Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 16 août 2013 | Mise en ligne à 8h40 | Commenter Commentaires (186)

    Hausser la taxe sur l’essence? À court terme, oui…

    587806-file-station-service-costco-montreal

    On me reproche, dans mon dernier billet, de prôner une solution complexe (le péage) alors qu’il en existe déjà une (la taxe sur l’essence) qu’il suffirait d’augmenter pour financer le transport en commun et réduire la motorisation.

    Vrai que la taxe sur l’essence a ses avantages. En plus de sa grande simplicité, elle est équitable, efficace et basée sur le principe du pollueur-payeur.

    À court terme, donc, c’est la voie royale pour financer le développement du transport collectif, avec l’immatriculation. Il faut donc, d’abord et avant tout, hausser ces derniers pour offrir une solution alternative à l’auto, comme le demandent Montréal, la CMM et tant d’autres organisations.

    Une fois cela fait, par contre, il faut s’appuyer sur autre chose que la taxe sur l’essence, car celle-ci possède plusieurs inconvénients qui limitent son effet à long terme. Et c’est ce qui me pousse à suggérer le péage à la distance parcourue sur les autoroutes de la région.

    D’abord, la taxe est dégressive, ce qui la rendra de moins en moins performante : le parc auto a beau croître, l’efficacité énergétique des véhicules augmente elle aussi, de même que la popularité des autos hybrides et électriques. Cela aura donc inévitablement un effet à la baisse sur la consommation d’essence, et donc, sur les revenus de la taxe sur l’essence.

    En outre, la taxe sur l’essence est peu visible, ce qui limite son effet sur la motorisation et l’étalement urbain. Les automobilistes s’habituent en effet aux changements du prix à la pompe, qu’ils voient comme une obligation à laquelle ils ne peuvent échapper.

    Une étude de Statistique Canada réalisée il y a quelques années montre d’ailleurs à quel point la taxe sur l’essence a peu d’effet dissuasif.

    De 1994 à 2002, le prix de l’essence a joué au yoyo. Il a augmenté jusqu’en 1997, puis il est retombé dans la foulée de la crise qui a secoué l’Asie en 1998. En 1999 et 2000, le prix est remonté, puis le ralentissement de l’économie mondiale l’a obligé à replonger jusqu’en 2002, année où il a recommencé sa vertigineuse ascension.

    Effet sur les ventes de véhicules? Aucun. Ou si peu.

    «La montée du prix a ralenti la croissance des ventes en 2000, mais depuis, la croissance annuelle a été en moyenne de 1,7 % et il n’y a pas eu de signes de ralentissement même lorsque le prix de l’essence a monté en flèche en 2004», faisait-on remarquer à l’époque (hélas, l’étude n’est plus sur le web).

    Si l’objectif de Montréal et de la CMM est véritablement de développer le transport en commun pour limiter l’étalement urbain et réduire le recours à l’auto-solo, la taxe sur l’essence est un incontournable, à court terme. Mais elle doit, à plus long terme, s’accompagner d’une mesure plus prometteuse. Pour ne pas dire plus musclée.


    • Une hausse des taxes sur l’essence équitable?? je rêve j’espère? les automobilistes devront payer (encore!) pour une bébelle qu’ils n’utilisent même pas? M. Cardinal, nous n’avons pas la même définition de l’équité. Quand aller vous comprendre que beaucoup n’ont d’autres choix que de prendre leur voiture? Je vais porter mes enfants (3) dans deux écoles différentes et une garderie, ma conjointe à son travail et je me rend ensuite à mon travail. Je pourrais faire ça en autobus? On ose me traiter de pollueur avec mon petit 4 cylindres? Incroyable…

    • @ jeffmorin99

      Je comprends tout à fait que certains soient obligés de prendre leur voiture. Mais la taxe sur l’essence n’en est pas moins équitable en ce qu’elle suit le principe du pollueur-payeur, de la même manière que la taxe sur le carbone par exemple.

      François Cardinal

    • À moins que je me trompe, en me référant aux derniers billets qui ont précédé celui-ci, toute cette polémique porte principalement sur les problèmes de congestion automobile et la polution sur l’île de Montréal. Certes, la taxe sur l’essence existe déjà et sert (ou devrait) servir aux fins énoncées. Or, l’augmenter ne me semble pas une bonne idée: pourquoi faire payer toute la province pour un problème qui est localisé (Mtl)? Ce n’est pas juste pour les contribuables qui vivent dans d’autres régions. Il faut penser plus large. Il y a certes les péages mais il existe d’autres approches comme fermer certains quartiers à la circulation automobile (zones fermées comme Manhattan ou encore Londres).

    • @fcardinal

      je suis sensible à votre argumentation qui est très logique. Par contre, la taxe sur le carbone, pour laquelle je suis tout à fait favorable, fait payer des compagnies qui font des profits en polluant. Je ne fais pas de profits en faisant le “taxi” pour ma famille. Je gagne ma vie.

    • Depuis quand une taxe est équitable? C’est régressif puisqu’elle est la même pour tout le monde, peu importe leur revenu. Ce n’est pas l’étiquette pollueur-payeur (qui ressemble à celle d’utilisateur-payeur) qui vient changer cet état de fait.

    • @ greflechi

      La taxe sur l’essence demandée par la CMM ne toucherait que la région de la CMM. Les automobilistes de Rimouski ne payeraient donc pas pour régler la congestion à Montréal.

      François Cardinal

    • @ jeffmorin99

      Bon point. Mais dans le cas de la taxe sur l’essence, elle sert plutôt à «régler» un problème. Elle touche donc ceux qui sont à l’origine de la congestion, de la pollution et de l’étalement urbain.

      François Cardinal

    • En toute équité pour les autres produits de consommation, le prix de l’essence devrait être indiqué avant taxes et toutes les taxes payées devraient ensuite être indiquées sur la facture.

      En toute équité également, puisque l’essence, le tabac et l’alcool sont sujets à des taxes additionnelles, il est important d’instaurer une taxe additionnelle sur le sucre. Il y a d’ailleurs un très bon article dans National Geographic sur le sucre ce mois-ci. En passant, comme l’insinuait jeffmorin99, l’essence est un produit essentiel pour de nombreuses personnes alors que le sucre, l’alcool ou le tabac ne le sont absolument pas.

    • Attendez, le principe est de faire payer le pollueur-payeur pour qu’il utilise le transpire en commun, dans un souci d’environnement et ensuite vous argumentez que la taxe sur l’essence ne paye pas sur une auto électrique donc il faut taxer le kilométrage parcouru même avec une auto-électrique. L’idée n’est-elle pas justement d’encourager l’exploitation des mode de transport peu ou non polluants?? La taxe sur l’essence, même si on est ÉCOEURÉ des augmentations récentes (taxes scolaires, électricité, maintenant les services en pharmacie et les taxes sur l’essence) reste à mes yeux l’incitatif par excellence au développement du parc automobile électrique et à l’avancée de ses technologies.

      Je vis et travaille sur la rive-sud et je devrais financer le transport en commun pour Montréal?? Qu’ils augmentent les taxes du gaz sur l’île de Montréal pis nous foutent la paix…

    • Non non non et re-non. Faut arrêter un moment donné de chercher à augmenter les revenus et plutôt maitriser les dépenses . Ca n`a aucune allure de vouloir imposer une autre taxe ou un péage c`est pas compliqué. Faut apprendre à vivre avec le cadre qu`on s`est donné et avoir le courage de revoir dans nos acquis ce qui doit changer.

      Soyons honnête là. Est ce que une ou l`autre de ces initiatives va regler le problême ne serait ce qu`à moyen terme ? On connait la réponse et la réponse c`est non et on devra dans 2, 3, 5 ans retrouver une autre brillante idée.
      C`est devenu que les véhicules moteurs sont considérés comme des plaies et qu`on veut les taxer jusqu`à ce qu`ils s`écoeurent .C`est peut être tres idéaliste et environnementaliste friendly mais c`est pas la réalité et surtout ca fait fuir les résidents.

      Voici donc petit résumé des couts de l`automobiliste.Cout du véhicule + frais d`immatriculations annuels,frais de permis de conduire,frais d`assurances,frais de carburant, constitué déja en majorité de taxes de toutes sortes,frais de stationnements,frais de parcomêtres et maintenant postes de péage,taxe à l`usage ou taxe supplémentaire sur l`essence ?

      Ben voyons donc ! Pendant ce temps de la poche gauche madame Charbonneau me dit que je me fait flouer à pleines portes par l`industrie de la construction et le systeme politique en place ! C`est génial !

      Un moment donné faudra comprendre que ce n`est pas si coloré que cela de dire qu`il existe un monde à l`extérieur du plateau et que dans la vraie vie la ville de Montréal se vide justement à cause de ces initiatives qui font en sorte que le véhicule automobile devient de plus en plus indispensable alors l`objectif visé par le CMM atteint l`objectif inverse.

      Oh vous les fameux penseurs de Montreal êtes vous allés récemment à Boisbriand,Beloeil, Chateauguay et ou sais je encore ? Dites moi que ca ne grossit pas à vue d`oeil et surtout demandez vous pourquoi.

    • M. Cardinal, les automobilistes de la région métropolitaine contribuent déjà à une taxe sur l’essence et aussi en droits d’immatriculation supplémentaires pour financer un système de transport en commun éternellement déficitaire. Le principe de la taxation sur l’essence est équitable mais les utilisateurs n’ont pas non plus une capacité infinie de payer. La SAAQ monte ses tarifs, Hydro aussi, la taxe santé, l’assurance-médicament, la récente hausse de la TVQ ne sont que trop d’exemples où le gouvernement vient piger dans nos poches sans toutefois pouvoir nous garantir que cet argent est optimalement dépensé. Je travaille sur la rive-sud à 20 minutes de chez moi et je m’en considère très chanceux. Cependant, si je voulais migrer vers le transport en commun, il me prendrait plus de 2h30. Ce n’est pas donc certainement pas une option. À gauche et à droite nous pouvons en apprendre sur les salaires ridicules qui sont versés à certains chauffeurs de la STM (plus de 85 000$). Il serait intéressant de commencer à assurer une saine gestion avant de venir ENCORE piger dans les poches des contribuables

    • Mais oui quelle bonne idée d’augmenter les taxes à intervalles réguliers et à petite dose, ça passe tellement mieux. Et pour masquer l’incompétence des gens en place dans la gestion des fonds public et pour ajouter une touche de vertu à l’exercice quoi de mieux que de mettre en avant-plan l’environnement. C’est vrai, osera s’objecter à la préservation de l’environnement.

      Je n’aurait pas d’objection à payer plus de taxes et d’impôt si au moins je pouvait voir des résultats tangibles. Des routes de bonnes qualité qui ne ressemblent pas à des zones de combat, des hôpitaux où nous serions traités dans des délais raisonnables comme dans des pays similaires au nôtre, des systèmes de transport en commun efficaces et modernes, etc..

      J’en ai franchement marre de toujours payer plus et voir mon argent aller dans les poches d’entrepreneurs qui gonflent les coûts de leurs travaux avec la bénédiction de fonctionnaires et d’élus verreux, de payer plus pour le transport en commun et ne voir aucune amélioration du service et du réseau, de payer pour des commissions dont les rapports finissent sur des tablettes ou dont les conclusions sont d’augmenter les taxes et impôts.

      Alors M. Cardinal, je vous pose la question, à part d’augmenter systématiquement les taxes et impôts, quelles autres solutions seraient possibles?

    • NON…

      Aucune hausse sur rien du tout ! Les québécois sont assez taxés comme ça ! C’est fini les folies !

      Je propose même pour contrer vos aspirations haussières, la création du MAT ! Pour vous mettre en échec, ainsi que les taxeux et les impôsitionneux qui pensent comme vous.

      Oui au MAT : le Mouvement Anti Taxes.

      Commencez donc par régler les problèmes d’accès dans les hôpitaux, plutôt que vous en prendre à celles et ceux qui utilisent des bagnoles, pour financer des éléphants blancs.

      Assez c’est assez !

    • Bonjour, je paye présentement $150 par mois pour rester debout dans un train de banlieue. Avant de demander plus, un grand ménage s’impose puisque une bonne partie de toute hausse de frais pour le transport en commun ira à augmenter les salaires ($80,000 comme chauffeur d’autobus) et fonds de retraite des employés de la STM, STL, Rive-sud et AMT; au lieu d’améliorer les services.
      Vous n’êtes pas en faveur d’une hausse de taxe sur l’essence puisque ça pousse les gens à voyager moins et acheter des véhicules moins énergivores (ce qui est une bonne chose), mais votre proposition poussera aussi les gens à voyager moins ce qui engendrera une baisse de revenus à long terme.

    • @ nicolasmoisan

      Juste une précision: les automobilistes de l’île payent un surcoût de 45 $ sur leur immatriculation, mais pas les ceux de la banlieue.

      François Cardinal

    • J’aimerais rajouter que des taxes à court terme, ça n’existe pas. Le gouvernement se fera un malin plaisir à réinvestir ces fonds ailleurs une fois les tâches terminées. Parlez en aux fumeurs avec la fameuse taxe pour le stade

    • M. Cardinal, savez-vous que les chauffeurs d’autobus de la STM bénéficient d’une retraite avec 100 % du salaire après 33 ans de service, sans compter que leur salaire est très élevé eu égard à la difficulté de leur tâche? N’est-ce pas une indication très claire que nous sommes déjà surtaxés ou que ceux qui administrent les transports en commun gaspillent les fonds publics?

      Vu ces abus évidents, on pourrait argumenter qu’une baisse de taxes serait nécessaire pour obliger ces administrateurs à plus de rigueur administrative, en tout respect pour ceux qui travaillent à la sueur de leur front.

    • @ sadri_e

      Y a-t-il une autre solution? Je posais justement la question sur mon blogue, après avoir énuméré les différentes solutions.

      http://blogues.lapresse.ca/avenirmtl/2012/05/05/vous-etes-au-pouvoir-vous-faites-quoi/

      François Cardinal

    • Les taxes sur l’essence augmentent CHAQUE ANNÉE:

      “Le gouvernement de Jean Charest avait en effet décidé de hausser le prix de l’essence de 4 cents en quatre ans, à raison d’un cent dès le 1er avril 2010, puis d’un cent à chaque 1er avril jusqu’en 2013 pour financer le développement du transport en commun et l’amélioration des routes.”

      Faudrait peut-être l’augmenter aux 6 mois?

    • @ noirod
      Tout a fait d’accord avec toi.
      Nos gouvernements ne comprennent pas qu’il faut arrêter de taxer, qu’ils doivent réduire les dépenses et stimuler l’économie. Malheureusement on voit encore que ce n’est pas les journalistes montréalais qui vont les rammener à l’ordre. Et encore une fois le reste de la province va finir par payer pour leurs lubies.

    • le problème avec le transport en commun est que c est un gouffre `avaler de l argent qui ne produit rien de bon , encore hier une panne `l heure de pointe qui a fait que deux de mes clients n ont pas pu venir donc perte de revenus pour moi , chu tanné de payer pour cet ogre

      Albert bela

    • Bon point. Mais dans le cas de la taxe sur l’essence, elle sert plutôt à «régler» un problème. Elle touche donc ceux qui sont à l’origine de la congestion, de la pollution et de l’étalement urbain.

      donc tout ce que nous avons à faire pour r`gler le problème et de sacrer notre camp de Montréal

      albert bela

    • @ François Cardinal

      Ce que je ferais? Je n’ai pas la prétention de tout savoir et ce n’est pas une solution mais plusieurs solutions cohérentes qu’il faudra trouver. Cependant, si j’en avais les moyens je demanderai au gouvernement, au patronnat et aux syndicats de s’assoir ensemble et de réviser le code du travail. À mon avis le code du travail actuel est dépassé et n’est pas adapté aux conditions économiques actuelles. L’argent ne nous sort plus pas les oreilles comme dans les années 60. L’idée n’est pas de revenir en arrière avec un capitalisme sauvage où les employés n’auraient pas de droits. Mais comme l’a écrit nicolamoisan payer $ 85,000 pour un chauffeur d’autobus (sans compter les coûts à supporter lorsqu’il sera à la retraite) est ridicule. Le contrôle des coûts dans le secteur public est à mon avis l’élément central du coup de barre à donner. Consolez-vous nous ne sommes pas les seuls. Je reviens de Grèce et au cours d’une discussion avec notre hôte je lui demandai quels étaient les problèmes de la Grèce. La corruption et l’inefficacité du secteur public furent sa réponse. Un ministre allemand récemment en visite en Grèce avait affirmé qu’en Allemagne, pour un même ouvrage, cela prend trois fois moins de temps qu’en Grèce. Un autre grec me disait trouver anormal qu’un chauffeur d’autobus à Athènes puisse gagner jusqu’à 100,000 euros alors que sa femme titulaire d’un diplôme universitaire en finance et polyglotte ne faisait pas autant d’argent. Ça me fait penser au Québec.

    • @garsdequebec

      visiblement même avec des augmentations de taxes régulières sur l’essence, celle-ci n’est pas encore assez chère pour changer les mentalités quant au développement de nos villes et surtout banlieues.
      Encore trop de personnes font le choix du transit auto-solo >50km aller/retour tous les jours, le tout pour avoir une maison avec un bout de gazon et 200pi² de + que ce qu’ils pourraient se payer en ville.

      Et que les banlieusards réfléchissent à 2 fois avant de critiquer le fait qu’on souhaite les taxer pour financer le transit dans la région métropolitaine; les routes, viaducs, réseaux d’aqueducs, hopitaux et autres services qu’on a construit de + en + loin de la métropole ne l’ont pas été uniquement grâce à leur compte de taxe municipal… les “méchants” montréalais ont grandement contribué à la caisse pour ces développements toujours + éloignés, sans nécessairement qu’on leur demande leur avis.

    • @ tous, ne perdez pas votre temps à tenter de convaincre M. Cardinal d’arrêter de faire le “cheerleader” pour des augmentations de taxes et d’impôt, il n’y a rien à faire de ce côté là, c’est une question idéologique.

      Je suis quand même fasciné de voir que son idéologie pro-taxes est encore plus forte que son idéologie “verte”: il argumente maintenant qu’une taxe sur l’essence c’est pas bon, car ça encourage les gens à acheter des véhicules à faible concommation d’essence! WOW!!!

    • Je suis économiste de formation, de déformation, selon certains. Comme nos politiciens, les intentions de Monsieur Cardinal, j’en suis sûr, sont louables. Toutefois, il existe une limite, une frontière de taxation surtout en ce qui concerne les biens inélastiques. Nous en avons eu l’expérience avec le tabac par exemple. Passer un certain point, vous invitez les contribuables utilisateurs au resquillage et à l’entrée en masse du crime organisé. Cette affirmation est d’autant plus vraie, si les taxes prélevées manquent de traçabilité, que les percepteurs et les gestionnaires des fonds publics sont également non imputables.
      Le citoyen va tolérer des ponctions répétitives s’il est en mesure de faire un lien entre son travail sacrifie et l’amélioration d’une route, la qualité de l’enseignement donner à son enfant, l’amélioration du réseau de transport en commun, une amélioration de la qualité de l’air ambiant etc…
      NM

    • Est-ce que quelqu’un a pensé à mieux gérer les dépenses, y compris revoir les conventions collectives s’il est vrai qu’un chauffeur peut faire 85 000 $ par année et recevoir une pension correspondant à 100% de son salaire, avant de considérer une hausse de taxes?

    • Je commente rarement sur ce site, mais là encore une fois la solution simpliste et facile. Nous sommes sur-taxés au Québec et encore une fois on veut nous imposés une augmentation de taxes.

      Il y a un problème beaucoup plus profond que simplement un manque de financement avec les transport de Mtl, il y a un clair problème de gestion et de structure. La STM est envahi par des syndicats qui tiennent la population par les couilles quand leur convention vient à terme et nous nous retrouvons aujourd’hui avec des avantages sociaux et salaires parfois démesurés versus la capacité de payer des Québécois. Des salaires de 80 000 pour les chauffeurs d’autobus, les mécaniciens aussi. Des journées de congés à pu finir, 8 semaines de vacances, etc… On est victime des mauvaises décisions du passé mais un moment donné faut mettre fin à cette mauvaise spirale

      Finalement sur le concept de pollueur payeur, je crois que nous les automobilistes ont fait largement notre part. On contribue au développement du transport en commun par une taxe sur l’essence et par des droits supplémentaires sur nos immatriculations. De plus la taxe sur le carbone, qui pensez-vous qui la paie? ben oui encore nous car c’est sur que les pétrolières nous la refile sur le prix de l’essence, il faut être dupe pour croire le contraire. À un moment donné, si ça suffit plus, bien qu’on revoit les façons de faire des transports en commun. Vous parlez de pollueur-payeur, pourquoi pas aussi regarder le principe d’utilisateur-payeur. je n’ai pas fait de recherche là dessus, mais est-ce que nos tarifs sont équilibrés? je pose la question

    • Je crois qu’à la base il faut premièrement que la population reconnaissent les besoins de Montréal.

      Si on s’entend sur les buts à atteindre puis sur les moyens, par la suite le financement se fera d’une façon ou l’autre.

      D’après moi, nos politiciens nous ont habitué à ne pas relier les buts avec les projets et le financement…

      On se ramasse donc avec une “wish list” irréaliste et une liste de réalisation aléatoire et inacceptable.

      Bernard Théroux
      Hochelaga
      Hote du DEB 2013
      On se ramasse donc avec une “wish list” irréaliste et une liste de réalisation inaceptable.

    • Peut-être que pour rendre plus efficace, sur le plan financier à long terme, notre réseau de transport en commun, il faudrait pousser les modèles d’autobus utilisant du biogaz, comme en Suède?

      Voici un extrait d’une émission française qui montre l’exemple de Stockholm

      http://www.youtube.com/watch?v=DtzEA9uqqIs&feature=share

    • Non. Point final. Pas d’augmentations de taxe sur l’essence. Par principe, en ce qui me concerne, puisque je n’ai plus de voiture depuis trois mois. Mais il y a des limites à tout et les citoyens ont atteint le point de rupture en ce qui concerne la taxation. Et ne me demandez pas, monsieur Cardinal, ce que je ferais à la place. Je ne fais pas bénévolement le travail des politiciens et des fonctionnaires qui, eux, sont payés pour trouver des solutions. Si j’avais l’idée du siècle, je poserais ma candidature aux élections municipales…

      Je serai d’accord avec une hausse de la taxe sur l’essence quand on m’aura démontré que les dirigeants de la STM font tout pour contrôler les coûts… ce dont je doute très fortement. C’est toujours plus facile de réclamer de l’argent en geignant un peu, comme l’a fait Réal Ménard cette semaine en lançant allègrement des milliards en l’air, plutôt que de faire des choix difficiles et, surtout, de gérer avec rigueur. Il me semble que le fiasco financier du train de banlieue de l’est de Montréal aurait dû servir de leçon.

    • Si le principe d’utilisateur/payeur est bon pour les automobilistes, ne serait-il pas temps de l’appliquer un peu à tout le monde?

      Je connais l’importance du transport en commun, mais l’argument toujours utilisé pour augmenter de plus en plus le fardeau des automobilistes me fait tiquer. Un partage des coûts entre utilisateurs du transport collectif et automobilistes ferait passer mieux la pilule.

      De plus, comme vous le mentionnez souvent, c’est qu’il faut des solutions alternatives, proposées AVANT l’instauration des péages et imposition de taxes. Vous y croyez vraiment par contre? J’ai plutôt l’impression que nous finirons par avoir le couteau sous la gorge et que le transport en banlieue ne se développera pas suffisamment pour devenir une alternative à la voiture.

    • Surpris de voir qu’un chauffeur d’autobus fera un salaire maximal plus élevé qu’un enseignant
      (76 000$ en 2014)…

    • Quand les contrôleurs aériens ont demandé des conditions salariales exagérées, Ronald Reagan a mis à la porte tous ceux qui ont renoncé à retourner au travail. Qu’on ne vienne pas me dire que contrôleur aérien est plus facile ou moins important que chauffeur d’autobus.

      Si, dans le cas ou des chauffeurs d’autobus refuseraient de retourner au travail après qu’on leur ait offert des conditions de travail en accord avec leur compétence et la difficulté de leur travail, vous croyez vraiment qu’on aurait des difficulté à trouver des gens capables de conduire un autobus (plus facile que faire des livraisons en camion ou faire le taxi, qui exige de connaitre des adresses)? Allons donc!

      Les conditions de travail sont tellement exagérées à la STM que quand quelqu’un devient chauffeur d’autobus, il considère avoir gagné une sorte de gros-lot: sa carrière est faite jusqu’à la mort. Il sait qu’à moins de devenir complètement délinquant ou décérébré ll va garder son emploi facile (aucune adresse à connaitre, aucun change à donner, juste faire des allers-retours sur le même trajet (très souvent dans des rues quasi désertes) assis sur un siège très confortable, même pas besoin de changer de vitesse, la transmission est automatique, ce qui accroit la consommations d’essence et les couts de l’autobus!

    • La taxe sur l’essence ne sert pas à combattre la pollution. Ce n’est qu’un autre moyen de renflouer temporairement le panier percé de la STM. Plus on donne d’argent au gouvernement, plus on encourage la corruption et aucun problème ne se règle. La roue de la corruption tourne sans cesse grâce aux politiciens et lobbyistes, il faut leur couper les vivres.

      Il faut privatiser la STM et laisser le libre-marché faire son oeuvre; hausse du prix des titres de transports, coupures dans la bureaucratie et envois massifs à la retraite suivis de l’élimination du fonds de pension pour les nouvelles embauches. Garanti que si on continue à voir des chauffeurs à 135 000 $ par année et des employés d’entretien à 120 000 $ par année, la STM fermera ses portes rapidement.

    • Bonjour,
      C’est la folie depuis plus d’une semaine, l’automoblile est de trop à Montréal payer de nouvelles hausses de taxes, augmenter les contraventions, faire des payages, etc etc pour payer le déficit futur de la STM de 790millions par année… les futurs maires, les études tout dit que la chose la plus facile est d’augmenter les taxes sur l’essence.

      Pendant ce temps c’est rare que j’entends chialer un employé de la STM avec leur convention en béton ils rient tous de nous ahahahahah je pense que la seule chose qui n’est pas payé c’est leur sous-vêtements… COMMENCER par couper et gérer comme une vraie entreprise privée ensuite nous verrons. Il serait temps de déchirer cette convention collective et en refair eune autre adapté à 2013. De mon côté, je paye mes lunettes soleil, je paye mes souliers, je paye mon linge, j’ai pas de gym à mon travail etc etc etc.

      Se serait vraiement génial de trouver de nouvelles idées de financement et de laisser les automobilistes en paix.

      Voulez que Montréal devienne un 2e DÉTROIT ????

    • WOW! M. Cardinal, je suis impressionné… quelle bonne idée! Vous avez trouvé cette merveilleuse idée tout seul! Difficile à croire, vous avez surement eu de l’aide. Moi la taxe je l’utiliserais pour faire le ménage de votre ville, je suis aller visité votre vieux port je vais vous dire il porte bien son non…c’est une vraie honte à voir… sale non je dirais plus crotté, les trottoirs complètement détruit, WOW! Tout un attrait touristique, laissez le transport en commun un peu et investissez sur le reconstruction de votre MÉTROPOLE!!!!! Trouvez nous une autre idée génial mais cette fois pour rebâtir votre ville.

    • Je suis un chaud partisan du tranport en commun. Je vis à Montréal et je peux en profiter. Néanmoins, si j’étais en banlieue, je trouverais cela moins intéressant. Le transport en commun n’est pas aussi développé (de la banlieue vers la ville). Donc, souvent c’est la voiture qui reste le meilleur choix (j’imagine…). Je comprends qu’on veuille que les citoyens fassent leur part par le biais de toutes sortes de contribution. Mais si on veut que les citoyens y croient, il faudrait qu’il y ait amélioration des services en quantité et en qualité. Les autres paliers de gouvernement doivent donc contribuer pour des investissements majeurs. Plus il y aura de services, plus les gens vont les utiliser, plus ils voudront y contribuer. Comme les saucisses: plus de gens en mangent, plus elles sont fraiches; plus elles sont fraiches, plus de gens en mangent…
      GTremblay
      Montréal

    • @mathieun: et une pension à vie d’environ $ 75 000 par an s’il prend sa retraite à 55 ans ( et a commencé à travailler comme chauffeur à 21 ans); ou s’il prend sa retraite à 60 ans et a commencé à travailler à 26 ans. C’est insulter le payeur de taxes que de lui demander de payer encore plus quand on sait cela. Tenir un volant et peser sur une pédale, nous faisons cela tous les jours. Cette tâche n’est nullement difficile et elle exige très peu de compétences pour être faite.

    • @boisdort
      En banlieue, c’est trop long car tout est ramené au Métro. Moi, un express sur Papineau du nord au sud me prendrait 40 minutes au lieu de 80 minutes par bus-métro1-métro2-marche. Ca prend de meilleures routes.

      @honorable
      Trouvez donc des solutions plutot que de continuer à marteler sur le même clou.
      La job de chauffeur est plus difficile que vous ne le croyez et est bien plus stressante.

    • @boisdort,
      pas besoin de vivre en banlieue, vivez à Pierrefonds, qui est un arrondissement de Montréal et vous allez vite comprendre que le transport en commun et très lion d’être pratique!

    • Dès que l’on parle du financement des transports en commun, certains, inévitablement, parlent des conditions salariales de la STM, en suggérant sans subtilité de couper là.

      Le problème, c’est que la STM a de la difficulté à attirer et retenir assez de bons employés. En coupant dans les conditions de travail on ne fait une si grosse économie, car les employés dépenses ici,dans la région, et paient des taxes et impôts, mais en plus on pénalise le service.

      Une taxe sur l’essence permet de lever des fonds rapidement, mais ce n’est pas suffisant. Il faut améliorer le service et ça demande des fonds plus important et à long terme.

      Comme le dit M. Cardinal, les voitures consomment de moins en moins. Pourtant leur impact sur le réseau routier va en augmentant, car les voitures consommant le moins d’essence sont aussi les plus lourdes de leurs catégories. Des piles électrique, c’est lourd. Un moteur diésel est plus lourd qu’un moteur à essence.

    • Pensez-vous sincèrement que les automobilistes ne font pas déjà leur part, M. Cardinal???

      Comparativement à une personne qui ne possède pas de voiture, le “pollueur”, lui, a acheté une voiture sur laquelle il a payé la taxe de vente; il doit payer pour immatriculer sa voiture; il paie des montants faramineux de taxes sur l’essence. Et vous voudriez en plus augmenter son fardeau? Et je ne parle pas des compagnies de transport qui refileront la facture de cette augmentation à tous les consommateurs, qu’ils soient automobilistes ou non!!!

      Et si on parlait de l’utilisateur-payeur? Si le transport en commun n’était pas déjà subventionné à qui mieux mieux par ceux qui ne l’utilisent pas, combien vous pensez que les utilisateurs devraient débourser pour le service??

    • on paie déjà plus de 67% en taxes sur le montant de l’Essence…pourquoi les automobilistes devraient financer le transport en commun? on veut nous faire avaler la notion de péage, malgré que c’est illégale à la base, avec des notions «payeur/utilisateur»…alors que les usagés du transport en commun paie le plein prix pour leurs services…c’est pas à la société en générale d.en faire les frais…c’est pas un droit que d’Avoir accès au transport en commun, mais d’Avoir accès au routes publique ce l’est. On ne peut donc pas interdire l’accès aux routes et exiger une sommes quelconques pour vous en autoriser l’usage…

    • Le monde vont taper sur ce qu’il est le plus facile et la proie qui ne se défendra pas ou Presque. La on vise que l’auto…l’auto…l’auto….l’auto…. Les industries elles ??? Les navires qui consommes je ne sais trop combine de litres ça pollue pas ça ??? et les avions qui vole dans les airs et qui pollue directement dans la couche, ça c’est hyper non polluant?? Non, il y a juste l’auto.

      Il y a juste ça qui pollue. Mais posez donc une question, quand l’auto deviendra moins polluante, soit électrique, ça va être interdit d’avoir un véhicule ?? On va être oblige de payer une taxe de kilomètres pour les pollueurs.

      Pourquoi vous pensez que la taxe du kilométrage est plus privilégiés ?? Parce qu’une fois les auto-électrique vont venir, le transport va être financer comment ?? les auto auront plus besoin d’essence donc moins de revenue de taxe. Faut bien qu’il aille la chercher ailleurs. Simple, en taxant le kilomètrage que tu parcours

      C’est pas l’auto que vous visez, c’est juste que le monde est écoeuré de voir des voiture dans le centre-ville.

      De plus, une auto, quand bien qu’elle pollue pour le moment, et un jour elle deviendra moins polluante. Que vous l’aimiez ou pas, elle est symbole de liberté et de facilité d’accès.

      Veux, veux pas, l’auto est un outil qui est plus malleable et plus précis dans ses déplacements qu’un autobus. Seulement, faut la render pas polluante, rendre le transport en commun plus adéquat. Mais pas ” enlever ” les autos. On risque de le payer très cher d’une façon ou d’une autre.

    • Cher Honorable 10h38,
      Dans le dernier paragraphe, vous venez de cerner l’essentiel du sujet. Les facteurs de production ou les intrants sont statiques et immuables. Par conséquent, il devient difficile d’entreprendre des changements ou des améliorations au réseau. Toutefois, pour le type de définition de tache décrite, c’est juste une question de temps avant que nous puissions implanter des systèmes automatisés. Ces emplois sont extrêmement vulnérables à la robotisation.
      Faisons un peu de fiction. Supposons que d’ici dix ans il était possible de construire le système d’autoroute du futur, ainsi qu’un réseau de transport en commun totalement automatisé. Supposons que toutes les automobiles se conduisent toutes seules et que l’habitacle soit à peine plus grand que quatre passagers. Supposons que les autobus soient de 3 dimensions 120, 60 et 40 passagers. Supposons que tout ce beau monde circule sur les voies pare-chocs à pare-chocs de manietre fluide et sans collisions possibles. Supposons que ces véhicules roulent sur une énergie propre et renouvelable. Supposons que la construction de ces engins soit automatisée à 98% et que l’entretien soit réduit de 75%.
      Ceci étant dit. Même si cinq savants illuminés amenaient preuve à l’appui que de telles solutions étaient possibles, je ne crois même pas que notre société irait de l’avant. A moins bien sûr que nous aurions un emploi pour les 22 millions de travailleurs en Amérique du Nord qui seraient dans la rue.
      NM

    • encore une taxe sur l’essence…solution facile mais non équitable cars cette taxe fait augmenté le prix de toutes les denrées, aliments ,vetements, etc,etc et dire que c’est le principe de l’utulisateur/payeur, laisser moi rire, je n’ais pas d’enfants mais je paye pour les CPE, et j’aurrai jamais d’enfants mais je paye pour les congé parentaux, je ne vais pas a montréal mais je vais payez avec votre principe de payage cars je doit passer par le tunnel pour allé voir ma mere sur la rive-nord, vous voulez équilibré le budget du transport en commun? faite leurs payez comme utulisateur/payeur

    • On ne vous reproche pas de prêcher pour une solution complexe.

      On vous reproche de prêcher pour enième ponction dans le porte-feuille des travailleurs alors que des choix budgétaires autres sont amplement disponibles.

    • Bonjour Monsieur Cardinal,

      Wow ! Pollueur/payeur ! Vraiment ? S’est comme si les automobilistes ne payaient pas assez pour les transports en commun et les infrastructures (immatriculations et taxes sur l’essence) mais on ne parle pas comment sont gérés ces sommes d’argents (pas très bien selon moi et demandé à CAA son opinion à ce sujet !!!). Si on se suit votre logique et celle de plusieurs écolos… on devrait augmenter encore les taxes sur l’essences, augmenter les droits d’immatriculation, ajouter une taxe sur le kilométrage entre votre lieu de résidence et le centre-ville de Mtl. Mettre des payages sur tout les ponts et les autoroutes, mettre un payage au centre ville. Après on se demande pourquoi les gens détestent Montréal ???? J’ai hâte de voir un jour l’autoroute 640 débloquer des deux bouts et faire une ceinture avec l’autoroute 30 pour contourner Montréal. Le trou de baigne sera complet et Montréal ne sera plus polluer car il se videra définitivement. Merci de votre attention

    • @gl000001,
      Bien d’accord avec vous pour de meilleures routes sur lesquelles pourront rouler des autobus. Le principe du transport en commun ne doit pas se limiter au métro. Autobus, Métrobus, tramway, etc. Ce sont des modes de transport qui existent ailleurs dans le monde et qui ont fait leur preuve….
      Je prends souvent l’autobus de l’autoparc 74 à Bromont. Il me «débarque» à Berri,… c’est vraiment très pratique. Et sur le pont, ça roule sans s’arrêter. Je ne jugerais pas pour autant les gens de la banlieue (ou de Pierrefonds) parce qu’à mon sens, les gouvernements ne misent pas assez sur le transport en commun. Préférant faire porter une grande partie du fardeau sur les utilisateurs.
      GTremblay
      Montréal

    • « fcardina

      16 août 2013
      09h31
      @ nicolasmoisan

      Juste une précision: les automobilistes de l’île payent un surcoût de 45 $ sur leur immatriculation, mais pas les ceux de la banlieue.

      François Cardinal »

      Et c’est injuste et inopportun. Ce sont les gens de la banlieue qui encombrent les ponts et ce sont eux qui devraient utiliser plus souvent le transport en commun et c’est là que le transport en commun devrait être d’abord amélioré.

    • @gl00001: enlevez le droit de grève aux chauffeurs d’autobus et vous allez voir les salaisres et pensions diminue de 30-40%. Pas sûr que leur travail est plus stressant que préparer et servir des patates frites au McDonald.

      “Le problème, c’est que la STM a de la difficulté à attirer et retenir assez de bons employés.” (simon) Cette affirmation me semble totalement gratuite. Et arrêtez de charrier avec “bons employés”. Tout ce qu’il suffit de faire est de tenir un volant et peser sur une pédale tout en conduisant à…. 50 km/h et en demeurant assis sur un siège confortable, contrairement à celui qui prépare et sert des patates frites.

    • @fcardina

      16 août 2013
      09h18

      M.Cardinal,

      c’est faux et vous le savez très bien. L’augmentation de la taxe touchera certaines autres régions par contamination.
      En Mauricie et plus à l’est, on paye autant et souvent plus que la moyenne du coût de l’essence à Montréal et cela même si vous avez déjà une surtaxe. Et ce n’est certainement pas parce que l’on est plus loin…. le Centre-du-Québec, l’autre côté du pont, paye toujours entre 0.04$ et 0.10$ le litre de moins. Transporter de l’essence à Victoriaville ne doit pas être beaucoup plus économe que de le transporter à Trois-Rivières.

    • @Lefranc : Utilisateurs-payeurs. Les automobilistes bénéficient des transports en commun parce que sans eux, la congestion serait monstrueuse et trouver un espace de stationnement serait à toutes fins pratiques un chemin de croix. Sans les TEC, il se vendrait beaucoup plus d’essence, ce qui feraient augmenter les prix radicalement.

      Je n’utilise presque plus les TEC, mais en tant qu’automobiliste, je profite beaucoup de ce système. Donc il est normal que je paie.

    • Les chauffeurs d’autobus de la STM sont largement surpayés pour des raisons analogues à celles pour lesquelles les travailleurs américains de l’automobile étaient surpayés dans les années 50, 60 et 70:

      http://www.nytimes.com/2013/08/16/opinion/what-really-ails-detroit.html?smid=fb-share

      Citation pertinente: “The reason so many manufacturing-sector workers in the United States received such high pay at that time was not that they had exceptional skills or had received superior training; it was that the corporations for which they worked were unsurpassed in their dominance and generated huge revenues.”

      PS, je me concentre sur les chauffeurs d’autobus parce qu’ils sont la partie visible de la STM, mais c’est toute la structure salariale de la STM qui à révisée à la baisse pour 95 % de ses travailleurs.

      Des “solutions” comme “on augmente les taxes” ne sont que des fuites en avant qui empirent le problème. Ça prend 2 neurones pour augmenter des taxes, mais beaucoup plus que 2 neurones pour rendre les services plus efficaces entre autres en réduisant les salaires injustifiés.

    • simon_c

      16 août 2013
      11h58

      ça c’est un problème des métropole et d’urbanisation. c’est de la faute aux villes entre autres si elles n’ont pas exigé de prévoir les aires de stationnement adéquats lorsqu’elles émettaient les permis de construction. disons que Montréal en particulier est bien mal foutu, dû à un manque de visions qui remontent à plusieurs décennies dans le passé.

      De plus, on est déjà SUR-taxé sur l’Essence, et tout les reste, malgré que cette argent ne semble pas servir à quoi elle le devrait…alors comment consentir à être taxé d’avantage, comme si ça serait une solution…baliverne!

    • Monsieur Cardinal,

      La taxe au kilomètre n’est pas très avantageuse par rapport à la taxe au litre. Après tout, les litres servent à parcourir des kilomètres. Rien ne sert de dépenser pour des technologies que l’industrie locale se plairait à réinventer à fort coût.

    • Je le dis depuis longtemps, la solution est de sortir de l’ile. Je l’ai fait avec ma PME, j’ai aidé mes employé a déménagé dans la région ( pret de la frontiere américaine) depuis, tout le monde est heureux et mon roulement de personnel est proche de 0. De plus, je pais moins de taxes, moins de frais de transport ect. Ceux qui pensent qu’il n’y a qu’a Montreal qu’on peut etre heureux se trompe royalement.

    • Commentaires en vrac, qui se veulent plus constructifs que cyniques, bytheway…

      ”D’abord, la taxe est dégressive, ce qui la rendra de moins en moins performante : le parc auto a beau croître, l’efficacité énergétique des véhicules augmente elle aussi, de même que la popularité des autos hybrides et électriques. Cela aura donc inévitablement un effet à la baisse sur la consommation d’essence, et donc, sur les revenus de la taxe sur l’essence.”

      1. Je ne vois rien là dedans qui soit négatif. D’ailleurs, j’ai de la difficulté à suivre votre logique, François… On parle ici de récolter du fric de manière efficace et éprouvée, c-a-d sans ajout d’infrastructure/technologie coûteuse et lourde à gérer, donc un meilleur % de ”marge bénéficiaire” tout en poussant les gens (et les compagnies de camionnage) à choisir des solutions plus ecoénergiques. De plus, l’essence est un des rares produits de consommation qui ne soit pas stockable pour le commun de mortels, c’est à dire qu’un automobiliste Montréalais/Québécois ne peut pas facilement faire provision d’essence acheté à Plattsburgh ou Ottawa pour que ce soit rentable, à moins d’avoir une citerne dans sa cours, pis encore… Donc la taxation est difficilement contournable, contrairement à plusieurs autres produits.

      2. Ce qui m’amene au point 2. Votre prémisse dit que l’automobiliste doit payer pour le transport en commun. Je pose la question: Pourquoi? Je suis d’avis qu’il y a de la marge pour que l’automobiliste paie encore plus (pour preuve les ”minounes” qui parsèment encore nos routes) mais surtout pour avoir de meilleurs services (lire: moins que 36 nid-de-poules par kilomètre). Le transport en commun ? Je ne comprend pas le lien, désolé. Si l’usager du transport en commun ne doit pas être utilisateur payeur, alors que les gouvernement/municipalités entrent ça dans leurs dépenses courantes, tout simplement.

      3. On considère officiellement que 0,54$ du kilomètre (tout inclus) est ce que ça coûte de rouler une bagnole (source: Revenu Canada). Prenons donc l’exemple d’un utilisateur léger: 18,000km par année: 9,720$ annuellement sera ce que coûte être un automobiliste pour cet automobiliste. Ensuite, prenons l’utilisateur de transport en commun qui sort de l’île et qui a besoin d’une passe mensuelle à 121$: par année ça lui coûte 1452$.
      Bien sûr, on considère ici que l’automobiliste profite de l’autonomie ”totale”, donc il y a matière à le faire payer plus pour ça. Mais combien plus ? Bien sûr, on considère aussi que l’automobiliste a l’opportunité de transporter marchandises et passagers, donc il y a matière à le faire payer plus pour ça. Mais combien plus ?
      De mon point de vue, il y a déséquilibre (inégalité) et c’est en défaveur de l’automobiliste, qui ne devrait pas payer plus que 3 fois ce que paie l’usager de transport en commun pour son ”luxe”. Et trois fois c’est déjà beaucoup. On ne parle pas ici de rouler en Ferrari, mais bien d’avoir un véhicule sécuritaire qui mène d’un point A à un point B.

      Bottom line: ce sont les tarifs des transports en commun qui doivent être ajustés à la hausse, d’au moins 50%. Il y a de la marge pour le faire et ça ne provoquera en rien un exode des usagers vers l’automobile, croyez-moi…

    • M. Cardinal, les commerces de Mtl en train de mourir. Montréal n’est plus la grande métropole des années 70. Avec ce genre de politique, le QC de souche blanche francophone est partie rester en banlieue, de plus en plus d’entreprise installe le siège social sur la rive nord ou sur la rive sud, ou bien déménage dans d’autres villes canadiennes. M.Cardinal, c’est avec votre raisonnement, et celui de projet Montréal (toujours plus de taxe, anti-auto) que Montréal va devenir demain Détroit.

      Entrevue de Vincent Marissal à Radio X QC et je suis 100% avec V.Marissal

      http://quebec.radiox.com/article/vincent_marissal_a_mal_a_montreal

    • @tous

      Juste pour mettre les choses en perspective, voici les coûts ailleurs au Canada :

      ____________________________________________________

      Essence
      (aujourd’hui le 16 aout 2013)

      Toronto : 1.29$ le litre
      Winnipeg : 1.28$ le litre
      Calgary : 1.18$ le litre

      Montréal : … 1.45$ le litre
      _____________________________________________________

      Permis de conduire et immatriculations (coût annuel)
      (permis promenade standard classe 5 et voiture compact)

      Alberta : 101$ par année
      Colombie Britannique : 43$ par année (*)
      Ile P.E : 143$ par année
      Terre Neuve : 160$ par année
      Ontario : 89$ par année
      Nouvelle Ecosse : 108$ par année
      Saskatchewan : 113$ par année

      Quebec : … 363$ par année

      (*) En C.B les plaques ne sont payées qu’une seule fois sur le véhicule. C’est seulement le permis qu’on paye ensuite à chaque année. Reporté sur 5 ans, ça donne 63$ par année.
      ____________________________________________________

      @Monsieur Cardinal

      Nous sommes déjà “augmentés”. Au Quebec, nous payons déjà le triple (!!!) pour nos permis et immatriculations que les autres et nous payons notre essence 20-30 cents le litre plus cher que les autres.

      Le Gouvernement du Québec doit (doit) ( … doit) cesser de nous taxer toujours d’avantage et couper dans les mauvaises dépenses. La limite est déjà atteinte.

      On ne peut pas augmenter des immatriculations qui coûtent déjà le triple des autres.

      Ca suffit.

      Il faut couper.

    • (les données précédentes proviennent du site de la CAA et de geogas.info)

    • @ pierre 1957

      Quelle bonne idée! Et quand toutes les grandes villes seront vides et les campagnes pleines que suggérez-vous? Retourner peupler les villes désertées ou aller vivre en ermite dans le bois? Non mais franchement, à tous ceux qui critiquent Montréal et les grandes villes, comment croyez-vous qu’on crée de la richesse pour la collectivité? Avec une économie équilibrée dans un monde urbain et rural.

    • En fait, je suis pleinement conscient que dans notre belle sociale-démocratie Québécoise une augmentation de 20 piasses sur une carte mensuelle de metro provoquerait assurément une vague de tapage de casseroles dans la rue… Therefore pour que l’emoticus quebecus avale mieux la pilule, il faudrait présenter la chose pour que l’inégalité des frais des deux modes de transport soit évidentes: avec les % de postes de dépenses de familles-type quant aux frais de transport.

      Une famille-Montréalaise-type utilisant exclusivement le transport en commun… C’est quoi comme pourcentage de son budget total ? 3% ? 5% ? 10% ?

      Une famille-de-banlieue-type utilisant intelligement (covoiturage/partage le plus possible) l’automobile… C’est quoi comme pourcentage de son budget total ? 10% ? 15% ? 25 % ?

      Y en a probablement un des deux qui peux payer plus pour ce poste de dépense sans que ça affecte dramatiquement les autres postes importants comme le logement et l’alimentation.

      Je vous laisse deviner lequel.

    • @simon_c
      Et que dire de l’utilisateur-payeur de TEC?
      Combien croyez-vous il devrait payer en plus pour la véritable valeur des services qu’il reçoit?
      Combien croyez-vous que cela lui coûterait en plus d’utiliser une auto à la place?
      Qui pourrait dire sans rire que l’utilisateur-payeur de TEC est plus près de payer sa juste part que l’utilisateur-payeur d’automobiles?
      Il est quand même amusant ce principe d’utilisateur-payeur parce qu’il ne fonctionne toujours que pour une catégorie d’usagers.

      Pour utiliser une auto, les Montréalais paient:
      - $35M (surtaxe sur l’immatriculation)
      - $105M (taxe spéciale pour les TEC)
      - $60M (redevance sur l’énergie fossile, en théorie payée par les pétrolières hahaha)
      - $70M (hausse de taxe de 1cent par année de Jean Charest)
      Ajoutez ensuite les frais d’immatriculation habituels, le coût du permis de conduire, et les taxes sur l’essence ordinaire.
      Bref, en taxes de toutes sortes sur l’usage d’un véhicule, un ménage avec deux voitures va payer une charge d’environ 2000$ par année.

      François Cardinal est rendu qu’il tire sur tout ce qui bouge en termes d’automobiles.
      L’automobile, c’est mauvais parce que ça pollue – mais c’est dommage car elles polluent de moins en moins (et peut-être plus du tout dans un futur proche) alors il ne faut pas simplement les taxer sur les émissions. La logique étant qu’il faut absolument les punir d’exister?
      L’automobile, ça favorise l’étalement urbain? Ah, parce que développer les TEC dans toutes les couronnes de Montréal va y changer quoi que ce soit? La population ne va pas s’étaler moins s’il y a plus de TEC, en fait, c’est probablement le contraire qui va arriver.

    • De toute façon, nous savons tous que le débat qui a lieu sur ce forum est puéril. Nous savons tous que c’est ce qui va se produire surtout étant donné que nous avons, en guise de ministre des Finances, un docteur en taxation… Ce qui est encore pire que ce que nous avions avant, si cela est possible.

    • Concrètement, ma suggestion est la suivante:

      Augmentation des tarifs de 3x le taux d’inflation annuel pour le transport en commun jusqu’à un rééquilibre Utilisateurs-payeurs. Les coûts et intérêts des nouvelles infrastructures de transport en commun seront par contre financés par le gouvernement (nous, collectivement…). Si un jour le volume d’usagers augmente (c’est le but n’est-ce pas?) alors les tarifs pour être gelés ou même baissés. Mais le transport en commun devrait définitivement aspirer à un auto-financement, ou quasi.

      Ensuite, augmentation modeste des taxes sur l’essence pour être entre le coût le plus bas trouvé au Canada et le coût moyen en Europe, par exemple. Oh wait! C’est déjà ça ? ;-) Alors égal au taux d’inflation alors ?

    • Pas juste nos élus qui sont déconnectés de la réalité

      Ceux qui font des salaires dans les 6 chiffres aussi ( ou près ) pour continuer à vouloir taxer les gens !

      Les taxes scolaires viennent d’augmenter en passant… Le coût des plaques a doublé ses dernières années..

      La solution comme plusieurs l’on indiqué ici c’est de mieux gérer ses dépenses point final.

      Qu’un élu reçoive un indemnité même s’il quitte pour un autre gouvernement c’est du gaspillage ( Pas la même donne toutefois s’il perd ses élections et se retrouve sans emploi )

      Un exemple parmi tant d’autres.

      Les gouvernements sont coupable de gaspille par-dessus gaspille par-dessus gaspille. Pourquoi voyager en première classe ? Pourquoi avoir des perdiem 2 fois plus élevé que nécessaire ? Pourquoi avoir des comptes de dépenses sans fin ?

      L’élastique un moment donner ben elle va lâcher

    • C’est innomable de voir des gens aller travailler a montreal durant la semaine et avoir son propre stationnement prive. C’est encore pire si le transport en commun est disponible pour cet individu. Et encore bien pire s’il ne partage pas sa voiture en transportant quelques collegues de travail chanque matin et soir.

      Que faire?

      Un jour, chaque voiture aura un “tracker” qui viendra donner au gouvernement vos deplacements. Ca donnera un rabais sur vos taxes. On n’est pas la encore.

      J’ai deja fais un inventaire non-scientifque des gens qui conduisait au centre-ville sur un boulevard de ma ville. Le resultat est que le conducteur moyen vers 830 am est un homme age de plus de 50 ans (sa maison est probablement paye). Il est seul dans sa voiture. Il est probablement a l’aise financierement.

    • Désolé, la taxe sur l’essence sera ‘équitable’ que quand TOUT les moyens de transports alternatifs seront disponibles et fiables.

      Vous voulez taxer ceux qui ne peuvent pas utiliser le transport en commun ou ceux dont le transport en commun les pénalisent.

      Vous faites tu 12h00 à 20h00? Tant pis pour vous.
      Vous devez visiter vos clients en dehors de la ville? Tant pis pour vous.
      Le transport en commun prend 60 minutes plutôt que 20 minutes pour une aller simple? Tant pis pour vous.
      Vous être camionneur et vous devez livrer La Presse, ou une cargaison de navet au dépanneurs? Tant pis pour vous.

      Commencez donc à dégraisser la STM et ensuite , vous pourrez demander plus d’argent.
      Là, on dirait entendre un mangeur compulsif de 500 lbs demander des services adaptés pour sa corpulences…

    • Je ne sais pas s’il faut hausser la taxe sur l’essence ou l’immatriculation ou faire des péages… Je ne suis ni comptable ni fiscaliste. Mais pour donner une chance à Montréal, je crois qu’il faudra voter pour un parti qui a une vision de ce que pourrait être Montréal à l’ère du développement durable. Présentement, je ne vois que le parti de Richard Bergeron capable de nous amener là. Oui, ça peut déranger nos petites habitudes d’automobiliste… Oui, certaines mesures peuvent déplaire temporairement à des marchands mais, en bout de ligne, nous en profiterons tous!

    • Une surtaxe à une taxe déjà existante, quelle belle idée!! Il faudrait d’abord enlever nos lunettes roses, car l’argent de cette taxe ne va pas uniquement dans le TEC (ce qui était supposé au départ)

      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201305/17/01-4652150-transfert-de-la-taxe-sur-lessence-le-plateau-recoit-la-part-du-lion.php

      Et est-ce que hausser la taxe va garantir un TEC assez efficace que plusieurs personnes laisseront tomber la voiture pour le TEC? Évidemment que non et il manquera encore et encore des $$$$ pour le TEC déficitaire….on fera quoi après? Une nouvelle taxe? Nous payons déjà suffisamment, d’ailleurs snooze à très bien élaborer son argument avec de petites statistiques comparatives.

    • Faut privatiser le transport collectif. Du moins en partie. C’est fait ailleurs et ça fonctionne. Va falloir commencer à penser différemment.

      Très jolis graphiques en première page: http://www.iedm.org/fr/node/469

      P. Lemieux

    • A mon avis le transport en commun doit etre finance par l’utilisateur.

      snooze

      16 août 2013
      12h28

      Exact. J’habite Calgary. D’ailleurs ici il n’y a pas de taxes scolaire, pas de taxe de bienvenue et la taxe municipale est 2x moins eleve ce qui m’a encourage a acheter une maison. Il n’y a pas de taxe provincial sur la consommation et l impot provincial est a 10% a partir de 17 000$.

      Il faut couper dans les services et augmenter les tarifs. La passe de bus/train est a 94$ et ca augmente 2-3% par annee. Je prefere payer ca plus cher que payer des taxes plus elevees. Le stationnement au centre ville est le 2e plus cher en Amerique. Par contre, c’est gratuit apres 6 p.m et gratuit le dimanche.

      D;ailleurs, le payeur de taxe quebecois aurait un repis si Hydro Qc vendait l’electricite au prix du marche.

    • ” ceux qui sont à l’origine de la congestion, de la pollution et de l’étalement urbain.

      François Cardinal”

      D’accord avec vous M. Cardinal! Taxons les urbanistes, les entrepreneurs et les gouvernements responsable de ce bourbier.

    • Si vous voulez mon avis, a titre de ville “modele” j’aime beaucoup le modele Houston.

      au lieu de tout mettre les jobs dans le centre ville, on delocalise les emplois dans d autres secteur de la ville = moins de congestion. Par contre, ca demande des autoroutes qui contourne la ville et des autoroute qui contourne le centre ville.

      voici un article interessant:
      http://www.forbes.com/forbes/2010/0607/opinions-houston-immigration-job-growth-on-my-mind.html

    • En France les centaines de millions de dollars que génèrent les photoradars sont répartis entre les infrastructures et les transports collectifs. À noter que ces photoradars viscéralement tant détestés au Québec ont fait chute le taux de décès a chuté de 50% en France et ailleurs dans le monde.

      Une taxe volontaire qui sauve des vies ! Il me semble que c’est une bonne idée.

      Ce n’est qu’une solution parmi tant d’autres. Malheureusement au Québec il n’y a que 20 photoradars alors qu’en France plus de 4000 photoradars sont déployés. En Finlande entre 2000 et 3000 de ces machines maléfiques surveillent les délinquants de la route.

      Seulement au Québec tant les chroniqueurs que les décideurs ne proposent jamais de solutions innovantes.

      Est-ce que les milliards de dollars que Québec va dorénavant économisé en ayant plus ou moins contré la corruption ne pourraient-ils pas servir à cette fin. Non. Nos paradigmes québécois ne nous permettent pas de croire qu’on peut générer des revenus autrement qu’e taxant, par inversion. Il vaut mieux hausser les tarifs à tous azimuts.

      Et si le passé est garant de l’avenir le gouvernement finira par employer les revenus générés par ces taxes à d’autres fins.

    • @ kfs78 Ben oui ! Notre ancien ministre des finances était beaucoup supérieur ! On sentait rien car on dompait cela aux génération futures. Bachand a mis le Québec dans le trou et seuls les namis du pouvoir en ont bénéficié. Faut pas charrier sur l`anti PQ hein ?

      @arbours11 excellent commentaire. De Montreal on pense que les gens de la banlieu apportent un poids supplémentaire à la métropole alors que c`est le sens inverse qui fut emprunté. Les montréalais ont étés chassés de la ville par toutes ces initiatives futiles et (on le constate maintenant) par toute l`incompétence et le manque de vision de son administration. C`est ainsi que des milliers se sont exilés pour un meilleur milieu de vie mais ceux là doivent emprunter une voiture pour se transporter puisque le transport en commun est déficient et le restera en banlieu.
      Et puis devons nous aborder le sujet de montreal l`anglaise ? Vade retro….

    • @ sadri_e
      Justement, cette équilibre n’existe pas. Les régions se vident et les villes sont de plus en plus engorgés. En prenant Mtl comme exemple, les gens y travaillent mais dépensent en banlieu. Donc, ils utilisent les infrastructures routieres de Mtl mais paient leurs taxes ailleurs. Comme vous pouvez le voir dans les commentaires, la majorité des gens sont contre des hausses de taxe et de plus en plus d’entrepreneurs réfléchissent sérieusement a la situation de sortir de l’ile. Ce serait un bienfait pour Mtl.

    • noirod

      C’est la classe moyenne qui a quitté Montréal, parce qu’elle n’a pas été capable de suivre la parade financièrement.

      Je ne connais personne qui aime mieux avoir une maison à Candiac plutôt que la meme maison à Westmount.

    • @noirod

      Les deux s’équivalent.

      En passant, je suppose que vous autres, au PQ, vous vous gardez une gêne quand ça vient le temps de charrier sur l’anti tout-ce-qui-n’est-pas-PQ…

    • Sans dire que le TEC doit être privatisé, car sinon il faudrait faire la même chose avec toutes les routes/infrastructures de transport, je suis d’accord qu’il y a un point d’équilibre qu’il faut observer.

      Il serait ridicule, tout le monde en conviendra probablement, d’en venir à un point où les utilisateurs du TEC seraient moins payants pour les sociétés de transport que ceux qui utilisent exclusivement la voiture à essence. Les sociétés de transport n’auraient alors aucun incitatif à augmenter leur offre de service et faire des conversions.

      C’est pourquoi, même si en pourcentage, le prix du titre de TEC à Montréal à beaucoup augmenté au courant des dernières années, je pense qu’il serait raisonnable de donner un autre bon coup de ce côté avant d’augmenter encore la taxe sur l’essence. Et les sociétés de transport, particulièrement la STM, doivent également tout mettre en oeuvre pour assurer une saine gestion des coûts d’opération. Même si ça implique quelques conflits syndicaux…

      Et d’ailleurs, la taxe à l’essence ne me semble pas être une solution viable à long terme. Qu’arrivera-t-il si d’ici 10 ans, la vaste majorité du parc automobile se converti à l’électrique? Les besoins en infrastructures routières resteraient les mêmes mais l’argent n’entrerait plus dans les coffres du gouvernement. Pourtant, cette taxe aurait atteint son objectif premier: réduire les émissions de GES.

    • À ceux qui soutienne qu’il faut “délocaliser les emplois” (on fait ça comment, en passant?), c’est un peu le modèle qui est en place dans la Silicon Valley. Et ça m’a fait penser à cet article que j’avais lu l’autre jour:

      http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201305/03/01-4647456-que-reste-t-il-de-san-francisco.php

      Résultat? Des villes comme San Francisco sont en train de devenir des dortoirs de luxe pour travailleurs fortunés qui se tapent des heures de transport chaque jour pour aller travailler en banlieue.

    • @honorable
      ” Pas sûr que leur travail est plus stressant que préparer et servir des patates frites au McDonald”
      Il y a au mioins 10 ans, j’ai lu dans LaPresse du samedi qu’une étude avait démontré que plus il y avait de gens dans le véhicule, plus le chauffeur était stressé. Je m’en rappelle bien car c’était la première fois que j’entendais parler du cortisol.. Vous êtes le scientifique (et moi, je n’y connais rien selon vous) alors faites vos recherches plutot que de lancer vos affirmations douteuses pour les faire “fitter” avec vos théories tendancieuses.

    • @bonserge
      C’est parce qu’ils l’ont mal fait. En fait, ils ne l’ont pas pas fait. Ca s’est fait tout seul, organiquement, anarchiquement.
      Si on y pense un peu, la planification peut réussir. On cible deux ou trois autres coins de la région. On oriente le transport en commun pour y amener les gens efficacement. On y place moins de parking qu’au centre-ville. Les compagnies qui iront s’y installer n’auront pas le choix de favoriser le TEC pour ses employés. Installer des douches au bureau pour ceux qui prendront leurs vélos. etc.
      Et la délocalisation fonctionne depuis longtemps. Plein de grosse compagnies ont des sièges sociaux dans les grandes villes comme New York mais les centre de recherche sont en Caroline du Nord, les centre de production sont en banlieue (profonde parfois). On utilise l’espace à bon escient. Celle qui coute cher sert aux sièges sociaux pour être près des autres sièges sociaux des partenaires. Idem pour la production et la recherche.
      Tout le modne chiale contre le Métro qui est engorgé et la phénoménale transhumance journalière et personne ne veut voir la solution évidente. N’oubliez pas que plein d’habitants de Montréal sont deux fois une heure dans la BMW (Bus, Métro, Walk). Autant sinon plus que le banlieusard dans sa BMW.

    • M Cardinal taxez tout ce qui vous chante mais ce que vous prenez d’une main vous allez probablement le perdre de l’autre.

      C’est que le Québec va mal, l’investissement privé est moribond, l’économie saigne des emplois et les consommateurs surendettées et surtaxés qui forment le principal moteur de l’économie sont au bout du rouleau. Le chômage augmente alors qu’il devrait baisser à cause du vieillissement qui rend la main d’oeuvre plus rare et à cause de la reprise aux USA où le chômage est en baisse. Bref tout ça sent bien mauvais et ce n’est probablement que le début…

      Avec tout ça les recettes fiscales ne sont plus au rendez-vous, le gouvernemenr doit faire des mise à jour au trois mois, pourtant ce ne sont pas les hausses qui ont manqué ces dernières années. Alors devinez ce qui va arriver si on étouffe encore un peu plus les contribuable…

      De fait dans les prochaines années les politiciens Québécois devront gérer la décroissance, certainement pas plus de services et ça inclut le transport en commun!

    • @ tous: Cessez de blâmer les chauffeurs et leurs salaires, le problème n’est tellement pas là (diminuer le salaire d’un travailleur de classe moyenne, qui ne fait pas partie du 1%, n’arrangera rien).

      Le problème est qu’il y a eu pendant trop longtemps, beaucoup trop longtemps, un sous-financement massif dans le transports en commun. Et aussi un manque flagrant de vision (comment n’a-t-on pas pu voir le développement de la région de Montréal dans les années 80?).

      À cause de cela, aujourd’hui nous sommes coincés comme des rats dans une souricière, on a frappé un mur ou presque.

      Je ne connais pas la solution. Il faut de l’argent, mais aller chercher où? La taxe sur l’essence? Les impôts? Je ne sais pas. Mais une chose est sûre, jamais les ménages moyens québécois n’ont été autant étouffés par les taxes pour le peu de services en échange…

      S.Larousse

    • Le mouvement des entreprises vers la banlieue ne date pas d’hier. C’est une évolution normale et même logique, cela ne signifie pas que Montréal se développera en beigne. De toute façon je connais plein de commerces et d’entreprises montréalaises qui n’engagent que du personnel qui réside sur l’ile. Légal ou pas !
      Stressant ou pas ! Comme dit Monsieur Brasseur, la population vieillit et les nouveaux postes qui se libèrent ne seront pas forcément comblés. Ils risquent de disparaitre carrément ! Soit par attrition, soit parce que la tâche sera rationalisée ou automatisée. C’est le malaise japonais !

    • Le transport en commun est en compétition avec l’automobile.

      Puisque le service est mauvais et coûte trop cher, les pseudos génies au gouvernement ont eu l’idée de taxer à fonds les automobilistes pour rétablir les forces.

      Résultat? La taxe d’accise sur l’essence devait servir à financer les TEC, la SAAQ aussi via les immatriculations, en plus des frais d’abonnement que les utilisateurs des TEC paient.

      Pourtant, malgré tout ces millions, on manque d’argent?

      Le gouvernement nous prend pour des imbéciles et donne raison à tout ceux qui disent que plus nous sommes taxés, plus l’argent se gaspille.

      Avant la police c’était pour protéger et faire de la prévention, maintenant, c’est pour donner des tickets et financer le gaspillage parce que les coffres sont vides.

      Il faudrait peut-être penser à ré écrire la définition de tâche des policiers :

      “Des contraventions. Pour Tous.”

      En fait, le Québec est à un tournant de son histoire. Soit on règle la situation budgétaire en faisant des choix difficiles mais intelligents, soit en faisant semblant que tout va bien et on continu à créer des programmes sociaux au point que les personnes en moyens vont utiliser toutes les ruses inimaginables pour se sauver de la “pizzo” provinciale quitte même à déménager ailleurs.

      Parce que le fardeau fiscale du gouvernement, c’est pas… Pour Tous.

    • @-alexandre- : l’automobiliste reçoit beaucoup de services.

      Oui ça coûte cher. Sauf qu’on flambe les milliards en infrastructures routières (4 milliards en 2013-14 et réparation majeures et nouvelles routes), que ça génère des frais de santé épouvantables, que ça requiert beaucoup de sols minéralisé (et ça, ça cause des débordement d’égout majeurs lors des fortes pluies), que ça coûte cher à déneigé et à déglacer, qu’il faut surveiller le réseau et que le bruit des grandes routes et la pollution se paye en espérance de vie moins grande pour ceux qui vivent près des routes.

      Tout ça en plus du déficit commercial.

    • On peut hausser le fardeau fiscal des gens encore un peu plus…si on veut favoriser l’exode des cerveaux, des entreprises, la hausse du travail au noir et l’évasion fiscale.

      Pourquoi pas?

      Après tout, les vieux se font vivre (pensions publiques ou privées, soins de santé)

      les jeunes aussi (habitent chez leur parents, sans enfants)

      Le fardeau est majoritairement absorbé par les actifs, ceux qui sont trop jeune pour la retraite, trop vieux pour habiter chez papa/maman. Ceux qui s’occupent de leurs jeunes enfants ou de leur vieux parents.

      Déjà qu’ils ont dû se tapper des hautes études pour avoir un job et un salaire décent, mondialisation oblige, pourquoi ne pas les faire sentir encore un peu plus “indispensables” (comprenez l’ironie)??

    • Du rapport de budget 2012 de la stm : “La STM présente un budget de 1,3 G$, soit une augmentation de 5,7 % par rapport au budget 2012. De cette augmentation, 1,5 % est consacrée à l’augmentation de l’offre de service, 1,5 % aux dépenses d’investissement, 0,2 % à l’entretien additionnel lié au vieillissement des infrastructures et des équipements, et 2,5 % à la gestion rigoureuse des ses dépenses.”
      Donc la plus grosse augmentation, environ 30 millions, va au département de la gestion “rigoureuse” des dépenses…

    • @pbrasseur : justement, si ça va mal et que le Québec est moribond, raison de plus pour lancer des grands chantiers qui vont :
      1- Stimuler l’économie
      2- Permettre de diminuer fortement le déficit de la balance commerciale.
      3- Créer des emplois ici au lieu d’en créer en Alberta, en Algérie ou en Ontario.

      C’est de l’économie de base.

    • Solution facile toujours payer plus. Il me semble que lorsque j’ai un problème budgétaire chez mois, je viens pas charger plus d’heures à mon employeur. Je réduit les dépenses inutiles. Avec les gouvernements, c’est d’aller chercher l’argent dans mes poches, sur le 65- 70 000$ par année que je gagne, combien croyez-vous qu’il m’en reste après avoir payé impôt, taxes municipales, taxes scolaires, taxes de ventes, taxes sur l’essence, immatriculation, permis. 30 000$ ? 35 000$ ? Au moins, le gouvernement sait qu’il peut toujours aller me chercher les 30 000$ qui reste. Vraiment plein mon casque de la solution miracle de taxer plus. Pas besoin de travailler si souvent avec la machine publique pour savoir que c’est un gouffre de mauvaise gestion.

      Et pour ce qui est des transports en commun, je lisais un intervenant qui maugréait contre le transport venant des banlieues… je dis à cette personne, avez-vous simplement essayer de voyager d’Est-Ouest en transport en commun à Montréal ? J’habite Ahuntsic et je travaille à un jet de pierre de l’Aéroport, qui est un pole du transport à Montréal . Avec ma voiture, le trajet me prend 20 minutes. En transport en commun ? 1h20. Alors 40 minutes ou 2h40 par jour ? On me dit depuis 10 ans que toutes les augmentations reçus sont pour améliorer le transport en commun. Désolé, je n’ai pas encore vu les effets de ces millions récoltés.

      Mais je suis chanceux. Je suis muté pour un projet au centre-ville près de Berri-UQAM pour quelques années. Et je vais prendre le transport en commun. J’ai pourtant un stationnement fourni. Et le temps de déplacement tout de même plus court en voiture. Pourquoi ? 77$ une carte mensuelle. C’est un tarif D-É-R-I-S-O-I-R-E pour ce que c’est, si bien entendu vos déplacements sont dans l’optique de développement de la ville, soit des banlieues vers le centre.

    • @simon_c

      Pour éliminer les routes, il faudrait revenir à un mode de vie en autarcie. Si on élimine les autos des routes, il faudra quand même transporter les légumes, les biens manufacturés, etc. Les routes ne couterons pas moins chère. L’élément majeur du coût d’un pont, est qu’il doit permettre le passage des poids-lourds.

      Les autos causent beaucoup d’embouteillage mais la dégradation qu’ils causent aux routes est faible comparé à celle causé par les poids-lourds, par la mauvaise construction et le manque d’entretien.

      Le salaire annuel d’un chauffeur d’autobus à la STM est d’environ $60 000. Connaissant les règles d’attribution du temps supplémentaire dans les milieux syndiqués, pour qu’un chauffeur augmente son salaire à $85 000 et plus, il fait beaucoup de temps supplémentaire et beaucoup d’autres chauffeurs ont refusés d’en faire. Ce sont des exceptions.

      Une bonne part de la congestion actuelle est causée par le fait qu’on doit rattraper des années de laxisme dans l’entretien de nos infrastructures et par un manque de planification.

      Le principe d’utilisateur-payeur sera équitable lorsqu’on l’appliquera à toute la province. Le débat est faussé par le fait que dans les grandes villes, il y principalement 2 offres de transport, soit le transport en commun et l’automobile et en région, il n’y a que l’automobile.

      Il faudrait savoir quel est le montant par personne qui est consacré aux infrastructures de transport en région et dans les grandes villes. Nous pourrions avoir des surprises. Peut-être qu’on consacre trop d’argent en région ou dans certaines régions, certains projets et réalisations sont pharaoniques. Peut-être qu’on consacre trop d’argent dans les grandes villes ou dans certaines villes plus près du pouvoir.

      On pourrait après attribuer une répartition équitable basée sur des faits et non des impressions. C’est normal que le budget soit plus gros dans la grande région de Montréal pratiquement la moitié de la population de la province y vit. Et prendre la décision de vivre selon nos moyens.

      Une grande partie des la congestion est causée par une planification urbaine inadéquate. On développe des régions où il y a peu d’infrastructure soit eau, égout, école, hôpitaux et ensuite on demande au gouvernement provincial de payer pour la construction de ces infrastructures. Si quelqu’un qui veut acheter une maison devait payer en l’achetant pour toutes les infrastructures à faire dans son coin, il pourrait comparer son choix à celui d’acheter en ville. Les choix pourraient être différent.

      La Commission Charbonneau a fait la preuve qu’en ville, on en avait pas pour notre argent et que le développement était fait dans certaines régions en fonction d’intérêts privés uniquement. Une meilleure gestion et une meilleure planification rendrait la vie plus agréable et plus économique en ville. On n’aurait pas besoin de trouver toutes sortes de méthodes pour obliger les automobilistes à utiliser des moyens de transport moins performants et moins agréables.

    • Simplement 2 choses que beaucoupe semblent (ou du moins font semblant de) ne pas voir :

      1) “l’automobiliste n’en a pas pour son argent” : pardon ? les milliards en infrastructure des dernières années ? Et ne me parlez pas de la corruption; corruption ou pas, de TRÈS nombreux chantiers ont été réalisés. La réfection complète (et nécessaire on s’entend) de dizaine de viaducs majeurs dans la région, l’entretien d’au moins une dizaine de ponts majeurs entre Montréal et ses proches banlieues, l’ajout de l’A-30, le pont de la 25… le tout sans péage nulle part sauf sur les nouvelles structures. L’automobiliste n’en a pas pour son argent, vous êtes certain ?
      Moi je vois surtout que l’automobiliste en veut toujours plus : prolongement de l’A-19, ajout de voies ici et là, plaintes contre le stationnement difficile, etc.
      Avec la complétion de l’A-30, on est rendu pas mal au bout du développement réaliste et possible du réseau autoroutier dans la grande région métropolitaine…
      Et maintenant, on fait quoi ? on construit une 2de métropolitaine à côté de la première ?

      Il est nécessaire de développer massivement l’offre sur l’île ET vers l’île pour décongestionner le tout.
      La délocalisation de business à l’extérieur de l’île peut être parfois aider pour certaines industries, et la création de “poches” industrielles à l’ext de l’île est parfois positives, mais l’essentiel de l’activité économique restera relativement centralisée, et si vous voulez mon avis, tant mieux.
      Cela est nécessaire à la vitalité de la ville, de ses quartiers. Je n’ai pas envie que Montréal se transforme en un grand dix-30 personnellement. Et je crois que de nombreux montréalais non plus.

      2) Un développement massif de l’offre bénéficiera aux utilisateurs des TCE mais également aux automobilistes qui ne pourront de manière réaliste pas faire autrement. Cela rendra la vie plus agréable en ville, mais également aux visiteurs occasionnels automobilistes.

      J’ajouterai que beaucoup ne voient pas également le bénéfice à + long terme pour tous; les TCE sont indispensable au développement économique à venir de Montréal et de ses proches banlieues. On dirait que beaucoup doutent de cela. Le modèle de vie US auto-boulot-bungalow n’est aujourd’hui plus la panacé à bien des égards, je ne vais pas en faire la liste, François (et de multiples urbanistes) en a fait la preuve plus d’une fois dans ses chroniques.
      Ceux qui ont quitté pour le 450 que les gouvernements successifs ont subventionné à grand frais semblent tomber parfois en bas de leur chaise : quoi ? l’essence ne restera pas éternellement à 50c / l ? quoi, le gouvernement arrête de subventionner ma commission scolaire et me refile la facture ? Je ne dis pas que toutes les augmentations sont toujours justifiées et qu’aucune rationnalisation des dépenses ne doit être faite, mais j’en ai mon voyage d’entendre des banlieusards se victimiser non-stop.
      “je n’ai pas le choix car…”
      Souvent il y a le choix, c’est simplement que on refuse de tirer un trait sur un bout de gazon, une piscine, un second véhicule et (peut-être) 200 pi2 de plus dans la maison.
      Et on voudrait se rendre en 15 minutes en auto au centre-ville… aujourd’hui cela ne fonctionne plus, finito, nada, niet. Le réseau n’est plus capable de l’absorber.

      Il faut repenser le développement de la région et le TCE fait partie du portrait, qu’on le veuille ou non. Et pas dans 15 ans quant à moi quand le tout sera encore + paralysé qu’aujourd’hui. Maintenant, et pour cela il faut trouver une ou plusieurs manières de débuter le financement.

    • @legada
      “Une grande partie des la congestion est causée par une planification urbaine inadéquate. On développe des régions où il y a peu d’infrastructure soit eau, égout, école, hôpitaux et ensuite on demande au gouvernement provincial de payer pour la construction de ces infrastructures. Si quelqu’un qui veut acheter une maison devait payer en l’achetant pour toutes les infrastructures à faire dans son coin, il pourrait comparer son choix à celui d’acheter en ville. Les choix pourraient être différent.”
      Merci Legada de rapeller cela.

    • ..@FC: «Hausser la taxe sur l’essence? À court terme, oui…»

      Et vous pensez vraiment que lorsqu’à long terme on aura trouvé «LA» solution, on va supprimer les taxes dites «temporaires» ou de «substitution»?

      Si vous répondez «oui» à cette question, vous me verrez très, très perplexe.

    • …… et dire que Marcel Côté, une fois maire à Montréal, promet un rabais à TOUS les étudiants. C’est plein de bonnes intentions, mais cela représente combien de millions en moins pour le tramsport en commun?? Misère… (Maudi** politique!!)
      GTremblay
      Montréal

    • nicolasmoisan, à 9h32, a bien raison de dire que des taxes à court terme, ça n’existe pas.
      Mon état de santé est tel que je ne puis me servir des transports en commun, mais que je peux faire des choses à pied dans mon quartier, pas trop loin, les bonnes journées, mais mon automobile est une nécessité pour le reste. Par contre, je ne me joins pas aux pollueurs que nous sommes en tant qu’automobilistes aux heures de pointe: mes sorties se font habituellement quand il y a peu de circulation. Alors il n’y a rien d’équitable à ENCORE une taxe sur l’essence. Pour les immatriculations, un peu la même chose. Pourquoi ne pas devoir montrer à la SAAQ combien de kilométrage nous avons fait et payer le “supplément montréalais” selon le kilométrage? Là aussi, aucune équité.

      Avec mes 32 000 kilomètres depuis février 2005, me semble que je ne devrais pas être “taxée” par l’immatriculation au même niveau que pour un véhicule qui a parcouru la même distance en une seule année.

      Quand je travaillais, j’utilisais les TEC même si côté confort c’était pitoyable (le pire, les journées humides d’hiver quand on ne voit pas du tout par les fenêtres et qu’on pourrait se croire rendu sur une autre planète). Mais les fins de semaine avec les services réduits, c’était l’enfer d’aller quelque part en TEC. Maintenant que je ne travaille plus, même si j’étais capable d’utiliser les TEC, ce serait très dérangeant car le service hors des heures de pointe, c’est aussi l’enfer. Prendre une heure et plus pour faire un trajet qui prendrait 8-10 minutes max en automobile (parce que ça prend habituellement bien plus qu’un seul autobus ou un seul métro pour se rendre), ça n’a aucun sens. Il ne me resterait même plus l’énergie de faire ce pour quoi je me serais déplacée.

      Ça me fait rire de lire ici et là que l’aviation se considère un moteur économique. Pensons bien qu’être propriétaire d’une automobile est aussi un saudit bon moteur économique, même meilleur que l’aviation, parce que nous payons nos véhicules, payons des taxes dessus, payons de l’essence taxée à outrance, payons pour des soins bien coûteux et bien taxés pour nos voitures, payons pour les immatriculer, payons pour nos permis, tout ça encore taxé.

      Rentière boomer qui pourrait s’appeler facilement Jean Narrache. Pas de gros plan de pension de la fonction publique ni de la STM!

    • 1: Les chauffeurs d’autobus payent ENTIÈREMENT leur fond de pension par cotisations sur leur paye. Tant pis pour les jaloux.
      2: Quand ils font $85,000 par année, c’est parce qu’ils font du temps supplémentaire comme des malades à dealer avec la bande de sauvages qui leur sert souvent de passagers. Faites-en autant ou taisez-vous.

      Reste tout de même qu’ils ont des conditions de travail indécentes, ne serait-ce que pour les journées de maladie cumulatives et pour le sur-temps, trop facile parce que la STM comme tout ce qui touche de près ou de loin au gouvernement, est gérée par des tarlas! Qu’on embauche des jeunes, on les paiera à temps simple au lieu de payer du temps et demi et du temps double aux vieux, par manque de personnel. Qu’on cesse de payer des primes de déplacement (l’horloge commence à compter dès que le gars part de chez lui pour aller faire du temps sup) et qu’on cesse de les payer en temps supplémentaire pour aller faire le fameux “stand-by”, qui consiste par exemple à attendre gentiment pendant des heures à la porte du centre Bell, “au cas” où il y aurait tellement de monde qui voudrait subitement prendre le bus, qu’il y aurait débordement.

      D’accord avec noirod 9h20.

      J’ajouterais que le monde continuerait de tourner si on revenait mettons 25 ans en arrière et que comme avant on se paye soi-même:

      1: un congé de paternité si on en veut un
      2: un congé de maternité sans fin
      3: des garderies
      4: des médicaments
      5: le “droit inaliénable” d’avoir des enfants au lieu de faire payer les autres avec la fertilisation assistée
      et qu’on abandonnait tous les comités, forums, consultations, études et autres niaiseries coûteuses. Finies les primes de départ: si JE quitte mon boulot, ça finit là, ça devrait être de même tant pour les gouvernants que pour les hauts dirigeants des compagnies et banques qui font dans le parachute doré avec la plus totale indécence. Ça marchait de même avant et ça allait pas mal mieux! Note en passant: tous les pays socialistes ont fait patate. À méditer.

      Je veux bien tomber dans le panneau du troll: votre cabane à Westmount, je n’en voudrais pas. Je suis heureuse dans mon petit village de campagne avec du monde sympathique qui ne se la pète pas. Ça vous surprend? Il y a de belles cabanes que vous ne verrez jamais à Westmount partout en périphérie de l’Ile. Allez voir Mont St-Hilaire par exemple! Montréal? Only kicking and screaming! À fuir absolument. De mon petit coin de paradis, je vois la ligne du ciel de Montréal: sale. Au-dessus de ma tête: bleu et ça sent bon. Votre cabane en ville polluée, je vous la laisse de bon cœur.

      Les taxes à court terme? On n’avait pas instauré les impôts “temporairement” pour soutenir un effort de guerre? La TVQ si chère à Sabia, qui devait être très temporaire, ça a fini quand dites-moi parce que j’ai dû en manquer des bouts.

      Z’êtes pas tanné jeune homme de trouver des excuses aux gouvernement qui dilapide notre argent? Encore un peu plus de taxes qui vont passer en pots-de-vin, en postes en or pour les chums, en voyages d’études sous les cocotiers, en primes et en comptes de dépenses et j’en passe?

      Ça ne vous tenterait pas de cesser de vous faire plumer et d’en redemander?

      D Lavoie

    • Ah oui Loubia, j’oubliais, vous mentez.

      Le Régime de retraite des employés de la STM, nommé «Le régime de retraite de la STM (1992)», tel qu’il appert de l’article 830.01 de la convention collective 2013-2018, prévoit des cotisations patronales au régime de retraite.

      Pourquoi mentir?

    • Je suis partiellement d’accord avec ceux ici qui sont partisans d’une hausse des frais d’utilisations des transports en commun pour ré-équilibrer la balance entre les automobilistes déjà sur-taxés et les utilisateurs du métro.

      Je crois également que les économies doivent venir de coupes dans les mauvaises dépenses gouvernementales (pourtant flagrantes dans plusieurs cas). La plus évidente : les coûts des soumissions en construction à Montréal et couronnes ont diminués de 30% depuis Charbonneau. ( !!! ). Elles sont là, les économies.

      Par contre, j’aimerais dire quelque chose au sujet d’une hausse des frais d’utilisation du transport en commun : D’abord, souvent, les utilisateurs du TEC sont également automobilistes. Deuxièmement, d’un point de vue “classe moyenne-haute”, ça fait plein de sens d’augmenter la passe mensuelle qui est abordable selon leurs critères mais il ne faut pas perdre de vue que les mères monoparentales qui travaillent au salaire minimum utilisent le métro pour se rendre à leur boulot. Et elles se privent parfois de manger pour nourrir leur enfant. Le transport en commun est plus qu’un poste de dépense. C’est un ingrédient vital qui maintient le ciment social stable. Sans lui, le château s’écroule. La maman monoparentale doit pouvoir se rendre à son boulot le matin. C’est pas comme le bobo classe moyenne-haute qui choisit entre sa voiture, son vélo ou sa Vespa le matin selon la température ou son humeur. Le coût de la passe mensuelle va également atteindre (a atteint ?) un maximum efficace au delà duquel les coûts sociaux seront concidérables.

      Il faut couper dans les services inutiles, les dépenses ridicules (et flagrantes), les programmes obèses, etc. Le politicien qui osera se lever et le faire aura le soutien d’une grande partie de la population aujourd’hui consciente des enjeux. Du moins, je veux le croire.

    • C’est bien beau avoir une belle maison a la campagne Loubia, mais il n’y a rien a faire dans celle-ci.

      Tiens, c’est quand la dernièere fois que vous avez mangé chez Kaizen?

      Moi, ce midi. J’ai pris une petite marche de santé de mon bureau.

    • GuyGadbois

      Tiré de la nouvelle convention collective, valide du 23 janvier 2013 au 6 janvier 2018

      830.01 Les employés régis par la présente convention collective bénéficient d’un régime de
      retraite, nommément appelé «Le régime de retraite de la STM (1992)»

      Vous vouliez peut-être parler de la contribution de l’employeur à l’échelle de 12% à la RÉGIE DES RENTES

    • mauvaise touche… comparativement à 6% qui est la portion de l’employé?

      L’injure est l’argument de celui qui n’en a pas!

    • Loubia, vous avez tiré de la convention collective l’article que je vous indiqué? Faut étudier en quoi pour être capable de faire cela?

      Pour répondre à votre question (contrairement à vous, qui ne n’y répondez tout simplement pas), non. L’employeur cotise au Régime de retraite de la STM (1992).

      Je voulais dire ce que j’ai dit. Quand à vous, je crois que vous essayez simplement de brouiller les cartes, suite à votre mensonge éhonté.

      Les sushis sont bons dans votre “coin de de paradis”?

    • Snooze

      40% des québécois ne paient pas d’impot. Malheureusement, le politicien qui aura le courage de s’attaquer à eux (en coupant les services payés par les autres québécois et le reste du Canada) n’a pas grand chance d’etre élu, ne trouvez-vous pas?

      Ne vous trompez pas, je suis de votre bord. Sauf qu’il faut être réaliste. Le nombre d’individus qui vivent aux crochets de l’état est la raison pour laquelle les changements que vous évoquez ne surviennent pas, et ne surviendront tout simplement pas.

      A moins que vous ne donniez le droit de vote qu’a ceux qui paient des impot.s Là, all bets are off.

      Vous lancez un parti politique sur cette plateforme, et je vous garanti que le 450 va voter pour vous, en totalité (la classe moyenne pense erronément qu’elle paie beaucoup d’impot, et elle s’en targue et s’en fache beaucoup: elle va donc voter pour vous, garanti).

      Bon, l’ONU va appeler pour demander ce qui se passe, mais vous aurez surement quelque chose d’intelligent à répondre.

    • @loubia, vous mentez sur l’absence de contribution patronale au régime de retraite hors RRQ. Au RREGOP cette contribution patronale est de 55 % des sommes déposée. Du côté des policiers, c’est près de 75 %! Et vous voudriez qu’on croie que cette contribution patronale est de 0 % du côté des chauffeurs? Allons donc… On a au contraire toutes les raisons de croire qu’elle se situe quelque part entre 55 et 75 %.

    • Salut guygadbois

      Je suis mollo sur la faisabilité de tels changements de philosophies politiques, évidemment. T’as bien raison.

      Mais je veux le croire.

      Parceque le monde est est évolution. Les gens lisent, constatent ce qui se passe actuellement ailleurs. Voient la Grèce, l’Espagne, ont vu Détroit sous la loi de la faillite il y a quelques semaines, avec des problèmes très similaires à ce qui tapisse nos journaux locaux ici : sur-taxations ayant provoqué dévitalisation et éparpillement (Détroit), syndicats trop gourmants (Détroit et Grèce), mauvaise gestion et copinage politique (Grèce, Espagne, …), etc, ayant mené aux catastrophes économiques et (surtout) humaines qui les ont suivit.

      Je veux croire que les gens, à commencer par les journalistes tient, soient de plus en plus conscients que le Québec se dévitalise rapidement et que presser les 2 gouttes de jus qui restent dans la pelure en haussant les collectes de taxes (essence, immatriculation, contraventions, whatever) va juste accélérer le phénomène et risque de nous achever. Les comparaisons que je me tue à faire ici pour comparer le Québec avec les autres provinces, c’est pour ça. Le Québec est très sollicité en comparaison et il faut comprendre ou ça risque de nous mener si on dépasse la furtive limite de l’over-taxation comme Détroit l’a fait avec les résultats qu’on connait maintenant. Détroit ne s’est pas effondrée en 2 ans mais en 20 ans. Montréal est fragile.

      Je travaille dans le milieu social. Je vois la dégradation des conditions de vie des plus pauvres. Je vois aussi des “classe moyenne” qui n’arrivent plus financièrement avec un salaire moyen pourtant sensément convenable.

      Pour les plus riches que ça dérangent moins, ils faut qu’ils se souviennent que la dévitalisation va finir les rattraper. Faudrait demander aux nantis de Détroit s’ils sont contents ou s’ils veulent juste déménager pour fuir la misère ambiante.

      Il me semble que les gens qui ont le potentiel d’être plus informés maintenant le sont ou peuvent l’être plus rapidement et facilement. Les choses peuvent avoir changé plus qu’on nous le croyons, Guy. C’est ce que je veux croire.

    • Je ne suis pas d’accord avec vous M. Cardinal,
      Je prends le transport en commun pour me rendre au travail et je sais que les transport en commun sont déficitaire mais il faudrait nous lâcher avec les augmentations de taxes.

      Mon compte de taxes scolaires a grimper de 130$ soit une augmentation de 30% pour une année et mon salaire a augmenter que de 1.5%.

      Je suis tanné d’être étouffer par les taxes qui augmente de partout alors que nous avons des politiciens qui s’en mettent rondement dans les poches à nos dépends.

    • De toutes les statistiques que j’ai pu écrire les les blogues la plus importante est celle-ci : Le taux d’épargne des ménage est rendu à 2%.

      Mon wet-dream est que tous les politiciens, tous les technocrates, tous les chroniqueurs le sachent. Les Québécois n’ont plus une cenne à mettre de côté. Et qu’ils déduisent tout ce qui en découle. Nous sommes rendu à gratter la tapisserie. Et qu’ils comprennent la zone de danger dans laquelle nous sommes pour arriver avec de nouvelles taxes sans assainir l’air avant.

    • Snooze

      Vous etes d’un optimiste franchement inspirant!

      Je veux simplement corriger quelque chose: les riches ont été les premiers à quitter Detroit. Il y a plus de 10 ans.

      shotokanddm. Votre compte de taxe est quoi, 0,3% de la valeur de votre maison? Arretez donc de chialer pour rien. Vous avez l’air d’un Scrooge. En dollar absolus, votre augmentation de salaire est combien de fois 130$?

      450 uu jour, 450 toujours, j’imagine.

    • Honorable

      LOL, je ne croyais pas que nous ferions front commun sur un sujet quelconque, mais force est d’avouer que c’est le cas, cher quasi-concitoyen.

    • Tout d’abord, il n’y aura personne qui va sauter de joie à une augmentation de taxe ou de tarifs, on s’entend là-dessus. Les arguments farfelus contre la taxe que je lis depuis tantôt me le démontrent. Je tiens à rappeler que dans la plupart des pays d’Europe, l’essence coûte beaucoup plus cher qu’ici et ils n’en sont pas mort.

      Si on ne veut pas augmenter les taxes, alors peut-être qu’on pourrait utiliser des méthodes différentes. Les chinois mettent des restrictions sur le nombre de véhicules qui peuvent être mis en circulation. Il y a un nombre maximum d’immatriculations et l’attribution se fait par tirage au sort à ceux qui en font la demande. Ça pourrait mettre un frein à l’augmentation de la motorisation. Il y a aussi des villes d’Amérique latine qui interdisent la circulation de la moitié des véhicules 1 jour sur 2.

      On peut aussi mettre des photos-radars qui sont une taxe volontaire. Ça pourrait calmer les conducteurs agressifs, peu de gens respectent la limite de 70 km/h sur les autoroutes en ville.

      L’automobile est une nuisance avec laquelle on doit vivre, mais il la garder dans certaines limites. Los Angeles a mis la priorité sur l’automobile avec des autoroutes partout, un trafic d’enfer et une pollution épouvantable. En tant que montréalais, ce modèle ne m’intéresse pas.

      Le réseau de TEC de Montréal est sous-développé. En dehors des zones près des lignes de métro, le TEC est souvent pénible. Les liaisons est-ouest sont mauvaises, se rendre du centre-ville vers le pôle d’emploi de Saint-Laurent est long et pénible. Il faut faire quelque chose.

    • @bret

      Les pays d’Europe n’ont pas été tués par taxation sur l’essence. Ils l’ont été par accumulation.

      Je salue vos propositions qui n’incluent pas de nouvelles collectes de taxes dans les poches de la classe moyenne (qui ne l’est plus, à vrais dire).

      Si le débat prenait cette tendance, je serais très intéressé et curieux de voir ce qui pourrait être proposé. J’en ai marre des technocrates de 50 ans pètés de tunes qui réfléchissent en aquarium entre eux pour nous sortir de nouvelles taxes qu’ils appellent pourtant “solutions”.

      Je crois que les citoyens seraient ouverts à vivre un peu d’inconfort organisationnel (du genre ne prendre sa voiture qu’un jour sur 2) et coper avec ça plutôt que se faire aplatir par le fisc et ponctionner de l’argent qu’ils n’ont plus.

      Ca ET un gros backwash des programmes, dépenses flagrantes, etc.

    • @bret

      Donc pour vous, la Chine avec ses 1.3 milliards d’habitants versus l’île de Montréal et ses 1.6 millions d’habitants = même combat? Et vous parliez d’arguments farfelus….

    • Des taxes, les politiciens en invente continuellement et plus vite que nos salaires augmente. Il me semble clair qu’avec la commission Charbonneau on a déterré de la corruption qui dure depuis trente ans pour des travaux de toute sortes (+30%). Considérant que depuis trente ans il y a eu des dizaines de milliards de dépenses x 30%, il y a beaucoup d’argent à aller chercher en retraçant les coupables.

      Maintenant c’est les commissions scolaires qui nous refilent en hausses de taxes les coupures qu’elles ont eu du gouvernement Marois. Toujours la même recette…piger dans nos poches. Pourquoi ne pas les fermer ces commissions scolaires? Et pourquoi ne pas fermer les Cégeps aussi? ça n’existe pas dans le reste du Canada.

      Et comme mentionné ci-haut, Un ménage dans les salaires et retraites blindées de certains fonctionnaires. Mon père a déjà travailler longtemps pour STM, que de gaspillage pour “péter” leur budget pour pouvoir en avoir un plus gros l’année suivante…

      Autre question, quel pourcentage de la population travaille pour le gouvernement? Un bon ménage à faire de ce coté-là aussi, j’en suis convaincu.

      Les retraites de nos élus, les primes de séparation (genre Applebaum) et autres.

      Dans cette liste il y a plusieurs milliards à allé chercher sans toucher ENCORE aux CONtribuables. Mais je suis convaincu qu’ils ne feront rien…à part de continuer à nous plumer.

      Et je suis totalement contre d’augmenter (encore) la taxe sur l’essence et s’en prendre toujours à l’automobiliste, mais il faut aussi se rappeler que plus le prix de l’essence augmente…plus la nourriture, les meubles et toutes choses transporter par camion augmente aussi !!

    • “On a au contraire toutes les raisons de croire qu’elle se situe quelque part entre 55 et 75 %.”

      Ah ben si l’ineffable “honorable” a des raisons de le croire (basées sur rien) ça doit être vrai! Tiens, je vais faire preuve de plus de savoir-vivre que certains et au lieu de vous traiter de menteur, je vais vous dire que vous vous trompez sans doute. Félicitations à guygadbois, tout content de s’être fait un nouvel ami. Vous êtes en bonne compagnie.

      Pour ce qui est de la politique socialiste mise en place et qui en écœure plusieurs, il me fait plaisir de vous remettre la belle histoire du petit coq rouge. Ça explique pourquoi l’élite fout le camp et pourquoi nous allons tout droit dans le mur. Au lieu de chercher à taxer encore plus et encourager ainsi le travail au noir et les évasions fiscales, les gouvernements auraient intérêt à administrer plus sagement notre argent. EN COUPANT.

      Il était une fois un Petit Coq Rouge qui grattait un peu partout et qui découvrit quelques grains de blé. Il appela ses voisins de basse-cour et leur dit: « Si nous travaillons ensemble à planter du blé, nous aurons du bon pain à manger. Qui va m’aider à planter le blé? » « Pas moi », dit la Vache. « Pas moi », dit le Canard. « Pas moi », dit l’Oie. « Alors je vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et il le fit.

      Après que le blé eut commencé à pousser, le sol s’assécha alors qu’on ne prévoyait pas de pluie. « Qui va m’aider à arroser le blé? », dit le Petit Coq Rouge. « Pas moi », dit la Vache. « Je perdrai ma compensation des accidents du travail », dit le Cochon. « Droits égaux », dit l’Oie. « Alors je vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et il le fit.

      Le blé poussa très haut et mûrit en grains dorés. « Qui va m’aider à récolter le blé? », demanda le Petit Coq Rouge. « J’attends un salaire annuel garanti », dit la Vache. « Pas moi », dit le Canard. « Ce n’est pas dans mes cordes », dit le Cochon. « Pas moi », dit l’Oie. « Alors c’est moi qui vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et il le fit.

      Quand arriva le moment de moudre la farine, « Pas moi », dit la Vache. « Je perdrais mon assurance-emploi », dit le Canard.

      Au moment de cuire le pain, « C’est du temps supplémentaire pour moi », dit la Vache. « J’ai quitté l’école tôt et je n’ai jamais appris à le faire », dit le Canard. « Je perdrais mes prestations du bien-être social », dit le Cochon. « Si je suis seule à aider, c’est de la discrimination », dit l’Oie. « Alors je vais le faire », dit le Petit Coq Rouge, et c’est lui qui le fit.

      Il fit cuire cinq belles miches de pain et les montra à ses voisins.
      « J’en veux un peu », dit la Vache. « J’en veux un peu », dit le Canard. « J’en veux un peu », dit le Cochon. « J’exige ma part », dit l’Oie. « Non », dit le Petit Coq Rouge. « Je peux maintenant me reposer un peu et manger tout seul mes cinq pains. »

      « Profits exorbitants! », cria la Vache. « Sangsue capitaliste! », s’écria le Canard. « Vendu à la compagnie! », grommela le Cochon. « Droits égaux! », hurla l’Oie. Et ils se dépêchèrent de préparer des pancartes et défilèrent autour du Petit Coq Rouge, en chantant « Nous vaincrons ». C’est ce qui se passa.

      Lorsque le Fermier vint voir ce qui provoquait une telle agitation, il dit: « Tu ne dois pas être trop avide, Petit Coq Rouge. Regarde la Vache opprimée. Regarde le Canard désavantagé. Regarde le Cochon défavorisé. Regarde l’Oie qui a eu moins de chance. Tu es coupable d’en faire des citoyens de seconde classe! » « Mais… mais… mais j’ai gagné ce pain par mon travail », protesta le Petit Coq Rouge. « Très juste », dit le sage cultivateur. C’est le merveilleux système de la libre entreprise ; tout le monde dans la basse-cour peut gagner autant d’argent qu’il le désire. Tu devrais être bien heureux de jouir d’une telle liberté. Dans d’autres basses-cours, il faudrait que tu donnes les cinq pains au Fermier, alors qu’ici tu donnes quatre pains à tes voisins qui souffrent. »

      Et ils vécurent heureux. Y compris le Petit Coq Rouge, qui sourit et chanta : « Je suis reconnaissant, je suis reconnaissant. » Mais ses voisins ne comprirent jamais pourquoi il ne fit plus jamais de pain. (Auteur inconnu)

      À trop taxer pour encourager la déresponsabilisation quand ce n’est pas carrément la paresse ou le vol pur et simple, c’est ça qui arrive. Là, vous m’excusez, je pars travailler.

    • Manger chez Kaizen guygadbois? Ça ne vous prend vraiment pas grand’chose pour être heureux. Comme péter de la broue par exemple. Mes valeurs sont ailleurs. En plus d’avoir une petite propriété dans un coin paradisiaque, ben imaginez-vous donc que j’ai le pouvoir, oui oui, le pouvoir, de sortir de “mon trou” et d’aller ou bon me semble. Comme bien des bouseux du 450, je ne m’en prive d’ailleurs pas. Ce qui nous permet d’avoir le meilleur de deux mondes. Par contre, ne suivant pas la mode juste pour flasher et y allant plutôt selon mes goûts, je déteste le poisson ET les sushis et je n’en mangerai pas juste pour épater la galerie. Il existe une foule d’autres belles petites cachettes pour manger comme un roi.

      Name dropper va! Je suis moins “vide” que ça.

    • Ouf! Quel débat d’idées! Je constate que plusieurs ont trouvé les solutions à tous les problèmes… C’est parfois si simpliste (oups! s’cusez) simple… C’est encourageant! Lancez-vous en politique! ; )

    • @legada

      Je n’ai jamais écris qu’il faut éliminer les routes. Où diable pouvez-vous allez pêcher ça ?

      On est dans le trou et la culture de l’automobile est en grande partie responsable de ça. C’est stupide de continuer à creuser.

    • M. Cardinal, vous lancez bien des idées sur comment taxer davantage mais j’aimerai bien connaître vos idées sur taxer moins. Le problème avec taxer davantage c’est que ça ne sera jamais assez. Car plus l’argent rentre plus on devient gourmand.

      La STM devrait devenir comme l’AMT. S’occuper de la planif, de déterminer l’offre de service, les prix etc… mais confier l’exploitation au privé. Pourquoi donc est-ce que ça prend un employé municipal pour conduire un bus?

      Les taxes sont le crack des politiciens. Aidons les nôtres à ne pas devenir accroc! Un Rob Ford suffit pour le pays entier! Lol

    • Je trouve un peu ironique de songer à augmenter la taxe sur l’essence pour contribuer à payer le fond de pension de gens déjà grassement payés alors que, n’en ayant pas un de mon employeur, je dois faire des pieds et des mains pour économiser pour ma propre retraite…

    • Il ne faut pas penser que Montréal est à l`abri d`un scénario à la Détroit même si on sait que le sort de l`industrie automobile a beaucoup à voir avec la faillite au Michigan. La lecon a tirer à Montréal c`est de cesser de s`endetter que ce soit en tant que municipalité ou individuellement. Une augmentation de taxes équivaut à une petite pelletée de dettes de plus et a tres peu de résultats à long terme.
      Il faut donc remettre au gout du jour nos facons de faire et puisque l`actualité le commande, commencons donc par faire un bon ménage dans l`appareil et voir avec les résultats et les 30 % de moins de payées en pots-de vin et en corruption ce qu`on peut faire.
      Si t`as toujours besoin d`ajouter taxes par dessus taxes par dessus taxes c`est qu`il y a quelque chose qui ne marche pas dans ta gestion. Or on le sait qu`il y a un probleme de gestion à Montréal alors reglons les problêmes avant voyons apres comment ajuster le tir.

    • Ha ce bon François et son désir de taxation tel l’ancien maire Tremblay. Pourquoi user d’imagination quand on on peut taxer taxer et taxer. Et pourquoi ne taxe-t-on pas aussi les gens du Saguenay et de l’Abitibi-Témiscamingue pour le transport en commun de Montréal? Il fallait y penser non?

    • @ihajoa : ce n’est pas de ça dont il est question. On parle de trouver du financement pour développer le réseau de transport en commun.

      Présentement, vous payez très cher pour garnir les fonds de pension des travailleurs du pétrole et des fabricants de chars. Comment ?

      Parce que vos taxes et impôts servent beaucoup à développer un mode de transport qui a la majorité de ses retombées ailleurs.

    • Monsieur Cardinal, j’en ai ras-le-bol de tenter de vous fournir des arguments pour que vous puissiez, ne serait-ce, qu’entrevoir l’autre face de la pièce de monnaie.

      Aujourd’hui je vous dirai seulement ceci :

      Vous et des gens comme vous (qui ont une tribune) sont indubitablement ceux qui auront contribuer à faire de Montréal un Détroit. Vos vues tueront Montréal ; et avec elle, l’économie de tout le Québec.

      Petit aparté : Il y a quelques années vous aviez plaidé pour une augmentation des tarifs d’accès dans les parcs nationaux Québécois. Et bien vous avez été entendu. Les tarifs ont augmenté, et aujourd’hui la baisse de fréquentation est notable ; tellement que cette année, pour la première fois, la SÉPAQ est fera un léger déficit d’exploitation.

      Benoît Duhamel.

    • Coté dette, ce n’est pas Montréal qui est le véritable problème, c’est le Québec, et de loin.

    • Avez-vous une bonne recette d’écureuil sur la broche a partager avec nous Loubia?

    • À voir la grosseur de plusieurs véhicules qui circulent sur les routes et la vitesse à laquelle elles se déplacent je trouve que d’augmenter les taxes sur l’essence pour financer le transport en commun à beaucoup de sens.Plus tu pèse sur le champignon plus tu met la main dans tes poches ;-)

    • Quelqu’un à d’autres chiffres sérieux à nous montrer (via liens web) quant aux transports en commun dans les autres pays/villes ?

      Je suis curieux de voir les % de perte (ou bénéfices s’il y a) et le coût moyen mensuel pour un usager du transport en commun..

      Qu’est-ce qui nous manque ici pour que le TEC s’auto-finance ? Plus d’usagers ? De moins longues distances à couvrir ? Pas d’hiver ?

    • @honorable
      Vous vous êtes trompés, on vous a pris sur le fait de colporter vos préjugés pour faire déraper encore une fois la conversation et vous ne le reconnaissez pas. Pas très honorable comme comportement. N’est-ce pas ?

    • Déjà j’ai trouvé ces chiffres et ce classement (merci wiki)

      http://en.wikipedia.org/wiki/Metro_systems_by_annual_passenger_rides

      Le metro de Montréal s’y trouve bien sûr et il me semble qu’il fait piètre figure en rapport avec la population et la grosseur du système… Regardez juste comme ça la ville de Vienne, +/- même pattern que Montreal et 3 fois le nombre de trajets annuels. Et il y a d’autres exemples..

      Encore une fois, qu’elles sont les raisons ?

    • On continue de fouiller!

      :-)

      http://en.wikipedia.org/wiki/Farebox_recovery_ratio

      Trèèès intéressant: on y parle des ratios de revenus des billets v.s. dépenses du système de TEC et aussi de la comparaison entre les deux grands modes: Variable et Fixe.

      Il m’apparait évident que le mode Variable est le grand gagnant ici. Et le plus équitable. Je me souviens encore avoir essayé ça à Tokyo et même si c’était déstabilisant au départ, ce système m’a semblé tout à fait logique par la suite. Distance et/ou Heure de pointe.

    • @jon8

      Sur un système variable, il faut absolument utiliser une carte à puce, je suppose ? Ou les billets de passage individuel sont automatiquement vendus au prix le plus élevé ?

      Je ne suis pas sûr de bien comprendre un “système variable”. C’est bien le prix qui varie selon l’heure de la journée ?

    • @snooze
      Le système variable le plus commun et probablement le plus efficace est celui basé sur la distance. Comme dit le lien wiki, ça complexifie la gestion des tickets et tarifs mais ça semble être très rentable. L’asie utilise ça et ça semble être les seuls dans le monde ou presque à financer le TEC via les tickets. Ils ont du volume, d’accord, mais tu paies aussi à la distance. Tu as aussi le modèle ”rush hours” où tu vas payer plus lors des heures de pointe. Un empêche pas l’autre. Peut-être aussi que ça aiderait à éviter les gros rush et les gros vides. La dame qui veut aller magasiner va peut-être y aller entre les heures de pointe pour économiser et ainsi participer à faire un flow pour régulier et plus facile à gérer..

      Imaginons que le tarif pour aller de Beaubien jusqu’à Berri soit de 1,50$ alors que d’Honoré-Beaugrand à Côte Vertu ce serait 3,75$, par exemple. Dans certains cas ça coûterait moins cher et dans d’autres cas plus cher. En bout de ligne ça ralentirait l’étalement urbain puisque ça inciterait les gens à se rapprocher du centre.

    • En fait si ma mémoire est bonne au lieu de payer pour entrer dans le metro de Tokyo, tu paies pour en sortir! L’histoire ne dit pas qu’est-ce qu’il arrive lorsque tu n’a pas assez d’argent pour payer ta sortie (ça ne m’est pas arrivé) mais en tout cas ça fonctionnait.

    • jon

      L’étalement urbain, ce n’est pas d’habiter a Anjou…. C’est d’habiter à Mascouche. Et le train de banlieue est deja modulé selon la distance.

      Next?

    • Personellement je serais en faveur d’un tarif d’entrée de $10 a chaque passage pour tout véhicule qui accede a l’ile de Montréal en semaine (lundi au vendredi). Ca encouragerais le transport en commun et le co-voiturage. Mais ca ne regleras pas le ”probleme” de l’exode vers la banlieue; la qualité de vie y est devenu quasi inexistante sauf pour quelques poches de biens nantis.

    • Donc, le système offre de la flexibilité à ceux qui, pour plein de raisons, doivent profiter des meilleurs prix et ceux qui sont confortables avec le fait de payer un peu plus mais sans se casser la tête avec les heures ou distance.

      Ce serait donc une augmentation “modulée” des frais d’utilisation pour les usagers. Un moindre mal pour les moins fortunés qui devront s’ajuster mais qui ne seront pas laissés de côté comme ils le seraient si les “flat rates” venaient à augmenter sensiblement sans possibilité de s’adapter.

      Et qui incite, en plus, sur le long terme, à se rapprocher du centre d’activité économique et donc à réduire l’étalement, comme vous dites.

      Est-ce que j’ai déjà dit que j’adore les blogues ?

      Mais qui s’assure que les usagers descendent bel et bien à la station qu’ils sont sensé descendre pour respecter la distance ? Ils payent en sortant et non en entrant ?

      Merci Jon8 pour ces exemples de modèles. Montréal a besoin d’idées. Pas juste de taxes. Technocrate pour la ville de Montréal, ça vous intéresserait pas comme boulot ? Ceux actuellement en postes me sembles pas mal au bout de leur fusée. Il font de la petite gestion en regardant l’horloge et en pensant à leur vacances. Ils n’ont plus d’idées. Ils n’ont que des taxes.

    • @gl000001, je ne me suis pas trompé. C’est loubia qui continue de mentir en affirmant que la contribution de l’employeur au régime de retraite est nulle. Employeur entendu au sens large bien sûr. Dans le RREGOP par exemple, l’employé contribue 45 cents et le gouvernement contribue ensuite 55 cents. Sans cette contribution de 55 cents du gouvernement, les pensions du RRGEGOP seraient bien misérables.

    • M Cardinal, vous dites qu’à cause de l’augmentation de prix de l’essence, ” l’efficacité énergétique des véhicules augmente , de même que la popularité des autos hybrides et électriques.” C’est la preuve que le système fonctionne et que la pollution diminue, une des raisons pour lesquelles nous voulons favoriser le transport en commun.

      Une autre des raison est la congestion automobile, pourquoi ne pas réserver certains stationnements aux petites voitures et véhicules électriques ? Pourquoi pas un prix de stationnement en fonction de la grosseur du véhicule ? On peut facilement mettre 2 Smart dans un espace de stationnement mais c’est interdit.

      La majorité des Montréalais conduisent des petites voitures de toute façon, ce sont les 450 qui envahissent la ville avec leurs SUV et Pick-up.

    • Votre shift est terminé, Loubia?

      Je crois que vous avez les choes à l’envers. C’est vous qui se contentez de peu pour être heureux. Pour ma part, si je n’avais pas mon jardinier pour tondre mon gazon tous les mardis, si je n’avais pas la possibilité de me rendre à 1 PVM en moins de 20 minutes en tout temps (y compris 8:15 le matin le lendemain de la fete du travail), ou si je ne pouvais pas voyager moins d e15 minutes pour me rendre à l’un quelconque des 5 meilleurs restos au Québec, je serais fort malheureux. Ca coute cher, mais la vie ne vaut pas le paine d’etre vécue sans.

      Vous? Suffit de quelques arbres, et de quelques écureuils pour vous rendre heureux. Je vous envie.

      Not.

    • choses

      vous

      heureuse

      de

      peine

      heureuse

      Vos erreurs sont infiniment plus compliquées à corriger, hein?

    • Le Québec se classe au huitième rang au Canada pour les dépenses annuelles de restaurant par habitant. Aussi bien dire dernier. (Yukon ? Terre Neuve ?)

      Ca l’a peut-être quelque chose à voir avec les capacités financières des Québécois.

      Qui sait.

      Des petits détails comme ça. C’est dommage que les gestionnaires l’ignorent.

    • @ Snooze J’ai plusieurs amis Ontariens, je dirais plutôt que le reste du pays passe tellement de temps à travailler qu’il ne sais plus comment apprêter un bon repas et mange tout le temps dans les fast foods.

    • @honorable
      Trompé sur le stress des chauffeurs de bus vs le “flippeux” de boulettes chez McDo. Comme si vous ne le saviez pas.

    • Hausser (ENCORE) les taxes relève de la paresse intellectuelle, de la pensée magique et d’un manque flagrant de connaissances de base en économie, notamment sur la courbe de Laffer.

    • Je suis étonné par la différence entre les problèmes de financement du transport en commun entre les villes de Montréal et de Toronto.

      À Montréal, il semble que le réseau de transport en commun est une énorme baignoire pas de fond. Les utilisateurs et la population mettent beaucoup d’argent dans le réseau; ce réseau semble continuellement sous-financé. C’est vrai qu’à Montréal certaines parties du réseau sont dirigées par des incompétents, c’est-à-dire d’anciens députés qui ont perdu leur élection.

      À Toronto, le réseau semble se porter relativement bien. Les taxes sur l’essence sont moins élevées. Pourtant le réseau fonctionne décemment.

      Alors, Montréal n’a qu’à faire le ménage dans ses dépenses, foutre à la porte les incompétents et les politiciens qui ont reçu une récompense politique, avant de demander plus de sources de revenus.

      Quant aux taxes, la réponse est non. Les automobilistes paient énormément de taxes, lors de l’achat d’un véhicule, de l’utilisation du véhicule, etc. Quelle est la proportion de taxe sur un litre d’essence, 40% ou dans les environs.

      Que l’on arrête de comparer la situation avec l’Europe où les taxes sur l’essence sont plus élevées, on vit en Amérique du Nord. On doit concurrencer avec nos voisins, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, les États-Unis, etc.

      On n’a rien à cirer avec ce qui se passe en France ou en Italie.

    • À partir du moment où on prend conscience que la Dette Nationale ne sera jamais payée…qu’elle grossira toujours même si on arrive à la ralentir un brin avec le déficit zéro…À partir du moment où on ne se cache pas la tête dans le sable et qu’on réalise vraiment que cette Dette est à quelques années à peine d’être le Premier poste budgétaire des États occidentaux, y compris le nôtre…
      À partir du moment où on est conscient de ça….on se questionne là-dessus à quel moment au juste?
      Où ça arrêtera les hausses de taxes, les routes en morceaux, les urgences qui débordent à faire littéralement mourir, les écoles plein de moisissures et aux vieux livres……? …..?….?

      À quoi ça sert de toujours pelleter le problème encore et encore avec des hausses un peu partout alors qu’il est clair que cette Dette est le principal problème?

      Quand se questionnera-t-on réellement sur l’essence du problème?

      Sans jeter un système par terre…loin de là….faut quand même pas attendre qu’il y a manifestatiosn par-dessus manifestations dans les rues par les citoyens “ordinaires”…..
      Faudrait se questionner un moment donné sans prendre ça comme une fatalité.
      On a vraiment le cerveau lavé à prendre ça comme une fatalité…

      1-Déficit zéro à atteindre….c,est important de vivre selon nos moyens…
      Ce déficit zéro est bien possible …sans compter la Dette…Sinon, on haussera…on haussera…on se laissera mourir …. ( centre )….
      2-Ménage bureaucratique aidant le déficit zéro… ( droite )…
      3-On est riche!! On est tout à fait riche!! Faut se questionner sur cette fatalité de payer une telle Dette “impossible” littéralement à payer….( gauche )…

      Loin d’être anarchiste…notre système est quelque chose comme très bon….je dis simplement qu’on pellette des nuages en jetant toujours au devant et en s’autoconvainquant que ce n’est pas ridicule de payer une dette impossible à payer….

      On est tous dan sle même bateau….
      Faudrait un bon jour réagir et se questionner…
      Le système financier est bâti pour être au service d’un État…
      J’apprends quelque chose à quelqu’un de dire que c’est tout le contraire aujourd’hui et qu’on prend ça comme une fatalité, qu’on a le cerveau lavé au point où on trouve ça normal??

      Une hausse de taxe qu’y disait…

      Faudra bien se questionner un jour…

      Pierre Lemay

    • Monsieur François Cardinal, en bon journaliste qu’il est, omet volontairement de dire ce qui ne plaide pas en faveur de sa cause. Un vrai Ken Livingstone, surnommé Ken le Rouge, ce trotskiste devenu Maire de londres et qui a imposé le péage urbain parce qu’il est anti-automobiles. Les Londoniens ne lui ont pas renouvelé son mandat.
      Dans son vibrant plaidoyer en faveur d’une hausse de la taxe de l’essence, il dit qu’elle n’affecterait à peu près pas les habitudes des automobilistes en se basant sur une étude de Statistiques Canada. La raison est simple. Nous avons commencé à payer le carburant au litre à partir de 1978 et aujourd’hui, un prix à la pompe de 1.20$ est le même prix qu’il y a 35 ans en dollars ajustés pour l’inflation. Mieux, l’efficacité énergétique des automobiles à moteur thermique a plus que doublé depuis cette même période. Donc, même en payant aujourd’hui 1.48$ le litre, on fait pas mal plus de chemin avec la même quantité d’essence.
      Parfois, quand je lis les articles très intéressants de monsieur Cardinal, j’ai l’impression de lire les mêmes propos que cet écolo-terroriste qu’est Steven Guilbeault. Dans son CV, Guilbeault n’a pas d’études en environnement. Il a étudié en sciences politiques et en ….théologie. Il a fondé sa propre religion en quittant Greenpeace Québec et il n’attend plus que l’élection de Québec Solitaire pour réclamer sa part de la taxe sur le carburant.
      Monsieur cardinal, est-ce vrai que Guilbeaut et vous êtes de bons chums dans la vie?

    • Vos chiffres m’apparaissent relativement corrects mais il y a un tout petit détail que vous omettez également. En fait deux, les salaires, ou du moins, la croissance du revenu net des ménages n’a pas suivi la même tangente et le poids moyen des véhicules en date de 2007 (il se peut que la tendance se soit stabilisée ou même baissée durant la crise) était le même qu’en 1975, suite bien évidemment à la folie des SUV et des pick-up qui a débuté en 1990. Le poids moyen avait chuté de 1975 à 1989. Il serait possible d’envisager une taxe sur le poids du véhicule, une taxe sur le cylindrage. No limit really ! Un différentiel de 1 000 livres dans la collision d’un véhicule augmente la probabilité d’une blessure très grave ou même la mort, de 47% dans le véhicule plus léger.

    • @gl00001, vous errez de nouveau. Vous n’avez nullement montré qu’il est plus stressant de conduire un autobus que de préparer des patates frites dans un McDonald. De plus, même dans un McDonald, le stress augmente avec le nombre de clients. Meilleure chance la prochaine fois, cher obsédé par ma personne.

    • Quelqu’un parle de la courbe de Laffer… Enfin cette discussion va quelque part!

    • kiroul

      Un char, ca pollue. L’étalement urbain contribue a augmenter la polution des chars.

      Pas besoin d’avoir étudié bien longtemps en quoi que ce soit pour savoir cela. Juste un cerveau.

    • Les derniers travaux ont fixé le maximum à 33% de taux de prélèvement sur la courbe de Laffer.

      Officiellement, la classe moyenne est imposée à 20% au Québec. Mais il faut constater que toutes les nouvelles enveloppes qui s’ajoutent, tous les nouveaux frais ou les augmentations sur des commodités essentielles (hydro, taxe santé, taxes sur l’essence, etc) plus la taxe de vente sur tout ce qu’on achète, font que nous défonçons déjà le 33% de taux de prélèvement obligatoire depuis longtemps ici.

      Le phénomène de la courbe de Laffer est probablement déjà bien à l’oeuvre dans les bureaux du ministre des finances à Québec. Il récolte probablement moins qu’il croyait récolter sur papier. Il trouvera pleins de raisons pour l’expliquer et trouvera plein d’enveloppes individuelles pour scinder le taux de prélèvement total. Mais ils ne diront jamais devant caméra le mur devant lequel nous sommes.

      33%. Il est là, le mur. Et nous l’avons presque atteint ou (légèrement ) dépassé en ce qui concerne la classe moyenne au Québec. Ils ne peuvent plus obtenir plus.

    • @honorable
      Ne pas chercher à prouver ses dires. Très peu scientifique comme processus.
      A chacun ses obsessions.

    • On va y aller par déduction gl.

      Le jeune chez McDo travaille dans un espace restreint, a cote d’huile bouillante, et son gérant lui souffle constamment dans le cou en beuglant des ordres.

      Le chauffeur d’autobus travaille dans un véhicule dans lequel il est très facile de faire mal aux autres, mais quasiment impossible de se faire mal.

      Qui devrait être le plus stressé selon vous?

    • Je pense qu’on devrait appliquer la surcharge sur l’immatriculation à l’ensemble du territoire de la CMM et la moduler en fonction du nombre de véhicules à une même adresse. Ça coûterait plus cher pour la 2e voiture, beaucoup plus cher pour la 3e et ainsi de suite, dans le but de limiter le nombre de voiture par ménage.

      Le problème avec la taxe sur l’essence actuelle est qu’elle ne va pas à la ville, mais aux 2 paliers de gouvernement pour sa quasi-totalité. La ville doit quémander ensuite de l’argent à ceux-ci, plus particulièrement au gouvernement provincial. Celui-ci préférant dépenser cet argent en construisant des routes en région qui ne serviront pas à grand monde ou en enfonçant dans la gorge de la ville des Turcots venus des années 50…, alors que le réseau de TEC a grandement besoins de développement.
      Il faut redonner de l’autonomie à Montréal, il est là le problème!

      Certains ont parlé de Tokyo, mais il faut souligner que près de 70% des déplacements se font en TEC. De plus, le réseau est IMMENSE et très efficace. Ça n’a rien à voir avec le minuscule réseau de Montréal qui est figé dans le temps depuis des décennies.

    • Comme bien d’autres ici, je m’oppose à toute taxe supplémentaire. Je trouve que les Montréalais sont déjà surtaxés. Toutefois, si on veut absolument imposer une taxe liée au kilométrage, ne serait-il pas plus simple de tout simplement augmenter la taxe sur l’essence? Après tout, le kilométrage parcouru et l’essence consommée sont assez fortement corrélés et ça ne coûte rien en frais d’administration supplémentaires d’augmenter la taxe sur l’essence. De plus, en taxant l’essence on encourage les gens à utiliser des voitures qui consomment moins. Pour mesurer le kilométrage, il faut une technologie compliquée qui va coûter autour de $2 milliards à installer. Comment peut-on avoir des idées si peu intelligentes?

    • @guygadbois, le sens commun échappe constamment à gl000001. En plus, il obstine pour obstiner. On vivrait au temps de la noblesse française d’avant 1789 et il nous expliquerait que si les nobles sont si bien payés, en argent et privilèges, c’est que leur travail est fort stressant! Il ne peut imaginer qu’un chauffeur de la STM est privilégié, par son syndicat, par le fait que son employeur ne perd aucun argent personnel en augmentant leur salaire, comparé à celui qui prépare des patates frites dans un McDo. Ce qui augment artificiellement son salaire par rapport au préparateur de patates frites.

      A salaire égal, je choisis immédiatement le job de chauffeur d’autobus plutôt que préparateur de patates frites pour le stress… Et Dieu sait que le salaire n’est pas égal…

      Même chose pour les postiers: gl0001 nous expilquerait comme c’est stressant de prendre l’air pour livrer des lettres et nous expliquerait ensuite que cela mérite donc 3 fois le salaire de celui qui livre des dépliants porte-à-porte!

    • Fritz

      D,accord avec vous. La taxe sur l’essence fait la job a plus de 80%, et est d’une simplicité désarmante à instaurer. Pourquoi vouloir compliquer les choses, sauf pour justifier son existence….

    • G&G 15h05
      De toute façon, G&G, les entreprises qui sont en compétition pour de la main d’œuvre au salaire minimum sont en train d’abandonner. Plus facile de contourner le probleme. McDo d’ici 10 ans n’aura probablement que des robots en cuisine ! Comme dernier recours ou comme soupape de sauvegarde en temps de besoin, mêmes ces emplois sont appelés à disparaitre, pour les étudiants et pour les 50+ ans dans la dèche.

    • NiCMef

      Je ne comprends pas votre commentaire. Il y a une quantité quasi infinie de gens qui sont prêts à travailler au salaire minimum.

    • @guygadbois
      Combien de chauffeurs ont été agressés au cours des dernières années ?
      Vous tombez dans le panneau de Honorable, qui cherche des justifications à ses préjugés. Quand on est un scientifique, on l’est jusqu’au bout. Et les préjugés, on devrait être capable de passer outre.

    • gl

      Une quantité infime. Ces agressions sont toutes médiatisées, je suis les médias, et franchement, bien que ces incidents sont innaceptables, on parle de probabilités moindres que celles de se faire frapper par un autobus…

      Combien d’employés de chaines de fast food (au Québec, pour vous donner une chance) ont fait l’objet d’harcelement psychologique au cours des dernières années?

      Je ne trippe pas particulierement d’etre du meme bord que votre arch-enemy. Mais vous etes tellement dans le champ que je n’ai pas le choix.

    • @gl000001: “one cannot be molecular all the time” (prix Nobel de Médecine François Jacob)

    • @bret

      Vous avez totalement raison en ce qui concerne la taxe sur l’essence allant directement aux gouvernements et pas aux villes.

      Ce qui explique en même temps l’explosion des parcomètres, des contraventions et des photo-radars, dont les profits vont aux villes.

      Mais ne nous trompons pas. Toutes ces ponctions proviennent des mêmes poches.

      Une refonte de la distribution des taxes sur l’essence calmerait peut-être les exigences envers les policiers à donner des contraventions ridicules à la chaîne depuis le début de l’année.

      Vos suggestions pour les 2ièmes et 3ièmes véhicules sont intéressantes. Reste à savoir la proportion de montréalais ayant 2 voitures (sûrement moins que dans les couronnes ou les régions) (je peux me tromper). Et reste à voir ceux qui sont effectivement des “couples” s’ils ont 2 voitures à la même adresse, le taux de célibataire étant à 48% sur l’ile. Probablement plusieurs ne sont que colocs par défaut (mais là aussi, je peux me tromper). Mais, oui, d’emblé, avoir 2 voitures à montréal devrait coûter plus cher. Les vignettes de stationnements sont d’ailleurs plus chères à partir de la deuxième voiture, non ? Une continuité serait logique.

      Monsieur Cardinal avait proposé il y a quelques temps des métros de surface.

      http://blogues.lapresse.ca/avenirmtl/2013/06/01/montreal-a-besoin-d%E2%80%99un-nouveau-metro%E2%80%A6-de-surface/

      Je trouvais l’idée excellente vu sont ratio coût vs rendement. Cette idée ne devrait pas sombrer dans les limbes. Elle me semble très intéressante.

      Et Montréal ne va pas bientôt se lancer dans 2 “autoroutes pour vélo” comme celles-ci ?

      http://blogues.lapresse.ca/velo/2010/06/14/des-autoroutes-pour-le-velo-a-londres/

      J’aime bien cette idée aussi.

    • @honorable
      Pas obligé de faire exprès presque tout le temps ici.

    • @guygadbois
      Deux minutes dans Google et voyez si je suis dans le champ!!

      Most stressful job :
      8 – News reporter (!!!)
      9 – Taxi driver (Bus driver ne doit pas être loin)
      http://www.careercast.com/jobs-rated/10-most-stressful-jobs-2013
      GuyGadbois vous êtes excusés pour vos commentaires bizarres car “senior exec” est #6.

      Les effets sur la pression sanguine et les troubles musculo-squelettiques chez les chauffeurs d’autobus:
      http://www.psychosomaticmedicine.org/content/74/1/89.abstract

      Bus driving is one of the most hazardous occupations for your health.:
      http://publictransport.about.com/od/Transit_Employment/a/Bus-Driver-Health.htm

      McDonald sort également dans les jobs stressantes. Mais pas autant que les jobs mentionnées plus haut.

    • Un chauffeur de taxi va se faire tuer s’il se fait renter dedans pas un SUV . Un chauffeur d’autobus? il va partir à rire…. Ce n’est pas pour rien que nos kids ne sont meme pas attrchés dans les autobus jaune, dude. Niveau de stress: aucune comparaison possible.

      Je parie que les chauffeurs de bus longue distance sont compris dans vos stats, gl. Parce que oui, rester assis pendant le 3 heures 30 que dure un Montréal Québec, c’est mauvais pour la santé.

      Le chauffeur de la 435 CDN, par contre, reste assis à peine plus lomgtemps que moi. Risque pour sa santé? LOL. Parlez-moi plutot des caissieres chez votre Super C…

      L’infirmière au triage de l’urgence de n’importe quel hopital montréalais a un job infiniment plus stressante que vos amis de la stm, gl, pour un salaire clairement inférieur.

      Retournez a vos 0 et 1, z’etes pas la dedans.

    • n’importe quel sondage qui place les newsreporters dans un palmares quelconque des jobs les plus stressantes merite autant de crédibilité que Baghdad Bob. Et je suis généreux.

    • Intervenants sur les blogues aussi, ça a l’air pas mal stressant à vous lire tous les 3.

      ; ) (allez, un peu d’humour)

    • @snooze
      Ce n’est pas stressant. Ca m’amuse de voir des gens aussi intelligents s’enfoncer dans leurs préjugés. J’avance des études mais eux les rejettent de peur de perdre la face. Ha l’orgueil !!

    • gl

      Mon étude (enfin celle de stats Canada, pas celle de about.com!) démontre que les gens de Duvernay sont beaucoup, beaucoup moins éduqués que les gens de mon quartier.

      Ca vous surprend? Moi non, le résultat était évident.

    • Ça suffit. La capacité de payer des contribuables est à son maximum.

      Moi et ma conjointe sommes Montréalais, et on a chacun notre voiture. Pas le choix, on doit rencontrer des clients tous les jours dans les quatre coins de la ville, et ce n’est pas en autobus qu’on y arriverait. De plus, on a la chance d’exercer une profession en demande absolument partout. On apprécie la vie à Montréal depuis toujours. C’est un choix de vivre ici. Mais la prochaine hausse de taxe sera la dernière pour nous. Et ce sera adios!

      Je reviens d’un voyage en Europe. Et dire qu’on appelle ces pays “le vieux continent”. Si au moins je voyais notre contrée (et son TEC) se développer ne serait-ce que 10% de ce qui se passe là-bas, à la limite, j’endurerais. Mais ici, le néant. Payons toujours plus, pour des infrastructures toujours plus inefficaces et vieillissantes. Les moderniser? Ce ne sera pas notre vivant, pourtant notre compte de taxes lui ne rate jamais un virage…

    • @guygadbois
      C’est super constructif le mépris !!

    • G&G
      Vous ne comprenez pas mon commentaire. Pourtant il était simple, p-e simpliste à vos yeux, mais bon. Oui vous avez tout à fait raison, théoriquement, l’offre de main d’œuvre au salaire minimum est intarissable. Pourtant, les grosses entreprises qui en dépendent, elles ont décidé de faire le pari de la robotisation. Vous devriez être content, d’ici dix ans, le McDo à TMR, vous allez pouvoir commander un Big Mac en 150 langues officielles au même prix qu’aujourd’hui. Même chose pour les autobus. Plus de stress pour personne. Hee Haw ! Vous avez probablement raison sur un autre point également, nous ne sommes pas à la veille de contenir l’étalement urbain. J’espère que vous et moi, nous nous trompons à ce sujet, les grands centres urbains rejettent la classe moyenne et la misère vers les 3emes et 4emes couronne. Pas différent de la structure urbaine médiévale. La haute bourgeoise, la petite noblesse terrienne, les magistrats et le clergé, vivaient à l’intérieur d’une enceinte bien définie et protégée, les autres…

    • @NiCMef
      Et Il y a une grave surpopulation sur la planète. L’être humain n’est pas fait pour être entassé les uns sur les autres comme on l’est. Imaginez-vous avoir GG comme voisin :-)

    • Gl
      Avoir G&G comme voisin, je ne sais pas, je le trouve épicé le Monsieur, en tkas, je ne crois pas qu’il soit ennuyant c’est sûr. Anyway, si t’accepte de vivre en ville, implicitement, t’accepte une mesure de proximité et de densité, soit t’aime, soit t’aime pas ! T’as beau ne pas être d’accord avec G&G, mais ce qu’il affirme en général est loin d’être faux. Il y a tout un pan de la société qui quitte la grande ville, non pas, parce qu’il n’aime plus la vie urbaine, mais parce qu’ils s’en font exclure économiquement. Je regarde les jeunes actuellement et ils sont prêts à faire pleins de sacrifices en terme d’espace et d’intimité pour se permettre de résider là où se trouve l’action.
      NM

    • Je suis un excellent voisin! Bon, parfois je fais jouer la muisque un peu fort, mais comme j’ai des gouts musicaux impeccables, personne ne s’en plaint!

      Treve de plaisanteries, NiCMef, je suis troublé par votre analogie médiévale. Je n’y avais jamais pensé, mais c’est effectivement un peu l’histoire qui se répète.

      On pourrait pousser un peu plus loin, en tentant d’y voir une justification des gouts “architecturaux” des barons de la banlieue…

    • @guygadbois
      Votre quartier en est un de banlieue. C’est la ville qui s’est développée autour. Et les néo-manoirs sont une pâle copie de vos maisons. Ca fait que ne soyez pas trop vite à juger des gouts des autres. Surtout que les gouts ne se discutent pas.

    • Effectivement GL, je n’ai jamais prétendu que mon quartier en est un de banlieue, en plein milieu de la ville.

      Ce qui en fait le meilleur des 2 mondes: la tranquilité absolue, un grand terrain, les enfants qui jouent de la rue, qui se rendent en vélo, a pied, ou en rollerblade a l’ecole, sans qu’on s’en inquiète. Le tout jumelé au marché Jean-Talon, aux épiceries fines, aux restos sur Laurier et al., aux bonnes écoles, a un trajet vers le centre-ville sans traffic.

      C’est un cliché ce que vous dites sur les gouts. Ils se discutent. Et il y a des gens qui ont du bon gout, et d’autre non. Ca se démontre objectivement.

      Tiens, j’écoute les Sopranos ces jours-ci. Objectivement, Paulie n’a aucun gout vestimentaire.

    • 1ere phrase ne fait pas de sens. Prétendu autrement. VMR, c’est, en toute franchise, une banlieue dortoir en plein milieu de la ville.

      Parfait pour élever une famille.

    • En reprenant votre analogie des SOPRANOS, des immeubles désaffectés à HOBOKEN, on appelle ça des SLUMS, des immeubles désaffectés à ROME on appelle ça des ruines. Frank SINATRA aurait une crise d’apoplexie s’il devait redonner un concert bénéfice dans sa ville natale, même les SOPRANOS ne garantirait pas sa sécurité.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité