Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 21 janvier 2014 | Mise en ligne à 16h24 | Commenter Commentaires (73)

    Que ferait le dragon Alexandre Taillefer du BIXI?

    X084_49BC_9

    S’il avait à se prononcer sur le BIXI en tant que «dragon», Alexandre Taillefer ne mettrait pas une cenne dans le service. Mais il croit néanmoins qu’il est «pertinent, voire essentiel» que la Ville de Montréal poursuive l’aventure en intégrant le BIXI au réseau de transport en commun.

    Pour certains, c’est une hérésie. «Pas question de fournir des vélos à 5000 $ à chaque Montréal», peut-on lire sur les réseaux sociaux. «Il faut maintenant tirer la plogue». «On n’a pas à mettre un seul dollar de plus dans un service de bécik.»

    Or pour Alexandre Taillefer, avec qui je me suis entretenu tout à l’heure, les chiffres montrent que le BIXI a bel et bien sa place dans le réseau de transport collectif, ce qui implique la prise en charge par la Ville d’une partie ou de l’ensemble de son déficit d’exploitation (comme c’est le cas dans toutes les villes qui ont acheté le BIXI, d’ailleurs, sauf Toronto et New York).

    «Avec 4,4 millions de déplacements en BIXI en 2012 et un déficit d’opération d’environ 1,5 million $, calcule cet homme d’affaires chevronné, la Ville aurait à subventionner chaque déplacement à hauteur de 0,34 $, ce qui n’est pas très élevé.»

    Je pousse l’argument plus loin en ajoutant les amortissements dans le déficit d’opération, lequel pourrait atteindre 4 millions $ (selon des informations non confirmées pour l’instant), on en arrive à un déplacement dont la subvention coûte 0,91 $.

    «Comparons maintenant cette fourchette avec la subvention accordée pour chaque déplacement fait dans le réseau de la STM, ajoute Alexandre Taillefer. Avec 450 millions de déplacements et des subventions de toutes sortes d’environ 650 millions $, on arrive à un montant de 1,44 $ pour chaque déplacement.»

    Je pousse à nouveau l’argument plus loin en prenant uniquement les subventions de la Ville de Montréal, qui couvre le déficit d’exploitation de la STM, soit 387 millions $, et cela nous mène à un déplacement subventionné à 0,85 $.

    Toute comparaison est bancale, on s’entend, mais celle-ci a le mérite de nous donner des ordres de grandeur qui se rejoignent finalement à mi-chemin. Le déplacement en BIXI coûte entre 0,34 $ et 0,91 $, tandis que dans le réseau de la STM, il se situe entre 0,85 $ et 1,44 $.

    «On le voit bien, le réseau BIXI peut très bien se comparer à celui du réseau de transport en commun dans son ensemble, conclut Alexandre Taillefer. Si en plus on ajoute ses mérites en terme de santé publique et d’environnement, on a là un service public qui se justifie pleinement.»


    • Voyons, ça a aucun bon sens de comparer ça de même. Les transports en BIXI sont ben moins longs que ceux en autobus ou en métro. Refais ta comparaison par km et tu arriveras pas au même chiffre. Je douterais que tu arrives au même ordre de grandeur.

      Et ça c’est sans compter que bien souvent, pour une utilisation de BIXI tu enlèves une utilisation d’autobus ou de métro. Si tu cancelles le BIXI, probablement que le déficit de la STM diminue.

      Je suis pas nécessairement contre le BIXI, mais il ne faut quand même pas dire des sottises.

    • Et on ne parle pas d’image de marque pour la ville, de l’attraction pour les touristes, et de la complémentarité avec les services de la STM.

    • C’est juste que ça a été tellement mal géré à date, qu’on a l’impression de s’être fait passer un sapin et d’avoir perdu 31 millions dans une aventure commerciale sans queue ni tête.

      Chat échaudé craint l’eau froide; cela s’applique aussi pour les montréalais.
      Peut être qu’on devrait les abolir un an. Ensuite les réintroduire de façon plus intelligente, et les gens apprécieraient leur retour.

    • Certes, le coût d’un déplacement est moindre en BIXI qu’en metro ou en autobus. Mais ce chiffre est trompeur, car il ne fait pas de distinction entre la distance parcouru moyenne pour un déplacement en métro vs. un déplacement en bixi. Facile de comparer pour des déplacement de courte distance, mais la comparaison est boiteuse pour les déplacement de longue distance.
      Selon moi, il faudrait plutôt voir ces déplacements dans leur ensemble. Inclure BIXI à la STM ferait passer le coût subventionné d’un déplacement de $0.86 ($387M/450M de dép.) à $0.855 ($388.5/454.4M de dép.).
      Cette logique fonctionne si les déplacements en BIXI font que ces ‘places’ dans le métro sont remplacées par des nouveaux usagers.
      C’est la foutu dette de BIXI qui vient compliquer les choses!

    • Il ya du bon et du moins bon dans cette argumentation là.

      Le moins bon , c’est de chercher à présenter le coût comme étant le plus petit possible, on fait cela aussi avec des coûts par contribuable. ici, au moins, c’est en fonction des déplacements.

      Le bon raisonnement ? C’est d’arrêter de penser à une rentabilité financière pour un service de partage de vélos. C’est impossible à obtenir à aussi grande échelle. Cela ne veut pas dire pour autant que le projet n’a pas une rentabilité sociale.

      Tu démontres ta rentabilité sociale et en utilisant ton bon jugement, tu respectes tes budgets et tu vis avec cela…

      Sortez-les les chiffres de Washington et Washington State University pour qu’on puisse vraiment voir si le serive est attention au mot : viable.

      C’est cela la viabilité.

      Présentement , c’est mal administré et organisé donc la viabilité est en péril. Quelque chose de bien organisé et répondant à un besoin sera viable et avec une rentabilité sociale que l’on ne remettra pas en question à tout bout de champ.

    • C’est pas sûr et certain non plus que la STM serait le meilleur opérateur pour le service à Montréal mais qui d’autre ?

      Les gens veulent un opérateur local pour plusieurs raisons dont des raisons politiques.

    • Les Dragons ? Ils n’investissent que da

      s les projtes où ils pourront potentiellement faire de l’argent et avec un rendement.

      Personne est intéressé par l’entreprise au niveau international ?

      Que Montréal prenne sa perte et qu’on vende les actifs…

      Qu’on remplace les Bixis par des B-cycle s’il faut…

      http://en.wikipedia.org/wiki/B-Cycle

      On en sait pas assez…

      https://www.bcycle.com/home.aspx

      Sont-ils ou font-ils mieux ou pire ?

    • Intégrer BIXI aux transports publics, oui. Mais il faut revoir la gestion des transports collectifs dans son ensemble. Par exemple, je vois trop d’autobus articulés quasi vides hors des heures de pointe. Va falloir penser différemment et admettre qu’il n’y a pas qu’une seule solution. Et par pitié, regardons ce qui se fait ailleurs!

      P. Lemieux

    • “… la Ville aurait à subventionner chaque déplacement à hauteur de 0,34 $, ce qui n’est pas très élevé.» Ou on augmente le tarif de $0.34 du déplacement. En assumant que le déficit soit véritablement de $1.5millions.

    • En tant que “dragon” ?!? C’est quoi cette expression là ?

    • Pourquoi est-ce que la ville n’investit pas plutôt dans des abris/bornes de rangement pour vélos modernes aux quatre coins de la ville mais où chacun apporte son propre vélo? Me semble que ça coûterait pas mal moins cher et que ça serait tout autant pratique. L’intérêt du bixi tant qu’à moi est d’avoir un endroit où ranger son vélo à l’abri des voleurs et intempéries… Je ne comprends pas le besoin de fournir le vélo.

    • @jpdem – tout à fait d’accord, si les gens sont trop cheap pour payer. 34 de plus. Et bien, c’est qu’ils ne tiennent pas tant que ça au service.

      C’est le problème avec le transport en commun…plus t’as d’usagers plus t’es dans le rouge…pour moi, ça n’a aucun sens

    • Le problème avec le BIXI: il coûte cher! Parfois, la ”technologie” n’est pas avantageuse. Payer 1M$ pour éponger des dettes? Pourquoi ne pas simplement prendre cette argent, acheter des vélos bon marché et les mettre en circulation libre? Avec un peu de bon vouloir, laissons la population de Mtl avoir assez de bons sens pour les laisser librement en circulation (donc ne pas les voler) et voyons ce que ça donne! Une équipe qui ramasse les vélos endommagés, une autre qui les répare…pas cher!

    • Que ferait Alexandre Taillefer ? Achever l’industrie du taxi et causer des milliers de pertes d’emplois avec ses idées saugrenues. Subventionner les folies vertes, ça débarque.

    • poueti

      Parce que la derniere fois que j’ai vu un touriste dédouaner son vélo a Dorval, je gagnais moins de 300 000 $ par an.

    • Je rejoins Elvince et Frankzero. Essayez de traverser de pointe en pointe.
      Pointe aux Tremble à Pointe Claire en Bixi.

      Ce matin le Dragon parlait plus de chiffres de l’ordre de .50$ pour le Bixi et environ 1.10$ pour la STM.

      Mais encore une fois ce sont des bananes et des pommes. Et là c’est une pomme pourrie.
      Ajustez les coûts de .50 de plus et ils trouveront le moyen d’être en déficit. Ajoutez 1$ et ils trouveront…

    • Tant qu`à y aller dans le moi je ferais…
      J`étudierais les couts et revenus liés à la vente du matériel actuel ,à l`achat de modeles moins dispendieux et à la rentabilité du projet.

      Je crois à la nécéssité d`un tel projet dans le cadre d`une toile de transport alternatif et collectif mais pas a n`importe quel prix. D`enfouir ce concept dans la STM est malhonnête car il s`agirait ici de cacher un déficit d`exploitation dans des chiffres déja déficitaires et ainsi noyer le poisson.

      C`est l` argent des montréalais et me semble que c`était une des demandes qu`on faisait pour sortir montréal du marasme, la clarté non ?

      C`est tellement facile de dépenser l`argent des autres hein ? On est en 2014 et un ménage s`impose (depuis longtemps ) et si il faut faire des sacrifices même si c`était des projets populaires, il faut parvenir à contrôler les dépenses et déficits.

    • @guygadbois

      Premièrement, dans l’article on parle du Bixi comme un transport en commun et son apport aux habitants de Montréal. On va payer des millions par année pour que le touriste qui arrive aille son vélo subventionné?

      Deuxièmement, il y a de très bons marchands de vélos qui vont se faire un plaisir de louer un vélo aux touristes s’ils en veulent un.

    • @mathieu.cauchon

      Les vélos usagés cela est très sympa pour les petites villes pas pour les grandes agglomérations urbaines quoique celui sur le Plateau vu aussi je trouve cela sympa aussi, ce sont pour des besoins différents mais ces projets là ont quand même l’avantage de ne pas mettre une ville dans le trou…

      http://becikjaune.ca/

      Moi c,est des affaires comme cela que j’aurais fait et gérer par les arrondissements ou les chambres de commerce. Tu restes petit et c’est pour le tourisme ou les ballades.

      Cela reste quand même un besoin très différent.

      http://www.newswire.ca/en/story/75815/becik-vert-la-flotte-de-velos-partage-du-plateau-mont-royal

      http://velocitern.org/Velo-Cite_Rouyn-Noranda/Accueil.html

      Un besoin différent… Pas pour les déplacements utilitaires mais pour les déplacements récréatifs.

    • Dans le BIXI, il y a certaines externalités qui ne sont pas calculées.

      Par exemple :

      L’épargne de pollution. On sait que le smog coûte une fortune au réseau de la santé. Les déplacements en BIXI ont probablement contribué à réduire l’intensité et la fréquence des épisodes de smog.

      L’activité physique. Bien que le BIXI ne soit pas un sport exigeant ou complet, c’est bien mieux que l’usage de la voiture. Les maladies cardio-respiratoires sont encore une des premières causes de mortalité et le BIXI contribue à réduire ce fléau, tout comme la problématique de l’obésité.

      Le gain d’espace de stationnement. Sur un même terrain, on stationne plus de BIXI que de voitures.

      Le confort accru dans les transports en commun : quand un usager des TEC utilise un BIXI, les autres passagers ont plus d’espace pour eux. Ne pas avoir son voisin trop près dans l’autobus ou le métro est apprécié lors des journées chaudes, ce qui rend les TEC plus attrayants.

      L’épargne du bruit. On quantifie mal encore les effets du bruit sur la santé en générale, mais on sait que le bruit constant des voitures fait augmenter la production des gonadocordicoïdes, le rythme cardiaque et la pression sanguine. Ça finit par se payer.

      Bref, oui, ce n’est pas donné le BIXI. Mais avant de paniquer, faut élargir le calcul.

      Au passage, notons une dynamique près de celle du Tea Party chez les opposants à BIXI : ceux qui ont l’impression que c’est un gaspillage d’impôt sont ceux qui en paient le moins ou pas du tout, tandis que ceux qui en paient le plus (Des impôts) sont d’accord avec le support public du BIXI.

    • Et pourquoi faudrait-il que la comparaison soit fait par kilomètre? Le déplacement en TEC avec la STM est subventionné peu importe le nombre de kilomètres parcourus. Faire Henri-Bourassa-Côte-Vertu en métro ou Henri-Bourassa-Sauvé en métro, la subvention est la même. Quand quelqu’un prend un Bixi pour aller de Henri-Bourassa à Sauvé, il fait économiser de l’argent à la STM.

      L’argument d’enlever de la clientèle à la STM ne tient pas la route non plus. Bon nombre d’usagers sont des abonnés mensuels qui prennent des passes à l’année et qui paient le service Bixi en plus. Ils vont continuer à utiliser les deux moyens de transport. Le Bixi comble un besoin que le TEC ne peut pas combler. Les deux sont complémentaires, pas compétitifs. On voit que les gens qui n’ont jamais enfourché un vélo, sauf le dimanche sur une piste cyclable dans un parc ne comprennent pas grand chose à la dynamique des déplacements avec ce mode de transport.

    • @simon_c

      “Le confort accru dans les transports en commun : quand un usager des TEC utilise un BIXI, les autres passagers ont plus d’espace pour eux.”

      À Montréal, il pleut un jour sur trois. Ces journées-là les cyclistes sont rares. Ils se retrouvent dans les transports en commun qui sont engorgés par un apport imprévu de client.

      Le Bixi, c’est pour 10 à 20% de la population qui est capable de faire cet exercice, qui est capable de trouver le temps pour le faire, et qui habite au bon endroit. Pas tout le monde qui peut faire 20 à 50 minutes de vélo et atterir au bureau sans changer de vêtements.

      “ceux qui ont l’impression que c’est un gaspillage d’impôt sont ceux qui en paient le moins ou pas du tout”

      Vous avez des preuves de ce que vous avancez? Ou c’est simplement le désir de simplifier le débat, en associant le Bixi à l’axe du bien, et ses ennemis à l’axe du mal?

    • Le Bixi n’est pas du transport collectif, en tout cas pas plus que Communauto. Le Bixi n’est un petit luxe pour les gens qui n’ont pas envie de payer et d’entretenir leur propre vélo. Ce n’est pas un service essentiel, juste un petit luxe.

      Faudrait-il aussi que la ville subventionne Communauto?

    • Est-ce juste moi ou personne ne se préoccupe des dirigeants de Bixi qui se sauvent les poches pleines encore une fois !!! Voyons, les coûts prohibitifs de ce projet est insensé. Allez chercher les responsables s.v.p. Était-ce tous des clones de Gerald Tremblay, ils ne sont au courant de rien, ils n’ont rien vu !!! L’argent a coulé a flots, les voyages, les diners, les comptes de dépenses… Encore une fois c’est le contribuable qui paie…

    • @mdenali :
      “À Montréal, il pleut un jours sur trois” —-

      L’apport imprévu de client est un retour à la normale. D’ailleurs le 1 jours sur trois, c’est un jours sur trois avec des précipitation mesurables, ça ne veut pas dire toute une journée de pluie.

      L’argument est encore valide.

      Que le Bixi soit pour 10 ou 20 % de la population (preuve ?) , c’est très bien. Ça donne un impact notable et mesurable pour le trafic, le bruit et la santé publique.

      Quand à votre dernier paragraphe, votre seconde question, qui suggère une réponse, est viciée. C’est une manoeuvre grossière en rhétorique. Vous êtes capable de faire mieux, car présentement, ça ressemble à de l’avocasserie de troisième ordre.

    • @89170 20h16

      Vous écrivez: “Le Bixi n’est pas du transport collectif, en tout cas pas plus que Communauto. Le Bixi n’est un petit luxe pour les gens qui n’ont pas envie de payer et d’entretenir leur propre vélo. Ce n’est pas un service essentiel, juste un petit luxe.

      Faudrait-il aussi que la ville subventionne Communauto?”

      Dans toutes les réunions et dans tous les blogues, il se dit et il s’écrit beaucoup d’inepties. Pourtant, de temps en temps, quelqu’un met le doigt sur le bobo et dit la vraie chose de la bonne façon. Cette fois-ci vous êtes cette personne. Votre intervention est excellente (en tous cas, elle correspond à ce que je pense profondément). Je paie plus de $10,000 par année (après impôts) en taxes municipales. J’en assez du gaspillage et de l’incompétence de nos élus, des fonctionnaires et des autres employés municipaux.

    • On subventionne: l’électricité pour les grosses entreprises, les éoliennes, les fabricants de jeux vidéos, les syndicats de la construction, le recyclage, les HLM pour les BS, on paye plus cher pour notre vin, toutes les commissions et autres comités que les politiciens inventent sans arrêt, les déménagements des fonctionnaires de Lisée et j’en oublie probablement…

      Si c’est si génial que ça le privé va sauter sur l’occasion. Pas besoin de subventionner les enverdeurs qui descendent le Mont Royal à Bixi, pour ensuite payer un camion pour remonter les vélos en haut de la pente…

      Y’a des vélos à moins de 100$ chez Wal Mart, achetez vous en un et arrêtez de nous voler. Les politiciens s’en chargent très bien.

    • Personnellement, j’en ai rien à cirer si Montréal décide d’injecter des fonds dans ce fiasco, pour des années à venir … après tout, il n’y a que ça qui fait carburer les Montréalais, soit nourrir leurs fantasmes d’idéaux … mais je refuse catégoriquement que MES impôts viennent à nourrir ce éléphant blanc … no way!!

    • Fritz

      Chanceux, c’est ce que je paie en taxes municipales a Montréal et je n’y habite meme pas!

      Ca me coute plus de 1000 $ par an pour faire tondre mon gazon et deneiger mon entrée. Vous ne croyez pas que vous recevez pour plus de 10 000 $ de services municipaux à chaque année?

    • @therichrocco : merci d’illustrer mon propos sur les opposants au BIXI.

      Moi je refuse que MES impôts servent à construire et entretenir des routes à Saint-Très-Creux-des-Profondeurs. Pis je refuse que MES impôts servent à maintenir des écoles à moitiés vides où à transporter durant 1 h et à grands frais des morveux de Notre-Dame-du-très-loin à une école. Y’ont juste à se payer une école locale avec leurs taxes.

      Ça avance comme société ?

    • @drpapa : Savez-vous combien ça vous coûte sur vos impôts la pollution automobile ?

    • @guygadbois

      Nous sommes dans la même galère. Mon déneigeur-tondeur me coûte $115 par mois. Au moins, je suis libre de m’offrir ce service ou non. Avec le taxes municipales et les impôts, on a l’impression de jeter son argent dans le grand trou noir de l’incompétence et de la corruption.

    • pour être u n vrai transport en commun , il faudrait mettre des sièges bananes à tous les bixis et leur permettre de rouler dans les voies réservées lorsqu il y a plus de un passager sur le vélo

    • Je me demande si les personnes anti-Bixi connaissent le métro l’été: ça ressemble plus à un sauna qu’à une expérience agréable. Même en costume le Bixi est plus intéressant! Et sans parler des pannes…

      J’ai utilisé Bixi, je ne l’utilise qu’occasionnellement car je suis hors de la zone couverte. Et 10km en Bixi, mettons que mon vélo fait pas mal mieux la job.
      Mais je reste pour Bixi. Si autant de villes l’ont acheté c’est car il était mieux fait que le Velib. Pourquoi ça n’a pas marché? Les chicanes de banlieues ont tiré une balle dans le pied, fait douter certains clients. Et avec un peu d’appui dans le dossier de NYC et Chicago on défendrait mieux les millions dus par ces villes. Les chiffres sont publiés de façon à noircir le tableau.
      Mais c’est une société privée et c’est son gros défaut car elle se rapproche plus de la STM que d’une société de taxis. Combien d’emplois Bixi apporte-t-elle à Montréal?

      Avec le quartier du Centre Bell et les autres pas loin qui se densifient, c’est sur que le Bixi a sa place. Mais ce n’est pas Coderre qui va appuyer une société de vélos libre-service, ni une multiplication des pistes cyclables.

      J’aimerais juste savoir où les gens anti-Bixi habitent? Banlieue? Centre-ville?

    • pour être un vrai transport en commun il faudrait mettre des sièges bananes à tous les bixi

    • Fritz

      C’est sur que vous êtes libre de dire à la ville de ne pas déneiger votre rue, et de ne pas venir chez vous si vous passez au feu.

      Vous dramatisez un peu (pas mal) avec votre “trou noir de l’incompétence et de la corruption”. Belle formule, mais drama queen.

    • Monsieur Cardinal,

      Votre célèbre phrase “le Bixi est complémentaire à l’offre de transports en commun” est fausse.

      Si bixi est complémentaire (parcequ’il remplit des fonctions que les bus ou métro ne peuvent remplir) alors faudra également se payer taxi montréal et transport adapté montréal (heures, secteurs et clientèle non desservie).

      Il pourrait même y avoir kayak montréal, encore plus complémentaire.

      Non. Bixi doit appartenir à une ou des compagnies privées. Comme à NewYork. Le projet bixi “qui allait s’autofinancer” selon le maire Tremblay est un gouffre. Montréal a fait plus que sa part et risque bien de tout perdre (les 37 millions en prêt plus l’argent investit).

    • Où est passé votre bel optimisme de 2012 quand vous vantiez le Bixi et blâmiez Québec pour vouloir mettre de l’ordre là-dedans ?

    • @snooze
      Les cliniques médicales privées sont complémentaires au service de santé public. Mais nos impots ne payent pas pour ça. Similairement, on a pas à payer taxi ou kayak parce que c’est complémentaire. Le taxi fonctionne très bien et depuis longtemps (et que dire du kayak !). Le Bixi n’est pas dans la même situation. Il y a encore beaucoup de développement et stabilisation à faire.

    • @simon_c

      Comparer des routes à des bicycles, pas fort fort!! Tant qu’à pousser le ridicule, pourquoi ne pas payer une voiture à chaque automobilistes?

      Les gouvernements sont responsables des routes, pas des véhicules qui les empruntent! Un moment donné, y a des limites au communisme…

    • M Cardinal à vous lire comprend mieux pourquoi tant de choses clochent dans cette pauvre ville. Vous êtes complètement déconnecté de la réalité.

      Les infrastructures tombent en ruine, les services sont déficients, inefficaces. Il y aurait jusqu’à 12 milliards de retard dans les investissements et l’entretien. Qu’à cela ne tienne, faisons abstraction de tout ça et introduisons de nouveaux services que nous n’avons pas les moyens de payer.

      Vous rendez-vous compte à quel point cela est ridicule? Il est temps de quitter votre univers imaginaire et revenir dans la vraie vie M Cardinal.

    • D’accord si c’est Québec qui paie avec l’augmentation de la péréquation que nous allons recevoir. Sait-on s’il y a des Bixi à Calgary? Il serait amusant de financer ça avec leur argent. Encore un service qu’ils n’ont pas les moyens de se payer. Et puis après tout, si la gauche journalistique en veut, qu’on lui donne. Elle sait ce qui est bon pour nous.

    • Sur le site du Bixi il est indiqué que le service est en opération de mai à novembre (en 2013 il a terminé mi-novembre)

      Si on calcul 4,4 millions de déplacement en 7 mois (4,333 semaines par mois), on arrive a 21 000 déplacement par jour. Or, il y a 5 200 vélos. Ainsi selon ce calcul, beau-temps, mauvais-temps l’ensemble des Bixi sont utilisé 4 fois par jour, 7 jours sur 7, pour l’ensemble de la période d’activité du Bixi. Je crois qu’on voit bien que 4,4 millions déplacements c’est n’importe quoi.

      Également dans son calcul, il ne considère pas la période déservie par le Bixi qui exclue l’hiver. Il est également à prendre en compte qu’il ne doit pas considérer les transferts fait entre autobus également.

      Mais la phrase clef est “S’il avait à se prononcer sur le BIXI en tant que «dragon», Alexandre Taillefer ne mettrait pas une cenne dans le service.” comment voulez-vous prendre son argumentation au sérieux… ça parait juste bien pour son image de défendre le Bixi…

    • Parce que la derniere fois que j’ai vu un touriste dédouaner son vélo a Dorval, je gagnais moins de 300 000 $ par an.-gg
      _______________
      Donc t’arrive de Dorval à l’instant? Toi qui voyage si peu, t’arrives d’où?

    • Bixi sous la protection de la loi à perpette d’aurait jamais à payer ses dettes.

    • ça parait juste bien pour son image de défendre le Bixi…-fl80
      ____________
      Y’a pas un entrepreneur qui va dénoncer le Bixi en public. Ce sont des trucs qu’on rit en privée. La patente est à la mode du jour. Ça peu prendre 15 ans avant qu’on le dénonce.

    • Et les tuk tuk (non c’est pas chinois, c’est thaïlandais)?

    • @lecteur curieux

      «Le bon raisonnement ? C’est d’arrêter de penser à une rentabilité financière pour un service de partage de vélos. C’est impossible à obtenir à aussi grande échelle. Cela ne veut pas dire pour autant que le projet n’a pas une rentabilité sociale.»

      Très bon argument.

    • La faillite du Bixi démontre qu’une seul chose, on ne s’improvise pas entrepreneur.

      La popularité du Bixi elle, démontre que ce type de service a sa place à Montréal.

      Il serait plus constructif de penser à comment s’assurer de la pérennité de cet atout pour Montréal, à un coût compétitif, plutôt que de « bitché » pour ou contre.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • 5000$ pour un vélo? Il est peut-être là le problème…
      On ne parle pas de technologie de pointe ici. À moins que ça ne soit le système de borne qui coûte cher? Parce qu’un vélo en acier de 100 livres, c’est presque donné chez Canadian Tire.

    • @gl000001

      Ils ont bel et bien tenté de vendre bixi mais les 2 acheteurs potentiels se sont finalement désistés.

      Donc, comme bixi est invendable, ont va nous passer ça comme un service “complémentaire” à la STM ? La “complémentarité” de bixi comme service publique est un argument créé de toute pièce qu’on pourrait appliquer à n’importe quel moyen de transport remplissant une fonction additionnelle aux bus/métros. C’est une construction logique aussi invalide que kayak montréal.

      La preuve, c’est qu’ils ont essayé de le vendre.

    • Je vous cite Monsieur Cardinal (Sauvons Bixi La Presse 26 avril 2012)

      “À la demande de Québec, l’administration Tremblay doit en effet envisager de céder le volet international de BIXI à des intérêts privés, et ce, pour se conformer à la loi. Les municipalités, stipule cette dernière, n’ont pas le droit d’exercer des activités commerciales à caractère lucratif.

      Or en appliquant ainsi la loi à la lettre, le gouvernement force la Ville à commettre une erreur monumentale dont les Montréalais ne saisissent pas toutes les répercussions.

      Le volet international de BIXI, qui a permis à la Ville de vendre des vélos à travers le monde, est une vache à lait. L’exportation, cette année, permettra à BIXI de toucher 80 M$… sur un chiffre d’affaires de 90 M!

      Ce n’est pas sorcier: sans activités internationales pour financer les activités locales, ces dernières risquent d’être déficitaires. Et le cas échéant, il suffira d’attendre la fin de la durée de vie utile des vélos, dans trois ans, pour que les liquidités s’assèchent… et que BIXI Montréal soit voué à disparaître.”

      Si je comprends bien, vous nous dites aujourd’hui le contraire…

    • Analyse complètement erronée de la part de M. Taillefer. En fait, je suis même déçu de lui.

      Premièrement, les subventions à la STM sont forfaitaires et non “aux passages”. Donc, le coût de rajouter un usagé au service de la STM est nul pour le citoyen ( subvention ) et quasi-nul pour la STM ( car les activités de la STM sont constituées essentiellement de coûts fixes ).

      Deuxièmement, quelqu’un qui prend un BIXI n’utilisera probablement pas les services de la STM. Les BIXI cannibalisent alors des déplacements à la STM.

      Par conséquent, même si les coûts des déplacements de BIXI sont moindre qu’un déplacement de la STM, il s’agit de coûts additionnels.

      Et finalement, si les 4,4 millions de déplacements en BIXI étaient faits par la STM, ces déplacements additionnels viendraient amortir les subventions à la STM et diminuaient alors le coûts de chaque déplacement.

    • BIXI est RENTABLE à Montréal.
      La partie qui n’est pas rentable est liée à une expansion trop rapide à Toronto et dans des grandes villes américaines qui a imposé des retards et des frais inattendus, notamment dans le déploiement d’un logiciel de gestion. De plus, plusieurs villes n’ont pas encore payé leur dû, à cause de retards dans l’installation des stations de bicyclettes, et cette situation se retrouvera devant les tribunaux.
      D’ailleurs, l’homme d’affaires Luc Poirier a manifesté, hier, son intérêt à récupérer la partie rentable de BIXI de Montréal.

    • Vous pourriez également relire votre éditorial du 7 juin 2012 (la renaissance de Bixi) où vous faites plutôt l’apologie de son montage financier:
      http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201206/06/01-4532406-la-renaissance-de-bixi.php

    • Tant qu’à faire, pourquoi on me donnerait pas entre 0,34 $ et 0,91 $ pour chacun des km que je fais à pied, mon moyen de déplacement favori à Montréal. Et je suis encore moins polluant qu’un BIXI: J’ai pas besoin qu’on me remonte la côte en camion en fin de journée!

      Na, le BIXI est pour moi le symbole ultime du gaspillage des fonds publics. Après, on se demande pourquoi on est les plus taxés en Amérique.

    • @F. Cardinal
      Un article de La Presse + révélait ce matIn le déclin économique dramatique de Montréal dans la création d’emplois alors que les rives Sud et Nord présentent un bilan positif.
      Se pourrait-il qu’une des causes soit les sujets d’intérêt des leaders d’opinion qui commentent Montréal et qui sont préoccupés par des sujets aussi accessoires que les voies vertes sur le Pont Champlain ou l’avenir des Bixis ?
      Comme disent les chinois: Wake Up, bâtard! Montréal périclite et vous êtes encore à vous soucier d’une activité ludique qui ne contribue aucunement à réduire les déplacements en automobile, mais qui se substitue à la marche, au taxi ou au recours aux transports collectifs!!

    • ma question est; ou est aller tout l’argent???? selon moi (comme d’habitude) certains gestionnaires se sont rempli les poches ou ont recu des salaires tres élevé pour leurs incompétance et au final c’est nous qui allons payez ces maguoilleurs et personne ne sera blamé cars ce sont des petits amis de la classe politique

    • Quelques chiffres:

      Budget de la ville de Montréal en 2013: 5800M$
      Surplus budgétaire de la ville: 400M$
      Budget des loisirs et de la culture de la ville: 500M$
      Pourcentage de 1,5M$ sur le budget de la ville: 0.02%
      Pourcentage du budget de loisir: 0,3%

      Mot de la fin: Jamais on aura autant parlé d’une portion aussi insignifiante du budget de la ville. On paie pour des terrains de hockey, tennis, soccer, baseball, etc.. des cours de Zumba et de natation etc… Mais on peut pas payer 1,5M$ pour des vélos? Changeons simplement le poste de dépense de transport a loisir pis tout le monde va être content!

      Source: http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/service_fin_fr/media/documents/budget-2013-consolide.pdf

    • @fullmoon
      Relisez le blogue d’hier. C’est juste un retard dans le développement du logiciel qui entraine ce défaut de paiement.

    • @peel

      Voilà, tout est là dans ces chiffres.

    • @snooze
      J’ai eu 12 visites et quatre offres avant de vendre mon condo à l’époque. Il s’est finalement vendu au prix que je voulais et en six mois. Je ne me suis jamais dit qu’il était invendable après deux offres.

    • J’arrive d’Anjou, Simon.

    • @peel

      Je serais d’accord avec vous si on parlait bien de 1.5 million.

      Vous savez combien la ville a mis environ sur le bixi depuis le début ?

    • @therichrocco : vous dîtes que vous en avez rien à cirer que Montréal (donc les montréalais) investissent dans le BIXI, tant que vous impôts ne sont pas touchés.

      J’ai le même raisonnement : j’en ai rien cirer des routes et des services dans les régions perdues. S’ils veulent se garder des chemins, écoles et hôpitaux, qu’ils investissent dedans. Mais je refuse catégoriquement que mes impôts servent à soutenir des régions qui ne rapportent rien.

      Ta route à Sainte-Perdue-du-très-Loin m’est moins utile que le BIXI.

    • @Simon_C
      C’est Saint-Très-Creux-des-Profondeurs qui vous nourris. C’est eux qui sacrifie une partie de leur territoire pour alimenter votre ordinateur pour vous permettre de déblatérer sur les régions. C’est eux qui partage leur nappe phréatique avec vous pour vous permettre de boire de l’eau en bouteille parce que vos aqueducs sont pourris. C’est aussi eux qui paie pour vos niaiseries à Montréal. Donc un peu de respect svp. Si il n’y a pas de route qui se rend là vous allez crever de faim, de soif et de froid en moins de 3 jours. On ne mord pas la main qui nous nourris.

    • qui_de_droit

      C’est complètement farfelu votre truc. S’il y a des barrages a la Baie James, c’est grâce à l’argent de Montréal. Pour la bouffe, on ne mange pas beaucoup de trucs provenant du Québec pendant la moitié de l’année, alors 3 jours, n’importe quoi.

    • BIXI est en demande et doit demeurer à Mtl.

      La ville doit faciliter son implantation, mais l’opération doit rester au privé SVP n’ajoutons pas un autre service a cette organisation publique qui a tellement de ménage à faire…

      La réorganisation financière amènera les entrepreneurs intéressés à se pointer et faire revivre et croitre BIXI

    • Par contre, on fermant le robinet à Bixi, les utilisateurs devraient soit marcher ou prendre le métro. Dans ce dernier cas, cela permettrait de réduire la subvention au transport en commun.

      Peut-on déclarer Bixi un éléphant blanc, tout comme le stade Olympique?

    • Pourquoi vouloir imposer le BIXI à tout prix?(le jeu de mot est bien tentant ici).Pour un utilisateur régulier du BIXI,aussi bien s’acheter sa propre bécane:amortissement du coût assuré à moyen terme.Pas besoin d’un BIXI pour rouler,n’importe quel autre vélo peut faire l’affaire,suffit d’installer des bornes sécuritaires à différents endroits en ville.
      p.s.(1)Comment se fait-il que,dès le départ,il n’y ait eu aucun travail en commun entre BIXI et la STM?Bonjour la communication…
      p.s.(2)Tout à fait d’accord avec les posts de poueti(21 janvier 18h17),de 89170(20h16) et de drpapa (21h03).

    • J’arrive d’Anjou, Simon.-gg
      __________
      Évidemment puisque Cadillac Fairview est ta cliente. Comment se portent tes 48 fenêtres avec le froid? Surtout les 2 gigantesques carreaux à l’avant. Ça tient?

    • Quand c’est de la qualité, ca tient habituellement la route. Quand c’est de la pacotille comme dans certains projets de “condos” (qui n’en sont pas vraiment), ca prend l’eau et on peut se retrouver avec une mechante pneumonie.

      Parlantr de centres d’achat, je suis pas mal certain que le Centre d’achat Le Boulevard n’appartient pas a Cadillac Fairview. J’imagine qu’en parler comme d’un ‘centre à la mode” serait plutôt rigolo.
      C’est comme cela que la vie fonctionne, Simon. So sorry.

    • @Guygadbois
      Vous avez tord, à l’époque, il a fallu emprunté pour construire ces ouvrages. Mais à l’époque, il n’y avait pas tant d’argent que ça à Montréal et l’etablishment Montréalais (des anglos, surtout, à ce moment) ne voulait rien savoir d’HQ alors ils ont barré tout financement local. Bourrassa a dû faire un pélérinage à New-York pour trouver de l’argent. Les montréalais ne paie pas très cher leur électricité tandis que les régions sacrifient leur territoire qui pourrait leur servir à développer d’autre chose qui leur rapporterait plus, voilà la réalité.
      Et pour la bouffe, vous simplifiez outrageusement, à moins que vous vous nourrissiez exclusivement de pâtés congelés du Choix du Président, ce qui expliquerait pourquoi vous trippez tant lorsque vous allez manger chez Kaizen.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2014
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité