pour permettre à ces peuples d’exercer pacifiquement et librement leur droit à l’indépendance complète, et l’intégrité de leur territoire national sera respectée.

    • Charte des Nations-Unies pour l’accessibilité des peuples à leur indépendance :

      ARTICLE : 4

      Il sera mis fin à toute action armée et à toutes mesures de répression, de quelque sorte qu’elles soient, dirigées contre les peuples dépendants, pour permettre à ces peuples d’exercer pacifiquement et librement leur droit à l’indépendance complète, et ▬► l’intégrité de leur territoire national sera respectée.

    • @ Montréalaise : Bravo pour tes propos, c’est doux à l’oreille ! Je propose la création d’un Bloc Montréal avec comme devise : taxation sans représentation pour ironiser (tout comme à Washington ) sur l’importance de la métropole dans l’échiquier politique fédéral-provincial.

    • ..@M. Cardinal: «La séparation de Montréal? Soyons sérieux…»

      Et les «partitionnistes», Monsieur cardinal, vous pensez vraiment qu’ils ne sont pas sérieux?
      Et qui plus est, vous pensez vraiment que, mutatis mutandis, ils ne bénéficieront pas d’appuis «poutinesques» le cas échéant?

      Rien qu’à les entendre et à les lire, on se dit que leur attitude, par réaction, pourrait suffire à grossir les rangs des indépendantistes tellement ils sont insolents et ignorants des règles de la succession d’état.

    • Vrament tordant de voir tous ces indépendantistes (cela comprend Robitaille) avoir si peur de “l’indépendance” de Montréal.

    • Par contre, il ne faut pas oublier que c’est Charest qui a défusionné Montréal. Je ne lui pardonnerai jamais ca.

    • @A. Talon
      “Si le Québec se sépare…”
      C’est plutôt vous qui fantasmer.

    • LouisRichard est comme d’habitude dans les patates.

      Une VILLE est une VILLE et ne peut s’auto proclamer état. Même si tous les Montréalais votaient pour.

    • montréalaise, vous êtes très égocentrique il me semble… ou encore ethnocentrique ou je ne sais… villocentrique?

      C’est bien d’aimer sa ville, mais de là à se crisser de tout le reste…

    • @ abroad 22h02
      «“Si le Québec se sépare…”
      C’est plutôt vous qui fantasmer.»

      Bizarre. Je n’ai jamais écrit ces mots…
      Qui vous dit que je suis «séparatiste»?

    • @ chabanel 22 mars 13h10
      Voilà ce que je veux dire par «faire preuve d’imagination» pour accroître l’influence de Montréal au Québec. C’est l’accumulation de petites idées «pro-actives» de ce genre qui permettrait d’augmenter considérablement le «bargaining power» de Montréal sur l’échiquier québécois. Au préalable, il faudrait vigoureusement pousser le concept de «Cité-région» avancé par M. Cardinal; concept que j’approuve tant dans sa finalité que dans ses moyens sur le modèle de la dévolution de pouvoirs obtenue par Toronto.
      1) Nomination du Ministre de Montréal:
      Le ministre délégué aux affaires montréalaises devrait être nommé par le Conseil municipal de Montréal (ou alors par l’Agglomération) et non par le premier ministre du Québec. Les pouvoirs de ce ministre devraient être comparables à ceux du ministre des affaires municipales, quoique subordonné à ce dernier. Il est évident que le choix de cette personne devrait se faire de manière à ce qu’elle soit compatible avec le parti au pouvoir à Québec. Je verrais bien Michael Fortier dans ce rôle.

      2) Délégation permanente à Québec:
      Montréal devrait ouvrir une «Délégation générale» à Québec. Un bureau commercial et politique permanent avec des représentants faisant du lobbying à temps plein auprès des différents acteurs de la machine gouvernementale. Et peut-être aussi un autre bureau du même genre à Ottawa tant qu’à y être pour éviter une nouvelle histoire de type «Pont Champlain». Si c’est efficace, alors pourquoi pas un petit réseau de bureaux commerciaux montréalais à l’étranger? Payés par Montréal Inc., bien sûr…

      3) Multiplier les visites du maire en région:
      Pérenniser les visites du maire de Montréal en régions (c’est plus utile qu’un voyage en Haïti) avec une tournée du Québec une à deux fois par année. Plus le maire de Montréal sera vu et entendu au Québec, plus son influence et celle de la ville augmentera.

      4) Team Montréal:
      La ville devrait organiser périodiquement une importante délégation commerciale en visite à l’étranger de type «Team Montréal» avec les chefs d’entreprise de la grande région montréalaise. En plus d’être rentable pour l’économie, c’est une belle façon de prendre le leadership de la région métropolitaine et d’augmenter l’influence de la ville-centre.

      5) Création d’une Chambre des Régions:
      Un petit parlement parallèle de délégués NON-PARTISANS envoyés directement par les régions et «super-régions». Montréal y aurait sensiblement le même poids démographique qu’actuellement à l’Assemblée Nationale mais il y aurait au total beaucoup moins d’acteurs sur la glace. Sa voix n’en serait que plus forte. Ce parlement aurait le pouvoir de rédiger et de voter (conjointement avec les députés de l’Ass. Nat.) ses propres lois en fonction des besoins des régions. Je développerai l’idée ultérieurement au besoin.

    • @ manonb
      «C’est bien d’aimer sa ville, mais de là à se crisser de tout le reste»
      .

      Montréal vs le ROQ à mes yeux c’est comme un couple au bord du divorce.

      Certains se quittent sur un coup de tête et le regrettent parfois plus tard. D’autres, et j’en suis, endurent et endurent jusqu’au soir où ils partent acheter un litre de lait et ne reviennent plus jamais. Sans même regarder par-dessus leur épaule voir ce qu’ils laissent.

      En deux mots: écoeurantite aiguë.

    • Montréal n’a aucunement besoin du ROQ pour vivre.

      Il est autosuffisant et devrait se séparer.

    • @Anthrax

      vous sortez “la declaration universelle des droits de l’homme”?

      2 initiatives du PQ enfreignent la declaration. On s’entend que ce n’est pas au meme niveau que le regime des Talibans, mais le PQ se mouille quand meme.

      Je fais evidemment reference a la Charte, et a la Loi 101 qui empeche un Quebecois d’envoyer ses enfants a l’ecole anglaise, alors que nous avons vote democratiquement 2 fois de faire partie du Canada, pays ayant comme langues officielles le francais et l’anglais

      Article 18
      Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

      Article 26
      1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
      2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
      3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants

    • @ gengis 5h51
      «Montréal n’a aucunement besoin du ROQ pour vivre. Il est autosuffisant et devrait se séparer.»
      Autosuffisant? Où voyez-vous ça? L’essentiel de l’activité économique montréalaise dépend étroitement du reste du Québec. Par ailleurs, que faites-vous de cette multitude de liens historiques et familiaux datant de près de quatre siècles? Montréal n’est pas Hong Kong ou Singapour, des villes créées récemment de toutes pièces et peuplées uniquement de gens sans racine.

    • @bobyboy , ok on fait un test , on ferme la ville au transport routier sur les ponts histoire de vivre sans les ressources made in QC et en meme temps on coupe les infussions financieres de la population montrealaise (prerequation incluse) berlin a vecu combien de temps avec juste un pont aerien ?anyhow si je fait le tour de mes fruits et legume chez moi y’a pas grand chose made in Qc , ah j’ai bien decouvers ma paperasse d’impots qui me demande 43% du resultat de mon labeur

      @montrealaise :MONTREALAISEFORPRESIDENT!!!!!

    • A.Talon juste comme ca hong-kong existait avant l’arrivee de marco polo , sous un autre nom , mais elle etais bien la , il y a meme un fort cote shenzhen qui date de plus de 2000 ans

    • @manonb
      je seconde montreal , je suis revenu a montreal pcq je suis la seule famille de mes parents 80 et 82 ans apres 12 ans vecu a l’etranger(dont 4 ans a HK 啊A.Talon) et des que cette raison n’existe plus , bye bye

    • ((2e tentative))

      “Les pays, c’est des conneries,
      ils n’existent que sur les cartes.
      les villes, elles, existent vraiment.”
      (Denis Guedj)

      Parlant de conneries…

      “Ce qui empêche les gens de vivre ensemble,
      c’est leur connerie, pas leurs différences.”
      (Anna Gavalda)

    • @ re3e 8h49
      Hong Kong n’a été qu’un village de pêcheurs jusqu’au XIXe siècle.

    • M. Codere , je crois que vous avez les conditions gagntes pour un referendum sur l’independance de l’ile de montreal …….. ca presse

    • Pour ceux qui n’avaient pas lu mon commentaire d’hier, alors que personne n’en a fait allusion, et que le Canada est un membre des Nations-Unies et qu’il doit respecter les conventions qu’il a signé à cet effet :

      ◄♦► Charte des Nations-Unies pour l’accessibilité des peuples à leur indépendance ◄♦►

      ARTICLE : 4

      Il sera mis fin à toute action armée et à toutes mesures de répression, de quelque sorte qu’elles soient, dirigées contre les peuples dépendants, pour permettre à ces peuples d’exercer ▬► pacifiquement et librement leur droit à l’indépendance complète, et l’intégrité de leur territoire national sera respectée.

    • ▬► l’ Article 4 de la Charte des Nations Unies, pour l’accessibilité des peuples à leur indépendance,

      met fin à toute discussion à ce sujet ici, sans aucune équivoque.

      Tout le reste n’est que de la bouillie pour les chats, désolé.

    • @liberaux-tete-de-veau

      c’est pour ca qu’on a eu 2 referendums

      1 parti oeuvrant ouvertement pour la separation du Quebec au Parlement Federal

      et le PQ

      aussi, faudrait s’entendre sur la definition du mot “peuple”

      une ethnie? une langue? des frontieres?

      c’est quoi pour vous un quebecois?

    • Bravo les fédéralistes, le Canada ne nous veut pas dans la constitution, mais nous Québécois ont dit c’est pas grave ont vas couché sur le balcon. Pourriez-vous me donner une petite doudoune pour me réchauffé… NON

    • Que croyez-vous que Coderre veut avec ses gros sabots. Une cité étât, ne veut rien savoir de ce que le reste de la province veut. Il est presque anti- province, donc anti-loi 101 – anti-charte et anti -pays. C’est un fédéraliste pur et dure. Il a toujours vécu sur cette vague.
      Le Québec est en décrépitude et lui veut encore l’enfoncer plus. BRAVO
      Mais quel pouvoir veut-il de plus ????

    • Les Sports et Loisirs, Chasse et pêche, le Tourisme, ça devrait être donné au municipale, c’est pas a un gouvernement provincial de s’occuper de ça.

    • Nos partis provinciaux, PQ, PLQ, CAQ, unanimes à réclamer toujours plus de pouvoirs d’Ottawa, invoquant sans cesse l’argument de proximité pour assurer plus d’efficacité dans les domaines de l’emploi et de l’immigration, des services sociaux, de l’éducation, du transport, refuseront absolument d’envisager la moindre dévolution vers nos deux grands centres urbains, en employant à leur tour les arguments d’Ottawa pour ne pas bouger.

    • Amusons-nous un peu: Montréal devient une Ville-Etat mais quelques arrondissements décident de se séparer de Montréal.À l’intérieur de ces mêmes arrondissements, 8 rues décident elles aussi de se séparer.J’exagère?Bien sûr,moi aussi j’aime bien rigoler.

    • @paul robert

      c’est pas parce qu’on ne veut pas d’un gouvernement au Quebec qui impose ses valeurs, que ca fait de nous un federaliste

      @teddybear
      vous demontrez par votre commentaire qu’il y trop de ministere – au provincial comme au federal. ministere du tourisme?? ca fait quoi dans une journee? ce type d’activite devrait etre gere par une association (une “guilde” on disait dans le temps) financee et geree a 100% par le prive. ce serait plus pertinent et le lien de communication serait direct avec les gens de cette industrie, et sauverait de l’argent aux contribuables. au mieux, si le gvt voudrait absolument s’impliquer, ce pourrait etre a coup de subventions octroyes par une petite equipe au ministere des finances – on met une part du budget, determine par un ratio du PIB de l’annee precedente.

      en fait, tous les budgets de tous les ministeres devraient etre fixes ainsi

      un budget fixe ne devrait plus exister en cette ere

      priorite a l’education, securite et sante. les autres ministeres se partagent ce qu’il reste, pas le droit de deficit

    • oops, “si le gvt voulait”, bien sur

    • oops, pas d’accents sur ce clavier…

      tous les budgets de tous les ministeres devraient etre fixes (accent aigu) ainsi

      un budget fixe (pas d’accent)

    • Le fait est que Montréal a largement souffert du mouvement sécessionniste. Par contre, M. Cardinal, il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. Ghyslain Picard, leader des Premières Nations du Québec et du Labrador a été on ne peut plus clair à 2 reprises depuis la venue de PKP dans l’arène politique, et la dernière fois vendredi dans une lettre ouverte. Les Premières Nations et leurs territoires ne seront pas liées par les résultats d’un référendum. En clair, si le Canada est divisible, le Québec l’est aussi. Voilà pourquoi toute volonté de référendum sur la sécession enclanchera une suite d’évènements dont Montréal sera la première à souffrir.

    • @ chabanel :

      Faites-vous donc plaisir et déménager en Ontario où n’importe où vous serez heureux. Ne perdez pas la seule vie que vous avez à vivre à vivre entourez de ce que vous considérez des quasi-talibans. Si le Québec ne correspond pas à vos valeurs et aspirations, c’est très légitime. Alors parter, sinon subissez. Personnellement, ce qui m’écœure du Québec, ce n’est pas le débat sur la souveraineté. C’est le gauchisme ambiant qui m’est insupportable et qui fait que le Québec est rendu à 250 milliards d’endettement. Et des gauchistes, qui sont l’immense majorité au Québec, il y’en a des souverainistes, des fédéralistes, des anglos, des francos et des immigrants. Pour moi, c’est très clair que gauchisme = socialisme = parasitisme = syndicalisme = corruption = pauvreté. PQ ou Libéraux, c’est essentiellement le même parti politique exception faite de la question nationale. Comme je vous disais, j’ai resté 5 ans à Toronto. Je suis de retour pour une situation d’urgence familiale. Aussitôt que c’est réglé, je m’en vais aux États-Unis. Le Québec, qu’il soit souverain ou province canadienne est voué à l’échec. Les problèmes qui l’accablent sont structurels et ça prendra des générations pour faire virer le vent de bord. Et avec un taux de décrochage de 50 % à Montréal, cette ville sera toujours de plus en plus pauvre parce que les générations futures seront soit sur le BS ou dans des emplis précaires. Vous voulez rester la dedans, vous qui n’aimez pas le Québec de toute évidence? Libre à vous.

    • @chabanel

      Un peuple: Ensemble d’êtres humains formant une communauté structurée, d’origine commune.
      http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/peuple/

      Les Montréalais sont LOIN de former un peuple.

    • Il n’y a pas seulement Montréal qui est contre l’indépendance de la province, la ville de Québec également. Les autoctones,eux, ne laisseront pas les sépératistes décider de leur sort. L’indépendance du Québec n’arrivera jamais sans ses deux plus grand régions et un encore plus grand non-officiel.

      Pour ce qui de l’anglais, les statistiques dissent le contraire si on est capable de séparer les citoyens et les toursites. Les Mario Beaulieu de ce monde ne comprennent pas que beaucoup de touristes viennent à Montréal. C’est alors normal qu’on retrouve le centre-ville 50-50 anglais-français. On est entouré de 300 millions d’anglophone, en plus de 6 milliards qui utilisent l’anglais comme langue international.

    • @sebastien24

      coudonc, savez vous lire?

      je dis dans mon commentaire de 10h53 qu’il y a trop de depenses au gvt

      il est clair que je tiens au Quebec – ce que j’avance est qu’il faut prendre notre sort en nos propres mains, ne pas se fier a un gvt pour determiner nos valeurs

      en tous cas, votre opinion semble etre deja fait. pis votre ton aggressif, gardez le pour vous

    • @imrahil

      definissez “structuree” et “commune”

      10 personnes auront 10 definitions differentes, si on demande de definir par rapport a Montreal, Quebec etc

    • @ kobayashi 12h37
      «…en plus de 6 milliards qui utilisent l’anglais comme langue international.»
      Six milliards d’êtres humains ont la langue anglaise comme langue commune. Sur une population totale de sept milliards? Eh bien, dites-donc! Pourquoi ne pas dire qu’il y a dix milliards d’anglophones sur Terre, tant qu’à y être…

      «English is spoken as a first language by around 375 million and as a second language by around 375 million speakers in the world (…) around 750 million people are believed to speak English as a foreign language» – site web du British Council
      http://www.britishcouncil.org/learning-faq-the-english-language.htm

    • @ chabanel
      Toujours pas répondu à mon commentaire de 22h47 hier soir? Si je vous ai brusqué dans ma réponse à votre dernier commentaire du billet précédent, je m’en excuse. Si cela n’a rien à voir, alors je vous suggère de vous livrer vous aussi à ce petit exercice («Qu’est ce je ferais si j’étais le maire de Montréal…») et de me faire par de vos idées. Vous rappelez-vous de la campagne publicitaire «Think Different!» d’Apple à la fin des années ‘90? C’était vraiment génial. «Think Different!» devrait être la devise officieuse de l’hôtel de ville. On dit que Montréal est une ville créative, alors cette créativité devrait aussi se retrouver au coeurs des décisions de l’administration municipale.

    • Monsieur Cardinal, je suis d’accord avec vous, soyons sérieux. Mais a bien y penser, si jamais il y avait un referendum et il passait, tout devient négociable et sur la table. Tout! Le rapport de force dicte sa propre loi, les frontières, les actifs et les passifs. Soyons bien conscient que nous devrons négocier et qui dit négociation dit compromis. Regardez la Crimée et la rapidité incroyable de renégocier les frontières comme au temps de la deuxième guerre mondiale. La communauté internationale est bien impuissante ou, ne veut pas s’en mêler sauf par des protestations bien timide et autant inutile.

      A bien y penser, votre question est très pertinente.

    • Monsieur Cardinal,
      Cessons de se mettre la tête dans le sable !
      Depuis des décennies, Montréal est sous le contrôle de l’establishment anglophone et d’une certaine ethnie ; les deux protègent leur «territoire» géographique et leur influence à l’Hôtel de Ville….

      L’une des plus belles villes en Amérique a été dépouillée de son «âme» et de sa force économique avec la complicité des dites personnes..
      «The Bank of Montreal» (faut le faire), a ses assises à Toronto ainsi que The Royal Bank, Air Canada, Bell Canada, Molson’s, etc…
      Que dire de l’Aéroport de Montréal qui a été «boycottée » afin de détourner le trafic aérien vers Toronto ?
      Ces gens (certaines ethnies et l’establishment anglophone) ont rendu Montréal ingouvernable avec la complicité de Jean Charest et Jean-Marc Fournier qui, pour s’attirer leurs votes lors des fusions-défusions», ont saboter la loi 170 …
      Rappelez-vous que Peter Trent devint l’opposant de Bourque après les réorganisations municipales québécoises de 2001. Le maire Bourque lance l’idée d’«une île, une ville» et reçoit l’appui des ministres provinciaux Louise Harel et Diane Lemieux qui votent la loi 170.
      Trent défend à l’opposé le principe de spécificité des banlieues montréalaises et leur caractère bilingue français-anglais. Il se rallie avec le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Montréal, Gérald Tremblay.
      Lorsque Tremblay est élu maire en novembre 2001 et que Jean Charest devient premier ministre du Québec en avril 2003, il devient possible de voter l’indépendance partielle de la ville de Westmount et des autres municipalités «sympathiques» aux Libéraux .
      Pour appuyer mes propos, vous n’avez qu’à visiter les sites internet des villes de Hampstead, , Baie d’Urfé, Kirkland, Montreal West ou encore Cote St-Luc dont le Maire Anthony Housefather est Secrétaire de l’Association des municipalités de banlieue (AMB)…
      Résultat du torpillage de la loi 170 ?
      Montréal est probablement la ville en Amérique possédant le plus grand nombre de maires et de conseillers municipaux protégeant chacun leur petit royaume aux frais et au détriment des contribuables !
      Pour le reste, Montréal a été prise en otage par la Mafia avec la complicité de Gery «j’ai rien vu » Tremblay ayant pour résultats des augmentations de taxes et des services aussi avariés que ses rues !
      Des compteurs d’eau à 300 Millions$ (contrats accordés aux amis du PLQ) ça vous dit quelque choses
      Que penser du Chef du SPVM Delorme (boy friend de Nathalie Normandeau) qui a confié à un mafieux Luigi Coretti (ami de Jacques Dupuis et Tomassi) SANS appel d’offres le service de sécurité de la police ; faut le faire !

      Et certains ont l’indécence de blâmer le PQ pour le «fiasco Montréal» ?
      Quelle honte !

    • @ sebastien24 11h56
      Si l’état joue un rôle aussi important au Québec, c’est pour compenser la faiblesse de sa démographie. C’est un phénomène qu’on retrouve dans tout les petits pays du monde occidental. Quant à ce que vous qualifiez de gauchisme, il fait bien pâle figure comparé aux régimes sociaux-démocrates européens. Si on le compare au capitalisme sauvage chinois ou au Texas de la famille Bush, alors là bien sûr…

    • ..@kobayashi,12h37: «…Les autoctones,eux, ne laisseront pas les sépératistes décider de leur sort…..»

      Ils préfèreraient donc s’en remettre à Ottawa et perpétuer la dépendance dans laquelle ce régime de souche britannique les a placés? Hébin!

      Quand on constate le sort que ce palier de gouvernement leur a réservé, je me demande pourquoi ils n’auraient pas le goût d’essayer autre chose.

      Et dans un Québec aux velléités indépendantistes et beaucoup plus sensible aux qu’en dira-t-on internationaux», ils auraient un levier pas mal plus puissant qu’avec le Fédéral. Entéka, moi à leur place je me dirais que n’importe quoi est mieux que le statu-quo fédéral avec sa vieille Loi sur les Indiens qui les a placées dans un état de servitude et de dépendance absolument innommables.

    • @ souverain, c’est toujours la faute des autres! La théorie du complot est toujours présente sans aucune nuances. C’est très édifiant comme discours.

    • @A.Talon

      Ne vous en faite pas, les commentaires de cet individu(Louisrichard) n’est que le reflet de son intelligence qui fait défaut… En passant Montréal n’est pas une province donc ne peut se séparer de quelque facon que se soit. De plus les problèmes montréalais sont du plus au ghetto qui se forme par une immigration sauvage. Pis si vous aimé tant l’anglais juste à déménagé dans le reste du cabada vous allez être tellement mieux.

    • @jeanfrancoiscouture

      Ce n’est pas mon opinion. Les autoctones ont toujours affirmer leur opposition contre le projet de l’indépendance du Québec. Le 14 mars dernier à l’assemblé des premières nations, Ghislain Picard a déclaré:

      ”Les membres des Premières Nations ne sont pas québécois et sont en mesure de décider de leur avenir…Il en va aussi de l’État avec lequel nous voulons entretenir des liens. Ce sera notre décision.”

    • La séparation de Montréal du reste du Québec serait la meilleure affaire. C’est presqu’une utopie mais ce serait mon désir. Montréal est centrée sur elle-même, ne s’intéresse pas au reste du Québec, se croit intéressante alors qu’elle est un poids pour tous les Québécois. Une grosse roche grise dans nos souliers. Elle est en décrépitude, pauvre, grise, sale, rongée par la corruption et les problèmes sociaux. Tous les problèmes d’identité viennent de Montréal. J’ai été solidaire de Montréal mais je ne le suis plus. Il y a des limites à être solidaire de gens qui se considèrent comme des Montréalais et non des Québécois.

    • @ iglou 14h56
      «Elle est en décrépitude, pauvre, grise, sale, rongée par la corruption et les problèmes sociaux.»
      J’ai toujours vécu à Montréal et cela ne correspond pas à la ville que je connais. On dirait une image fabriquée à partir du contenu des bulletins de nouvelles télévisés. Mais si vous me dite que Montréal a des problèmes plus gros et plus complexes que ceux de votre village, alors là je suis bien d’accord. Ce sont des problèmes typiques d’une métropole.

      En passant, j’espère que vous ne croyez pas que les gens fréquentant ce blogue sont représentatifs des Montréalais? Je ne connais personnellement aucun fédéraliste (anglos et francos réunis) en faveur d’un quelconque démembrement du Québec.

    • @ re3e MONTREALAISEFORPRESIDENT!!!!!

      http://www.youtube.com/watch?v=rY52vZXxo1M

      Anytime, Any Place, Anywhere ;-)

    • @yosemite85

      “Pis si vous aimé tant l’anglais juste à déménagé dans le reste du cabada vous allez être tellement mieux.”

      les anglais natifs du Quebec son chez eux

      ca vous dirait qu’on vous dise de demenager en Belgique ou au Senegal? Pourtant, ca parle francais…

      En tant que defendeur de la province et de la langue francaise, votre message passerait mieux si vous appreniez votre participe passe

      @iglou

      Dans quel “Shangri-La” du Quebec vivez vous? Il me semble que la province entiere est corrompue (la Cote-Nord a son Rambo, et a mon avis l’usine de beton annoncee de Port-Daniel (qui ne verra jamais le jour) est une forme de corruption electorale ehontee) et en decrepitude. Ceci etant dit, accordez nous le merite d’avoir le talent d’etre UNE roche dans plusieurs souliers

    • Bonjour A Talon

      Je vais vous avouer que j’ai tellement commente ces jours ci, que j’ai un peu perdu le fil de nos conversations…

      Cependant j’embarque sur un de vos derniers commentaires: pourquoi est-ce qu’une province peut se separer, mais pas une ville? Surtout que cette ville est une ile, alors facile delimiter les frontieres…

      Ca me fait penser – est-ce que les cours d’eau sont de la responsabilite federale? Il me semble que oui pour le fleuve… et la Back River? (ancien nom de la Riviere des Prairies, juste pour irriter ceux que ca irritera)

    • @montrealaise

      Belle chanson!

      Avec le scrtch scrtch scrtch en plus!

    • C’est parce que Montréal est déjà séparé du reste du Québec.

      D’un point de vue administratif, Montréal ne l’est pas. D’un point de vue pratique toutefois, oui Montréal l’est.

      Mais il n’empêche que c’est à Montréal, sur le mont Royal plus précisément, qu’on y retrouve la plus grosse croix de chemin du Québec. Séparé oui, mais si uni en même temps.

      Daniel Verret

    • @ chabanel 15h59
      «Cependant j’embarque sur un de vos derniers commentaires: pourquoi est-ce qu’une province peut se separer, mais pas une ville? Surtout que cette ville est une ile, alors facile delimiter les frontieres…»
      Ais-je bien parlé de ça? Peut-être faites vous référence à mon commentaire d’hier à 13h44? La réponse est très simple au plan légal: le Québec forme un ÉTAT avec un GOUVERNEMENT (ayant sa part de souveraineté) alors que les municipalités canadiennes ne sont que des palliers administratifs, complètes créatures des provinces qui sont libres de les créer, de les fusionner ou de les dissoudre à volonté. Pour autant que je sache, les lois internationales ne reconnaissent que le droit des ÉTATS (qu’ils soient colonies, provinces ou républiques fédérées) à l’indépendance. Avec plein respect de leur intégrité territoriale, soit dit-en passant.

      «…est-ce que les cours d’eau sont de la responsabilite federale?»
      Exact. Les frontières fluviales ou maritimes seraient les seules à négocier après une éventuelle indépendance. Pour tout dire, ces négociations pourraient s’étirer sur de nombreuses années. Cela ne devrait toutefois pas nous empêcher de vivre. Le Canada a encore, par exemple, quelques litiges à régler avec son voisin américain à ce sujet. En fait, c’est le cas de la plupart des pays ayant une façade maritime.

    • ..@kobayashi,14h50: «Ce n’est pas mon opinion.»

      Vous avez parfaitement le droit à votre opinion. Mais alors dois-je comprendre que les autochtones se satisfont de ce que la Confédération canadienne, donc Ottawa, leur a réservé comme sort? Dois-je aussi comprendre qu’ils espèrent que ce palier de gouvernement leur en ferait un meilleur advenant une (peu probable) indépendance du Québec?

      Bien entendu, «real politik» obligeant, il faut certes prévoir qu’Ottawa verrait à utiliser à son compte toute intervention autochtone dans ce dossier, tout comme ce fut le cas lors des siècles de colonisation au cours desquelles les alliances se faisaient et se défaisaient entre autochtones, Français et Britanniques.

      Ça n’est pas pour rien que, grosso modo, les descendants des alliés des Brits parlent anglais et que les descendants des alliés des Français parlent français.

    • Wouawww, ont est un peuple qui se tient

    • “Le snobisme, c’est une bulle de champagne qui hésite entre le rot et le pet”; Serge Gainsbourg. La bulle montréalaise n’hésite pas depuis longtemps quand il s’agit des concitoyens des autres villes de la province.C’est le pet bien senti.

    • @ souverain 14h00

      La certaine ethnie dont vous parlez, c’est bien celle qui pense qu’ils furent les seuls à avoir souffert dans l’histoire de l’humanité n’est pas? Et c’est bien cette même ethnie que les anglais refusaient d’admettre à la McGill University, aujourd’hui essentiellement financé par les contribuables francophones de tout le Québec

    • “Wouawww, ont est un peuple qui se tient”

      Je te tiens,
      Tu me tiens,
      Par la barbichette,

      Le premier
      De nous deux
      Qui rira
      Aura une tapette.

      Un, deux et trois croisons les bras
      Comme des p’tits soldats !

    • @ jeanfrancoiscouture (commentaire « 23 mars 2014 17h38 » ) :

      Vous avez écrit, en évoquant les nations autochtones d’Amérique du Nord :

      « Ça n’est pas pour rien que, grosso modo, les descendants des alliés des Brits parlent anglais et que les descendants des alliés des Français parlent français. »

      Votre énoncé simplifie de façon excessive la réalité des peuples autochtones qui ont déjà été les alliés ou les partenaires commerciaux des Français, pendant le régime colnial français (période de la Nouvelle-France).

      Hors du Québec, les descendants des Amérindiens qui ont un jour été les alliés des Français ou commercé avec eux s’expriment très majoritairement en anglais. Cela est vrai en Ontario et dans les plaines de l’Ouest canadien, et c’est aussi le cas aux États-Unis, dans l’axe fleuve Saint-Laurent-Grands lacs- fleuve Mississippi, et dans les plaines de l’Ouest des États-Unis.

      Un grand nombre d’Amérindiens de ces régions du Canada et des États-Unis portent des patronymes français (témoignage du métissage franco-indien des 17e, 18e et 19e siècles), mais très peu d’entre eux peuvent maintenant s’exprimer en français.

      Par ailleurs, au Québec, la plupart des francophones perçoivent probablement les Mohawks et tous les autres Iroquois comme des alliés des Anglais, alors que la réalité est beaucoup plus nuancée.

      Une bonne partie, voire même la majorité des Mohawks des environs immédiats de Montréal (Kahnawake, Kanesatake) et d’Akwesasne (réserve se trouvant au Québec, en Ontario et dans l’état de New York) sont les descendants des membres de la nation des Agniers qui ont été convertis au catholicisme par les missionnaires jésuites français dans la seconde moitié du 17e siècle. Ces Iroquois convertis sont devenus des « Indiens domiciliés » que les Français ont établis dans des villages de la vallée du Saint-Laurent et de la vallée de l’Outaouais, en partie afin de former un glacis de protection contre les invasions d’autres tribus iroquoises, et en partie parce que les autorités considéraient que la cohabitation permanente des « Sauvages » et des Français dans un établissement comme Montréal risquait de provoquer des problèmes d’ordre moral (en particulier l’abus d’alcool chez les Indiens, et les « comportements licencieux » dans les deux groupes).

      Ces Iroquois alliés des Français, de même que les Abénakis dont les descendants vivent maintenant à Odanak au Québec (ceux-ci sont majoritairement francophones) et à Swanton au Vermont (ceux-ci sont maintenant totalement anglophones), formaient aussi en quelque sorte les « commandos de forces spéciales » (pour employer une expression contemporaine) que les officiers français employaient régulièrement afin de terroriser les habitants des colonies britanniques de la côte atlantique et les empêcher de migrer à l’ouest et de former de nouvelles colonies sur les territoires réclamés par la France, en particulier au sud des lacs Ontario et Érié.

      Les « Iroquois domiciliés » (Mohawks) de la vallée du Saint-Laurent sont devenus les alliés des Anglais à la fin de la Guerre de Sept Ans, et cette alliance s’est renforcée lors de la Guerre d’indépendance des États-Unis (1776-1783) et lors de la Guerre de 1812, parce que les Britanniques ont de façon générale davantage respecté les droits traditionnels des membres des Six-Nations iroquoises, que ne l’ont fait les autorités politique de la jeune république des États-Unis. Cette forte alliance entre la Couronne britannique et les Six-Nations de l’ancienne Iroquoisie explique pourquoi un bon nombre d’Iroquois expulsés de leur territoire traditionnel de l’état de New York (région des Finger Lakes), après 1783, ont trouvé refuge dans le Haut-Canada (Ontario actuel), en particulier dans la région de Deseronto et dans la région de Brantford.

      En conclusion, il faut prendre garde de tirer des conclusions hâtives sur les anciennes alliances des nations autochtones d’Amérique du Nord, en se basant exclusivement sur la langue que les membres de ces nations parlent aujourd’hui…

    • ..@cotenord_7,23 mars 2014,22h06: «Vous avez écrit, en évoquant les nations autochtones d’Amérique du Nord :»

      Non. Pas ceux de toute l’Amérique du nord, ceux que l’on trouve maintenant au Québec et j’ai aussi utilisé l’expression «grosso modo» ce qui signifie justement que je ne globalisais pas. Bien sûr, j’aurais pu consulter ma bibliothèque personnelle et faire le tour de mes archives mais un blogue étant ce qu’il est, c’est à dire éphémère, j’ai juste voulu constater en ce jour ce qu’est la réalité post-Confédération et la sinistre Loi sur les Indiens et ses effets déplorables. Je n’ai jamais compris le refus des autochtones quand Jean Chrétien, alors ministre des Affaires du nord a tenté de les en débarrasser.

      Et merci pour la leçon relatant la chronologie des relations en question.

    • @ jeanfrancoiscouture (commentaire « 23 mars 2014 23h54 ») :

      Selon moi, la réticence d’un grand nombre d’Amérindiens à voir abolir la Loi sur les Indiens tient à au moins deux facteurs importants :

      a) Appréhension de voir disparaître les réserves indiennes, qui, malgré leurs défauts, représentent symboliquement la souveraineté des nations amérindiennes sur une portion des anciens territoires traditionnels amérindiens, et permettent aux Amérindiens de faire survivre certains aspects de leur ancienne culture (en particulier continuer à communiquer dans leur langue traditionnelle, dans plusieurs cas continuer à chasser, trapper et pêcher sans entrave, etc.). Les Amérindiens du Canada sont très conscients du fait qu’aux États-Unis, aux 18e et surtout au 19e siècles, le gouvernement de Washington a déraciné de nombreux Amérindiens sans leur reconnaître de droit territorial, et a souvent permis le morcellement de territoires qui avaient été concédés à certaines nations amérindiennes en vertu de traités officiels. Pourquoi les Amérindiens du Canada voudraient-ils qu’une telle situation se produise chez eux, si l’abolition de la Loi sur les Indiens entrainait l’abolition des réserves ?

      b) Appréhension de voir disparaître ce qu’on appelle communément « l’argent des Indiens », ces sommes importantes que versent l’état fédéral aux nations amérindiennes, et qui, du point de vue autochtone, sont la version contemporaine des « présents » que les colonisateurs français et britanniques donnaient aux Amérindiens, souvent en vertu d’un traité officiel, afin de pouvoir s’établir sur leur territoire traditionnel et d’y pratiquer des activités commerciales (traite des fourrures à une époque, établissement de chemins de fer à une autre, construction de barrages ou de mines à une autre, etc.).

      Passez une bonne journée !

    • @chabanel

      Vous pouvez bien rire de mon français écris puisque sur votre ile les trois quart du monde ne le parle même pas… De plus vous pouvez bien vous foutre de toute les régions c’est toujours bien eux avec leurs taxes et impôts qui payent vos infra-srtucture comme le stade et vos viaducs qui tombent en ruines puisque le PLQ vous volait l’argent qui y était destiné… Vive la Cabrada!

    • Avant de faire de Montréal une autre province, un autre pays ou une ville-nation, pourrait-on réparer les nids-de-poules et ramasser les déchets dans Côte-des-Neiges?

    • Certains blogueurs et plusieurs personnes de mon entourage parlent du recul du français à Montréal comme si c’était parole d’Évangile, une vérité absolue qui ne peut être contestée.
      C’est drôle, ces gens souvent n’habitent pas Montréal et ne se basent sur strictement rien d’autre que leurs préjugés et la propagande identitaire séparatiste pour faire ces affirmations. J’ai vécu toute ma vie à Montréal et je n’ai jamais remarqué aucune preuve concrète que ses habitants s’anglicisent, simplement pour répondre aux affirmations sans fondements des petits soldats péquistes de service.

    • @vénérable
      Les chiffres sont là pourtant. Lisez un peu plutot que de vous baser seulement sur votre expérience.

    • @ yosemite85 et gl000001

      Il faut faire attention lorsqu’on parle du recul du français à Montréal, puisque cette notion est biaisée. En réalité, si le nombre de personnes dont le français est la langue maternelle a légèrement chuté au cours des dernières années, on a également noté un recul des personnes dont la langue maternelle est l’anglais et on a en même temps noté une augmentation à Montréal de la proportion d’allophone dont la langue seconde est le français et dont les enfants parlent le français à la maison. Bref, lorsqu’on fait le calcul, en additionnant les francophones et les allophones dont la deuxième langue est le français, on n’assiste pas vraiment à un recul (et c’est d’ailleurs le constat des médias anglophones).

      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/363207/les-notions-piegees-de-recul-et-de-declin-du-francais

      @ yosemite85

      ” c’est toujours bien eux avec leurs taxes et impôts qui payent vos infra-srtucture comme le stade et vos viaducs qui tombent en ruines”

      Montréal apporte plus de 50% des recettes fiscales du Québec. Donc, ce que vous dites est évidemment faux, c’est plutôt le contraire.

    • Merci Larry999, c’est exactement le message que je voulais transmettre, mais il a été censuré. Je ne sais pas de combien de façon il va falloir l’expliquer, le concept du recul du français est un mythe qui nourrit les aspirations nationalistes de nombreux québécois, mais qui fait fi des faits statistiques et historiques.

    • @Fritz2
      Bien dit! On peut tergiverser et pelleter des nuages a coup de concepts politiques eternellement, ce qu’il nous faut est du concret aujourd’hui.

      @yosemite85
      Je n’ai pas rit de votre francais. Par contre ca me saute aux yeux qu’un auto-proclamé défendeur du francais fasse des erreurs aussi basiques. Et en fait, ca demontre que la cible ne devrait pas etre de reduire la presence de l’anglais, mais plutot de d’ameliorer la francais chez ceux qui le parlent deja.

      gl000001 nous parle de chiffres… je n’ai pas de source a fournir, mais j’ai souvent lu qu’il a été démontré que chez francophones du Quebec, la maitrise du francais est plus grande chez ceux qui ont une bonne maitrise de l’anglais.

      @gl000001
      Et qui sont ces anglophones du centre ville? Et pourquoi ces chiffres ont-ils augmenté?

      Les chiffres peuvent etre facilement trompeurs. Ou du moins, ne racontent pas tout l’histoire. Par exemple: les 45,000 emplois créés ces 18 derniers mois, sont des postes a temps partiel. Marois n’a pas specifié cette particularité… Cependant les 40,000 postes perdus sous son regne etaient a temps plein. Elle n’a pas specifie non plus a ce niveau (les chiffres je mentionne sont de memoire, et approximatifs)

      McGill, et Concordia en particulier, ont pris enormement d’expansion ces dernieres années. Une manne pour Montreal, ces 2 institutions. Le nouveau campus de Concordia au coin de Guy est superbe, d’ailleurs. Il est donc normal qu’il y aie une augmentation de residents anglophones, si ce n’est que pour l’arrivee des nouveaux etudiants, profs (et leurs familles) additionels etc.

      Comme le mentionne un intervenant plus haut, il y a aussi beaucoup de touristes en ville – il y a eu plusieurs nouveaux hotels de construits ces dernieres années. Le Vieux Montreal a complètement changé en 10-15 ans. C’etait mort en 2000 le Vieux, et pas un peu – aujourd’hui c’est un vertitable quartier en soi.

      Il est reconnu que Montreal attire une grande quantité de congrès, un leader a ce niveau sur le continent. Encore, ca fait beau d’anglos.

      Il ne faudrait toujours pas considérer que les etudiants etrangers, touristes et congressistes sont une menace pour le pauvre petit francais de Montreal, non? Nous ne sommes pas rendus mauviettes a ce point la, j’espère?

    • @sebastien24 23 mars 19h49
      En effet, les mêmes que lors du référendum de 1995, grands amis du PLQ !
      Exemple ?
      David Birnbaum : (candidat du PLQ)
      -directeur général de l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec depuis 2004-
      -ex journaliste au journal The Gazette…
      -ex directeur général d’Alliance Québec ( spécialistes du Québec bashing)
      -ex directeur général du Congrès juif canadien (région du Québec)

      Michael Applebaum :
      Arrêté par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui fait face à 14 chefs d’accusation de fraude envers le gouvernement, de complot, d’abus de confiance et d’actes de corruption dans les affaires municipales reliés à des transactions immobilières survenues alors qu’il était maire de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce
      Ces bonnes gens ayant assurément (sic) à cœur le développement économique et la sauvegarde du cachet francophone de Montréal….
      Doit-on passer sous silence le refus de «certaines ethnies» qui prétendent s’intégrer(sic) à la «communauté francophone» et qui , lors du changement d’appellation de l’ancien boulevard Dorchester pour celui de boulevard René Lévesque, se sont assurées que leur «territoire» ne soit pas «contaminé» en refusant le prolongement dudit boulevard pour garder l’appellation de Dorchester à l’ouest d’Atwater… ?
      Que dire de la combine Bronfman-Molson-Charest-Bell pour s’assurer que le duo Québécois francophones PKP-Angelil ne mette la main sur le CH ?
      Et voilà C.Q.F.D.

    • @yosemite85

      Encore le mythe des régions qui paient pour Montréal…

      Vous êtes la raison pour laquelle il y a un fort ressentiment à Montréal envers les régions.
      Non seulement Montréal fait vivre les régions mais Montréal ne reçoit aucune reconnaissance et que sous prétexte que toute opinion est bonne à dire dans notre société malade, l’ignorant s’exprime avec joie en disant que les régions font vivre Montréal.

    • Le problème n’existera pas si les Libéraux de Charest n’auront pas permis les defusions. Montréal pour être une vraie Métropole doit insister pour une ile et une Ville, la recette de Toronto fonctionne très bien. J’espère qu’un gouvernement majoritaire, soit PQ ou PLQ se fera une priorité de fusionner de nouveau tous les municipalités de l’ile sous le chapeau de Montréal. Une fois une ile une ville réussit, Montréal aurait le pouvoir de faire des demandes à Québec, en attendant c’est une ville comme les autres.
      Et ceux qui rêve d’une séparation d’une partie de l’ile de Montréal en cas d’indépendance, c’est un couteau à deux tranche. Il y a des ville francophone le long des frontières du Québec et l’Ontario qui en voudront profiter de se faire rattacher au Québec, et puis il a l’Acadie qui qui s’épanouira bien mieux rattacher au Québec, et j’en passe.

    • @souverain

      yawn… baillement….

      Ce sont les mechants anglais et sionistes qui ont maintenu que le boulevard Laurentien ne change pour Marcel-Laurin que dans l’arrondissement de Ville St-Laurent? Il n’y a qu’un petit tronçon qui se nomme toujours Laurentien, entre Salaberry et le pont Lachapelle

      La rue St-Antoine a la limite nord du Vieux Montreal se nommait plutot Craig Street… de 1799 a 1976. Il me semble qu’une ethnie qui est ici depuis 1799 est pas mal chez eux, non?

      Ca vous tenterait, vous, qu’on vous impose des changements dans votre vie? Il me semble que dans ce temps la, on tient aux plus petits details.

      Pour ce qui est des magouilles de politiciens, comme on! Oui les Libéraux ont ete bandits et stupides. Mais croyez vous sincerement que le PQ n’a pas fait de meme?

      La Caisse de Depot a fait de l’ingerence a plusieurs reprises sous le regne du PQ, la Gaspesia est l’exemple le plus marquant, et il ne faut surtout pas oublier le cadeau fait a Quebecor pour qu’il puisse acheter Videtron de Chagnon. Que serait Quebecor aujourd’hui sans Videotron? Que serait PKP? Quebecor n’aurait peut-etre meme pas survécu au retentissant echec de Quebecor World. Investir massivement dans l’imprimerie en plein boom de l’age du courriel et de l’internet… Si c’est ca le flair du futur Ministre des Finances que nous propose le PQ, ouf

      Vous trouvez qu’il y a eu ingerence de la part de Bronfman-Molson-Charest-Bell par rapport au CH pour empecher les francos Angelil-Dion? les noms Molson, Charest et Bell sont au Quebec depuis des siecles, et Bronfman c’est quoi, 3 ou 4 generations?

      Angelil c’est libanais d’origine je crois? 3 ou 4 generations au max, je presume. Pas le pur laine que vous cherchiez pour demontrer votre point…

      Si je mentionne tout ca, ce n’est pas en tant que tel pour descendre le PQ, mais pour vous demontrer qu’il ne lave pas plus blanc que les mechants Liberaux.

      PS. quel est votre opinion de PKP, sachant que Brain Mulroney est parrain d’un de ses enfants? On dirait que les hauts-placés de notre société donnent un show devant la plèbe, et derrière les portes font tous partie de la meme gang.

      Parizeau et Beaudoin qui passent plus de temps en France qu’ici. Depuis qu’ils ont inventé le depot direct, plus beoin d’envoyer qqu’un a la banque pour eux pour deposer leur cheques de pensions

      Si vous pensez sincerement que la PQ est la pour defendre nos interets… ils sortent leurs histoires de peur pour gagner l’election et ensuite pouvoir donner des contrats a leurs amis (ou a leurs propres cies, allo PKP), le salaire, la limousine et “la gloire”. Regler les problemes de la province est le dernier de leurs soucis.

    • @ -alexandre-, larry999 et yosemite85
      Poids économique réel de Montréal au Québec:

      POPULATION (2010):
      «Avec ses 1 906 811 habitants en 2009, Montréal représente 24,4 % de la population québécoise.»
      ÉCONOMIE (2008):
      «En 2008, le produit intérieur brut (PIB) au prix de base (en $ courants) s’élève à  99 297,5 M$ dans la région de Montréal, soit 35,1 % du PIB du Québec (283 217 M$).
      Le PIB par emploi, une approximation de la productivité du travail, s’élevait à 81 474 $ en 2006 à Montréal, comparativement à 77 678 $ pour l’ensemble du Québec. La productivité de Montréal serait ainsi supérieure à celle du Québec»
      CONCLUSION:
      Montréal ne vit pas aux crochets du reste du Québec.

      http://www.dec-ced.gc.ca/fra/publications/economiques/profil/idm/218/index.html

    • N.B.: Mon commentaire de 14h30 porte sur l’ensemble de l’île de Montréal.

    • @chabanel 24 mars 14h02
      Votre piètre argumentation pour justifier l’«empoisonnement» de Montréal confirme que vous n’en n’avez RIEN à cirer des intérêts de Montréal…
      Je constate que vous avez forcément des intérêts à défendre ceux qui, tel que CONFIRMÉS par la CEIC, vous assurent un avenir PERSONNEL prospère au détriment du bien du plus grand nombre !
      Belle mentalité d’exploitant !

    • A tous ceux qui me dénigre bien dite moi donc d’où vienne les richesses que vous exploitez??? Des régions peut-être! Si les salaires à Montréal son si élevé c’est au détriment de ceux qu’on offre dans les régions pour aller chercher la ressource première que vous avez de besoin. De plus je n’est aucun ressentiment contre les gens de Montréal encore faut-il avoir un certain respect que se blogue et certaines personnes sur ce blogue non pas et je m’inclue dans le lot.

    • @ souverain 14h40
      Pas d’attaques personnelles, SVP. M. «chabanel» n’a rien d’un exploiteur. Il travaille bien humblement dans l’industrie du vêtement. Je crois que vous prenez les choses vraiment trop à coeur sur ces blogues. Rappelez-vous que les gens qui les fréquentent sont loin d’être représentatifs de la société. Et il est possible que certains d’entre eux n’aient même aucune existence réelle.

    • @ yosemite85 14h53
      Rangez vos gants de boxe, SVP. La réalité, c’est que les deux parties (Montréal & régions) sont totalement inter-dépendantes et étroitement imbriquées l’une dans l’autre. Que ce soit aux plans économique, culturel, historique ou familial.

    • Souverain DMD, que vous êtes lassant à la longue mon ami. C’est vraiment n’importe quoi, à partir des propos tenus par des intervenants vous tentez de déduire des informations personnelles sur eux sans aucun fondement, sans aucun faits. Vous dénigrez l’argumentation des autres, mais vous raisonnez comme un SDMD.

    • @ yosemite85

      La richesse à Mtl ne se fait pas au détriment des régions. Quand Mtl est prospère, c’est tout le Québec qui en profite et quand Montréal en arrache, c’est tout le Québec qui en souffre.

    • Pas de naïveté SVP. Depuis 1995, à mon humble connaissance, le PLC travaille à faire de Montréal la Crimée du Canada.
      À l’époque, le cabinet de Paul Martin avait amorcé la stratégie du PLC. Benoît Labonté aurait dû devenir le porteur de ballon. Départ du cabinet du PM, cheminement à travers les instances de la CCMM, création de son Parti politique. La démarche était discrète (low profile). Malheureusement les choses ont mal tourné pour lui.
      Maintenant, on nous envoie un poids lourd du Parti. Mais n’oublions pas les factions Martin-Chrétien, à l’intérieur du PLC. On a donc vu s’inviter dans la campagne électorale de Montréal, tout à coup, une parfaite inconnue du grand public mais profondément ancrée dans l’autre camp du PLC: Mélanie Joly. La lutte est bien enclenchée, longuement planifiée, entre eux et avec nous.
      Monsieur Coderre s’est mis en devoir très rapidement de mobiliser non seulement toutes les forces de l’île de Montréal autour de lui, mais aussi toutes celles de la province autour de Montréal. Marketing relationnel exemplaire, plan clair, passage à l’action rapide.
      Aucune résistance puisque c’est exactement ce que la province recherche depuis 40 ans.
      Souvenez-vous du Québec Inc. implantant ses sièges sociaux au coeur de la métropole et ses usines dans les régions. Les investissements massifs pour donner à Québec son visage de capitale. La résistance de l’establishment montréalais n’a jamais permis de faire de Montréal le moteur puissant de l’économie dont nous rêvons.
      Si la symbiose s’opère, ce ne sera pas d’abord pour nous donner un levier avec Ottawa mais bien plutôt pour donner à Ottawa un levier de négociation avec le Québec hors Montréal. Le Québec sans la force économique de Montréal redeviendra rural, peu viable par lui-même, peut-être. À moins que mon père n’ait été un visionnaire lorsqu’il disait que nous recommencerions bien petits et que nous deviendrions très forts. Toutes les grandes places financières de l’histoire ont dû leur épanouissement à l’autonomie alimentaire environnante : Venise, Amsterdam, Paris, Londres, New York, Los Angeles et pourquoi pas Montréal!
      À moins que le ROC ne tourne définitivement à droite, que le PLC n’est plus d’espoir de reprendre le pouvoir avant longtemps. Je ne crois pas qu’ils aient la patience de siéger dans l’opposition pour des générations comme l’ont fait les conservateurs.
      Le cri du coeur de Justin, il y a quelques années, pourrait devenir un cri de rassemblement. Prudence. Couteau à double tranchants.

    • @A,Talon et larry999

      J’achète vos derniers commentaire, les québécois non rien à gagner d’être divisé tout cela fait juste donné raison a ceux qui profite de nos division.

    • Je seconde les messages rassembleurs de A Talon et yosemite85

      Ce n’est pas entre nous qu’il faille se chicaner, mais contre ceux qui sont payés pour gerer la province, et ne font pas leur jobs

      Il y a toujours des conflits quand il commence a manquer d’argent. Que ce soit entre amis, famille ou en couple. Alors imaginons quand de purs inconnus doivent conjuguer…

      Le probleme au Quebec est bien simple, et je vais citer Pierre Péladeau (le père – desole je n’ai pas de source a fournir pour la citation) pour la solution:

      “c’est bien simple, il faut couper les depenses et augmenter les revenus”

      Quand il y a de l’argent pour tout le monde, c’est drole mais il n’y a plus de chicanes… et les grands principes proclamés le poing levé (aucune reference a PKP) s’adoucissent drastiquement

    • @sauvonslequebec

    • @sauvonslequebec
      Allons donc M. le sauveur… Montréal n’est pas comme toutes les villes du Québec, qui elles sont à majorité francophone et blanche… Montréal est une métropole de calibre mondial. On est pas à St-Hypolite…Arrêtez donc de faire des comparaisons qui n’ont pas d’allure.
      Même Paris a des affichages en anglais, et pourtant, on y retrouve pas la population d’anglophones qui vit à Montréal, population qui ne disparaîtra pas sous un tapis parce que vous en avez décidé autrement.

      Dans ces circonstances (qui sont une richesse) Montréal gère assez bien la situation du français qui, je vous le rappelle, est loin d’être une langue morte.

      Après ça, ça vient accuser les fédéralistes de mener des campagnes de peur…

    • @souverain
      au moins je donne un argument, meme s’il est “pietre”

      vous ne donnez aucun argument, sauf des theories de complot et des suppositions completement abracadabrantes

      je ne sais pas a quoi font references les lettres C.Q.F.D, ni CEIC

      Definissez “exploitant”, et “exploité” tant qu’a y etre

      je vous suggère ce point de depart: toute situation n’est que rapport de force.

      Ca ne veut pas dire qu’il faille user de sa force et d’imposer son desir… sauf que le seul fait que le rapport de force existe change l’approche d’un des intervenants, et aussi la facon que l’autre intervenant percoive l’intention

      Auterment dit, desfois, on se croit exploité, mais c’est juste dans notre tete…

    • @chabanel
      “Le Vieux était mort en 2000.” Héhé. Comment croire a rien de ce que vous dites quand vous dites des énormités pareilles ?

      @larry999
      Je ne suis pas spécialiste de la question mais les gens qui ont fait les études l’étaient. Je vais prendre leur opinion avant la votre, merci.

    • @ gl000001

      Je ne vous ai pas présenté mon opinion, mais cet article, qui a plus de poids que votre opinion.

      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/363207/les-notions-piegees-de-recul-et-de-declin-du-francais

    • @ gl000001

      Vous avez une drôle d’attitude. On dirait que dès qu’on ne tombe pas dans le discours pessimiste sur Montréal, on vous est automatiquement antipathique.

    • @larry999
      En effet. Le discours des pessimistes n’est pas réaliste. Pas plus que celui des jovialistes qui pensent que tout est beau. On vit dans un des pays les plus avancés au monde quand même. Les extrémistes ont la facheuse manie de prendre les pires arguments en leur faveur (!) et escamoter les autres.

      J’ai déja fait référence ici à une étude d’une université Suisse qui disait que le Canada était parmi les 10 meilleurs endroits pour y vivre. Je me suis fait ramasser par plein de gens qui disaient que ce n’était pas réaliste. Les critères n’étaient pas objectifs … et le pire, l’université était “partisane” !!! Quel intéret pour des suisses de monter le Canada plus qu’un autre pays.

      Les gens pessimistes vont toujours trouver des arguments pessimistes pour se justifier. On peut vouloir changer les choses sans tout croire que tout est nul.

    • @A.Talon

      Êtes-vous déjà sorti de Montréal si vous ne la trouvez pas grise? Comme beaucoup de montréalais qui n’ont jamais mis les pieds hors de leur île… De la couleur, de la blancheur, de la propreté, de la richesse, voilà ce qui manque à votre île.

      Si vous aimez le béton, la grisaille, la saleté, les déchets, la pauvreté, tant mieux pour vous. Tant qu’on n’a pas connu mieux, on s’habitue à la misère. Moi je préfère la Beauté.

    • @iglou
      Etes-vous allé dans d’autres grandes villes ? Toutes les grandes villes nord-américaines sont plus ou moins pareilles. Montréal n’est pas vraiement pire.

    • Le reste du Québec serait beaucoup plus fort économiquement si l’Île de Montréal devenait la 11e province du Canada. Nous serions débarrasser de se boulet économique très dur à trainer.

    • Hahaha petitvieux2009, très bonne blague! Vous pourriez retourner à l’époque de la Grande Noirceur de Duplessis avec une économie basée sur l’agriculture de subsistance. Ça c’est payant!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité