Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 18 janvier 2014 | Mise en ligne à 8h33 | Commenter Commentaires (148)

    Dix raisons d’aimer (et de réclamer) un péage régional…

    BX136_1E42_9

    1) L’argument de Québec ne tient plus…

    Le gouvernement Marois répète que le pont Champlain n’est pas une infrastructure locale et que par conséquent, Ottawa ne peut financer entièrement son remplacement par un péage local. Or le fédéral a annoncé mardi qu’il allait contribuer financièrement au projet, répartissant ainsi une partie des coûts à l’ensemble des contribuables canadiens. Les Québécois ne sont donc plus seuls à payer.

    2) Le financement des routes est inéquitable…

    Les routes sont un bien public essentiel, au même titre que le transport en commun. Normal qu’ils soient financés par les impôts. Mais les déplacements en auto créent des externalités comme la pollution et la congestion qui ne sont pas assumés par ceux qui en sont responsables. «Ce mode de financement est inéquitable», estime le CIRANO.

    3) La demande pour le transport en commun est en hausse…

    De 2003 à 2008, le nombre de déplacements en transport en commun (+2,7%) a augmenté plus vite que le nombre de déplacements en auto (+0,2%). Si elle ne la précède pas, l’offre doit au moins suivre la demande, d’autant que cette dernière est encouragée par le gouvernement. Une révision du cadre de financement est donc nécessaire pour rendre cela possible, étant donné les immenses limites des budgets des sociétés de transport.

    4) Les contribuables préfèrent les tarifs aux taxes…

    La plupart des fonds pris dans les poches des automobilistes sont actuellement envoyés dans le fonds consolidé de la province et servent donc à tout et rien, ce qui augmente la frustration et le cynisme. Or il apparaît évident, selon la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, «que la population québécoise préfère l’introduction de frais d’utilisation à l’augmentation des taxes et des impôts particulièrement pour le financement du réseau routier.» À condition, bien sûr, que les revenus aillent dans un fonds dédié.

    5) C’est maintenant ou jamais…

    Le pont Champlain est fédéral. Il sera construit par le fédéral, avec de l’argent fédéral. Le Québec n’a donc pas d’emprise sur la décision du fédéral d’imposer un péage, ce qu’il fera à n’en pas douter. Plutôt que de pelleter le problème par en avant, le gouvernement ferait œuvre plus utile en poussant l’idée d’un réseau de péages métropolitain (sur les autoroutes et non les ponts), afin d’éviter dans quatre ans le ressac d’un unique péage sur les autres ponts.

    6) Il n’existe pas de signal de prix…

    Il n’y a actuellement aucun lien entre les revenus perçus par l’État auprès des automobilistes et l’utilisation des routes, ce qui est une aberration au moment où l’on se bat avec des infrastructures routières vieillissantes qui nécessitent un important effort de remise en état. De nouvelles sources de financement sont donc nécessaires pour mener à bien ce chantier. Personnellement, d’ailleurs, j’estime que les revenus des péages devraient servir aux routes, mais qu’une partie des budgets routiers actuels devrait revenir au transport en commun.

    7) Un ménage s’impose dans les péages…

    On a actuellement dans la région une courtepointe de tronçons à tarifs variables. Cela ne peut pas tenir, surtout quand on sait que d’autres grands chantiers routiers s’ajouteront au cours des prochaines années, comme la réfection de la Métropolitaine. La réintroduction des péages devra donc se faire tôt ou tard, qu’on le veuille ou non.

    8 ) L’étalement urbain ne se résorbera pas comme par magie…

    Le Plan métropolitain d’aménagement (PMAD) adopté l’an dernier par la CMM vise à contenir l’étalement urbain. Or l’actuel système fiscal et financier incite au contraire les banlieues à faire le contraire. L’introduction de frais d’utilisation, idéalement basés sur la distance parcourue, permettrait d’harmoniser les intentions et les actions du gouvernement en limitant l’éparpillement, en réduisant la motorisation, tout en augmentant l’équité.

    9) L’insuffisance des fonds en transport en commun date d’il y a 20 ans…

    La seule façon pour le gouvernement de démontrer qu’il croit à la nécessité de services de transport en commun de qualité, c’est en le finançant à sa juste mesure. Or même si Québec a augmenté ses investissements ces dernières années, son désengagement progressif depuis la réforme Ryan de 1992 se fait encore sentir, comme le soulignait le rapport Bernard

    10) Les sondages sont favorables…

    Un sondage pancanadien mené en 2011 par Léger Marketing pour CBC/Radio-Canada révèle que plus des deux tiers des résidents de la région de Montréal (69 %) seraient favorables aux péages si cela améliorait des conditions routières ou réduisait le temps passé à se rendre au travail, ce qui cadre avec les résultats de précédentes enquêtes d’opinion. C’est plus qu’à Toronto et Vancouver. Fait intéressant, 85 % jugent qu’il serait acceptable d’avoir un péage sur un nouveau pont ou une nouvelle route pour en financer la construction, et 68 % accepteraient un péage sur une route déjà construite pour financer les réparations sur d’autres routes.


    • . . . La présence de péage sur le réseau routier (ponts et autres) devient de plus en plus incontournable. Par contre, la mise en oeuvre du péage doit s’inscrire dans un plan plus large de saine gestion des finances et services publics … ce ne doit pas devenir une source supplémentaire de revenus qui permet au gouvernement de poursuivre la création de programme à tout propos et son manque de rigueur dans la ré-ingénierie de l’administration et des services publics.

      Y’a des limites.

    • Les péages c’est une autre taxe déguisé pour venir chercher l’argent dans nos poche… Si les gouvernement avait été prudent avec nos impôts on en serait pas la. Pis votre satané transport en commun vous savez ou vous le mettre… Tout ce que cela va faire c’est réduire la circulation sur se pont mais aussi le tourisme, le transport etc. Dans mon cas Montréal j’évitais d’y aller comme la peste maintenant je vais me concentrer vers l’Est pour mes vacance.

    • J’aimerais souligner le fait que dans le débat des péages, l’implantation régional de ceux-ci est d’une évidence pour moi même si cela constitue un tarif supplémentaire dans ma vie de payeur d’impôts et de taxes. L’équité entre tous est devenu incontournable. Mon problème est (encore)avec l’argent du «fédéral». Cet argent n’a rien de «fédéral». C’est le mien, le vôtre, celui de vos impôts québécois. Cessez de «fédéraliser» de l’argent qui est d’abord et avant tout Québécois. En provenance du Québec, pour le Québec. Dans un projet au Québec. On peux-tu avoir notre mot à dire, sacramouille !

    • Bravo au conservateur pour leur vision.

    • Un péage régional… Une autre façon de faire payer les autres.
      Que nos gouvernements et gestionnaires publiques commencent à faire du ménage dans les services qu’ils gèrent et qu’ils commence à charger le VRAI prix du service plutôt que refiler la facture aux autres (utilisateurs ou générations.

      2) Les routes sont un bien public essentiel, au même titre que le transport en commun.
      Le transport en commun est un bien essentiel? Ah bon. C’est vrai que l’on peut livrer sa cargaison de fruit, son nouveau lit ou sa nouvelle TV en métro? Allez voir son client à Laval en un temps raisonnable pour être essentiel? Disponible à la GRANDEUR du Québec?

      3) La demande pour le transport en commun est en hausse…
      Est-ce que ces statistique ne tiennent en compte que les utilisateurs sur l’ile ou bien inclue ces dernières?
      Et dans le premier cas, combien de ces statistiques reflètent l’exode de travailleurs vers la banlieue?

      4) Les contribuables préfèrent les tarifs aux taxes…
      D’accord. Mais si vous créer un péage, je demande une baisse des taxes et impôts en appliquant la même mentalité sur d’autre services jugés secondaires:
      Subvention à l’achat d’automobile de luxes par exemple, la taxes sur les immatriculations et la taxes sur l’essence pour financer le transport en commun, l’assurance (assurance parce que avoir des enfants est un accident?) parentale, l’assurance fertilité, l’aide à Radio-Canada, etc

      8 ) L’étalement urbain ne se résorbera pas comme par magie…
      Et je l’espère. Ce n’est pas tout le monde qui aime être entassé dans un petit condo 3.5 à l’intérieur d’une tours à logement comme on entasse des porcs. Et Montréal est une ile. Son espace est limité et elle n’a pas le choix de l’étendre aux rives pour supporter l’augmentation de population.
      Et même là, on n’a qu’à regarder ce qui se passe aux antipodes: Montréal Ouest et Montréal Est on un transport en commun inadapté.

      9) L’insuffisance des fonds en transport en commun date d’il y a 20 ans…
      Si les utilisateurs avaient payés le juste prix pour leur services au lieu de refiler la facture aux non-utilisateurs, l’insuffisance des fonds aurait été moindre.
      Et si on coupait dans les dépenses inutiles et repensait aux types d’infrastructure (métro couvert plutôt que souterrain), peut-être que nous n’en serions pas rendu là.

    • Augmenter les taxes sur l’essence aurait les mêmes avantages et serait beaucoup plus simple à mettre en oeuvre que d’introduire le péage. De plus, cela favoriserait l’économie d’essence et d’argent en incitant les gens à acheter des véhicules qui consomment moins (le péage ne fait pas la différence entre un Hummer et une Prius). Me semble que c’est pas compliqué à comprendre! Pourquoi cet entêtement à mousser le péage ? Vous ne voulez pas nuire aux pétrolières ?

    • Allons-y, nous sommes rendus la je crois. L’idée de créer un fond dédié est bone, cela va faire passer la pilule aux récalcitrants.

    • Le péage régional est une absolue nécessité dans le contexte actuel.

      Pierre Tremblay

    • @ragot,

      il s’agit bien d’argent du fédéral, parce que les fonds fédéraux comprennent aussi les impôts et les taxes des Terre-neuviens, des Ontariens, des Albertains, … et des Québécois, mais pas strictement des Québécois. Parce que pour poursuivre l’idée, il ne faudrait plus parler d’argent du provincial, il faudrait parler de l’argent des Montréalais. Maintenant, peut-être qu’on pourrait aussi découper l’argent des Montréalais par arrondissement et ensuite par rues et pourquoi pas par adresse civique?

    • @ugoh,

      le problème c’est que l’argent de la taxe sur l’essence se perd dans les dédales de l’administration publique. Mais, vous avez raison que taxer l’essence serait la meilleure solution, elle ne demanderait pas la mise en place de points de contrôle, serait moins lourde à percevoir, serait une plus juste tarification de l’usage et indépendant des trajets empruntés (quelqu’un qui ne circule qu’en ville serait aussi taxé).

      Comme plusieurs le demandent, le ménage dans l’administration publique est presqu’un préalable à une nouvelle taxe ou à un péage régional. Nous nous sommes fait faire le coup tellement de fois que plus personne n’a confiance que la cagnotte sera dédiée à l’usage prévu. Il se trouvera toujours quelqu’un dans 5, 10, 20 ans pour venir détourner une partie de l’argent de la caisse.

      D’un autre côté, demander une réforme de l’administration publique, c’est comme reporter cette taxe ou péage aux calendes grecques. Il y a quelqu’un qui croit sérieusement qu’un gouvernement fera le ménage dans ce fouillis si commode pour piger dans la caisse?

    • Dix fois oui.
      Europe centrale seuls les pays du Benelux et l’Allemagne n’ont pas de péages . Dans tous les autres pays, les usagers doivent s’acquitter d’une taxe pour emprunter les autoroutes. Personnellement je crois que le plus simple est une vignette autoroutière, comme en Suisse ou j’habite. Pas obligatoire si on se sert d’une voiture sur les routes secondaires (cantonales) mais pour rouler sur les routes nationales, c’est 40 francs. En France c’est 7 euros (8,75$) pour 100 km parcourus.
      En Suisse, le produit de la vignette autoroutière est affecté à la construction, à l’exploitation et à l’entretien des routes nationales. Et oui, l’essence est à 1,90 francs le litre ($2,28) et on parle de 15 centimes d’augmentation… Comme quoi les problèmes sont universels.
      Pourquoi pas des vignettes régionales? Les vignettes ont l’avantage de ne pas nécessiter de gros investissements en infrastructures, comme les péages.

    • @Ugoh
      Je crois que vous avez un bon point, spécialement quand vous dites que le péage ne fait pas la différence entre un Hummer et une Prius.

      Dans tous les cas, si on regarde à Montréal, les dépenses pour garder les infrastructures en bon étât ont été faites dans une proportion de 10% depuis les 20 dernières années selon une étude publiée l’année passée. Cela va exploser un jour et l’argent n’est simplement pas là. Mais Montréal est une île et il serait tellement facile de mettre un péage en place. Les politiciens, qui sont occupés a essayer d’être ré-élus, ne font pas de planification a long terme. Pendant ce temps-là, le ciment pourri et le fer rouille. Plusieur autres grandes villes dans le monde sont déjà là, Londres en étant une. C’est certain que beaucoup de monde vont crier à la fin du monde mais avec une province qui a un déficit et qui ne sera pas capable de le résoudre et quand on regarde au prix du nouveau pont, le seul choix qui reste est le quand.

    • @ugoh. Je parcours 1000km par semaine pour mon travail. Augmenter les taxes sur l’essence pénalise tous ceux qui font du transport (que ce soit des passagers ou des marchandises). Le péage est équitable et en autant que l’argent récolté serve aux infrastructures utilisées ou au financement du transport collectif, c’est une bonne solution. Pour ce qui est du sempiternel argument Hummer vs Prius, il serait possible même avec le péage photo de varier les tarifs selon le type de véhicule. Et parlant de péage, il faudra un de ces jours faire payer selon la distance parcourue. Pas certain que la Prius de Grandby est beaucoup plus écologique que le SUV de Laval.

      Philippe Lemieux

    • Dix raisons d’aimer (et de réclamer) un péage en double!!

      Êtes vous crédule au point de croire que l’argent des péages va servir aux infrastructures routières???

      p.s. @ JFrancois0002:
      Si vous habitez en Suisse, en quoi cette question vous touche-t-elle??? Il faut cesser de croire que toutes les solutions miracles viennent d’Europe!

    • @VieuxConnard,

      et comment vous mesurez la qualité «écologique» de la Prius de Granby vs le SUV de Laval? Par la quantité de carburant consommé.

      @JFrancois0002,

      et vous mesurez comment la distance parcourue pour tarifer les vignettes en conséquence? Et vous faites comment avec les visiteurs s’il n’y a pas de péages? Je ne vois pas comment vous pouvez éviter les infrastructures de péage.

    • 6) Aucun signal
      La taxe sur l’essence, c’en est pas un signal ça? Plus tu utilises les routes, plus tu achètes de l’essence, plus tu paies de taxes sur l’essence.

      Je suis complètement pour les péages, mais de dire qu’il n’y a pas de signal quant à l’utilisation des routes qui est envoyé au gouvernement, c’est faux. On le paie chez Esso, Shell et cie le signal.

    • Nous serions moins réticents à payer pour les ponts (et les autoroutes, pourquoi pas?) si nous avions confiance dans la façon dont notre argent est géré. Regardez seulement en santé: la taxe de 200$ imposée uniformément ou presque à chaque citoyen a-t-elle amélioré les services? En matière de transports, les tarifs sur l’île de Montréal ne cessent d’augmenter (STM et AMT) sans compter que le prix de l’essence génère une augmentation de taxes considérable. Bref, payer pour sortir de l’île ou y entrer: oui, mais à la stricte condition qu’un vérificateur suive nos sous à la trace!

    • “Le transport en commun est un bien essentiel? Ah bon. C’est vrai que l’on peut livrer sa cargaison de fruit, son nouveau lit ou sa nouvelle TV en métro?”

      C’est un argument très intéressant. Je crois qu’il faut s’y attarder. Est-ce qu’un service essentiel se définit par sa capacité à transporter une télévision?

      Est-ce que le réseau électrique ou l’aqueduc sont des services essentiels? J’imagine que non, car ils ne transportent pas une télévision.

      Pour ma part, je crois que des services essentiels peuvent avoir des fonctions différentes. Par exemple, le transport en commun est essentiel pour le transport des personnes. Mais pas des biens. Comme la route est essentiel au transport des biens, mais incapables d’absorber le transport de 4 millions de personnes dans une même région.

      Mais la théorie de la télévision est très intéressante.

      “Ce n’est pas tout le monde qui aime être entassé dans un petit condo 3.5 à l’intérieur d’une tours à logement comme on entasse des porcs.”

      Allons donc, aucun besoin d’insulter le choix de ceux qui veulent vivre dans la densité. Ce n’est pas très élégant de comparer des gens à des animaux. S’il fallait comparer à un animal le choix des gens qui habitent des bungalows, la comparaison serait encore moins flatteuse, car ces derniers sont responsables de pas mal plus de problèmes dans notre monde. Alors soyons adultes et évitons de nous comparer à des animaux.

      “Si les utilisateurs avaient payés le juste prix pour leur services au lieu de refiler la facture aux non-utilisateurs”

      Imaginez, j’utilise mes pieds pour aller travailler. À ne plus payer des impôts pour entretenir l’énorme réseau routier du Québec, ou le transport en commun, je vais être d’autant plus riche!

      Mais en bout de ligne, si j’ai le choix de payer entre le transport automobile ou le transport en commun, je préfère payer pour ce dernier. Comme on préfère encourager un enfant à jouer de la musique, plutôt qu’à regarder la télévision. On veut encourager les comportements positifs, en bout de ligne.

      Bien sûr, l’idéal, c’est de ne payer pour rien. Ne plus payer pour le bungalow des autres. Ou les soins de santé des obèses. Ou pour l’accident de voiture d’un jeune écervelé. Mais on vit en société, on se supporte les uns les autres!

      Pour la question du péage en général, si on le fait à Montréal, on le fait partout au Québec. Sinon, c’est complètement inéquitable, surtout lorsqu’on regarde une ville comme Québec et son système autoroutier surdéveloppé, beaucoup plus que la métropole.

    • Comme tout le monde je doute que l’argent va servir aux infrastructure. Ce que les gens semblent oublier c’est que peux importe la taxe ou le tarif du péage que l’on va se faire pousser dans le fond de la gorge il sera surment sujet à la TPS et TVQ….. que voulez vous, c’est un service de payer donc taxable….. tsé comme toutes les taxes sur l’essence qui se calcul avant les 2 autres taxes. Bref encore un écoeurantite aigue de deux ou trois niveau de taxation …..

    • ugoh

      L’augmentation des taxes donne l’apparence de payer pour quelque chose d’inconnu… Le péage donne le sentiment de payer pour quelque chose de concret, qu’on utilise tout de suite après l’avoir payé…

      Les gens sont écoeurés de payer dans le vide sans avoir la certitude que leurs contributions leur donne quelque chose en retour.

      D’ailleurs, la gestion des impôts coute plus cher que la gestion du paiement direct.

    • Des taxes plus élevées sur l’essence du Québec vont faire fuir ceux qui ont les moyens de quitter la province et ce sont, généralement, ceux qui paient déjà la plus grande part des impôts de la province.

      Et pour ceux des régions hors-province qui gèrent leur dollars-vacances de façon serrée, voilà encore une autre raison de ne pas venir dépenser cet argent au Québec.

      Le péage a l’avantage de donner un choix d’itinéraire aux utilisateurs de véhicules à moteur. C’est plus facile à compter dans un budget de déplacements.

    • @mbmb007

      on sait tous que l’argent sur la taxe-essence se perd à quelque part et ne va pas à la bonne place. Vous croyez que l’argent perçu aux péages irait systématiquement aux bons endroits? Je sais pas, mais moi j’ai de sérieux doute et une confiance très limité! Et comme pbusque l’a si bien dit, personne (lire les journalistes) remet en question la gestion de la STM année après année.

    • @dcsavard, simplement une réflexion de ma part; la distance parcourue (et le nombre de passagers) est certainement à considérer, pas seulement le type de véhicule. Certains États ont d’ailleurs des voies réservées aux véhicules moins polluants (et avec plus d’un passager) sur leurs routes à péage. Il serait aussi intéressant pour la STM de considérer des autobus plus petits hors des heures de pointe. Mais ça, c’est une autre histoire :)

      Philippe Lemieux

    • Yes. Le prix de carottes va augmenter si on installe des péages. En fait, on va subir une hausse de prix sur tous les produits. Ajoutons plein de taxe sur l’essence. Y’a des milliers d’organismes d’aide pour le pauvres. Ont va les rentabiliser au max quand tout ira les voir car ils n’auront plus les moyens de faire leur épicerie. Mieux encore, le gouvernement devrait nous taxer nos salaires à 100%. Pis nous donner des bons d’achat.

    • Dommage que certains ramènent çà à un conflit fédéral – provincial. Ça fait l’affaire de certains partis qui voient le méchant fédéral partout. Mais c’est être malhonnête intellectuellement.

      Ce dossier est un dossier environnemental et économique. La ville de Montréal est polluée, il y a trop de congestion et on a pas assez d’argent pour investir dans les transports.

      Des villes comme Londres, Paris, Milan et j’en passe ont toutes instaurées des systèmes de péage pour des raisons de congestion et d’environnement. Ceux qui vont aux USA régulièrement savent aussi qu’il n’y a pas de grandes villes qui n’ont pas de péage sur les autoroutes de ceinture et les ponts.

      Il faudrait plutôt exiger de meilleurs tarifs à la STM et une meilleure couverture des transports en commun.

      Et, on devrait exiger de savoir où ira l’argent perçu, autant pour le péage que pour la taxe sur l’essence.

    • Normalement, je ne suis pas contre le principe que l’utilisateur devrait payer. Cependant, ce principe doit s’appliquer partout où l’utilisateur est facilement identifiable. Cela s’applique donc aux automobilistes, aux étudiants, aux utilisateurs des transports en commun, aux enfants en garderie, etc.

      Dans le cas des automobilistes, ceux-ci paient déjà de nombreuses taxes et frais, lesquels sont versés au fonds consolidé de la province. Je pense à la taxe sur les transports, les frais d’immatriculation, les taxes selon le cylindré, etc. Il ne faut pas oublier les fameuses taxes ou frais que les automobilistes paient pour subventionner le transport en commun; probablement la plus ridicule de toutes.

      Au cours des quarante dernières années, le gouvernement du Québec a «vendu» l’idée d’une augmentation de ces frais et ces taxes en arguant que ces frais et ces taxes seraient utilisés pour la construction et l’entretien de routes. À plusieurs occasions, le gouvernement a même obtenu le support médiatique de CAA Québec. Dans les faits, personne ne sait à quoi ces frais et ces taxes ont servi, car ils ont été versés au fonds consolidé du gouvernement du Québec.

      Les revenus générés par ces frais et ces taxes payés par les automobilistes ont donc servi à financer les universités, les garderies, les services de santé, les opérations du gouvernement du Québec, les subventions versées par Québec aux fabricants de yogourts, etc. Ah! j’oubliais à financer la construction et l’entretien de routes. J’avais presque oublié ce point.

      Alors avant de proposer un système de péage pour l’utilisation des routes ou des autoroutes, le gouvernement devrait faire le ménage dans la collection et l’utilisation de l’argent qu’il reçoit des automobilistes. Il devrait s’assurer que l’argent déjà payé par les automobilistes soit versé dans un fonds dédié et utilisé seulement pour les routes. De plus, il devrait verser dans ce fonds dédié une partie des taxes payées par l’ensemble des contribuables, car les routes fournissent un service public (je pense aux services des incendies, de la police et des ambulances). S’il en manque, il pourrait à ce moment mettre en place des péages ou des frais pour l’entretien et la construction de routes.

    • Pour ceux qui n’auraient pas compris, la taxe sur l’essence permet de récolter un montant directement proportionnel à la distance parcourue, sans besoin de flafla et de bébelles. Donc le gars de Bromont va payer plus que celui de Longueil, mais au moins il pourra faire le choix d’acheter un véhicule plus économe, donc tout le monde est gagnant (sauf les pétrolières).

      L’argument que la taxe se perd est bidon. Suffit de mettre une taxe dédiée aux infrastructures. C’est beaucoup moins compliqué que le péage et les frais d’administration plus bas.

      Le péage est uniquement pertinent pour limiter le flux de circulation à des endroits ou temps précis afin de gérer la congestion.

    • @rien_de_grave : cette question me touche parce que je suis montréalais qui habite en Suisse depuis 18 mois. J’ai beau relire mon commentaire précédent, je ne vois pas de référence à une “solution miracle qui viendrait d’Europe”. par contre au Québec on a cette belle habileté à traiter des problèmes, comme si nous étions les premiers à les découvrir.
      Tout au plus, je ne fais que partager mon point de vue, et la solution choisie par plusieurs pays d’Europe. J’imagine que c’est encore permis au Québec?

    • @François Cardinal

      Vous demandez au ministère des Transports du Québec (MTQ) de gérer un problème complexe de façon intelligente. Cela ne se produira jamais. Le MTQ n’est même pas capable de gérer un problème simple de façon intelligente, comme l’entretien préventif des viaducs.

      La construction de la nouvelle voie d’accès à l’aéroport Trudeau prend une éternité car on a négligé d’obtenir les droits de passage et de faire les expropriations nécessaires avant d’en commencer la construction. Faut le faire! Ce qui aurait dû prendre un an ou deux risque donc de prendre 10 ans.

      Comme le reste du gouvernement, le MTQ est juste bon à chercher la chicane avec le Fédéral (pont Champlain) et avec la Ville de Montréal (échangeur Turcot, rue Notre-Dame).

      Que fait Monsieur Jean-François Lisée, ministre de la Métropole, pendant ce temps? Eh bien, il placotte sur les réseaux sociaux, il écrit des lettres biaisées dans le New York Times et dans The Economist, et il se pavane à nos frais en Afrique, en Europe et en Asie.

      Que font les contribuables montréalais pendant ce temps? Ils paient les taxes et les impôts les plus élevés en Amérique (du Nord, du Sud et Centrale) pour un métro toujours en panne et pour des infrastructures routières et souterraines mal entretenues.

      Que fait le gouvernement provincial pendant ce temps? Il parle de la charte.

    • @yosemite85

      Je suis en total désaccord, le péage n’est une taxe déguisé mais un service utilisateur payeur. Vous pouvez démènager ou changer d’emploi si cela ne vous convient pas. De plus, le client sait que l’argent est directement dans l’entretiens du pont contrairement à une taxe qui demandera encore plus de fonctionnaires qui placeront l’argent o bon leurs semble…

    • «…plus des deux tiers des résidents de la région de Montréal (69 %) seraient favorables aux péages si cela améliorait des conditions routières ou réduisait le temps passé à se rendre au travail»

      Mais justement, on va nous mettre des péages partout, mais les conditions routières ne s’amélioreront pas, et le temps pour se rendre au travail continuera d’augmenter. (Remarquez, je parle pour les autres, j’habite et je travaille en banlieue :-)

      On parle d’un péage mais jamais du coût. À $1 par passage, c’est déjà $500 par an de moins dans les poches des contribuables. Pourtant, on fait tout un plat de la taxe santé de $200. (Taxe qui devait, on nous avait dit à l’époque, permettre d’améliorer les soins de santé et réduire les temps d’attente) Le fait que de plus en plus de gens acceptent l’idée du péage tient du fait qu’on en parle depuis longtemps. Ainsi depuis quelques jours, on a beaucoup parlé du coût des chambres à l’hôpital. Dans quelques années je parie qu’on va nous dire qu’une majorité de Québécois est en faveur d’un ticket modérateur à l’entrée des hôpitaux pour soit disant améliorer la qualité du service.

      Et l’argument d’un fonds dédié est tout à fait risible. Ce n’est qu’une preuve de plus que le gouvernement a complètement perdu le contrôle de ses finances. Mon employeur me paie un seul montant à toutes les 2 semaines, et je m’en sers pour payer toutes mes dépenses. Il n’a pas besoin de me payer un salaire de base plus un montant pour que je paie l’électricité et un autre pour que je paie mon hypothèque et ainsi de suite… Le péage est une taxe de plus, point à la ligne.

    • Conditionnellement à ce que ce fond soit administré par le fédéral. Québec a déjà pigé dans le compte de la SAAQ je pense. Ottawa a déjà pigé dans la caisse d’assurance chômage mais la caisse de l’AE appartient aux méchants employeurs (1) alors on s’en tape.

      (1) Les employeurs contribuent à hauteur de 58% à la caisse de l’AE.

    • @VieuxConnard,

      en fait, la question c’est de savoir comme amener les gens et les organismes à adopter les bons comportements et prendre les bonnes décisions sans non plus alourdir le système au point de l’engluer dans un tas d’exceptions et de règles. A prime abord, la taxation de l’essence m’apparaît la solution la plus simple, incluant pour le choix de la taille des bus pour la STM ou autre société de transport au Québec. La STM est certainement la moins pire à ce sujet, faudrait voir la quantité de bus vides qui circulent en banlieue.

    • @dcsavard : aucun rapport avec la distance la vignette. Ma référence à la France est pour des péages évidemment.
      Pour la Suisse la vignette est à prix fixe et pour l’année, $48. En Autriche c’est $100. Les vignettes sont vendues dans les stations service, et certains magasins aux frontières.
      Sur les 9 millions de vignettes vendues annuellement en Suisse, 3.5 millions sont vendues à des étrangers. Les fonds sont utilisés spécifiquement pour les routes.

      N’en déplaise à @rien_de_grave la Suisse, à l’instar de plusieurs autres pays d’Europe a réussi à développer un excellent réseau ferré (les Suisses sont les 2e au monde pour km en train per capita juste derrière le Japon), développe une vision concertée du développement et de l’étalement urbain (Loi sur l’Aménagement du Territoire) et votera en référendum d’initiative populaire le 9 février sur la prochaine étape du transport collectif «Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire» (FAIF) avec lequel chaque canton devrait bénéficier de ce fonds doté de 6,4 milliards de francs.

    • Ces péages doivent ête imposés dans toutes les régions afin de financer notre appétit sans fin pour la belle asphalte. L’autoroute à 4 voies vers le Saguenay: péage; prolongement de la 20 vers la Gaspésie (péage) péage sur les ponts de Québec, Pont Laviollette, etc, etc.

    • C’est une hausse de la taxe d’essence qu’il nous faut.
      En quoi est-ce que l’endroit de départ et d’arrivée change quelque chose à un déplacement en auto?

    • Il faut vraiment être un journaliste pour dire des niaiseries pareilles. Vous voulez vraiment tuer montréal. Ca parait que les gens ne sont pas commerçants. Un autre chose pour faire hair plus montréal par les gens de l’extérieur. Vous faites vraiment tout a montréal pour qu’on ne viennent plus. Voici le genre de commentaires que je n’entendais pas il y as 10 quand j’ai commencé a travailler au centre-ville. Mais depuis 5 ans. Continuez comme ca et montréal disparaiteras.

    • Est-ce que tous les pays et villes du monde qui ont instaurées du péage sont stupides ? On parle ici de Londres, Paris, Milan, Rome et autres.

      Essayons de voir plus loin et de contribuer à la qualité de l’environnement.

      Les québécois parlent beaucoup d’environnement, mais quand vient le temps de faire quelque chose, ils disparaissent et veulent conserver leurs privilèges d’automobilistes à majorité à passager unique.

    • @JFrancois0002

      Ce qui fait la grande différence en Suisse, c’est que pour une population similaire à celle du Québec, et malgré un territoire beaucoup plus petit, il n’y a pas UNE ville où tout est concentré, comme à Montréal, qui est une île de surcroit. Zurich compte moins de 400,000 habitants et Genève environ 200,000. L’aménagement du territoire y est exemplaire, c’est vraiment dans cette direction qu’il aurait fallu évoluer dans les 30 dernières années. Mais il n’est jamais trop tard…

    • @dcsavard

      18 janvier 2014
      09h53

      Tout à fait d’accord, faute d’autre solution efficace, le péage reste la meilleur option.

      Quand le Grand Montréal goûtera des ponts entretenue sur la coche, il ne voudra pas revenir en arrière. Plus besoin de rouler dans le stress de briser un pneu, un bar joint ou une conduite en embarquant sur un pont…

      Rouler sur des belles routes, c’est un plaisir de la vie…

    • La photo est belle mais la route ne semble pas tellement congestionnée.

      Le péage ne changerait pas les habitudes d’énormément de gens mais la tarification doit être de pointe et/ou en fonction de l’offre et la demande.

      Et non ce n’est pas un péage en double ou en triple que de financer à la fois par les impôts, les taxes sur l’essence et par la contribution des utilisateurs. Il est plutôt juste de répartir le financement.

      Par contre, il faut que l’argent soit bien utilisé.

      Pour les péages sur les ponts, pourquoi attendre la construction du nouveau pont pour les mettre sur Champlain, Mercier, Jacques-Cartier, etc…

      Et sur certaines autoroutes aussi… La 30 avec tout le bruit qu’elle fait même si c’est quand même bien tolérable pour ceux situés pas trop près, il faudrait bien un petit péage…

      Le bruit aux heures de pointe nous dérange pas, par contre…

    • Ca devient ridicule. N’avait-on pas mis des taxes sur l’essence justement pour remplacer les peages? Maintenant on veut remettre les peages mais garder les taxes sur l’essence…

    • 1. Je suis absolument contre toute forme de péage.
      Il y a un coût pour collecter les recettes d’un péage. Une taxe sur l’essence ne coûte rien ou presque à collecter.
      2. Je suis contre l’idée d’un péage métropolitain.
      Toutes ces petites routes régionales coûtent une fortune comparativement à leur taux d’utilisation. La taxe sur l’essence devrait viser toutes les régions.
      3. Je suis contre l’idée du fédéral d’imposer que les Québécois paient une partie du nouveau pont Champlain. Nous avons déjà payé pour ce pont. Il a été mal conçu et c’est un produit défectueux que son propriétaire doit remplacer sans frais pour les utilisateurs. Rien ne justifie que nous payions quoi que ce soit en plus des impôts et des taxes que nous payons déjà pour le remplacer.
      4. Je suis pour une enquête du vérificateur général sur la destination des taxes que nous payons sur l’essence.

    • @Sixties

      18 janvier 2014
      12h56

      J’aurais eu tendance à être d’accord avec vous mais les sondages emmenés par M.Cardinal me rassure.

      Je crois plutôt que vôtre analyse cadre avec la vision de vie du PQ. Tout nous est dû naturellement et les efforts, ça appartient aux autres…

    • @eriame

      18 janvier 2014
      14h00

      La taxe sur l’essence sert à gérer les fonctionnaires qui gère la taxe sur l’essence, vous ne saviez pas? :)

    • @maniacs

      Je ne comprends pas votre commentaire.

      Je suis d’accord pour un péage, donc paiement à l’utilisation. Cependant, envoyer l’argent dans un fonds pour le transport en commun au même titre que les taxes sur l’essence et non dans un fonds consolidé.

      On est loin de la vision du PQ, qui est absolument toute forme de péage.

    • M. Cardinal,

      Je d’accords avec le péage urbain, mais selon-moi, l’ordre dans lequel on propose d’utiliser les fonds est incorrect… Je pense que, contenu de l’état de notre réseau de transport en commun, il faudrait investir massivement d’abords en ayant recours à des emprunts pour améliorer l’offre et ensuite poser le péage urbain.

      En déposant une partie des fonds du péage dans un fond dédié qui sert à rembourser les emprunts pour le transport en commun, on rembourserait l’investissement initial tranquillement. Un peu comme pour le Stade Olympique et la taxe sur les cigarettes…

      Le but de renverser l’ordre investissement/remboursement est évidement de proposer une alternative valable au péage AVANT l’introduction de celui-ci.

      Je suis conseillé municipal et il est très difficile pour les villes de débloquer les fonds nécessaires à l’amélioration du transport en commun étant donné que notre seule source de revenu (ou presque) est l’impôt foncier. En gros, si on veut mettre de l’argent dans le transport en commun, il faut avoir de nouvelles constructions… Mais ces nouvelles constructions amènent plus de citoyens qui veulent utiliser ledit transport en commun, ajoutant encore plus de pression sur un système déjà inadéquat…

      Donc, on finance, quitte à emprunter, et on se fait rembourser par le péage urbain ensuite!

    • Actuellement à Montréal, les ponts à péage ne sont pas compatibles entre eux, ils imposent des modalités, des contrats, des abonnements, des transpondeurs qui ne sont pas compatibles entre eux ou intégrés. Après les ponts de la 25 et de la 30, voulons-nous un troisième pont géré comme une petite forteresse privée?

      Si on veut plus de péages sur les ponts, on devra INTÉGRER le système de péage et les abonnement, sans quoi ce sera un cauchemar pour les automobilistes et pour les véhicules commerciaux qui empruntent ces ponts (livreurs, camionneurs, voitures louées, réparateurs, etc.)

      Il faut des normes, des abonnements/comptes globaux, des tarifs raisonnables et cohérents. Il faut aussi s’assurer que l’argent prélevé serve RÉELLEMENT à l’entretien des routes et des infrastructures. Dans la situation actuelle, une partie de l’argent prélevé sur la 25 ne servira qu’à l’entretien de la structure du pont, à la discrétion du gestionnaire privé. RIEN ne serea investi dans les routes, autoroutes et accès de ce pont, qui sont hors de la responsabilité du gestionnaire. Ce petit royaume privé est géré de manière irresponsable et non durable.

    • Tant qu’il va y avoir sur nos routes des vieilles minounes parcourant 30,000km par année, c’est qu’il va y avoir encore de la place pour augmenter le coût d’être automobiliste dans notre province.

      Avoir une bagnole de nos jour -même neuve!- est étonnamment facile, même pour le petit salarié. Ce qui, bottom line, n’est pas normal.

    • Le problème est que fonds récoltés par les péages routiers, l’essence, les frais d’immatriculations sont constamment détournés pour payer autre choses.

      Ça pris 25 ans de taxes sur le tabac pour le stade. Faites moi croire que tout cet argent est allé au Stade.

      La taxe sur l’essence à Montréal, elle sert à ne pas remplir les nis de poule?
      La surtaxe sur l’immatriculation va vraiment à l’amélioration du transport en commun?

      Laissez moi rire. Je n’ai rien contre les surtaxes, en autant qu’elle servent à ce à quoi elles sont destinées.

      Ce qui est loin d’être le cas.

    • Tu vas sur le site de Kia ou Hyundai ou GM et tu peux te configurer une bagnole flambant neuve garantie pour le prix du budget moyen en gratteux et cigarettes d’un low-life.

      Pis si tu fouille dans les p’tites annonces tu vas trouver des minounes qui roulent encore pour des peanuts, que même le B.S. du village ou le kiddo-qui-travaille-au-Mcdo-a-temps-partiel pourra se payer…

      Voyons donc, ça n’a aucun sens. Une voiture c’est devenu un droit fondamental à l’humain ? C’mon, c’est un luxe et ça doit le rester.

    • ”Et parlant de péage, il faudra un de ces jours faire payer selon la distance parcourue. Pas certain que la Prius de Grandby est beaucoup plus écologique que le SUV de Laval.”

      Poussons le raisonnement encore plus loin, shall we ?

      Tout déplacement de ”loisir” devrait être payé plus cher qu’un déplacement ”utilitaire”.

      Le p’tit couple qui s’en va faire un roadtrip nowhere le dimanche après-midi, c’est pas un besoin essentiel.
      Le bonhomme qui utilise son gros truck pour transporter ses outils chez un client, c’est essentiel, c’est son travail.

      La distance, oui, mais aussi la raison du déplacement.

    • Moins de taxes, moins d’impôts, pas de péage, mais des infrastructures mieux entretenues, un pont et un tunnel de plus pour l’île, du stationnement suffisant et gratuit au centre ville. Et un chausson aux pommes avec ça? “Tout le monde veut aller au ciel, mais personne ne veut mourir.”

    • Si on met des péages, on les met où? Sur la rive-sud, partout à Montréal ou autour des principales agglomérations urbaines? Québec a toujours voulu considérer Montréal comme une région comme les autres. Alors, si c’est bon pour Montréal, pourquoi pas en région?

      L’étalement urbain n’a pas d’impact uniquement sur le réseau routier. Il faut tenir compte de toutes les infrastructures qu’il faut construire, écoles, réseau de la santé, etc. Donc, l’étalement a des répercussions sur un ensemble des dépenses qui devraient être tenues en compte dans l’évaluation des coûts.

      Je suis d’accord avec la tarification, mais j’ai plusieurs conditions.
      - Que les revenus soient versés dans tarifs soient dédiés.
      - Que chaque $ de revenus soit compensé par une diminution proportionnelle de l’impôt sur les revenu des particuliers, tous les particuliers, pas seulement les moins nantis.
      – Qu’on s’engage à faire une révision de la fiscalité, particulièrement celle des municipalités.

    • @jon8 ”Tout déplacement de ”loisir” devrait être payé plus cher qu’un déplacement ”utilitaire”.

      Le p’tit couple qui s’en va faire un roadtrip nowhere le dimanche après-midi, c’est pas un besoin essentiel.”

      C’est bien beau, mais avez-vous pensé aux régions qui vivent de l’industrie du tourisme?

    • ”Le p’tit couple qui s’en va faire un roadtrip nowhere le dimanche après-midi, c’est pas un besoin essentiel.
      Le bonhomme qui utilise son gros truck pour transporter ses outils chez un client, c’est essentiel, c’est son travail. ”

      Cela c’est par l’impôt qu’on tient compte de cette différence pas par le prix ou la tarification.

      La même chose pour tes outils.

      Ou encore même les repas d’affaires bien que certains réclament trop, certains gonflent aussi leur utilisation pour fin d’affaires déclarée de leur voiture.

    • Étrange comme théorie Jon. Personnellement, je me suis assuré que mes déplacements utilitaires (maison-bureau, maison-épiecrie, etc…) soient les plus courts possibles.

      Parce que c’est la chose intelligente à faire. C’est franchement niais de se mettre en position ou l’on doit parcourir de longues distances pour des trucs essentiels, comme travailler.

      Donc on taxe l’intelligence et le sens des responsabilités environnementales?

      Anti

      Etes-vous en train de dire que si le prix de l’essence était a 4 $ le litre, ca ferait une si grosse différence que cela dans vos habitudes de vacances?

    • @antiquebecor

      Qu’est-ce qui est le plus essentiel?

      A) Visiter la gaspésie B) Nourrir sa famille
      A) Prendre une bière sur une terrasse à Magog B) Réduire la pollution/risques pour la santé
      A) Sauver des jobs de tourisme B) Sauver des jobs de services essentiels

      La vie en société c’est une suite interminable de compromis. Donc de choix à faire. Donc de priorités à évaluer.

      Jusqu’à un certain point, je crois à la politique de l’utilisateur-payeur pour une raison très simple: ça nous éloigne des réflexes de déresponsabilisation (merci socialisme) et ça nous force à faire des choix plus efficaces donc plus intelligents.

      Par expérience, entre la bâton et la carotte, c’est le bâton qui donne habituellement les meilleurs résultats. C’est plate mais c’est comme ça.

    • @bermasse
      “Tout le monde veut aller au ciel, mais personne ne veut mourir.”

      Haha!
      Oui, sauf que si tout le monde était satisfait de tout, plus rien ne bougerait! ;-)

      Sur le long run c’est pas toujours le meilleur choix qui l’emporte mais je suis sûr que c’est en majorité le cas.

      Ouf! c’était mon 2-minutes annuel de non-cynisme.. je suis étourdi! haha

    • L’idéal serait des vignettes que l’on peut se procurer pour traverser tous les ponts qui relient l’île.

      Et, chacun des ponts aurait un système de détection pour le péage. À Londres, il y en a tout le tour de la City. On ne peut pas accéder à la City sans une passe ou sans payer.

      Les résultats ont été très probants. J’ai utilisé la page de Wikipedia en français pour que tous puissent la lire.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9age_urbain_de_Londres

    • À l’instar de plusieurs autres personnes, j’ai un préjugé défavorable envers les Conservateurs, mais j’avoue que M. Lebel gagne mon estime en menant dossier avec doigté, tout en évitant les pièges sournois que le P.Q. Mme Marois devrait tenter de gouverner dans l’intérêt des Québécois.

    • @Sixties

      18 janvier 2014
      16h00

      J’ai compris votre opinion et je suis d’accord avec vous! J’aurais du vous citer!

      Je répondais à ça particulièrement: Les québécois parlent beaucoup d’environnement, mais quand vient le temps de faire quelque chose, ils disparaissent et veulent conserver leurs privilèges d’automobilistes à majorité à passager unique.

      Continuer vos interventions, j’apprécie beaucoup vous lire!

      D’ailleurs avez-vous lu le livre de François Legault? Je crois que c’est quelque chose qui devrait vous intéresser grandement ;)

    • ”Les québécois parlent beaucoup d’environnement, mais quand vient le temps de faire quelque chose, ils disparaissent et veulent conserver leurs privilèges d’automobilistes à majorité à passager unique.”

      Pas juste les Québécois, je pense…
      L’humain de modèle standard est hypocrite, souvent sans réelle méchanceté. On jase de trucs socialement acceptés et acceptables tant que ça ne demande pas une implication réelle de notre part (lire: effort, temps et $$$).

      Aussitôt que ça demande d’investir plus que 2 minutes, 2 calories ou 2 piasses, POUF! Le trois quart de la salle se vide.
      La bonne nouvelle c’est que tu peux balancer une taxe de 25 cennes à la sortie pour évacuation précoce de la salle et elle va se re-remplir aussitôt ;)

      L’être humain est une bébitte complexe mais prévisible. ;)

    • À tous qui avez si bien expliqué les avantages d’une plus grande taxe sur l’essence sur cette loterie injuste qu’est le péage : Merci !

      Le bon sens et la simplicité avant tout !

      Il faut impérativement partir un mouvement en ce sens, et l’expliquer, partout, tout le temps, avant que l’on ne mette en branle cette injustice de péage sur les ponts. Quand j’en lis même qui disent qu’il s’agit d’un “choix”, alors que Montréal, une île, est nécessairement ceinturée de ponts…

      Une infrastructure qui sert géographiquement à presque la moitié de la population du Québec, à la circulation sur la voie maritime, au transport de marchandises le plus élevé au Canada, faudrait le faire payer uniquement par les méchants “locaux”. Alors que bien des routes qui coûtent une fortune en construction et en entretien en région éloignée doivent êtres gratuites et être payés par tout le monde alors qu’elles ne servent qu’à peu de gens ! Mais c’est le monde à l’envers !

      ugoh : Je vote pour ta présidence à ce nouveau lobby ! Salut !

    • @ Sixties: comparer l’ile de Montreal a la petite zone qui fait l’objet d’un peage a Londres releve de la mauvaise foi…en plus on en a meme reduit l’etendue initiale…

    • @ rien de grave: votre réponse à JFrancois0002 illustre à merveille cette tendance que nous avons au Québec à négliger un peu de perspective quand vient le temps d’analyser les enjeux importants. La solution ne vient peut être pas systématiquement d’Europe, mais elle vient forcément d’ailleurs compte tenu le niveau d’amateurisme qui prévaut parmi ceux qui sont responsables de gérer nos infrastructures.

    • @ voeckler

      Lebel mène le dossier avec doigté??? Je rêve.

      Le dossier lui échappe à tous les niveaux et il propose un projet des années 70. Lebel n’a JAMAIS piloté un dossier important à la lumière de son CV. Il est exclusivement en réaction sur tout ce qui concerne son ministère – des catastrophes aux projets -, n’a aucune vision et est complètement dépassé par les enjeux. Pire, c’est un homme d’une autre époque, utilisateur de la langue de bois, à l’esprit régional et obtus. Bref, l’illustration parfaite du principe de Peter. Un gros maire de village propulsé comme “token french” de service par les Conservateurs, seule bille restante après les gaffes cumulées de Bernier, Paradis et autres tories. Si le pont était construit en Alberta, Lebel serait enfermé au fond d’une caisse…

      Décidément cette haine fanatique du PQ (dont je ne suis pas supporteur) en aveugle plusieurs.

      Pierre Tremblay

    • @M-mimo

      Merci, mais je n’ai pas l’âme d’un lobbyiste. Cependant, je crois que M. Cardinal ferait oeuvre utile en reprenant mon point de vue! J’espère seulement que ce n’est pas les intérêts de son employeur qui l’empêche de reconnaître les avantages de la taxe sur l’essence au péage.

      En passant, mes interventions sont complètement désintéressées, car j’habite à deux pas de mon lieu de travail.

    • Moi ça me fait rire de les voire fouiller partout, pour trouver des sous, alors que l’ont paye 40% de taxe sur le prix de l’essence, et en plus on paye sur les droit d’immatriculation. Pis ils cherchent encor ou trouver l’argent pour construire ce foutue pont. Le gros problème c’est que les Québecois pète plus haut que le trou. Ici au Québec y a trop de luxe qu’on à pas les moyens de ce payer exemples en autres les garderie à 7$ les congers parentaux.

    • On dirait que nous sommes l’objet d’une expérience de laboratoire sociale, cherchant à déterminer exactement combien de notre argent on peut nous extorquer avant qu’on descende dans la rue.

    • Oui au péage régional , à condition :

      1) Abolir les taxes pour l’achat des véhicules moteur. (À essence ou électriques)

      2) Abolir les frais d’immatriculation.

      3) Abolir les taxes sur l’essence.

      C’est ce qu’il en coûterait pour ajouter une autre taxe pour les déplacements régionaux.

      Votre proposition est ridicule, compte tenu que les propriétaires de bagnoles sont égorgés par des taxes qui sont détournées de leur objectif = la construction et l’entretien des routes et de leurs infrastructures.

    • Je suis tout à fait d’accord avec hdufort

      18 janvier 2014
      16h29

      il faut avoir un système de péage intégré et ne pas avoir à s’abonner à différents fournisseurs (pont de la 25, autoroute 30, etc.) Dans l’état de NY par exemple, les gens achètent la E-Z Pass qui est utilisable sur toutes les routes payantes. Ils n’ont qu’à ralentir aux stations de péage et un lecteur automatique fait le reste.

      Au-delà du péage, le fond du problème réside dans le fait qu’au Québec, dans les infrastructures comme dans la plupart des constructions majeures, on pige dans des budgets d’immobilisation, qui sont en fait des budgets d’investissements donc amortissables sur de longue période pour la construction mais on ne prévoit que peu ou pas d’argent à même les budgets opérationnels pour l’entretien de ces constructions une fois terminées; le résultat est évident, la dégradation progressive des infrastructures et des immeubles publics faute d’entretien adéquat. Le plus bel exemple que l’on a de cette situation, c’est les écoles, où faute d’argent on a rafistolé les lieux, essayé de colmater tant bien que mal les infiltrations d’eau et on retrouve maintenant, faute d’avoir procédé de façon rigoureuse, avec des problèmes immenses de contamination par moisissure.

    • Monsieur Cardinal,
      Est-ce que l’offre du gouvernement de se départir des ponts étaient sérieuses, ou était-ce juste un écran fumée…C’est quand meme rigolo de voir tout le monde se réveiller 20 ans plus tard avec une grosse migraine.
      nm

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Fichu d’auto correcteur, on baisse la garde. Bien sûr, ce n’est pas ‘’les ponts qui étaient sérieuses’’ mais bien l’offre. Au singulier, donc. Signe des temps !
      NM

    • Bonjour M. Cardinal,

      Sur votre point 4) et le commentaire de danielle92 19 janv 10h20 :

      Il faudrait s’entendre sur ce que sont de véritables investissements en infrastructures routières mais aussi dans les transports en commun comme le remplacement des voitures de métro. Refaire le pont Champlain n’est pas un véritable investissement qui va permettre d’augmenter le PIB. Même chose pour les 2,4 milliards qui seront dépensés pour des voitures de métro. Or ces dépenses sont considérées comme telles et ne sont pas comptabilisées dans le budget annuel. Elles sont comptabilisées dans la dette sans contribuer au déficit annuel. Le concept de «déficit zéro» est une fumisterie. L’État dépense pour refaire des routes, des ponts, des échangeurs et pour acheter à prix d’or des voitures de métro (3 x le prix des voitures de métro de Toronto). Mais les contribuables ne voient pas leur capacité de payer augmenter pour autant parce que ce ne sont pas de véritables investissements qui permettraient d’augmenter le PIB, donc le revenu national. La facture est envoyée aux jeunes et aux générations futures qui seront pris avec une dette qui augmente plus vite que leurs revenus «grâce» à la comptabilité créative et le faux concept de déficit zéro (qui n’est même pas atteint).
      Le concept de fonds dédié au transport est une blague. Puisse que l’argent comptabilisé dans ce fonds virtuel n’est pas suffisant pour payer toutes les dépenses en infrastructures routières, le gouvernement puisera à même ses autres sources de revenus ou… empruntera l’argent (sans faire de déficit !) Le soi-disant fonds dédié et le fonds consolidé et la dette sont en fait des vases communicants: le gouvernement paye des dépenses avec l’argent du fonds «dédié» ou avec le fonds consolidé ou il appelle arbitrairement ces dépenses des «investissements» et hop! on emprunte l’argent et on comptabilise dans la dette sans faire de déficit annuel.

    • Comme plusieurs je suis daccord avec Ugoh. Une taxe sur l’essence est beaucoup plus équitable pour tout le monde et on peut toujours gérer la quantité de taxe qu’on désire payer en achetant un véhicule moins énergivore.

      Je vois venir le jour ou on aura posé sur notre pare-brise tellement de transpondeurs différents pour tous les ponts qu’on aura besoin d’un périscope pour voir la route devant soi.

    • @eriame

      Donner Londres en exemple ce n’est pas de la mauvaise foi, c’est monter qu’il y a des villes qui font des choix environnementaux. Ceux dont les actes suivent la parole.

      Londres, Milan l’ont fait; New-York, Los Angeles, Rio de Janeiro, Sao Paolo etc.. ne l’ont pas fait.

      Ce sont des choix de société qui sont en accord avec les discours politiques. Le Québec se targue d’avoir une Bourse au carbonne à l’image de la Californie; mais quand vient le temps de penser au péage on en fait une chicane politique au lieu de penser environnement et santé pour la population.

      Je dis simplement essayons de penser plus loin; que voulons-nous laisser à nos enfants ?

    • marcoman

      19 janvier 2014
      08h14

      Le véritable amateurisme au Québec est de justement se fier aux perspectives venues d’Europe, de les appliquer sans analyse au lieu de chercher (et trouver) des solutions par des personnes compétentes d’ici. J’en veux pour exemple, la réforme scolaire.

    • Pourtant, un simple billet à ordre sans intérêts envoyé à la banque du Canada et le pont est payé d’un simple clic de souris !! L’argent fiat scriptural comptable des banksters a des pouvoirs magiques si vous saviez comment on fabrique cet argent monopoly sans substance depuis 1971 …

    • Pour ceux qui veulent une taxe sur l’essence, dite moi pourquoi moi qui reste à Québec et prends aucun pont , pourquoi je devrais payer pour Montréal encore… Et ce pour la mauvaise gestion du fédéral et de Québec. Ils n’ont qu’à mettre une taxe de secteur sur Montréal, taxer le permis de conduire des montréalais et leurs plaques… Moi je ne veux pas payer pour se pont je ne l’utiliserai pas.

    • La taxe sur l’essence comporte plusieurs avantages:

      1. elle n’est pas coûteuse à percevoir;
      2. elle ne nécessite aucune technologie;
      3. elle est payée par tous, incluant les touristes;
      4. elle est proportionnelle à la consommation d’essence, laquelle dépend de la distance parcourue, du type de conduite et du type de véhicule utilisé.

      Je ne suis pas économiste. S’il y en a sur ce blogue, j’aimerais bien connaître leur opinion.

    • Fritz2

      19 janvier 2014
      16h12

      Je suis économiste. J’ai donné mon opinion plus haut.

    • @fauconcanadien 16h39

      Vous écrivez: “Je suis économiste. J’ai donné mon opinion plus haut.”

      Merci. J’ai lu votre opinion. D’après vous, que devrait-on faire en supposant que les taxes perçues ne servent pas à payer les garderies, mais seulement les infrastructures de transport et le transport en commun:

      1. augmenter les droits d’immatriculation;
      2. augmenter la taxe sur l’essence;
      3. instaurer des péages (à certain endroits seulement ou partout)?

    • Fritz2

      19 janvier 2014
      17h31

      En supposant que les taxes et les frais perçus ne servent pas à payer les garderies, mais seulement les infrastructures de transport, je crois que la taxe sur l’essence est la plus facilement à percevoir et a (désolé les accents ne fonctionnent plus) mesurer l’utilisation d’un bien public. C’est aussi la plus neutre, car l’instauration d’un péage a un endroit spécifique, mais aux autres endroits, entraînerait contournement de l’ouvrage en question. Ce serait une incitation a contourner l’actif.

    • @fauconcanadien 18h19

      Ça correspond à mon intuition d’homme éduqué mais pas économiste.

    • Quand l’opinion de l’homme de la rue (moi) et de l’érudit (fauconcanadien) convergent, c’est que nous avons raison: la taxe sur l’essence est une meilleure solition que le péage. Prenez en bonne note M. Cardinal.

    • Un très bon moyen de rendre le transport en commun plus performant est d’augmenter les tarifs aux usagers.

      En payant plus, les usagers vont demander plus de comptes aux transporteurs et surtout plus d’efficacité.

      Les transports en commun se compare au système de santé; peu de personnes remettent en cause la gouvernance malgré les sommes astronomiques qui y sont investies.

      L’histoire du refus de payer un droit de passage sur Champlain est du culbutage sur les fleurs du tapis.

    • ugoh, et al.

      Les stratèges du PQ prennent bien note de votre opinion. Bientôt, ils vont proposer une hausse substantielle de la taxe sur l’essence, parce que “c’est ce que la population désire”, à-la-charte.

      Pour ma part, ca fera mon affaire. En-dessous de 4 $ le litre, je trouve qu’on perd notre temps.

    • fauconcanadien

      19 janvier 2014
      18h19
      En supposant que les taxes et les frais perçus ne servent pas à payer les garderies, mais seulement les infrastructures de transport, je crois que la taxe sur l’essence est la plus facilement à percevoir. Cependant, il n’y a aucune corrélation entre l’utilisation d’une infrastructure donnée et la taxe. La taxe va contribuer à réduire la demande de tous les infrastructures de la province de Québec, peu importe l’utilité d’une infrastructure particulière.

      Par contre, un frais d’utilisation a l’avantage de réduire la demande d’une infrastructure spécifique. L’inconvénient est qu’un frais est plus complexe à collecter. De plus, l’instauration d’un péage à un endroit spécifique mais pas aux autres endroits permettant l’accès à l’île aurait l’inconvénient de détourner l’utilisation vers d’autres infrastructures.

      Maintenant, comment prendre en considération le bénéfice public d’une infrastructure? Les citoyens en général bénéficient des infrastructures même lorsqu’ils ne les utilisent pas directement.

      La fluidité des transports facilite les échanges et favorise la croissance économique. Comment refléter ces bénéfices dans l’utilisation?

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Fritz2

      19 janvier 2014
      18h42
      Désolé si ma première réponse était incomplète, mais mon ordinateur a planté.

      En supposant que les taxes et les frais perçus ne servent pas à payer les garderies, mais seulement les infrastructures de transport, je crois que la taxe sur l’essence est la plus facilement à percevoir. Cependant, il n’y a aucune corrélation entre l’utilisation d’une infrastructure donnée et la taxe. La taxe va contribuer à réduire la demande de tous les infrastructures de la province de Québec, peu importe l’utilité d’une infrastructure particulière.

      Par contre, un frais d’utilisation a l’avantage de réduire la demande d’une infrastructure spécifique. L’inconvénient est qu’un frais est plus complexe à collecter. De plus, l’instauration d’un péage à un endroit spécifique mais pas aux autres endroits permettant l’accès à l’île aurait l’inconvénient de détourner l’utilisation vers d’autres infrastructures.

      Maintenant, comment prendre en considération le bénéfice public d’une infrastructure? Les citoyens en général bénéficient des infrastructures même lorsqu’ils ne les utilisent pas directement.

      La fluidité des transports facilite les échanges et favorise la croissance économique. Comment refléter ces bénéfices dans l’utilisation?

    • Le débat sur le péage sur le pont Champlain est futile car le réseau va normalement s’équilibrer entre ceux qui ne veulent pas payer et ceux qui vont payer pour utiliser le pont Champlain.

      Alors pourquoi avoir autant de sémantique sur qui va payer le pont: ceux qui vont le payer, ce sont ceux qui vont l’utiliser.

      Pour ce qui est du transport en commun, il faut surtout du dégraissage de l’appartus administratif et beaucoup plus d’intelligence.

    • Fritz2
      Croyez-moi, vous ne voulez pas entendre l’opinion d’un économiste. Encore moins son explication, surtout pas sa prédiction. Peut-être sa lamentation !

      nm

    • @sixties
      Petite précision: Le péage sur tous les ponts sauf un pour entrer à Manhattan, coute $13. $5 si on covoiture à 3.

      @louis-richard
      Le réseau sera déséquilibré parce qu’il y aura moins de voiture sur Champlain mais plus sur les autres. Lachez la sémantique et utilisez les mathématiques.

    • @ gl000001, 20 janvier 2014, 08h27

      Ottawa veut un péage sur Champlain mais ne peut l’imposer sur l’ensemble du réseau routier de la CMM.

      Mais rien n’empêche la CMM d’imposer un péage sur l’ensemble de son territoire.

      Alors, tu proposes quoi ?

      Rien ?

    • @ gl000001, 20 janvier 2014, 08h27

      Parlant de mathématiques, je cite:

      “…Les autres ponts de la métropole québécoise ne disposent pratiquement pas de capacité excédentaire pour absorber le flux de véhicules qui y serait détourné à la suite d’une fermeture de Champlain….” – Mark R. Ferguson, coordonnateur de la recherche pour l’Institut du transport et de la logistique de l’Université McMaster

      http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201401/20/01-4730355-pont-champlain-740-millions-en-moins-pour-le-quebec.php

    • gl
      Pas forcément ! Cela dépend des approches, des rampes d’acces, des routes qui viennent alimenter, des routes latérales, etc…Par contre, il est clair que s’il y avait un systeme de peage uniformisé a l’ensemble des acces sur l’ile, la chose serait plus simple et plus équitable. Mais bon ! Il parait que c’est impossible à implanter. Bin non toé !

    • @louis-richard
      Vous n’avez pas besoin de répondre pour moi.
      La taxe sur l’essence est beaucoup plus équitable. FauconCanadien a très bien montré les bons et mauvais cotés.

      “Un très bon moyen de rendre le transport en commun plus performant est d’augmenter les tarifs aux usagers.”
      En passant, ne changez pas de job pour aller en marketing !!

    • Gl
      En plus, entrer a Manhattan c’est une chose, ensuite il faut parker ta carcasse ! Ca peut aller de 20 a 100.00 par jour. De mémoire en tkas.
      Nm

    • @ guygadbois moi aussi une augmentation de la taxe sur l’essence fera mon affaire, je conduis une électrique.

    • Je n’ai rien contre le péage mais réduisez nos impôts ailleurs.

      La “solution” de François Cardinal est de venir toujours chercher plus d’argent dans nos poches!
      L’argent est déjà là.
      Qu’ils arrêtent de le gaspiller.

      Selon la Régie de l’énergie du Québec, il s’est consommé 14 milliards de litres d’essence ou diesel en 2005 (je doute que ces chiffres aient baissé depuis).

      En termes de taxes, cela signifie que, pour un prix moyen autour de $1,30 le litre, le secteur des transports a envoyé près de 7 milliards de dollars en taxes directes (Fédéral et provincial)!

      Ajoutez l’immatriculation .
      Mettons que tous les véhicules sur les routes étaient la catégorie la moins cher (donc aucun véhicule lourd, aucune moto et aucun véhicule enregistré à Montréal), on parle de 4.4 millions de véhicules, ce qui rapporte un autre 1.2 milliard à Québec!

      Ajoutez les permis de conduire:
      Il y avait 5.1 millions de titulaire d’un permis de conduire en 2012, ce qui rapporte un autre 500 millions au gouvernement.

      Nous sommes donc rendus à un coût direct pour utiliser le transport de $8,7 milliards.

      Québec investi au maximum 4 milliards dans les infrastructures routières par année.

      Quand est-ce que vous allez vous réveiller et comprendre, qu’en ce moment, la solution n’est pas de donner plus d’argent à nos élus?
      Ce sont, au mieux, des clowns qui seraient incapable de gérer un dépanneur; au pire, des bandits qui détournent l’argent public au profit de leurs amis.

    • Good job Raoul!

      Tenez-vous â droite sur l’autoroute par contre, hein.

    • @jfrancois002
      Le taux maximal d’imposition n’est-il pas autour de 42% en Suisse? Ramenez mon taux d’imposition à ce niveau et je pourrais accepter la ponction supplémentaire que représente un péage.

      Ce pont ne constitu pas une nouvelle offre pour les usagers, c’est le remplacement prématuré d’un pont mal construit. Combien, par nos impôts et diverses taxes paient-ont pour les infrastructures routières. Avant de dire oui aveuglement à une augmentation de la charge fiscale des contribuables, il faut être en mesure d’avoir un portrait réel des ponctions aux portefeuilles existantes. Il manque trop d’informations pour simplement dire oui à cette idée.

    • @ gl000001, 20 janvier 2014, 09h58

      Tu dis finalement que la CMM, par le biais de la taxe sur l’essence, devra payer pour le pont Champlain.

      Mais la taxe sur l’essence doit s’appliquer partout et pas seulement à la CMM puisque ironiquement cette taxe ne fait qu’agrandir le trou de beigne de Montréal en faveur d’un plus grand étalement urbain.

      Comme tu dis et que je te dis: “Ne change pas de job…”

      Une job, c’est pour les petits pains.

      Je vois qu’au delà des insultes, tu ne proposes rien d’autre que le statu-quo dans l’inaction favorisant la lenteur dans le processus de construction.

      Ottawa a décidé de choisir le meilleur architecte pour la construction du nouveau pont et c’est la meilleure chose.

      Maintenant et au lieu de tergiverser sur la couleur de la pancarte du pont, voyons à ce qu’il soit très bien construit.

      À cet effet, il est de la responsabilité de tous les élus de la CMM de veiller, à toutes les étapes de construction, que notre futur pont soit d’une grande qualité.

    • Le péage ne garantira aucunement de meilleurs routes ou un meilleur système de transport collectif. Le gouvernement a pris une décision il y a plusieurs années, i.e. de recueillir tous les dollars ramassés dans un seul grand montant qui est ensuite redistribué selon les divers besoins. Donc, les dollars recueillis par un péage pourraient être alloués dans un nouveau projet du Ministère de l’éducation.

      À moins qu’on me garantisse que chaque dollar du péage est investi sur les routes ou le transport en commun, je suis contre la mise en place de péages.

    • Québec s’oppose au péage sur le pont Champlain disant que le pont est d’envergure nationale.

      Dans la même logique, c’est justement cette envergure nationale qui va permettre de financer le pont avec un péage.

    • Je suis stupéfait que vous passiez complètement a coté de la problématique du transport routier. Un 18-roues c’est 60′000 autos en terme de dommages a nos infrastructures, sans compter que ce cher MTQ se plait a donner des milliers de “permis d’exceptions” en période de dégel. On subventionne cette industrie a coup de *milliards* alors qu’une énorme partie de ce transport pourrait se faire par train et par bateau.

    • @louis-richard
      Je répète : je propose une taxe sur l’essence pour la région métropolitaine comme il y en a déjà une. Ca fera justement moins augmenter le trou de beigne que les péages sur les ponts.

      Je n’ai jamais parlé de la lenteur de la construction ou de la couleur de la pancarte. J’ai toujours voulu un pont de qualité. Vous ne savez vraiment pas quoi dire.

    • @louis-richard
      Votre 9:34 dit justement que le réseau sera déséquilibré.

    • @ gl000001, 20 janvier 2014, 11h41

      Tu veux donc que la taxe sur l’essence dans la CMM paye pour le pont Champlain.

      Toutefois, la sur-taxe sur l’essence sert à financer le transport en commun et non le pont Champlain.

      Il va falloir convaincre Québec pour cela et Québec a déjà dit non.

      Mais que fait-on avec ceux qui ne font pas le plein d’essence dans la CMM et qui utilisent le pont ?

      Le réseau de transport va s’équilibrer malgré le péage sur le nouveau pont.

      En parlant de “trou de beigne”, je vois que tu ne sais pas de quoi tu parles: une taxe est une taxe et plus on taxe le centre, plus le centre se vide.

      Comme tu dis: “tu sais pas vraiment quoi dire ….”

    • Fritz
      Ce matin, je me suis amusé à faire quelques calculs très simples.

      Au départ, selon le ministère des Transports du Québec, le budget de ce ministère est 7,8 $ milliards. Ce montant inclurait toutes les dépenses du ministère, c’est-à-dire, les frais administratifs, l’entretien et la construction de nouvelles structures. Ce budget serait pour 2013.

      Selon le ministère des Ressources naturelles du Québec, la consommation de carburant a été de 18,4 milliards de litres en 2009. Ce serait la donnée la plus récente. Environ 72,9 % de cette consommation est attribuée aux consommateurs et le solde à l’industrie. On peut présumer que cette consommation est la même aujourd’hui.

      Il y a plusieurs taxes sur les carburants au Québec. Les taxes les plus élevées sont dans la région de Montréal. Il y a la taxe d’accise fédérale de 0,10 $ le litre. La taxe sur les carburants du Québec, qui est de 0,22 $ le litre; cette taxe comprend une taxe de 0,03 $ le litre versée à l’Agence métropolitaine des transports de Montréal. Le revenu provenant de cette taxe serait donc (18,4 milliards de litres X 0,22 $ le litre) = 4,0 $ milliards.
      Ensuite, il y a la taxe d’accise du gouvernement fédéral, qui varie de 0,04 le litre pour le diesel à 0,10 $ le litre pour l’essence. En présumant que la consommation des consommateurs est essentiellement de l’essence, on peut dire que la taxe d’accise a rapporté les montants suivants :
      Essence 18,4 milliards de litres X 0,729 X 0,10 $ le litre = 1,34 $ milliard
      Diesel (18,4 – (18,4 X 0,729)) = 5,0 milliards de litres
      5,0 milliards de litres X 0.04 $ le litre = 0,2 $ milliard
      Taxe d’accise du Canada 1,5 $ milliard

      Il faut ajouter la taxe de vente du Québec. Celle-ci est plus difficile à calculer. Cependant, selon un document de ce ministère québécois, alors que le prix de l’essence était de 1,18 $ le litre, le consommateur versait 3,75 $ en TVQ au Québec à l’achat de 50 litres d’essence. En tenant compte de l’augmentation de la TVQ à plus de 9 %, et en présumant que le prix de l’essence est de 1,30 le litre, on peut calculer que les automobilistes versent plus de 1,98 $ milliard au trésor québécois.
      Il faut aussi ajouter la taxe sur les produits et services du Canada. En utilisant le taux de la TPS et les autres hypothèses mentionnées plus haut, on peut calculer que les automobilistes versent plus de 1,16 $ milliard au trésor fédéral
      On peut dire que les automobilistes québécois versent environ :
      Taxe sur les carburants – Québec 4,0 milliards
      Taxe d’accise – Ottawa 1,5 milliard
      TVQ – Québec 1,98 milliard
      TPS – Ottawa 1,16 milliard
      Totale des taxes payées par les automobilistes 8,64 $ milliards

      À toutes ces taxes, il faut ajouter les taxes payées à l’achat des voitures, à l’entretien, aux réparations, etc. Il faut aussi ajouter les frais reliés à l’immatriculation et les taxes pour subventionner le transport en commun.

      On peut conclure facilement que les automobilistes québécois ne sont pas subventionnés par les contribuables. C’est plutôt le contraire.

      On n’a qu’à penser aux utilisateurs des transports en commun. Ils utilisent un wagon ou un autobus, dont la construction a été subventionnée, une infrastructure qui a été subventionnée, un service qui est subventionné à la fois par la ville (en autres les automobilistes et les autres résidents) et les automobilistes une deuxième fois. On peut facilement dire que ces utilisateurs ne couvrent vraiment pas les frais du service qu’ils utilisent.

      Maintenant, on voudrait que le futur pont Champlain soit financé par l’introduction d’une taxe ou d’un frais. C’est là que j’ai un problème, car je crois que les automobilistes contribuent largement au financement des infrastructures. Pourtant, ces infrastructures bénéficient à la majorité de la population.

      C’est pour cette raison que je disais plutôt qu’il faudrait demander aux utilisateurs des autres services gouvernementaux (les étudiants, les enfants en garderie, les utilisateurs des transports en commun, etc.) de payer une plus juste part des coûts des services gouvernementaux avant de songer à siphonner davantage les automobilistes.

      Ce n’est qu’une question d’équité.

      Pour répondre à votre question, oui une taxe sur l’essence est plus facile à administrer qu’un frais à l’utilisation. Cependant, le ministre des Finances doit se poser la question suivante : est-ce que les automobilistes font déjà largement leur part; est-ce que les autres utilisateurs des services gouvernementaux font leur part; ou est-ce que les contribuables devraient payer?

    • Taxe – additionnelle, on s’entend – sur l’essence: et tous les Québécois paieraient cette taxe? C’est bien plus juste d’avoir des péages et donc c’est l’utilisateur qui paie. Si on limite à Montréal et ses couronnes, ce n’est pas équitable car il y a des Montréalais et “couronnois” qui ne sortent presque jamais de leur île ou de leurs patelins, alors pourquoi devraient-ils payer une taxe additionnelle sur l’essence?

      Comme hdufort et danielle92 l’ont mentionné, il faudrait que les méthodes et modes de péage (ponts et routes) soient uniformes partout. Il devrait y avoir un tarif préférentiel pour les usagers “commerciaux” – sous forme d’abonnements – qui sont des utilisateurs réguliers et un tarif plus élevé pour les randonneurs de fin de semaine.

      Un bon contrôle d’où va l’argent et comment il est géré serait évidemment indispensable. Pas question qu’on pige là-dedans pour autre chose.

    • @ fauconcanadien, 20 janvier 2014, 12h35

      Merci pour cette belle analyse de situation.

      Il est dans légende urbaine que l’automobiliste est subventionné alors que vous montrez que l’apport en taxes de celui-ci est considérable.

      D’autre part, Ottawa peut et doit exiger un péage sur le pont Champlain puisque dans le cadre d’une restructuration générale des taxes payées versus les services, l’on va attendre très longtemps avant que cela arrive pour financer le pont.

      Cette légende urbaine sur le prix a payer pour les services gouvernementaux veut aussi que le plus riche utilisateur paye alors que dans les faits, il paye déjà beaucoup.

      C’est ainsi qu’il remettre en cause les monopoles d’État, notamment ceux du transport en commun avant de “voler” davantage ceux qui travaillent.

    • @louis-richard
      Pour le trou de beigne, si on mets un péage pour les gens qui entrent à Montréal, ils vont de moins en moins entrer à Montréal. Ils va se créer plus d’emplois en banlieue pour suivre cette tendance. Ca va augmenter l’étalement urbain et le trou de beigne. Logique élémentaire.

      La taxe sur l’essence ne favorise pas l’étalement urbain. Elle cible moins les citadins car ils prennent moins leur voiture que les banlieusards. Elle s’applique jusqu’à 50km autour de Montréal. Donc la grande majorité des gens qui entrent à Montréal la payent et c’est ce qu’on veut.

      Le gouvernement a déjà dit non … pis ? Ils peuvent changer d’idée. Ils sont contre le péage. Ou voulez-vous qu’ils aillent chercher leur argent ?

      Et en passant, on a eu une réunion d’information avec la haute direction dernièrement, et ils étudient attentivement ce qui se passe avec les ponts et le trafic. Beaucoup plus que la taxe sur l’essence. De plus en plus de gens demandent de pouvoir faire du télé-travail ou d’aller travailler dans les bureaux régionaux. Beaucoup d’autres grands employeurs montréalais suivent cet enjeu. La tendance est déjà là. Ca prendrait pas grand chose pour déclencher l’effet trou de beigne.

      @jolico
      “Si on limite à Montréal et ses couronnes”
      Ca reste plus équitable parce qu’ils prennent plus les ponts autour de Montréal que le gars Rimouski.

    • louis-richard
      20 janvier 2014
      13h08

      J’ai moi-même été surpris de l’ampleur de la contribution fiscale des automobilistes en général.

      Ce qui me révolte le plus est que certains personnes, en particulier ceux qui n’aiment pas les automobilistes, proposent régulièrement de « taxer » davantage les automobilistes, alors qu’eux, en utilisant les transports publics, ne font même pas les frais de l’offre de ce service.

      Le gouvernement du Québec a régulièrement siphonner les automobilistes, en particulier montréalais, avec la complaisance médiatique de CAA Québec de quelques cents de plus que la moyenne québécoise. Le gouvernement a justifié ces ponctions additionnelles en disant que les revenus iraient à l’amélioration des infrastructures. Cependant, jamais au grand jamais, ces argents sont allés dans un fonds dédié. Dans les faits, ces argents ont été versés dans le fonds consolidé de la province pour subventionner toutes sortes de services ou d’activités qui n’ont rien à voir avec les infrastructures (les services de garderie, les fabricants de yogourt, etc.). Finalement, on arrive à la situation où il faut remplacer une infrastructure et à ce moment on voit certaines personnes favorisées la politique de l’utilisateur-payeur parce qu’eux ne veulent pas que leurs frais augmentent.

      C’est le phénomène de « pas dans ma cour ».

      Remarquez que je ne serais pas affecté par une augmentation des taxes sur l’essence (je l’achète en Ontario, car elle est environ 0,10 $ de moins le litre), ni par des frais d’utilisation du pont Champlain, car je ne vais pas sur l’île de Montréal.

    • @fauconcanadien
      Et les effets néfastes des voitures ? Vous ne les incluez pas dans vos savants calculs ?
      Il faut justement défavoriser la voiture pour favoriser les transports en commun pour diminuer le stress, la pollution et la dépendance du Québec à une énergie qui vient d’ailleurs.

    • @fauconcanadien
      Merci, vous avez répondu à mon questionnement et donner 8,64 millards de raisons de détester (et de décrier) un péage régional!

    • Quand je vais de Montréal à Québec par train, quand j’y vais en autobus, ou que j’aille ailleurs par les mêmes moyens, je paye pour y aller. Quand je traverse de Longueuil ou de Laval à Montréal en métro, je paye…
      Pourquoi, par quelle logique, selon qui, les mêmes trajets sont devenus gratuits quand on les faits en automobiles..?
      Ah oui, les automobilistes payent une taxe sur l’essence… mais selon moi c’est pour les mêmes raisons que les taxes sur les cigarettes. Produits similaires… effets nocifs similaires à contrer.
      Ah oui, les automobilistes font fabriquer des automobiles et créent de l’emploi… Sauf que toutes les automobiles sont construites à l’extérieur du Québec… contrairement aux autobus et aux voitures de métro.
      Bref, il n’y a aucune raison pour que les déplacements en automobile soient gratuits. Non seulement sur les ponts entre Montréal et ses rives mais partout ailleurs.

    • Ceux qui ont “inventé” la sur-taxe de 3 sous le litre d’essence dans la CMM sont Tremblay et Vaillancourt.

      Deux bandits.

      Cela en dit long sur cette taxe pour le transport en commun qui n’a été qu’un leurre pour puiser davantage dans les poches des automobilistes.

      En effet, la ville de Montréal a réduit les allocations budgétaires à la STM du même montant que ce qui était perçu par la sur-taxe.

    • @fauconcanadien
      Sans compter qu’il manque la portion des impôts des usagers du pont Champlain, qui sont pour la majorité des travailleurs et des compagnies qui sont des contribuables, dédiée au transports.

    • gl000001

      20 janvier 2014
      13h47

      Comme je le mentionne, avant de proposer de siphonner davantage l’automobiliste, ces mêmes personnes devraient, pour être prises au sérieux, devraient au moins faire les frais de l’utilisation des services de transport en commun. Ensuite, on pourra demander davantage des étudiants universitaires, des parents des enfants en garderie, etc. Lorsque tout ce beau monde contribuera une part plus équitable, on pourra demander davantage des automobilistes. En attendant, vous savez ce que j’en pense.

    • Des péages? Bien sûr qu’il y en aura! Entre autre! La province est dans un tel trou, et pas près d’en sortir, d’ailleurs si vous voulez mon avis bien pire est à venir.

      Alors SVP oubliez vos rutilantes infrastructures de transport en commun, ça n’arrivera pas de sitôt! Au mieux on arrivera à garder la tête hors de l’eau, ça serait déjà pas si mal!

      En fait je ne pense même pas qu’on aura les moyens d’entretenir les infrastructures routières, trop de mal est fait, trop de retard accumulé. Il faudra éventuellement aller en PPP car seul le privé aura les moyens de financer les multiples projets. Alors pour ce qui est des péages oui il y en aura, à profusion, mais c’est loin d’être clair que l’argent sera disponible pour le transport public ou quoique ce soit d’autre.

      Le problème c’est que peu importe comment on s’y prend pour plumer le contribuable l’argent vient bien toujours de la même poche et une fois parti ne peut être dépensé ailleurs…

    • alen101
      20 janvier 2014
      14h01

      Évidemment, vous ne vous êtes jamais demandé qui a payé pour ces infrastructures (le métro, le réseau routier). J’ai démontré que ces infrastructures ont été payées par les taxes sur l’essence. Le ticket de métro ne fait même pas les frais du service de métro.

    • @fauconcanadien

      Belle analyse mais je crois que la situation est encore bien plus complexe qu’une colonne des dépenses v.s. revenus.
      Premièrement, il importe de bien considérer toutes les dépenses -indirectes, moyen/long terme- etc… et deuxièmement de comprendre les répercussions sociales sur nos choix économiques. Je pense, entre autres, au transport en commun et à l’étalement urbain.

      C’est une question très complexe et il serait bon de regarder en détails ce qui se fait ailleurs dans le monde. Et d’apprendre.

    • @ gl000001, 20 janvier 2014, 13h47

      Et les effets néfastes de tes interventions, tu les as calculées ????

      Commence donc par forcer les gouvernements à améliorer le transport en commun avant de téter de l’argent aux autres.

      Demande à la ville de Montréal de densifier les bâtiments autour des stations de métro, dans un cadre de TOD, avant de téter encore plus d’argent.

    • @ alen101, 20 janvier 2014, 14h01

      Les travailleurs n’ont pas besoin de fumer pour se rendre au travail mais ils doivent obligatoirement se transporter.

      La comparaison entre la cigarette et le transport est très très mauvaise.

    • Voici une raison de bien surveiller de très près les services de transport public.

      “…Accablé de dettes qui ne cessent de s’accumuler, la Société de vélo en libre-service (SVLS) s’est placé sous la protection de la loi sur la faillite lundi matin, le 20 janvier 2014….” JdeM

    • jon8

      20 janvier 2014
      14h27
      Je suis d’accord que c’est une situation complexe. Cependant, avant de demander aux automobilistes de contribuer davantage, on devrait se demander s’ils ne font pas déjà leur part. Est-ce que les autres utilisateurs font leur part?

      Ce rôle d’arbitrage relève du ministre des Finances. Je ne suis quand même pas pour faire son travail.

    • @gl000001 – 13h43 – Comprenons bien, dans mon intervention, qu’il me semble que les péages sont plus justes et équitables pour tout le monde, même le gars de Rimouski. S’il se promène à travers le Québec, ce serait juste et équitable qu’il paie des péages sur les routes, bien plus que d’encore surtaxer le litre d’essence pour un Montréalais qui ne sort pas de son île. Ce ne serait pas équitable de faire payer tous les Québécois plus cher pour leur litre d’essence. Me semble que mon intervention était quand même assez simple.

    • @fauconcanadien

      Nous vivons dans une social-démocratie. Ça implique qu’il y a des services que certaines personnes recoivent pour lesquels ils ne ”contribuent” pas de leurs poches.

      Bottomline, un individu ”pauvre” mais qui utilise les services publics, est un siphon permanent pour la société.

    • Meanwhile…

      http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201401/20/01-4730582-bixi-au-bord-de-la-faillite.php

      tsé quand ça va mal…

    • Jon8 & fauconcanadien
      Pas besoin de regarder loin et longtemps pour trouver des pts de comparaisons. Il y a 3 autres ile/villes/etats d’importance dans le monde. Ce n’est pas compliqué une ile, les dotations naturelles sont déja présentes, soit la collectivité prends les moyens adéquats pour en faire un centre de commerce vigoureux, soit t’en fait un centre pénitencier ! Merci pour le boulot en effet FC
      nm

    • @fauconcanadien,

      Selon les comptes public du gouvernement, les taxes sur le carburant ont rapportés 1,9 milliards en 2011, soit moins que la moitié de votre estimé.

      http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/comptespublics/fr/CPTFR_vol1-2010-2011.pdf à la page 139.

      Vous comptez la taxe fédérale mais pas les dépenses associées comme les ponts de la voie maritime, les subventions à l’industrie pétrolière, le sauvetage de l’industrie automobile. Vous ne comptez pas les dépenses des municipalités non plus. La tps et la tvq sont des taxes à la consommation et non des taxes dédiées aux transports.

    • louis-richard

      Je connais plein de gens qui marchent pour se rendre au bureau.

      Se place dans une position (parce que c’est un choix de vie, comme la cigarette) de devoir prendre sa voiture pour se rendre au travail, c’est très 1960 comme conception des choses.

    • @faucon et sinsin
      pour 2013 on parle de 2.1 Milliards. Le document est disponible sur le même site. Mais on est encore loin du 4 annoncé par faucons.

      Pourquoi cela ne “fitte” pas avec la consommation annoncé ? aucune idée.

      Diminuez d’une part comparable les revenus que vous calculez pour la TPS et la TVQ, considérez les coûts financiers des accidents de la route au québec (autour du milliard de $ la dernière fois que j’avais vu passé le chiffre), faites de même pour l’impact sur l’environnement (plus difficile à faire je vous l’accorde) et remettez cela dans la balance par rapport aux 4 Milliards / an d’investissements routiers.

      Ah oui, considérez également que ces 4 milliards ne sont pas affectés exclusivement à l’entretien de l’existant, mais qu’il y a aussi de nouvelles routes là-dedans, qui ne manqueront pas de venir nous hanter d’ici qqes décennies (et même avant) quand il faudra les entretenir etc.

      Non, je ne pense vraiment pas que l’automobiliste au Québec soit aussi matraqués que certains voudraient le faire croire par rapport à l’impact financier qu’a l’automobile sur notre société.

      En fait comme GG, je trouve que l’essence n’est pas encore assez chère; dans le sens où ce n’est pas encore assez cher pour que les individus (et des sociétés) se posent des questions sur leur mode de vie (stratégie pour les sociétés).

    • @ guygadbois, 20 janvier 2014, 16h30

      Tu mélanges tout en plaçant la cigarette dans l’équation du pont Champlain.

      C’est quoi le lien ????

      Qui va payer pour le pont ??? Les fumeurs ???

    • @fauconcanadien
      “Avant de” … “ensuite” … “lorsque” … = immobilisme. Ce que vous proposez, la façon de le faire, ne se fera jamais. Augmenter la taxe sur l’essence, ça peut se faire très vite.

    • @Louis-richard
      “Commence donc” … “avant de” … “demande” … “avant de” … même chose que précédemment. Ce que vous demandez est utopique. Il n’y a pas de système parfait et on ne peut tout régler de façon étapiste. Il faut bouger à un moment donné.
      Il n’y a jamais d’effets néfastes lorsqu’on discute de bonne foi. Jusqu’à présent, vous n’avez rien démontré de ce coté avec vos mauvais calculs.

      @jolico
      On parlait de péages sur les ponts ici. Si vous voulez en mettre partout sur les autoroutes, il va arriver la même chose qu’en Europe. Les gens vont éviter les autoroutes et rouler à tombeau ouvert sur les routes secondaires.

    • Yolda

      20 janvier 2014
      17h13
      Vous pouvez dire ce que vous voulez; c’est votre choix.

      Cependant, le chiffre sur la consommation de carburant provient de Ressources naturelles Québec, le niveau de taxe d’accise sur le litre de Finances Canada, la taxe sur les carburants le litre de Finances Québec, la TVQ est une extrapolation basée sur une consommation de 50 litres d’essence à 1,30 $ le litre (les calculs initiaux étaient de 1,18$ le litre, calculée par Finances Québec, même chose pour la TPS)

    • @ fauconcanadien, 20 janvier 2014, 19h04

      Au sujet de Yolda.

      Yolda dit n’importe quoi. Il parle du coût des accidents de la route comme si la SAAQ payait pour les dommages matériels. Le coût de l’assurance à la SAAQ est près du 1/3 du prix total.

      Yolda est comme gl000001, un idéologiste qui n’a pas les moyens d’avoir une auto et encore moins de moyen pour se payer le coût du transport en commun.

      Ces deux idéologistes n’ont comme plan de financement que de faire payer les autres.

    • @louis-richard
      Vous manquez d’imagination dans vos insultes. Lisez un peu plus GG.

      J’habite à Laval et je prends ma voiture pour aller travailler parce que si je prends le transport en commun, ça me prend de 2 à 3 fois plus de temps. Tout les autobus ramènent tout le monde au Métro qui est un véritable goulot d’étranglement. Des bus express sur Papineau, St-Michel, Pie-IX allègeraient grandement le Métro et diminuerait de beaucoup le nombre de voitures en ville. Je suis idéologiste pour ça. Surement pas pour ce que vous dites.

      Vous êtes même pas capable de défendre votre point. Vous tombez dans les insultes et les attaques personnelles quand on vous souligne vos mauvais calculs. Débattez mieux.

    • @ gl000001, 20 janvier 2014, 21h39

      Tu cherches la controverse. Moi pas.

      Tu veux que le pont Champlain soit payer par une autre taxe sur l’essence dans la CMM.

      Moi, je te dis que cela est impossible. Alors pourquoi insister ?

      Ottawa a dit qu’il va avoir un péage sur le pont et l’on ne peut rien y faire.

      Alors, pourquoi insister ?

      Je te dis qu’au delà d’un débat plus que stérile, j’exige que tous nos élus concernés s’assurent que notre pont soit durable, fonctionnel et esthétique.

      C’est pas compliqué.

      Alors, dis-moi comment tu va convaincre Québec et Montréal de payer pour le pont avec une nouvelle taxe sur l’essence ?

    • @ louis-richard

      vous affirmez que ce n’est pas vous qui cherchez la controverse mais c’est vous qui tombez rapidement dans les insultes et le dénigrement, hum…

      je ne répondrai pas aux attaques gratuites d’ailleurs.

      pour mon affirmation concernant la saaq je parlais bien entendu des indemnités versées par la saaq vs ses revenus…
      et je vais faire amende honorable : la situation semble présentemment sous contrôle de ce point de vue dans la documentation sur laquelle je suis tombé aprèes qqes recherches
      (http://www.saaq.gouv.qc.ca/publications/nous/contribution_assurance/bonne_voie.pdf)
      en revanche il reste un déficit cumulé de 1.6 Milliards et pendant de nombreuses années (jusqu’en 2007 environ), le système était quand même assez largement déficitaire (autour de 4-500 M / an tout de même). Ce sont ces vagues souvenirs que j’avais dans un coin de ma tête, peut-être un peu flous mais pas tant que ça…

      Mon point au final est que même aujourd’hui avec une situation financière plus saine, on ne peut pas dire qu’on nage en plein matraquage des méchants automobilistes pour ce qui est de la saaq.

      Comme pour les autres taxes et tarifs en place d’ailleurs.
      Y-a-t-il place à optimisation quant à l’utilisation des sommes récoltées ? certainement
      Les fonds supposément dédiés par le passé ont-ils parfois été détournés de la cible initiale ? également
      Mais qu’on ne me dise pas que tous les choix politiques ont été faits contre les méchants automobilistes etc. Ce sont les électeurs à 98% motorisés qui font et défont des gouvernements au qc jusqu’à preuve du contraire.

      D’ailleurs, certains feraient bien parfois de voir un peu ce qui se fait ailleurs au niveau du financement du réseau routier, l’homo-automobilus en eux se sentirait peut-être un peu mieux…

      PS : j’ai une voiture et je parcoure environ 25k km / an en gde partie pour mon emploi.

    • @Louis-richard
      J’ai une opinion différente de la votre. Ce n’est pas une controverse, c’est juste différent. J’analyse la situation différemment que vous. J’amène des arguments et vous n’y répondez pas par des contre-arguments mais par des insultes. Vous ne comprenez pas que les gens peuvent avoir des opinions différentes ?

      Le fédéral a décidé donc vous trouvez des justifications pour être d’accord avec eux ? C’est ça que vous faites ? Vous n’essayez pas de trouver les bons cotés et les mauvais ?

      Un péage sur ce pont ne le rendra pas fonctionnel au contraire. Beaucoup de gens vont aller overloader les autres ponts pour ne pas payer le péage. La “fonction” du pont est de faciliter les traversées et il se passera le contraire.

    • On veut un nouveau pont Champlain et l’on est près à payer 2 piastres pour l’utiliser.

      Je ne me vois pas faire plus de 30 minutes de plus pour ne pas payer 2 piastres.

      Ottawa et les véhicules utilisateurs vont payer pour le pont et Québec va financer l’ajout d’un système léger sur rails (SLR) pour désengorger le pont.

      Le système léger sur rails (SLR) va être payé par Ottawa (par le bien des programmes d’infrastructures), Québec, les usagers et la taxe sur l’essence dans la CMM.

      En offrant un transport collectif de meilleur qualité et d’efficacité sur l’axe du pont, il est fort plausible que l’objectif d’augmenter l’utilisation du transport en commun soit réussi.

    • @louis-richard
      On parlait de $5 à 7$. Le pont de la 25, c’est plus de $4.

    • Que ce soit par le biais d’une taxe sur l’essence ou par celui d’un péage, ce qui me tracasse c’est que dans tout les cas, il n’y aura pas obligation de résultat.

      Si on met des péages, rien ne me permet de croire que le fait de payer réduira le temps que je polluerai inutilement dans la congestion.

      Si c’est une taxe sur l’essence, rien ne me permet de croire que l’argent ne se perdra pas dans les dédales de l’administration pour finalement trouver moyen de se retrouver dans les poches du prochain Accurso.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité