Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 20 juin 2013 | Mise en ligne à 12h07 | Commenter Commentaires (145)

    Mélanie Joly: Montréal n’est pas une marque de yogourt…

    Sans titre

    Aimer Montréal est-il devenu l’unique critère pour se présenter à la mairie?

    C’est en tout cas l’impression que donne la candidate Mélanie Joly, dont l’amour pour la métropole ne fait aucun doute, mais qui ne semble pas avoir grand-chose de plus à offrir aux électeurs.

    Je sais, je sais, Mélanie Joly vient tout juste de se lancer. Elle n’a pas eu le temps de détailler ses idées. C’est pourquoi j’ai passé près de 40 minutes en tête à tête avec elle la semaine dernière, pour échanger, en savoir plus sur elle, ses intentions et ses positions.

    En un mot, elle veut du changement. Elle veut incarner le changement.

    Mais comment? Mystère.

    Elle ne semble en effet s’appuyer que sur son charisme, son énergie et surtout, son immense confiance en elle-même. Autant de bonnes choses… qui ne donnent malgré tout qu’une femme charismatique, énergique et très, très sûre d’elle-même.

    «Si je me présente à la mairie, François, une chose est sûre, je bouleverse l’échiquier politique», m’a-t-elle lancé.

    Je ne sais pas si c’est son âge (34 ans), son expérience de relationniste (Cohn & Wolf) ou son passage à Oxford (maîtrise en droit européen et comparé), mais «une chose est sûre», on ne bouleverse pas l’échiquier par la seule force de sa confiance en soi.

    On ne le bouleverse pas non plus à coups de phrases creuses. «Il faut réinventer Montréal.» «Il est temps que les citoyens reviennent au cœur des priorités de Montréal.» «Le changement générationnel en politique va commencer par le municipal», m’a-t-elle dit (avant de présenter Jean Fortier comme candidat…).

    Concrètement, qu’est-ce qui manque à la métropole? «Une stratégie de communication.»

    Comment feriez-vous pour accroître l’influence de Montréal auprès du gouvernement? «Par le leadership.»

    Pourquoi vous ne vous êtes pas présentée comme conseillère municipale? «Parce que Montréal a besoin de changement.»

    Et comment vous démarquerez-vous? «Je vais aller à la rencontre des Montréalais pour écouter ce qu’ils ont à dire et entamer une véritable conversation avec eux.»

    C’est malheureux, mais une course à la mairie n’est pas l’occasion «d’écouter». Tout le contraire, en fait : la candidature est plutôt l’occasion de présenter les fruits de cette «écoute», sous la forme d’idées, de propositions, de solutions.

    Mélanie Joly a raison de dire que la métropole a besoin de changement, mais ce changement ne se fera certainement pas à coup de slogans.

    ***

    Si vous souhaitez vous faire votre propre idée de la candidate Mélanie Joly, vous pouvez écouter les entrevues qu’elle a accordées à :

    Paul Arcand

    René Homier-Roy


    • a passera pas l été , rien à proposer , le prochain maire de Montréal a besoin d être solide , et pour l instant y a personne , il n ya que des sacs remplis d air

    • Moi aussi J’aime Montréal OK là! Faque j’me présente.

    • Wowww, une chronique comme ça va sûrement l’aider. pfffffff

    • J’espère que vous allez être aussi exigeant envers Marcel Côté. On peut pas dire qu’il a beaucoup à offrir à date.

    • Elle a mon vote; elle est clairement intelligente et surtout elle ne fait pas parti de la machine politique Montréalaise qui paralyse et corromps la ville de puis 20ans.

      En tant que citoyen, je veux avoir qqun qui aucun lien avec l’ancienne administration ou même la politique municipale, je veux un outsider qui doit rien à personne. Oui, on est rendu là.

      Demandez-vous ça; Est-ce que ça peut être pire que ce qu’on a vécu depuis plus de 20ans?

    • @ ugoh

      Marcel Côté est peut-être un nouveau venu sur la scène publique, mais c’est un vieux routier de la politique. Pour s’en convaincre, il suffit de lire le rapport qu’il a co-signé avec Claude Séguin:

      http://www.ccmm.qc.ca/fr/metropole/gouvernance-metropolitaine/rapport-cote-seguin/

      Il faut beaucoup de contenu et une très fine connaissance de Montréal pour pondre une telle analyse. Et ce n’est qu’un exemple des positions prises au cours des années.

      François Cardinal

    • La bouffe de rue va permettre a Mtl de se reinventer

    • Génération d’idée . clame t’elle. On repassera.
      À la décharge de Mme Joly, qui a lancé des idées jusqu’à maintenant?

    • «Si je me présente à la mairie, François, une chose est sûre, je bouleverse l’échiquier politique», m’a-t-elle lancé.”

      ===

      Analogie boiteuse.

      Un bon jouer d’échecs ne bouleverse pas l’échiquier, il se concentre à jouer les meilleurs coups. :)

      Jean Émard

    • @ sicnarfc

      Visitez les sites de Vision Montréal et Projet Montréal, leurs idées sont claires sur la plupart des enjeux qui touchent Montréal.

      François Cardinal

    • @yvonmontana

      Reviens-en de la bouffe de rue.

      @pierrejons1

      Marcel Côté et Denis Coderre ne font pas partie de la machine politique non plus. L’impression qui se dégage est que Mélanie Joly ne planifie pas sa candidature depuis longtemps et n’a pas pris le temps de réfléchir à des problèmes concrets. Elle a peut-être été poussée par son entourage et ses relations dans le contexte du vide politique actuel à Montréal.

    • Mélanie Joly, relationniste, utilise la course à la mairie pour son auto-promotion. C’est un exercice de communication au service de sa propre marque. C’est rentable dans un monde où la notoriété est le principal capital.

    • Moi ce qui m’énerve la dedans c’Est que TOUS les journalistes semble dénigrer Mme Joly parce qu’elle n’a rien à “apporter” et pas d’expérience. BEN SIBOLE, maintenant qu’il y a quelqu’un du “publique” qui s’intéresse à la politique et veut s’impliquer, tout ce qu’on trouve à dire c’est “ou est ton programme, et votre expérience etc etc”. AH oui?? Parce qu’un programme servi par un politicailleux d’expérience vas rendre Montreal meilleur?? Eille on a vu ce que ca donné hein?? Corruption, argent sale etc etc… Etk j’en reviens juste pas, laisser donc des nouveaux visages s’impliquer en politique pour qu’enfin nous ayons une alternative.. Rien a cirer de son inexpérience, sa peut pas être pire et je suis content de voir que d’autre personnes que les visages habituelles se pointent.

    • Tout à fait d’accord avec mr. Cardinal.

      Mélanie Joly fait dur en ce moment.
      Elle est comme François Legault: “on verra”.

      Elle est une spécialiste en relation publiques et ne fait que sortir des phrases creuses:
      - “Montréal a besoin de leadership” – Nooooon, pas vrai!
      - “Ça prend des idées nouvelles” – Ok, quelles sont-elles? Parce que ce n’est pas parce que c’est “nouveau” que c’est bon.
      - “J’aime Montréal” – Ils disent tous ça.

      @pierrejons
      Vous donnez votre vote facilement!
      C’est pas parce qu’on est intelligent qu’on a les bons outils pour n’importe quel poste.
      Une idée n’est pas forcément bonne parce qu’elle est nouvelle.
      Enfin, elle travaille pour les relations publiques: elle est beaucoup mieux formée à manipuler la vérité qu’à apporter des solutions concrètes à un problème.

      Pour nous convaincre qu’un problème n’en est pas vraiment un, ça elle va être bonne!
      La vie va être rose nanane à Montréal sous le soleil de Cohn & Wolfe!

    • @ugoh
      Comparer Marcel Côté et Mélanie Joly, c’est ne pas savoir de quoi on parle.
      Le premier a co-fondé SECOR et a rempli de nombreux contrats sur les structures municipales à un niveau international.
      Il a produit des documents avec des pistes de solution pour Montréal.
      Il a prouvé qu’il était un leader.
      Et sa réflexion ne date pas d’hier.

    • “Une stratégie de communication”

      Same shit than usual. Le ville a besoin de tout sauf de ça. La seule stratégie de communication acceptable est celle-ci : dire la vérité.

    • @pierrejons
      Dernier point.
      Vous voulez quelqu’un qui ne doit rien à personne.
      Mélanie Joly se présente pour quels motifs?
      Elle est très jeune.
      Elle n’a jamais fait état de sa vocation de politicienne.
      Les chances semblent excellentes qu’elle retourne dans le privé par la suite.
      Ce qui implique qu’elle puisse être tentée de favoriser sa prochaine percée dans le privé en se bâtissant un “bon réseau”.
      Vous savez comment ça se bâtit un bon réseau, j’espère?

      Je préfère un candidat dont la carrière est déjà solidement établie, qui est indépendant de fortune et qui a du front tout le tour de la tête.
      Malheureusement, le poste de maire n’attire pas ce genre de candidat.

    • Laissez lui le temps, elle est en train de demander à la communauté des idées sur twitter…

      Malheureusement dans génération d’idées il y a le mot “idée”.

      Cependant il doit y avoir quelqu’un pour faire la course avec Coderre. Et si Marcel continu de faire équipe avec la vieille garde d’union (Marvin et cie) ça va un jour lui revenir sur le nez.

      Il ne faut pas oublier que la mairie de Mtl = gestion de budget, convention collective, gestion de dossier, de structure, contrôle de la performance et allocation pour les services.

      Sans bien sûr oublier le dévelloppement économique, social, et environnementale. Mais pour tout ça il y a une équipe avec des champs d’expertises différents au conseil exécutif.

      Selon moi, il ne manque qu’une équipe à Marcel Côté pour remettre en place la patante.

      Sinon on peut toujours voter pour un horticulteur et la pelouse va être tondu, un twitter et la gazouillis seront légion, un urbaniste pour se faire dire non par le provincial au sujet du tramway ou la mère des fusion pour… ben pour rien parce qu’elle gagnera pas.

    • Cette façon de toujours tutoyer l’intervieweur m’agace, c’est comme Virgin faisait “As-tu envoyé ton paiement ? As-tu consulté nos offres spéciales ?”

      -Deux ou trois questions que je me pose, quel est le nom de son père ? Combien de temps a-t-elle gardé un emploi le plus longtemps ? Spécialiste des communications, pas de site internet ? Pourquoi ne vois-t-on jamais son vrai CV et non pas un résumé? Qui l’a nommé à tout ces postes dans des c.a. ? Sait-elle que qu’être élue mairesse ce serait pour quatre ans ?

    • @fcardina

      Je suis allé voir les recommandations du rapport que vous citez: un véritable ramassis de lieux communs et de voeux pieux. J’ai hâte de voir si vous allez être aussi critique envers Marcel Côté qu’envers les Joly, Bergeron et Harel. Ce Monsieur me semble bien imbu de lui-même pour dépasser tout le monde dans les lignes comme le rapportait votre collègue Marissal. Il me fait penser à un comédien de la pièce Broue.

    • @alexandre

      Méchante belle feuille de route! Est-ce à dire qu’il a contribué à la situation actuelle de Montréal, Laval, etc? C’est drôle, mais à chaque fois que j’ai entendu Marcel Côté, il passait son temps à minimiser les problèmes de corruption et collusion qui rongent le monde municipal. Pas le genre de gars que j’ai le goût de voir prendre les rennes de Montréal.

    • Fortress qui nous explique qu’un programme en politique, c’est pas important. Wow.

    • À quoi vous attendiez vous d’une relationniste, elle a beau être diplômée d’Oxford c’est quand même quelqu’un qui était payé pour remplir des pages de phrases creuses. Sa provenance du milieu des relations publiques, fait que, quant à moi elle fait plus parti du problème que de la solution.

    • J’ose croire qu’elle garde “la viande” pour la campagne. Ça lui donne un avantage de ne pas avoir les pieds figés dans un programme, de pouvoir faire des annonces et des promesses au bon moment et au bon endroit.

      Il faut aussi qu’elle soit flexible pour que des gens se joignent à son équipe. Vision et Projet on des programmes adoptés par leurs membres lors de congrès, ce ne sont pas des visions unilatérales dictées par un chef.

      Or, Joly n’a pas de parti, même pas encore vraiment d’équipe. Elle doit d’abord vendre son leadership et construire son programme en collaboration avec les gens qui se joindront à elle.

      Mais je suis d’accord qu’on pourrait au moins s’attendre à des lignes directrices. Présentement on a rien du tout. Juste une jolie fille dont on se demande si elle est une leader ou un gros ego…

    • Pas de peine à croire qu’elle ne soit pas prête, mais pour ce qui est de ses idées vous auriez pu vous forcer un peu M Cardinal, voici per exemple ce que l’on peut lire du côté du Huffington Post:

      “Dans un texte intitulé «Les villes au pouvoir ou comment relancer le monde municipal québécois», elle plaidait pour une plus grande autonomie des villes. Elle souhaitait notamment une plus grande latitude fiscale pour les villes, en permettant aux villes d’obtenir plus de sources de revenus, dont la mise en marché de produits et l’instauration d’un modèle utilisateur-payeur. «Il s’agit là de la meilleure façon de réduire leur dépendance à l’égard des taxes foncières, qui ne peut qu’encourager le développement immobilier chaotique de leur territoire et participer à l’étalement urbain», écrivait-elle. ”

      Évidemment avec des mots comme “l’instauration d’un modèle utilisateur-payeur”, elle de risque pas de se faire beaucoup d’amis dans l’establishment intello-syndical montréalais et ses carrés rouges…

    • Bon, moi qui voulait voter pour elle car les autres candidats m’exaspèrent pour toutes sortes de raisons… Je me disais qu’elle n’a peut-être pas l’expérience, mais que du sang neuf ne ferait pas tort.
      Et pouf! Je lis ce billet et je déchante un peu… Je veux bien voter pour la fraîcheur, mais pas à n’importe quel prix non plus!

    • Le fait d’être avocrasse va jouer contre elle. Elle aurait dû faire son MBA. Les avocats n’ont pas bonne réputation et ne sont pas forts en chiffres.

    • Jean Doré a dit la même chose à l’époque ou j’habitais en Ville. Il avait créé des bureaux de consultation de quartier. Il s’est fait mettre dehors assez vite. Il ne devait pas vouloir magouiller (?).

    • Comme d’autres personnes l’ont mentionné, ça ressemble à une belle campagne d’autopromotion. Une course à la mairie c’est de la grosse publicité gratuite pour une jeune femme ambitieuse comme elle.

      Pour le diplôme d’Oxford et bien c’est vrai que ça parait bien sauf que Gérarld Tremblay avait un MBA d’Harvard. Ce n’est pas une garantie de succès.

    • Lancez- vous en politique qu’ils disaient…Vous me décevez M. Cardinal aujourd’hui. Elle se fait rappeler à l’ordre par le DGE parce qu’elle se lance apparement trop rapidement et en même temps, se fait juger parce qu’elle n’arrive pas avec un programme et une équipe déjà prête…Faut le faire!!!

      C’est comme quand elle se faire critiquer par son français ou son anglais, vrai que Coderre, Harel et Bergeron sont tellement fort dans la langue de Molière et Shakespeare… Vont-ils être soumis à la même critique? J’ai des sérieux doutes. En tout cas moi je pense comme le Globe and Mail: je veux quelqu’un qui n’a jamais mis les pieds à l’Hôtel de Ville et qui n’a pas créé d’alliance avec les ex-Union Montréal pour du capital politique (Vision et Projet Montréal).

      http://www.theglobeandmail.com/commentary/editorials/montreals-solution-find-a-mayor-who-has-never-set-foot-in-city-hall/article12631312/

    • @pergesi

      Je me suis posé les mêmes questions. Courte carrière d’avocate, stage à Radio-Can et paf, Associée directrice chez Cohne & Wolfe ?

      Nommée au Conseil supérieur de la langue française par Jean Charest, Organisatrice en chef de Justin et membre du CA du Musée d’art contemporain ? A 34 ans et après quoi, 5 ans d’expérience ?

      Gaétan Frigon qui écrit dans la section Opinion pour la vanter, même s’il l’a congédiée d’un mandat qu’il lui avait confié sous la recommandation de Luc Beauregard.

      Je sais pas si papa est derrière elle mais chose certaine, y’a de gros intérêts qui croient en ses ambitions.

    • @rllemieux (20 juin – 12h47): 100% d’accord avec votre interprétation.

      Sinon, au niveau du contenu, on a une version féminine et plus jeune de Coderre. Ils feraient un beau couple.

    • @ramses2.1
      Le problème de l’échiquier Montréalais est certains n’avaient que des reines dans leur jeu. Ils ne jouaient donc pas la même “game” que les autres. Elle va le bouleverser en faisant évoluer les pièces comme elles le devraient. Enfin, pas nécessairement elle, mais l’UPAC et la Commission.

      En fait, n’importe qui qui se fera élire, devrait tomber dans une organisation assainie et moins dirigée par les ombres qui tournent autour des élus. Il devrait y avoir moins de politique également. Plus faire les choses qui doivent être faites. A-t-on réellement besoin de la ligne du parti au municipal ?

    • @respectable
      Etant avocat vous-même, vous savez de quoi vous parlez !!!

      “N’importe quoi …” chantait Eric Lapointe

    • Bouleverser l’échiquier? Je trouve qu’il est déjà assez bouleversé comme ça, ce qu’il faut c’est quelqu’un capable de remettre de l’ordre dedans et de placer les pions à leur place. Elle se prend pour Régis Labaume? Et Jean Fortier comme candidat, hum, une chance que je ne bois pas mon café.

      Montréal n’en fera qu’une bouchée. Désolé, mais il va lui falloir commencer en bas de l’échelle municipale, elle a trop à apprendre. Sauf que vue la taille de son égo, ce n’est pas propice à l’apprentissage.

    • Une autre preuve qu’on peut mettre n’importe qui comme entité fictive à la mairie d’une ville !

    • Comme disait la Poune : “J’aime mon Peublic!”

      Mais elle, elle ne prétendait pas faire autre chose que des Variétés.

    • Faut être solidement dingo pour aimer Montréal en ce moment. La madame devrait peut-être sortir de son île enchantée et voir ailleurs pour lui remettre les idées en place.

    • Le problème des gens qui désirent faire de la politique, ce sont les attentes trop élevés. Avec mon regard extérieur, je vais souvent à Montréal, mais je n’y habite pas, mes recommandations.

      1- Il faut que Montréal revoit entièrement son plan de transport en commun. Il faut mettre la pression pour instaurer des péages sur les ponts pour diminuer le nombre de voiture qui entrent sur l’île chaque jour.

      2- Il faut créer un fonds de capitalisation pour les travaux d’entretiens des routes.

      3- Il faut que les citoyens prennent soin de leur ville. Il y a des quartiers montréalais où c’est totalement dégueulasse. C’est une responsabilité collective.

      4- Il faut revoir le modèle syndicale et les régimes de retraite des employés de la ville.

      Je pense que c’est ce type de proposition que François Cardinal désirent avoir. Des propositions qui amènent des gestes et des actions concrètes pour doter Montréal d’une ville moderne et avant-gardiste!

    • Il n’y a rien de bien frais et de nouveau dans la candidature et les propositions de Mélanie Joly. Quant au milieu des affaires qui l’appuient, on est en droit de se demander les motivations qui animent ces gens d’affaires. Par ailleurs, elle n’a aucune chance de gagner ses élections et elle le sait. Tout ce qu’elle fait, c’est faire connaître sa marque, placer son produit. Nous la reverrons comme candidate aux prochaines élections provinciales ou fédérales.

    • C’est l’impression que Madame Joly me donne depuis le début.

      Une autre adepte du language stratégique.

      Language que l’on enseignait dans les entreprises évdemment. De moins en moins heureusement.

      L’emploi constante du “je”, les verbes à l’infinitif et l’emploi ad nauseam de buzz words:

      - passion
      - vision
      - leadership
      - motivation
      - créativité
      - moteur de changement

      et j’en passe.

      Tu les écoutes pendant une demi-heure et c’est assez impressionnant.

      Tu t’aperçois qu’ils n’ont absolument rien dit.

      Rien.

      Le vide.

      De plus avez-vous remarqué comment même si sortie de nulle part la SRC en parle constamment. Elle doit sûrement y avoir ses contacts.

    • Donc, il s’agit d’une version plus jeune et plus jolie de Coderre!

    • Lire ici : Elle n’est pas une amies de mes boss comme les autres candidats le sont!

      En passant quand est-ce qu’on se paye une 2ieme Calder pour 50 millions? Suffirais juste de couper les services aux pauvres et augmenter les passe de métro de 20% et tiens voila on a le cash!!!! Montréal pourrait être si fier…

    • Mélanie Joly me semble une parfaite représentante de la génération Y: ego boursouflé, confiance en soi de béton, mais rien de bien solide pour justifier ces prétentions. Je ne dis pas que la dame n’en est pas une de valeur, mais elle n’est peut-être pas la femme exceptionnelle qu’elle croit manifestement être. Personnellement, cet aveuglement sur ses propres mérites ne me permet pas d’avoir confiance en elle en tant que mairesse de Montréal. Quand on se méprend sur soi-même, les chances sont grandes pour qu’on se méprenne aussi sur ceux qui nous entourent…

      En tout cas, on ne peut pas dire qu’il s’agit d’un début de campagne très réussi pour Mme Joly. Pour une spécialiste des relations publiques, je trouve qu’elle se débrouille très mal en entrevue: hésitante, verbe laborieux, clichés à répétition, etc. Bref, rien de bien inspirant.

      Ceci dit, je serais ravi de devoir éventuellement changer d’opinion à son égard. Montréal n’aura jamais trop de personnes de qualité prêtes à la diriger. Mais, pour l’instant, mon vote va à Louise Harel qui, malgré son impopularité, reste, et de loin!, la meilleure candidate à la mairie.

    • Pas étonnant qu’elle ait organisé la campagne de Justin Trudeau, elle m’a l’air d’être faite dans le même moule que le fils de l’autre, tout dans l’image et le “hype” et pas grand chose en substance. C’est des journalistes comme M. Cardinal dont Montréal a grandement besoin pour torpiller ce genre de candidatures par le fond.

    • Le simple fait qu’elle provient du milieu des relations publiques la disqualifie à mes yeux. La raison d’être des relations publiques est de faire avaler des couleuvres aux gens.

    • gletc: je ne suis pas avocat je n’ai que étudié le droit bien modestement comme guy gadbois. ;)

    • Une avocate !!! Misère, on est tanné de ces parleux de vide qui répondent aux questions sans jamais y répondre, elle est dans le même moule que tout les autres politiciens… De la fraicheur que ça nous prend, quelqu’un qui provient du monde des affaires, qui n’a pas magouiller dans la politique depuis des années… Malgré ses défauts, Labeaume est vraiment un maire modèle, il n’a pas la langue de bois et va direct au but et Québec s’en ressent.

    • La seule femme qui peut nous sortir un programme réaliste est MC Lortie. Femme crédible, logique et pas trop dépensière.

    • J’ai écouté les deux entrevues. C’est vrai qu’il n’y a pas grand-chose à part la surutilisation des buzzwords.

      Elle va surement faire une bonne politicienne mais elle va devoir faire ses classes. Ce qui ressort des deux entrevues c’est qu’elle n’a pas les compétences pour le poste. Pas d’expérience en politique, aucune idée de comment ça se passe à l’hôtel de ville.

      Elle a siégé sur quelques comités et parti son affaire de Génération d’idées mais on est encore loin du compte. Très loin même. C’est même surprenant qu’elle se considère prête pour le poste.

      Pour ça je vois deux scénarios possibles. Soit elle est vraiment trop confiante en elle, soit elle fait ça seulement pour la publicité.

      Mais je le répète, elle des bonnes qualités pour faire de la politique. Elle semble être sincère quand elle affirme vouloir changer les choses et c’est définitivement une femme de tête mais elle devra apprivoiser la bête avant de tenter de la maitriser.

    • fcardina – 20 juin 2013 – 12h42
      @ sicnarfc
      Visitez les sites de Vision Montréal et Projet Montréal, leurs idées sont claires sur la plupart des enjeux qui touchent Montréal.
      ——————————————–

      c’est quand même drôle de voir le journaliste vouloir comparer 2 “vieux” partis qui ont déjà fait une course à la chefferie avec 1 nouveau parti qui a une semaine d’âge !

      faudrait peut-être attendre un tout petit peu avant de s’exciter. L’élection est en Novembre, dans 5 mois, elle a amplement le temps de le présenter son programme et à ce moment là je me permettrai de la critiquer si besoin est.

    • Du Justin Trudeau mais bas de gamme.

    • .@FC: «Mélanie Joly: Montréal n’est pas une marque de yogourt…»

      Tout à fait exact. Mais la candidate, avec son nom qui rime, pourrait être un titre de conte musical. Philippe Chatel est passé avant, en fait dès 1979 avec son «Émilie Jolie» dont voici un résumé.

      «Émilie est une petite fille aux yeux bleus, aux cheveux blonds et aux pommettes roses … Demain, c’est la rentrée dans sa nouvelle école et Émilie s’inquiète. Pourra-t-elle se faire des amis ? Et surtout son papa, pourra-t-il l’accompagner pour cette première journée ?
      Retrouvant dans les cartons du récent déménagement un livre qu’elle-même lisait petite, la mère d’Émilie lui propose de le lire afin de lui changer les idées. Ce livre raconte l’histoire d’un petit lapin bleu prénommé Gilbert qui, par excès de gourmandise, se fait enlever par une horrible sorcière. Émilie s’endort en lisant. Mais pendant ce temps l’histoire continue et prend vie … »

      Alors, Émilie, on l’a déjà mais qui donc pourrait jouer le rôle de Gilbert, le petit lapin bleu et celui de la sorcière? À moins que ce ne soit un sorcier. Dans ce cas, il y aurait plein de prétendants. Quant à la maman d’Émilie, allez savoir! Mais je vois bien Jean Fortier jouer le rôle du papa.

    • @man1hack

      Qu’avez-vous contre tout ce qui est “vieux”

      Moi j’avoue bien aimer cette façon de faire de voir les choses qu’avaient et qu’ont souvent encore les Britanniques.

      Souvent une personne qui a réussit, qui a fait carrière vient consacrer les dernières années de sa vie active au service de la population en se lançant en politique.

      Pour se mettre au service de la population et du bien commun.

      Il faut dire que les Britannique ont une perception un peu plus noble du bien commun que celle qu’ont généralement les peuples latins et/ou méditerranéens.

      Où souvent le bien communun est un buffet où l’on vient sans vergogne se servir.

    • Son adversaire Harel fait de la politique depuis 40 ans avec de tels discours et “idées”. Elle a appris vite comment perdurer en politique cette Joly.

    • Qu’ont proposé de renversant Coderre et Côté á ce jour? Rien á ce que je sache!!!
      Et pas mieux en ce qui concerne Harel et Bergeron!!!
      Je donne la chance á Mélanie Joly pour le moment!
      J’en ai assez des ” vieux-croûtons” et des “squelettes dans le placard”.
      R. Boisvert

    • @man1hack Mélanie a choisi elle-même le jour du lancement de sa campagne. Elle a choisi de se présenter sans programme. Elle aurait très bien pu mettre ses proposition de l’avant dès le jour 1 comme l’avait fait Jean-Martin Aussant pour Option Nationale. Elle aurait pû développer des idées dans les multiples entrevues qu’elle a donné jusqu’aujourd’hui. Elle a choisi de rester vague et de faire dans la formule générique. Elle aurait pû avoir mon vote mais elle a maintenant une longue pente à remonter.

    • @angel_eyes Quel programme en politique a été suivi suivant une élection?? Montrer moi dont ca?? Présentement nous avons un belle exemple avec le PQ. Mme Joly nous as dit qu’elle dévoilerais ses idées plus tard. Montreal est dans le trou et vous voulez quoi?? Élire encore une gang de mafieux?

    • Montréal a besoin de tout sauf d’une relationniste. On parle de transparance alors que les relationnistes sont les spécialistes du nébuleux. On montre ce que l’on veut bien montrer. La seule autre candidature qui pourrait être pire au niveau de la gouvernance et de la probité serait celle d’un ex-organisateur politique du parti Libéral…

    • Quelqu’un qui se présente comme une spécialiste de la communication et qui, dans son discours de présentation, dit “ça l’a…”, j’ai un peu de misère avec cela…. Disons que, comme ouverture, on peut se questionner sur la compétence…en tout cas, à mes yeux, elle a déjà une côte à remonter!

    • 1. Que d’adeptes de la table rase dans les interventions qui précèdent ! L’administration de Montréal est truffée de structures hyper-complexes. Il faudra élire une équipe dotée d’éléments expérimentés pour ne pas perdre de temps précieux ni se faire rouler dans la farine par les syndicats et autres groupes d’intérêts. Des apprentis-sorciers, on en a déjà trop au gouvernement du Québec.
      2. Si Madame Joly était un tant soit peu sérieuse dans sa carrière politique, elle commencerait par faire ses classes en se faisant élire conseillère municipale. Son pote Justin a commencé par se faire élire député avant de briguer la direction du Parti libéral. Pour ma part, dès que j’ai entendu Madame Joly donner du «Paul» à son aîné Paul Arcand, j’ai immédiatement changé de poste. Une professionnelle des relations publiques devrait savoir que dans les médias francophones, on ne manifeste pas la même familiarité envers l’interviewer que dans les médias anglophones. Parmi les nombreux talents que requiert la mairie de Montréal, il y a un certain sens du protocole. (La remarque vaut aussi pour M. Coderre…)
      3. Il y a toutes sortes d’avocats, comme il y a toutes sortes de cuisiniers ou de préposés aux bénéficiaires. Faut pas généraliser. Je vous soumets simplement que pour créer et appliquer des lois et des règlements qui tiennent la route, ça aide d’avoir un minimum de formation juridique…

    • @DanielOlivier435

      Peut-être parce que c’est d’aucune pertinence ?

    • @Le pinao Ivre

      C’est étoffé par quoi ça:”Il faut dire que les Britannique ont une perception un peu plus noble du bien commun que celle qu’ont généralement les peuples latins et/ou méditerranéens.”

      Les générations culturelles du genre c’est inutile si non documenté.

      Ceci dit, la dernière chose dont cette ville a besoin c’est quelqu’un qui a bossé en relation publique. Pour la langue de bois et les phrases creuses, ces gens-là sont extra. Mais j’ai le sentiment que nous en avons assez vu de ce genre-là.

    • @fortress

      Dans le genre tout mélanger, vous semblez assez fort… Le programme est l’assise de tout parti politique mais il est bien évident qu’il est impossible de tout appliquer tout le temps. Si on n’a pas de programme, sur quelles bases voulez faire un choix plus sérieux que la couleur des yeux ? Ce n’est parce que Montréal va mal qu’il faut voter pour le premier venu sous le seul prétexte que c’est un visage nouveau.

    • @mouton

      Qu’on l’aime on non, il faut reconnaître que Richard Bergeron fait constamment des propositions on ne peut plus concrètes.

    • Elle a à peu près autant d’idées et de contenu que les carrés rouges durant le printemps érable.
      Elle devrait se présenter pour Québec Solidaire.

    • @danielle92

      Horreur !

    • @simonmathieu

      Mais l’histoire mon cher, l’histoire!

      Regardez seulement du côté de l’université McGill, comparez les dons qu’elle reçoit de ses anciens gradués avec ceux que reçoit l’UdM.

      Allez voir le nom des salles et des pavillons de McGill et demandez-vous pourquoi.

      Tiens la semaine passée nous discutions de l’hôpital Victoria et de Lord Mount Stephen..

      Nommez-moi les pays européens les plus corrompus maintenant: Grèce, Italie….

    • Le seul bon candidat est Don Vito Rizzuto. Une poigne de fer dans un gant de velour, un homme très affable qui sait écouté, et qui tranche… si le compromis qu’il a choisi ne marche pas.
      Il éliminera les problèmes, un à un … Il ira même jusqu’à payer de sa poche les parties de golf avec les intervenants et contracteurs. Don Vito, un homme qui en a connu d’autres, nouveau sur la scène municipale, il mérite sa chance…

    • le_piano_ivre – 20 juin 2013 – 14h54

      Mon vieux entre guillemets voulait juste en contexte entre les deux autres partis et celui de mademoiselle Joly.

      Il faut aussi s’entendre sur ce qui est vieux. Un des deux partis est né en 1994 et l’autre en 2004. Est-ce que c’est vieux ? non, mais par rapport à celui de Joly, oui.

    • La François Legault de la politique municipale, j’aime bien cette comparaison!

      @man1hack

      Projet Montréal est certes un “vieux” parti comme vous dites mais il n’a pas été mentionné pour corruption et je préfère un vieux parti encore clean et qui propose de bonnes idées à une “superstar” vide de sens qui ne fait que répéter des punchline sans contenu…

      Je devrais présenter un balais à la mairie: inconnu du monde politique, ne plie pas facilement, fait le ménage, il serait probablement élu!

    • @danielle92

      Tout à fait d’accord! Son ‘ça l’a ‘ m’a écorché les oreilles, venant de la part d’une prétendue spécialiste des communications. Pour cette seule raison elle n’aura jamais mon vote. Il faut être à la hauteur de ses prétentions, et le bon usage du français est non négociable!

    • Son slogan va être : ” Une belle p’tite maire pour Montréal”

      Vous pourriez changer Mélanie Joly pour Denis Coderre (son slogan: Coloniser davantage Montréal) dans votre article et ce serait tout indiqué également…..

    • @ angeleyes M. Bergeron? Ah oui tout à fait…NOT!!! Sa dernière? Détruire l’autoroute Bonaventure. C’est son gros problème et également de son équipe, des idées intéressantes, mais un jugement déficient et avec une idéologie derrière qui frise le fanatisme…

      On envoie les automobilistes au bûcher, mais on ne propose rien d’autre afin de pallier à ce manque. Vous avez trois clients à rencontrer aujourd’hui? Prenez le futur tramway ou mieux encore, restez chez-vous et proner la décroissance économique si cher à leur idéologie…

    • @simonmathieu

      Ecoutez je suis Québécois et fier de l’être.

      Ce qui ne veut pas dire que nous avons toutes les qualités et les anglais tous les défauts.

      Je demeure dans un arrondissement divisé en deux; un secteur anglophone et un secteur francophone. Je demeure depuis toujours dans le secteur anglophone. J’ai pu en plus de 50 ans apprendre à connaître et à envier certains traits de caractère de mes concitoyens anglophones.

      Les parcs publics y sont généralement plus propres. Moins de sacs de chips, de canettes, de bouteilles éparses et de cendriers d’automobiles vidés à terre. La faute aux employés municipaux? Nenni, comme c’est le même arrondissement ce sont les mêmes employés.

      Le lieu public, le bien commun y est plus respecté c’est culturel. De plus, les anglophones sont beaucoup plus portés sur le bénévolat. C’est un fait reconnu il y a des statistiques. Regroupés au sein de leurs églises ou autres ils sont actifs dans les hôpitaux, piscines publiques et ailleurs.

      Clubs de water-polo, de rugby et autres ils sont vraiment impliqués. Beaucoup plus que nous.

      http://www.piscinedixiepool.com/

      L’esprit et l’implication communautaire est en général beaucoup plus grand du côté anglophone.

      Les piscines privées dans la cour arrière des maisons comme dans les banlieues francophones sont beaucoup moindres. Ceux-ci préfèrent se regrouper en communauté autour d’une piscine semi-publique.

      Ils ont une notion de ce qu’est le bien public que nous nous n’avons pas. Par du bénévolat c’est-à-dire par une implication personnelle, par des dons et autres ils cherchent à remettre à la communauté ce qu’ils ont reçu beaucoup plus que nous.

      D’ailleurs quelle est la province ou il y a le moins de bénévolat et de dons par tête de pipe au Canada?

      Le Québec et c’est documenté.

      C’est comme ça, je ne peux rien y faire. Ça me fait plaisir de l’écrire? Non pas du tout.

    • Elle peut pas être pire que Bourque, Tremblay, Applebaum et Vaillancourt. Je vais voter pour elle, je crois que je n’ai rien à perdre. Pourquoi pas une jeune femme intelligente, plutôt qu’un vieux routier de la politique. Présentement, nos maires qui se sont faits arrêtés, sont pour la plupart des hommes, d’un certain âge. Au pire, on changera de maire dans 4 ans si elle ne fait pas l’affaire.

    • @le_piano_ivre
      Tous les touristes (anglos) qui viennent à Montréal affirment que Montréal est la ville la plus propre d’Amérique. Selon votre théorie que vous avez sûrement trouvée dans une boîte de Cracker Jack, c’est p.c.q nos anglos sont plus propres que les anglos du reste du continent ?

      Pour ce qui est des dons, les études démontrent que les Québécois font plus de dons spontanés et ne demandent généralement pas de reçus ce qui explique la différence dans les statistiques officielles sur les dons.

      Continuez votre réflexion…..

    • Mon idée est déjà faite… Si elle briguait un poste de conseillère, cela lui serait plus approprié, la mairie ce serait pour plus tard, le temps d’en donner montrer plus. Oui, elle a de belles réalisations mais pas assez pour se faire élire à la mairie !

    • Une coquille vide au joli minois qui suivra le sens du vent… Montréal a besoin de changement. Oui, mais encore? Avez-vous déjà entendu ou lu un politicien réclamer autre chose que du changement? Le faiseur d’élection à Koderre lui a fait dire alternative en parlant de lui. Bravo pour l’effort. Mais encore? Montréal, une ville intelligente? Ah! Ah! Ah!

    • De plus, Elsie Lefebvre est plus jolie que Mélanie Joly… Elsie Lefebvre avant Harel aussi… Mais bon…

      François Croteau avant Richard Bergeron mais maire de Montréal c’est gros.

      Il faut un autre candidat alors…

      Pour Mélanie Joly elle aurait beau avoir une équipe , j’ai l’impression qu’elle serait une marionnette alors… Jean Fortier veut quoi ? Revenir au comité exécutif comme vrai boss de la ville ? Alors que le maire n’est qu’une parure , une décoration ? Alors pourquoi pas une Joly décoration ?

    • @lecteur_curieux

      Quelles réalisations ?

    • Entrevues écoutées mais peu convaincantes… On peut quand même suivre la suite des choses mais…

      Elle dit des choses assez vraies mais si elle travaillait pour une autre personne dans une équipe. Jean Fortier aurait dû se présenter lui-même ou d’autres qui seraient derrière elle à tirer des ficelles.

    • @pbrasseur

      À moins que je me trompe, ce à quoi vous faites référence est un mémoire qui provient d’un think-tank qu’elle a créé, du nom de Sortie13.

      http://www.sortie13.com/affaires-municipales-melanie-joly.html

      François Cardinal

    • Monsieur Cardinal, vous êtes toujours cohérent, parfois percutant mais là, vous vous surpassez! Car en plus d’être égale à vous-même, c’est à dire, excellent, vous êtes drôle.
      C’est génial votre manière d’aborder le “cas” Mélanie Joly.

      Maintenant, si vous vous en sentez le courage, passez donc à Marcel Côté pour voir. À mes yeux, moi qui l’ai rencontré à quelques occasions (au point de se dire “tu”), je vous mets au défi de prouver qu’il n’a pas tous les attributs d’un diable de Tasmanie.

      Merci!

    • @teamstef,

      bon résumé. La seule différence étant que Coderre est distrayant.

    • Cette jeune femme faisait (ou fait encore?) partie d’un ”mouvement” appelé Générations d’Idées.

      En plusieurs années dans les médias, notamment un passage à Tout le monde en parle, je ne me souviens pas d’avoir entendu une seule idée sortir de ce mouvement.

      Essentiellement un mouvement de jeunes affairistes opportunistes qui cherchent à se ”plogger”. J’ai rien contre se montrer, mais encore faut-il avoir du contenu.

    • @cscapital

      Je parlais surtout des gens d’origine britannique…

      Pour ce qui est de la propreté de Montréal je crois que vous en êtes encore aux années 60.

      Ça bien changé depuis.

      Je vous suggère l’article du 19 juin de Madame Ouimet dans La Presse. En voici un passage:

      Permettez-moi de vous parler de ma ruelle, située dans le Plateau. Des déchets y traînent depuis la mi-avril. J’ai appelé l’arrondissement huit fois. Ma requête a même porté deux numéros différents. Elle a d’abord été classée sous l’étiquette «nettoyage du domaine public», puis elle a migré dans la section «dépôt illégal». Rien à faire.

      De guerre lasse, mon chum s’est rendu à l’arrondissement. On lui a promis un ménage en règle.

      Chaque fois que j’appelle, on me dit que les déchets ont été ramassés. Pourtant, ils sont toujours là. Ils agonisent dans ma ruelle. Dois-je rappeler pour la neuvième fois pour me faire dire que tout a été ramassé, alors que rien n’aura été fait?

      Ce n’est qu’un exemple, un micro-exemple, mais je ne peux m’empêcher de me demander: coudonc, qu’est-ce qui se passe à Montréal?

      Et les joueurs Américains de l’Impact de Montréal ont surtout remarqué l’état de nos rues et les nids de poule eux…

    • @cscapital

      Et je vous suggère fortement d’aller faire un tour à Vancouver.

      Vous allé revenir déçu de la propreté de la ville de Montréal.

      Très déçu même.

    • @pimabo,

      voilà! Une génération qui croit que l’image est une fin en soi. Donc, elle met tout sur l’image et rien sur le contenu, lequel est jugé secondaire. Assez typique des relationnistes de toute façon, puisque leur boulot consiste essentiellement à construire et détruire des images. Or, c’est précisémment ses qualifications. Le boulot sera entièrement fait par les fonctionnaires, y compris la direction stratégique de la ville et elle perçoit son job de maire comme la relation entre le vrai pouvoir légué entièrement aux fonctionnaires et les citoyens à qui il faudra justifier le bien fondé ou les erreurs du vrai pouvoir. Ce qui n’a rien de rassurant, sachant que c’est exactement parce que les fonctionnaires s’en donnaient à coeur joie que la corruption s’est installée à Montréal.

    • Coquille vide. Encore.

      Bientôt il faudra engager nos politiciens de l’étranger…

    • Oui elle est belle, et très belle, en passant, mais on en veut plus. Pas que du vide, plus que M.Coderre et elle, pas facile, hein ?

    • Vous pouvez lire et relire son mémoire sur sortie 13 mais il demeure qu’il est rempli de lieux communs et de méconnaissance du milieu municipal.

      Les 3/4 des propositions se font déjà, d’autres sont carréments illégales (elle est avocate ?). Sans parler qu’elle parle d’un Plan particulier d’urbanisme dans le mauvais context. Elle semble ignorer qu’il existe la CPTAQ et que celui-ci est indépendant du politique au même titre que le BAPE.

      Mais le pire, c’est qu’elle parle d’une remise en question de la propriété privé et de son usus, fructus abusus.

      Le débat sur l’assiette fiscale est une bonne question par contre. Mais il ne faut pas abuser sur les pouvoirs non plus. Investissement Quéebec ne distriburra pas ces crédit au prorata de la population. De plus, la ville existe en raison d’une loie cadre et donner plus de pouvoir de structure au villes n’est pas une bonne solution tout azimut. Imaginer une petite ville où ils pourraient faire ce qu’il veulent ….. Ou Rosemont qui élimine les secrétaire pour l’opposition… oups ça c’est déjà fait…

      Bref moi j’ai rien contre Mme Joly mais elle pourrait se garder une tite gêne et se présenter comme conseillière parce que papa peut pas la pluguer sur le coup cette fois-ci.

      On pourra dire ce qu’on veut anyway, les seul qui ont une chance se sont Coderre et Marcel.

    • Aie le monde , vous avez pas compris ou quoi, Elle a UNE MAITRISE DE OXFORD. Donc au cas ou vous ne le sauriez pas, eh bien imaginez-vous donc (et croyez-le ou non) qu’ Elle possède UNE MAITRISE DE OXFORD. Maintenant mangez votre biscuit, excusez-vous devant Elle et ne recommencez plus car Elle est détentrice d’une MAITRISE DE OXFORD. Donc ça va faire le niaisage devant Elle.

    • @cscapital

      Je ne veux pas avoir l’air persistant mais un grand organisateur de festivals à Montréal à déclaré il y a peu qu’un étranger qui débarquerait à l’aéroport de Montréal et qui se rendrait au centre-ville en passant par la 20 aurait l’impression de se retrouver dans une ville d’un pays en voie de développement.

      Je pense qu’il avait parlé de Beyrouth lors de la guerre civile au Liban.

      Je fais le trajet à chaque matin et ce n’est ni du joli ni du propre croyez-moi.

      Et ce n’est pas finit:

      http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2013/06/20/009-chantier-rond-point-dorval-viaduc-delais.shtml

      9 ans pour un SRB, 9 ans minimum pour échangeur et pas n’importe lequel celui qui désert l’aéroport !

      Est-ce qu’il y a encore des choses qui fonctionnent ici?

    • Le seul qui a une vision pour Montréal c’est Richard Bergeron. On peut discuter de sa vision mais au moins il en a une. Les autres, que du vent. Croteau et Gadoury dans Rosemont-Petite-Patrie font de l’excellent travail. Mon vote ira encore pour eux. Le seul parti propre, le seul qui a une vision. Mais bon, les anglos vont encore voter pour du Liberal Canadian recyclé à la Coderre – qui ignorait tout du scandale des commandites, bien sûr.

      Sa campagne va se résumer à ça : Twitter et Go Habs Go.

      Je trouve cependant intéressant de voir l’équipe éditoriale de La Presse planter à ce point Madame Joly. Elle m’est soudainement beaucoup plus sympathique.

    • J’ai vu sa photo avec les bras croisés.
      Je me suis demandé ce qu’elle avait à cacher en croisant les bras ?
      À la lumière de ce billet, il semble qu’elle a rien à cacher pcq il n’y a rien, un vide !

    • Je trouve le monde un peu vite à parler d’une coquille vide… moi aussi je trouve qu’elle aurait pu au moins se présenter avec quelques grandes lignes directrices mais est-ce qu’on pourrait attendre à quelques semaines avant l’élection pour fixer notre jugement sur une personne dont la plupart d’entres nous n’avais jamais entendu parler?

      Nous avons la responsabilité en tant qu’électeurs de garder l’esprit ouvert et choisir les meilleures personnes. Je ne pense pas qu’il soit sain d’avoir aussitôt dans la campagne déjà choisit son cheval.

    • Je suis très déçue de la majorité des commentaires que j’ai lus. Vous êtes très rapides à juger. Le vote aura seulement lieu au mois de novembre. Cela donnera assez de temps à Mélanie de présenter son programme. C’est plus à l’automne qu’il est important de présenter ses idées qu’au début de l’été. Donnez la chance au coureur. Il sera plus facile de juger à l’automne alors que tout le monde aura présenté son programme.

    • Je pense, à lire les commentaires ci dessus, que tout le monde s’en fout !
      Dommage !

    • Next, Marcel Côté, il plonge ou pas? Faudrait qu’il se grouille un peu parce que Coderre rassemble son équipe et il va devoir mettre les bouchées double pour à la fois se faire connaître du commun des Montréalais et rassembler la sienne d’équipe d’ici l’automne. Un été, c’est vite passé.

    • c est pas parce que c est tout croche qu il faut voter pour le premier venu qui n a pas de casier judiciaire

    • Maintenant que Rose Ouellette, alias La Poune, est décédée, Mélanie Joly pourrait la copier et adapter son célèbre : « J’aime mon public et mon public m’aime »! Je veux bien lui donner sa chance, mais elle devra sortir de ces stéréotypes que tout le monde répète ad nauseam. On veut du contenu, ma Joly!

    • Stratégies de communication auprès des entreprises. Pourquoi elle ne dit pas juste “marketing” ?

    • Le maire de n’importe laquelle ville doit être un bon vendeur, bon en relations publiques, avoir beaucoup de charisme et bon mobilisateur ou rassembleur.
      Eh bien mettons toutes ces qualités au genre féminin et vous avez la candidate idéale pour Montréal, soit Mme Mélanie Joly.

      Et qui a dit qu’une belle apparence nuisait dans la vie ?

      Parlons maintenant de “public relations”, après tout, Gérald Tremblay n’a fait que ça à la mairie de Montréal et cela a duré plus de 10 ans. Pendant ce temps, Zampino au conseil exécutif s’occupait bien des affaires courantes. Il est vrai que ce dernier s’en occupait trop bien, ($$$).

      J’ai confiance que Mme Joly ferait à Montréal ce que la jeune mairesse Mme Caroline St-Hilaire fait présentement à Longueuil, soit redresser les finances de la ville, refaire plusieurs rues et boulevards ainsi qu’épurer la ville à tous points de vue. Tout le monde riait en 2009 lorsqu’elle s’est présentée à la mairie, sans argent et sans la clique de l’ancien maire. La population s’est réveillée et s’est débarrassé de la vielle garde ; voilà pour Longueuil.

      Mme Joly peut répéter l’exploit de Caroline St-Hilaire parce que je lui vois les mêmes qualités……et même plus.
      Madame Joly possède plus de qualités que tous les autres candidats mis ensemble pour remplir le poste de maire de Montréal le 3 novembre 2013.

      Laurier Boivin,
      Longueuil

    • Angela Merkel :

      - Diplomarbeit en physique
      - Doctorat en chimie quantique

      C’est ça qu’il nous faut : des gens formés par une véritable discipline intellectuelle, qui approchent la résolution de problèmes sur une base objective et rationnelle.

      Qu’a-ton ici à la place? Des têtes enflées qui n’ont appris que l’art d’avoir toujours raison : des avocats, des relationnistes, des titulaires de diplômes en sciences politiques ou encore des hommes d’affaires à l’ambition personnelle obscène.

      Le PLC a choisi la pop star Trudeau au lieu du scientifique Garneau. Montréal va-t-elle choisir une virtuose du slogan?

    • @pbrasseur

      Establishment intello-syndicalo-montréalais… Oh oui ! Et plusieurs de ces bienheureux jouirons bientôt de lieux de travail tous neufs, hors de cette méchante tour brune pleine d’amiante, le tout à nos frais…

    • @jon8
      “Bientôt il faudra engager nos politiciens de l’étranger…”
      On a Amir Khadir et Sam Hamad ;-)

    • C’est bien beau en effet. Mais peut-être vaut-il mieux une équipe du tonnerre quand on veut s’faire entendre.

      Certains semblent avoir compris ça en tous cas (j’pense à un journaliste en particulier).

      Du genre, une équipe qui peut nettoyer sans tout inonder (faudrait pas y ajouter l’équivalent des changements climatiques non plus).

    • L’amour pour la métropole, il est temps que les citoyens reviennent au cœur des priorités de Montréal, bouleverser l’échiquier politique, présenter les fruits de cette «écoute», sous la forme d’idées, de propositions, de solutions, en un mot, un programme.
      Ce qu’elle pense avoir inventé et veut psenter seule, Projet Montréal Équipe Bergeron a une équipe compétente, intègre et déterminée, pour le réaliser.

    • @ astyanax: le maire, ou la mairesse, de Montréal must be fluent in English. C’est un impératif catégorique, incontournable. Le contraire, une fois sorti du petit monde médiatique local, serait effroyablement pique-pique.

    • Je voulais écrire PRÉSENTER, il est tard, je vais me coucher, mais avant, je veux souligner qu’elle a fait de bonnes choses avec génération d’idées, mais pour les réaliser il va encore lui falloir du temps, alors que PROJET MONTRÉAL ÉQUIPE BERGERON ET TOUT À FAIT PRÊT pour les réaliser. À suivre.

    • Melany Jolie n’est pas Angela Merkel. Angela Merkel est physicienne, elle… La dernière chose dont on a besoin à Montréal est une relationniste ou une animatrice de plus.

      Une physicienne comme Angela Merkel, ou une chimiste comme Margaret Thatcher, ou, cela bousculerait l’échiquier de notre Québec si prédictible.

    • @rllemieux

      Tout à fait d’accord. Nous n’avons besoin de faiseurs, pas de faiseurs d’images.

    • Toute cette saga municipale est parfaitement loufoque. Coderre… et maintenant une pompom girl!

      Et il y a personne dans ce mauvais sitcom qui va nous dire comment il / elle compte ramener les 30 à 70 % payer en trop depuis 30 ans de toutes nos factures minicipales?

      Loufoque, non? Quand on pense que pour 100$ du à Impôt Québec, l’agence gouvernementale a déjà les clefs de ma maison en main au cas ou je tarderais à rembourser…

    • @rlemieux: excellent commentaire. Le mien, écrit avant que je n’ait lu le vôtre, confirme en tous points le vôtre. “oui, cela” et non “ou cela” dans mon commentaire, bien sûr…

    • @honorable

      Je note que nous sommes plusieurs à partager des points de vue similaires. Un moment donné, il faudrait bien sortir des blogues pour s’organiser afin d’influencer le cours des choses!

    • @sirwilfrid

      Bonjour M. Boivin, juste un petit rappel amical de rechercher et comparer le C.V. de Mme Caroline
      St-Hilaire avec celui de Mélanie Jolie. On est vraiment à 100 lieues l’un de l’autre.
      Sauf le fait que toutes les deux sont de jeunes femmes, Je ne vois absolument rien de comparable. Et comme cheminement et comme engagement.
      Autant je voudrais bien croire au sens supérieur du devoir de l’état de Mlle Joly, autant mes 55 ans de vie m’empêches de prendre des vessies pour des lanternes.
      J’ai malheureusement passé l’âge de ne pas reconnaitre une opportuniste quand j’en vois une….

    • Après avoir lu ici les propos de Mélanie Joly et les avoir entendus en entrevue et en conférence de presse, non seulement je ne lui ferais pas confiance pour un poste à la mairie, mais je ne lui confierais absolument rien de plus important que le «rebranding» d’une saveur de Popsicle. Et encore. Elle sonne faux et son discours est résolument vide de toute idée ou réflexion.

      Qui diable a pu lui faire croire qu’elle était celle qui pourrait «bouleverser l’équiquier de la politique municipale»?

    • pour ma part, simplement le fait d’apprendre qu’elle a jadis appuyé Justin Trudeau lors de la dernière campagne à la tête du PLC, c’est évident que je ne voterai jamais pour elle
      Daniel McGown

    • mais elle n’est peut-être pas la femme exceptionnelle qu’elle croit manifestement être. Personnellement, cet aveuglement sur ses propres mérites ne me permet pas d’avoir confiance en elle en tant que mairesse de Montréal. Quand on se méprend sur soi-même, les chances sont grandes pour qu’on se méprenne aussi sur ceux qui nous entourent…

      ouch mais dans le mille , on vit dans une période de façades mais de peu de compétences réelles pour accomplir les tâches

    • @danny66

      Faudrait demander à Gaetan Frigon. Si je ne m’abuse c’est lui qui a partie le bal avec sa lettre de recommandation publiée dans – (je ne me souviens plus si c’était la Presse ou le JDM) -.
      Bref, ce qui ce cache derrière Mlle Joly ce cache aussi derrière M. Frigon. Même gang.

    • La campagne n’étant pas officiellement lancée, je vous trouve un peu critique envers madame Joly.
      Ce n’est pas de rendre service à tous ceux qui osent se lancer en politique que de les analyser dès le départ.

    • @mistertie2008

      http://www.lapresse.ca/debats/nos-collaborateurs/gaetan-frigon/201305/30/01-4656186-melanie-qui-melanie-joly.php

      Bizarre de recommandation, il spécifie qu’il l’a congédiée d’un mandat mais qu’elle est super bonne !?!?!?

    • @ athos

      «le maire, ou la mairesse, de Montréal must be fluent in English. C’est un impératif catégorique, incontournable.»

      Un maire, ou une mairesse, doit d’abord être intègre, intelligent, expérimenté, dévoué à sa ville et très au fait des rouages et des dossiers de la ville. Bien parler l’anglais et le français reste bien sûr important, mais ce n’est certes pas le critère «impératif catégorique» dont vous parlez. Gérald Tremblay est parfaitement bilingue, mais il n’est ni intelligent, ni intègre et on connaît le résultat… Michael Applebaum, du reste, parle très mal le français et personne ne s’en ai jamais plaint.

      Bien sûr que l’anglais est le talon d’Achille de Louise Harel, mais comme il n’y a pas de candidats parfaits dans cette course, cela me semble un moindre mal puisqu’elle a de nombreux autres atouts que les Coderre, Bergeron et Joly n’ont pas. Louise Harel, dans Hochelaga-Maisonneuve, a été l’un des députés les plus dévoués et engagés qu’il m’ait été donné de connaître. Personne ne peut contester son profond attachement pour ses concitoyens. Voilà qui est infiniment plus rare qu’un(e) arriviste parfaitement bilingue…

    • @rllemieux

      A tous les jours j’ai la chance de croiser des PhD, j’ai meme eu la chance de croiser des Prix Nobel, dont Dr. Watson, reconnu comme un bigot, sexiste de mauvais gout. Tout ca pour vous dire que je n’engagerais pas la moitié des PhD pour peinturer mes murs de maison. Attention, l’éducation et la méthode scientifique est importante mais loin d’etre un gage d’un bon manager.

      Par ailleurs, j’en conviens que l’inverse est aussi vrai.

    • @astyanax

      Gérald Tremblay pas intelligent, vous y allez fort un peu.

    • J’espère qu’elle n’a pas l’intention de faire une campagne exclusivement du genre “social 2.0″…

      Moi j’ai encore des doutes quant au fait qu’un buzz sur les médias sociaux peut se transférer aux urnes.

      Remarquez que ce souci s’applique également dans le cas de Coderre…

    • Citation tirée du communiqué de presse de Mme Joly: “Je n’accepte pas de voir la ville que j’aime traînée dans le mépris, l’immobilisme et la corruption. ”

      On savait que Montréal était une ville pleine de contrastes. Avec Mélanie Joly qui la voit “traînée dans l’immobilisme”, on a maintenant la preuve que c’est aussi une ville pleine de contradictions!

    • Mélanie Joly, un Justin Trudeau en jupe. Et je suis certain qu’elle pense que c’est un compliment.

    • Tiens elle a été avocate de la défense à la Commission Gomery…

      http://www.ledroitdesavoir.ca/voir_segment03.asp?id=28&segment=3

      J’ai aussi lu Gaétan frigon, c,est pas parce que la femme a des qualités qu’elle peut être maire de Montréal.

      Et invoquer Régis Labeaume ? Labeaume serait un flop à Montréal, il n’aurait jamais été élu. à Laval, peut-être mais pas à Montréal.

    • Opinion faite… C’est une femme d’image plus que de contenu.

      https://www.youtube.com/watch?v=JtbzAF4RYiU

    • L’annonce de sa candidature date de lundi et tout le monde lui tape dessus. Il faut se rendre à l’évidence: la politique semble réservée à des gens d’un certain âge. Si on veut du sang neuf, il faut l’accepter quand il se présente! J’ai son âge, et je la trouve courageuse de se lancer. Il y en a qui veulent vraiment faire une différence, quoiqu’on en dise.

    • Si elle était un “pichou”, je crois que certains seraient plus cléments envers elle. C’est mon impression…

    • La dame a une maitrise de oxford en…. droit comparé….. pour les néophytes, c’est une jolie discipline de pelletage de nuage, ca n’apporte pas grand chose de concret, c’est comme détenir une maitrise en philosophie du droit…. ca parrait bien quand on ne connait pas le domaine, sans plus, ne vous laissez pas aveugler par ca.

      Elle fait effectivement parti des cercles libéraux, auprès de Trudeau, c’est un fait reconnu, et pour progresser aussi vite au sein de ce cercle, l’altruisme et la rigueur ne sont pas de mise. Elle sait qu’elle n’a aucune chance présentement mais se représentera à la prochaine élection lorsque tout le monde en aura entendu parler, jadis. La dame connait la dance. Si vous voulez une purge a la mairie, oubliez la.

    • Et si on attendait qu’elle annonce ce qu’elle veut faire avant de taper dessus?

      Après tout les élections ne sont en qu’novembre.

      Me semble qu’avec la gang de comiques qui siègent présentement (et ceux qui voudraient le faire) on ne perd pas grand chose à attendre un peu…

    • @ marhe

      Vous avez raison. Si elle était un “pichou” on n’en parlerait même pas.

      Et lâchez-moi avec le “sang jeune”.
      La dernière fois que j’ai vérifié, c’était un attribut, pas une qualité.

      Montréal se porteras mieux le jour ou les électeurs choisiront leurs représentants autrement qu’ils ne choisissent leur boîte de lessive.

    • Lorsqu’elle parle d’elle-même (ce qui semble être son passe-temps favori) est-ce qu’elle le fait à la 3e personne du singulier?

    • @marhe

      Sang neuf ne veut pas nécessairement dire sang jeune. On parle de gérer un budget de plus de 5 milliards de $, pas une boite qui développe des applications iphone.

    • Elle a mon vote, elle est tellement belle …

    • Bon ben, à regarder les réseaux sociaux, ça va pas bien pour elle. Elle devrait engager National….

    • @marhe,

      faites-nous pas brailler. On parle d’administrer nos taxes, est-ce trop demander d’avoir quelqu’un avec une tête sur les épaules et qui est capable de faire autre chose que des relations publiques?

      De un, la jeunesse on s’en fout, c’est la compétence qui compte. On cherche toujours ce qu’elle a à apporter.
      De deux, belle ou pas n’a aucune importance, parce que ce qu’on cherche, c’est un maire, pas une relationniste.
      De trois, oui, elle est reçue durement, ça lui apprendra à se présenter sans faire ses devoirs. Je ne vois pas pourquoi les Montréalais devraient tolérer des candidats mals préparés et qui viennent leur dire n’importe quoi sous prétexte qu’ils vont en élections. Que je sache, Legault n’est pas traité avec douceur en période électorale et il le devrait selon vos propres critères de même que Pauline Marois qui doit essuyer un tir de barrage par les temps qui courent. Alors, les larmes de crocodiles on s’en fout.

    • “Du sang neuf”…

      Du sang neuf ne siginifie pas forcément “jeunesse”. Pour illustrer mon propos, si Armand Vaillancourt (83 ans) se présentait à la mairie, on pourrait le considérer comme apportant du sang neuf.

    • La dernière chose dont Montréal a besoin est d’une candidate qui n’a pas fait ses classes. Si madame Joly est sérieuse, elle aura l’humilité de commencer par le commencement: conseillère.

      Oubedon attachée politique, oubedon attachée de presse.

    • Air connu:

      Je m’appelle Mélanie Jolie
      Je m’appelle Mélanie Jolie
      Je voudrais partir avec vous
      Tout au bout du ciel sur vos ailes
      Et je voudrais vivre avec vous, ma vie

      LE GRAND OISEAU MONTRÉALAIS:

      Mais y’ a tant de choses à voir avant
      De partir pour le firmament
      Y’ a tant de pages à tourner
      Ta vie ne fait que commencer
      Y a tant de choses à voir avant
      De partir pour le firmament
      Y a tant de jours et tant de nuits
      Tu es au début de ta vie

    • Moi, c’est sûr que j’vais voter pour elle. Est tellement ”cute” la Joly…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité