Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 4 juillet 2013 | Mise en ligne à 7h40 | Commenter Commentaires (35)

    Confession: j’aime les partis politiques…

    X187_237E_9

    Je l’avoue, même si ça semble être une maladie honteuse par les temps qui courent : je suis en faveur des partis politiques sur la scène municipale…

    À mon avis, ils permettent d’accomplir plus de choses, plus efficacement. Ils permettent d’agir plus rapidement, avec plus de cohérence. Ils donnent un sens et une vision à l’engagement de chacun, qui travaille ainsi dans un but commun.

    Mais je dois reconnaître que ce n’est pas exactement ce dont Montréal a actuellement besoin…

    La Ville a en effet besoin d’être plus transparente. Les élus doivent être davantage surveillés. La gouvernance doit être repensée avec doigté. Les décisions doivent être prises avec plus de précautions.

    Autant de choses qu’une coalition ou un rassemblement ponctuel d’élus peut mieux faire qu’un unique parti au pouvoir.

    Je vois donc d’un bon œil la formation de la Coalition pour Montréal de Marcel Côté. Je juge positivement les bases sur lesquelles s’est créée L’Équipe Coderre, une «bannière» formée d’indépendants qui n’ont pas à suivre de ligne de parti. Et j’aime l’idée du «comité exécutif collégial» regroupant des membres de divers partis que propose Projet Montréal.

    Autant de belles et intéressantes propositions… dans le contexte actuel.

    La scène politique est en profond bouleversement, Vision Montréal s’est en quelque sorte sabordée sans le dire, Union Montréal a disparu, les nouveaux candidats n’osent pas créer de partis.

    Mais tout ce chambardement est ponctuel, comme l’est ce besoin de forcer des coalitions pour montrer patte blanche. Car si ces dernières offrent plus de transparence et de contrepouvoirs, nécessaires aujourd’hui, elles ralentissent aussi la prise de décision, elles sont vulnérables aux frictions, elles peuvent donner l’impression de voguer sans direction.

    Les partis ont cela de bon qu’ils relèvent habituellement le niveau du débat public et augmentent par le fait même la participation électorale en tenant des congrès, en élaborant des programmes, en faisant valoir leurs positions et en présentant aux électeurs un choix clair. Surtout lorsqu’ils suivent une idéologie plus qu’un chef (RCM, Projet Montréal) ou lorsqu’ils occupent une niche définie (Union Montréal = décentralisation, tandis que Vision Montréal = centralisation).

    Donc oui aux coalitions et aux administrations collégiales en ces temps troubles, mais évitons de déclarer la fin des partis politiques.


    • Non. Cette époque est révolue. Voter pour le projet de Untel pcq on est dans le même parti même si Machin de l’autre parti avait une meilleure idée, c’est du gaspillage d’argent et de ressources car on a pas optimisé le résultat. Le peu de temps de perdu “devrait” aider à faire sauver de l’argent en faisant les bonnes choses de la bonne façon.
      Les cyniques (j’en suis) diront qu’on perd déjà assez de temps comme ça. Oui. Mais avec de la discipline et une refonte en profondeur des procédures “parlementaires”, il y a moyen d’y arriver.
      Si ça peut nous libérer d’un gang de “parlementeur”, let’s go !!

    • La situation ne changera jamais ! Pourquoi ne pas se l’admettre et en faire profiter la collectivité. Je propose une solution style garde prétorienne. On vend chaque poste d’influence au plus offrant ! Plus un loyer mensuel, plus les taxes usuelles aux trois paliers ! Le poste du maire et de ses conseillers. Trop cher ! Ça prendra des consortiums ! Faudra p-e regardé à l’étranger ! Vilain cynisme lorsque tu nous tenaille !

    • je sais pas quel est votre agenda mr Cardinal , mais selon ce que j entends quand je jase avec mes clients , le peuple est prêt à passer à autre chose

    • L’idée qui me plait le plus (et il devrait en parler plus car j’ignorais que c’est ce qu’il voulait faire), c’est d’avoir un comité exécutif formé d’élus de divers partis. C’est ce dont Montréal a besoin pour les 4 prochaines années, transparence oblige.

      Pour ce qui est de Équipe-Coderre, même si ses membres n’ont pas à suivre de ligne de parti au conseil (permettez-moi d’en douter), l’exécutif ne sera formé que d’élus Équipe-Coderre… qui plus est des anciens d’Union Montréal. Rien pour nous rassurer.

      Quand à cette coalition… j’aimerais qu’on me l’explique. Une coalition formée par deux partis APRÈS les élections je peux comprendre. Une coalition formée des candidats Vision Montréal et d’un maire indépendant… ça ressemble pas mal à un parti sans le nom. Pour que je le considère, Marcel Côté devra me promettre que son exécutif aura quelques membres qui ne seront pas des Vision-Montréal-ou-indépendant-appuyant-Marcel-Côté.

    • Moi je suis contre les partis politiques au Municipal.

      Pourquoi?

      Parce que la gestion d’une ville relève beaucoup d’une administration que d’un gouvernement.

      D’ailleurs on ne dit jamais le gouvernement de Montréal mais bien l’administration montréalaise ou tout court l’administration municipale.

      Marcel Côté a raison lorsqu’il déclare qu’on n’a pas besoin de partis politiques pour bien administrer des services municipaux.

      À moins qu’il ne glisse sur des pelures de bananes d’ici le mois de novembre moi il a mon vote.

      J’aime bien voir également Madame Phyllis Lambert à ses côtés.

      Juste à cause de l’appui de Madame Lambert il aurait eu mon vote de toute façon.

      Une très grande dame et une très grande montréalaise.

      La personne qui a sauvé Montréal des pics des démolisseurs, c’est elle.

    • La ligne de partie me dérange vraiment beaucoup et rend les politiciens suspects/hypocrites à mes yeux, très “boy’s club” qui accompagneraient leurs collègues dans le crime sans les dénoncer (ça vous rappelle quelque chose?). C’est inutile en politique municipale.

    • La politique sans féfans politiques c’est tout comme ce buffet froid servi en ce jour par Michel Brûlé avec son projet de petite république des mots, avec notamment une nouvelle Place rouge pour MTL comme programme politique plus élaboré. Déménager la momie de Lénine à Place Gamelin pour mieux pouvoir fumer du bon Golden cultûrel gratuitement, peut-être?

    • On a qu`à regarder leurs conférences de presse pour comprendre que c`est le pire scénario pour Montréal. Tu vois en tapisserie en arriere des quidams qui font leur yes man et qui démontrent leur manque de colonne surtout quand vient le temps de contredire la ligne de parti ou le chef.
      C`est comme ca que le mec devient ambitieux ,a du pouvoir,se découvre des namis généreux et ca recommence !

    • La politique étant généralement composée de 90 % de fétichistes et de 10 % de beaux parleurs sans plus, cette idée un peu saugrenue d’un comité exécutif collégial pour diriger MTL me semble tout aussi illusoire que l’ancienne Alliance entre Bergeron et le maire Tremblay il y a de cela quelques mois seulement. Pourquoi pas un nouveau parti de Bonne Broue super légère à 25 sous pour phynancer la démocratie tout comme avec les Nordiques newborn again des casinos Québec, par exemple?

    • D’accord avec le_piano_ivre. Le municipal, c’est 95% gestion, 5% législation, et encore…

    • Je ne pense pas que des partis soient nécessaires pour faire fonctionner une ville. Et je crois qu’il n’y a qu’un pas entre partisannerie et œillères.

      Je suis d’accord avec vous que les décisions peuvent être plus longues à prendre, surtout pour un tandem homme d’affaires-travailleuse sociale. Mais j’espère que l’intelligence aura le dessus sur la partisannerie! Et je souhaite que les meilleurs éléments de tous partis aient leur mot à dire sur la gestion et le futur de Montréal car il y a plus de potentiel dans 10 têtes que dans une seule, aussi grosse soit-elle…

      Je rêve de générosité et d’intégrité intellectuelle et d’entendre dire que L’AUTRE a une très bonne idée!

    • Côté, Harel et Rotrand: 67 ans d’âge moyen. Deux politciens de carrière et un autre qui gravite autour du parti libéral depuis toujours. Est-ce vraiment ce dont nous avons besoin pour relancer Montréal?

      J’espère en tout cas que Marcel Côté va mieux s’organiser. Sa conférence de presse en retard et son site internet avec des photos d’européens, ça ne donne pas une très bonne première impression. En plus, il semble déjà renier certains engagements du fameux rapport dont M. Cardinal nous vantait les mérites il n’y a pas longtemps. Je ne comprends pas non plus on a cherché à cacher Harel hier. Un peu bizarre comme stratégie, comsidérant qu’elle est la plus connue du trio.

    • Je suis d’accord.
      Les partis officiels permettent de savoir qui appuie qui, et quelles sont les idées de chacun — quand ils en ont, bien entendu.

    • Des politiciens sans politique, c’est tout comme des associations de plantigrades sans vélocipèdes finalement, et je trouve un peu curieux qu’aucun parti politique ne nous ait encore causé de leurs nouvelles méthodes de phynancement sans déficits finalement.

    • Je sais mon commentaire n’a rien à voir avec votre sujet, mais pourriez-vous me dire que vient faire Liza Frulla dans la garde rapprochée de Marcel Côté? Toujours présente dans le cadrage de la caméra.
      M.Leduc

    • Si les pannes quotidiennes dans le métro ne sont la faute ni des politiciens ni des journalistes culturels, l’idée d’un péage obligatoire avec carte à puce appropriée sur les ponts de MTL serait peut-être à considérer pour sortir peut-être un jour les Montréalistes de leurs nids-de-poule intergénérationnels, mais encore? Les souris extra-lunatiques de Liza Frulla à la télé seraient-elles vraiment suffisantes pour un renouveau conceptuel dans le LOOK de MTL?

    • Les partis politiques ont leurs avantages. L’un d’entre eu est de permettre à un groupe de personnes qui partagent une idée commune de s’unir pour la faire avancer. Les gens votent ainsi pour une vision des choses et permet au parti politique de partager les tâches au sein de ses élus. Un comité exécutif collégial à aussi sont avantage car il reflète mieux les votes qui ont été fait dans l’isoloir.

      Le problème actuel, c’est que les partis ne semblent pas porter une idée ou un projet mais une personne. Quand ton partie s’appelle ”Équipe Denis Coderre”, on comprend que le parti est la pour le chef et non pas pour défendre une idée ou un projet. C’est une dérive du système avec les partis et c’est bien dommage.

    • @marcelleduc
      Mr Coté conseillait les politiciens. Maintenant, ce sont les ex-politiciens qui le conseillent. Un retour d’ascenseur (ou d’encenseur) quoi !

    • Avez-vous lu l’article sur Duschesneau dont cet extrait:

      “Jacques Duchesneau déplore les contraintes de la politique partisane. Il dit avoir développé un grand respect pour des gens qui sont au PQ, au PLQ et à Québec solidaire. «C’est regrettable que les lignes de parti ne permettent pas de faire des alliances.»”

      Tellement rafraichissant! C’est exactement ce genre de politicien que je voudrais voir à la mairie de Montréal. Monsieur Duschesneau, Montréal est mûre pour vous! Lâchez la 2e opposition!

    • ….partis politiques sur la scène municipale…

      On appelle ca le crime ‘organisé’

    • Daniel Brière, maire de Montréal!

      On passe au prochain appel. :-)

    • Beaucoup de bruits pour presque rien selon Shakespeare.

    • @montréalaise
      J’aurais mieux aimé Lecavalier. La reconstruction, il connait ça. Tampa Bay a été en reconstruction depuis … 10 ans :-)

    • On aurait pu faire une coalition Brière-Lecavalier :;-)

    • Faut limiter en temps la durée de vie d’une administration, d’un maire peut-être à 2 mandats pour couper automatiquement le copinage.

      Alors il y aurait de la motivation pour renouveler les équipes.

      C’est ça le problème, les maires reste en poste trop longtemps et tout devient gangrené et corrompu au point ou c’est l’entreprise privé qui s’est installé au pouvoir de la ville littéralement.

      C’est le monde envers, on se croirais à l’époque des rois.

    • Tout comme au théâtre, les politiciens changent volontiers de costume pour mieux performer mais cela ne les rend pas plus crédibles pour autant aux dernières nouvelles.

    • Sarkozy aurait besoin de beaucoup de sous pour mieux pouvoir performer en France.
      Il devrait vendre des produits Oréal pour se refaire une virginité.

      http://www.lapresse.ca/international/europe/201307/05/01-4667927-sarkozy-appelle-les-francais-a-laider-financierement.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_international_29810_accueil_POS3

    • Un élu municipal membre d’un parti politique est toujours confronté à la dualité “se rallier aux idées du parti est garant de ma survie politique” et “le besoin du citoyen prime sur celui du parti”. Il est très rare (et souvent presque impossible) de pouvoir concilier les deux.

    • @marcelleduc,

      je me suis posé la même question en voyant Caroline Néron. Coudonc, ça ligne de bijoux, ça ne marche pas? C’est pour faire contrepoids à Joly que Côté a appelé Néron en renfort?

      Je trouve qu’il perd en crédibilité.

    • @pour-le-dire
      ”Tellement rafraichissant! C’est exactement ce genre de politicien que je voudrais voir à la mairie de Montréal. Monsieur Duschesneau, Montréal est mûre pour vous! Lâchez la 2e opposition!”

      Une idée que j’avais déjà soulignée car il est à l’origine de tout ce qui ce passe comme révélations alors ça serait presque logique.

      Une attitude de police au pouvoir entourée de compétences complémentaires crédibles auraient mon vote. Si ça marche pas après…

      On se lance dans la location de guillotines?
      On se dit que cette fois, c’est vrai que la fin du monde est proche?

      En tout cas ça serait vraiment pas bon signe!

    • “Confession: j’aime les partis politiques…”

      C’est bien de sortir du placard. Vous devez vous sentir soulagé d’un grand poids. Et on ne vous jugera pas là-dessus, Monsieur Cardinal.

    • Juste de même:

      Qui a offert un poste à Jane Cowell-Poitras pour qu’elle se retire de la course?

      Qui a essayé d’acheter cette dame?

      Qui présume être certainement élu en novembre?

      Qui……..?
      Louise April(Laloue)

    • Commencez par enlever les 5000 règlements stupides qui lassivent et rend esclaves les citoyens et là, je commencerai à reprendre confiance aux politiciens …

    • Lâchez-moi Duscheneau svp! Ce type est aussi sinon plus corrompu que les autres. Mr mains propres, faites-moi rire.

    • Le phynacement sous la table de la campagne du OUI au référendum de 1995 tel que rapporté dans le JM de ce jour au sujet d’un certain maire Vaillancourt ne fera que confirmer l’extrême rareté de la virginité en politique, et quelques tonnes de botox ou de-ci-ou de-là seront sans doute à nouveau nécessaires aux crédules pour un peu plus de crédibilité en la matière.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité