Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 14 août 2013 | Mise en ligne à 15h51 | Commenter Commentaires (131)

    Péages: du pelletage en avant, encore et encore…

    toll-sign

    Cela fait cinq ans que Montréal promet un péage pour financer le transport en commun. Cinq ans durant lesquels il ne s’est à peu près rien passé.

    Et si l’on se fie à l’étude de CIRANO que je viens de lire, on risque de laisser passer encore bien des années avant de voir le début de l’ombre d’un réseau de péages dans la région métropolitaine…

    C’est le responsable du transport au comité exécutif, Réal Ménard, qui a levé le drapeau ce matin, lors du bilan de mi-parcours du plan de transport de Montréal. Il a alors révélé que le rapport de CIRANO, jusqu’ici confidentiel, émet des réserves quant à la faisabilité technologie d’un péage à la distance parcourue.

    Bien franchement, j’ai eu de la difficulté à croire M. Ménard tant son affirmation me paraissait curieuse. Le CIRANO ne peut quand même pas conclure que la technologie n’est pas mûre alors qu’il existe des systèmes de péage qui permettent de tarifer le kilométrage partout dans le monde (que ce soit à l’aide de ticket comme dans le Maine, ou de transpondeur comme au Portugal)!

    J’ai mis la main sur l’étude pour en avoir le cœur net. Et une fois de plus se confirme ma phrase fétiche : le mieux est définitivement l’ennemi du bien…

    Les économistes du CIRANO se montrent favorables à une tarification kilométrique. Mais ils proposent un système tellement gros et compliqué qu’ils n’ont d’autres choix que de recommander… d’attendre que la technologie se développe!

    Leur proposition : hausser la taxe sur l’essence à court terme, et lorsque cela se possible, doter toutes les voitures de toute la région d’un dispositif permettant de faire payer tous les kilomètres parcourus dans toutes les routes.

    Un chausson électronique avec ça?

    Imaginez-vous les débats à venir? Avec le gouvernement, la SAAQ, les défenseurs des données privées, les municipalités, les automobilistes, les entreprises. Et cela, seulement une fois que la technologie a prouvé sa faisabilité à grande échelle.

    Bien franchement, je ne pense pas voir un tel système en vigueur de mon vivant. Vrai que j’ai déjà proposé un système similaire dans mon livre Le mythe du Québec vert, en 2007. Mais dans le contexte actuel d’inertie municipale et de grave sous-financement du transport collectif, je ne crois pas qu’il soit pertinent d’envisager un système aussi incertain, vaste et complexe.

    Et je ne crois pas, non plus, que la taxe sur l’essence soit une source de financement d’avenir pour renflouer les coffres vides du transport en commun. On doit le faire à très court terme, oui, mais pour changer la donne, pour accroître massivement l’offre en transport collectif, il faudrait hausser beaucoup trop cette taxe pour faire une réelle différence.

    En conférence de presse ce matin, Réal Ménard a révélé que la Ville souhaitait investir 240 millions $ par année pour développer son plan de transports, alors qu’elle n’a pu dépenser plus que… 82 millions $ par année. «La deuxième moitié du plan ne se réalisera tout simplement pas dans le même contexte financier, a-t-il dit avant de chiffrer ses besoins à 1,2 milliard $…

    Dans pareil contexte, je crois toujours à la pertinence d’un réseau de péages à la distance parcourue sur le réseau supérieur : on entre sur l’autoroute, puis on paye à la sortie, peu importe la technologie. Efficace et rapide à implanter.

    Le CIRANO rejette cette proposition parce que trop coûteuse en immobilisation, et parce que les automobilistes pourraient être tentés d’éviter les autoroutes.

    Peut-être. Rien n’est parfait.

    Mais à choisir entre un système incertain qui pourrait possiblement être implanté un jour de l’année 2036 si la technologie se développe, et un autre qui coûte plus cher mais peut se faire immédiatement, je choisis sans conteste le second. Les besoins sont trop grands et urgents.


    • Let’s go. Appauvrissons encore plus la population. Quand tout le monde sera fauché, ça nous fera une belle jambe d’avoir un système de transport en commun efficace.

      Heille, je viens de recevoir une hausse de 25% de mes taxes scolaires. Et peut être une autre hausse similaire l’an prochain? Hydro veut augmenter ses tarifs de 5.4%. Un peux-tu avoir un répit?

    • Malgré les coûts en immobilisation, je suis en faveur d’une solution ”réseau de péages à la distance parcourue”, d’autant plus que son application semble faire ses preuves ailleurs et, au demeurant, elle serait applicable quasi illico. Les retombées positives convaincront sans doute à moyen terme les récalcitrants, voire ceux qui voudraient à tout prix éviter les autoroutes. Pourquoi chercher à réinventer la roue alors qu’il suffit parfois d’adapter à notre réalité ce qui se fait efficacement ailleurs? À mon avis, chercher à réinventer la roue est une véritable source de gaspillage de temps et d’argent. Julie Bolduc

    • Encore mieux. Pourquoi le gouvernement ne nationalise t-il pas tout activité économique au Québec? Ensuite le gouvernement nous fournira tout ce dont nous avons besoin. Plus de salaire. Ticket de rationnement.

    • Désolé si j`en froisse quelques un mais une entreprise qui se respecte pour arriver en fin d`année doit regarder ses frais fixes et ses principaux budgets et en regle générale le dossier salaires est parmis ceux ci. Or, avec vous vus les salaires a la STM ? Les salaires de départ ? T`auras beau récolter quelques poucentages de ton budget en augmentant ici et là les sources de revenus mais tes dépenses vont tout bouffer.

      Tant qu`on va préférer regarder ailleurs et nier les faits , on aura beau rêver en couleurs et avoir les plus beaux projets mais la STM c`est une machine au service de ses syndicats avant tout. C`est ce qu`on a voulu il y a x années et c`est ce que ca donne en 2013.
      La Stm n`est qu`un exemple parmis tant d`autres que la ville de Montréal doit revisiter et réinventer si elle désire sortir de ce cercle vicieux de chercher à augmenter ses revenus sans arrêt plutôt que de revoir ses dépenses.
      Le Québec en est rendu là.

    • Un peu marre d’entendre parler de péage pour entrer sur l’île afin de financer une ligne de métro à Anjou. Pourquoi une taxes spéciale pour les résidents de l’île possédant une automobile alors qu’ils ont l’option du transport en commun n’est jamais soulevé? En dehors des heures de pointe, il est impensable d’utiliser le transport en commun de façon efficace pour ceux qui habitent hors de l’île.

    • Non, non et non! Assez de ces péages qui se multiplient. Nous sommes l’une des sociétés les plus taxées et imposées de la planète. Si on veut ajouter des péages, alors diminuont en contre-partie les impôts ou les taxes. Sinon, eh bien cela va éclater éventuellement, le citoyen moyen va se révolter. Probablement qu’aucune ville n’a un système de péage à la distance sur l’ensemble de son réseau routier; certaines, comme Londres, ont opté pour une tarification pour aller au centre-ville, mais c’est suffisant. Je n’ose pas croire qu’un jour on va payer pour faire quelques km pour aller au centre commercial (en plus de l’essence et de l’usure du véhicule, bien entendu).

      Cette course au taxage (pas d’erreur dans l’orthographe) est devenue une véritable folie et une plaie sociale au Québec. C’est une vision simpliste, dérivée de préceptes économiques douteux qui veulent que plus quelque chose est coûteux, moins c’est utilisé. Quant à l’implantation de mouchards dans les véhicules pour savoir où ils vont, alors je rêve, c’est l’enfer du Big Brother à nos portes; ne restera que l’implantation de tels détecteurs sous la peau de tous les citoyens pour aussi taxer les déplacements à pied. Nous allons bientôt sombrer dans un monde du genre “World War Z” (référence au film). Nous nous battrons comtre les zombies taxeurs, poseurs de mouchards, inquisiteurs, qui veulent notre peau à tout prix (n’importe quel prix en fait). Je dois aller voir ce film pour savoir comment faire face à cette situation.

      Non, non et non!

    • Quand est-ce que nous serons suffisamment taxés mr. Cardinal?

      Avant, on nous disait: vous êtes les citoyens les plus taxés mais vous avez accès aux soins gratuits, une éducation à faible coût et un réseau routier gratuit.
      Avant, j’étais d’accord.

      Maintenant, on est encore les plus taxés mais en plus, ils introduisent le concept d’utilisateur-payeur partout, ils instaurent une taxe santé, les ordonnances deviennent payantes, les médicaments sont de moins en moins remboursés, les taxes scolaires et foncières explosent, ils augmentent sans cesse la taxe sur l’essence,ils augmentent les cotisations à leurs programmes sociaux, ils veulent mettre des péages, augmenter les frais de scolarité…
      Les nouveaux frais arrivent de partout! Ils étaient quasiment content de dire que le fardeau des ménages avait augmenté en moyenne de 800$ l’an dernier.
      On est rendu loin de la simple inflation!

      Quand est-ce qu’ils auront assez d’argent?
      Savent-ils mieux gérer ou seulement dépenser plus?
      ———————————————————————–
      Je ne suis même pas en désaccord avec le principe d’instaurer un péage mais à un moment donné, il va falloir donner un break aux payeurs de taxes quelque part.
      Si vous voulez taxer les utilisateurs, aucun problème mais qu’ils diminuent les impôts en conséquence et qu’ils s’arrangent comme nous: faire plus avec moins.

    • Arrêtons de niaiser avec des petites taxes ici et là. La solution, c’est de mettre le taux d’impôt sur le revenu à 100% dans notre beau Québec. On est déjà à mi-chemin ou presque, 49.7%… allons, un petit effort, on y arrive!

      PS M. Cardinal, pouvez-vous SVP nous révéler le pourcentage de ristourne qui vous revient à vous, les activistes pro-taxes de La Presse? Ça doit être drôlement payant, car ne n’ai pas vu une seule proposition de taxe qui n’a pas l’appui enthousiaste des activistes de La Presse.

    • Je suis citoyen de Montréal, j’y habite et j’y travaille, et je prends le transport en commun.

      Je suis hostile à l’idée de devoir payer pour entrer et sortir de ma ville. Je ne suis pas un prisonnier. Il n’y a pas d’alternative aux autoroutes puisque Montréal est une île; je suis donc contre qu’il y ait des péages.

      B Plante

    • Si vous aimez lire:

      http://aqtim.qc.ca/upload/aqtim/editor/asset/RAPPORT%20DE%20MISSION%20F-5-F.pdf

      Ça prend un plan, pas un ramassis de bonnes idées.

      P. Lemieux

    • Arrêtez avec les histoire d’utilisateurs payeurs c’est le truc le plus inefficace qui existe grosse perte d’argent pour la population, si vous voulez des nouveaux revenus ayez les couilles d’augmenter les impôts surtout à ceux qui se verse des dividendes. Inventer des nouvelles taxes, péage dans ce cas, c’est ridicule, on a déjà les impôts qui font la même job tu change un chiffre dans une colonne et c,est tout pas besoin de payer des gens ou appareils pour vérifier l’utilisation du service public. Quand tu te demande si l’application de ta nouvelle taxe va être rentable ça commence à être drôlement ridicule. Chaque nouvelle structure pour récolter des taxe c’est une perte d’efficacité. IMPOSITION un point c’est tout.

    • @noirod: Vous avez raison. Je parlais récemment à un employé d’entretien de la STM. Il me disait que le salaire de départ était de 27$ l’heure. Ajoutons à cela les avantages sociaux incroyables….

    • Si les élus veulent que Montréal se vide, continuez de parler de péages,
      d’augmentations des taxes scolaires et municipales, des droits de
      stationnement (s’il en reste…).
      Avec le programme de Richard Bergeron et sa gang, plus aucun automobiliste
      va oser se présenter sur l’île, encore moins au centre-ville. Et tant pis pour
      les commerçants et les places d’affaires, qui vont fermer leurs portes.
      Belle mentalité. Retraité, je devrai peut-être retourner au travail avec toutes
      les augmentations de taxes, qui nous tombent dessus continuellement.
      Quel gâchis cette ville ! Et cette province !

    • Monsieur Ménard veut investir $240 millions par année et en plus, il chiffre ses besoins à 1,2 milliards? Bon, il ne manque pas d’air, comme disent les Français. Ça ne vous tenterait pas, Monsieur Cardinal, de demander à Réal Ménard de justifier avec précision ces sommes? Pourquoi devrions-nous le prendre au mot et accepter ses estimés sans broncher? C’est ça le problème avec les décideurs publics: ils nous sortent des sommes folles et nous, le bon public, sommes tenus d’accepter docilement leurs prévisions. Mes excuses à Réal Ménard, mais nos gouvernements sont à court d’argent.

      Vous écrivez, monsieur Cardinal, que les besoins sont criants. Et oui, sans doute, mais ils le sont aussi en santé, en éducation, sans parler des routes, des infrastructures et des régimes de retraite… À un moment donné, il n’y a plus d’argent et il faut accepter le fait qu’on ne peut pas tout payer en même temps, tout comme vous et moi ne pouvons pas nous payer tout ce que nous voulons. Alors si Monsieur Ménard veut dépenser des milliards, il va devoir s’expliquer avec précision avant de demander, encore et toujours, de nouveaux revenus. J’en ai assez des politiciens qui nous réclament des sommes folles pour pouvoir s’amuser ensuite à les dépenser. Si le public avait l’impression que son argent était bien géré, il accepterait probablement plus facilement certaines hausses de tarifs et de taxes. Mais les exemples de gaspillage sont maintenant si nombreux…!

      André Cartier

    • Comment ça une autre péage ???

      Les taxes que nous payons pour stationner, via les bornes-parcomètres, ne sont pas suffisantes ?

      Kessé ça ce vampirisme ?

    • Comme le CIRANO, je crois que la situation idéale serait de pouvoir tarifer chaque kilomètre parcouru par une automobile. Malheureusement, il n’y a pas de technologie le permettant à coût raisonnable et effectivement, hausser la taxe sur l’essence demeure la meilleure option à court terme si l’objectif est de générer des revenus.

      Pour les péages actuels, de mémoire, en moyenne 50 % des revenus sont nécessaires à la mise en place et à l’entretien du système de collecte. Et ce constat est vrai tant pour les péages électroniques qui font appel à des transpondeurs que pour les bons vieux péages avec guichet de paiement. Il y a donc certainement moyen de trouver des façons plus efficaces de récolter des revenus. Une avenue intéressante pour financer le transport en commun serait de faire appel à la captation de la valeur (value capture). Il s’agit d’utiliser les hausses de valeurs foncières dues au transport en commun pour financer ses infrastructures. Pour ce faire, différents mécanismes existent dont la mise en place de taxes dédiées, mais aussi des partenariats avec le privé (développement conjoint) et plusieurs autres qui sont relativement élaborés pour décrire sur un blogue. À ce sujet, l’annexe D-1 du mémoire déposé par la CMM pour la Politique québécoise de mobilité durable du MTQ est assez bien faite (http://cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/memoire/20130703_memoirePQMD.pdf). On trouve aussi sous le lien précédent l’étude du CIRANO à l’annexe C.

      Enfin, si le péage est relativement inefficace pour récolter d’importants revenus, il est en revanche LA SEULE solution pour diminuer la congestion routière. Il mérite donc d’être examiné en ce sens selon moi et devrait naturellement varier selon l’intensité de la congestion observée. Bien sûr, on aura une meilleure acceptabilité si on fournit des services alternatifs comme le transport collectif…

    • Le péage est un mal nécessaire. La dépendance à l’automobile nous coûte, collectivement, une fortune. Ça creuse d’une manière épouvantable le déficit de la balance commerciale (le secteur automobile est marginal au Québec et nous ne produisons pas de pétrole), ça nous prive des meilleurs terrains de la province, ça coûte une fortune en soins de santé… bref, faut être rationnel un moment donné et faire un choix économique.

    • L’autre jour, j’ai décidé de prendre l’autobus et le métro plutôt que mon auto pour aller au centre-ville. Trajet qui, à cette heure-là de l’après-midi, me prend au maximum 20 minutes en auto. Eh bien voici : 50 minutes, 30 minutes de plus, 250% de plus par le transport en commun que par l’auto. Et c’est avec ces transports en commun qu’on n’arrête pas de nous casser les oreilles à longueur d’année? Non mais on se moque de nous.

    • Je peux sympathiser avec les contribuables qui se sentent écraser sous les taxes. Cependant nous devons trouver de nouvelles façons de financer nos services publics et ces façons doivent favoriser rigueur, imputabilité et transparence puisque nos élus ont perdu la confiance de la population en ce qui a trait à la gestion du fond consolidé de l’état. La façon la plus simple de tarifer selon la distance parcourue sans nouveau système techno demeure la taxe sur l’essence. C’est aussi un bon outil de gestion de la demande car un coût plus élevé de l’essence fera diminuer le nombre de kilomètres parcourus.

    • Une taxe sur l’essence serait beaucoup plus simple, moins coûteuse, plus efficace et plus équitable que le péage. En effet, les gens pourraient payer moins en roulant moins, moins vite, et avec de plus petites bagnoles. Pas de systèmes complexes à installer et à gérer. On module la taxe selon les besoins et le tour est joué. L’essense au Québec est beaucoup moins chère que dans la très grande majorité des pays développés, donc il y a beaucoup de marge de manoeuvre de ce côté. Les péages devraient servir uniquement à gérer la congestion.

    • Il est temps qu’on se réveille. Au Québec le problème ce n’est pas le manque de revenus mais plutôt l’abondance des dépenses. On dépense tellement à tous vents. CPE, assurance parentale , invitro, ambassades, culture , déclaration de revenus en double, abondance d’élus.etc…. Et bien sur la corruption.

      La solution….il faut forcer le gouvernement à faire des choix

      Comment…..une approche simple serait de couper les impôts de 1% par an et les dépenses de 2% par an. Oui!! Couper.

      Et ensuite on pourra décider si on veut le métro à Anjou ou refaire turcot. Des CPE à $7 ou l’assurance parentale. Etc….

      M. Cardinal arrêtez de chercher de nouvelles sources de revenus et cherchez plutôt des nouvelles façons d’économiser.

    • Avec raison, plusieurs ont des réticences à payer encore et demandent qu’on coupe plutôt. Bref, qu’on fasse des choix.

      Sortir de la dépendance à la voiture est un choix économique. Les investissements massifs en transport automobile, près de 6 milliards pour 2013-2014, rapportent peu. Tandis qu’en investissant dans les transports collectifs on crée, par dollar investit, beaucoup plus d’emplois chez nous, et ces travailleurs paient taxes et impôts. De plus se sortir de la dépendance à la voiture permettra des économies massives en frais de santé.

      On peut aussi penser à tarifier selon la distance parcourue, le tout modulé par la masse du véhicule.

      Ce n’est pas idéologique ou écologique, mais du simple pragmatisme économique.

    • Je suis pour le péage sur les ponts car les gens ont choisi de sortir de la ville ( je suis moi-même un résident, depuis ma naissance, de la Rive-Sud) et donc de faire de longues distances qui rendent nécessaires un système routier complexe.

      Mais un ménage rigoureux, une analyse en profondeur du fonctionnement du système de transport en commun est essentiel du même coup, pour améliorer l’efficacité financière et sur le terrain des différentes entreprises liées à ce domaine. Car avec les nombreuses pannes, on ne donne aucune option efficace à ceux qui voudraient éviter d’utiliser leur voiture en ville.

    • Investir dans le transport en commun, c’est justement ça le pelletage en avant.

      Augmenter l’offre du transport en commun est exactement comme ajouter une autoroute. Cela résout le problème au début, mais cela ne dure pas. Faciliter des déplacements entraîne une concentration des entreprises et un éloignement de la population. Le résultat est que les besoins en déplacement augmentent. Après quelques années, c’est le retour à la saturation et on se retrouve au point zéro.

      Il faut repenser le développement de la région Montréalaise pour diminuer les besoins en déplacement. C’est la seule solution viable à long terme.

      Nous devons évidemment investir à court terme dans le transport en commun. La très mauvaise planification urbaine de la région montréalaise fait en sorte que nous n’avons pas d’autres choix. Il faut pelleter en avant pour l’instant.

      Par contre, il faut commencer dès maintenant à penser à de vraies solutions. Si nous restons avec l’idée que le transport en commun est une « solution d’avenir », alors dans quelques années nous allons nous retrouver dans une situation pire.

    • Je partage entièrement l’opinion de paul_gendron

    • Décidement, François, un saut en politique vous ferait l’effet d’une douche froide, n’est-ce pas ?

      Le titre du prochain billet sera:
      ”Une augmentation des taxes sur l’essence, dans ce cas?”

      Parlant de pelletage en avant, il resterait toujours l’option Québec Solidaire. D’ici à ce que l’argent se mette à pousser dans les épinettes (ou qu’on frappe un muret) je me joint aux gens qui proposent de couper les dépenses au lieu de presser (encore) le citron.

      Parce que, finalement, on s’en tape que ce soit sous forme d’impôt, de taxes, de contravention, de frais annuel, d’impôt, d’écofrais ou de péage, c’est toujours bien dans notre poche que ça farfouille. Oh pardon j’ai dis ‘impôt’ deux fois ? Scusez, je vois double. Le monoxyde de carbone me monte dans le coco, sûrement.

      On lâche pas les copains, un jour on aura peut-être un bon gros wake-up call à la Grecque et c’est peut-être, finalement, ce qu’il nous faut pour assurer l’avenir des générations futures.

    • Cardinal a raison.

    • “doter toutes les voitures de toute la région d’un dispositif permettant de faire payer tous les kilomètres parcourus dans toutes les routes”

      !!!

      J’ai bien lu, M. Cardinal ???

      On pourrait avoir un lien vers cette étude du cirano ???

      Dans toutes les voitures ???

      Jamais.

      J A M A I S je n’aurai un mouchard GPS dans ma voiture qui me piste au centimètre.

      Jamais. Y avez vous seulement réfléchi un peu ???

      Est-ce qu’on est tous devenus collectivement cinglés ??? Ca va être la guerre. Oh que ça n’arrivera pas. Oh que non.

      Il y a milles façons de bousiller ces émetteurs ou de les empêcher d’émettre. (Tout comme les émetteurs des compteurs “intelligents” d’hydro, en passant). (ils vont l’avoir, leur guerre).

      Les gouvernements doivent C O U P E R dans les mauvaises dépenses et arrêter de nous taxer sans cesse toujours plus. Le taux d’épargne des ménages est rendu à 2%. On a pu une c!$$3 de cenne pour mettre de côté. Ca va faire.

    • AVANT de considérer les péages, quelqu’un a pensé à demander aux administrateurs de nos sociétés de transport de vérifier du côté de leurs somptuaires dépenses…juste pour voir?

    • Inciter les entreprise et les institution a offrir du télé-travail ca ne vous a jamais traverser l’esprit… baisse des coûts de transport pour le travailleur, baisse des coût de locaux nécessaire par l’entreprise, augmentation de la productivité , diminution du trafic donc des coût en immobilisation dans le réseau autoroutier….et tout ça pour moins chère pour le contribuable

    • Le travail à domicile via le réseautage par Internet pourrait être un moyen de réduire l’achalandage sur les routes. Je me demande combien d’entreprises seraient en mesure de proposer cette option à leurs employés ?

    • La M. Cardinal , je dois admettre que j’ai beaucoup de difficultés a vous suive
      Si je vous comprends bien , le transport en commun est insuffisant .
      La solution semble être un nvestiment massif, donc , on a besoin d’argent. La meilleure solution pour les gouvernements serait de rationaliser les programmes et de couper les dépenses, dégager des surplus , et investir , mais l’histoire nous enseigne que les gouvernements provinciaux et municipaux sont beaucoup trop incompétents pour faire ça.
      Alors arrive LA solution , aller chercher plus d’argent dans les poches des contribuables, solution qui as fait ses preuves et c’est là que vous êtes rendu. Ou je vous perds , c’est que vous dite qu’une taxes sur l’essence est , bien qu’elle ne coute rien pour implanter, impraticable , alors que l’implantation d’un bidule qui vas enregistrer nos déplacements , et dont le cout est inconnu, serais la solution .
      Pour aller chercher 1.2 Milliards dans les poches des automobilistes , avoir le choix entre une solution simple ou une autre plus complique , moi je choisi la solution simple . Et il me semble , bien que je puisse me tromper , que la consommation d’essence est un très bon indicateur du kilométrage parcouru, en plus d’inciter ceux qui font beaucoup de déplacement, à acheter des voitures à faible consommation, donc , à polluer moins .

      La seule explication que j’ai trouvé à votre solution est que vous parlez de taxer les déplacements sur les autoroutes seulement , ce qui aurait pour effet de ne pas taxer les bons 514 et de taxer les méchants 450 qui ont choisi de ne pas vivre sur cette magnifique ile qu’est Montréal.

      Est-ce que je me trompe ??

      D Ducharme

    • @89170
      On peut investir dans le transport en commun sans tout le ramener au centre-ville. On peut avoir plusieurs pôles et des bus/trams/métro qui s’y rendent à tous. L’auto-solo est le pelletage en avant au niveau pollution et gaspillage de ressources.

      @mathieun
      J’ai choisi la banlieue ET j’y ai été poussé. Les prix exorbitants et le manque de calme m’y ont poussé. La faute est donc partagée tout comme le cout d’améliorer les transports en commun devraient l’être.
      Pour avoir des lignes de bus express nord-sud et est-ouest (pour pallier au fait que les lignes de Métro sont saturées) il faut libérer des voies sur les grandes artères. Comment le faire lorsque la majorité des citadins ont une voiture de garée dans la rue. Ca prend des stationnements hors-rue. Ca profite aux 514 donc le côut doit être partagé.

    • Je trouve ce débat carrément surréel et quelque peu amusant.

      M Cardinal vous rendez-vous compte à quel point le Québec est dans une situation économique et financière précaire?

      L’économie du Québec à besoin d’une nouvelle taxe comme vous et moi d’un trou dans la tête!

      Mais de toute façon ça n’arrivera jamais, pas plus que vos utopies de tramways, les sbires de Goldman Sachs vont nous rendre visite bien avant…

    • @gl00001 :

      Le stationnement hors rue, dans les quartiers plus vieux, est impossible à moins de défigurer la ville. Les quartiers centraux n’ont jamais été pensés en fonction de la voiture et il ne faudrait pas commencer à détruire de vieux triplex et duplex centenaires pour faire du stationnement dans le but d’élargir les voies (ce qui augmenterait l’achalandage et la vitesse des voitures).

      D’ailleurs, dans ma rue à sens unique, nous étions nombreux à stationner volontairement plus loin du trottoir pour rétrécir la rue. Ça forçait ceux qui voulaient profiter de notre petite rue résidentielle pour contourner l’artère principale à ralentir fortement, au point où notre rue est devenue non-invitante pour les transiteux.

    • Je me fous carrément de ce qui se passe à Montréal; une ville ingouvernable.

      Depuis l’ouverture des autoroutes 50 et 30, je n’ai pas roulé sur l’île de Montréal. Alors ils peuvent bien mettre toutes les taxes qu’ils veulent, je n’aiderai pas à payer les infrastructures de la ville.

    • Puisqu’on parle de mettre des mouchards dans nos voitures… mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin.

      Pourquoi pas simplement implanter une puce électronique dans le cerveau de tous les Québécois.

      Les usages pourraient être multiples, exemple comme respirer produit du gaz à effet de serre le gouvernement pourrait faire un petit prélèvement à chaque respire, on pourrait même envoyer des petits choc douloureux quand il y a des comportements politico-incorrect, comme par exemple conduire une bagnole!!!!

      Lâcher pas M. Cardinal vous êtes sur la bonne voie…

    • Vous pensez qu’une augmentation des taxes va permettre à la STM d’améliorer le service ? Hahaha! Mais vous croyez encore au Père Noël ! Le péage ou la taxe ira en augmentant, et le service continuera de se déteriorer.

      Le gouvernement a fait le choix d’enlever les péages il y a plusieurs années pour le remplacer par la taxe sur l’essence, et là on veut remettre les péages (mais bien sûr, en maintenant la taxe sur l’essence) Il y a des limites à presser le citron.

      Comme plusieurs l’ont soulevé avant moi, le problème n’est pas dans la colonne des revenus, mais bien dans celle des dépenses. Que les gestionnaires (qui sont très bien payés à ce que je sache) fassent comme dans le privé, c’est à dire réduire, ou au moins contrôler les dépenses tout en maintenant la qualité des services.

    • @cmoibenlepro

      14 août 2013
      17h10

      Vous dites:
      “Je suis citoyen de Montréal, j’y habite et j’y travaille, et je prends le transport en commun.

      Je suis hostile à l’idée de devoir payer pour entrer et sortir de ma ville. Je ne suis pas un prisonnier. Il n’y a pas d’alternative aux autoroutes puisque Montréal est une île; je suis donc contre qu’il y ait des péages.”

      Pas d’alternatives aux autoroutes pour sortir de l’ile?
      Le Pont Pie-IX, le pont Viau, le pont Lachapelle, le pont Mercier (la 138 n’est pas techniquement pas une autoroute), le pont Victoria et le pont Jacques-Cartier ne répondent tous pas à la définition de “réseau routier supérieur”, qui est ciblé par le péage régional.

      Vous seriez loin d’être prisonnier monsieur.

      J’habite Montréal aussi, et bien que je possède une voiture, elle ne me sert que rarement pour mes déplacements à Montréal.

      Dans un contexte de financement non seulement des transports collectifs mais aussi de financement de nos ROUTES qui tombent en morceaux, je vois à l’instauration d’un péage régional, voire meme provincial, d’un bon oeil. Après tout, on l’a déjà eu (”La Porte du Nord” avant que ca soit recyclé en McDo, c’était un poste de péage), et si ce n’était pas d’une augmentation des tarifs votée à l’époque par le gouvernement, on l’aurait probablement encore aujourd’hui.

      Marc-André T.

    • Une autre taxe pour financer un dinosaure dans le transport en commun.

      Jamais ! Je vais quitter Montréal si cela arrive.

      CIRANO devrait s’attarder à la pratique coûteuse de la STM avant de proposer des sources de revenus autre que le prix d’entrée pour l’utilisation du transport en commun à Montréal.

      La STM laisserait sans doute tomber les Bixis qui coûtent une fortune.

      Pourquoi la STM utilise toujours des Bus vide de 70 places durant la nuit avec une affiche publicitaire mensongère disant: “Ce bus = 70 voitures de moins sur nos routes”.

      Un bus vide n’est pas = à 70 voitures de moins sur les routes.

      C’est un mensonge. Une ignominie. Une fraude.

      La pub devrait être: “Ce bus ≤ à 50 ou 70 voitures ….”

      Comment croire la STM alors qu’elle nous sert des publicités mensongères.

      Pourquoi la STM n’utilise pas d’autre moyen de transport autre que des gros bus vides ?

      CIRANO contribue à la création d’un immense trou de beigne où le centre de celui-ci s’élargit de plus en plus et se vide de ceux qui payent le plus.

    • @baghdadbob – 14 août 2013 – 16h22
      Toujours le même réflexe au Québec, on va hausser les taxes. Nous sommes littéralement écrasés par le poids de la fiscalité, sans compter les taxes indirectes que sont la SAQ, Hydro-Québec, et on continue à augmenter ce fardeau. Ils ne seront contents que lorsqu’ils auront pris 100% de ce qu’on gagne et là, ils vont dire … oups :-( .

      Personne de nos ‘allumés’ élus ne se posent la question: peut-être qu’on dépense trop. Regarder la panoplie de programmes qu’on avait pas les moyens de se payer pendant que des choses essentielles tombent en ruines. Nous sommes gérés par des gens qui ne voient pas plus long que le bout de leur nez, alors que ça fait longtemps qu’on aurait dû gérer en pensant 5, 10 et 15 à l’avance. Eh bien, nous voilà à quelques pouces du fameux mur!

    • C’était inévitable que dans les commentaires d’un billet sur la STM certains critiquent les conditions de travail des employés.

      La STM a de la difficulté à recruter du personnel compétent et qualifié. Ce n’est pas en coupant dans les salaires que la situation va aller en s’améliorant. S’il manque d’employés compétents, le service va en souffrir.

      Et je signale gentiment à ceux qui n’ont pas beaucoup de connaissances en économie que vaut mieux payer un salarié de la STM 50 000 $ par année qu’un travailleur du pétrole en Alberta à 150 000 $ ou un assembleur de bagnoles en Ontario 75 000 $. Le gars de la STM paie des taxes et impôts ici et dépense la majorité de son salaire ici. Pas l’Ontarien ni l’Albertain.

    • @tous ceux qui sont contre l’augmentation de revenue, on doit qu’en même trouver 1.2 milliard.

      Dans un contexte ou on a même pas réussi à faire payer à l’élite de demain, les universitaires, leur part de leurs études qui leur permettront de gagner en moyenne $1 million de plus que le reste de la population. Comment espérer couper ailleurs 1.2 milliard?

      Malheureusement, je ne crois pas que Mr Ménard a la poigne pour forcer le PQ à financer 1.2 milliard pour quoique ce soit à Montréal. Pas payant politiquement.

      Dans ces conditions je ne peux que partager le pessimiste de Mr Cardinal.

    • @ snooze

      L’étude n’a pas été publiée sur aucun site. Par contre, vous pouvez la lire dans les annexes de ce gros document, à la page 57:

      http://cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/memoire/20130703_memoirePQMD.pdf

      François Cardinal

    • @ pbrasseur

      Je veux simplement vous faire remarquer que le mouchard auquel vous faites référence, je m’y oppose dans mon texte…

      François Cardinal

    • @Louis Richard

      Entièrement d’accord avec vous.

      Je me suis toujours demandé pourquoi la STM n’utilisait qu’un seul format d’autobus alors que plusieurs lignes (ou périodes de la journée) pourraient se satisfaire d’un plus petit format.
      Ce serait écologique et économique SANS diminuer l’offre de service.

      Bien sûr, des réponses simples et efficaces ne font pas partie du bagage de nos professionnels du transport collectif et ils vont préférer nous arriver avec des inventions futuristes au coût exorbitant afin de quêter davantage de taxes en tout genre.

      Ils vont plutôt nous parler de faire un tramway au coût de 2 milliard et agrandir le métro au coût de 500 millions par station…

    • Stupidité…

      Afin de pouvoir circuler à Montréal en automobile, il faudrait dorénavant, payer un taxes supplémentaire sur le prix de l’essence ? Comme si le prix de ce produit n’était pas assez élevé, justement à cause des taxes !

      Il faudrait ensuite payer un péage entrée-sortie ? Quelle stupidité !

      Et aussi payer un taxe sur la distance parcourue ? Alors là, c’est la totale !!!

      Et vous semblez approuver ce genre de tactique pernicieuse !

      Lorsque des fonctionnaires se penchent sur un cas, leur solution est souvent la création d’un balançoire à bretelles, où la réfection du pont Mercier avec de la guimauve !

      Il en est ainsi pour la présente !

      Qu’on nous fiche la paix avec les taxes aussi inutiles que stupides !

      Cé tu assez clair ?

      M. Notredame

    • @simon_c
      Je suggérais ça pour les voies express pour les bus sur les grandes artères.
      Et “impossible” est écrit bien petit dans mon dictionnaire. Il y a toujours une solution.

    • Monsieur Cardinal, mais comment font-ils ailleurs dans le monde avec leur transport en commun, comment partagent-ils la facture entre utilisateurs et non-utilisateurs?

    • @-alexandre-
      Avoir plusieurs formats d’autobus demanderait beaucoup plus de bus donc plus de dollars en immobilisations, en maintenance et en parking. Un autobus qui ne roule pas n’est pas rentable pour les comptables.
      Et ça serait une casse-tête logistique de faire entrer et sortir les bus pour quelques heures à l’heure de pointe. Les fins de ligne ne sont pas toujours près des garages.

      L’autre alternative, les petits bus : On doit en mettre plus. Ca prend plus de chauffeurs et plus de mécaniciens.

      Il faut se demande qu’est-ce qui coute le plus cher. La consommation de carburant, les bus immobilisés ou le surplus de personnel. La solution n’est pas simple.

    • @maturmel

      Si le nouveau pont Champlain sera doté d’un péage, le plan est de mettre aussi des péages sur les ponts Victoria, Jacques-Cartier, Mercier, etc afin d’éviter un déplacement du traffic d’un pont à l’autre.
      SVP renseignez vous avant de lancer des commentaires loufoques.

      Merci
      B Plante

    • Légalisons le pot et la prostitution. Ensuite on les taxes. Ça devrait rapporter quelques centaines de millions.

    • Qu’on privatise la STM, son financement sera assuré par la vente de billets.

      Ah oui c’est vrai, les pseudos-écolos se foutent bien de l’environnement quand ce ne sont pas les autres qui paient pour leurs folies. Ils n’assumeront JAMAIS le vrai coût du transport en commun. Moi non plus d’ailleurs je ne compte pas l’assumer en tant que contribuable, et c’est pourquoi je me ferai un plaisir de ne plus jamais mettre les pieds à Montréal si péage il y a.

    • JE SONGE SÉRIEUSEMENT À QUITTER mONTRÉAL VOIR MÊME ;E qUÉBEC , PU CAPABLE DE PAYER POUR RESPIRER L AIR

    • Eh bien on dirait qu’il y a consensus: ça va faire les taxes et les augmentations quand on lit les abus dont nos bons gouvernants et les chefs d’entreprises se rendent coupables. On dépense notre argent comme si c’était une source sans fin. Ça va faire! Nous ne sommes pas en mesure de nous voter individuellement tous les beaux cadeaux que cette bande d’incapables se vote à nos frais en pigeant toujours plus profondément dans nos poches.

      Contrairement à une taxe sur l’essence qui va pénaliser TOUT LE MONDE au bénéfice des seuls Montréalais, qu’on remette les fichus péages. On saura quel coin éviter et ça nous fera une autre bonne raison de laisser crever Montréal qui a néanmoins des illuminés à sa tête qui ne comprennent vraiment pas pourquoi on fuit ce trou à rats.

      Tiens! Ils veulent mettre une autre taxe? Je leur propose de fesser dans le tas chez les pétrolières qui sont loin d’être en perdition avec les marges de profits indécentes qu’elles font. 42% au Saguenay. 18% en moyenne partout au Québec.

      Ce gouvernement d’incapables est en train de se mijoter une belle petite révolution. Quand on va sortir du coma et les mettre dehors, ce ne sera pas en tapant sur des casseroles. Et ces bandits ne la trouveront pas drôle.

      Une solution? Un beau petit referendum populaire (Marois trouvait que c’était une idée géniale) sur ce qu’on garde comme nanane et ce qu’on flushe: ça risquerait de causer de drôles de surprises et d’obliger certains socialistes à se responsabiliser au lieu de s’écraser sur les contribuables qui sont au bout de leur corde!

      Pour Ugoh, l’essence est plus chère ailleurs dans le monde alors faisons-en autant? Pour engraisser encore plus les bandits? Ça va pas non? Nous sommes un pays producteur! Nous devrions comme le Venezuela le payer 3¢ le litre. Parce que cher ami, ne vous faites pas d’illusions, l’essence surtaxée vous coûtera plus cher à la pompe et plus cher partout: panier d’épicerie, produits de consommation indispensables, tout! Misère!

      Le mouchard? Certaines compagnies d’assurances y ont déjà recours. Je ne ferai jamais affaire avec eux.

      Que cette bande d’incapables coupe, point final. Il n’y a pas d’autres solutions. Payer un passeur de mop $27 de l’heure + avantages sociaux de première classe est parfaitement indécent. Refuser de couper dans les primes de départ est aussi indécent. Marois qui aime beaucoup la rétroactivité, les tenanciers de débits de boisson s’en souviendront longtemps, devrait rétroactivement rembourser sa prime de départ de 2008 je crois, elle qui était partie pour de bon et qui est malheureusement revenue nous affliger de ses incessantes niaiseries!

      J’en ai ma claque mais alors ma claque!

    • Un tarif au kilomètre serais très inéquitable. Celui qui prend son Hummer pour venir travailler au centre-ville paierais le même montant que son voisin qui prend sa Smart. Une taxe sur l’essence est beaucoup plus juste.

    • @loubia,

      J’espère que ça vous a fait du bien?

      100% d’accord avec vous !

    • @ gl000001

      Votre commentaire me laisse croire que vous faites partie du problème et non de la solution.

      Il est moins coûteux d’entretenir et faire fonctionner un petit bus qu’un gros qui ne transporte personne.

      Le petit bus a des avantages que le gros bus n’a pas et vice et versa. C’est une question de flexibilité dans la façon de se transporter.

      Votre questionnement sur l’offre de transport est douteux en écrivant ici :”…Il faut se demande qu’est-ce qui coute le plus cher. La consommation de carburant, les bus immobilisés ou le surplus de personnel. La solution n’est pas simple…”.

      Ces fausses questions montrent que vous êtes empreint de malveillance en ne proposant rien.

      Nonobstant tout ce que je viens d’écrire ici, le transport commun ou individuel est grandement façonné par la planification urbaine de nos villes.

      Malheureusement, l’urbanisme au Québec (et certainement ailleurs) est entaché d’irrégularités idéologiques et partisanes qui s’enseignent depuis l’école …

    • @gl0001
      La solution est quand même simple.
      On diminue le nombre de grands autobus.

      Même en supposant un taux d’utilisation de 100% pendant la période de pointe (ce dont je doute fortement vu qu’ils sont capables de faire des navettes spéciales facilement lorsque le metro tombe en panne), il y a pendant l’heure de pointe de nombreuses lignes qui vont rouler avec un achalandage inférieur à 50%.
      Au final, votre espace de parking devrait même devenir plus inutilisé parce qu’une portion de vos grands autobus seront désormais convertis en plus petits.
      Vous aurez au final, plus ou moins le même nombre de bus – il n y a pas besoin d’augmenter le personnel, vous sauvez sur l’essence et le temps d’entretien (beaucoup moins de surface).

    • J’habite la couronne nord et ne vais quasiment jamais à Montréal mais je paye des taxes sur l’essence pour financer le réseau local Montréal et ses autobus locaux, ça va faire. Franchement c’est rendu un “voyage” pour moi que de visiter Montréal alors qu’il laisse mon porte feuille tranquille et que mon argent serve à améliorer le réseau local de ma région qui souffre de plus en plus de congestion et que mon argent serve a améliorer les transport en commun de ma région qui lui aussi nécessite des investissements. Si ça continu comme ça, je vais m’exiler fiscalement hors de la CMM et empirer l’étalement urbain.

    • @loubia – 15 août 2013 – 10h07
      Ca vous a sans doute fait du bien d’écrire ce post et bien, ça m’a fait du bien de lire: 100% d’accord avec vous (comme ‘clb16 – 15 août 2013 – 10h38′).

    • @ -alexandre-

      Vous avez bien raison.

      De plus et au sujet de “gl0001″, je crois qu’il travail pour la STM.

    • @Louis Richard et Alexandre

      La STM commencera à tester des midibus (autobus de 9m au lieu des autobus de 12 m actuellement en service) électriques pour certains trajets et certaines heures de service et utliise aussi des autobus allongés pour les trajets à fort achalandage.

      Les autobus à moitié vides qu’on voit sont souvent en début (loin des stations de métro et arrêts importants) ou en fin de trajet. Ils se remplissent.

      Si on veut accroitre l’achalandage du transport en commun, il faut faire attention avec les formats d’autobus. Si on remplace trop de véhicules 12 m par des véhicules 9 m, on privera les usagers de places assises.

      @gl000001 : merci pour la précision.

    • Utilisateurs – payeurs ?

      Bien d’accord. Les automobilistes bénéficient du transport en commun. Ça leur évite du trafic et leur libère des espaces de stationnement.

      Alors c’est normal que nous, automobilistes, payons notre part.

    • “doter toutes les voitures de toute la région d’un dispositif permettant de faire payer tous les kilomètres parcourus dans toutes les routes”

      Juste pour avoir pensé que c’est crédible on devrait bannir le CERANO de tout débat publique.

      On a, en ce moment, des métros parfaitement capables d’avancer tout seul automatiquement, mais on garde quand meme 2 chauffeurs grassement payés par trame qui n’on rien a faire si ils n’en ont pas envie. C’est sans parler du cout ridicule du nouveau systeme informatique! Tant que la STM va continuer a gaspiller outrageusement l’argent des contribuables, on ne doit pas leur donner 1 cenne de plus.

    • @Louis-Richard : ce n’est pas parce qu’un commentateur ne suit pas l’opinion majoritaire qu’il fait parti d’une organisation quelconque ou qu’il est payé pour le faire.

    • @noirod et editpaf

      1000% d’accord avec vous! Un moment donné, faut arrêter d’augmenter les factures et couper dans le gras. Ça commence avec les pensions de fou dont les employés (dans tout le domaine public d’ailleurs) ont droit et qui sont largement déficitaires. Ensuite on réduit tous les salaires de base: 27$/h devrait être dans le top salarial, pas le minimum! Voyons donc, PERSONNE au privé reçoit des salaires de même pour “entretenir” quoi que ce soit. Ok, le chauffeur avec 20 ans et plus d’expérience qui fait 60-65k, ça va, mais un tit nouveau lui? 35-40k gros max, comme la moyenne des gens. Et la moyenne n’ont même pas de pension, eux…

      Un moment donné, ça va prendre du courage politique et s’attaquer aux VRAIS problèmes: le poid de l’état. Ils peuvent ben être “gras dur” les boomers avec ce genre d’indécence…

    • @louis-richard
      Je proposais plus haut des voies réservées pour des bus express. Et je ne propose rien ?

      Et mon questionnement est légitime. Qu’est-ce qui coute le plus cher ? Je montrais à -alexandre- que ce n’était pas simple à répondre. Mais son 10:41, me montre qu’il n’a pas compris. Parfois les gens cherchent trop la facilité dans leurs conclusions. Vous êtes tombé dans le même panneau également.
      Le cout d’entretien est sensiblement le même que le bus soit petit ou grand. Il y a moins d’huile à changer, moins d’ampoules de brulées … Mais il y a autant d’étapes à effectuer. C’est le temps qui coute le plus cher. Vous allez au garage avec votre voiture ? Vous n’avez jamais constaté ça ?

      Si les bus sont plus petits, ça en prend nécessairement plus aux heures de pointe. Donc plus de gestion, plus de logistique, plus de bus arrètés hors-pointe.
      Oui, la consommation serita moindre mais est-ce que ça compense pour les autres couts ? JE ne sais pas. Ce n’est pas mon domaine. Donc très légitime comme question.

      Vous en voulez des solutions ? Plutot que de remplacer tous les bus par des plus petits comme le propose -alexandre-. Il serait bon d’étudier d’implanter des plus petites routes avec des plus petits bus qui ameneraient les gens vers les plus grandes voies avec des gros bus. Comme les égouts. Un petit tuyau qui se jette dans une plus grand, dans un plus grand … Encore une fois : pas une solution simple mais peut-être plus efficace.

    • D’ailleurs M. Cardinal, j’ai de la difficulté a comprendre votre argument concernant la taxe sur l’essence. Vous dites qu’il faudrait trop la hausser pour faire une différence, mais que si on va taxer le même montant total auprès des mêmes gens, avec une méthode de taxation moins efficace (car demande de l’équipement), la ca serait correct?

      Du poulet grillé et du poulet frit c’est pas la même chose, mais le poulet s’en fiche bien, lui. Je vous laisse deviner qui est le poulet dans cette parabole

    • @ steadtler

      La taxe sur l’essence peut difficilement être très élevée dans la région, puis basse l’autre côté de la frontière. Tandis que le péage sur l’autoroute, à la distance, permet aux habitants de la région de payer pour l’utilisation qu’ils font du réseau routier.

      François Cardinal

    • @louis-richard
      Je travaille pour la STM ? Trop drôle.
      Arrètez d’essayer de lire dans les pensées. Ca ne marche pas.
      J’y ai déjà eu une entrevue en informatique, il y a au moins 20 ans. Votre perception extra-sensorielle a mal lu cet épisode.

      @simon_c
      A mon tour, merci.

    • @ gl000001

      Au sujet des voies rapides et/ou reservées.

      Cela fait près de 20 ans que la voie de PI-IX est mode “test”.

      Est-ce que la STM va “tester” aussi longtemps ses petits bus ?

      Avant de taxer davantage, il faut revoir les pratiques de la STM qui brûle l’argent des autres mais qui n’accepte pas que l’on s’ingère dans ses affaires préhistoriques.

    • @gl00001
      C’est vous qui ne comprenez pas.
      Savez-vous lire? Où est-il écrit que je veux remplacer TOUS les autobus par de plus petits???

      Et l’entretien concerne également le ménage!
      Moins de surfaces = moins de ménage = moins de salaires à payer.
      La mécanique reste la même…

      Et je répète: on parle du même nombre de bus au total alors c’est vous qui êtes complètement dans le champ.

      Où est-ce que vous voyez que ça prend plus de bus?
      On parle d’échanger les lignes qui sont très souvent à moitié VIDES!
      La fréquence demeure la même pour la même qualité de service, c’est la taille qui varie. POINT!

    • Les péages sur la belle autoroute à 4 voies vers le Royaume aussi j’espère? Sur la 20, pour entrer et sortit de Québec. Nos routes sont surutilisés à Montréal, les belles routes neuves en régions faut que le monde paie pour aussi.

      Pour l’instant la taxe sur l’essence est assez efficace dans ce rôle car plus tu roules, plus tu paies, plus ton véhicule consomme plus tu paies. Le problème c’est ou l’argent va.

    • @ gl000001

      J’ai lu et relu vos commentaires et je trouve que vous souffrez de fraude intellectuelles avec des contradictions, des mensonges et comparaisons douteuses.

      Vous dites en somme, avec des explications farfelues, que la STM est parfaite et que l’on doit taxer davantage ceux qui n’utilisent pas le transport en commun.

    • @-alexandre- Durant les heures de pointe pratiquement toute la flotte d’autobus (environ 1350 véhicules) est utilisée, et les véhicules restant sont soit en entretien soit en réserve. Les autobus sont aussi pleins durant les heures de pointe.

      Donc si on veut faire rouler des midibus, faut ajouter ces véhicules à la flotte existante sinon on aura des problèmes de service. Remarquez que plus de véhicules ne ferait pas de tord, même s’ils sont petits.

    • Je lis les commentaires des gens et tout le monde semblent être d’accord: nous sommes dirigé par des criminels et des incompétents avec la complaisance d’une classe journalistique de socialisto-écologiste. Malgré le fait que nous sommes tous d’accord rien ne semble bouger politiquement.

    • Fini les taxes pour financer l’incompétence.

    • @louis-richard.
      De la fraude intellectuelle. Bien sur. Attaquez les idées. Pas les gens.
      De plus, je n’ai même pas parlé des taxes ni de la perfection de la STM. Au contraire, elle est très perfectible. Donc vos conclusions sur mon compte sont grandement erronées.

      Et il n’y a plus de voie réservée sur Pie-Ix depuis plusieurs années. Il y a un bus express qui part de Laval depuis quelques mois. Exactement ce que je préconise depuis longtemps ici.

      @-alexandre-
      D’accord. Vous n’avez pas dit “tous” les bus. Mon erreur. Mais comme l’explique bien Simon_c (12:10), ça en prend plus pareil.

    • S’ils arrêtaient de nous voler, les fonds y serait.
      Aussi simple que ça.

      Le citoyen lambda paye, paye et repaye.
      Nous sommes étouffés.
      Je suis obligé de prendre mon véhicule pour me déplacer, étant handicapé et ne pouvant marcher plus de 100 mètres.

      Je vais prendre le transport adapt et attendre 3 heures pour amener mes enfants à l’école, aller à l’épicerie?
      D’accord je parcoure environ 100 kms par semaine. Mais je n’ai rien à manger et devrai payer une autre taxe? Je suis plus qu’étouffé et on m’étouffera encore plus.

      Administrez donc les fonds que les citoyens vous donnent à gérer au lieu de les gaspiller.
      Des Pamela Wallin, Duffy, Brazeau et autres il y en a plus que l’on pense.

    • @yomaurice 10h51 : Désolé mais vous ne payez pas la taxe sur l’essence en surplus.
      L’essence en couronne est généralement 3 à 4 sous moins cher dans la couronne qu’à Montréal.

    • @simon_c
      J’aimerai voir une étude qui démontre que les dix derniers rangs centiles en termes d’utilisation sont quand même supérieurs à 50% parce que des bus vides à Montréal (pas en transit) le matin comme le soir, on peut en voir beaucoup et je ne parle même dans de la région excentrée.

      @vince8520
      Le problème est que ceux qui paient au maximum n’ont pas le temps de faire du lobbying activement: faire du porte à porte la fin de semaine, aller manifester, taper sur des casseroles le soir.
      Nous sommes trop occupés à joindre les deux bouts, travailler pour des jours meilleurs; alors on paye.

      Déjà on vient de payer sûrement des millions pour avoir un rapport aussi inutile que celui présenté dans l’article mais ils vont sûrement faire une commission post-mortem pour réviser les conclusions de l’étude précédente afin de passer le test devant la commission de révision qui fera revenir les “experts” du début afin qu’ils viennent nous rafraîchir sur le pourquoi du comment qu’ils en étaient arrivés à leur conclusion initiale.

    • @ gl000001

      Pendant que les gros bus se font entretenir la nuit pour rouler pendant les heures de pointe, les petits bus desservent le transport la nuit et/ou sur les lignes moins achalandées.

      Un petit bus coûte bien moins chers qu’un gros bus

      Un gros bus vide qui roule la nuit est en quelque sorte un peu ….

    • Merci M. Cardinal pour le lien vers le document.

      Je l’ai lu (et sauvegardé). Leur objectif de “rendre socialement acceptable la taxe au kilométrage” évacue complètement la notion de vie privée. Ce document est rédigé par des technocrates qui réfléchissent entre eux dans leur aquarium et qui semblent croire que les citoyens vont docilement accepter de se faire enfoncer une puce électronique pour leur bien. Ils ne font pas que se tromper. Ils sont incompétents. Ils lisent très mal les tendances à venir et pensent comme des gars des années 70 mais avec des technologies futuristes.

      Les gens acceptent actuellement de se faire pister dans leurs déplacements que parce qu’ils n’en sont pas conscients. Ils ne réalisent pas que leur téléphone portable est un mouchard GPS et en font abstraction parceque c’est si pratique pouvoir aller sur youtube à sa pause du diner.

      Mais du moment où les gens se verront imposer un réel mouchard GPS, que c’est écrit “mouchard GPS” dessus et que la fonction de cet appareil n’est autre que de vous pister 24h sur 24 (et qui ne permet pas d’aller sur youtube), ils vont allumer. Et ils vont refuser. Parce que c’est totalement pernicieux et socialement, humainement malsain et inacceptable.

      C’est qui ces gars là du cirano ? Des mecs du HEC ? Ils sont vraiment pee wee.

    • @ -alexandre-

      “simon_c” dit n’importe quoi.

    • “Assez” comme disait Cléopâtre à César en lançant le pot par terre (la référence est à Astérix).

      Impôts sur le revenu, TPS, TVQ, taxes foncières, scolaires, tarifs, droits et cotisations de toute sorte, péages, etc. etc. etc. qui ne cessent d’augementer, gouvernements tous partis confondus qui prennent des décisions qui coûtent des sommes astronomiques sans même daigner considérer des solutions alternatives qui coûteraient beaucoup moins cher…

      Ça va faire.

      Quelques exemples:

      -Pourquoi y a-t-il un ministère du Revenu au Québec qui dédouble en grande partie celui d’Ottawa? J’ai lu que ça coûte un demi milliard de dépenses.

      -Pourquoi maintenir la quasi-gratuité dans une foule de secteurs, laquelle a pour effet net de financer des gens qui n’en ont absolument pas besoin et d’immobiliser intuilement des sommes colossales. Est-il vraiment nécessaire de dépenser des sommes astronomiques pour payer des études quasi gratuites à de futurs médecins ou avocats? Est-il vraiment nécessaire de soutenir un système de garderie public qui coûte beaucoup plus cher que le privé? Le privé est sûrement moins bien, mais est-ce que ça vaut la peine de payer autant d’argent de plus pour le système public? Et pourquoi 7$ pour tout le monde? Pourquoi subventionner ceux qui ont les moyens de payer?

      -Comment peut-on justifier que les employés municipaux à Montréal soient payés beaucoup, beaucoup plus cher que les fonctionnaires provinciaux? Parce qu’ils sont plus efficaces ou compétents?

      -Les conditions des employés de la SAQ sont de beaucoup supérieures à tout le reste du commerce de détail. Pourquoi? Sont-ils plus efficaces à ce point?

      Les politiciens tous partis confondus dépensent sans compter de l’argent qui ne leur appartient pas dans une perspective de court terme pour se faire réélire.

      On encouragerait beaucoup plus l’efficacité en gelant les revenus de l’État qui serait alors contraint de revoir ses pratiques, de chercher des économies, de faire plus avec moins et de faire des choix.

      Mais au Québec, sacro-saint modèle québécois oblige, la solution est toujours d’augemter les taxes.

      Comme moins de la moitié de la population fait vivre l’autre moitié qui ne contribue pratiquement rien, que 2-3% des contribuables contribuent de manière totalement disproportionnée et que la mentalité “d’entitlement” est solidement implantée, il estvraiment plus populaire de faire payer encore plus ceux qui contribuent déjà beaucoup trop.

    • Et j’abonde dans le même sens que Jeffypop, la taxe sur l’essence est -déjà- une taxe sur le nombre de km parcourus : Plus tu roules, plus tu payes.

      ( !!! )

      Ils veulent vraiment engloutir des millions de dollars en infrastructures informatiques (obsolètes en quelques années) pour atteindre le même objectif ?

      Nous sommes vraiment tous devenus collectivement cinglés. C’est peut être les champs magnétiques qui nous rendent de plus en plus stupides. Qui sait.

    • @louis-richard : merci pour le commentaire constructif. Ça permet vraiment de faire avancer une discussion. Un exemple concret de “n’importe quoi ?”

      Simon Chartrand
      Montréal

    • @ snooze

      Tu parles “…infrastructures informatiques (obsolètes en quelques années)..”

      Les contrats d’infrastructures informatiques au Québec semble être de la grosse fraude.

      Par exemple, des systèmes de dossiers médicaux électroniques existent déjà au Canada et dans le monde mais à Québec l’on veut un modèle distinct qui ne fonction toujours pas. Même pas pour des notes médicales ou pour les prescriptions.

      J’ai l’impression que le même phénomène de dépenses abusives et frauduleuses est le même à la STM qui s’invente toutes sortes de bébelles et d’obstacles imaginaires pour continuer à pomper l’argent des quelques payeurs de taxes qui restent.

      C’est ainsi que je peux dire que, par son inefficacité , la STM contribue à la création d’un immense trou de beigne à Montréal.

    • @-alexandre-

      Je n’ai pas d’étude à présenter. Par contre, dès qu’un certain nombre de bus sont immobilisés au garage, c’est le bordel aux heures de pointe sur le réseau. Et tant qu’à verser dans l’anecdotique,je peux rétorquer à votre observation de bus presque vides qu’il s’agit de se placer près d’une station terminus (Angrignon, Lionel-Groulx ou Henri-Bourassa, par exemple), aux heures de pointe pour voir défiler une série d’autobus pleins à craquer.

      Je ne suis pas contre l’achat de plus petits autobus. C’est une solution à tester et peut-être qu’un certain nombre d’autobus 9 m seraient mieux adaptés.

      La question à se poser, c’est le nombre optimal de ces midibus. Trop, ça augmente les frais, car on doit avoir les gros bus pour les heures de pointe. Pas assez, les coûts fixes ne valent pas la peine.

    • @louis-richard
      ““simon_c” dit n’importe quoi.”
      “Un petit bus coûte bien moins chers qu’un gros bus”
      Des arguments ? Des contre-arguments ?

      Et ne prenez pas la peine de vous excuser pour les insultes à mon endroit. Je le refuserai.

    • @superlulu

      Vous me taxez de faire fausse route et bien vous déparez … ;)

      Regardez, s’il vous plait, la ligne qui indique Majoration de la TCP (taxe carburant provinciale) pour certaines municipalités (financement du transport collectif). Il est affirmé là que nous payons 3 sous le litre à Blainville soit exactement le même montant qu’à Montréal …

      Aussi toujours selon ces sources
      Moyenne sur 52 semaine

      Montréal 137,1$
      Blainville = 136,4$

      Refs:

      http://www.regie-energie.qc.ca/energie/composantes/15.blainville.pdf
      http://www.regie-energie.qc.ca/energie/composantes/6.montr%C3%A9al%20%28montr%C3%A9al%29.pdf

    • @ Simon Chartrand

      La question ici est d’optimiser la STM et l’AMT pour que l’on cesse de nous taxer.

      Dans une flotte de véhicules qui dessert Montréal et la CMM, l’on doit avoir une panoplie de moyens. Actuellement, il y a le métro, le bixi, deux types d’autobus et deux types de train.

      Pourquoi ne pas être plus flexible ?

      Je suis pour tester des petits bus mais pas pour les “tester” sur 10 ans. La STM et l’AMT sont des organisations tellement lourdes et sclérosées qu’ils vont “tester” aussi longtemps qu’elles le pourront.

      Les petits bus représentent une solution simple et efficace.

      D’autre part, la question des transports efficaces et une question d’urbanisme. C’est ainsi que l’on développe une ville autour de certains pôles comme ceux du travail, de la famille et des loisirs.

      Au lieu de faire aboutir un métro dans les champs de patates de Laval, ce même métro aurait pu desservir l’Est et même l’Ouest de l’île de Montréal.

    • @ gl000001

      Que tu es sensible.

      Et pourquoi je dois m’excuser auprès de toi ?

    • À Toronto, on a bâti une autoroute de contournement à péage (407) que j’emprunte régulièrement lorsque je voyage entre Windsor et Montréal pour éviter l’Expressway souvent très lent. Pas de transpondeur, je reçois ma facture un mois plus tard. Une vingtaine de dollars pour parcourir pratiquement 100 kilomètres et sauver au moins une heure à patienter dans le trafic. Pas cher. Le péae au kilomètre parcouru serait selon moi un excellent incitatif au covoiturage et à l’utilisatin des transports en communs, à condition d’investir dans des flottes suffisantes et flexibles suivant les heures de la journée

      Daniel Richard

    • en fait, c’est une vingtaine de dollars pour l’aller-retour…désolé de l’imprécision
      Daniel Richard

    • @Louis-Richard
      Bien voilà, vous êtes capable d’être plus poli et structuré. Lisez mon commentaire de 14:09.

      Maintenant, combien d’argent permettrait d’économiser une seconde flotte de midibus ? Faut soustraire les coûts d’acquisition, de financement, de maintenance, de formation du personnel et d’entreposage de ces véhicules. Mettons quelques millions de dollars par année.

      Maintenant, pour la gestion de l’AMT et de la STM, quelques autres millions.

      En étant excessivement généreux et en adoptant le discours des idéologues qui pense que c’est du gros gaspillage, mettons 100 millions de dollar par année.

      Les besoins sont estimés à 1,2 milliards.

      Faut penser qu’investir dans les TEC rapporte beaucoup en terme de taxes, impôts et dépenses locales. Ça crée des jobs ici. Si on est plus nombreux à travailler, on est plus nombreux à se partager la facture et moins nombreux à dépendre de l’état. Ça permet des réductions d’impôt. Présentement, à cause de la dépendance à la voiture, une douzaine de milliards de dollars sortent de la province chaque année. Au moins la moitié qui vient de la région de Montréal. À cause de cette dépendance, on flambe, en frais de santé, des centaines de millions de dollars.

      Vous ne pensez pas qu’il faut changer de modèle ?

      Notre ministre des transports, de son fief au Lac Saint-Jean, a envoyé près d’un demi-milliard pour finir l’A-19, et ça ne va qu’augmenter le trafic sur les autoroutes transversales et bouchonner encore plus sur le Métropolitain. C’est pas du beau gaspillage à votre goût ça ?

    • L’instauration de péages nécessite l’implantation de solutions qui seront à court termes coûteuses. Ainsi, quelques années seront nécessaires avant de pouvoir bénéficier réellement du fruits des perceptions. L’augmentation de la taxe sur l’essence me semble la meilleure option puisqu’elle permet de taxer en fonction du kilomètre parcouru (plus tu roules, plus tu paies) et toute l’infrastructure pour se faire est déjà présente.

      De manière générale, il y a un manque de volonté de la part des élus et des dirigeants des sociétés de transports qu’on substitue trop souvent par un manque de fonds pour réaliser les projets.

      Afin d’améliorer le service des sociétés de transports, il faudrait commencer par obliger les élus et les dirigeants à utiliser le réseau duquel ils sont responsable. Le président de la STM voyage en vélo, c’est très bien mais il devrait se déplacer en bus et en métro, lorsqu’il sera responsable du réseau cyclable de la ville, il pourra se déplacer en vélo. La même mesure devrait s’appliquer au président de l’AMT et pour tous les niveau de gestion. De cette manière les services de transports serait probablement plus efficaces et confortables puisque les dirigeants et élus vivraient directement les problèmes plutôt que d’être informés par dans un rapport.

      La STM, l’AMT et les autres agences devraient aussi mieux circonscrire leurs actions, plutôt que de changer de logo comme l’a fait la STM ou de publier une coûteuse étude pour nous dire que le développement du métro coûte trop chef comme le fait l’AMT, les sociétés et agences devraient augmenter les fréquences de passage, implanter des voies réservées (sur Papineau par exemple) ou encore climatiser le réseau (la climatisation pourrait servir autant l’été pour rafraîchir, que pour désembuer les fenêtres lors des jours de pluies).

      De plus, il devient de plus en plus urgent de réduire les structures, MTQ, Transport 2000, l’AMT, la STM, la STL, le RTL et les autres CIT régionales. Dans beaucoup d’autres endroits dans le monde une seule organisation gère le transport dans une région métropolitaine.

      Finalement, avant d’imposer un nouveau fardeau fiscal à la classe moyenne il est impératif de diminuer les coûts de gestion et de mieux circonscrire la nature des dépenses des organismes de transport afin que le maximum des investissement soit dirigé vers l’usager plutôt que la structure de l’organisation responsable. Une fois ce travail effectué, il sera possible de parler de nouvelles sources de financement pour les transports publics.

    • Faut apprécier la culture de l’information ici démontrée. M Cardinal doit être découragé. Quelqu’un parle de 27 $ de l’heure comme salaire de départ, sans préciser le corps de métier, ni les heures de travail. On ne sait même pas si c’est vrai, c’est un employé hyper-spécialisé ou non, si c’est le taux en heures supplémentaire ou de nuit.

      Faut vraiment prendre du recul pour pleinement apprécier ce niveau.

      Pendant ce temps-là, personne ne se demande pourquoi la STM a des difficultés de recrutement.

    • À Drummondville les élus provinciaux et municipaux veulent investir 3 millions pour un piste cyclable de 2,3 km qui longe la rivière ; qui part du terrain de camping pour aller au pont le camping est ouvert de mai à septembre donc 5 mois et enlevons le jours de pluie donc pas beaucoup d’utilisation

      les gens de camping ne sont pas amateurs de vélos

      ca c’est du gaspillage d’argent notre argent est gérer pas de pousseux de papier déconnecté de la réalité

      Ca m’enrage

      Normand Sylvestre

    • @mgsylvestre
      15 août 2013
      13h25

      Vous dites: “-Pourquoi maintenir la quasi-gratuité dans une foule de secteurs, laquelle a pour effet net de financer des gens qui n’en ont absolument pas besoin et d’immobiliser intuilement des sommes colossales. Est-il vraiment nécessaire de dépenser des sommes astronomiques pour payer des études quasi gratuites à de futurs médecins ou avocats? Est-il vraiment nécessaire de soutenir un système de garderie public qui coûte beaucoup plus cher que le privé? Le privé est sûrement moins bien, mais est-ce que ça vaut la peine de payer autant d’argent de plus pour le système public? Et pourquoi 7$ pour tout le monde? Pourquoi subventionner ceux qui ont les moyens de payer?”

      Comment se fait-il que quand les gens critiquent les dépenses publiques, ils ne critiquent jamais toutes ces dépenses faites dans des infrastructures routières qui ne servent qu’à certains? Est-il vraiment nécessaire de dépenser des sommes astronomiques pour entretenir ou construire des autoroutes ou des amphithéâtres? Comment se fait-il que lorsque vous critiquez la quasi-gratuité dans une foule de secteur, vous n’y incluez pas celui des infrastructures routières? Faites payer les riches étudiants, mais surtout pas les pauvres automobilistes!

    • thornbirds

      Votre systeme de péage a la distance est justement une réinvention de la roue. Les taxes sur le carburant font deja cette job.

      Doh.

    • yomaurice

      Blainville? Mes condoléances.

      COmme montréalais, je ne comprends pas pourquoi il y a tant de ponts qui relient mon ile. Un vers le sud, un vers le nord, un vers l’ouest, et un vers l’est me suffiranet amplement (tous avec voies réservées pour le transport de marchandises, évidemment). Les autres, on scrappe tout cela, les montréalais n’en ont pas besoin. Nous sauverions collectivement une fortune, qui permettrait assuréement d’baissser les taxes sur l,essence a un niveau ou vous arreteriez de compter les cents.

      Bonne chance pour vous rendre a un hopital ou vous aurez la chance d’avoir la vie sauve en cas d’infarctus.

    • Pourquoi ne pas sortir les industries et les sièges sociaux de Montréal s’ils sont la source de tant de déplacements. Tous les banlieusards qui passent des heures sur les routes pour aller travailler, seraient gagnants sur toute la ligne: moins d’essence, moins de pollution, une meilleure qualité de vie personnelle et/ou familiale, une meilleure santé par le fait même, les routes seraient moins utilisées donc une économie d’usure du béton, pour Montréal… à la métropole, on a déjà parlé du coût de l’eau utilisée par les travailleurs de l’extérieur: un autre gain en perspective.

    • i.moga

      Parce que si je veus bien manger a 50 pas du bureau sur l’heure du lunch et que mon bureau se trouve a Laval, je fais quoi? Je sors mes clients au Il Gladiatore?

    • Trève de plaisanteries Mme Moga, la Caisse de dépot a annoncé son intention de déplacer la Place Ville marie au coin de Chemin Chambly et Jacques Cartier, pour que les 450 puissent finalement en avoir pour leur argent.

      800 millions, ca achète combien de bungalows a Longueuil?

      Pensez pas que ce sont eux qui devraient se déplacer?

      Just sayin’.

    • Fini les taxes supplémentaires.

      Que la STM et l’ATM fouillent dans leurs poches pour trouver l’argent.

    • @louis.richard
      Pour les nombreuses insultes et les exagérations sur ce que j’ai dit.
      Remarquez que GuyGadbois fait bien pire que vous.

    • Vous vous sentez ignoré, mon cher GL? Mes condoléances à vous aussi, ce serati diffcile pour vous de bien manger si ma proposition l’emportait. Il vous resterait le Pirate de Laval, mais est-ce vraiment suffisant?

      Vous savez, faut savoir vivre avec les insultes . Par exemple, je me fais constamment dire que je suis un parvenu, ce qui n’est pas le cas, mais je vis avec l’insulte, car je comprends le sgens qui la profèrent. Comme 450 bien établi (et qui semble par ailleurs fort bien l’assumer, fiou, vous etes plus fort que moi, je ne pourrais pas aller jusque là), vous devriez deja savoir ceci, je ne dois par conséquent rien vous apprendre.

      Bon, on s’égare un peu. Vivement l’essence à 4 $, voir 10 $ le litre, qu’on puisse commencer à se parler entre adultes éclairés et consentants. Le péage deviendrait bien accessoire.

    • @ simon_c

      Les coûts pour un petit autobus sont moindres que pour un gros autobus.

      C’est facile à comprendre !

      Pourtant, tu sembles dire le contraire en posant des question très structurées et précises sur les coûts d’opération des autobus.

      Tu peux me parler des coûts d’opération des autobus de la STM ?

    • Je ne comprends pas votre obsession contre l’augmentation de la taxe sur l’essence pour financer le transport en commun. La seule différence entre une taxe sur l’essence et une taxe au km parcouru est que la taxe sur l’essence taxe davantage les véhicules consommant plus d’essence par km. Qu’est-ce qui vous dérange là-dedans au juste? Vous êtes pour les véhicules à grosse consommation d’essence??? L’augmentation suggérée à court terme est d’environ 6 cent en province et 13 cent à Montréal. Taxer davantage l’essence a un coût nul par rapport à un coût supplémentaire certain si on introduit une nouvelle taxe. La solution dans les transport dans l’état actuel de notre industrie de la construction ? Nationaliser les transports en créant une société d’état qui récolterait toute la taxe provinciale sur les transports et qui le réinvestirait dans tous les modes de transport.

    • si nous somme rendu à payer poour rentrer chez-nous c’est surement un signe que ” tout va bien” comme dirait Gérald T.

    • @guygadbois
      Tant mieux pour nous que vous ne connaissiez pas les bons restos de Laval. Ca prouve également que vous ne connaissez pas grand chose sur le sujet présent. On peut passer d’autres interventions plus intéressantes et utiles au débat.

    • GL, laissez-vous prier…

      Il n’y a pas d’excellent resto à Laval. Aucun. Zilch.

      Je vous laisse à vos illusions, c’est à peu près tout ce qui vous reste.

      Mais sans rancune, on se voit au Baton Rouge en face du Carrefour a midi pile demain, puisque c’est tres proche du top du top, selon vous? Je serai le grand blond avec les Converse jaune et le foulard orange.

    • Je m’excuse gl.

      J’ai du faire une recherche sur Google, puisque le jour ou vous allez vraiment me trouver à Laval pour chercher de la bonne bouffe n’est pas encore en vue.

      Il semble y avoir le Mitoyen. Bien évidemment ouvert par un chef d’ici, M. Bastien, dont j’honore le véritable resto, aux 2 semaines. Qui bien évidemment n’est jamais dans les cuisines à Laval. Comme les trottoirs, mais c’est une autre histoire.

      Ou peut-etre pas.

      La classe, voyez-vous.

    • @Louis-Richard

      Pris individuellement, oui, un midibus peut sembler plus économique qu’un pleine grandeur.

      Sauf qu’il faut considérer l’impact sur l’ensemble du réseau, incluant les garages (qui sont, selon la STM, a peut-près à plein capacité, de là les demandes d’agrandissement).

      1- On ne peut retirer les bus 12 m pour faire place au 9 m, à cause des heures de pointe.
      2- Si on acquiert un autre type de bus, ça veut dire qu’il faut former des employés, surtout des mécaniciens, et garder en inventaire une autre série de pièces, et loger ces autobus. Donc pour que ça vaille la peine, faut un nombre suffisant (pour distribuer les coûts fixes sur un plus grand nombre et mieux négocier l’achat avec les fournisseurs).
      3- Faut aussi penser que plus d’autobus, et d’un autre type, ça veut dire d’autres frais, comme l’acquisition, le financement de ces autobus et leur entreposage. À un certain point, ça commence à coûter plus cher.
      4-Donc il faut donc trouver le point d’équilibre entre assez d’autobus 9m et trop. C’est de l’optimisation, un processus facile à faire sur papier et une courbe qu’on dérive, mais dans la vie, c’est autre chose. Heureusement que la STM les teste (les midibus) avec la propulsion électrique. Ça permet de tester non seulement le format, mais la gestion des autobus électrique. 2 tests en même temps.

      Grosso-modo, pour les coûts d’opérations, des reportages que j’ai pu lire, on parle d’environ 100 000 km par année par bus, de transmission à reconstruire au 100 000 km (300 000 km si les autobus sont hybrides), de coût d’acquisition se chiffrant en centaine de milliers de dollars et d’une durée de vie à Montréal légèrement supérieure à 15 ans.

      Faut aussi penser à l’entreposage de ces machines lorsqu’elles ne roulent pas.

      Bref, je suis bien heureux de ne pas être gestionnaire à la STM ;)

    • @ simon_c

      Tes calculs sont mauvais.

      Tu dois me donner une réponse facile sur les coûts d’un bus.

      Je sais que tu es capable de me répondre.

      Force toi !

      Tu es capable.

    • Louis-richard

      Pour ma part, je suis persuadé que vous etes capable d’etre poli, en vous forcant un peu.

      Votre mère ne vous a pas enseigné la politesse élémentaire?

    • @Louis-Richard

      Je n’ai pas fait aucun calcul, donc ils ne peuvent pas êtres mauvais. Je ne travaille pas à la STM et je n’ai pas de chiffre précis à vous donnez. Tout ce que j’ai fait, c’est prendre du temps pour vous expliquez pourquoi je ne crois pas qu’une seconde flotte entière de midibus peut réduire les coûts.

      Vous manquez de politesse et surtout, de maturité dans vos réponses.

      Bonne chance.

    • @louis-richard
      “Tu dois me donner une réponse facile sur les coûts d’un bus.”
      La facilité. C’est tout ce que les gens rechercent de nos jours.

      Tenez, en 2 minutes Mr Google m’a donné ceci :

      “Although larger buses are more expensive than smaller buses, because operator salaries make up the overwhelming majority of operating expenses for transit agencies there is no, contrary to popular opinion, savings to operate smaller buses. ”

      http://publictransport.about.com/od/Transit_Vehicles/a/How-Do-Transit-Agencies-Decide-On-What-Buses-To-Purchase-Part-1-Bus-Size.htm

      L’auteur de l’article a conduit de bus lorsqu’il était étudiant et il a une maitrise en planification urbaine. Il a plein d’autres sarticles très intéressant sur le sujet courant.

      @guygadbois
      Vous êtes mal placé pour demander aux autres d’être poli.

    • @gl000001 : merci pour le lien. Un des avantages des midibus, c’est la maniabilité. C’est pourquoi l’expérience de la STM avec les midibus électriques devrait être intéressante à suivre. Je crois que ce type de véhicules à sa place dans la flotte de la STM mais que seulement quelques trajets en bénéficieraient. Probablement que quelques dizaines de midibus seraient le maximum.

      Mais on s’éloigne prodigieusement du sujet principal pour rentrer dans les détails. Les besoins sont importants en TEC.

      Certains disent que le transport en commun n’est pas compétitif. Je suis partiellement d’accord. C’est pour le rendre compétitif et confortable qu’il faut investir. Ensuite ça sera possible de convaincre plus de citoyens de se passer de voiture. Mais il faut commencer par se donner des moyens.

      L’option de la taxe sur l’essence peut sembler intéressante mais ça sort les voitures électriques de l’équation alors qu’elles font partie du trafic au même titre que les autres, tout en étant plus lourdes.

    • @simon_c
      Je vous disais récemment que vous surestimiez le pouvoir repoussant de l’inconfort des bus. Ben, je commence à vous croire. J’ai pris la 439 (express Pie-IX) récemment et ce sont les trous d’hommes ou canaux pluviaux qui rendent l’expérience franchement désagréable. Une voie réservée bétonnée et lisse devrait arranger les choses. Ou bien un redressement des normes de construction des routes.

    • @gl000001 : maintenant, imaginez le même trajet en pleine canicule, ou lorsqu’on ne peut pas ouvrir les fenêtres, ou l’hiver quand tous ont de gros manteaux.

    • @guygadbois

      Vrai que Laval n’est pas Montréal question gastronomie, mais y a quand même quelques petites et grandes perles, dans tous les genres/budgets. En ordre d’appréciation:

      Bottega (aussi à Mtl)
      Vieux Kam shing
      Table 51
      Bâton rouge
      Wisushi
      Piatti Pronti
      La Belle et la Boeuf
      Pollo rotisseria
      Okia

      ‘pas essayé le Mitoyen, je préfère comme vous Leméac.

    • @gl001

      ”Tenez, en 2 minutes Mr Google m’a donné ceci :”

      merci pour l’info

    • @gl000001

      Tu cites une remarque sur le choix d’un type de bus qui s’applique en périodes de pointe qui dit qu’un petit bus n’est pas moins dispendieux qu’un gros bus puisque le coût de deux chauffeurs efface le bénéfice d’un coût d’acquisition moindre pour un petit bus.

      Toutefois, l’auteur cité suggère l’utilisation d’un petit bus dans quelques situations….

    • @Louis-Richard : le mot clé est quelques. Personne n’est contre les midibus (9m). C’est peut-être approprié pour quelques trajets. Mais comme c’est seulement quelques et que ça ne remplace pas les véritables autobus (12m), les économies, en bout de ligne, restent d’êtres marginales en regard des besoins.

    • @simon_c

      Je n’ai jamais dit qu’il faut remplacer tous les gros bus.

      À mon avis, c’est une centaine de petits bus que la STM a besoin pour répondre aux besoins de transport lorsque la demande est basse.

      À force d’économiser ici et là, c’est des centaines de millions pouvant être alloués ailleurs que dans des gros bus vides la nuit.

      Au niveau de la CMM, c’est encore plus.

    • @simon_c

      Le mot clé est: Vide la nuit, le gros bus coûte plus cher qu’un petit bus.

      Ce sont presque toutes lignes qui sont desservies par des bus vides la nuit.

    • @Louis-Richard

      En fait, je doute même qu’un autobus plus petit (les midibus) permette des économies. Oui, en roulement, ça coût moins cher. Mais pas beaucoup.

      Tandis que les frais nécessaires à l’acquisition d’une seconde flotte sont imposants :
      1- L’achat : disons 200 000 $ par midibus, pour 100 véhicules. Ça fait 20 millions. Si on considère 15 ans de vie utile, ça fait tout de même 1,333 million par année.
      2- Le financement de ces 20 millions, à 5 % par année. Déjà 1 million en intérêt la première année
      3- La gestion d’une seconde série de pièces de rechange
      4- La formation du personnel d’entretien
      5- La construction ou l’agrandissement des garages, quelques millions.

      En bout de ligne, ça commence à faire d’énormes frais. Faudrait que la flotte de midibus permette, au bas mot, 3 millions d’économies par année. Au moins 30 000 $ d’économie par véhicule.

    • Avant de vouloir prendre encore plus d’argent dans nos poches, commencez donc par nous offrir de meilleures alternatives de transport. Dans les banlieues, on a seulement des autobus chers et passant moins souvent que ceux de la STM. L’avenir est vraiment dans un meilleur réseau de métro. Actuellement, il est sous-développé. Il ne va pas chercher les usagers assez loin dans la périphérie. En autobus,, aller à Montréal est trop long et cher. Quand je vais travailler en auto, ça me coûte 4$/jour pour 20 min aller. En autobus, ça me coûterait 13$ pour 1h30 aller. En plus, Tremblay a décidé d’augmenter le tarif du métro de 41$/mois à Longueuil, même si on ne prend jamais les autobus du RTL. Le stationnement est déjà cher (8$/jour) et il en coûte souvent moins cher d’aller au centre-ville en char qu’avec la Tram3. La société qui gère le pont J-C refuse d’installer un toit en plexiglas sur la piste cyclable du pont afin qu’on puisse l’utiliser en hiver. Si je veux aller à MTL en vélo en hiver, ça me coûterait aussi cher qu’en autobus car je devrais de toute façon prendre le métro pour traverser le fleuve. Pourquoi ne pas lancer un nouveau titre de transport “métro seulement” qui coûterait 20$ de moins que la CAM? L’été, j’utilise personnellement mon vélo chaque fois que possible pour éviter les bouchons et économiser du pétrole (près de 800$/année d’économie). Donc, aller travailler ne me coûte aucune dépense. S’il y avait plus de pistes cyclables sur les artères commerciales, il y aurait sûrement moins d’autos dans les rues.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité