Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 25 janvier 2014 | Mise en ligne à 7h53 | Commenter Commentaires (112)

    L’omnimaire Coderre veut-il trop en faire?

    Photo: Andre Pichette

    Photo: Andre Pichette

    Je suis déchiré.

    D’un côté, j’apprécie l’hyperactivité de Denis Coderre qui tranche avec l’attitude flegmatique de son prédécesseur. J’aime le côté touche-à-tout de ce nouveau maire qui ne pourra jamais dire «je ne savais pas». Je salue ses nombreuses initiatives qui visent à redresser la ville.

    Mais d’un autre, je me demande si à trop embrasser il ne finira pas par mal étreindre. Je m’interroge sur la pertinence de lancer autant de chantiers simultanément. Je m’inquiète du «micromanagement» d’un maire qui veut tout faire.

    Comprenez-moi bien, j’aime beaucoup ce que je vois à l’hôtel de ville depuis le 3 novembre dernier. Je n’étais pas un fan de la première heure, comme vous savez, mais je dois avouer que je n’ai pas grand-chose à redire jusqu’ici.

    Mis à part la nomination partisane de Philippe Schnobb et l’utilisation excessive de phrases creuses (je pense l’avoir entendu dire «généreux, mais pas naïf» 78 fois…), je considère en effet que le maire Coderre, jusqu’ici, a su choisir les bonnes personnes, prendre les bonnes décisions, lancer les bons messages, etc.

    Je dois même avouer être impressionné par la rapidité avec laquelle il s’est installé aux commandes, s’est placé les deux mains sur le volant, a pris le contrôle de «sa» Ville (a-t-il d’ailleurs dit dans un élan drapeauiste).

    Mais j’ai néanmoins une inquiétude.

    Une inquiétude que je ressens depuis un certain temps, mais qui a gagné en intensité jeudi, en écoutant le discours inaugural de M. Coderre en tant que président de la Communauté métropolitaine de Montréal.

    Et si à vouloir trop en faire, il finissait par ne pas faire grand-chose?

    On l’a vu avec le président Sarkozy en France (avec qui M. Coderre partage une affinité hyperactive) : en multipliant les priorités, en voulant éteindre lui-même tous les feux, en chassant chaque enjeu par un enjeu plus pressant, il a fini son mandat sans grandes réalisations (et sans être réélu…).

    Je ne dis pas que c’est le sort qui attend Denis Coderre, évidemment, mais je m’interroge sur cette stratégie «sarkoïste» qui consiste à être partout, tout le temps, à lancer chaque jour une nouvelle priorité, sans avoir de «priorité prioritaire»…

    Pour l’émission C’est pas trop tôt, il y a quelques jours, j’ai dressé la liste des enjeux qualifiés prioritaires par le maire Coderre depuis l’automne dernier et j’en ai trouvé une bonne dizaine, allant des régimes de retraite à l’inspecteur général, en passant par le transport en commun, l’itinérance, le citoyen (!), la sécurité des chauffeurs de taxi, les salons de massage érotique, etc.

    À ce rythme, il atteindra les 200 priorités avant la prochaine élection…

    Est-ce un problème en soi? C’est là où je suis déchiré.

    L’«omnimaire», comme l’appelle Marie-France Bazzo, peut très avoir une immense capacité de travail et une facilité à déléguer une fois le sujet lancé. Il peut être très bien entouré. Il peut donc être à la fois un maire excessivement actif ET un bon maire.

    Mais il peut aussi se perdre chaque jour dans l’urgence de la dernière crise…

    C’est d’ailleurs l’avertissement qu’avait formulé aux candidats l’ancien maire de New York Rudy Giuliani, lors de son passage à Montréal à la veille des élections. Il avait affirmé qu’il n’y a rien de plus dangereux pour un maire que d’être pris en otage quotidiennement par l’actualité.

    Il avait alors fait une comparaison avec un bateau. Le capitaine doit donner le cap et se diriger dans cette direction, peu importe ce qui arrive. Sinon, le bateau va se laisser pousser au gré des vents et partir dans toutes les directions.

    Un risque pour le maire Coderre, selon vous?


    • S’ils n’en font pas assez, on le leur reproche et quand ils se démènent pour leur ville on le leur reproche aussi. Il faudrait se brancher! Moi je préfère un maire qui se démène pour sa ville.

    • Le surnom Omnimaire lui va très bien. Il faudra cependant que M.Coderre revienne sur le plancher des vaches. J’ai l’impression de le voir en continuelle campagne électorale comme du temps pas si lointain de député fédéral, pourfendant certaines décisions du gouvernement central. Il me semble qu’il serait approprié de lui rappeler que ce temps est maintenant terminé, qu’il doit affronter la vie citoyenne de tous les jours. Des dossiers importants s’en viennent. On verra peut-être son vrai visage lorsqu’arrivera le temps des négos avec les travailleurs de la Ville. Et là, il constatera une certaine part de la réalité.

    • Je crois que cette impression d`hyperactivité mairesse vient du fait qu`on avait auparavant un maire sans colonne qui apparaissait naivement pour nous parler de faits accomplis mais quand il fallait passer à l`action c`était plus ardu et moins souriant mettons…

      Monsieur Coderre a le beau jeu et doit foncer dans toutes les directions car les barrages naturels de petits namis du systeme sont tombés…Or , on sait qu`un jour ou l`autre la torpeur qui paralyse les groupes d`intérêts s`estompera et là il sera plus difficile de manoeuvrer.

      Je pense pour utiliser une expression sportive qui doit plaire au maire, qu`il est important d`arrêter de niaiser avec le puck. Les tables de concertations, associations d`arrondissements, syndicats et autres empêcheurs de tourner en rond doivent collaborer et se retrousser leurs manches pour revoir les facons de faire. Nul doute que ca fera des flameches mais le maire va trouver plus d`alliés que d`opposants quand viendra le temps de changer les choses et d`agir.

      Je trouve tres importante l`initiative de faire la tournée des principales villes québécoises parce que Montréal tout en étant le moteur de la province ne peut se passer des villes de partout au Québec et les luttes fraticides à la Québec-Montréal n`ont plus leur place et doivent maintenant faire place à une collaboration qui ne peut qu`être bénéfique.

      J`ai l`air bien meneur de parade comme ca mais il n y a pas mille facon de procéder et celle de monsieur Coderre tout en étant un peu rustre comme le personnage était souhaitable. Les obstacles vont venir, commission Charbonneau,collaboration des syndicats et employés municipaux,choix budgétaires inévitables etc etc mais pendant que la route est libre…

    • En tout cas une chose est certaine on ne peut pas lui reprocher de fuir les journalistes. Sa caricature à Gérad D. Laflaque où tout le monde dit en le voyant ” Ah non pas encore lui !” est on ne peut plus pertinente.

    • J’ai hate qui échange Carey Price!

    • Dans une ville hypercompliquée à gérer ça prend un maire hyperactif, non ! Ça fait des décennies que KidCoderre se prépare à être le Boss, ne boudons pas son plaisir et le nôtre de voir Mtl dirigée par autre chose que des intérêts occultes.

    • On a eu une molusque comme maire pendant les 8 derni;eres années. Enfin quelqu’un qui va donner un bon coup de poing sur son bureau lorsque ce sera le temps. Et laissons faire les niaiseries (plattes en passant) de Gérard D. Laflaque ou les éphithètes style KidCoderre….Si Denis Coderre aime se faire montrer dans tous les évènements montréalais, il est où le problème ? Est-ce trop demander de donner la chance au coureur ?

    • guy_mauve
      25 janvier 2014
      09h21
      “Est-ce trop demander de donner la chance au coureur?”
      C’est exactement ce que je pense et ce que disais !

    • ”Il avait affirmé qu’il n’y a rien de plus dangereux pour un maire que d’être pris en otage quotidiennement par l’actualité.” Dangereux dans quel sens ? Dangeureux pour son poste ? Si Coderre ne veut pas de questions dangeureuses de la part des journalistes, il a juste à se tenir loin de la corruption et des passe-droit à ses ti-namis.

    • «mais je m’interroge sur cette stratégie «sarkoïste» qui consiste à être partout, tout le temps, à lancer chaque jour une nouvelle priorité, sans avoir de «priorité prioritaire»…»

      La comparaison avec Sarkozy est appropriée. N’était-ce pas aussi le cas avec JJ Charest et ses nombreuses priorités toujours changeantes? Pas de grandes réalisations à son actif non plus après dix longues années de pouvoir…

      @Igreck
      Les prochaines années vont nous prouver que les intérêts occultes de l’administration Tremblay sont toujours bien en selle, malheureusement.

    • Moi aussi j’aime mieux un maire qui ‘brainstorm’ tout haut, et le plus possible… les idées, solutions et actions se préciseront par la suite. On a assez vu d’immobilisme…

      Mais la vraie question: va-t-il remplacer Michel Therrien derrière le banc si ça continue? ;)

    • Bien beau de lancer plein de projets mais cela prend des gens pour les réaliser et ca prend des compétences aussi

      pour arriver aux résultats espérés c’est la bonne personne à la bonne place et c’est assez rare de retrouver cela

      Cela me semble plus de la poudre aux yeux

    • Même comme simple député fédéral il en faisait trop, heureusement qu’il était dans un château fort libéral.

      @gabriel
      J’ai l’impression que Denis Coderre est la poudre aux yeux en personne.

    • En espérant qu’on ne le condamne pas à perpétweeter!

    • Je pense qu’il veut devenir pape…:-)

    • Vous avez oublié une autre de ses phrases fétiches: “On peut marcher et mâcher de la gomme en même temps”

    • Pour ma part, je trouve bizarre comme il a adhéré sans plus d’analyse à la guerre des fonds de pensions de Labeaume.

    • J’aime mieux un maire qui craque pour sa ville qu’un maire qui “crack” pour sa ville.

    • Considérant ce que nous avons entendu aux séances de la Commission Charbonneau l’an dernier, il est souhaitable que le maire Coderre soit fortement impliqué dans tous les aspects de la gestion de la ville. Par contre, il devrait faire de l’économie de Mtl SA principale priorité. Créer une impulsion favorable dans ce sens exigera du temps et beaucoup d’efforts. Et quelques mandats.

    • Sa bougeotte menera inevitablement a la creation d’une multitude
      de comites et de sous-comites, et de rapports-tablettes, le tout aux
      frais des contribuables.
      Brasser de l’air c’est trop facile, une evolution ou revolution du systeme
      se fait graduellement et intelligemment.
      Coderre devra eviter de se deguiser en pompier.

    • @ desian

      bien dit

    • @ ioio

      il ne voulait pas déplaire à Badaboom Labeaume

    • gl

      Félicitations, vous etes le millionieme a faire une joke de crack sur Rob Ford. Vous gagnez un sejour au chic Motel Ideal à Laval.

    • @M. Cardinal
      Il me semble que vos connaissances et votre intérêt pour la métropole, l’apropos de vos analyses, la pertinence de vos opinions et la multiplicité des solutions qui vous viennent facilement devraient vous conduire à briguer la mairie de Montréal, plutôt que de vous contenter d’un rôle d’analyste et de commentateur. À quand votre candidature ?

    • Je n’étais pas non plus un partisan de la première heure. Mais jusqu’à maintenant ça va. Jusqu’ici Coderre fait son territoire, prend possession de la ville. il fait donc son travail. Viendra un moment ou il devra agir et donner des résultats. Dans le cas contraire, il fera un Labeaume de lui. C’est à dire beaucoup de vent et peu de réalisations.
      Mais comme l’autre a déjà écrit, laissons la chance au coureur.
      GTremblay
      Montréal

    • M. Coderre a bien des défauts.

      Toutefois , il faut lui reconnaître que le gars est un travailleur infatiguable.

      Quelqu’un qui le connait personnellement m’avait mentionn. avant son élection que lorsqu’il fait face à un défi professionnel, sa propre famille passe 2e.

      Il m’avait mentionné: Tu vas voir, il prendra à peu près pas de vacances et il va être sur le terrain , à son bureau et un peu partout 7 jours sur 7.

      Il était simple ministe des sports à l’époque et il était partout.

      Est-ce positif? on verra avec le temps mais le gars a Montréal à coeur, ca c’est certain et on en a bien besoin !!

    • Moi j’ai été une supportrice de Mélanie Joly lors de la course à la mairie. Elle partait de bien loin et elle s’est quand même hissée en deuxième place, ce qui est très honorable dans les circonstances. Toutefois, c’est Monsieur Denis Coderre qui a été élu démocratiquement et honorablement. Jusqu’ici il a fait un très bon travail et lui aussi part de bien loin compte tenu du piètre état dans lequel était la ville de Montréal après le long passage du Maire Gérald Tremblay qui fut un incompétent, c’est le moins qu’on puisse dire. Faisons confiance au maire Coderre car il faut que Montréal se relève et progresse. Monsieur Coderre mérite notre respect et notre confiance. Il ne manque aucune occasion de défendre notre ville en public.

    • @gg
      Je ne connais pas. Vous devriez nous dire ce que vous aimez dans ce motel.
      Et qu’est-ce qui est mieux ? Blaguer ou insulter ?

    • Rien à redire pour le moment. Bien contente qu’il aille au «bat».

      S’il sait déléguer à des personnes compétentes et honnêtes et qu’il les surveille juste assez, on pourrait être agréablement surpris. C’est la grâce que je nous souhaite…

    • @Tous

      C’est quoi selon vous le Top 3 des maires de Mtl, depuis les 100 dernières années ?

      J’aimerais bien comprendre ce qui est considéré comme un ”bon” maire… Et surtout est-ce qu’il est ”bon” parce que son environnement (incluant l’époque) l’a permis ou est-ce vraiment l’individu qui a le mérite.

    • Une liste pour nous aider:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_maires_de_Montr%C3%A9al

    • J’étais perplexe avant les élections et je le suis toujours, et ce, pour deux raisons. Les gens qui brassent de l’air comme ça sont généralement peu productifs en termes de résultats mais surtout, il faut bien se préparer et bien connaître les dossiers avant de devenir le maire d’une ville comme Montréal. M. le maire n’en avait pas du tout l’air en arrivant sur la scène municipale… Mais bon, il a jusqu’en 2017 pour me convaincre… pour que ses slogans cruex deviennent des gestes concrets…

    • @guygadbois 15h00 et gl1000001 15h54

      Vous deux passez votre temps à vous chicaner sur les blogues.

      Je ne connais pas le Motel Idéal à Laval car je ne mets jamais les pieds dans cette ville qui ne mérite pas ce nom. Toutefois votre histoire me fait penser à la Plage Idéale qui était, si ma mémoire est bonne, située à l’Abord-à-Plouffe (sur la Rivière des Prairies?), une localité de l’Île Jésus avant la création de Laval au milieu des années 1960. Dans les années 1950 et 1960 et peut-être avant, certaines familles montréalaises allaient en vacances d’été à la Plage Idéale. On pouvait se baigner, faire du cerceau et manger des hot dogs, des hamburgers et des frites avec du Coke, du Kik ou du Crush. C’était le grand bonheur.

    • @guygadbois

      @Fritz2 a raison, vous semez la chicane constamment. Vous m’obligez à scruter les messages, à les effacer lorsque vos prises de bec s’étirent.
      Le but, ici, est d’avoir des échanges, voire des débats, mais sans acrimonie ni insultes. Et trop souvent, vous faites déraper les échanges.
      Or déjà que c’est du travail, la modération du blogue, je vous avoue que de jouer à la police ne fait pas partie de ma description de tâche.
      Je vous donne un avertissement, puis si vous continuez, ce n’est pas compliqué, je vous barre du blogue.

      Merci

      François Cardinal

    • M. Cardinal,

      Je supporte l’idée de censuré @guygadbois de votre blogue. Il fait toujours déraper les débats et il fait perdre de l’argent à son employeur en bloguant sur ses heures de travail.

      Merci

    • @jon8 16h18

      Vous écrivez: “C’est quoi selon vous le Top 3 des maires de Mtl, depuis les 100 dernières années ?”

      Bonne question, mais je n’ai pas la réponse. Je ne me souviens pas des maires avant le début des années 1950. J’ai connu Drapeau, Fournier, Drapeau, Doré, Bourque, Tremblay + les intérimaires.

      Drapeau a évidemment été le meilleur maire, surtout dans les années 1960. Il était visionnaire et il a mis Montréal sur la carte. Il a évidemment commis des erreurs, surtout si on le juge d’après les standards de planification urbaine d’aujourd’hui. Son déclin a commencé avec les Olympiques car il n’avait pas anticipé la force des syndicats et de la mafia dans ce dossier. Aussi, son choix de l’architecte Taillebert a été mal avisé. Fournier n’est pas resté longtemps. Il voulait chauffer les trottoirs pour réduire les coûts du déneigement! C’est aussi lui qui a eu l’idée du métro que Drapeau a ensuite reprise à son compte. Doré a foutu de bordel dans les structures (c’est lui le père des arrondissements) et il s’est mis à plat ventre devant les syndicats. Bourque a été moyen, mais il s’intéressait davantage à ses relations avec la Chine qu’à Montréal. Tremblay fut le pire de tous à tous les égards. Une vraie nouille, une poule mouillée, les mots me manquent. À travers ça, les Péquistes (Bouchard et Harel) nous ont imposé les fusions qui furent un désastre que les défusions des Libéraux ont empiré.

    • Correction à mon message de 16h46. Je viens de vérifier sur Google et la Plage Idéale était à Auteuil, sur la rivière des Mille-Îles et non pas à l’Abord-à-Plouffe sur la rivière des Prairies. J’aurais dû vérifier avant. J’ai écrit ça de mémoire. Ce sont évidemment des souvenirs d’enfance dont les contours ne sont pas très précis. Mais sur le fond, ça se passait comme je l’ai décrit.

    • merci Fritz2 pour le résumé.

      J’ai moi aussi pensé à Drapeau instantanément comme ”top #1” mais en même temps je me dis qu’il a évolué dans une période faste (baby-boom) qui permettait de réaliser des choses impensables aujourd’hui.

      En ce qui concerne Tremblay, je crois que nous manquons de recul pour le taxer de ”plus mauvais maire de Mtl de la galaxie” même si l’envie est là, Haha!

    • François, vous faites un parallèle avec Sarkozy mais à choisir entre lui et Hollande-Tremblay, je préfère encore la façon Sarko!

      Anyway, diriger un état et diriger une ville (même une métropole) c’est pas du tout la même game. La ville demande un minding beaucoup plus ”business”, à mon avis.

    • @fritz2
      Désolé. Je ne supporte pas les trolls, les menteurs et les insultes gratuites.

      Plage Idéale est maintenant un parc.
      Ici, on voit des photos de Plage Laval, pas trop loin de Plage Idéale. Il y a même ma mère sur une des photos.
      www.banq.qc.ca/collections/images/recherche/?keyword=plage+laval&nbResult=&tri=&mosaique=&ajouterHistorique=oui&f_sous_collection_f=

    • Pas pour défendre le maire Drapeau, mais les années 70 furent pénibles pour bcp de maires. NY était a deux doigts de la tutelle et techniquement en faillite.J!aimerais savoir sous la gouverne de quel maire, l!appareil bureaucratique s!est installé. Était-ce Dore?

    • @ Fritz2, 16h46
      Le Motel Idéal était un motel situé sur le Boul. Des Laurentides dans Pont-Viau. Le genre d’endroit qui loue des chambres à l’heure…donc ce motel aurait dû être situé à Laval-des-Rapides.

    • Omnimaire….wow. Vous êtes allé la chercher loin. Mais sur le fond, je suis d’accord.

    • Écoutez, si vous n’êtes vraiment pas sûr encore de ce que vous avancez, peut-être en dîtes-vous déjà trop. Peut-être aussi devriez-vous mieux filtrer vos pensées et attendre d’avoir suffisamment de faits en main pour vous prononcer? Pour reprendre moi aussi un proverbe, l’arroseur arrosé, vous connaissez je crois, non? Pour le moment votre truc ça ressemble ;a du commérage. On verra bien en temps et lieu ce qu’il en retournera.

      Daniel Leduc
      Gatineau

    • Message bien compris, M. Cardinal.

    • Ugoh

      C’est moi le patron. Le temps et l’argent que je perds, ce sont les miens. Nul besoin de vous en faire pour moi.

    • @NiCMef 21h05 25 janvier

      Vous écrivez: “Pas pour défendre le maire Drapeau, mais les années 70 furent pénibles pour bcp de maires. NY était a deux doigts de la tutelle et techniquement en faillite.J!aimerais savoir sous la gouverne de quel maire, l!appareil bureaucratique s!est installé. Était-ce Dore?”

      Vous avez raison. Il était plus facile de faire des choses dans les années 1960. C’était l’âge d’or partout dans le monde. Encore fallait-il avoir de la vision et de la détermination, ce que Drapeau avait.

      Vous avez raison pour les années 1970. Ce sont les années où tout a commencer à mal aller ici et en Europe, notamment à cause de la crise du pétrole et de l’inflation très élevée qui en a résulté. Les syndicats étaient très forts ici et ils ont voulu s’en mettre plein les poches avec les jeux olympiques. Rien ne change (cf. la Commission Charbonneau).

      Oui, c’est Doré qui est le premier responsable du fouillis bureaucratique. C’est à lui qu’on doit les arrondissements.

      @gl000001 20h49 25 janvier

      Merci pour les photos de Plage Laval. C’était bien comme ça à la fin des années 1950. On n’avait pas besoin d’aller en Europe ou dans les Caraïbes pour aller à la plage.

    • @guygadbois

      Merci pour la précision. Mon message précédent se voulait ironique. Pour ma part, j’apprécie généralement vos interventions.

      Pour revenir au sujet de Coderre, je pense qu’il est beaucoup trop tôt pour s’enthousiasmer.

    • Le motel sur lajeunesse, direction pont viau, a la hauteur de feu julep, pas un motel idéal, ca, dite moi pas que ce sont des condos, je vais pleurer.
      Nm

    • Les meilleurs maires? Je pense que les plus appréciés ont été Houde et Drapeau. Personnellement, comme je n’ai pas 118 ans, je me souviens de Jean Doré avec beaucoup de respect: il n’était certes pas populiste, mais il avait des priorités, dont entre autres commencer à réparer tout ce que Drapeau avait pelleté en avant durant des décennies.

    • M. Coderre présentement est un jardinier qui sème. C’est à la fin de la saison qu’on verra si la récolte est bonne.

      Nos attentes sont souvent faussées par les médias en continus et le cinéma. Dans un film tout se règle rapidement. Ce qui prend dans la vie plusieurs mois se réalise en 5 minutes. On voie présentement les résultats des enquêtes sur la tragédie du Lac Mégantic et il faut maintenir la pression sur le fédéral pour obtenir des changements. Il a fallu faire des pressions sur les libéraux durant plus de 30 mois avant que M. Charest cède. Dans la vraie vie, il faut souvent faire preuve de patience et faire beaucoup d’effort.

      M. Coderre a beaucoup de travail sur à faire. Il doit rappeler au reste de la province le rôle de la région métropolitaine, mettre de l’ordre dans d’administration de Montréal, éliminer les pommes pourries et motiver les bons fonctionnaires (ça existe), motiver les villes de la grande région de Montréal à travailler ensemble, etc. Tout cela exige du temps et beaucoup de travail. Il faut lui laisser et nous laisser du temps.

    • Denis Coderre fait un peu ‘’vieux politicien’’ style années 60 mais finalement c’est peut-être cela que ça nous prend vue le monstre à 12 têtes que les gouvernements provinciaux ont créé sur l’Ile de Montréal. Le maire doit tenir en laisse les roitelets des arrondissements, car ceux-cis ne voudront pas donner du lest.
      Prenez par exemple le très dogmatique Ferrandez du Plateau, issu de la secte Bergeron (l’homme qui possède La vérité). Pas facile de ‘’dealer’’ avec du monde comme ça. Et maintenant qu’on leur a donné plein de pouvoirs à ces maires d’arrondissements, essayer donc de leur enlever ne serais-ce qu’une miette …Bonne chance.

    • Je me souviens avoir entendu la liste des «priorités» du maire Coderre à l’émission du matin de Bazzo. Je me souviens avoir ri. En y repensant par la suite, je croyais que c’était Jean-René Dufort qui avait dressé cette liste. Pas du tout, c’était Cardinal, le sérieux éditorialiste de LaPresse et néanmoins blogueur amical.

      Les éditorialistes ont-ils le droit de rire dans l’exercice de leurs fonctions? Petrowski, Lagacé, Foglia, et peut-être Marissal et Boisvert, rient sûrement mais ce ne sont pas de «vrais» éditorialistes, ce sont des chroniqueurs, des «columnists» (même si ça rime avec communiste). Mais peut-on imaginer André Pratte s’esclaffant en relisant son prochain éditorial ? Moi, je n’y arrive pas -à imaginer une telle chose, pas à rire. Et vous, lecteurs ?

      Revenons sur le cas Coderre. Quand tout est prioritaire, rien n’est prioritaire. Et, pendant ce temps, le studio de massage rue De Lorimier, dans le quartier Villeray, est toujours en «opération».

    • Mais qui donc a du temps à perdre dans sa vie pour répliquer à Guy Gadbois ? Moi … !!! :-)

    • Pour moi, le maire idéal, c’est celui dont on entend jamais parler et qui fait fonctionner la ville au meilleur coût en voyant à son développement.

      Quand un maire apparaît constamment dans les nouvelles, c’est parce qu’il n’a pas fait son boulot correctement.

      Mais, il semble que les temps changent et que les maires hyperactifs du genre Labeaume soient appréciés parce qu’ils donnent l’illusion de «mettre leurs culottes» ce qui semble être l’activité préférée des Québécois depuis quelques années au point que je me demande s’il n’y aura pas une pénurie de culottes d’ici peu.

      Entendons-nous, le maire doit être impliqué dans les dossiers importants de la ville et rendre des comptes sur l’avancement. Mais, pas dans les détails quotidiens, il est là pour avoir une vision d’ensemble de la ville, de son évolution et prévoir les coups à haut niveau. C’est son équipe qui est supposée gérer au quotidien. Mais, je pense qu’ici, Coderre en fait peut-être plus qu’il n’en ferait normalement pour bien marquer la différence avec ses prédécesseurs et briser une image du maire en général qui aurait pu lui coller à la peau. Il est encore trop tôt pour savoir.

      Chose certaine, à s’impliquer dans chaque dossier, il attire aussi à lui tous les citoyens qui ont des revendications ou des projets parce qu’il est alors perçu comme la seule porte d’entrée à la mairie. Et ça, c’est humainement impossible de remplir une telle mission. Dans les prochains mois, il doit mettre en valeur son équipe.

    • M. Cardinal,
      Peut-être avez vous raison, l’avenir nous le dira. Mais ce que ça nous prends comme maire maintenant, c’est quelqu’un de pragmatique, de pratico-pratique.
      Moi les politiciens technocrates verbo-moteurs, rêveurs et porteurs de projets…j’en ai mon souper. Premièrement nos finances publiques ne nous le permettent pas donc arrêtons de rèver avec des projets mégalomaniaques. Moi un happening de 2 semaines au coût de $1 milliard (non-actualisé), je parles des Jeux de 1976, non merci.

      Que l’on investisse l’argent sur des solutions pour les gens des quartiers, des trucs intéressants, convivials: bibliothèques, parcs, piscines, patinoires, piste cyclables, plus d’autobus aux heures hors de pointe…
      Je penses que Denis Coderre a ‘’les deux pieds à terre’’ et pas la tête dans les nuages. Je penses qu’il a tout ce qu’il faut pour faire une bonne job.

    • En passant, Marie France Bazzo a accouché de la mauvaise expression, la racine omni signifiant tout et non partout. Il serait plus approprié de parler d’un ubimaire de la racine latine ubique qui, elle, veut dire partout. MFB en perd son latin.

    • @ fcardina
      25 janvier 2014
      17h54
      J’aimerais bien que vous parliez de cette intervention avec votre collègue Lavoie du journal Le Soleil. Je crois qu’il n’est pas aussi consciencieux que vous dans la gestion de son blogue. Y sévissent des cabochons du genre de ceux qui sont dénoncés ici (Carbone-14 pour n’en nommer qu’un). J’étais à ce point frustré de devoir passer par dessus leur niaiseries que j’ai décidé, non sans regrets, de ne plus participer à des discussions malheureusement fort intéressantes. Combien d’autres participants “sérieux” ont posé le même geste, appauvrissant ainsi les échanges. J’espère sincèrement que de tels “môrons” ne découvriront pas votre site.

    • Ce n’est pas facile de diriger une grande ville, mais c’est possible.

      Même si l’on louange Drapeau, celui-ci a défiguré le centre-ville de Montréal avec de nouveaux bâtiments de piètre qualité.

      Drapeau voulait aussi que l’autoroute Bonaventure passe sur De la Connune pour terminer sur Berri.

      À l’époque des débuts du métro, le 3/4 des stations desservirent des zones très peu dense sans être arrimées à des aménagements de haute densité comme c’est le cas autour du métro de Longeuil et bientôt à Laval.

      Maintenant que monsieur Coderre dirige la ville, je lui conseille de poursuivre, entre autre, les grands projets encours à Montréal.

      Par exemple, il y a le CHUM et le quartier Griffintown.

      Avec l’implantation du CHUM contigu à l’Hotel de Ville, il est nécessaire de revoir tout le plan d’urbanisme pour que cet ensemble urbain puisse rayonner, être cohérent, humain, beau et structurant pour une économie de la Santé.

      En arrimant le CHUM au reste du tissu urbain, l’on répare les erreurs du passé, l’on se réapproprie le Square Viger, la gare Viger, les stationnements et le dessus de l’autoroute Ville-Marie.

      Les villes crées de la richesse uniquement que par une planification ordonnée de leur espace tout en répondant aux besoins économiques et sociaux.

    • Je tente d’aimer OmniCoderre. Je le vois et l’entends prêcher un jour le haro à la prostitution, l’autre le soin aux itinérants psychiatrisés, annoncer une croisade contre le péage et promettre un super-gendarme. Or, il dit tout cela, mais quelles actions met-il réellement en place?
      Il sait se mettre dans une situation de défilage où il peut dire à chaque lendemain que ses intentions étaient bonnes, mais des éléments externes l’empêchent de mener ses engagements à bien. Cré Coderre.

    • C’est tout de même rafraîchissant d’avoir un maire qui se tient debout pour sa ville, et pour les villes en général, plutôt que de jouer platement dans un énième épisode de “Québec a raison”.

      Le tandem Coderre-Labeaume offre un contrepoids plus que bienvenu à la supposée omniscience du gouvernement provincial (la sortie de Lisée pendant la campagne sur la légitimité du maire en fait de position sur la Charte était à cet égard suave, considérant que la légitimité populaire de Lisée tient quant à elle à sa seule élection dans Rosemont).

      Coderre ne mènera pas à terme tous les chantiers qu’il envisage, c’est clair, mais il pisse dans les coins et définit ainsi son territoire et ses attentes, ce qui est la chose à faire, me semble.

      Cela dit, je suis le premier étonné d’appuyer/défendre un Coderre dont je me moquais allègrement il y a dix ans, mais le gars a complètement réussi la transformation de son personnage public. Il a l’air très décidé à faire de Montréal plus et mieux qu’une simple région administrative sur 17; il semble vouloir fédérer les villes face au gouvernement provincial, et même fédéral; on peut aisément le créditer d’une vision en ce qui concerne le rôle de la métropole. J’ai l’impression d’assister à l’élaboration d’un nouveau rapport de force et ça me plaît.

      Évidemment, on pourra lui reprocher d’être racoleur en courant les incendies, mais j’ai l’impression que ça fait partie d’une stratégie initiale de positionnement. Ça lui passera. Curieusement, j’aime assez qu’il se voit comme une sorte d’incarnation de la Ville; c’est vaguement drapeauiste, oui, mais ça nous change favorablement des technocrates (Doré ou Tremblay) et des rêveurs trop fleur bleue (Bourque) qui ont succédé à Drapeau.

    • @louis-richard 13h11

      Vous écrivez: “Ce n’est pas facile de diriger une grande ville, mais c’est possible.

      Même si l’on louange Drapeau, celui-ci a défiguré le centre-ville de Montréal avec de nouveaux bâtiments de piètre qualité.

      Drapeau voulait aussi que l’autoroute Bonaventure passe sur De la Connune pour terminer sur Berri.”

      Il est évidemment possible de bien gérer une grande ville. On le fait avec grand succès à Paris, Londres, Barcelone, Vienne, Chicago, etc.

      Évidemment, dans les années 1960, on a commis de nombreuses erreurs partout dans le monde. On a détruit de beaux quartiers et on a construit des horreurs. Drapeau a fait comme tout le monde.

      Pour l’autoroute Bonaventure, les plans initiaux étaient pires que ce que vous écrivez. J’ai dans mes archives le plan de “L’Autostrade de Montréal” (produit par la firme Lamarre et Valois, ancêtre de Lavalin) où on montre une autoroute longeant le fleuve du pont Champlain au pont Jacques-Cartier. Pour la construire il aurait fallu démolir tout le Vieux Montréal. Heureusement, le pire ne s’est pas réalisé. On a toutefois construit deux horreurs dans les années 1950 et 1960: l’autoroute métropolitaine et l’autoroute Décarie.

    • Correction à mon commentaire de 13h58: la firme d’ingénieurs était Lalonde et Valois et non pas Lamarre et Valois. Encore une fois, j’aurais dû vérifier sur Google avant d’écrire.

    • @Fritz2

      À l’époque, des ouvrages comme Décarie et la Métropolitaine étaient salués comme des monuments à la modernité. Vous avez bien raison: c’était partout pareil.

      Le Plan Voisin du Corbusier dans les années 20 pour le centre de Paris était autrement plus agressif (et ne s’est heureusement jamais concrétisé).

    • ..@dcsavard: Vous avez raison sur la définition cependant je pense que le préfixe «omni» est préférable à «ubi» qui, comme vous l’avez si bien dit, lorsque privé de la terminaison «que» (ubique: partout) revient à son sens premier qui est, en effet «ubi: où».

      «Omnis» qui signifie «tout» me semble mieux rendre la réalité. En effet, un «omnimaire» est un maire apte (ou qui se croit apte) à tout faire incluant «être partout» alors que simplement «être partout» ne signifie pas qu’on est «apte en tout». :-)

      Qu’en pensez-vous?

    • @jeanfrancoiscouture,

      les voies de Coderre sont impénétrables. Les mois qui viennent nous renseignerons s’il se croit capable de tout ou s’il se contente d’être partout ou les deux à la fois.

    • @ Fritz2

      Il y a effectivement des erreurs qui ont été commises un peu partout dans le monde mais beaucoup de celles-ci peuvent être réparées.

      Les villes se renouvellent ainsi mais l’on est point obligé des faire des erreurs. La ville de Québec a bien gardé ses murs de fortification alors que presque toutes les villes dans le monde les ont détruit.

      Au delà des erreurs du passées, il y a aussi les zones orphelines issues d’une autre ère comme celles de l’industrie lourde.

      Les endroits qu’occupait cette industrie lourde sont toujours géo-stratégiquement très bien placés.

      L’erreur d’aujourd’hui serait de ne pas se réapproprier ces lieux ou de ne pas réparer les erreurs passées, par exemple, de ne pas recouvrir en tout ou en partie les autoroutes Décarie ou Ville-Marie.

      À l’instar du secteur des Ateliers Angus, je souhaite que le développement nommé Griffintown réoccupe les lieux pour qu’ils soient enfin vivants.

      Toronto a connu un boom immobilier extraordinaire en se réacaparant les berges le long du centre-ville.

      Paris, dans le cadre d’un immense projet le long de la Seine, a su rendre les immenses lieux, autrefois occupés par les usines Renaud, plus humains, beaux, fonctionnels et socialement rentables.

      Ici, à Montréal, la revalorisation du Vieux-Montréal est un succès qui se poursuit, à l’Ouest, avec Griffintown et, à l’Est, avec le CHUM.

      Uniquement pour ces deux projets, le maire Coderre en a amplement pour s’occuper longtemps.

    • @louis-richard,

      je ne suis pas historien, mais de ce que j’en sais, la destruction de certaines zones de Montréal sous l’ère Drapeau n’avait pas qu’un seul but de développement aveugle. Le Montréal des années 60 était un peu la Sin City du nord. Certains de ces quartiers ou pâtés de maison abritaient des activités illicites menées rondement par la mafia. La destruction de ces zones avait aussi pour but d’éliminer les quartiers où la mafia était bien implantée dans une tentative de l’éradiquer ou lui rendre la vie passablement plus compliquée. Peut-être que le portrait que j’en dresse n’est pas tout à fait exact, mais je crois qu’il faut aussi faire attention de juger les actions de feu le maire Drapeau à la lueur unique de l’urbanisme immobilier. Il y a eu aussi d’autres raisons qui ont guidé ses gestes, que cela ait ou non produit les résultats attendus.

    • @louis-richard

      Je débarque tout juste de Toronto, où j’ai de nouveau passé quelques jours pour affaires, et le développement de cette ville ces dernières années a quelque chose de fascinant. Montréal n’a évidemment pas le même élan économique, mais il y a là quelques leçons pour nous néanmoins quant à la relance des zones périphériques proches. Idem pour ce qui est de Vancouver, qui a su dynamiser son centre par une inclusion judicieuse de tours d’habitation assez discrètes sur le plan de l’emprise au sol, respectueusement en retrait de la rue, et qui évitent judicieusement l’effet canyon de NYC, par exemple.

      Le PATH de Toronto me semble avoir sérieusement clenché la jadis fameuse “ville souterraine” associée autrefois à Montréal.

    • Il serait intéressant que monsieur le maire Coderre puisse retrouver les bâtiments et terrains vendus à rabais par la SHCDM sous l’ère Tremblay et même avant.

    • @ Fritz2 / 13h58

      Vous donnez en exemple l’Europe, qui a subi la destruction durant les deux guerres mondiales par l’armée allemande, et dont les villes sont pour la plupart plus que millénaires.

      Ils ont bien été obligé de reconstruire grâce surtout au plan Marshall.

      Montréal n’a pas connu cette destruction et c’est une jeune ville, qui est quand même facile à gérer, et se transforme au fil du temps et de la modernité.

      Connaissant le passé politique de Mr Coderre j’ai toujours de grands doutes à son sujet.

    • jeanfrancoiscouture 14h42

      Il pourrait consulter un héraldiste pour se faire dessiner des armoiries personnelle avec un taureau ou un cochon et “Omnis ubique” en-dessous.

    • @ verret 15h54

      J’y ai habité `Toronto et Vancouver, deux tours de Babel !

      De plus comme la British Columbia encourage l’immigration asiatique de riches hommes d’affaires de Hong Kong par exemple, ces millionnaires ont rendu la ville inaccessible à la population ordinaire.

      Toronto n’est guére mieux pour le niveau élevé de la vie

    • J’ai un bon feeling sur M. Coderre. Il est en train de faire sa place. Et je pense qu’il va graduellement éclipser le maire Labeaume qui ne songe qu’à se donner des allures de premier ministre du Québec sans les mériter. Je pense que c’est ce dernier qui va finir par éclater dans l’atmosphère par omni-implication non-pertinentes. Coderre est plus stratégique et le temps jouera en sa faveur car il a appris à respecter ses collatéraux.

    • @anthrax 16h25

      Il faut distinguer entre plusieurs cas d’espèce.

      En Europe, plusieurs villes ont été détruites pendant la guerre. Dans certains cas on les a reconstruites de façon intelligente, dans d’autres cas on a moins bien réussi. Je pense à plusieurs villes allemandes où on a réussi à faire quelque chose de beau et de convivial avec ce qui n’avait pas été détruit. La plupart des villes allemandes ont aujourd’hui de beaux centre-villes en partie piétonniers et très agréables.

      Il existe par contre d’autres villes qui n’ont pas été bombardées où on a construit des voies rapides et d’autres laideurs architecturales. Le cas le plus flagrant est Bruxelles, mais je pense aussi à certaines tours laides à Londres et à Paris.

      À Montréal c’est le laisser-faire depuis des décennies. On a détruit beaucoup de belle architecture sur la rue Sherbrooke, dans le Golden Square Mile, dans le Plateau, etc. Et ça continue. On laisse des édifices à l’abandon pendant 25 ans (le Séville, le Cinéma V, etc.) jusqu’à ce que la seule option possible soit de les démolir. On détruit des édifices et on attend des années avant de reconstruire. Pendant ce temps, il y a des trous partout. Y a-t-il quelqu’un à l’Hôtel de Ville qui se soucie de ce genre de chose?

    • @ dcsavard, 26 janvier 2014, 15h49

      Sous l’ère Drapeau, il y a eu la destruction du “Faubourg à m’lasse” pour faire place à la tour de Radio-Canada tout en “modernisant” la rue Dorchester, maintenant le boulevard René-Lévesque.

      Les lieux de la tour de Radio-Canada fait toujours l’objet de questionnements urbanistiques.

      Heureusement, l’on a sauvé de très belles églises au nord du boulevard René-Lévesque.

      Sous l’ère Drapeau, il y a eu plein de destructions massives.

      Il est aisé de reconnaître les erreurs commises sous l’ère Drapeau. Il suffit de constater les différences marquées dans le zonage entre les anciennes villes et la ville de Montréal.

      Ainsi et par exemple, il y a beaucoup d’immeubles de plus de 15 étages, construits sous l’ère Drapeau, aux abords de Westmount, Outremont et Ville Mont-Royal.

      Il y a même, dans la ville de Montréal, des irrégularités monstres entre les constructions permises par Drapeau et le cadre bâti existant.

      Il ne suffit que de constater les immeubles dans le Golden Square Mile pour constater que les immeubles à étages sont souvent de 10 à 15 étages plus haut que ceux qui sont contigus.

      Un immeuble à étages demande normalement un espace au sol plus grand qu’un immeuble de 2 étages.

      L’on ne peut pas implanter un immeuble de 15 étages, ou plus, tout juste à coté d’un ensemble urbain de 2 étages.

      C’est Drapeau même qui a vulgairement forcé la démolition de la maison Van Horne alors que maintenant l’on incorpore les façades d’anciens immeubles à des tours.

      Il faut dire que Drapeau n’avait pas l’intelligence nécessaire pour planifier une ville malgré le métro, le stade olympique et l’Expo 67.

    • Monsieur Verret, le tunnel piéton qui relie Billy Bishop au CV est-il terminé !? Machine gun anthrax is back ! LoL ! Mais bon il faut lui donner raison que des villes magiques comme Hambourg et Dresde recommençait à zéro, un canevas vierge! Parce que figurez-vous que la RAF et la USAF ont fait une meilleure job que la Luftwaffe en terme de démolition constructive. Je crois que ce n’est plus l’argent de HK qui rentre à Toronto et Vancouver à pleine valise, non c’est les villes chinoises de l’arrière-pays ! Mon Dieu ! Mon Dieu si on devait apprendre comment toute cette argent fut gagné !?
      nm

    • @anthrax

      Inaccessibles pour un premier acheteur, les centres de Vancouver et Toronto, je veux bien, mai pas inaccessibles en soi. Par exemple, je m’y rembarquerais sans doute dans une autre hypothèque, mais le niveau de vie et la qualité des services dépassent ce qu’on peut trouver à Montréal. En ce sens, Montréal offre plus à qui dispose d’un plus grand revenu disponible à cause d’un coût de la vie nettement moindre, mais c’est aussi devenu une ville moyenne un peu provinciale et périphérique.

    • Je souhaite à monsieur Coderre de la vision, de la probité, du courage et de la détermination pour faire de Montréal une ville de classe mondiale.

      La corruption peut nuire considérablement à cet atteinte.

      Le manque d’intelligence nuit certainement à cet atteinte.

    • @louis-richard
      Drapeau a “nettoyé” la ville au niveau de la moralité. Mais il n’a pas vu la mafia se recycler dans la construction. C’est pour ça qu’il y a eu beaucoup d’incongruités au niveau de l’urbanisme.

    • @NiCMef

      J’y suis allé en train. Pas trop au courant des nouveaux aménagements en fait d’aéroports. Je vois Billy-Bishop du bureau sur King W., mais c’est tout.

      En fait de démolition, les Londoniens ne se vautrent pas dans leurs malheurs passés, mais leur ville n’en a pas moins mangé une méchante volée aux mains de la Luftwaffe et des V1/V2 pour autant. Pas à l’échelle de Dresde ou de Tokyo deux ans plus tard, soit, mais une méchante volée néanmoins.

      Keep calm and carry on.

    • Verret
      Voila Monsieur Verret : http://www.thestar.com/news/gta/2012/01/10/billy_bishop_toronto_city_airport_pedestrian_tunnel_to_start_construction_next_month.html. Cute hein !
      Dites-moi, Toronto ne vient-elle pas de dépasser Chicago en termes de population!? Montréal si le maire Coderre est en mesure de nous garder parmi le peolton des viles beta +, ca serait déjèa tout un accomplissement ! Je pense que Toronto va rejoindre Sydeny comme ville Alpha +
      très bientot.
      nm

    • @NiCMef

      Plus que cute. Merci beaucoup.

      J’aime Montréal à m’en confesser, mais il faut bien reconnaître que Toronto est désormais dans une ligue à part.

    • Montréal est Montréal.

      On peut comparer Montréal à d’autres ville mais il appartient à ceux qui la gouverne d’en faire une belle ville.

      C’est ainsi que Montréal peut et doit être une grande ville.

    • @verret 19h05, louis-richard 19h24

      Montréal n’est plus la métropole du Canada et ne le sera plus jamais. C’est une bataille perdue à cause d’une succession de maires incompétents et de gouvernements provinciaux qui ne s’intéressent pas à nous, quel que soit le parti au pouvoir. Toutefois, tout n’est pas perdu. Nous sommes une ville universitaire très forte (il y a environ 200,000 étudiants dans les cégeps et les universités de Montréal, sur une population de deux millions – c’est assez exceptionnel). Nous avons plusieurs attraits architecturaux, la montagne, le fleuve, etc. nous avons une excellente vie culturelle, de bons restaurants, de bons magasins, etc. Mais surtout, les Montréalais sont attachés à leur ville. Ils y vivent souvent depuis plusieurs générations. Nous ne sommes pas une ville de nouveaux riches comme Toronto et Vancouver. Ceci finit par faire une différence. Avec un peu de vision, d’effort et d’intelligence, nous pouvons remonter la côte.

    • @ Fritz, 13h58

      Et n’oublions pas la tour d’observation sur le Mont Royal (style CN Tower à Toronto), d’une hauteur de 80 étages comme l’annonçait fièrement le concepteur Lavalin, qui a voulu la construire voilà une trentaine d’années.
      Ne laissons jamais au grand jamais nos villes dans les mains des ingénieurs qui finalement ne pensent qu’a une chose: $$$.

    • M. Cardinal,
      Je sais que je déborde un peu sur le sujet de ce blogue qui est: le maire Coderre est -il omnimaire?
      Mais voici, je pense que l’une des premières priorités du maire est de s’assoir avec les leaders de la communauté chinoise de Montréal et discuter avec eux sur la façon à expensionner et vivifier le quartier chinois. Car ce quartier est non seulement chinois, il est vietnamien, asiatique. Et ça, pour une ville qui se veut internationale, c’est un incontournable.

    • M. Cardinal,
      tiens comme ça pour finir,si je serais le maire,
      - le quartier chinois serait le plus dynamique et le plus chinois
      - le quartier italien serait le plus dynamique et le plus italien
      - le quartien haitien serait le plus dynamique et le plus haitien
      - le quartier….

    • @louis-richard,

      je ne dis pas que Drapeau n’a pas fait d’erreurs, loin de là. Je dis simplement que le contexte dans lequel s’inscrivent ce qu’il a fait est plus complexe que le seul niveau d’urbanisme. Montréal était la plaque tournante du trafic d’héroïne en Amérique dans les années 60.

      Et l’urbanisme dans une phase sociale futuriste avec l’automobile omniprésente, la croissance de la population sans fin, etc. C’était la course à l’espace et il ne semblait pas y avoir de limite. C’est la crise pétrolière des années 70 qui a sonné la fin de la récréation.

    • dcsavard
      Vous pensez que Miami s’est construit sur de l’argent virginal. La moitié du skyline et des hotels (1960-1990)ce sont des narcosdollars !

    • @NiCMef,

      je ne vois pas trop le rapport avec le fait que Drapeau voulait détruire des quartiers et quadrilatères dans le Montréal des années 60 comme moyen de lutte au crime organisé.

      Vous pouvez dire ce que vous voudrez, ça ne changera rien au fait que le Montréal des années 60 était la plaque tournante du commerce de l’héroïne en Amérique.

      Ceci étant dit, ça n’empêche pas la mafia d’oeuvrer ailleurs, ce n’est simplement pas mon propos.

    • dcsavard
      Lol ! Susceptible le monsieur wow ! Nettoyer les Red Light en AdN étaient une stratégie électorale très payante à cette époque. Je dirai tjrs ce que je voudrai en effet, comme vous d’ailleurs, c’est la seule raison que nous sommes tous ici. Comme ca, en 2 lignes vous avez senti que je vous remettais en question au sujet de Mtl SiN CiTy back in the 60ies. Le crime organisé ! Il est partout, il fut partout et il sera partout tant qu’il existera une forme de démocratie. Dépendant des époques, parfois, la société ferment les yeux, parfois, elle en fait des alliés incommodes (big money oblige!), parfois, elle décide qu’assez c’est assez. C’était un grand Maire ! Vous savez la vie est un long fleuve tranquille, il faut se laisser emporter par le courant !

    • @NiCMef,

      je pense que c’est vous qui présumez beaucoup de ce que j’ai dit en réalité. Ce que vous dites dans votre intervention de 8h08. Que vient faire Miami dans le portrait? Quel rapport? Je ne vois toujours pas où vous voulez en venir. En fait, le seul endroit où je vois où vous voulez en venir n’a aucun rapport avec le sujet et ce que j’ai dit.

      Vous croyez sérieusement que je ne sais pas que Las Vegas et Miami se sont construites en partie sur des narcos dollars? C’est juste que ça n’a aucun rapport. Y’a-t-il un sens occulte à votre intervention? Et faites-moi dont le lien clairement avec ce que je dis? Vous vous adressez directement à moi au lieu de faire une intervention générale. J’imagine que c’est parce qu’il doit y avoir un lien quelconque.

    • @fcardina 22 janvier, 19h03

      Bonjour M. Cardinal,

      La semaine dernière, vous avez écrit: “Je ne suis pas journaliste, mais éditorialiste. Mon travail est de donner mon opinion sur l’actualité. Point.

      François Cardinal”

      J’ai mis un certain temps à réagir à cette petite phrase. J’ai toujours pensé qu’un éditorialiste était nécessairement un journaliste. D’ailleurs, sous votre photo ci-haut, vous vous décrivez d’abord comme éditorialiste, puis comme journaliste. Je ne comprends donc pas pourquoi vous avez écrit que vous n’êtes pas journaliste.

    • Il devrait commencer par laisser Desharais tranquille :-)

    • @fritz2

      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ditorialiste

      ”L’éditorialiste est généralement un journaliste appartenant à la rédaction et qui est chargé d’exprimer sa position. Il peut aussi s’agir d’une personnalité extérieure choisie pour ses capacités d’analyse (universitaire, écrivain, analyste politique, etc.). Son rôle est d’éclaircir ou de mettre en perspective un événement d’actualité ou une tendance, voire de refléter l’orientation (éventuellement la couleur politique) du journal. Il peut adopter un ton personnel et se montrer critique, à la différence des autres rédacteurs qui doivent appliquer les principes de neutralité et d’objectivité.”

    • dcsavard
      Ayoye ! Laissez faire !? Tempete dans un verre d’eau !? Geez !
      nm

    • @NiCMef,

      c’est sûr qu’on va laisser faire, vous semblez incapable de vous exprimer clairement. Et si vous relisez, ce dont je doute évidemment, je ne fais nullement l’apologie de Drapeau, si c’était ce qui vous chicottait. Je disais simplement qu’il y avait d’autres facteurs que l’urbanisme dans ses décisions. Quelles soient fondées ou non, etc.

    • @fritz2

      La situation des éditorialistes à La Presse est assez confuse (selon moi). Par exemple (si j’ai bien compris), La Presse a appuyé Coderre aux dernières élections, mais cette prise de position n’engageait que l’éditorialiste en chef ainsi que les propriétaires de La Presse (la famile Desharnais). M. Cardinal peut donner son opinion, mais pas sur tous les sujets. Il n’avait pas le droit de dire qui il appuyait aux dernières élections municipales à Montréal, même si c’est lui qui connait le mieux le dossier. C’est un peu loufoque comme réglement et c’est à ma connaissance le seul journal au monde qui l’impose à ses éditorialistes.

    • @ugoh 20h35

      Intéressant et intriguant. Je ne connais pas le monde du journalisme, mais j’aimerais bien connaître l’opinion du premier intéressé.

    • Mais qu’a fait a date Coderre a part de ce mettre en face de ”kodak ” ? Rien…A part de dénoncer la charte par électoraliste.

    • Il parle beaucoup comment il va se batter contre la charte pour faire plaisir aux groups éthniques qui l’ont porté à la Mairie. Il me semble ceci n’est pas de son domaine est que les millions de dollars qu’il va finir à déboursé en frais juridiques seront bien mieux dépensés dans l’infrastructure vétuste.
      Les anglos ont refuse à voter pour Louise Harel pour ces convictions nationalists, Coderre devrait laisser tomber ces affinities liberals/multiculturistes pour bien server la majorité francophone de Montréal. S’il peu faire ça il sera un bon Maire.

    • @chapala1 00h08

      Vous écrivez n’importe quoi. En particulier, si Mme Louise Harel avait voulu devenir mairesse de Montréal, elle aurait d’abord dû se présenter à ce poste. Monsieur Coderre doit être un maire pour tous les Montréalais, pas seulement les francophones. Un vrai politicien doit représenter tous ses électeurs, pas seulement une majorité ethnique. Vous faites beaucoup de fautes de français.

    • Maintenant, il veut remplacer l’AMT par la CMM !! L’AMT est déjà une grosse organisation. Ca ne se fera pas du jour au lendemain. Il va l’annexer et en devenir le boss. On l’appellera “MaireDieu” pour les amateurs de jeux de mots ou “Dieu le Maire”.

    • Un bon maire servirait toute la population, meme ceux qui n’ont pas voté pour lui ! Monsieur Coderre est encore en lune de miel, c’est koi déjà 100 jours !? Les projecteurs seront vraiment braqués sur lui avec le dégel !
      NM

    • @Fritz2: Lisez les journaux de l’avant champagne et vous verez que j’ai raison.

    • @chapala1 10h58, 00h08

      Je ne sais pas ce que vous entendez par “les journaux de l’avant champagne”.

      1. Si Mme Harel n’a pas été élue à la mairie de Montréal, ce n’est pas parce que les anglos ont voté contre elle, mais parce qu’elle ne s’est pas présentée.
      2. M. Coderre est en effet contre la charte, à l’instar de la majorité des Montréalais. La charte n’affecte pas que les anglophones. Elle transcende les langues. Pensez-vous que la plupart des musulmanes affectées par la charte sont anglophones?
      3. J’ai écrit que vous faites plusieurs fautes de français et vous ne pouvez pas le nier.
      4. Vous avez raison d’écrire que les infrastructures de Montréal sont vétustes. Mais comme vous mettez tout dans le même sac et que vous vous exprimez mal, il est difficile de suivre votre raisonnement.

      Si vous voulez écrire sur ce blogue, vérifiez vos faits et écrivez bien. C’est la moindre des choses.

    • Est ce qu’il parle des bonnis offert aux cadres qui travaillent à la ville de Montreal?
      Va t’il se donner un bonus?
      Je crois que si il fait revenir les Expos, qu’il fait payer Montreal pour ce projet privé, il ne regardera meme pas si les dirigeants du club se donnent des bonus meme si les expos font des pertes.
      Deux poids deux mesures?
      Bixi ne peut pas aider le financement de son parti, c’est sur.

    • @Fritz2: Vos remarques sur mon français sont déplacé, ce n’est pas ma langue maternel et j’en écris dans plusieurs langues, mais vous avez raison je fait des erreurs, ce qui ne m’enpêche pas de participer sur n’importe quel bloque qui m’intéresse. Enfin sur votre remarque précédent que j’écris n’importe quoi c’est votre interpretation et n’est pas ma façon de faire.

      Bon retournons sur vos 4 points. (ps champagne devrait lire campagne, ooups un typo).

      1.Vous avez raison que Mme. Harel ne c’est pas présentée. Elle a pris cette decision pour ne pas nuir à son parti car il y avait une “campagne” anti-nationaliste (separatist comme il en préfèrent de dire) par les anglos et certain éthnique tel que le lobby juif en particulier.

      2. Regarder les sondages la majorité des Québecois(es) sont pour la charte et ni Coderre ni les Montrálais ont le droit de nier à la majorité ce qu’elle veulent. Ce n’est pas à Coderre en function de Maire de Montréal de gaspiller les fonds publiques des contribuables de Montréal déjà sur-taxé, il n’a pas eu de mandat. N’oublier pas que l’opposition a eu la majorité des votes, en principe il est le Maire d’une minorité appuyer surtout par les minorities. Je sais notre système electoral est ainsi mais il ne faut pas oublier ces faits quand on veut attaquer un projet de loi qui est très populaire et qui va passer.

      3. J’ai déjà répondu en haut.
      4. La remarque sur les infrastructures vétustes de Montréal est directement lié au projet de Coderre d’utiliser des fonds de la Ville pour combattre la charte en justice, de l’argent mieux utilisés pour les infrastructures en decadence.

      Merci d’avoir pris le temps de me répondre.

    • @NiCMef: vous écrivez “Un bon maire servirait toute la population, même ceux qui n’ont pas voté pour lui”. Vous en avez raison mais en attaquant la charte, Coderre se mette une majorité des électeurs en dos qui n’ont pas votés pour lui.
      N’oublions pas que la majoritié des votes étaient contre Coderre!

    • @chapala1 16h14

      Vous écrivez: “Vous en avez raison mais en attaquant la charte, Coderre se mette une majorité des électeurs en dos qui n’ont pas votés pour lui.
      N’oublions pas que la majoritié des votes étaient contre Coderre!”

      Ici vous versez dans le sophisme. Dans nos démocraties il est fréquent que le gagnant recueille moins de 50% des voix. C’est aujourd’hui vrai aux trois niveaux de gouvernement si on vit à Montréal. M. Coderre a bien le droit d’être contre la charte, surtout si sa position représente celle de la majorité des Montréalais. Le sophisme dont vous êtes coupable est de laisser entendre que la majorité des Montréalais qui n’ont pas voté pour Coderre sont pour la charte. Quant aux poursuites judiciaires et leur coût, nous n’en sommes pas là encore: il faudrait d’abord que la charte soit adoptée et qu’il y ait une cause devant la cour. Pour l’instant les seules dépenses relatives à la charte sont encourues par le trésor de la province, si un gouffre financier peut s’appeler un trésor.

      Pour ce qui est de Madame Harel, vous avez écrit ce matin que les anglos avaient voté contre elle. Vous vous êtes ensuite rétracté quand je vous ai fait remarquer qu’elle ne s’était pas présentée. Maintenant vous nous dites qu’elle a été victime d’une conspiration des “anglos” des “ethniques” et des “juifs” (Je vous cite: “Elle a pris cette decision pour ne pas nuir à son parti car il y avait une “campagne” anti-nationaliste (separatist comme il en préfèrent de dire) par les anglos et certain éthnique tel que le lobby juif en particulier.”). Vous ratissez large et vous avez assez peu de crédibilité. Pas fort votre affaire.

      Vous écrivez aussi (16h02): “4. La remarque sur les infrastructures vétustes de Montréal est directement lié au projet de Coderre d’utiliser des fonds de la Ville pour combattre la charte en justice, de l’argent mieux utilisés pour les infrastructures en decadence. ”

      Encore une fois, ce n’est pas fort. Il n’y a aucun rapport entre les infrastructures vétustes de Montréal, la charte et des poursuites judiciaires qui n’existent pas. Si tel est le cas, allez donc dire au gouvernement provincial d’arrêter de dépenser de l’argent sur la charte et d’aller réparer les viaducs à la place. Quand on y pense, ce serait peut-être une bonne idée.

    • Parlant d’Omnimaire, il tire à gauche et à droite aujourd’hui.
      Stationnements de Montréal, Bixi, autos en libre service et autres.

      Côté Bixi, Bravo à l’équipe de s’être payé des bonis. On se croierait sur Wall Street, avec Goldman Sachs.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité