Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 12 décembre 2013 | Mise en ligne à 6h47 | Commenter Commentaires (26)

    Un manque de planification? Une surplanification, plutôt!

    X209_0EC6_9

    En réaction au billet précédent, un lecteur déplorait l’improvisation des autorités qui semblent avoir choisi d’implanter un SLR sur le futur pont Champlain sans avoir pensé au réseau dans lequel il s’insèrerait.

    «Existe-t-il un plan de développement du transport pour la région de Montréal?», se demandait-il.

    Eh bien, cher lecteur, non seulement existe-t-il un plan de développement du transport pour la région de Montréal, il en existe… dix!

    Tous en vigueur.

    Il est un peu fastidieux d’en faire la nomenclature, mais comme vous le savez, je ne recule devant rien pour informer le lecteur. En voici donc la liste complète.

    Au provincial, il y a :

    - Plan de gestion des déplacements, région métropolitaine de Montréal, MTQ, 2000

    - Plan stratégique 2008-2012, MTQ, 2007

    Au niveau régional, il y a :

    - Plan métropolitain d’aménagement et de développement, Un grand Montréal attractif et durable, CMM, 2011

    - Plan stratégique de développement du transport collectif, Vision 2020, AMT, 2012

    Et au niveau municipal, il y a :

    - Plan stratégique 2003-2013 du Réseau de transport de Longueuil, 2004

    - Plan de transport, Ville de Montréal, 2008

    - Plan de mobilité durable 2010-2015 – horizon 2020, Conseil intermunicipal de transport Laurentides, 2010

    - Plan stratégique 2020, Société de transport de Montréal,

    - Plan de mobilité durable des MRC et des municipalités du territoire de la Couronne Sud, 2012

    - Plan stratégique 2013-2022 de la Société de transport de Laval, 2013

    C’est pire que de manquer de planification… Car tout cela constitue un problème bien réel qui mine le développement du transport en commun, comme l’a d’ailleurs souligné le vérificateur général dans son dernier rapport.

    D’abord, ces plans sont élaborés et adoptés à des moments différents, avec des approches différentes et des priorités différentes. Résultat : il n’y a ni cohérence ni vision d’ensemble.

    Ensuite, ils peuvent bien viser le même objectif, ils misent souvent sur des moyens différents, des modes de transports qui ne se connectent pas, des technologies qui ne se parlent pas.

    Le tramway, par exemple, fait partie du plan de transport de Montréal et des plans stratégiques de la STM, mais il n’est nulle part dans le plan de gestion des déplacements du MTQ. Plus ironique, il est dans le plan stratégique de l’AMT de 2003, mais pas dans le plan de 2012.

    Cela dit, en début de semaine prochaine début 2014 (la date vient de changer, pas plus tard que ce matin), le ministère des Transports déposera sa «Politique de mobilité durable» qui pourrait faire un peu de ménage dans tout ça, autant en fixant des priorités qu’en revoyant la gouvernance du transport dans la région.

    Espérons que le nouveau plan enlèvera des couches plutôt qu’en ajouter une. Car le problème du transport dans la région n’est pas un manque de planification, mais bien de surplanification.


    • Au Québec, nous sommes des gros parleurs, petits faiseurs. Pas étonnant donc qu’à Ottawa, on se secoue la tête de désespoir en marmonnant : “Vont-ils finir par ses brancher, un jour avant qu’il soit trop tard?” Ça et l’attitude péquiste qui consiste à conspuer tout ce que fait le fédéral dans le but promouvoir la séparation.

    • La main-mise mafieuse sur la contruction y joue surement pour beaucoup. Quand les chargés de projet sont certains qu’il y aura des dépassements de couts, ils essaient de mieux planifier pour les diminuer. Ca mine la confiance et ça cause la sur-planification.

      J’aimerais ajouter quelque chose à propos de ce que certains ont dit hier. Pourquoi ça prend du temps construire des routes et des échangeurs au Québec ? Parce que quand il y a un panneau orange qui annonce une vitesse limitée à 80 près du chantier, qu’est-ce que les automobilistes font ? Ils continuent à 120 !! Alors que font-ils ? Ils implantent beaucoup plus de mesures de sécurité. Et un ingénieur qui travaille là-dedans m’a confirmé que ça ralentit beaucoup les chantiers. Le pire, c’est qu’il est trop tard. Si tout le monde ralentissait, ça ne changerait rien. Il les installeraient pareil les plus importantes mesures de sécurité. Trop tard. On ne veut pas ralentir dans les zones de construction … ben là, on paye.

    • Comme l’a souvent dit Richard Bergeron, peu importe les plans officiels de développement du transport à Montréal, au final c’est Québec qui décide de par ses investissements dans le réseau autoroutier et dans son sous-investissement du transport en commun. Même chose pour les projets de développement de la STM, qui ne relève pourtant pas de Québec, car dès qu’elle veut prendre une décision moindrement importante, elle doit obtenir l’aval de Québec.

      Pire, les projets autoroutiers qui vont de l’avant vont souvent à l’encontre des plans officiels du gouvernement en matière de transport, d’aménagement, de lutte aux gaz à effet de serre et de protection des terres agricoles et des espaces verts. Quant aux deux plus importants projets de développement du transport en commun des dernières dans le Grand Montréal, à savoir le prolongement du métro à Laval et la construction du Train de l’Est, ils n’étaient même pas dans les plans officiels lors de leur annonce. De plus, peu d’experts en transport auraient priorisés ces deux projets. Le métro à Laval est un succès d’achalandage, mais est venu saturer la section la plus saturée du métro. Quant au Train de l’est, en plus d’être extrêmement coûteux pour seulement 5500 passagers par jour, il a un tracé plus que contestable passé Repentigny, ce qui avait d’ailleurs été largement souligné lors du BAPE.

      Espérons quand même que le Plan de mobilité durable soit cohérent et à la hauteur des attentes des Montréalais et du Grand Montréal, que les budgets soient au rendez-vous et que le transport en commun ne sera pas éclipsé par les projets routiers.

      Sylvain Ouellet

    • un manque de planification de la planification , on devrais nommer un gestionaire pour ca , y’a pas un ti-namis du pouvoir qui se cherche de nouvelles opportunités ?

    • C’est le manque de coordination qui est criant.

    • Ca illustre un peu plus la justesse des propos de ceux qui questionnent l`échéancier du nouveau pont à MTL. La procédurite et la structure pas toujours tres claire qui paralyse tout juste assez la ville pour que le travail doive se faire peu importe le prix et que les mêmes intervenants en profitent.

      Et puis c`est une culture bien québécoise de placer les petits namis sur des comités pour les mettre en charge de rien du tout contre promesses futures ou petits cadeaux .

      Votre nomenclature trace un portrait bien clair du problême ambiant dans le domaine de la construction et aussi dans le processus décisionnel entourant Montréal. Mais cette toile de comités ne s`est pas faite en un an et s`est implantés comme la mafia au fil des ans incidieusement avec les effets qu`on connait. Tout cela pour s`assurer finalement que la non imputabilité des individus soit respectée et qu`un obscur plan soit mis en cause au cas ou. Une fois de plus cette brèche à ouvert la porte…

    • C’est la structurite, le manque de leadership, et le fait que toutes les municipalités tirent la couverte de leur bord pour leurs intérêts, sans compté les décisions qui se prennent à Québec et qui souvent ne conviennent carrément pas au grand Montréal qui fait qu’on se ramasse avec cette tour à Babel, qu’on se retrouve avec une multitude de plans de transports. Il ne devrait y avoir qu’une seule organisation régionale de transport en commun pour tout le grand Montréal avec ses divisions rive sud, rive nord et centre avec comme mandat de planifier le transport en commun de toute la région sans que ce soit nécessairement elle qui gère ce transport au jour le jour . Ce ne serait que cette seule autorité qui prendrait les décisions pour tout ce qui concerne le transport en commun dans le grand Montréal. Évidemment cette solution déplaira à tous nos maires jaloux de leurs prérogatives. Mais on ne pourra jamais avancé si on le fait pas et qu’on continue comme avant.

      On pourrait faire encore mieux. Donner à la région de Montréal une division du transport par route et en commun complètement autonome du ministère des transports de Québec pour que les gens qui prennent des décisions très importantes sur le transport dans la grande région de Montréal sache de quoi elles parlent et connaissent les problématiques spécifique de notre grande région.

    • ..Y’a des fois, quand je les (nous) regarde aller dans tant de dossiers, me vient une féroce envie de crier. Mais il paraît que ce n’est pas poli de crier (majuscules) sur le WEB.

      J’ai choisi de vous laisser l’adresse du «Cri» de Munch. Vous remarquerez que le personnage est, ô coïncidence, sur un pont. :-(

      https://www.google.ca/search?q=le+cri+de+munch&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=-cOpUpK0IIONygG3kYHgAg&ved=0CCsQsAQ&biw=1920&bih=876

    • voeckler

      12 décembre 2013
      07h52

      On vient de sortir de 9 années de régime Libéral fédéraliste. Comment ce fait-il que rien n’a été résolu si comme vous dites que ce n’est que la faute aux séparatissss toute la tour à Babel qui régie le transport en commun dans la grande région de Montréal. En passant que vient donc faire le fédéral dans cette histoire, même les plus fervents séparatissss savent que ça ne regarde que le Québec, que le fédéral a peu à y voir sinon qu’il devrait faire lui aussi sa part pour aider les grandes villes du Québec et du Canada à mieux financer leur transport en commun.

      Il n’y a pas qu’au Québec ou ça branle dans le manche et ou il y a de la controverse ça se passe même dans votre très cher Canada. Ça brasse pas mal à Ottawa et à Toronto aussi.

    • On peut bien pointer tous les organismes para-gouvernementaux et les fonctionnaires pour leur surproduction de plans de transport (situation réellement absurde), mais selon moi, de la faire est un peu de se tromper de cible. Quand les fourmis font n’importe quoi, c’est la reine le problème.

      Finalement je reviens un peu à ce que je mentionnais il y a deux jours: le blâme doit revenir aux politiciens pour leur manque de vision et leur manque de collaboration dans la gestion de la métropole du Québec qu’est Montréal.

      Autant au niveau du transport en commun que pour l’aménagement des infrastructures d’importance, on a démontré un manque flagrant de leadership dont on paye actuellement le prix dans le débat sur Champlain.

      Les directions doivent venir d’en haut. Quand elles ne viennent pas, c’est l’improvisation et le dédoublement assuré.

      Francis Huneault

    • à Voeckler: je suis d’accord avec vous. Si nous pouvions enfin se décider à se débarrasser du gouvernement fédéral, cela ferait un gestionnaire de moins dans la cuisine. Les péquistes ont voulu éliminer non seulement le fédéral, mais aussi plusieurs villes du Grand Montréal. Mais à chaque fois les fédéraux réussissent à faire dérailler l’affaire.
      En effet Voeckler, si les québécois pouvaient se brancher un fois pour toutes…

    • Combien de millions ont coûté la confection de ces 10 plans?

      C’est dégueulasse ce qu’on fait avec notre argent.

    • Nous sommes au Québec pays des rapports, débats, des consultations, des commissions, de la planification, des tergiversations, des débats et…. du manque d’action le plus absolu et de la médiocrité. Je ne peux pas croire toutes ces couches de bureaucratie qui justifient leurs emplois en pèletant des nuages dans leur univers parallèle pendant que Montréal tombe en morceaux. Ça me lève le coeur ces millions de dollars des contribuables pour des études qui serviront à garnir des tablettes. C’est déplorable. Je fantasme de voir Stepen Harper débarquer un mois à Montréal tel un dictateur avec pouvoirs absolus et régler les problèmes de la métropole à grand coups de GBS (gros bon sens) comme il l’a fait pour le Pont Champlain.

    • Un planification sert à établir les étapes qui séparent le moment présent avec l’atteinte de l’objectif final.
      Le problème est que personne n’a déterminé l’objectif final!
      Avez-vous déjà vue à quoi doit ressembler l’intégration total du réseau routier et du transport en commun tel qu’il devrait être en 2050? Moi non!
      Il est là le problème. Tant que le plan final n’est pas déterminé, la planification se fait de façon incertaine et sans commune logique.
      Un araignée tisserait une meilleur toile que nous. La couverture serait meilleure car elle ne serait pas dictée par les petits amies des parties politiques.

    • @chataco
      C’est du provincial qu’il faut se débarrasser.

      Dans la réalité, Montréal a davantage de points en commun avec Toronto et Vancouver qu’avec le reste des régions.
      Les régions vont également partager les mêmes problématiques, enjeux et opportunités, peu importe la province dans laquelle elle est.

      Le gouvernement provincial ne fait que monter l’un contre l’autre sans jamais satisfaire l’ensemble des parties qu’elle est censée représenter.

      Pur gaspillage et structurite aigue.
      Parlant de commissions et de plans inutiles, que penser de l’énième nomination de Boisclair à un titre aussi inutile qu’honorifique? Il fait maintenant le même travail que le BAPE mais il se consacre à la région de la Baie James…
      Comment créer un nouveau palier destiné à rédiger des rapports inutiles et maintenant redondants.

      Tout revient au même problème: on a X commissions sur le même sujet qui accouchent de “plans” pour la même problématique. Comme ils se contredisent tous, on en commande d’autres et on en profite pour ne rien faire.

    • C’est le plan ou la mobilité qui sera durable? Hi! Hi! Blague à part, j’ai tendance à faire confiance au ministre Gaudreault pour prioriser et donner des orientations et un échéancier réalistes à un plan de transport. Trop de chefs, c’est comme aucun! La double vocation du ministre Gaudreault (municipalités et transport) et son niveau d’autorité augurent bien pour que ça aboutisse, enfin!

    • Merci. Clea explique pourquoi j’ai l’impression que chaque annonce sur le transport est une pièce qui semble désarticulée d’une vision générale.

    • Jeff Lisée a raison : il faut s’isoler du Canada pour avoir nos débats duplessistes entre nous, dans notre petit huis-clos collectif.

    • @argyle
      Autrement dit, faire comme Harpeur qui se base sur ses Prairies pour décider pour tout le Canada. Lumineux !!

    • @gl000001

      13 décembre 2013
      07h50

      Vous avez raison, vos mieux rester dans notre misère et copier la Grèce que de faire comme les provinces qui n’ont aucun dette.

      Payez des milliards d’intérêts aux banques, c’est tellement un bon investissement pour un séparatiste radical.

    • @maniacs
      C’est vous qui le dites. Pas moi. Je pense exactement le contraire tout comme JF Lisée. J’en suis sur pour avoir lu quelques-uns de ses livres. Il faut se séparer du Canada pour mieux s’ouvrir sur le monde. Se débarrasser du boulet des Orangistes et autres descendants du peuple le plus raciste du monde. Lisez le Livre Noir du Canada Anglais de Normand Lester.

    • Il me semble que le problème est assez évident; prenons Champlain, il y a envirn50 voies qui arrivent pour ce joindre au pont, mais seulement trois voies sur le pont. Si on double ou on triple le voies par l’ajout de deux autres ponts, la situation sera grandement améliorée.

    • @ gl000001 , 12 décembre 2013, 08h02

      A savoir le pourquoi que ça prend tellement de temps pour construire des routes et des échangeurs au Québec, g100001, vous répondez que c’est parce que les automobilistes vont trop vite dans les zones en construction. Ha Ha Ha, celle-là c’est bien la meilleure.

      Moi je dirais que c’est la faute aux martiens qui flyent trop bas avec leur soucoupes volantes sur les chantiers: les travailleurs passent le plus clair de leur temps a courir après leur casque qui revolent dû aux courants d’air créés au passage des ovnis….Ça vous va comme explication g100001?

      Pauvre de vous . Que de fois j’ai passé à côté de gros chantiers (par exemple la 40 à Vaudreuil) , le jour en plein été: 3 ou 4 travailleurs s’y affairaient. 95% de la machinerie était arrêtée. Bref ARRIEN PANTOUTE s’y passait! Le chantier était au NEUTRE sibole! J’exagère? Demandez à tous ceux qui empruntaient la 40 dans le coin de Vaudreuil au cours des dernières années.

      Quant vous traversez des chantiers routiers en Ontario ou aux USA, simoniak, ça travaille à plein. Full staff, la machinerie s’active, on niaise pas. Le contraire de icitte au Québec. Parce que icitte che-nous, on l’a l’affèrrre nu-z’ôtes les québecois n’est ce pas?

      Maintenant g1000001, vous voulez une des raisons (et non celle d’un ingénieur qui vous a bourré le coco, ce qui semble très aisé dans votre cas) :

      Alors voici: Quant au Québec, un soudeur ne peux pas planter un clou de 2 pouces et quart car il doit attendre que le menuisier arrive et le fasse à sa place because le Décret de la construction, quand un plombier ne peux pas visser une ampoule de 20 watts mais doit attendre qu’on fasse venir un électricien because le Décret de la Construction…eh bien on a un maudit problème icitte au Québec. Un gros pwoblême.

      Et aussi g1000001, tant qu’on aura des incrédules comme vous qui vont crèrent que si nos chantiers sont au neutre, c’est la faute des automobilistes (ou du fédéral comme si stupidement le dit notre pauvre minisse J-F. Lisée à savoir que les affaires qui marchent pas au Québec, c’est la faute du fédéral), eh bien on est pas sorti du bois nu-z’autes les québecois.

      P.S.: g10000000000000001, donnez-vous une belle résolution pour la nouvelle année 2014: Arrêtez de crère toutes les niaiseries que les nationalisse-péquisses radotent et surtout le minisse Lisée. Vous allez wère que vous vous sentirez tellement mieux après…

    • @gl000001

      13 décembre 2013
      19h07

      Non je préfère lire le projet St-Laurent de François Legault, un livre avec de la vision et de l’avenir.

    • @hector_brito
      C’était une des raisons. Mais elle est de taille. Les autres raison que vous énonces sont également vraies. C’était vraiment pas nécessaire de m’insulter comme ça. Ca ne vous rend pas plus crédible.

      @maniacs
      On verra.

    • Hébin…quelle idée stupide et farfelue, que de tenter de faire payer, pour du stationnement soi-disant incitatif !

      Dès qu’il faudra débourser pour stationner près de son domicile…il deviendra plus économique d’utiliser sa bagnole pour se rendre à Montréal, que de prendre les transports en commun.

      Quelle bêtise !!! Y a des coups de pieds au c… qui se perdent…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité