Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 octobre 2013 | Mise en ligne à 7h05 | Commenter Commentaires (141)

    Mélanie Joly: tout ça pour ça?

    X126_7889_9

    Photo: Robert Skinner

    Ceci est le deuxième de quatre bilans de la campagne électorale des principaux candidats à la mairie de Montréal.

    Pourquoi ne s’est-elle pas contentée de se joindre à un parti établi?

    C’est la question que je posais à Mélanie Joly au début de la campagne, c’est la question que je continue à me poser à la fin de la campagne…

    La chef du «Vrai changement pour Montréal» a fait une bonne campagne, entendons-nous. Elle a réussi à se détacher du groupe des candidats obscurs. Elle a réussi à s’entourer d’une cinquantaine de candidats. Elle a su imposer certaines de ses idées. Et elle a même réussi l’immense exploit de se hisser au 2e rang des sondages.

    Ce n’est pas rien.

    J’étais le premier à douter de la valeur de sa candidature. En juin dernier, je relatais une rencontre où elle ne m’avait pas fait grande impression. Elle répétait vouloir incarner le changement, mais j’étais alors incapable de saisir comment, sinon en s’appuyant sur son aplomb, son énergie et son assurance.

    Quatre mois plus tard, je suis un peu moins sévère, je l’admets.

    D’abord, elle a été impressionnante de solidité. Imperturbable face à d’importantes et nombreuses critiques, elle a gardé le cap, même après avoir perdu le seul membre connu et crédible de son équipe, Jean Fortier.

    Ensuite, elle a mis de l’avant quelques bonnes idées qu’elle a su défendre sur la place publique. L’amnistie aux entreprises qui acceptent de dédommager les contribuables. Le remboursement de la taxe de bienvenue aux ménages avec enfants. Et aussi son réseau de SRB.

    Fait peu connu, elle a consulté d’anciens dirigeants de la STM, donc l’ex-directeur général Yves Devin, avant de proposer un réseau de 130 km d’ici 2020. Une idée que devrait lui piquer le prochain maire…

    Enfin, elle a su créer un mouvement d’appui qui l’a propulsée devant le très expérimenté Richard Bergeron. Jouant la carte de l’inexpérience positive, elle a su canaliser l’immense vote de protestation qui se cherchait manifestement un candidat.

    Bravo.

    Mais je lui pose néanmoins la question : pourquoi ne pas avoir joint un parti comme Projet Montréal ou une bannière comme Coalition Montréal, quitte à fonder son propre parti une fois son expérience municipale acquise?

    Une bonne campagne ne fait pas une bonne mairesse…

    Mélanie Joly demeure en effet grandement sous-qualifiée pour occuper le poste de maire d’une ville dotée d’un budget de 5 milliards $.

    Ses discours ressemblent tantôt à des oraux scolaires tantôt à des entrevues d’emploi où l’on cite la méticulosité comme pire défaut…

    Et surtout, elle défend bien certaines idées, mais elle ne passe pas le test de la 2e question, se contentant trop souvent de clips et de slogans. Elle manque cruellement de profondeur pour orienter les destinées d’une métropole, pour s’imposer auprès du conseil des ministres, pour prendre sa table au sein des regroupements de municipalités, etc.

    Pourquoi donc se lancer seule à la mairie, sans expérience, plutôt que comme conseillère municipale, voire comme mairesse d’arrondissement? «Parce que Montréal a besoin de changement», me répondait-elle cet été.

    Mais encore?

    Qu’y a-t-il de si désagréable à faire ses classes dans une formation établie? Plusieurs candidates n’ayant pas mis les pieds au conseil municipal ont fait le saut comme simple élue membre d’un parti, enrichissant d’autant ce dernier, comme Elsie Lefebvre et  Josée Duplessis, par exemple. Cette dernière a ainsi fait ses classes pour devenir par la suite une présidente du comité exécutif respectée.

    Je ne doute pas que la campagne qui s’achève aura été pour Mme Joly un succès immense. Mais à part un souvenir personnel ému, qu’en restera-t-il plus globalement? Son talent de communicatrice et ses idées novatrices n’auraient-ils pas pu enrichir un parti établi plutôt que d’être au service d’un «one-woman show» ponctuel?

    Mme Joly a très peu de chance de remporter la mairie, et peu de ses candidats ont des chances d’accéder au conseil municipal. Si sa colistière, Marie-Claude Johnson, ne remporte pas son élection dans Côte-des-Neiges, là où elle se bat contre deux candidats de taille (Martin Bergeron de la Coalition et Peter McQueen de Projet Montréal), Mme Joly pourrait donc finir 2e à la mairie… mais être complètement absente du conseil municipal, elle et son parti.

    Tout ça pour ça…

    Après cette longue campagne, la question se pose : n’aurait-elle pas dû miser sur un «vrai changement» au sein d’un parti plutôt que «pas de changement du tout» après le 3 novembre?

    Samedi: Denis Coderre

    Jeudi: Marcel Côté

    Vendredi Richard Bergeron.

    Tags:


    • Parce que le plus important pour Mélanie Joly est sa carrière et être chef d’un parti était la meilleure façon d’être connue. C’est réussi.

    • Comme les vieux politiciens Libéraux doivent êtres fiers de ce billet ce matin. Surtout, pas de nouveaux, Tremblay était fini, on change de nom mais pas de véhicule. Des Libéraux corrompus et aveugles partout!

    • Le problème ce n’est pas Madame Joly, ce sont les Montréalais qui s’apprêtent à élire Coderre! C’est vraiment décourageant. L’autre problème est Marcel Côté, qui n’avait pas d’affaire là, et qui va gruger un petit 10% du vote, juste assez pour empêcher Bergeron ou Joly de battre Coderre. Quel était son intérêt de se présenter à la mairie ?

    • Réponse: le poste de “conseiller municipal” n’est pas aussi excitant que “maire de Montréal” pour une jeune personne ambitieuse.

    • Tout ce texte pour ça?

    • L’image, l’image et l’image… Mélanie Joly est vide de sens et manque totalement de profondeur. Elle fait très artificiel et elle comme maire, ça pourrait aller plus mal à Montréal. Elle me fait penser à ses étudiantes du secondaire qui tente de se faire élire comme chef de classe avec des bonbons et des macarons. Non Merci Joly. Entre vous et moi, elle s’est rendu deuxième dans les sondages juste pour son apparence extérieur. La beauté est le pire des défauts.

    • Les limites du LOOK en politique.

    • Le problème de tous les partis sauf un ,ont tous des libéraux dans leur parti.
      donc personne n’est à l’abrie de la corruption.

    • Pourquoi toujours essayer de faire des analyses savantes, a Quebec Regis Labaume avait aucune experience, et on ne peut demande mieux comme maire, ceux qui ont de l’experience nous amene toujours de beaux discours, qui dans le fond ne sont que de la poudre aux yeux. Vous dites qu’elle est sous-qualifie, pourquoi les autres candidats seraient plus qualifies eux, etre dans l’opposition, ne te qualifie certainement pas, car avoir a critique est bien differend que d’avoir a prendre les decisions

      Merci

    • J’ai voulu lui donner une chance, j’ai même fait un don de 20$, mais dès son entrevue Sur Le Gril sur lapresse.ca, j’ai vu qu’elle n’est pas le bon choix. Quand Yves Boisvert lui demande si elle est en faveur des mairies d’arrondissement, elle a répondu n’importe quoi.

      Et sans compter qu’elle semble se foutre complètement de l’est de Montréal, elle n’est venu que DEUX fois dans l’est (à l’est de Viau, on s’entends) depuis le mois d’août. La grande majorité de sa visibilité vient de l’ouest.

      Elle a dit à quelques reprises que son âge (elle n’est pas ben ben plus vieille que moi, j’ai 38 ans) n’est pas un facteur et que Robert Bourassa a été élu à 36 ans. Soit. Mais Bourassa avait la machine libérale en arrière, tandis que Mme Joly a une moitié d’équipe (dans R.D.P./P.A.T., elle n’a que deux candidats).

      À propos de Marcel Côté, il n’a pas sa place à la mairie, mais il ferait un bon président du comité exécutif, ou DG de la Ville.

    • M Cardinal, si vous étiez un peu moins arrogant ou condescendant peut-être que vous trouveriez vous même la réponse à votre question.

      «Parce que Montréal a besoin de changement» dit Mélanie Joly.

      La plupart du temps cette référence au “changement” est un concept creux que les politicien sur-utilisent.

      Mais dans ce cas ci c’est vrai. Cette pauvre ville se dirige vers un mur de ciment et un virage à 360 degrés s’impose.

      En fait Montréal n’a pas besoin de changement, elle a besoin d’une révolution. Il est bien clair, de même que pour les autres candidats, que Mélanie Joly ne serait pas une “super gestionnaire” capable de régler tous les dossiers brûlants de Montréal.

      Mais elle pourrait être une Marianne!

    • Bon Ok, disons qu’un virage à 180 degrés suffirait :-)

      Pour le reste les défis sont tellement énormes à Montréal qu’un simple “bon gestionnaire” ne suffira pas, même pas proche. Il est temps d’essayer autre chose et pour commencer il faut vendre l’idée de changement, or Mélanie Joly a déjà prouvé qu’elle est une formidable vendeuse.

      Pensez y, juste le service de la dette et les pensions prennent quasiment le tiers du budget. Le déficits des infrastructure est de plus de 12G et celui des pensions de 2.5G. La corruption gangrène non seulement la classe politique mais aussi l’administration. La classe moyenne quitte la ville. Les employés sont surpayés et peu productifs, et ainsi de suite…

    • malheureusement, elle n’aura fait que diviser le vote et permettre ainsi à Coderre de gagner. L’Establishment libéral aura eu encore le dernier mot…

    • La job de bras est commencé M. Cardinal? M. Coderre ne passe même pas le test de la première question, allez-vous pondre un texte aussi incisif? Je suis persuadé que non…

      La grande question que moi je me pose ce matin c’est comment diable La Presse a décidé de faire un “front page” avec l’histoire Bibiane Bovet et glisser l’histoire de Robert Zampino comme une histoire secondaire. Parfois la ligne éditoriale est on ne peut plus flagrante!!!

    • Avant de dire que votre jupon dépasse, je vais attendre votre résumé de la campagne de Bergeron!

    • @past2904

      Le bilan de la campagne Coderre a été publié samedi sur ce blogue.
      Quant à la ligne éditoriale, elle n’a absolument rien à voir avec le contenu des pages de reportage de La Presse.
      Il y a un mur étanche entre les deux.

      François Cardinal

    • @ fcardina Si vous le dîtes M. Cardinal, mais vu de l’extérieur, ça parait pas mal moins étanche…

    • “Ses discours ressemblent tantôt à des oraux scolaires tantôt à des entrevues d’emploi”
      et “être au service d’un «one-woman show» ponctuel” F. Cardinal
      - – - – - -

      Tout ce qui fait que je suis allergique à cette personne. Surtout le «one-woman show». Elle ne laissa pas du tout ses adversaire s’exprimer. Comme un ancien politicien, elle s’accapare du crachoir.

      Je la soupçonne d’être beaucoup plus À DROITE que ce qu’elle laisse paraître. Sa relation avec les employés de la ville sera condescendante si on se fie à sa manière d’être dans les débats. Juste son “Labeaume n’est pas un fanfaron” pour moi est de trop et lève le voile sur sa vision de la fonction publique. Elle n’a pas à se prononcer sur Labeaume, ni pour le défendre, ni pour l’attaquer. En se situant par rapport à Labeaume elle se met en position de FAIBLESSE.

      Joly? No way.

    • @past2904

      Y a-t-il eu journal plus dur à l’endroit de Gérald Tremblay que La Presse? Non. Et pourtant, l’éditorialiste en chef a pris position en sa faveur dans le passé.
      Quel journal a fait dérailler le projet du CHUM dans Outremont? La Presse, avec les enquêtes d’André Noël. Et pourtant, l’éditorialiste en chef était pour le site Outremont, de même que les propriétaires de La Presse.
      Etc.

      François Cardinal

    • @ nunu
      “Le problème de tous les partis sauf un ,ont tous des libéraux dans leur parti”
      - – - –

      La force de tous les partis est d’inclure des citoyens de toutes tendances. Les partis politiques municipaux à Montréal sont mixtes et c’est tant mieux!

    • M Cardinal

      depuis le début de cette campagne que je me demande ce que vous avez contre cette femme qui ne cesse d’impressionner, et qui amène un vent de changement essentiel à Montréal.

      Rappelez vous Jean Drapeau, maire à 37 ans !

    • @pbrasseur

      Je comparerais Mme Joly à Don Quichotte plutôt qu’à Marianne.

    • Les Montréalais sont sans avenir si ils élisent Coderre. Autant Français qu’Anglais, c’est malheureux, mais on a les politiciens qu’on mérite.

      Montréal mérite Coderre et Coderre mérite Montréal.

      Les deux sont fait un pour l’autre au péril du Québec…

      Une grande tristesse…

    • «Rappelez vous Jean Drapeau, maire à 37 ans !»

      Rappelez vous l’expérience de M. Drapeau à l’époque. Rappelez-vous la Commission Caron, Pax Plante, etc.

      Cela dit, ce n’est ABSOLUMENT pas une question d’âge. C’est une question d’expérience. On parle tout de même d’une Ville ayant un budget de 5 milliards $ et quelque 30 000 employés…
      Je ne doute pas qu’elle puisse être au comité exécutif (si elle s’était présentée comme conseillère municipale, cela aurait pu être possible), mais elle n’a pas le bagage pour occuper le siège de maire. Désolé.

      François Cardinal

    • @pbrasseur

      Vous allez me faire mourir avec vos virages à 360 degrées :D

      On avait quand même compris!^^

      Bonne journée :)

    • « À 34 ans, on est est mesure de diriger la Ville de Montréal. Il y a plusieurs hommes politiques par le passé qui [avaient] le même âge au moment où ils ont eu des fonctions importantes, que l’on pense à Jean Drapeau ou à Robert Bourassa » Source Radio-Canada.ca

      Ce à quoi Richard Bergeron lui a succinctement répondu :

      “Vous n’êtes pas Bourassa et vous n’êtes pas Jean Drapeau.”

      Bien dit, Richard Bergeron :-)

    • Joly souffre de la même mégalomanie que Marcel Côté, deux individus qui croient être capable de régler les problèmes de Montréal en se donnant de l’importance comme “gestionnaires”. Or, on se rend compte que les deux n’ont réellement géré que des firmes qui ne créent aucune richesse mais qui ne servent qu’à donner des tapes dans le dos de la petite gang de politiciens.

      Montréal n’est pas sortie du trou avec des Côté, Joly, Coderre, Harel encore dans le paysage.

    • @fcardinal

      Gérald Tremblay avait beaucoup d’expérience lui aussi….malgré son bagage, peut-on dire qu’il a fait avancer Montréal?

    • @antiquebecor

      C’est ce qu’on appelle un sophisme.

      Gérald Tremblay avait de l’expérience.
      Gérald Tremblay a été un piètre maire.
      Donc les candidats qui ont de l’expérience feront des piètres maires.

      François Cardinal

    • Vous avez le sens du timing M. Cardinal.

      Alors qu’elle a le vent en poupe et surtout à quelques heures de son débat face à l’endormi Coderre.

      Lui…il doit rêver Montréal…..

      Il prend la mairie comme prix de consolation….aucunement passionné par sa ville contrairement à elle

      Vous sortez l’exemple d’Elsie Lefebvre….désolé mais la dernière fois que le grand public a entendu parler de la belle Elsie, est quand Charest l’avait traité de maudite chienne….alors qu’elle était…député du PQ…

      Assez dure de faire entendre sa voix comme second violon au municipal….

      Je vous adore comme journaliste et écrivain mais vous seriez un piètre politicien.

      en fait Joly vous a dépassé depuis longtemps à ce chapitre simplement en décidant de ne pas faire campagne pour Projet Mtl.

      pourquoi ???

      Bien elle, elle était assez wize pour voir que Bergeron ne passait pas du tout à la caméra et ne lèverait jamais

      Plate à dire mais ce n’est pas un Brad Pitt (pour être poli) et l’un des seuls à avoir réussi l’exploit de passer avec une image vraiment mauvaise fût Jean Chrétien…une bête politique.

      On aura beau dire ce qu’on veut mais il faut que tu passe à la caméra avec un certain charisme…c’est basic….et bergeron est pas là pantoute.

      Il devra laisser sa place à Guillaume Lavoie aux prochaines élections

      Elle (Mme Joly), elle vise la pôle et c’est très bien ainsi .

      Vous parlez d’un budget de 4.5 milliards…bien elle m’a prouvé qu’elle apprend tellement vite que c’est pas un budget qui va l’énerver.

      Enfin, il y avait quelqu’un pour donner un certain sentiment de fierté aux Montréalais car partout en régions ces jours-ci, les gens disent qu’ils aimeraient voter à mtl pour Mme Joly .

      Bergeron et Coderre font rire d’eux partout au Québec.

      Les Montréalais s’intéressent à la politique municipale beaucoup plus depuis 2 semaines grâce à elle

    • C’est tellement vrai ce que vous dites.

      Vraiment bizarre que les supporters de Joly accuse Coiderre d’être corrompu uniquement parce qu’il est libéral, alors que le seul fait d’arme de Joly esst d’Avoir dirigé la campagne de Trudeau, si l’on peut vraiment appeler cela une job, car Trudeau n’avait qu’à ne rien dire et il était certain d’être élu.

      Je suis aussi déçu de toute les femmes qui vote pour elle uniquement parce que c’est une femme.

    • Ouf, les fans de Mélanie Joly ont de la grosse pépeine ce matin. Mauvais perdants va!

      Sérieusement, est-ce que Mélanie Joly a percé à l’ouest du boulevard St-Laurent? Où sont ses appuis? Ce qui fait que Coderre va remporter la mairie, c’est le fait qu’il a des appuis partout dans Montréal et qu’il est indélogeable des districts et arrondissements où personne ici ne vote.

      Tout ça pour dire que Mélanie Joly, loin de nous rapprocher d’un changement quelconque est venu planter le clou dans le cercueil du changement en créant la division du vote déjà passablement divisé de ceux qui votent à l’est du boulevard St-Laurent. Il y avait déjà Bergeron et Harel qui se disputaient les arrondissements de l’est de Montréal, laissant la totalité du territoire à l’ouest à Union Montréal. Coderre a récupéré les arrondissements sûrs et Mélanie Joly est venue diviser le vote dans les arrondissements de l’est dans lesquels il y avait déjà une lutte entre Bergeron et Harel (à l’époque et maintenant Côté).

      Pas trop fort les analyses qui pensent que Joly avait des chances de remporter la mairie. Elle n’a jamais eu de chances de remporter la mairie. Elle vient au contraire consolider l’avance de Coderre en fractionnant encore plus le vote francophone, comme s’il ne l’était pas assez. Son arrivée comme électron libre a favorisé grandement Coderre.

      Mélanie Joly en Don Quichotte? En Marianne? Je dirais plutôt en Jeanne d’Arc, enwoye au bûcher! Même si ses fans continuent d’entendre de voix.

    • @dcsavard

      «Mélanie Joly, loin de nous rapprocher d’un changement quelconque, est venu planter le clou dans le cercueil du changement en créant la division du vote déjà passablement divisé.»

      Bien dit, je seconde.

      François Cardinal

    • @ marcelecrit

      Avoir 37 ans à l’époque de Jean Drapeau et avoir 34 ans (Joly) aujourd’hui, c’est 2 mondes complètement différents! À l’époque de Drapeau on était adulte vers 17-18 ans ans.

    • @dcsavard

      comment va la campagne de Marcel? Pénible n’est-ce pas?

    • montrealaise
      ***

      Ouf

      Joly à droite.

      Le SRB…c’est de la droite ca ?

      Fermé Ste-Catherine aux piétons l’été c’est de la droite…?

      à ce que je sache, c’est côté qui avait traité Labaume de fanfaron et évidemment, ca se dit pas publiquement et elle a bien fait de le ramener à l’ordre

      Ce qui me faire rire avec biens des gens c’est qu’on tente de lui coller une étiquette gauche-droite-souverainiste -fédéraliste et tout le monde se trompe et est pas sûr.

      Il y a des Anglais qui sont convaincus qu’elle est souverainiste en raison de sa proximité avec Lucien Bouchard et que certain de son équipe sont d’anciens péquistes….

      certain francophones sont convaincu qu,elle est fédéraliste car elle s’est joint aux Trudeau….

      lol

      Ben c’est ca une rassembleuse…elle , elle incarne parfaitement le : Montréal en premier

      Québec et Ottawa oubliez ca et ce qui compte en premier pour Mtl…c’est Mtl.

      Et le problème des fonds de pension…c’est pas de la droite mais la logique même car c’est devenu un problème plus que réel pour les villes

    • @ crosbyshow qui a écrit: “Bergeron et Coderre font rire d’eux partout au Québec.”

      On s’en fout.

    • antiquebecor: malgré ses défauts, Montréal a plus changer sous Tremblay que sous le pire maire que nous avons eu: Pierre Bourque.

    • montrealaise

      30 octobre 2013
      09h15
      @ crosbyshow qui a écrit: “Bergeron et Coderre font rire d’eux partout au Québec.”

      On s’en fout.
      ***

      Pire encore…..les Montréalais se foutent de Bergeron

    • @malecrit:

      « depuis le début de cette campagne que je me demande ce que vous avez contre cette femme qui ne cesse d’impressionner, et qui amène un vent de changement essentiel à Montréal.

      Rappelez vous Jean Drapeau, maire à 37 ans ! »

      Est-ce que vous avez écouter attentivement les réponses de Mme Joly? J’ai écouté son entrevue à La Presse, et tous les débats, et c’est du vent son affaire! Elle dit offrir du changement, mais elle agit comme une « vieille » politicienne (le meilleur exemple: sa pub radio).

      Et Jean Drapeau n’avait pas une situation aussi complexe que maintenant sous la main. Pas de roitelet d’arrondissement, et une population deux fois moins nombreuse, et une fonction publique pas mal plus mince.

      Perso, ça prend Bergeron à la mairie, mais en ajoutant un Marcel Côté comme DG pour s’occuper de la structure.

    • @elvisrobert

      Peut-être, mais avec 2 petits pas en avant et 3 en arrière je crois pas que Montréal ait avancé tant que ça sous le règne Tremblay.

    • Tiens, un autre exemple. Lors de l’annonce de son projet de SRB, je voulais avoir plus de détails sur celui de Sherbrooke Est, car à mon avis un SRB ne ferait pas de sens (ça nous fera pas économisé ben ben de temps sur le trajet, et il y a la problématique qu’il y a une voie de moins dans Mtl-Est). J’ai donc écrit à ce sujet sur sa page Facebook, et je n’ai jamais eu d’explications.

    • @dcsavard

      30 octobre 2013
      09h08

      Désolé mais je suis en total désaccord. Ce n’est pas la faute de Mélanie Joly si Montréal vote Coderre mais c’est la faute des Montréalais.

      Pur Démagogie

      Mme Joly à le droit de se présenter autant que n’importe quel autre Montréalais.

      Les Montréalais voteront Coderre car on a les politiciens qu’on mérite. Point final

    • Monsieur Cardinal,

      Quand vous parlez de ligne éditoriale des fois j`ai l`impression que c`est parce que c`est un paravent tres utile au besoin. Moi , au contraire je crois qu`un journaliste et encore plus un éditorialiste devrait être un canal permettant le changement et l`amélioration des conditions de la société dans laquelle il travaille. Son statut qui lui donne des yeux pour le lire devrait être constructif et servir.
      Étrange de constater que la ligne éditoriale est suivie à la lettre à la Presse quand on parle de politique provinciale mais bon…

      Quant à votre question tout ca pour ca? Je la trouve bien superficielle. Jamais je ne croirai que vous pensez qu`il est inutile de changer de voie et de voix à la mairie de Montréal tout de même ! Or en politique l`image fait foi de tout .

      Coderre représente t il le changement avec son passé politique ?
      Bergeron représente t- il le changement lui qui est dans le portratit municipal depuis une décennie et témoin de toutes les magouilles ?
      Coté représente t il le changement pour ceux qui veulent donner la chance à une nouvelle génération ?

      La seule qui personnifie le changement par l`image et par ses propos c`est madame Joly. Elle va peut -être manquer de temps et de représentativité mais si elle y tiens ,elle représente la prochaine génération. Elle n`a qu`a attendre ,laisser le prochain maire faire le ménage,tenter de trainer les boulets,accuser les coups et assumer les découvertes malheureuses.

      Madame Joly aura dans 4 ans ,si ce n`est avant, la voie libre.

      P.S. Et de grâce arrêter de sortir l`argument de l`expérience hein ? Ces diplomés et politisés têtes grises nous ont mené dans la M… alors je vois mal comment des jeunes pourraient faire pire .

    • @ crosbyshow

      Mélanie Joly semble de droite dans les relations de travail et le respect des droits des travailleurs. E

      À droite aussi dans son rapport avec les manifestations et les manifestants. Même discours que Jean Charest.

      Les autobus, les voies réservées, le SRB, ce n’est NI de gauche NI de droite. On connaît tous des cyclistes non-pollueurs et des penseurs pour une meilleure circulation qui sont complètement à droite dans leurs rapports sociaux. Souvent, ces droitistes se croient issus de la cuisse de Jupiter et regardent les autres citoyens comme des inférieurs à eux qui ont la Voie, la Vérité et la Vie.

    • @antiquebecor,

      et vous? Vous allez voter pour qui à Boucherville? Ça fait toujours rire ces gens qui ne sont même pas de Montréal et qui veulent venir dire aux Montréalais comment voter.

    • Fcardinal.

      Votre réponse à antiquébécor manque de bonne foi. S’il est faux de dire que Tremblay était nul comme maire malgré son expérience, donc tous les maires d’expérience sont nuls, il est tout aussi faux de dire qu’un maire sans expérience sera obligatoirement nul. L’exemple cité de Labeaume qui était sans expérience et qui n’a pas le moindre scrupule à se faire détester pour mettre de l’ordre, en est un. Il a dynamisé Québec.

      Qu’est-ce qui vous dérange vraiment chez Mme Joly? C’est une femme? Jeune en plus? Donc cocotte, retourne à tes marmites (comme conseillère) et laisse les grands jouer ensemble? Vous admettez qu’elle fait ses devoirs (STM) qu’elle s’est hissée en 2e place des intentions de vote, qu’elle a su s’entourer d’une équipe, qu’est-ce qui vous chatouille là-dedans?

      Coderre a t-il vraiment besoin qu’on lui donne un coup de pouce? Montréal a t-elle vraiment besoin d’un Bergeron et ses idées farfelues, perpétuellement sur le banc de touche ou pire encore d’un monsieur déconnecté qui serait largement dû pour prendre sa retraite sous les cocotiers? À quand les votes à plusieurs tours pour ne finir qu’à avoir à décider entre deux partis?

      Coderre-le-Libéral, Coderre “l’exonéré”-des-commandites va gagner. Dommage que les médias soient plus occupés à influencer le vote en déterrant les irrégularités chez les candidats qui ne font pas leur affaire qu’à creuser un tout petit peu, on parle d’un Libéral tout de même! pour trouver l’inévitable squelette dans le placard juste su’l bord de la porte, qu’on trouvera miraculeusement dès que m’sieur le Maire fera suer les syndicats ou qu’il prendra une décision controversée. Est-ce que j’ai des faits à proposer? On parle de politique montréalaise là. Ai-je besoin de faits?

      Vous parlez d’un budget de $5 milliards à mettre dans les mains du membre d’un parti pas spécialement reconnu pour son intégrité.

      Vargez sur Mélanie Joly. Honte à vous!

      D Lavoie

    • Comme c’est une femme intelligente, je suppose que si un miracle se produisait, elle va savoir s’entourer de gens compétents… je suppose. Et on jase, là.

      Marcel Côté est un excellent gestionnaire et je ne doute pas de sa compétence. Cependant, il est drabe au pas possible, ce n’est pas un homme d’avant-scène.

      Richard Bergeron manque de sérieux. Il en manquera toujours.

      Denis Coderre, et je l’entends en ce moment au 98,5, il pratique la phrase creuse depuis 6 mois maintenant, après nous avoir fait languir 1 an avant. Il n’a RIEN amené dans la campagne, RIEN. Une déception, mais aussi un triste constat de voir un homme d’expérience débarquer avec si peu d’idées et ne misant que sur son fameux ‘leadership’.

      Que ça vous plaise ou pas, je vais voter pour Mélanie Joly. Justement, à 34 ans, tu ne viens pas te péter la face et prendre une chance de scrapper ton nom et ta carrière juste pour le plaisir. C’est parce que tu penses que tu vas t’adapter au job, et j’ai confiance en elle.

    • @Noirod

      J’suis pas si certain qu’en 2017 Mélanie Joly aura le chemin libre, en supposant évidemment que Bergeron cède le plancher à Guillaume Lavoie.

    • @noirod

      Il y a trois «silos» à La Presse.
      La salle de rédaction, qui a pleine et entière liberté journalistique (les positions éditoriales n’ont aucune influence sur le travail des reporters).
      L’équipe éditoriale, qui a grande latitude sur la quasi totalité des sujets, seule une certaine «jurisprudence» doit être respectée (on doit s’inscrire dans une certaine continuité avec les positions antérieures).
      Et l’éditorialiste en chef qui, lors des élections et des référendums, prend position en son nom propre et au nom des propriétaires (les autres éditorialistes ne sont pas partie prenante).

      Vous pouvez ne pas me croire, c’est votre droit le plus strict. Mais c’est néanmoins comme ça que ça marche à La Presse.

      François Cardinal

    • M. Cardinal,

      Quel est votre intérêt de faire partie de l’équipe éditoriale si vous ne pouvez pas exprimer vos opinions ? Vous nous rappelez ce matin que l’équipe éditoriale de La Presse a appuyé Gérald Tremblay!!! Avec tout le tort qu’il a causé à Montréal, vous ne devriez pas en être fier. Ça vous donne quoi d’écrire des livres sur Montréal alors que vous devez vous taire et faire passer les intérêts de vos propriétaires avant ceux de Montréal dans vos éditoriaux ? Franchement, je me demande quel jeu vous jouez. Vos critiques de Madame Joly et votre complaisance envers Côté-Coderre, est-ce votre opinion ou celle de Gesca ?

    • Joly ne voulait que se faire connaître du public en vue d’une future carrière politique (au PLC?). Elle n’apporte rien d’autre qu’un joli visage et une maîtrise de trucs de relations publiques: assurance devant la caméra, slogans, etc.

      Mélanie Joly = la Herman Cain de la politique municipale montréalaise.

    • Un peu vide effectivement mais probablement moins que Coderre. C’est triste de voir autant de vide au sein des candidats. Le moins vide (Bergeron) a beaucoup d’idée mais c’est son cadre financier qui est vide, ce qui est très inquietant.

    • Ce n’est pas tant de profondeur que de largeur (i.e. d’amplitude) dont manque Mme Joly. Elle n’embrasse pas son objet au complet. Ou n’embrasse pas l’ensemble des objets en cause. Si bien que, comme dit l’autre, voire bien d’autres, on va encore se retrouver pognés, pour un autre bon quatre ans, avec pas de maire à Montréal. Ou, si l’on préfère, avec rien qu’un matamore en chef cette fois-ci. Fittant aussi mal à ce titre que fittant bien en Gérard D.

    • De l’expérience en politique, on en a eu en masse au fédéral, au provincial et à Montréal. Et le résultat ? Une dette qui explose à tous les niveaux, des niveaux de taxation parmi les plus hauts au monde, des infrastructures en ruine, des appareils de gestion gonflés et inefficaces, des conventions collectives démesurées, des régimes de retraite en déficit, et ce sans compter tous les scandales.

      Je m’excuse, mais de l’expérience en politique est la dernière chose dont Montréal a besoin.

      Vous pensez que l’inexpérimentée Mélanie Joly peut faire pire que ça ? Je vais définitivement lui donner sa chance.

    • @ugoh

      «Quel est votre intérêt de faire partie de l’équipe éditoriale si vous ne pouvez pas exprimer vos opinions ? »

      Vous trouvez franchement que «je ne peux pas exprimer mon opinion»? Je le fais pourtant à chaque jour.
      Seulement, l’éditorial n’est pas la chronique. Lors des élections et des référendums, l’éditorialiste en chef prend position. C’est sa prérogative.
      Plutôt que de me désoler que je ne peux pas appuyer officiellement un candidat aux quatre ans, je profite de l’immense latitude que j’ai tous les autres jours pour exprimer mes vues et mes opinions.
      Ce texte sur Mme Joly, que vous pensez être téléguidé par Gesca, en est un parfait exemple: je n’ai AUCUNE espèce d’idée de ce que Gesca, encore moins de Power pense de Mme Joly.

      Ce qui est désolant dans vos propos, c’est que vous sous-entendez que je peux tout simplement prendre la position de quelqu’un d’autre puis la transcrire en mots sur mes tribunes. Je ne suis pas écrivain, un comédien ou un interprète, je suis éditorialiste: j’écris ce que je pense, tout le temps.

      François Cardinal

    • @dcsavard

      Je m’intéresse à ce qui se passe l’autre bord du fleuve…c’est sûrement pas vous qui allez me dire quoi faire. Pour votre information j’ai déjà voté dimanche dernier pour Jean Martel.

    • Et en tant qu’organisatrice de la campagne de Trudeau, me semble que Mélanie Joly ne doit pas être si loin que ça du parti politique fédéral de Coderre. Cracher sur Coderre sous prétexte qu’il est Libéral et pas sur Joly en se faisant croire qu’elle est loin du parti Libéral, ça s’appelle se mettre la tête dans le sable.

      Pour être méchant et un peu adepte du complot, on pourrait même sans vraiment forcer se demander si Joly n’est pas là pour servir Coderre en fractionnant le vote francophone.

      Mais, la réalité de fond, c’est qu’aucune des machines électorales derrière les candidats contre Coderre n’ont d’assises ailleurs que dans les districts francophone. Or, qui veut gagner la mairie doit percer à l’ouest du boulevard St-Laurent. C’est incontournable, fractionner le vote à l’est et gaspiller ses ressources et énergies pour gagner les districts à l’est c’est laisser le champ libre à la machine électorale de Coderre à l’ouest. Il a mené une campagne pépère et tranquillos, pas menacé une miette pendant que ça se déchirait à coups de poignards dans l’est pour gagner des miettes.

      Le jour où une équipe alternative à Coderre sera en mesure de bénéficier d’une machine électorale qui connaît l’ouest, là nous pourrons croire qu’il y aura un changement quelconque.

      Est-ce qu’il y a un stratège politique francophone qui va finir par comprendre ça? Bergeron mène sa campagne avec la machine de Québec Solidaire, Marcel Côté avec celle du PQ, Coderre avec celle du PLC et Mélanie Joly avec celle du PLQ? Les campagnes électorales municipales à Montréal sont menées comme des campagnes électorales provinciales alors que le découpage des opinions au niveau provincial est sans importance et que tout le monde sait que sur ce terrain, l’opinion est déjà cristalisée depuis longtemps à Montréal. Rien ne bougera jamais tant qu’on mènera des campagnes de cette façon et la clef de la mairie se trouvera toujours à l’ouest.

    • Elle n’a aucune substance.
      Tout est dit.

    • Ma réponse peut sembler basique pour certains mais enfin… Disons siomplement que c’est peut-être un peu trop vite pour l’équipe Joly de remporter cette élection, allez prendre de l’expérience politique à l’hôtel de ville, posez les bonnes questions, faites avancez certains projets qui vous tiennent à coeur et puis on verra aux prochaines élections si son équipe est toujours là et si leurs idées tiennent une bonne direction.

    • Monsieur Cardinal,

      Je pense que la majorité de vos lecteurs sont convaincus que vous avez de la latitude dans vos opinions et écrits,et qu’à priori c’est Montréal que vous avez à coeur. Ceux et celles qui écrivent le contraire n’ont que ça d’argument pour vous contredire, ce qui en dit long sur la façon de débattre de certains…

      Mais ça ne vous donne pas beaucoup de crédibilité de vous justifier à toutes les demi-heures comme vous le faites en ce moment. On prend un grand respire…

    • Monsieur Cardinal,

      Vous êtes incroyable :

      Si Mme Joly et son équipe avait été correctement couverte par les médias, dès le début des premières représentations de campagne et de pré-campagne, elle aurait aujourd’hui, la quasi certitude d’occuper bientôt la mairie de Montréal.

      Mais elle a été boudé par les médias jusqu’à il y a 3 ou 4 semaines. La SRC et La Presse, entre autres, ne la considéraient pas comme une candidate sérieuse ou potentielle. Mais sachez que dès lors que quelqu’un se présente officiellement à l’élection d’un poste de conseiller, de maire, ou de député, sa candidature est effectivement officielle donc réelle et sérieuse. Ignorer cet état de fait, médiatiquement, C’EST PORTER ATTEINTE À LA BONNE MARCHE DE LA DÉMOCRATIE.

      Le 3 septembre 2013 vous titriez ici même : “Oui, j’ai exclu Mélanie Joly. Voici pourquoi…” et le 30 septembre, voyant que ça devenait intenable comme position (même d’un point de vue éditorial) vous titriez alors : “J’ai inclus Mélanie Joly. Voici pourquoi…”

      Et aujourd’hui vous nous arrivez avec ce “tout ça pour ça”, prétextant qu’elle aurait dû se pointer à la tête d’une formation déjà existante tellement sa candidature a de la valeur ?

      Incroyable !

      Benoît Duhamel.

    • @fcardina

      Je n’ai pas dit que votre texte était téléguidé par Gesca, je vous ai posé la question! Vos explications sur le rôle de l’éditorialiste en chef à La Presse vs. celui des autres éditorialistes me surprennent énormément. Comment le lecteur peut-il s’y retrouver ? Quand Pratte écrit, c’est Gesca, et quand les autres écrivent, c’est leur propre opinion ? Vous faîtes quoi quand vos opinions divergent de la position de Gesca, vous vous censurez ?

      Votre dernière phrase me laisse pantois: “j’écris ce que je pense, tout le temps”. C’est justement ce qu’on vous demande d’écrire: qui pensez-vous ferait le meilleur maire de Montréal. Vous vous défilez en disant que ce n’est pas votre prérogative! Quelle belle contradiction.

    • M. Cardinal

      Vous avez déjà une tribune de choix. Êtes-vous vraiment obliger d’envahir la section commentaire ?

    • «N’aurait-elle pas dû miser sur un «vrai changement» au sein d’un parti plutôt que «pas de changement du tout» après le 3 novembre?»

      Pour une jolie femme en recherche «d’exposition», son choix allait entre la mairie de Montréal ou Occupation double. SI elle avait vraiment voulu participer au changement de Montréal, elle se serait jointe à Richard Bergeron. Le résultat probable : Mon oncle Coderre entre comme une balle.

    • Ouf…M. Cardinal est débordé ce matin et parait très mal avec cet acharnement envers Mme. Joly. Signe que Mme. Joly en mène large, très large en fait pour plusieurs dont moi qui va définitivement voter pour elle.

      Vous êtes pratiquement autant de mauvaise foi que dcsavard dans vos commentaires, c’est tout dire. Pourtant Mme. Joly vous aura fait mentir tout au long de cette campagne et vous continuer. Alors continuer M. Cardinal, ça ne peut que lui faire du bien et de toute façon, on soupçonne déjà que ces commentaires et surtout cette attitude que c’est personnel envers Mme. Joly…

    • @lowtech

      «Vous avez déjà une tribune de choix. Êtes-vous vraiment obliger d’envahir la section commentaire ?»

      Le reproche le plus souvent entendu à l’endroit des blogueurs: ils publient et décampent, ne répondent pas quand on leur pose une question, etc.
      Et là, vous me reprochez de répondre aux lecteurs?

      Damned if you do, damned if you don’t

      François Cardinal

    • @ crahenlas
      “Mélanie Joly = la Herman Cain de la politique municipale montréalaise.”
      - -

      Vous visez juste. Allons nous rappeler qui est Herman Cain.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Herman_Cain

    • Mélanie Joly le changement? Faites moi rire.

      C’est une relationniste! Ceux que du creux et ça passe parce qu’elle est jolie est à l’air gentille. C’est le genre de personne qui gravite dans le milieu très fermé des petits amis du monde des affaires et de la finance. Un loup dans l’habit de l’agneau!
      C’est le genre de personne à travailler pour une pétrolière et à venir nous faire une belle présentation sur comment ils sont écologiques, gentils et combien de petits oiseaux ils ont sauvé.

      Et à ceux qui critiquent une personne parce que pour eux c’est un “méchant libéral” vous êtes vraiment des Tartuffe de la démocratie citoyenne. Évidemment vous faite ça dans le but de préserver la démocratie et non pas par une aucune mesquinerie partisanne mal placée… votre seule solution et d’insulter ceux qui ne pensent pas comme vous! Get a life et laissez les gens avoir leur opinion politique en paix! Ici c’est les questions municipales. Et je ne suis pas un partisan de Coderre!

    • Vous pourrez copier-coller ce passage pour Denis Coderre dit monsieur one-liner.

      “Et surtout, elle défend bien certaines idées, mais elle ne passe pas le test de la 2e question, se contentant trop souvent de clips et de slogans. Elle manque cruellement de profondeur pour orienter les destinées d’une métropole, pour s’imposer auprès du conseil des ministres, pour prendre sa table au sein des regroupements de municipalités, etc.”

    • @antiquebecor,

      idem ici mon gros. Et sachez que je ne suis affilié à aucun candidat, quoique vous en pensiez avec vos airs de Sherlock Holmes de pacotille.

    • @past2904,

      hahaha, mauvaise foi parce que nous ne disons pas la même chose que vous? Allez donc chercher un bon dictionnaire et vérifier ce que vous dites.

    • @bassin,

      et vous croyez réellement que Coderre n’entrera pas comme une balle dimanche prochain? Ça n’a rien changé parce que la bataille que Joly a menée, elle l’a menée dans les arrondissements où Coderre n’avait pas beaucoup de chances de toute façon. Elle ne l’a même pas égratigné un peu dans les fiefs qui lui sont acquis. Même pas proche. Elle n’a qu’épuisé les adversaires de Coderre et détourné l’attention pendant que Coderre allait tranquillement aux champignons.

    • @hommemagique Effectivement, contrairement à ce que certains tentent de faire croire, l’approche de Mélanie Joly n’est pas très différente de celle de Coderre… Jusqu’en la mi-septembre, le compte Twitter de M. Joly n’était qu’une série de photos d’elle en train de « discuter » avec des citoyens. Absolument rien d’autre que ça.

    • -aucune substance- mephistau
      -occupation double- bassin

      Vous avez le droit de ne pas l’aimez mais avez-vous peur à ce point d’une femme éduquée et jolie en plus ?

      Bac en droit, maîtrise de Oxford, avocate parmi les meilleurs bureaux canadiens, partenaire dans un bureau de rlations publiques, top-15 des femmes par le journal des Affaires en 2009.

      Informez-vous donc avant de dire n’importe quoi.

    • Comme me disait un ami, les jeunes ont les aime bien comme conseillers, comme bénévoles…

      1- L’expérience, c’est over-raté. Tremblay avait de l’expérience et des liens plus étroit avec le parti au pouvoir. Ça a donné quoi? Jean Charest était très expérimenté. Est-ce qu’on en garde un (bon) souvenir mémorable? … Coderre a de l’expérience, mais comme le résumait un de vos collègues, ça revient à bien manier le verbe et les phrases creuses… alors qu’est-ce que ça change?
      2- Avec tout le respect que je dois à Mlle Lefebvre, qu’elle est sa contribution nette à la politique de Montréal présentement dans une coallition ou elle et sa cheff ont pratiquement été tassée? Joly a fait avancé la politique, et comme vous le mentionner, certains candidats devraient (et vont) lui piquer certaines de ses idées… N’est-ce pas là faire avancer la politique? :)
      3- Qu’est-ce que Montréal veut, le conformisme? Faire la même chose que l’on fait depuis 30 ans? Vous avez 3 candidats qui proposent exactement ça, “le changement dans la continuité”.
      Oui, Joly est une pro des comms, ça parait. Son programme est clair et précis, juste assez de détails pour ne pas s’enfarger, juste assez vague pour lui laisser de la lattitude et pouvoir faire le contrairer de ce que l’on pense. Welcome to politics.

      Moi je crois que les journalistes sont trop dur envers Mme Joly par rapport aux autres candidats. Très peu de critiques envers Coderre… probablement parce que l’on s’attend à ce qu’il soit maire et qu’on ne veut pas se le mettre à dos. C’est la manière de faire de la politique à Montréal, malheureusement. Sa plate-forme n’est ni plus ni moins vide que celles des autres candidats.

      M. Bergeron propose de continuer de faire ce que la ville fait depuis 30 ans. Coderre aussi. Côté aussi. J’ai regardé le débat des candidats à RDI l’autre jour, la seule personne qui reconnaissait des problématiques à MTL était Mlle Joly. Les autres? Variation autour du même thème: le changement dans la continuité. Exode des familles? Pas vrai. Prix des logements? Pas de problème. Insalubrité? Tout est réglé. Corruption? C’est fini.

      Si on évaluait tout les candidats sous le même filtre que Joly (qui dérange visiblement par sa 2e place), je ne suis pas certain que les autres candidats seraient aussi vu sous un jour favorable.

      Dans le fond, j’ai l’impression de revoir le même scénario qu’avec l’ADQ. Pour être jugé “compétent” par les chroniqueurs politiques, des candidats devraient tous être issus de l’opposition, ou de partis existants et de travailler dans le même moule que les anciens. Hors, nous avons vu ce que celà a donné à Montréal et ailleurs: de la nonchalance qui a permis à la corruption de s’installer.

      N’est-il pas temps que ça change? Qu’avez vous donc à perdre d’essayer autre chose?

    • M.Cardinal, sur Mme Joly vous soulignez que:

      [elle ne passe pas le test de la 2e question]
      Ok, c’est votre opinion, et je la respecte.

      Mais Coderre lui….!!!!!!
      Il ne passe même pas le test de la première question.
      Et AUCUN journaliste ne le confronte vraiment, directement.

      En se cachant derrière des formule toutes faites d’avance…..
      aucune réponse ne sort de sa bouche……sauf……
      ” on ne condamne pas par association”……..oui mais encore….

      faut-il avoir PROUVÉ qu’il n’y a pas eu association…..PROUVÉ…
      Pas se cacher derrière une réponse toute mâchée.

      Vous pensez pas?

      Coderre, une réponse, à une question et ce avant l’élection SVP!

      M.Coderre quels étaient VOS liens avec Eddy Brandone?
      Ensuite on passera aux autres questions……2-3-4-5-6

      M.Cardinal, j’apprécies grandement vos réactions aux différents commentaires.
      Louise April(Laloue)

    • On voit bien que la démocratie est malade, les idées discutés ici sont aussi rare que ceux débattus par les chefs de parties Montréalais.

      Plein d’attaque et aucun contenu.

    • Bonjour M. Cardinal, en ce qui me concerne Madame Joly a fait le bon choix. Avec Projet Montréal ou Coalition Montréal, on n’en aurait probablement pas entendu parler ou très peu. Elle est clairement ambitieuse et veut plus que faire de la figuration. Elle n’est pas prête pour prendre les reines de Montréal le 3 novembre, mais j’espère que même en cas de défaite, elle va rester et prendre de l’expérience pour être prête pour la prochaine élection dans quatre ans. En tout cas, dimanche prochain, il est probable que je vais voter pour elle. Je ne peux tout simplement pas me résigner à voter pour M. Coderre, Côté ou Bergeron.

    • En passant M. Cardinal, vos interventions dans vos billets pour répondre à certains intervenants: j’adore!

    • Merci monsieur Cardinal pour vos réponses et pour votre patience ! Je ne crois pas me tromper en affirmant que les participants savent bien que vous avez fait avancer ce dossier plus que la plupart des intervenants de la scene montréalaise y compris certains candidats !

      Je suis toutefois soulagé que votre sujet souleve ce degré de passion car il aurait été inquietant qu`il en soit autrement à quelques jours du vote .

      @antiquebecor

      Commentaire tres pertinent et moi aussi je souhaite que monsieur Lavoie soit là quand viendra le temps que soit passé le flambeau de la mairie à une autre génération.

    • Ca sent la soupe chaude pour le poulain de l’éditorial, depuis qu’il a terminé troisième dans les intentions de vote des Montréalais dans un sondage.

      La réalité: aucun des candidats n’a d’expérience comme maire. Aucun.

      La réalité: Bergeron (le poulain, pour le nommer) a celui qui a le plus d’expérience de la machine municipale. Malgré tout, il est troisième dans les intentions de vote. Pourquoi? Les Montréalais ne sont pas dupes. Une chouette plateforme qu’il faudrait 20 ans pour accomplir, les improvisations administratives (voir les aveux de Ferrandez/Norris à ce sujet), l’absentéisme au conseil municipal, et cette obsession pour un tramway qui franchement, ne convaint pas.

    • J’ai 5 critères puor la mairie :

      Vision, expérience/connaissance, leadership, intégrité et gestion.

      Les champions :

      Vision : Bergeron
      Expérience/connaissance : Bergeron
      Leadership : Coderre
      Intégrité : Bergeron, Côté et Joly
      Gestion : Côté

      Bref, selon mes critères, Mélanie Joly ne passe pas.
      Ce n’est pas une question d’âge, j’aurais appuyé Elsie Lefevbre si elle s’était présenté à la mairie.

      S.Beaulieu

    • Pauvre Montréal, Codérre, Joly un pitonneux et une belle image face à Coté et Bergeron jugé trop articulés par les faiseux d’image. On commence a être tanné dans le reste du Québec de trainer le lourd boulet qui s’appelle Montréal (corruption, infrastructure en lambeaux, incompétence, incapacité de jouer au Québec le rôle que joue Toronto en Ontario) Montréal moteur économique du Québec est un petit 2 watt

    • @l’équipe Joly

      C’est l’fun d’essayer d’imiter le succès d’Obama sur les médias sociaux mais là, ça commence à être tannant tous ces commentaires-fleuve à la gloire de Mélanie. Oui elle a un beau parcours pour une jeune femme de 34 ans, maman a raison d’être fière, mais de là à lui confier un budget de 5 milliards $, on se calme. Le Montréal d’aujourd’hui est infiniment plus complexe que celui de Drapeau en 1954.

      Mme Joly a fait beaucoup mieux que prévu, félicitations, mais la cause est entendue, Coderre va l’emporter. Svp, gardez vos munitions pour la prochaine campagne de Mélanie car on a tous compris que dans le fond, elle ne fait que préparer son avenir au PLC.

    • Parce que nous avons une élection SANS second tour, les critères de sélection de candidatures doivent être sérieusement resserrés. Les critères laxistes comme les critères Montréalais ne sont acceptables que lorsqu’il y a des second, troisième, etc. tours jusqu’à ce qu’un des candidats recueillent 50 % + 1 des votes.

    • @viper37

      « M. Bergeron propose de continuer de faire ce que la ville fait depuis 30 ans. Coderre aussi. Côté aussi. J’ai regardé le débat des candidats à RDI l’autre jour, la seule personne qui reconnaissait des problématiques à MTL était Mlle Joly. Les autres? Variation autour du même thème: le changement dans la continuité. Exode des familles? Pas vrai. Prix des logements? Pas de problème. Insalubrité? Tout est réglé. Corruption? C’est fini. »

      Je ne sais pas, mais l’exode des familles, Bergeron a parle depuis des lunes… Ça fait plus de deux ans qu’il dit qu’il manque de condos et logements avec trois chambres et plus, à prix abordable!

      Désolé, mais celui qui connait les dossiers, c’est justement Bergeron! Pendant des années, dans ma tête, c’est un freak anti-voiture. Mais au printemps dernier, je suis allé voir sa présentation sur son Entrée Maritime (merci à Infoman à en avoir parlé, Dufort a été pratiquement le seul à parler avec Bergeron au cours des dernières années), et franchement ma perception sur Bergeron a changé complètement suite à cette présentation. Oui, il est parfois arrogant, mais il connait son sujet pas à peu près!

    • @bf8914 et autres similaires
      Parce que vous croyez que Mélanie Joly ne fait pas partie de la famille libérale? Elle était entre autre chef de l’organisation de la campagne de Justin Trudeau aux dernières élections, et elle s’est fait un nom en droit en défendant des pourris nommés à Charbonneau souvent depuis. À la moindre opportunité, elle voudra passer au PLC, et cette campagne à la mairie est son tremplin.

    • Je partage votre opinion, Monsieur Cardinal. J’ai hâte de voir votre évaluation des autres candidats. Madame Joly passe très bien mais j’ai l’impression qu’elle va se faire manger tout rond par les vautours qui rôdent autour de la mairie et je n’ai pas encore compris comment elle allait implanter le changement. Parler du changement, c’est bien beau mais comment va-t-elle le faire, comment sera-t-elle entourée. On a beau dire, l’expérience, cela sert à quelque chose… surtout à ne pas commettre les erreurs du passé. Madame Joly semble être une rassembleuse mais je ne crois pas que c’est le profil dont Montréal a besoin, je crois plutôt que Montréal a besoin d’un leadership fort (que je ne vois pas clairement dans les candidats en lice!) et pas d’une animatrice qui va constamment chercher le consensus, parce qu’on n’en finira plus et c’est précisément un des problèmes qui font que Montréal stagne; on essaie d’obtenir des consensus, on n’en obtient pas donc on ne fait rien…

    • @ dcsavard : Et vous avez raison, elle évite les arrondissements où Coderre va rentrer à fond, c’est à dire l’est et le nord-est (bref, Anjou, Saint-Léonard, P.A.T, R.D.P et Montréal-Nord). Elle est venu DEUX FOIS seulement dans ces quartiers!

    • On veut du changement ou de l’expérience…idéalement les deux. Mais comme l’expérience ne semble pas vraiment fonctionner (n’écoute-vous pas la commission Charbonneau), je mise sur le changement. Seriez-vous un idéaliste M. Cardinal…

    • @petitvieux2009 : Incapable de jouer son rôle, parce que Toronto voulait nous tuer économiquement, et parce que le gouvernement provincial veut que Montréal soit une région comme une autre, et surtout pas différente des autres…

    • @dcsavard 09h08

      Vos observations visent en plein dans le mille.

      Joly recherche le vote de contestation, tout comme Legault et Dumont au niveau provincial. Faire une campagne négative contre « tout les autres corrompus sauf moi » ne révèle pas une intégrité remarquable selon moi, mais plutôt une pirouette de relationniste, un signe d’une manière nouvelle, mais très mauvaise de faire de la politique. C’est ce changement que ses supporters veulent? Des campagnes négatives comme Labeaume sais si bien le faire qui ne visent qu’à diviser? Comme le souligne dcsavard, elle est déjà très compétente pour diviser.

      Montréal a besoin de quelqu’un qui unit, pas qui divise. Quelqu’un qui peine à trouver des gens compétent pour s’entourer ne révèle pas un esprit rassembleur, l’accent mis sur « équipe Melany Joly » révèle aussi qu’il n’y a qu’elle dans l’équipe, les autres ne sont que des potiches ont dirait.

      L’inexpérience est même rendu un critère de sélection à la lumière des commentaires qui l’appui, ce qui me désole au plus haut point. C’est ce genre de raccourci sophistique de généralisation sur lequel Joly s’appui pour se faire « valoir ». Si l’on ne peut s’élever, on rabaisse les autres.

      Sinon c’est l’excuse facile de « c’est la faute aux médias », mais je trouve justement qu’elle a eu bien plus davantage que bien d‘autres, alors pour la persécution on repassera.

      Bref, elle est surement une femme pleine de qualité, mais la manière dont elle mène sa campagne ne souligne pas selon moi un grand changement. A beau mentir qui viens de loin.

    • Comme il est si bien, l’expérience ne s’achète pas et je doute qu’à 34 ans le back ground soit suffisamment solide. Gérer 30,000 employés et $5G en budget, on ne l’apprend pas ’sur le tas’. Au moins si elle avait une équipe solide, ce qui n’est pas le cas. Reste des croutes à manger avant s’aspirer à la plus haute fonction….

      En tout cas, elle se sera fait une bonne publicité pour son avenir. On ne peut lui reprocher d’être ambitieuse.

      Le ‘changement’, ça sonne bien en campagne.

      Meilleure chance la prochaine fois.

    • Pourquoi ?…Très simple pour la CAMÉRA(l’exposure) après ses essais à Radio-Can elle a besoin d’être le centre d’attention de plusieurs personnes…plus que de simple gars qui la ”zieutes”

    • pourquoi je vote joly ? tout simplement pcq vu ce notre classe de politiciens de carrieres qui sont la depuis 20 ans a reussi a faire on est aussi bien avec quelqu’un sans “experience” de “gestion de ville” , tous les autres courreurs ont eu leur chance et tous sans exeptions on des squeletes dans le placard un liberal qui siegais lors du scandale des comandites et qui ne dit mot conscent , un chef de l’opposition de montreal qui n’a rien fait pour faire eclater la colusion (en esperant en profiter une fois elu ?) et un haut grade de l’equipe tremblais qui lui aussi n’a rien dit (il avais sa cut ?), reste joly qui n’a jamais fait de politique , et bien franchement une femme a l’hotel de ville pourais bien redorer l’image moribonde de montreal

    • Je comprends difficilement votre logique: Parce que Mélanie Joly a du succès durant cette campagne, elle aurait donc dû porter de l’eau pour un candidat raté tel que Marcel Côté? De plus, Monsieur Côté n’a pas plus d’expérience de gestion politique d’une ville. Soit, il l’a peut-être partiellement par l’entremise de son expérience en affaires, mais la logique inverse peut aussi être employée: Mélanie Joly, outsider de talent, sans squelette dans le placard, peut être une bonne Mairesse en étant bien entourée, ce qui est de toute manière le propre des bons gestionnaires, savoir s’entourer. Je n’ai rien vu, durant cette campagne, quoique ce soit de la part de Monsieur Côté qui signalait des capacités supérieures en quoique ce soit (ni même en management) outre la maîtrise de la condescendance et de la verbosité fleurie propre aux ‘curés-de-campagne-des-années-’50′, ce qui est peu étonnant venant d’un ex-unionationaliste…vive le changement, ouin.

    • @danslechamps

      Pour être honnête, selon vos critères seulement Paul Desmarais aurait pu diriger la ville.

      L’expérience de Coderre lui est presque inutile, alors qu’il gérait des ministères principalement politique et que l’argent c’était les autres qui la géraient dans ses ministères.

      Au municipal, on a les deux mains dans les problème aux quotidiens, un monde complètement différent.

      Aucun candidat emportera la perfection à l’hôtel de ville, il ne faut seulement pas répéter les erreurs du passé… Et par cela, il faudrait peut-être par commencer à ne pas traîner les boulets du Maire Tremblay comme un certain candidat semble parfaitement à l’aise…

    • @kelvinator

      30 octobre 2013
      12h13

      À ne pas mettre Dumont et Legault dans le même bateau svp. Legault est le seul politicien provincial de la dernière décennie qui ne fait pas la politique pour diviser. Le seul a apporter un projet.

    • Il faut reconnaître que Mélanie Joly est une spécialiste des relations publiques. Elle a de l’aplomb, de la répartie et se défend très bien dans les joutes oratoires. D’ailleurs, Coderre, ce soir, devrait en prendre pour son rhume. Cependant, son manque d’expérience pour gouverner la ville me fait croire qu’elle n’est pas encore mûre. Par contre, en 2017, si elle poursuit ses classes, elle sera redoutable.

    • dcsavard, 10h38
      Vous m’avez mal lu : «Mon oncle Coderre entre comme une balle».
      Et j’ajoute malheureusement pcq si ML avait vraiment eu une vision pour Mtl, elle se serait jointe à Bergeron. Force de croire qu’elle a un autre agenda que servir les montréalais au sein d’une équipe qui aspire à faire évoluer Mtl pour le mieux.

    • Moi ma question qu’est-ce que vous trouverez de bon dans Denis Coderre, c’est quoi ses réussites dans la politique, oui il a été 18 ans député de Bourassa, mais dans ce comté même un cochon gagnerait pour le parti libéral, et comme Ministre c’est quoi ses réalisations, autre que de gueuller sur l’affaire Shane Doan au hockey.

      Pas un seul fois vous avez parler des commandites et de la Comission Gomery, pourtant il y étit de très près avec son copain Boulay qui a fait trois ans de prison, et aujourd’hui regardez son équipe, pratiquement Union Montréal au complet. La seul différence entre Coder et Tremlbay, ce dernier est un grand naïf alors que Coderre est tout son contraire.

      Acutellement il serait en avance, mais il aura les mains lié puisque son équipe semble ne faire l poids. C,est uniquement ce qui va sauver Montréal, mais ce serait bien mieux un autre avec une équipe descente.

    • Je demeure convaincu que Mélanie Joly a beaucoup plus à gagner de rester deuxième que de devenir mairesse. La campagne électorale fut une très très bonne pub pour sa carrière d’avocate et/ou pour ses projets d’entreprise futurs. En devenant mairesse, elle ferait simplement la preuve de son incompétence.

      Un “move” très payant de sa part.

    • Perso, la seule règle qui devrait être fait, c’est: évitons d’élire des anciens députés provinciaux/fédéraux. Pourquoi? Parce que souvent, ceux-ci amènent les chicanes du fédéral/provincial au niveau municipal. Sans compter que les gouvernements sont loin d’être des modèles d’efficacité (et que les ministres font du politique, pas de la gestion).

      C’est une des raisons pourquoi je penche du côté de Projet Montréal plutôt que feu Union Montréal (plein d’ex libéraux) et de Vision Montréal (plein d’anciens péquistes).

    • @bassin,

      d’accord. Nous sommes d’accord là-dessus. Si Mélanie Joly avait vraiment eu à coeur les intérêts de Montréal, elle n’aurait pas démarré un autre parti politique pour diviser le vote. Elle savait que Coderre avait au départ une large avance et que pour le défaire, il fallait unir ses forces comme Marcel Côté et Louise Harel l’ont fait. Louise Harel a vraiment fait passer les intérêts des Montréalais avant les siens propres en cédant le micro à Marcel Côté. Il aurait été néfaste que Marcel Côté et Louise Harel se fassent la lutte. Un moment donné, il faut évaluer si les différences entre les candidats justifient vraiment l’existence de partis distincts. Je ne parle pas de la personnalité du chef, mais bien de ce que le parti veut faire et offrir à Montréal.

      Comme on dit, le mieux est l’ennemi du bien.

      Personnellement, plus j’y pense et plus je crois que Mélanie Joly n’est là que pour diviser le vote et assurer la victoire de Coderre. Coderre aurait pu briguer la chefferie du PLC et il ne l’a pas fait, il s’est retiré et a annoncé ses intentions de se présenter à la mairie de Montréal. Il y a probablement eu des tractations entre son équipe et celle de Justin Trudeau pour qu’il se retire et sa piste d’atterissage était la mairie de Montréal. Il ne serait pas trop tiré par les cheveux de croire que Trudeau a promis une aide à Coderre pour qu’il entre haut la main à la mairie de Montréal et diviser le vote francophone était une bonne stratégie pour atteindre l’objectif. Et ça expliquerait l’équipe pratiquement fantôme de Joly, parce que dans le fond, ce n’est pas tellement important, c’était un one-woman show pour faire un écran de fumée pour laisser le champ libre à Coderre là où ça comptait.

    • Tout ça pour quoi ? Pour être connue et se présenter candidate libérale dans deux ans dans l’équipe de Justin Trudeau. Vous verrez bien !!!

    • M.Cardinal, je viens d’entendre sur RDI:

      Coderre et sa liste de donateurs, pas de mise à jour depuis le 30 septembre….

      Bergeron demande cette mise à jour, considérant l’évènement de financement
      d’il y a 2 semaines qui aurait rapporté 280,000 à Coderre.

      Donc, 2800 donateurs X 100$………
      2800 noms?????????????? X 100$

      Réponse du transparent Coderre:
      “je remettrai cette liste après les élections”

      Le directeur des élections t-il le droit de demander cette liste avant dimanche?
      Louise April(Laloue)

    • Pis avec tout ça, le maire Blanchard n’a pas coupé sa moustache jaune.

    • Fondamentalement, c’est difficile de juger des capacités à devenir maire de Montréal d’une personne dont on avait jamais entendu parler il y a de ça à peine 4 mois.

      J’aimerais croire qu’elle est la meilleure candidate, mais je ne sais pas sur quoi m’appuyer concrètement pour en venir à cette conclusion.
      Et concernant ses véritables motivations, j’aimerais dire à tous ces cyniques qui l’accusent d’utiliser la course à la maire pour se faire de “l’exposure” qu’ils ont tord de croire ça… mais là encore, je me rend compte que je n’ai pas vraiment d’arguments solides pour plaider ma cause.

      Il va sans dire que je ne connaissais pas tellement Marcel Côté non plus avant le début de la campagne. Mais au moins il a une feuille de route dont on peut se servir pour juger de ses compétences. Il a aussi une équipe avec des gens connus. C’est un peu rassurant.

      Honnêtement je suis toujours indécis. Mon instinct me dit de voter pour Mélanie Joly mais ma tête me dit de voter pour Marcel Côté.

      J’aurais aimé que devant les sondages donnant Coderre gagnant, Coalition Montréal et l’équipe de Mélanie Joly fassent une alliance. Mais je comprends que c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est choses-là doivent se décider avant le début de la campagne. Fort possible que Mélanie Joly avait déjà décidée de se présenter avant même que Coalition Montréal ne soit créé ou peut-être avant que Coderre n’annonce officiellement sa décision.

    • @dcsavard

      “Louise Harel a vraiment fait passer les intérêts des Montréalais avant les siens propres en cédant le micro à Marcel Côté. Il aurait été néfaste que Marcel Côté et Louise Harel se fassent la lutte.”

      Parfaitement d’accord en ce qui concerne Louise Harel. Sa volonté de faire passer les intérêts de Montréal avant toute autre chose ne fait aucun doute. J’aurais d’ailleurs aimé qu’elle soit plus présente dans la campagne. Surtout après la gaffe des appels automatisés. Faut croire qu’on ne voulait pas effrayer l’ouest de l’île avec une ancienne militante souverainiste…

    • Toute cette campagne électorale pour aboutir avec Coderre ???

      Pôvre Montréal.

    • Ce billet de F. Cardinal me fait penser à ce qu’un ex-coach de niveau junior devenu analyste à RDS, qui a de belles notions théoriques du hockey mais qui ne connait pas vraiment la LNH dirait à propos d’une recrue qui score beaucoup plus que prévu alors qu’il pronait de la retourner à la ligue américaine et de laisser la chance aux bons vieux vétérans.

      Dans une élection, l’important c’est le résultat. Il est ridicule de dire que Mélanie Joly aurait dû attendre son tour. Ce sont les électeurs qui décident, c’est ça la game.

      Pour ce qui est des qualités pour être maire, aucuns des candidats ne l’a déjà été. Ils pourraient tous nous surprendre une fois élus. (Même si j’espère que ce ne sera pas Coderre…)

      Cory Booker, Naheem Nenshi, Luke Ravenstahl, cela vous dit quelque chose? Mélanie Joly a mon vote.

      JPA

    • De toute facon,Melanie ne sera pas elue Maire pour l’instant.Par contre elle va beaucoup apprendre en etant a l’opposition.Coderre n’a qu’a bien se tenir.

    • @roth

      Comme l’explique François Cardinal, voici ce qui risque d’arriver:

      “Mme Joly a très peu de chance de remporter la mairie, et peu de ses candidats ont des chances d’accéder au conseil municipal. Si sa colistière, Marie-Claude Johnson, ne remporte pas son élection dans Côte-des-Neiges, là où elle se bat contre deux candidats de taille (Martin Bergeron de la Coalition et Peter McQueen de Projet Montréal), Mme Joly pourrait donc finir 2e à la mairie… mais être complètement absente du conseil municipal, elle et son parti.”

      En gros, il y a de réelles probabilités qu’après l’élection, il ne reste rien de Mélanie Joly et son équipe. Au moins, Projet et Coalition Montréal ont chacun quelques châteaux forts (Plateau et Hochelaga, respectivement) qui leur assure une présence au conseil municipal.

    • @maniacs
      Nonobstant votre opinion personnelle de Legault, il utilise les mêmes tactiques de division que Joly, tous des corrompus sauf moi, tous des vieux partis qui ne valent pas la peine que l’on vote pour eux.

      Les vieux partis sont corrompus, nous ne sommes pas un vieux parti, nous ne sommes donc pas corrompus. C’est un sophisme assez médiocre selon moi, mais qui semble aveugler bien des gens, ce qui me désole.

      http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/elections-quebecoises/201208/01/01-4561360-legault-promet-la-fin-des-vieux-partis-et-de-la-corruption.php

    • laloueapril

      30 octobre 2013
      14h31

      2800 donateurs de 100$ dans une seul soirée? Il avait loué Centre Bell où quoi?

    • “l’équipe pratiquement fantôme de Joly” dcsavard
      -

      Très bizarre en effet que personne de son équipe n’ait été valorisé de sa part.
      Son parti aurait dû s’appeler Moi-Moi-Moi pour Montréal.

      Depuis 2 jours on la voit à la télé marcher dans une rue cossue d’Outremont et embrasser un bébé. Cette femme se fout carrément des travailleurs modestes de Montréal. Est-ce que seulement elle en connaît un? A-t-elle parlé de la classe moyenne à Montréal? des pauvres? Ah oui, des fois elle voit des itinérants… vu qu’elle habite près du Parc Lafontaine.

      Mademoiselle “Moi-Moi-Moi pour Montréal” vit dans une Tour d’Ivoire.

    • Nonobstant les ti-gars en chaleur devant leur Mélanie ‘le pouvoir infini du cable’ Joly, espérons que cette mode de faire de la politique pour le ‘branding’ personnel (on peut rentrer les leader étudiants dans cette catégorie) passera rapidement.

      KZ

    • M. Cardinal,

      Pourquoi êtes-vous si critique envers Mélanie Joly ? N’a-t-elle pas un parcours quasi identique à celui de Nasheed Nenshi, maire de Calgary, que vous avez encensé à plusieurs reprises. Relisez votre propre texte et vous allez voir que les analogies sont frappantes!

      http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201307/02/01-4666746-supermaire.php

    • Mélanie Joly a plusieurs points en commun avec le Mario Dumont du temps de l’ADQ.
      Elle a bénéficié de la même indulgence de la part des médias et elle a le même sens de la formule choc.
      Malheureusement, elle a aussi la même absence d’expérience en administration publique et la même superficialité.
      Rappelons-nous maintenant quel merveilleux (!) chef d’opposition M. Dumont a été en 2007…

    • M. Cardinal
      Ne vous laissez pas décourager par vos détracteurs. Il semble très évident à travers les énormités dans leurs commentaires, qu’ils n’ont pas un QI très, très élevé…

    • @maniacs,17h02:

      Au Palais des congrès….

      Louise April(Laloue)

    • syrup

      Mélanie Joly n’a aucun nom en droit, sweet rien pantoute. C’était une junior de grand bureau. Votre accusation qu’elle a défendue des pourris nommés a la commission Charbonneau est loufoque, gratuite, et honteuse.

      On parle de Stikeman et de Davies ici, geez.

      Vous faites un très mauvais nom à la liberté d’expression lorsque vous dites des aneries comme cela.

    • M. Cardinal je respecte grandement votre opinion, mais là avec respect vous faites fausses routes…nous avons besoin de femmes comme Mme Joly en politique, peu d’expérience, et puis? Elle a du jugement et saura s’entourer. Je lui fais confiance, aucun autre candidat à part M. Côté, qui aurait dû faire équipe avec Mme Joly, n’en tant soit peu de jugement. C’est pathétique, encourageons Mme Joly.

    • Peu importe le résultat, Montréal et le Québec sortiront perdants.

    • @ ugoh C’est vrai que le parallèle entre la campagne de Mme. Joly et du maire de Calgary est frappante…c’est la même histoire. Espèrons que ce sera le même résultat ;)

    • je viens de me taper le débat Coderre/Joly

      Coderre : arrogant, imbu de lui-même, suffisant et condescendant. Aucun contenu.

      Pas capable

      Entre Coderre et Joly, le choix et facile.

    • Un grand merci à M. Cardinal pour sa couverture de la campagne électorale et ses textes toujours pertinents, réfléchis et constructifs.

      Un grand bravo à M. Cardinal pour toutes les réponses qu’il donne aux commentaires de son blogue (vraiment admirable) et pour son dévouement à sa ville.

      Prix spécial du jury à sa jolie barbe.

      Pour ce qui est de Mme Joly: se faire voir, c’était bien le but de l’exercice, non?

    • @dcsavard et fcardinal
      La division du vote? Bah, je ne pense pas. Il y a 12 candidats. Ce pourrait être déjà une énorme division du vote. Si Mélanie Joly a pu se hisser en 2e et justement diviser ce vote “Anti-Coderre” (mettons) c’est peut être aussi parce que ces voteurs ne s’y retrouvaient pas dans Bergeron ni dans Côté? Bergeron n’a d’ailleurs jamais monté au-delà de 22-23%.

      Perso, il n’y en a aucun qui m’emballe vraiment et c’est dommage. Côté m’a perdu avec sa lubie pendant 3 jours, d’enlever des tracks et faire des hotels sur les quais du vieux-port (on veut plus d’accès à l’eau, pas en privatiser les rares accès!). Bergeron et sa science infuse, se croyant le seul urbaniste au pays m’énarve. Il semble penser que ce n’est pas à cause de sa plateforme qu’il ne passe pas le cap du 23% mais parce que les 77 autre % sont cons. (Sa déclaration d’aujourd’hui “les montréalais on 4 jours pour se ressaisir” est dans cette lignée!). Orgueilleux, jamais il ne reculerait même si ses méga-projets-à-milliards devait s’avérer mauvais ou déconseillés.

      En bref, beaucoup des 20-quelques % d’appuis à Joly dans le 2e sondage sont beaucoup, je pense, des gens qui ne s’y retrouvent pas dans les 3 autres de toute façon. Aussi que ça se rabatte sur Joly que sur Brulé :)

      D’ailleurs, 2 sondages seulement durant une campagne électorale de Montréal, métropole du Québec et 2e ville au Canada? C’est peu.

    • J’ai regardé les 6 débats LCN. Franchement, plus j’écoute Mme Joly, plus elle semble avoir appris tout cela par coeur. Elle lutte pour dire la dernière ligne à tout prix. Comment ferions-nous 4ans!

      Pour moi c’est Bergeron qui doit battre Coderre à tout prix! Faites la croix à tout ce qui est Projet Montréal sur vos bulletins…

    • jorochef: votre Bergeron est un dogmatique borné, un taliban anti-automobilistes. Il a mis le Plateau sens dessus dessous avec Ferrandez, il est en train de faire la même chose dans Rosemont avec le transfuge Croteau, et il a même promis de récidiver dans tout Montréal s’il est élu ! Je serai grandement reconnaissant à Joly d’avoir empêché l’élection de ce doctrinaire intransigeant et arrogant à la mairie de Montréal.

    • Monsieur Cardinal,

      On s’en fout de l’experience de l’administration municipale. Regardez ce que cela a donné avant.

      Voilà une jolie fille brillante avec une bonne formation, fonceuse, déterminée sans personne à remercier. Elle fera des erreurs mais si elle s’entoure bien, on sera surpris

      Pour casser l’image de Montreal corrompu et usé, rien de mieux. Et elle gagnera dimanche!!!

      Dire que vous l’avez oublié en début de campagne…

    • SI Mme Joly accédait à la mairie, ce serait loin d’être catastrophique, dramatique ou propre à (faire) paniquer. En fait, c’est plutôt «l’avènement» Coderre à la mairie qui est proprement décourageant. Qqn ayant aussi peu de pensée que possible. Ah, bien sûr, entend-on rétorquer d’emblée: point besoin d’être grand philosophe pour (faire) ramasser neige et vidanges ou pour (faire) “patcher” les trous dans les rues. Mais QUAND, dites, Montréal a-t-elle pris son essor véritable le plus positif? À l’époque des Saulnier & Drapeau. Au cours de la décennie de la ‘Révolution tranquille’. Or, Drapeau, en était un, lui, homme de pensée. Apte à dépenser, répliquera-t-on tout de go. Ainsi qu’à manigancer, ajoutera-t-on. Mais n’est-ce pas lui qui a fait LE Ménage aussi? Alors, donc, QUI, de ces deux (Coderre ou Joly) semble avoir le plus le feu sacré pour refaire un autre grand ménage de même ordre?

      La madame a certes encore une grande naïveté. Un peu (trop) de superbe également. Peu d’expérience en gouvernance. Beaucoup à apprendre. Mais quelle force de caractère! Quelle personnalité peu encline au dégonflage ou à l’esquive! Quelle rassurante authenticité! De telle sorte qu’à ce stade, on peut vraiment se le demander si LE Danger n’est pas davantage de voir perpétuer la politique à la Tremblay, i.e. le laisser-faire/laisser-aller, en gardant voire en regroupant autour de soi “full” monde au pedigree douteux, avec Coderre et cie ; plutôt que d’oser ‘y aller’ avec Joly, qui, elle, ayant à composer avec tous les courants intestins, notamment Bergeron et les siens, pourrait, peut-être, initier un virage indispensable à Mtl, au chapitre de la transparence et de l’intégrité, sans lesquelles l’actuel pataugeage non seulement ne saurait jamais s’atténuer, ni encore moins se résorber, mais pourrait même s’accroître et nous ‘endormir’, i.e. nous indifférer au point de nous laisser/faire décrépir de manière irréversible ou plus grande encore.

    • Pour moi c,est clair que mélanie Joly pouvait pas se joindre à projet montréal ni à la Coalition Côté.

      Tout ça pour ça ? Des gens peuvent voter pour joly tout en sachant que c’est Coderre qui va entrer, c,est juste pour montrer leur opposition et ils ont le droit de ne pas vouloir voter pour Côté ou Bergeron…

      Mais rien de les empêche de voter pour autant pour un conseiller Projet Montréal, un autre Coalition et ils pourraient même voter pour une candidate Coderre mais pas pour la mairie… Avec quatre votes sur le Plateau c’est très possible…

      Tu veux pas ni Coderre, ni Bergeron ni Côté comme maire ? Tu veux pas Joly non plus mais tu veux donner plus de travail à Coderre pour se faire élire ? Tu votes Joly. Voter Brûlé ne donnerait pas grand chose, il est trop faible dans les sondages… Mais pour quelqu’un qui voudrait appuyer aucun des autres candidats, c’est une possibilité… Il y a aussi le vote blanc pour le maire ou l’annulation du vote mais pas pour les conseillers ?

      je voterais peut-être blanc…. C’est évident que si j’habitais Villeray, je voterais Elsie Lefebvre. Mais cela veut pas dire que j’appuierais Côté à la mairie…

      Pour Joly, c,est une campagne de relations publiques pour se faire plus connaître pour sa business et aussi pour se présenter comme candidate députée au PLC. Donc ? Elle est pas vraiment là pour battre Coderre, elle est du même parti que lui au fédéral et elle doit bien s’en douter qu’elle a encore peu de chance d’adhérer à la mairie… Députée , par contre ? Elle risque d’entrer comme une balle aux prochaines élections fédérales…

    • @laloueapril

      30 octobre 2013
      19h06

      Avait-il vraiment 2800 personnes dans le palais des congrès??? C’est du monde en sapristi.

    • “En fait, elle n’avait qu’un message: moi, moi, moi. Et une ambition: devenir mairesse de Montréal.” Michèle Ouimet, Le phénomène Mélanie Joly.

      http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/michele-ouimet/201310/31/01-4705587-le-phenomene-melanie-joly.php

    • Monsieur Cardinal – Vous faites élire Coderre à l’avance au journal, à la radio et partout où vous commentez les élections municipales. D’ailleurs comme les soi-disant sondages. Donc, les montréalais n’ont pas besoin d’aller voter.

      En matière de contenu, on tape sur Mélanie Joly pour dire que son contenu est vide. Il me semble qu’on peut dire la même chose des autres candidats. Au moins, Madame Joly représentera du renouveau, une espèce de révolution. Avec Coderre, c’est le statu quo pour ne pas le pire. Avec Bergeron, malheureusement c’est la complaisance dans l’opposition.

      Ce qui est malheureux dans tout cela, c’est le système à un seul tour. Un véritable scrutin exige au moins deux tours. Avec cette formule d’un seul tour, comme d’ailleurs au scrutin provincial, c’est toujours les mêmes qui reviennent. On a eu l’exception avec la vague orange au fédéral. Espérons alors avoir une vague “Joly” aux municipales ce dimanche…

      J’annonce aux sondeurs que je vote Mélanie parce qu’elle est Joly.

    • Monsieur Cardinal, je suis tout à fait d’accord avec vous, elle aurait dû faire ses classes et ne pas se lancer dans un “one woman show”

    • Oups, j’ai posté au mauvais endroit ce message. Je reprends.

      «Ce qui est malheureux dans tout cela, c’est le système à un seul tour. Un véritable scrutin exige au moins deux tours.» Jammi
      -

      Je le pense aussi.

      Nous avons, au Québec, un système de votation désuet qui était valable quand on devait choisir entre seulement 2 partis politiques. Deux tours de votation ou un système proportionnel serait plus juste pour tout le monde. Ceux qui se présentent et ceux qui votent. Au provincial comme au municipal.

    • @guygadbois
      Et les pourris de Gomery, ça compte? Car selon son propre CV en ligne, elle représentait la firme Polygone/Expour à Gomery. Et cette firme a reçu plus d’un million de $ en commandites pour deux salons qui n’ont jamais eux lieu. Vous devriez vous gardez une petite gêne dans vos insultes.

    • @maniacs,11h32: 2800……???????

      Oui.

      Coderre, a dit lui-même que c’était pour ça que sa liste de donateurs
      n’était pas à jour……..trop de monde!!!!!!

      Très facile pour le PLC-PLQ de réunir tout ce monde.
      Additionnez à cela le 1000 personnes à la TOHU.

      Louise April(Laloue)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité