Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 22 février 2014 | Mise en ligne à 7h48 | Commenter Commentaires (45)

    Recouvrement: Bergeron et Drapeau, même combat…

    210105-jean-drapeau-octobre-1970-10

    On a salué le travail abattu en 100 jours par Denis Coderre, mais on devrait en faire autant pour Richard Bergeron.

    Voilà un chef de l’opposition qui ne se contente pas de s’opposer, ce qu’il a prouvé une fois de plus, hier, en acceptant de travailler aux côtés du maire afin de piloter le dossier du recouvrement partiel de l’autoroute Ville-Marie.

    L’idée est venue d’abord dans les bureaux de Projet Montréal. On a pensé interpeler publiquement l’administration sur le recouvrement lors du conseil municipal de janvier, jusqu’à ce qu’une élue suggère plutôt, vu l’importance de l’enjeu, de rendre visite au maire, en privé, afin qu’il s’approprie ce dossier.

    Fin janvier, Richard Bergeron a donc rencontré le maire Coderre qui, avant même que le sujet soit évoqué, lui a lancé : «faut que je te parle, je veux te donner un mandat… celui de piloter le recouvrement de l’autoroute Ville-Marie.»

    Trop beau pour être vrai? Les deux confirment, en tout cas.

    Et d’une façon ou d’une autre, le résultat est inspirant : les deux «pitbulls», pour reprendre l’expression du maire, tenteront de donner au projet l’impulsion politique qu’il a manqué ces… 30 dernières années!

    On l’oublie, mais déjà, en 1985, le gouvernement péquiste de René Lévesque avait envisagé de procéder à la cicatrisation de cette horrible plaie, avant de perdre les élections la même année.

    Cette décision faisait suite à une visite du premier ministre, deux ans plus tôt, à l’hôtel de ville de Montréal. Le maire Jean Drapeau avait alors profité de cette rencontre pour tirer M. Lévesque par la manche jusqu’à la terrasse nord de l’édifice.

    Sur place, il lui avait fait découvrir le magnifique panorama, avant de lui montrer du doigt le gouffre que représentait l’autoroute.

    De retour à Québec, M. Lévesque avait mis sur pied un comité interministériel, lequel avait accouché en 1985 d’un rapport qui recommandait le recouvrement entre le Palais des congrès et la rue Sanguinet, la construction d’édifices ainsi que l’établissement d’un pôle d’attraction liant la vieille à la nouvelle ville.

    Le coût à l’époque: 12 millions.

    Bon, ça coûtera un peu plus cher que ça, et la portion maintenant envisagée ne s’étire que de Sanguinet à Hôtel-de-ville. N’empêche, la pertinence des travaux n’a fait que croître depuis. Et Montréal se retrouve encore une fois dans la position d’avoir à convaincre Québec.

    Hier, en effet, il n’a fallu que quelques minutes après la conférence de presse du tandem Coderre-Bergeron pour que le cabinet du ministre Gaudreault ferme la porte au projet. «Les coûts qui y seraient associés sont trop élevés dans le contexte actuel», a-t-on répondu.

    Peut-être. Mais la réponse est un peu trop rapide, à mon avis.

    D’abord, on parle ici d’un recouvrement qui fait à peine deux pâtés de maisons. Ensuite, on veut en faire un legs du 375e au moment où Québec se dit prêt à en financer certains. Et enfin, il s’agit d’un complément naturel aux travaux du CHUM et du CRCHUM, qui feront converger dans ce secteur entourant la station Champ-de-Mars pas moins de 16 000 personnes par jour.

    Une idée pour M. Bergeron: profiter de la campagne électorale à Québec pour imiter Jean Drapeau et inviter les chefs de parti sur la terrasse de l’hôtel de ville.

    Une idée à envisager, selon vous? Le projet en vaut l’investissement?


    • Avec tous ces pitbulls à Montréal, Régis a l’air d’un petit roquet maintenant.

    • Comparer Drapeau et Bergeron sur le recouvrement de Ville-Marie, ça va.

      Mais comparer Drapeau et Bergeron dans son ensemble est une aberration.

      Drapeau a défiguré une partie du centre-ville de Montréal et voulait raser le Vieux-Montréal.

      Pour ce qui de la cicatrice de Ville-Marie, je suis très heureux que Bergeron participe à l’embellissement de Montréal.

      En ce qui concerne cette cicatrice qui fut partiellement couverte sous Lévesque pour former le Square Viger, il y a beaucoup à faire.

      Pour commencer, je propose de démolir les structures de béton du Square et raser les murets des deux parties du Square tout en gardant les oeuvres de Daudelin et théberge.

    • Probablement une bonne idée de regarder tout ça de la terrasse! Mais au-delà du résultat du lobbying, ce que je trouve déjà fantastique c’est de voir Coderre profiter de l’expertise de Bergeron! Et l’entendre féliciter Bergeron pour son argumentation quant au trou dans la loi relative au rôle qui incombera à Monsieur Gallant. Je rêvais sans trop y croire de voir les forces s’additionner au lieu de se nuire à Montréal. Bravo!!!! Espérons que la bonne volonté l’emportera encore longtemps sur la partisanerie!

    • … Québec a déjà dit non. Mais Québec n’a eu pourtant aucun problème à faire 2 milliards de promesses en 44 jours (dixit la une de La Presse de ce matin). Ça l’air qu’on dit oui dans ce millénaire seulement quand c’est le maire de Québec qui le demande…

      Et je trouve ça positif que Coderre et Bergeron veulent traviller ensemble là-dessus. Faut le souligner avec raison.

    • Moi qui pensait que Richard Bergeron s’était partit une compagnie de recouvrement…

    • Je félicite M. Coderre de rassembler les forces en place et changer la perception de Montréal. On doit apprendre à aimer notre ville, car elle est belle et divertissante. Un grand pas et une vision positive pour le futur. C’est Labeaume qui perd sa place et qui va en faire de l’urticaire. Trop drôle.

    • Merci messieurs Coderre et Bergeron.

      C’est beau de voir nos élus travailler ensemble pour le bien de notre ville.

    • @pour-le-dire,

      Coderre est fin renard en politique sous ses airs lourdeaux. Il sait très bien que plusieurs dossiers sont bien mieux maîtrisés par ses adversaires qui en connaissent les détails. Au lieu de tenter de faire les choses de son côté pour ensuite se faire reprocher tous ces détails qu’il ignore, il a préféré bénéficier de ceux qui pourraient le critiquer. Politiquement, c’est un coup de maître qu’il vient de faire là, peu importe l’issue du projet. Bergeron ne pourra rien lui reprocher, il ne pourra même pas dire que Coderre est insensible à l’urbanisme, etc. Et sérieusement, Bergeron n’avait pas vraiment sa place comme maire, Coderre lui confie un dossier d’urbanisme pour un urbaniste, que demander de plus?

      Il est allé chercher le meilleur gars possible avec Marcel Côté pour la réforme administrative et le meilleur urbaniste possible pour le dossier Ville-Marie. Je ne serais pas étonner de voir Bergeron larguer Projet Montréal dans 2 ans maintenant qu’il a un poste où il peut concrêtement faire la différence au lieu d’être confiné au rôle de braillard en chef.

    • Je croyais qu` il y avait beaucoup plus de priorités plus urgentes que celle là mais je ne suis pas certain que l`administration a le chemin libre pour faire quoi que ce soit d`autre et encore…ce projet là n`est pas fait encore.

      Bonne chose pour monsieur Coderre d`utiliser les ressources déja en place parce que ca va les concentrer en énergies positives plutôt que de les confiner à un role de chialeuses légitimées par une élection.

      Mais pour la conparaison avec Drapeau on repassera hein? Bergeron n`a tellement pas l`envergure ni la vision de l`ancien maire. De toute facon il m`apparaissait évident avec la nouvelle équipe en place que Bergeron n`avait aucune autre option que de se rallier ou de se tasser définitivement mais bon, ce ne sera pas le premier vieux politicien que Coderre aura recyclé…

      Morale de l`histoire Coderre en a vus d`autres mais Bergeron lui ne l`aura jamais vu venir.

    • Le lobby du béton fait du bon travail
      en passant monsieur Cardinal voulez- vous devenir président de la STM ?
      Coderre en habile politicien savait que le PQ refuserait; conne d’habitude il fait son spectacle et vous embarquez dans cela; misère changez de discours
      il me semble que Montréal mérite plus que des blogues à la gloire de Coderre
      Notre bon maire me fait penser à Néron; Rome brulait et il jouait de la harpe

    • Excellente idée de M. Coderre. Que le ministre Gaudreault ait fermé la porte à ce projet , pas surprenant, ce gouvernement déteste Montréal (trop de femmes voilées sans doute ).
      Et moi si je serai Coderre (ou Richard Bergeron) , j’engagerai des architectes et urbanistes chinois pour extensionner le chinatown qui étouffe dans son minuscule espace.
      Mais ça aussi ce sera vu d’un mauvais oeil par ce gouvernement péquiste…un projet piloté par des chinois….werk!

    • POSITIF: Il était drôlement temps de remettre sur les rails l’élimination de cette hideuse cicatrice. Pour y parvenir, les deux «pitbulls» auraient avantage à créer au plus tôt une vaste coalition regroupant des leaders de tout les milieux. Il y a un demi-siècle d’inertie à vaincre dans ce dossier.
      NÉGATIF: Coderre a trouvé moyen de neutraliser ce qui reste d’opposition en mettant Bergeron dans sa petite poche avec cette histoire d’autoroute. Rappellons-nous de l’année où Bergeron avait été membre du comité exécutif de Tremblay. Ça l’avait complètement muselé.

    • Le MTQ n’a pas les droits aériens sur les ouvrages de l’autoroute Ville-Marie.

      Même si le MTQ refuse le recouvrement, la ville peut toujours précéder.

      Le MTQ peut toujours faire une requête d’injonction contre la ville pour interdire le recouvrement de Ville-Marie et démolir la sortie St-Laurent de l’autoroute mais aucun juge n’accordera un droit préférentiel au MTQ sur ce qui donne sur la ville de Montréal.

      Il est toutefois intéressant que ce qui a été recouvert de Ville-Marie donne dans une circonscription péquiste.

      Ce qui est à l’ouest de Sanguinet est à la limite exacte de la circonscription et n’est pas péquiste.

    • @ Gabriel50, 10h05

      Gabriel50, l’autoroute Ville-Marie est une brèche en plein centre-ville. Recouvrir cette portion est une très bonne idée, c’est même essentiel. Pas besoin d’une maitrise en urbanisme pour s’en rendre compte.
      Vos dites: ” le lobby du béton fait du bon travail. ” Gabriel50, quel matériau vas t’on utiliser pour soutenir tout cela? Avec de la pâte à modeler ?
      Pour une fois qu’on a un maire qui agit, dites-moi les erreurs que Coderre a fait depuis son arrivée .
      Vos critiques, envoyez-les à ce gouvernement péquiste qui met de façon systématique des bâtons dans les roues à Montréal . Ils sont où les alliés de Montréal dans ce gouvernement ? Nommez m’en un seul ministre qui parle haut et fort pour Montréal.
      Et oui, M. Coderre fait de la politique…il joue la game , as-t’il le choix ?

    • Bon tout est de la faute des méchants péquistes…..c’est vrai que les Libéraux eux ont fait beaucoup de chose pour la Métropole dans les 10 dernières années!!!

    • Le 27 juin 2013 je parlais d’aller chercher les compétences là où elles se trouvent, peu importe les partis politiques. C’était en réponse à votre “Le perdant de la course: non, ce n’est pas Coderre…” lors de l’élection de Blanchard comme maire intérimaire.
      - – -
      Juin 2013
      Je ne vois pas de perdant à cette élection du maire par intérim. Sincèrement. On voit un peu mieux les forces en présence et les coalitions possibles.

      Le beau Harout s’en est honorablement bien tiré. C’était mon candidat chouchou. Depuis le départ de Gérald Tremblay je l’ai beaucoup observé et il est compétent. Il est remarquable. Tout comme Blanchard que je découvre maintenant est remarquable.

      S’il fallait absolument trouver un perdant, ce serait le fait qu’il se crée actuellement deux blocs au conseil municipal qui tentent à devenir étanches: l’Équipe Coderre et tous les autres.

      Dès octobre 2009, j’écrivais dans les blogues de La Presse que je souhaitais un NON-gaspillage des talents de nos différents élus à la Ville de Montréal. Je parlais d’un triumvirat souhaitable :

      [Si Québec solidaire fonctionne à 2 têtes, un Triumvirat à Montréal aurait été possible et productif.]

      et de la nomination de non-élus aux plus hauts postes s’il le faut:

      [Rien n’empêche un gouvernement de nommer un non-élu à une haute fonction. Cela s’est vu à Québec et à Ottawa; on a nommé “ministres” des personnes qui ne se sont pas présentées aux élections et qui, parfois, ne sont membres d’aucun parti politique. C’est leur grande expertise qu’on va chercher.

      Je crois qu’une grande ville comme Montréal doit mettre de côté les étiquettes politiques, SURTOUT les histoires de (non) souverainistes, et nommer aux grandes fonctions selon l’expertise de chacun.]

      Irez-vous voter? (Patrick Lagacé, octobre 2009):
      http://blogues.lapresse.ca/lagace/2009/10/26/irez-vous-voter/

      Où est Gérald Tremblay? Il est partout… (André Pratte, novembre 2009)
      http://blogues.lapresse.ca/edito/2009/11/17/ou-est-gerald-tremblay-il-est-partout/

    • @ anklume, 22 février 2014, 12h08

      Vous avez bien raison.

      À chaque fois que je suis à Boston, je m’émerveille de constater les bienfaits du Big Dig.

      Dans une certaine mesure, le recouvrement de Ville-Marie a plusieurs similarités avec des portions du Big Dig.

      La ville de Boston s’est réappropriée l’espace au sol pour en faire des parcs accessibles, beaux et très sécuritaires.

      Montréal a les moyens de réaliser ce genre d’objectif qui est de faire de Montréal une belle ville.

    • Correction: Où est Gérald Tremblay? Il est partout… (Nathalie Collard, novembre 2009)

    • L’emplacement de l’autoroute Ville-Marie concorde très exactement avec l’épicentre de Montréal. Cette infrastructure fait parti des grands lègues apportés par la modernité subite des années 60 et 70. Sans elle, Montréal n’aurait pas le même visage.

      On en parle souvent -à raison- en terme de cicatrice défigurant la ville, de coupure condamnant à l’oublie une zone pourtant charnière du centre-ville. Le Champs-de-Mars et le square Viger ne sont en effet plus que de pâles souvenirs, qui n’ont de noble que le nom. C’est triste car au confluant du vieux-Montréal, du Quartier Latin et du Quartier International se trouve une zone qui devrait pourtant être populaire, voir emblématique. Recouvrir l’autoroute et exploiter le sol qui en résulterait constitue une grande opportunité pour améliorer l’image de marque de la ville.

      Et justement, si on lançait un concours de design urbain ou de design de paysage, il y aurait probablement une centaine de firmes qui seraient intéressées à croiser le fer, question de revaloriser ce secteur riche en potentiel. J’appel donc les autorités municipales à mûrir ce projet porteur d’espoir. Qu’on trouve des partenaires privés, qu’on implique des professionnels visionnaires, qu’on convainque Québec, qu’on démontre les retombées d’une telle modification.

      Le jeux en vaut définitivement la chandelle. Nous n’avons qu’à penser au secteur de la Caisse de Dépôt et du Palais des Congrès pour s’en convaincre.

      Francis Huneault

    • @ montrealaise, 22 février 2014, 16h24

      Tu veux dire quoi au juste ?

    • @ francisk, 22 février 2014, 17h03

      Le CHUM est un élément d’ancrage au développement du secteur entourant l’autoroute Ville-Marie.

      Le CHUM n’est pas structurant mais est toutefois la raison principale pourquoi la planification urbaine de ce secteur doit-être structurant.

      La planification urbaine doit-être structurante pour reprendre les lieux et les rendre humains afin de multiplier l’investissement du CHUM.

      Ce qui existe de part et d’autre de l’autoroute Ville-Marie et à l’Est de St-Laurent n’est pas humain. L’espace est rébarbatif et doit-être modifié.

      Le développement humain de notre espace de vie passe par la planification urbaine.

      Je suis très heureux que Monsieur le Maire délègue à Monsieur Bergeron la responsabilité de rendre une partie de ces lieux plus humains.

      Merci Monsieur le Maire.

    • @

      @ louis-richard (Tu veux dire quoi au juste ?)

      Bonne question. Je me pensais sur l’éditorial de François Cardinal titré Concordia Salus. C’était en réponse à ceci:

      “En campagne électorale, certains s’étaient mis à rêver à une administration composée à la fois de Denis Coderre, Marcel Côté et Richard Bergeron, tant les trois hommes se complètent bien.

      Quatre mois plus tard, qui l’eut cru, ces trois rivaux travaillent ensemble à l’hôtel de ville, l’expertise de chacun étant mise au service de trois grandes priorités, la dernière, annoncée hier, étant le recouvrement partiel de l’autoroute Ville-Marie.”

      J’ai mis des liens avec certains de mes anciens commentaires qui souhaitaient que les meilleurs éléments travaillent ensemble à la ville de Montréal, peu importe de quels partis ils viennent.

    • @louis-richard

      Je profite de votre commentaire pour souligner un détail important: le CHUM, bien qu’important, n’est pas le coeur et ne doit pas être le coeur de ce quartier. On ne doit pas développer le secteur uniquement ou principalement en fonction des besoins et des résultantes du super hôpital.

      Les secteurs du Champs-de-Mars et du Square Viger sont bordés par de nombreuses institutions en importance certes (hotel de ville, ancienne gare Viger, quartier chinois, archives nationales, Palais des Congrès, Radio-Canada, Palais de Justice, etc), mais sont aussi bordés par des quartiers résidentiels. Il s’agit d’une tranchée dans la ville qui offre un point de vue nocturne magnifique sur le centre-ville, toutefois laquelle est drainée d’une circulation automobile bruyante et continue.

      Il va de soit que ce secteur est prometteur si l’on recouvre l’autoroute. Toutefois, j’aimerais bien qu’on élargisse le spectre des tenants et aboutissants afin d’éviter une planification étroite et timide comme c’est trop souvent le cas.

      Francis Huneault

      ps: D’ailleurs, que savons-nous de l’avancement dans les réflexions au sujet de l’avenir de la tour de Radio-Canada? Il s’agit d’un immense morceau du puzzle quand on évoque la planification de ce secteur.

    • @ francisk, 22 février 2014, 19h46

      Le CHUM n’est pas le cœur et l’objet du recouvrement de l’autoroute Ville-Marie mais le CHUM est le plus gros investissement dans le secteur visé par le recouvrement.

      C’est un fait.

      Mais puisque vous me parlez du cœur, il serait intéressant que vous me dites c’est quoi le cœur en question pour “…qu’on élargisse le spectre des tenants et aboutissants afin d’éviter une planification étroite et timide comme c’est trop souvent le cas….”

      Merci d’avance.

    • @montrealaise,

      il est un peu prématuré de prendre QS comme exemple d’organisme à deux têtes qui fonctionne. A ce jour, personne ne les a vu géré autre chose que leur agenda de conférences de presse désertes. Il n’y a aucun enjeu et aucune tension entre les deux têtes, ce qui n’a rien à voir avec une situation où l’opposition officielle n’existe plus, par exemple. En fait, un triumvirat pour faire quoi? Pour ne plus faire d’élections? Qu’est-ce que ça donnerait d’aller voter si c’était pour que tous les partis décident de gérer ensemble indépendamment des électeurs?

      Il y a un salaire et des avantages prévus pour le maire, il y en a pour le chef de l’opposition officielle et il n’y a rien pour les autres. Alors, ils font comment à trois? Qui peut utiliser les privilèges du maire? On achète trois limousines? Et le jour où Mélanie Joly se fait élire, elle a droit aussi à une limousine en joignant le triumvirat qui devient un quadriumvirat? On risque de se retouver avec une hydre à sept têtes dans pas long.

      Si les différences entre les partis sont telles que la démarcation n’est pas claire entre les partis, alors qu’ils se joignent ensemble AVANT la campagne électorale.

    • @louis-richard: ”il serait intéressant que vous me dites c’est quoi le cœur en question”

      M. Richard, relisez mon post, tout est déjà écris. Le Champs-de-Mars et le Square Viger ne sont pas des endroits comportant un seul point focal. Ces endroits sont plutôt des liens entre plusieurs entités, comme une couture si vous voulez.

      Un aménagement trop concentré autour du CHUM ne répondra pas aux problématiques auxquelles on fait face actuellement:

      -L’ensemble des lieux sert d’abri de fortune pour les désœuvrés, où la majorité des passants n’y trouve pas son compte.
      -Le débit de circulation, la poussière et le bruit en résultant ne sont pas tout à fait des incitatifs pour aller lire tranquillement au parc.
      -L’autoroute en dessous ne permet pas de construire n’importe quoi, n’importe comment.
      -La trame urbaine est actuellement coupée, créant un clivage entre le Vieux et le quartier Latin.
      -Il s’agit d’un site potentiellement aussi grand que le Parc Jeanne-Mance ou le Parc linéaire du Port de Montréal.
      -Encore une fois, c’est un site au confluant de plusieurs secteurs primés.

      Quand on jongle avec une seule balle, le spectacle ne vaut pas le détour. C’est ce qu’on ferait en pensant principalement au CHUM dans cette histoire.

      Francis Huneault

    • @ francisk, 23 février 2014, 08h01

      Tu fais quoi en termes réels sur le terrain ?

      C’est quoi ta vision des lieux de part et d’autre du CHUM et au dessus de Ville-Marie ?

    • Lu tout à l’heure sur cyberpresse: ” Le maire Denis Coderre peut se considérer comme prévenu : Richard Bergeron affirme que sa nomination-surprise à la tête du projet de recouvrement de l’autoroute Ville-Marie ne le rendra pas plus tendre vis-à-vis de l’administration de son adversaire politique.”
      Dieu que cet homme (Richard Bergeron) déborde d’amertume dans sa bouche. Au lieu de tendre la main et de poser un geste civilisé, il crache son venin. Bin cout donc, faut croire que la défaite est dur a avaler n’est ce pas cher Raël…oups… cher M. Bergeron.

    • @Louis-Richard: ”Tu fais quoi en termes réels sur le terrain ?”

      Premièrement, est-ce qu’on se connaît?

      Ensuite, parler de solution alors qu’on n’a à peine évalué l’envergure d’un projet hypothétique est tout simplement prématuré. Un peu de patience.

      Toutefois, si vous voulez mon opinion (très préliminaire et franchement incomplète), je procéderais premièrement à des mesures d’atténuation du trafic sur les rues Viger et St-Antoine. On pourrait profiter de ce corridor pour connecter les pistes cyclables de l’est au centre-ville afin d’offrir un contexte plus agréable à pédaler que le boulevard René-Lévesque.

      Une fois le trafic canalisé, j’imaginerais un parc linéaire avec quelques constructions pavillonnaires pour briser l’îlot de chaleur qui plombe le secteur. On pourrait imaginer une thématique (l’histoire peut-être) pour distinguer cet aménagement des autres quartiers emblématiques de la ville.

      J’opterais pour conserver certaines parties des aménagements de Daudelin, tout en décloisonnant au maximum les parcs qui y ont été aménagés à l’emporte pièce.

      J’utiliserais les façades aveugles du Palais de Justice et du centre de recherche du CHUM pour produire des projections multimédia. Pourquoi pas?

      Pour finir, il faudrait arrimer le boulevard urbain de Notre-Dame avec tout cela, question de justement concevoir nos espaces publics en continuité plutôt qu’avec timidité.

      Mais bon, comme je disais, il tôt…

      Francis Huneault

    • @ francisk, 23 février 2014, 09h58

      Je suis d’accord avec toi pour décloisonner les 3 parcs du Square Viger et y intégrer une piste cyclable.

      Cette opération peut se faire maintenant et sans que cela soit dispendieux.

      Pour le reste de ton intervention, je trouve que c’est un peu simple et vraiment incomplet.

      Pourquoi entraver Viger et St-Antoine ?

      Laisse-moi t’instruire du domaine de la planification urbaine. Le but de la planification est d’avoir une vision d’avenir qui, selon les moyens, peut se réaliser dans le temps et l’espace.

      Au delà de la planification et pour que celle-ci se réalise pleinement, les élus doivent gouverner ses projets planifiés tout en étant sur le terrain même et imputables de ce qui se réalise.

    • @ Play-moutte 9 h 54:
      “Dieu que cet homme (Richard Bergeron) déborde d’amertume dans sa bouche. Au lieu de tendre la main et de poser un geste civilisé, il crache son venin.”

      J’ai voté pour Bergeron et je m’attends à ce qu’il fasse son boulot dans l’opposition, tout en collaborant, comme il le fait actuellement. Je ne voudrais surtout pas qu’il relâche la pression parce qu’il s’est fait offrir un mandat intéressant. Il ne s’achète pas et c’est bien ainsi!

    • @louis-richard 08h59, 10h43

      Il faut faire un peu attention au ton des échanges ici, incluant le vouvoiement. Je pense que francisk connaît très bien la planification urbaine.

      Sur le fond, j’aime bien vous lire tous les deux.

    • @ Fritz2, 23 février 2014, 11h50

      Merci et je vais faire attention au ton utilisé.

    • @ play_moutte

      J`ai eu exactement la même pensée en lisant cet article .Bergeron a fait partie du problême pendant là non-administration Tremblay et là, il a la chance de se rendre utile et de faire partie de la solution . Il aurait avantage a se la jouer low profile ou bedon a changer de job.

      Soit, il a été élu dans l`opposition mais il n`est tellement pas de taille contre Coderre que au lieu de se dire chien de garde contre Coderre , il devrait se réorienter POUR Montréal.

    • Ce Richard Bergeron vient (encore un fois) de nous prouver qu’il n’avait pas ce qu’il fallait pour être un maire d’une grande ville. D’un bled perdu peut-être, mais de Montréal, non. On l’a échapé belle.
      M. Bergeron, l’une des caractéristique requise, et visiblement ça vous fait défaut, c’ est d’avoir de la classe.

    • En addendum à ce que j’ai écrit à 17h43, j’aurais dû dire que ce manque de classe de M. Bergeron vient du fait de sa mesquine déclaration envoyée au maire Coderre et ce, de surcroit, suite à sa nomination, par le maire Coderre, comme responsable de l’important dossier du recouvrement de l’Autoroute Ville-Marie entre Sanguinet et Hôtel-de-ville.
      Non mais M. Bergeron, pensez-y deux secondes….ce que vous avez dit, faut l’faire. Et au cas où vous l’auriez oublié, on est plus en campagne électorale.

    • @ anklume

      Bergeron a raison. Il a même dit que le 9/11 était un coup monté par la CIA.

      Bergeron avait raison.

      Vive le Québec Libre !!!

    • Bravo Monsieur Bergeron qui va rester en poste jusqu’en 2017.

    • Pourquoi ne pas aller chercher un promoteur privé qui financerait une partie des coûts du recouvrement suite à l’approbation de son projet de construction sur ces nouveaux “terrains”? Plutôt que de payer des coûts reliés à la décontamination, au nivellement de terrain et autres coûts associés au développement, il paierait un supplément au niveau du recouvrement. De plus, en vendant les droits aériens à un prix tenant compte du supplément de participation au recouvrement, il y aurait sûrement un proforma qui pourrait fonctionner pour un développeur privé. La ville et Québec auraient alors un coût moindre à supporter en plus de s’assurer de la construction d’un projet de construction.

    • Donc si je comprends bien, Montréal exige encore une fois que ”le provincial” paye pour les rêves de grandeur de quelques ”pelteux de nuages”.
      Pourquoi La Presse, entre 2 articles anti charte et deux autres pro Xavier Dolan, ne commandite pas un sondage auprès des montréalais, genre: si on trouve 200, 300, voire même plus, millions à flamber, aimeriez-vous mieux 10 stations de métro de plus, avec des trains climatisés en plus, ou le recouvrement de Ville Marie vous brule le fond des pantalons.
      Remarquez que c’est le genre de projet qui s’inscrit parfaitement dans le model québécois: on utilise une carte de crédit pour payer la carte de crédit qui paye la carte de crédit qui paye l’épicerie(comprendre les CPE, assurance médicaments, fécondation in vitro, changements de sexe, etc.), mais en même temps, on change de Ferrari chaque printemps !!!
      Et pour finir, selon vous, est ce que un hôpital pour la région de Vaudreuil Soulange, 150.000 personnes, et en pleine croissance devrait l’emporté ou non sur un parc pour les itinérants de l’accueil Bonneau ?

    • romanianhero : Montréal demande surtout qu’une plaie béante entre trois quartiers importants, soit le centre-ville, le quartier Latin et le Vieux soit recouverte. Ce qui facilitera le développement économique de cette zone, rendra le tourisme plus attrayant et aidera à rapporter des taxes.

    • romanianhero , 24 février 2014, 15h38

      Vous avez dont raison, pourquoi faire un parc pour les robineux. Et on devrait aussi déménager le nouveau CHUM à Vaudreuil. On n’y avait pas pensé mais c’est grâce à des échanges d’idées avec des bloggers comme vous que nous progresserons. Quant aux changements de sexe, on le garde ici à Montréal. Quand même, ce serait pas juste, Vaudreuil ne peut pas tout avoir.

    • Le CHUM est le principal ancrage à la réappropriation des lieux contigus et avoisinants au Centre hospitalier.

      Avec un tel investissement qu’est le CHUM, c’est maintenant une obligation de le ville de réaménager les lieux pour les rendre accessibles et humains.

      Le recouvrement partiel de l’autoroute Ville-Marie est un pas dans la bonne direction.

    • @ Louis-Richard 10:42

      “Le MTQ n’a pas les droits aériens sur les ouvrages de l’autoroute Ville-Marie.
      Même si le MTQ refuse le recouvrement, la ville peut toujours précéder.”

      Ah oui?
      Au Québec, ce qui n’appartient pas spécifiquement à un tiers (par contrat, par testament…) appartient à l’État. Quand le gouvernement a exproprié des centaines d’immeubles pour faire passer l’autoroute dans le secteur Viger, vous croyez vraiment que les droits aériens ont été réservés aux anciens proprios?

      Pffft!

      Quant à la ville, encore une fois vous croyez vraiment qu’elle a acquis par contrat les droits aériens au dessus de l’autoroute? Si c’était le cas, me semble qu’on en aurait entendu parler!

      Baôn… mais la ville pourrait exproprier le gouvernement? Non.

      Moi je veux bien vous croire mais de grâce, n’écrivez pas de faussetés aussi… ostentatoires.

    • @ papitibi, 25 février 2014, 17h03

      En 1986 le MTQ propose à Québec d’adopter par décret les droits aériens de l’autoroute Ville-Marie.

      Cela n’a jamais eu lieu.

      Puisque la structure de Ville-Marie est sous-terre, aucun accord ne fut signé.

      La ville reste propriétaire des droits et peut y construire routes et espaces publics.

      Le Quartier international est le parfait exemple de requalification des sols.

      Les contraintes d’utilisation des droits aériens relèvent des aspects techniques liés à la sécurité, la ventilation et l’entretien de l’autoroute.

      Pout, pout, pout Pfffft !!!

      Fais un peu de place mon ami …

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2014
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité