Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 21 mai 2013 | Mise en ligne à 17h02 | Commenter Commentaires (117)

    Pannes dans le métro: combien d’usagers perdus? Pour toujours?

    X023_6871_9

    Les usagers du métro avaient été prévenus le mois dernier : d’autres pannes surviendront, avait lancé la STM. Et une autre panne est donc survenue.

    Une panne générale de 45 minutes.

    En pleine période de pointe.

    Pour la quatrième fois en moins d’un an.

    Dire que c’est inacceptable est un euphémisme. D’autant qu’il ne s’agit pas là d’un pépin mécanique que résoudront les nouvelles voitures de métro.

    «Une panne informatique affecte le réseau entier», pouvait-on lire vers 16h sur le compte Twitter de la STM. Ce qui signifie qu’à nouveau, c’est le système informatique qui a flanché*.

    Un système installé l’automne dernier.

    Qui a coûté 174 millions $.

    Qui rencontre plus de bogues qu’un portable à 100 $.

    Cela pose des problèmes à court terme à tous les usagers dont le déplacement a été perturbé, mais aussi à long terme, à tous les usagers potentiels qui choisiront finalement de ne pas s’aventurer dans le métro. Car le message que l’on répète panne après panne, après les plates excuses de la STM, est que le métro n’est pas fiable.

    Un message, malheureusement, qui risque d’être entendu bien au-delà des stations de métro…

    ***

    *MISE À JOUR: Le centre de contrôle n’est finalement pas en cause dans la panne de mardi. C’est plutôt le réseau de télétransmission qui a flanché cette fois. Sur les sept pannes qui ont eu lieu depuis le 20 juin 2012, cinq étaient liées à «la commande généralisée» du métro, deux au réseau de télétransmission.


    • Excellent billet M. Cardinal! Je m’en suis sauvé cet après-midi en partant tôt du bureau, mais il m’est arrivé de me faire pincer et j’ai utilisé de gros mots pour passer ma frustration. Une telle panne, une fois, ça pourrait toujours aller, mais c’est la 4ième en moins d’un an. On ne viendra tout de même pas me dire qu’il teste leur nouveau système à 4h00pm en pleine semaine. Il font en effet exprès pour pousser les gens vers l’automobile … misère.

    • 45 minutes d’attente pour traverser le Pont Champlain cet après-midi en pleine heure de pointe. Pour la quatrième fois en moins d’une semaine! Combien d’usagers de l’auto perdu à jamais?

      H. Breton

    • Vous voulez rire? Ils ne perdent aucun usager voyons donc. C’est une clientelle captive et l’alternative qui est de prendre son auto n’est pas mieux du tout avec tous les embouteillages et les travaux mal plannifiés qui étouffent l’économie de Montréal…

    • Qui rencontre plus de bogues qu’un portable à 100 $.
      ———————————

      La journée que votre portable à $100 sera capable de s’occuper d’un tel réseau, on s’en reparlera…

    • C’est vrai qu’un laptop à 100$ pourrait gèrer le parc informatique de la STM…

    • @man1hack – 21 mai 2013 – 17h18
      M. Cardinal mentionne dans son billet que ce nouveau système a coûté 174 millions, ça fait des sous en TITI et ça marche tout croche, tiens comme la ville de Montréal … oh surprise!

    • je me souvien de pannes il y a une vingtaine d’années et je pense pas que c’était dû à l’informatique et des navettes étaients organisées. Le vieux système avec les gros ordinateurs était supérieur ?

      Pour perdre des clients ? Peut-être , mais en tous les cas ils en gagneront pas. Mais les gens qui prennent le métro régulièrement c’est que cela est soit plus avantageux pour eux ou qu’ils n’ont pas les moyens…

      En voiture, vous pouvez être pris dans des embouteillages et avoir toutes sortes d’imprévus.

      Seulement cela aide pas l’image du métro…

      Pour moi leurs problèmes ? Je ne serais pas surpirs que ce soit parce que leur nouveau système se sent sursollicité pendant les heures de pointe et il plante alors que l’ancien faisait cela plus facilement…

      Pour moi, les ingénieurs et/ou informaticiens font leurs calculs de manière trop serrée afin d’économiser mais c’est le contraire qui se produit.

      La vieille méthode plus efficace que l’ancienne.

    • La STM a un monopole et le fait qu’elle offre un piètre service de métro ne changera pas grand chose, parce que les usagers n’ont pas d’autres choix (ou presque). Les alternatives sont le bus (qui est assez fiable), le bixi/vélo, la marche ou l’auto.

      La STM devrait enlever les collants sur les wagons qui disent qu’elle a remporté le prix du meilleur service de métro en 2006 (or something like that). Ça devient gênant.

    • @lecteur_curieux – 21 mai 2013 – 17h35
      Je serais surpris que le CPU soit le problème. En 2013, tu peux avoir tout le CPU dont tu auras besoin pour une bouchée de pain. A la limite, tu achète un ‘Cray Computer’, qui coûte autour de 30 millions de dollars, et là, tu es en business pour longtemps. Le CPU n’est sûrement pas le problème, mais le software utilisé pour tout faire fonctionner et cela doit être pas mal compliqué. Il reste que ce système coûte une fortune et on voit des problèmes troublants.

    • Je rappelle que nous sommes allés sur la lune avec un ordinateur moins puissant qu’un iPhone…

    • Si le système informatique de 175 millions ne fait pas la job, que la STM fasse une poursuite contre l’entreprise incompétente responsable.

      Ça vient pas avec une garantie minimale de performance ce bidule informatique ?

      Jean Émard

    • “C’est vrai qu’un laptop à 100$ pourrait gèrer le parc informatique de la STM…”

      Manifestement pas mais ce serait probablement plus fiable que le Commodore 64 qu’ils utilisent en ce moment…

      Ce que “j’apprécie” le plus en ces temps de panne c’est le message nous “remerciant de notre compréhension”.

      À quand un système de ristournes à l’usager pour VRAIMENT nous remercier de notre compréhension?!

    • Nul doute que ca en fait réfléchir plusieurs à chaque fois mais les dommages sont insignifiants particulierement quand on sait qu`il ne suffira que d`injecter des milions en publicité pour faire croire que c`est la voie de l`avenir !

      Il faut tout de même mettre un bémol à ce que j`appellerais une campagne de sensibilisation sur les problêmes rencontrés par les usagers du métro. Je ne saurais appuyer mes dires avec des chiffres mais moi je n`ai pas vraiment senti d`augmentation des arrêts imprévus et ces inconvénients font depuis longtemps partie du prix d`admission.

      Ce qui a changé toutefois c`est qu`à chaque panne, à chaque fois qu`un usager pete, les twitters se font aller et la nouvelle est publiée partout en un temps record. Le phénomene est amplifié et semble plus sérieux qu`avant. L`est il vraiment ?

    • Des systèmes informatiques vitaux, ça se “teste” AVANT la mise en production, pas après. Merci Michel Labrecque. Ne vous présentez donc pas à la mairie …

    • Franchement, comme quelqu’un l’a souligné, 45 minutes c’est ce que de nombreux automobilistes passent coincés dans le trafic deux fois par jour.

      C’est sûr que ces pannes ne devraient pas survenir, mais mettons les choses en perspectives. Et on parle même pas du coût.

    • Je suis prêt à parier que le problème réside dans le fait que le système informatique a été créé de toute pièces pour Montréal puisque les administrations publiques doivent se soumettre à la loi 101. Un système en anglais testé partout ailleurs dans le monde et efficace aurait couté moins cher et fonctionnerait mieux. Mais non, nous sommes différents, l’anglais: ouache!

    • Des pertes de temps citoyennes. :-)

      Jean Émard

    • Je trouve ironique qu’un journaliste de LaPresse ridiculise la STM en mentionnant le coût de son système informatique alors que La Presse vient de dépenser 40 millions pour une application qui marche juste sur iPad2!

    • Ce que je trouves troublant est qu’il n’y ait pas de backup. À ce que je sache, les trains peuvent être utilisés en conduite manuelle et les opérateurs sont supposés être capable de les conduire de cette façon. Je ne peux concevoir qu’ils se fassent prendre “les 4 fers en l’air” aussi facilement. Quand un incident comme ça arrive, ils devraient faire fonctionner le système en manuel, même si c’est très ralenti.

      Ça fait longtemps que je mets en doute l’utilité des opérateurs, tellement c’est automatisé. S’ils ne sont pas capable de conduire les trains, ils ne servent plus à rien et on devrait abolir ces postes coûteux!

      Pour ceux que ça intéressent, le nouveau système de contrôle est une gracieuseté de Dessau:
      http://www.dessau.com/fr/services/ingenierie

    • Il y a l’air d’avoir des gens bien informés ici. Quels sont donc les systèmes utilisés par la STM? Quelle est la taille du réseau informatique? D’où provient la panne? Combien y a-t-il de composantes dans le réseau informatique de la STM?

      Merci de me renseigner.

      En passant, combien de mise-à-jour par année faites-vous de votre ordinateur personnel? De votre cellulaire? De ses applications? Et la plupart du temps, vos équipements informatiques ne foutent rien à part consommer de l’électricité. Pas sûr que tout ça soit bien comparable aux exigences d’un réseau transactionnel comme celui de la STM.

      En tout cas, j’attends de me faire instruire sur l’infrastructure informatique de la STM par la demi-douzaine d’intervenants ici qui semblent bien au courant.

    • @ ugoh et @ sebastienmassey

      Vous comparez des pommes et des oranges. Le citadin peut tout à fait tolérer 45 minutes pognés dans le trafic dans le confort de son auto, sachant à l’avance qu’il sera pogné à l’avance 45 minutes dans son auto. Mais se heurter à une porte de métro fermée, sans savoir que ça durera 45 minutes ou 2h30, c’est une autre paire de manches.

      Autrement dit, on ne peut pas comparer un 45 minutes confortable, à un 45 minutes d’incertitudes.

      François Cardinal

    • En me butant à la station Rosemont fermée à 16h05, j’ai vite regardé s’il restait des bixi à proximité (merci cellulaire). Par chance, oui. Il était tous disponibles à la station Rosemont (je ne comprends pas pourquoi la station de bixi la plus proche du métro Rosemont est à 300 mètres, mais bon…).

      Un mal pour un bien. Un 30 minutes de vélo de gagner. 30 minutes de moins au sous-sol.

      Les logiciels informatiques vont toujours boguer. Il faut s’y faire.
      PAR CONTRE, ce qui me choque, c’est le discours indémodable des vendeurs cravatés de nouveaux logiciels (surtout ceux à 100 millions et plus) : “Un meilleur logiciel, plus performant, plus fiable qui vont finalement vous faire gagner de l’argent, du temps, de la clientèle (car satisfaite)”. C’est très rarement ce qui se passe dans la réalité mais demain matin, à Montréal plusieurs logiciels aussi coûteux seront vendus… et malheureusement certains achetés avec de l’argent public qui serait mieux placé ailleurs.

    • @ ugoh

      Re: La Presse+

      Woupelaï, dans la catégorie «tordue», celle-là score pas mal fort…

      François Cardinal

    • Perdre des clients?
      La clientèle de la STM est captive.
      Travailleurs à bas revenus, étudiants, travailleurs du centre ville qui ne peuvent stationner, etc…

      Si vous voulez vraiment le savoir, allez voir s’il y aura baisse d’achallandage dans les stationnement incitatifs en périphérie. Je parie que non.

      Mais c’en est vraiment gênant. N’y a t-il pas recours à des pénalités de la part de la STM envers le fournisseur de services? Qui pourraient ensuite être refilées aux usagés?

      Sûr que non car théoriquement ça devait fonctionner comme sur des roulettes.
      Ça va être beau lorque les wagons nouvelle gén.ration vont refuser de communiquer avec le nouveau système.

      Je comprends pourquoi on ne voit plus Odile Paradis en tant que porte parole. Elle doit être en ”Burn out”.

    • Ceux qui trouvent que cette panne n’est pas grave sont généralement ceux qui ne prennent pas les transports en commun.

      Je ne dis pas que ça s’applique à tout le monde. Mais je remarque que plus quelqu’un a tendance à parler en bien du transport en commun, moins il le fréquente.

      Aussi, c’est la quatrième panne générale, mais on oublie toutes les autres pannes sur une ligne à la fois à cause des suicides.

      Imaginez si votre voiture tombait en panne 5 ou 6 fois par année.

    • @fcardina

      Ben oui, le gars dans son char a la certitude que ça va lui prendre 45 min pour traverser Champlain selon vous? Quand ça lui prend 1h30, est-ce que votre raisonnement tient toujours? En tout cas, vous avez la notion de confortable assez tordue merci. Les rares fois où je me trouve pogné dans le traffic à Montréal, je peux vous garantir que les autres automobilistes n’ont pas l’air d’apprécié le confort de leur bagole plus que moi. Prenez le métro plus souvent et vous allez voir que le service à Montréal est loin d’être aussi mauvais que vous vous plaisez à le décrire.

    • Les intrépides internautes anonymes, ceux qui se cachent derrière des sobriquets pour vilipender leur prochain, sont silencieux ce soir. Personne parmi les braves masqués n’a encore eu le courage de blâmer Gesca, S. Harper, Lionel Groulx ou P.K. Subban. Ce doit être qu’un orage est dans l’air.

    • Bonjour, puisque nous sommes contraints à nous plaindre sans savoir “vraiment la vérité vraie”, pourquoi les journalistes de l’émission Enquête ne ferait pas un reportage là-dessus? Combien ça coûte en honoraires pour réparer le logiciel quand ça ne marche pas et à qui fait-on appel – aux mêmes qui l’ont créé ou à d’autres?

    • Toutes ces pannes mine la crédibilité de Michel Labrecque. Pas certain que ça lui tente de se présenter à la mairie et de devoir défendre tous les problèmes. Je le cite en avril (tiré d’un texte de Radio-Canada:

      « On avait des vieux systèmes informatiques qu’on a rénovés et qui sont opérationnels depuis février 2012 »

      « Dans les premières années d’un nouveau système informatique, il y a des bugs, et ces bugs, on est en train de trouver des rustines pour les réparer »

      Il ne semble visiblement pas comprendre comment se développe un logiciel critique comme un système de train. Qu’est-ce qui arriverait si on appliquait la même logique à un TGV ou un avion? Qu’est-ce qui arriverait si on installait le futur pont Champlain en sachant qu’il n’a pas été correctement réalisé? On dirait que c’est normal, qu’on va patcher le pont ici et là en ajoutant un peu de béton?

      À mon avis, il y a un peut-être un petit scandale ou de l’incompétence derrière tous les déboires de la STM. On pourrait peut-être poser des questions à Alstom aussi.

    • Non, ce n’est pas mieux 45 minutes bloqué sur le pont que 45 minutes bloqué dans le métro. Personnellement, être bloqué en auto me stresse beaucoup tandis que ça ne me dérange pas plus que ça d’être bloqué dans le métro. De plus, ce n’est pas parce qu’il y a eu quatre pannes dans le métro qu’un usager donné y était à chaque fois. C’est comme dire qu’il y a eu 200 embouteillages en une année et que tout le monde était affecté à chaque fois.
      Pour vous, ce qui est acceptable pour l’auto est toujours un drame quand il s’agit des transports en commun. C’est toujours trop cher pour les TC mais vous ne faites pas de blogues sur les dépassement de coût des infrastructures routières. Vous devriez être obligé de toujours mentionner à la fin de vos articles les intérêts de votre corporation dans le pétrole.

    • “Le citadin peut tout à fait tolérer 45 minutes pognés dans le trafic dans le confort de son auto, sachant à l’avance qu’il sera pogné à l’avance 45 minutes dans son auto. Mais se heurter à une porte de métro fermée, sans savoir que ça durera 45 minutes ou 2h30, c’est une autre paire de manches.” fcardina

      ===

      Bingo!

      Ce serait bon de rappeler ça à M. Labrecque.

      Jean Émard

    • @fcardina

      Re: La Presse+

      Je suis d’avis que ma comparaison entre le système informatique de la STM (174M$) et votre application pour La Presse+ (40M$ ) est moins tordue que celle que vous faites avec un téléphone à 100$! Au moins les clients de la STM ont tous accès au même service, alors que les clients de La Presse se font refuser du contenu car ils n’ont pas la bonne marque de tablette!

    • @fcardina bien que vous soyez courroucé la comparaison entre la presse+ et le système informatique de la STM, c’est quand même pas mal plus significatif que de le comparer avec un laptop à 100$. Dans le cas des systemes informatique, on parle de quelque chose de “custom” plutot que destiné à la production de masse comme un laptop. Si avec 40 millions ( si c’est bien ce que ca a couté, mais je n’en sais rien) la presse n’a pas réussi à faire une app qui roule sur mon iPad2 (car elle est faite pour le 3 contrairement a ce qui a ete mentionné par ugoh) imaginez la complexité d’un système qui gère le réseau de la stm. Contrairement à une app iPad, une erreur de ce système peut entrainer des morts, ce qui autrement plus comsplexe à développer qu’une simple app qui ne roule que sur une seule version d’un seul os et n’a aucune implication grave si elle ralentit ou même plante.

      Le point est qu’avec ce que La Presse a payé pour son app, elle (et donc vous) devrait être à même de comprendre la complexité impliquée par le développement d’un système informatique. La comparaison que vous en faites avec un laptop n’est que pour le show, et discrédite votre discours.

    • @ugoh
      Si votre voiture tombait 4 fois par année de façon inexplicable sur le pont Champlain, est-ce que vous garderiez cette voiture ? Le problème des pannes de metro est que les gens se retrouvent à devoir se démerder par eux même dans une situation inconfortable dont ils n’ont pas le contrôle et ils sont plusieurs milliers à se retrouver dans la même situation ce qui augmente la quantité de gens qui sont affectés. Être pris dans le traffic, c’est malheureux, mais c’est juste une question d’attente et des options s’offrent.

      Et votre comparaison avec l’application LaPresse+, franchement. Dans l’art de dire n’importe quoi. Un est une application d’une compagnie privée qui sert de divertissement et qui a décidé de choisir un medium qui a 75% de pénétration dans le marché des tablettes. L’autre est un système de déplacement vitale à une métropole et qui a des options supplémentaires valables. Et je suis surpris qu’un système aussi vitale de 175 millions n’aient pas plus de redondances que ça.

    • Tant de million pour une job de mauvaise qualité. Ça fait penser à nos infrastructure et nos routes: très cher pour une qualité médiocre.

      Est-ce que le contrat du système informatique de la STM a suivi les mêmes règles que les contrats d’infrastructure? Poser la question c’est y répondre, puisque le tout se passe à Montréal.

      Notre ville est entre les mains de magouilleurs et nos gouvernements s’en lavent les mains. Pire: 90% des Québécois vont revoter pour les mêmes partis. Tant pis pour nous, cher Montréalais, car notre métro et nos routes vont continuer à tomber en morceaux pendant que nous paieront le gros prix.

    • @adeptes de Bixi

      Le Bixi est une solution 5 mois par année. Et pendant cette période, il faut que ça soit un jour où il ne pleut pas.

      Le Bixi ne s’applique pas à ceux qui vivent trop loin de leur lieu de travail, à ceux qui doivent aller chercher leurs enfants à la garderie, à ceux qui doivent faire leur commission avant de revenir à la maison.

      Le Bixi n’est pas non plus une solution pour ceux qui sont trop vieux, qui ont des problèmes de santé, ou qui font de l’embonpoint.

      Grosso modo, ceux qui utilisent le Bixi sont les mêmes qui allaient au travail en bicycle il y a dix ans.

      La principale utilité du Bixi, c’est de permettre à ses adeptes de se penser qu’ils sont meilleurs que les autres.

      @fcardina

      Vous avez totalement raison.

      Et j’ajoute: Quand il y a une panne de 45 minutes, ça veut dire que dans les 30 minutes après la panne, les métros sont plein à craquer durant 30 minutes.

      Aujourd’hui, j’ai laissé passer 5 métros devant moi à la Place-Des-Arts, juste après la panne.

    • @ugoh – 21 mai 2013 – 19h26
      Des problèmes de circulation, ça arrive régulièrement et les automobilistes doivent s’y attendre. Quatre pannes dans le métro en moins d’un an à cause d’un nouveau système informatique, ce n’est pas supposé arriver et cela sans compter les multiples pannes toutes les semaines. Par ailleurs, une panne généralisée dans le métro, ça touche des milliers et des milliers d’usagers pour une période indéterminée. Dans mon bouquin, c’est un bien plus grand inconvévient qu’un retard dans la circulation.

      Comme je disais ci-dessus, une panne, ça pouvait toujours aller, mais quatre et on nous avertit que ce n’est pas terminé … misère!

    • @neho99

      “pourquoi les journalistes de l’émission Enquête ne ferait pas un reportage là-dessus”

      On pourrait aussi se demander pourquoi les humoristes ne traitent pas du sujet. Pourquoi les téléromans québécois ne montrent presque jamais de gens dans des transports en commun.

      La réponse est simple: La très grande majorité des journalistes, humoristes et artistes Québécois ne mettent jamais le pied dans les transports en commun.

    • @ugoh : Pour me rendre chez mon client de ce matin en voiture en pleine heure de pointe : 35 minutes. Faire la même chose en vélo me prend entre 45 et 55 minutes selon le vent (en partie parce que je suis obligé de faire un détour de 3 km pour prendre la seule piste cyclable dans mon coin). J’ai essayé une fois de faire le trajet en transport en commun : 1h20 au total.

      @man1hack : En 1983, un super ordinateur comme le Cray X-MP/416 qui coûtait une quinzaine de millions de dollars avait une puissance de calcul de 800 MFLOP et avait 128 megs de RAM.

      Aujourd’hui, pour 1000$ on a un ordinateur avec un Core i7 3770 capable de faire 108 000 MFLOP (136 fois plus puissant) et avec 16 Gigs de RAM (128 fois plus).

      Ce n’est pas un problème de puissance du matériel, c’est un problème d’incompétence.

      J’ai une idée, commencer par mettre dans le cahier des charges le développement du logiciel dans un langage tel que Ada (et interdire la désactivation des protections comme l’on fait les informaticiens de l’ESA avec Ariane 5 pour se faciliter la tâche quand ils ont vu que leur programme ne compilait pas autrement).

      @apocalypse : Un super ordinateur comme un Cray n’est pas fait pour ce genre de chose, ce serait plutôt le domaine des mainframes du style IBM z10. Mais même là, j’ai une certaine difficulté à comprendre pourquoi le métro aurait besoin d’un mainframe pour fonctionner. Pour gérer un système de paiement centralisé je pourrais comprendre, mais un mainfraime pour un métro avec 4 lignes et seulement 71 km?

      Quand je jouais à Transport Tycoon Deluxe dans les années 90, mon petit pentium à 133 Mhz gérait un système beaucoup plus compliqué que le métro de Montréal.

    • @89178

      Une fois? Bel effort!

      @thanekrios et apocalypse

      Que faites vous de tous les imprévus qui peuvent aussi compromettre la circulation auto: accidents, fermeture pour travaux d’urgence, manifestations, etc.? En moyenne, il y a beaucoup plus d’impondérables en auto qu’en métro! Et ce sera encore plus le cas dans les années à venir avec les super chantiers qui s’en viennent. Bonne chance!

    • @thanekrios

      Est-ce que la compariaison avec un portable à 100$ de fcardina vous semble plus réaliste? Je me demande bien qui dit n’importe quoi!

    • @ tous ceux qui m’obstinent pour les 45 minutes en auto, je citerais une étude de StatCan d’il y a quelques années.

      On a voulu connaître le degré d’appréciation des répondants pour l’aller-retour entre la maison et le bureau. Qu’a-t-on observé? Que les travailleurs aimaient davantage faire la navette en auto (dans la congestion) que l’épicerie ou le ménage. Même, un travailleur sur six indiquait qu’il aimait «beaucoup» se rendre au travail en auto.
      Pas très surprenant. La voiture est devenu salon. On a droit d’y fumer, d’y écouter de la musique super fort, de parler au téléphone avec qui on veut. On a des sièges chauffants, des porte-gobelets, des prises pour le iPod.

      Comment peut-on sérieusement comparer 45 minutes avec tout ça à 45 minutes devant un édicule de métro sans certitude quant à l’ouverture des portes?

      François Cardinal

    • @ mrcrowley

      Complexe, je veux bien. Mais il y a des systèmes informatiques autrement plus importants qui sont testés suffisamment avant d’être utilisés pour ne pas planter aux trois mois. On parle tout de même d’un réseau de transport pour une ville de près de 2 millions d’habitants.

      Le lien avec le laptop à 100 $ n’est qu’une métaphore.

      François Cardinal

    • @fcardina

      Vous êtes passé maitre dans l’art de déformer les propos ma foi! Si vous citez une étude, donnez la référence svp. Comme vous le dites si bien, il ne faut pas comparer des pommes avec des oranges! C’est quand la dernière fois que vous avez pris le métro?

    • Bien sûr qu’il faut tenter de régler les problèmes, bien sûr que ce n’est pas parfait, bien sûr que…

      Ça ne m’empêchera pas de prendre le métro. Rien ne s’y compare encore, non ?

    • @fcardina

      Dans le métro vous pouvez pas fumer je vous le concède (quel argument!), mais par contre vous pouvez être en état d’ivresse et lire La Presse, ce qui est impossible en auto.

    • @ugoh

      Parfaitement d’accord avec vous…

      @ fcardinal

      4 pannes en 1 an? Ouin pis? Essayez de battre ça avec votre char pour le fun… Vous allez rire jaune avant longtemps… Je prends le métro 5 fois par semaine à raison de 2 fois par jour, et j’ai été pris dans 1 de ces 4 pannes. Vous présentez ça comme si tous les usagers sont tout le temps pris dans toutes les pannes, ce qui est ridicule.

      Et comme le souligne plusieurs intervenant, en matière de comparaison tordue, vous ne laissez pas votre place… C’est d’ailleurs le moins que l’on puisse dire…

    • “Franchement, comme quelqu’un l’a souligné, 45 minutes c’est ce que de nombreux automobilistes passent coincés dans le trafic deux fois par jour. ”

      N’en déplaise aux têtes dures, je préférerai toujours et de loin, passer 45 minutes ou plus, bloquée dans la circulation, bien assise sur mon postérieur au lieu de debout, à respirer autre chose que du parfum cheap ou du jus d’aisselles plus ou moins propres, à faire ce qui me plait dans mon véhicule tout en sachant que je peux parfaitement prendre un autre trajet ou m’arrêter prendre un café le temps que l’accident soit dégagé.

      Je préférerai toujours être coincée dans mon auto plutôt que voir les quais du métro dangereusement pleins de monde des murs au bord du quai (un accident va finir par arriver, c’est fatal! et quelqu’un va se retrouver poussé accidentellement sur les rails.) Je préférerai toujours poireauter dans mon auto en écoutant de la musique bien confortablement, plutôt que risquer la crise de panique quand le énième métro plein à l’os me fait enfin de la place et qu’on y est si à l’aise en crevant de chaleur, si proche de tous ceux qui m’entourent intimement, que je peux pratiquement dire si les autres pauvres créatures autour portent des boxers ou des culottes-bikini!

      J’ai eu le plaisir de “voyager” dans cette m….. de 1998 à 2009. Maudit que la ligne orange est devenue le fun depuis les 2 stations de Laval!

      Si je suis à Montréal que forcée et hurlante pour un rendez-vous, je suis CERTAINE d’y arriver à l’heure avec ma voiture si j’ai pris la précaution de traverser le pont à un heure raisonnablement libre de congestion. En métro et en autobus? Hahahahahaha! Je ne compte plus le nombre de camarades de travail menacées de mesures disciplinaires si elles arrivaient en retard à cause du foutu transport en commun. Pour ne pas prendre de chances, elles partaient un bon deux heures d’avance pour un trajet de 30 minutes.

      Bravo la STM! Continuez de bien prendre soin du bétail qui subit vos incessantes augmentations de tarifs et vos sempiternelles diminutions de service dans le plus abject inconfort. Vive Montréal!

      Beurk! Pas pour moi!

    • À 174M$, on ne parle probablement pas seulement de logiciel. Il doit y avoir aussi l’installation de capteurs et de systèmes de contrôles. Le tout probablement développé sur mesure donc on paye 100% de la R&D. Reste que c’est faramineux comme montant…

      La question que je me pose: qu’est-ce que ce système améliore dans le fonctionnement du métro? Que permet-il de faire qui était impossible de faire dans les années 80-90?

    • J’ai de la misère à croire que la stm n’ait pas pensé à un plan b lorsque survient ce genre de pannes. A son ouverture au milieu des années 1960, le métro ne dépendait pas d’ordinateurs pour rouler. Alors pourquoi ne pas avoir gardé la possibilité d’opérer manuellement les trains?
      Ca me fait peur quand on ne prévoit pas de solution de rechange pour un service aussi critique que celui du métro et qu’on se fait l’esclave d’une machine.

    • généralement les problèmes de système informatique se trouvent à environ entre 18 et 24 pouces devant l’écran

      albert bela

    • Et tant qu’à y être, après combien de pannes peut-on commencer à croire qu’on s’est fait avoir et considérer demander un dédommagement au fabriquant?

    • La voiture est devenu salon.

      voiture nom féminin donc ”devenue”

      albert bela

    • le grand boss de la STM devrait il être élu par le publique et lui être redevable ?

      albert bela

    • @fcardinal Vous dites “Pas très surprenant. La voiture est devenu salon. On a droit d’y fumer, d’y écouter de la musique super fort, de parler au téléphone avec qui on veut. On a des sièges chauffants, des porte-gobelets, des prises pour le iPod. ”
      “Comment peut-on sérieusement comparer 45 minutes avec tout ça à 45 minutes devant un édicule de métro sans certitude quant à l’ouverture des portes?”

      Pour comparer sérieusement, il ne faut pas supposer que les usagers resteront en tapon devant les tourniquets, voyons!
      Si y’a une panne de 45 minutes de métro… je ne vais pas rester planté devant les portes 45 minutes tout comme le conducteur ne vas pas en cas de traffic lourd, pour le plaisir de souffrir, arrêter sa clim, sa musique, s’abstenir de boire son café.
      Si y’a une panne de 45 minutes de métro, je m’asseois avec un livre, je peux écouter ma musique, je peux aussi parler au téléphone et je peux aussi aller au café du coin en siroter un dans un petit fauteuil confo sans avoir à “lâcher le frein, appuyer sur le frein… lâcher le frein… appuyer sur le frein”. Je peux magasiner, marcher, etc etc…

    • 45 minutes sans savoir si le service reprendra, c’est ch… surtout si on a des correspondance à prendre, tel que les trains de banlieue, dont le service est médiocre hors des heures de pointe. Et le confort, que M. Cardinal jugeait correct dans les autobus, est une donnée importante. Dans ma voiture, j’ai la clim, la musique ou le silence, des sièges en cuir, de l’espace… bref, rien de ça dans les TEC.

      Les gens de la STM font leur possible. Faire des tests avec les équipements, ça coûte cher et la STM n’a pas le budget qui va avec ce qu’on lui demande. Prenez-le comme vous le voulez, mais quand on étire un élastique au maximum, parfois sa pète.

    • On a vécu pire que cela avec le transport en commun et parfois sans même qu’il y ait de panne, de retard ou de tempête. Non, juste pas de bus avant une heure plus tardive quand on avait des cours du soir à l’époque et comme on l’Udm ou HEC sont situés pas mal plus loin que l’UQAM…

      Attendre à l’extérieur aussi des bus en retard en plein hiver à Montréal ou au Métrol Longueuil. Pour Montréal, les bus des CIT ne se rendaient pas au 1000, de la Gauchetière.

      Puis vous en voulez d’autres avir trois bus à prendre pour arriver à destination et quand vous arrivez votre transfert part. Deux ou trois minutes avant vous l’auriez eu…

      La panne de métro à l’heure de pointe ? Oui, c’est effectivement une pinotte à côté de toutes les avaries ou limites que l,on a connu avec le transport en commun.

      Mais on aime pareil cela plus maintenant car on le prend de manière plus occasionnelle et surtout hors-pointe ou dans le sens contraire du trafic, il arrive quand même de le faire avec la foule si on a un rendez-vous…

    • @fcardina ah pour cela, bien d’accord. Je pense toutefois que c’est difficile, surtout dans une organisation telle que la STM.

      La réalité est que le transport coûte cher, pour des raisons différentes selon qu’il soit individuel ou commun. Par exemple, le cout d’un système informatique ne croit pas linéairement avec sa taille et la taille de l’organisation qui le concoit, mais exponentiellement. Ce qui veut dire que dans une grande organisation, il arrive qu’on en ait moins pour son argent. Et que parfois, les coûts théoriques d’un projet n’aient rien à voir avec la réalité.

      Contrairement à vous, je ne blâme pas l’organisation qui aurait mal fait son travail, mais plutôt la nature même de l’organisation qui rend impossible l’efficacité. Inutile de vous dire que je suis désillusionné par beaucoup de nos institutions, mais je crois que personne ne pourrait etre pointé du doigt. Et je ne sais pas ce que serait la solution.

    • Oui ce sont des gens qui ont pas pris souvent le transport en commun dans leur vie pour trouver qu’un 45 minutes est si grave….

      Faire du pouce , demander un lift à un ami ou encore marcher sont d’autres solutions… Et on parle pas non plus de courir pour rattraper un bus…

      Et si on le manque ? Pas avant une heure…

      Une panne pour le retour à la maison ? Parfait je débarque ici et je m’en vais souper en ville…

      Et si tu demeures déjà sur l’Île ? Il y a sûrement plusieurs bus possibles qui peuvent te mener à destination autant que le métro…

      De l’UQAM au 1000 de la Gauchetière ? Cela se marche facilement…

      Prenez le bus… Et avec vos téléphones intelligents et Google maps, vous pouvez vous trouver un autre trajet…

    • Normalement, un système de contrôle essentiel fonctionne avec des automates programmables.

      Ce sont des systèmes industriels dont la programmation et les composantes électroniques sont extrêmement robustes. L’Hydro-Québec, les raffineries, la grosse industrie utilisent ce type de système. Ils sont souvent composés de plusieurs CPU. Un des CPU travaille et les autres le surveillent pour le remplacer en cas de problème.

      Les logiciels de ces systèmes sont très différents de Windows qui demandent des mises à jours fréquentes. Normalement, on a un système en parallèle sur lequel on teste les mises à jours et les nouveaux équipements.

      Pour chaque heure de programmation, il faut plusieurs heures de vérifications. Ceux qui manquent d’expérience avec ce type de système sous-estime souvent la vérification. Il en résulte des systèmes peu fiable.

      Ces systèmes doivent être conçus et programmés pour fonctionner avec un certain nombre d’équipement en panne.

      Dans le cas du Métro, le système devrait être programmé a partir d’un système de base qui assure un fonctionnement minimal mais très simple auquel on ajoute des fonctions plus sophistiquées.

      Ce système devrait être séparé des fonctions de gestions. Car lorsqu’on ajoute Windows dans un système on fait baisser la fiabilité.

      On ne sait pas exactement comment est conçu et fonctionne le système de contrôle du Métro mais ces pannes à répétitions sont anormales.

    • Bonjour,

      Je vis à Toronto depuis quelques années et j’ai été un usager régulier du métro de Montréal auparavant.

      Les avantages du métro de Toronto
      - Fréquence élevée des trains en TOUT temps
      - L’air climatisée (très efficace et agréable) dans les wagons durant l’été

      Les désavantages
      - Les pannes sont TRÈS fréquentes. Une excuse légitime et jamais mise en doute lorsqu’on arrive en retard au bureau.
      - L’achalandage en période de pointe: Il m’arrive souvent à devoir laisser passer plusieurs wagons. Les wagons sont généralement pleins lorsqu’ils partent de la station Front entre 5h et 6hpm.

      Bref, j’adore l’air climatisée et la fréquence des trains, mais les pannes surviennent trop souvent et les Torontois sont habitués

    • 26 juin 2009 : panne généralisée lors du retour à la maison. 26 juin 2009, 18h : je me suis achetée une voiture. Plus jamais mis les pieds dans le métro et plus jamais donné mon argent à la STM. Dommage quand même, mais c’était tout simplement trop frustrant. Mon record personnel d’attente de bus : la 125 sur Ontario vers midi un jour de semaine : 88 minutes alors qu’elle devrait passer aux 10 minutes. Un moment, ça va faire.

    • Bon, j’en conclus qu’il y a beaucoup de péteurs de broue qui tentent de montrer qu’ils en savent plus que leur beau-frère en informatique, mais qui en réalité ne savent pas grand chose et encore moins de l’environnement informatique de la STM.

      Dommage, nous aurions pu nous instruire.

    • @lecteur_curieux : Ça paraît que vous n’avez pas d’enfants qui vous attendent à la garderie ou pour souper.

      On parle ici de quatre pannes générales en moins d’un an, mais ça ne compte pas les innombrables interruptions partielles, ni les suicides. La plupart du temps, on ne sait pas combien de temps ça va durer, donc on ne peut pas juger si ça vaut la peine d’attendre ou de prendre un taxi.
      Les autobus? Pleins à craquer, plusieurs nous filent sous le nez avant qu’on puisse en prendre un. Demander à un ami de vous conduire? Si l’ami se trouve pas trop loin; et dans le cas du collègue, il faut en avoir un qui prend l’automobile, qui peut vous déposer sur son chemin et qui n’est pas pressé pour aller chercher les enfants à la garderie. Faire du pouce? Vous êtes naïf si vous pensez qu’un bon Samaritain va vous prendre à son bord. Marcher entre l’UQAM et le 1000 De La Gauchetière? Vous êtes vraiment en forme, surtout s’il faut le faire l’hiver par grand froid; aussi bien prendre un taxi.
      Bref, il est effectivement possible d’en avoir ras le bol des pannes de métro et des délais de 45 minutes.

      Par ailleurs, combien de réfractaires au transport en commun disent ne pas pouvoir se fier sur le métro pour arriver à temps au travail? Même s’ils habitent sur l’île, ils préfèrent dépenser une fortune sur une voiture ou sur Communauto, payer l’essence, se battre avec le trafic au centre de l’île et collectionner les contraventions de stationnement, plutôt que d’acheter une passe mensuelle. Malheureusement, ce dernier incident va les conforter encore davantage dans leur conviction.

    • @lucky13 : La plupart des systèmes informatiques sont maintenant offerts dans plusieurs langues. Des multinationales de traduction comme SDL et Lionbridge font des affaires d’or en localisant des systèmes simultanément en plusieurs langues. Je parle ici de systèmes spécialisés comme de systèmes grand public.
      En passant, quant on localise un système informatique, on traduit l’interface, les fichiers d’aide et le manuel, mais le code informatique, lui, demeure *strictement* le même. Et je m’y connais, je suis traductrice spécialisée en informatique.
      Le Portail linguistique de Microsoft, lui, permet aux traducteurs de ses produits d’y rechercher des termes et des locutions dans 115 langues et variantes de langues, y compris le cherokee, l’inuktitut, l’hébreux, le letton, le népalais, le zoulou… Internet Explorer 10 est offert en 95 langues, et 12 nouveaux modules linguistiques ont été ajoutés pour Office 2013, entre autres pour l’afrikaans, l’islandais et le gallois.
      Mais lucky13, lui, ose dire les « vraies affaires » : permettre à des peuples du monde entier de vivre et de travailler dans leur langue officielle, quel que soit le domaine, au lieu de se contenter de l’anglais : ouache!

    • J’ai été coincé dans cette panne de métro. Sur le coup, j’étais frustré. D’autant plus que j’avais donné rendez-vous à un ami pour prendre un café sur Côte-des-Neiges. Je revenais d’une entrevue pour un emploi. Mon ami m’attendait déjà depuis longtemps puisque l’entrevue a duré un peu de temps que prévu.

      Au départ, j’ai attendu. Puis je me suis rendu compte que ça pouvait être long. Je suis sorti de la station de métro pour prendre le bus. Un chauffeur m’a sagement conseillé de prendre la ligne spéciale qui a été mise sur pied à la dernière minute pour palier à la panne de métro et qui suit le même trajet.

      J’ai attendu le bus. Il passait assez fréquemment, mais ne s’arrêtait jamais. Le bus était toujours plein et la file d’attente était longue. La ligne spéciale ne fournissait pas puisque c’était l’heure de pointe et il devait prendre tous les usagers du métro en même temps.

      Bref, le métro est essentiel pour la fluidité du transport à Montréal. En espérant qu’ils sauront optimiser leur réseau informatique pour éviter les bogues à l’avenir.

    • @ugoh : Pourquoi devrais-je faire l’effort de prendre le transport en commun quand je suis nettement plus rapide en vélo? J’ai la chance d’être en forme (en partie parce que justement je ne prends pas l’autobus et le métro), alors quel serait pour moi l’intérêt du transport en commun? Pour le fun de perdre mon temps, de jouer les sardines et de perdre ma forme physique?

      Pour ce qui est de lire La Presse dans le métro… Je vois que vous n’avez pas souvent pris le métro durant l’heure de pointe!

      @bonserge : Non seulement le métro n’est pas une invention récente, mais Montréal n’est pas la seule ville avec un métro. Il me semble que la STM aurait pu engager une firme avec un peu plus d’expérience dans le domaine.

      @legada : À partir du moment où une panne informatique peut être générale, il devient évident que le système est centralisé et, donc, qu’il n’est pas contrôlé par des automates programmables.

      Pour ce qui est de l’utilisation de Windows dans les utilisations critiques, je me rappellerai toujours une des fois où j’ai assisté au lancement d’une fusée Ariane 4. Je regardais les écrans de télémétrie et soudainement un Blue Screen of Death est appararu sur l’un d’eux (c’était en 97 ou 98 et les ordinateurs de contrôle du Centre Spatiale Guyanais étaient équipés de NT 4).

      En passant, pour mettre les choses en contexte, mon ordinateur à la maison, sur lequel je tape ce texte, est un Xeon E3-1230 avec 8 Gigs de mémoire ECC et deux disques en RAID 1. J’ai aussi une UPS de 1500VA et deux disques externes pour mes backups.

      Voyez-vous beaucoup de configuration comme la mienne pour les stations de travail dans les entreprises? Le pire est que je vois fréquemment des ordinateurs qui servent de serveur pour des bases de données et qui n’ont ni mémoire ECC ni disques en RAID.

      Intel, avec ses chipsets pour les Pentium qui ne prenaient plus en compte le bit de parité ni l’ECC, a changé la culture et a rendu l’informatique beaucoup moins fiable.

      Une autre chose qui a rendu l’informatique moins fiable est Internet. Dans les années 80, il était important qu’un logiciel fonctionne correctement avant sa distribution, car distribuer des correctifs coûtait très cher. Maintenant, ce n’est pas si grave s’il y a des bugs, les clients téléchargeront la mise à jour par Internet.

    • A ceux que ça concerne: Soyez donc plus respectueux avec M. Cardinal. Il propose des solutions, lui. Il est un vert pas trop grano avec des idées intéressantes et pas farfelues, et en plus il porte une séduisante barbe. Un peu de respect.

    • @89170

      Où, je travaille un système essentiel, le contrôle est constitué de 2 couches:

      - des automates programmables qui contrôlent le système;
      - un système d’interface homme-machine en Windows qui utilise Ethernet pour la communication. Ce système assure la communication entre les opérateurs et les automates programmables, fait les statistiques, permet d’exporter les données recueillies, etc.

      Les automates programmables ont leur propre système de communication qui est complètement redondant. Il ne communique pas avec l’extérieur.

      Nous avons subi une panne majeure du système homme-machine à cause d’Ethernet mais les automates ont continués à fonctionner.

      Lors de la conception du système de contrôle, nous avons insisté pour maintenir des contrôles manuels pour assurer le fonctionnement du système malgré les avis du consultant qui nous assurait qu’avec ce super système de contrôle c’était une dépense inutile.

      Mais ces contrôles manuels ont été utiles lors de mise à jour des automates programmables. Nous avons triplé l’équipe d’opération.

      Le système de base de contrôle de la signalisation du métro devrait être super fiable, ce qu’il n’est pas. Ce qui permettrait aux opérateurs des rames de métro de continuer à faire fonctionner le système. La performance serait amoindrie en période de pointe mais c’est mieux que rien du tout.

    • M. Cardinal, vous exagérez encore. On voit très rarement le métro s’arrêter entre deux stations. Lors de pannes, les usagers ont la possibilité de sortir. Votre sondage n’est pas pertinent. La plupart des gens voyagent en auto et n’ont pas l’habitude du transport en commun. Il faudrait savoir si les gens qui prennent les transports en commun préfèreraient voyager en auto à la place.
      Aussi, quand il est question du tramway, vous être contre et vous voulez entasser les gens encore dans des autobus à essence. Dans ce cas, le confort n’est pas important pour vous. Vous n’êtes pas cohérent. Vous voulez juste décourager les gens à prendre les transports en commun en faisant semblant d’être un grand défenseur de l’environnement.

    • Et la STM a le front de nous imposer des hausses de tarifs année après année (dont 80 % vont à la rémunération…). 20 % pour rendre un service fiable, c’est peu.
      5 minutes de panne, ça peut s’endurer, mais une heure, voire deux ou trois sur tout le réseau en pleine heure de pointe? Une ristourne aux usagers devrait être remise.

      J’ai vécu 6 mois à Barcelone et j’ai pris le métro au moins deux fois par jour. Pas le moindre pépin et pourtant le réseau est mille fois plus étendu que le nôtre! Mon constat est clair: ici, on a affaire à des incompétents. Et dire que Michel Labrecque va peut-être se présenter à la Mairie de Montréal… Misère!

    • @sinsin, non, M. Cardinal n’exagère pas “encore”! Et votre argumentaire est aussi branlant qu’une vieille charette. C’est pas M. Cardinal qui décourage les usagers à prendre le TEC, mais la STM… CQFD

    • @simon_c – 21 mai 2013 – 22h23
      … Les gens de la STM font leur possible. Faire des tests avec les équipements, ça coûte cher et la STM n’a pas le budget qui va avec ce qu’on lui demande. …

      J’espère que vous faites une joke? On paie 174 millions pour un nouveau système et on n’a plus les ressources pour faire des tests et tout faire marcher correctement. En passant, dans tous les domaines, il y a des gens incompétents. La STM ne fait sûrement pas exception à la règle.

    • @dcsavard – 22 mai 2013 – 00h02
      La réalité est qu’on a payé une fortune pour un nouveau système informatique qui connait de sérieuses ratées. Quelque part, il y a des gens qui n’ont pas bien fait leur travail. Lorsqu’on veut s’améliorer dans la vie, il faut pouvoir prendre les critiques, être capable d’auto-critiques et prendre les moyens pour ne pas faire les mêmes erreurs. C’est exactement ce qu’on ne voit pas à la STM.

    • Je prends le métro tous les jours pour aller travailler depuis 25 ans et je trouve que c’est pas mal moins pire maintenant qu’avant; je ne dois pas être normale… Je suis allée m’acheter un livre et j’ai lu en attendant que ça reprenne et ça été plus rapide que je le croyais. J’aimais mieux attendre que ça reprenne que de prendre un autobus; Berri-HenriBou, c’est pas mal trop long et ça ne m’avance pas vraiment non plus car je demeure à Laval. Normalement, ça me prend 22 minutes Montmorency-Berri et sérieusement, y’a rien pour battre ça. Non, moi, ils ne m’ont pas encore perdue…

    • Je suis le premier à dire que le métro est vieux, mais fiable. Que les pannes mécaniques et autres sont très peu fréquentes. Que la durée moyenne des arrêts de service est en constante régression depuis 2008.

      http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201203/22/01-4508380-vieux-mais-fiable.php

      Mais là, ce n’est pas de ça dont il est question. Ce sont des pannes généralisées, à répétition, à l’heure de pointe, qui ont à voir avec un nouveau système informatique. Une fois, ça va. Deux fois aussi. Trois fois, c’est limite. Mais quatre fois en moins d’un an, c’est troublant. Et ça envoie le message dont je parle dans mon billet.

      François Cardinal

    • @lucky13
      Toute compagnie sérieuse qui développe de tels systèmes a surement pensé à développer leurs systèmes pour gérer de multiples langues. Et l’investissement ne doit même pas être 1% du coût total du produit. Ca fait 15 ans que je développe dans de tels systèmes et la langue, on y pense même plus. Cherchez autre chose.

    • Encore les pannes informatiques qui font planter les 4 lignes…

      Pis ça leur a coûter 175M$…

      J’en convient qu’il y a un grand nombre d’I/O, mais si le système est bien fait ça ne sera pas sur le même contrôleur.

      La taille et l’importance d’un système comme le métro justifie amplement l’utilisation de DCS à triple redondance, tel qu’utilisé dans les raffineries et dans les centrales nucléaire. On parle pas d’un laptop qui tourne sous Windows et qui plante de temps en temps. Avec la redondance, ces systèmes sont normalement très fiable, et même une défaillance complète d’un contrôleur (très peu probable avec une triple redondance) ne devrait affecté qu’une zone.

      Par contre, ces système, même avec la redondance, sont fiable seulement si la programmation ne contient pas d’erreur. Les grosse industries ont des standards de programmation et des protocoles de tests très poussé pour assurer la fiabilité.

      C’est possible d’avoir un gros système de contrôle fiable, il suffit que ce soit bien fait, mais pour 174M$ le budget permet de le faire, mais ça ne semble pas être le cas…

    • 45 mn. de perdu hier à attendre le métro….. Et encore 45 mn. ce matin à lire tous les commentaires (pas toujours trés pertinents) …..
      Décidément, ça va vraiment mal cette semaine….

      C’est de l’humour là !
      ;-)
      Stéphane D.

    • À ce point-ci, ça me rassurerait si la STM faisait une sortie publique pour s’excuser, affirmer qu’il s’agit de circonstances exceptionnelles et annoncer qu’elle envisage des recours contre le fabricant du système.

      Faut arrêter de faire comme si c’était normal, comme si l’informatique ça plante tout le temps.

    • @ bonserge

      Bien d’accord.

      François Cardinal

    • On devrait faire un comité ou siègerait plusieurs membre de groupe citoyen qui produirait des rapport d’étape et finalement des recommandations.

      Le tout ferait une belle conférence de presse suivi par un beau commentaire sur ce blogue. Vive l’immobilisme!!!

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Moi il n’y a rien qui ne m’enrage plus avec la STM que lorsqu’ils appellent des arrêts complets de service de plus de 10 minutes des “ralentissement”. Le train est pas ralentit, il est *arrêté*! Mais la STM veut pouvoir tricher ses statistiques sur les “arrêts” de service, pour pouvoir prétendre être la plusse meilleure au monde.

      Et oui 10 minutes ca compte, quand votre autobus/train passe seulement 1 fois / heure, ou pire.

    • Il faut se calmer le pompon… Le métro c’est pas si épouvantable que ça.

      Déjà les rues de la ville ne sont pas plus “fiables” si votre critère est d’arriver à temps au boulot : Il y a des maires d’arrondissement complètement débiles qui cadenassent carrément certains cartiers de la ville, il y a les travaux de réfection du réseau routier, il y a les aléas de la météo… Bref en auto, même à pied, vous n’avez aucune certitude d’arriver au boulot à temps.

      Cependant l’histoire concernant le système informatique qui gère les rames de métro est sublime : Comme chez la RAMQ, la SAAQ et bien d’autres “souffre-douleur” comme la base de données de Revenu-Québec, un système informatique qui fonctionne normalement semble, aujourd’hui, en 2013, être devenu une impossibilité.

      Neuf, vous n’aurez pas de portables à 100$… À moins d’habiter l’Afrique… Et encore.

      Benoît Duhamel.

    • @ el-noeliste,

      Arrêtez ! Stop !

      En 1967 le métro de Montréal fonctionnait superbement bien avec un “ordinateur” de la puissance d’une calculatrice de poche !!!

      Benoît Duhamel.

    • @apocalypse,

      je pense que vous n’avez pas bien compris ce que je dis. La majorité des critiques ici sont fondées sur du vent. Il y a ici des critiques très pointues concernant la panne alors que ces gens ne connaissent rien du système de la STM. Quand quelqu’un vient dire que les I/O ne devraient pas être sur le même contrôleur, je dis, pardon? D’où détenez-vous l’information qu’il n’y a qu’un seul contrôleur? SVP, décrivez-moi donc l’environnement informatique de la STM, question de m’assurer que vous avez un minimum de crédibilité pour ensuite critiquer de façon appropriée cette panne. A ce jour, personne ne semble en mesure de me répondre. Ma question est honnête, je veux réellement savoir si quelqu’un ici connaît vraiment l’environnement informatique de la STM. Sinon, bien, faudrait peut-être faire preuve d’un peu plus de prudence et d’humilité dans les critiques.

      Maintenant, vous parlez d’une fortune, d’autres de 175M $. Mais, tout ça ne veut rien dire tant que nous ne savons pas ce que la STM a eu pour ce montant. C’est certain que s’il s’agit de l’épicerie de la semaine, c’est un gros montant. Mais, 175M $ ce n’est pas un montant anormal pour la refonte d’un gros environnement informatique. Je ne dis pas non plus que ce prix est juste. Je l’ignore, mais vous aussi vous l’ignorez. Oui, les pannes sont toujours frustrantes, oui les services informatiques doivent s’assurer qu’elles ne se produisent pas, et tutti quanti. La réalité est qu’elles se produisent quand même. Maintenant, avoir la prétention qu’un intervenant ici puisse nous arriver avec la solution magique, c’est nous prendre pour des valises. Premièrement, quelqu’un connaît l’origine de la panne?

      @omni-tag,

      en 1967 le métro n’était pas ce qu’il est aujourd’hui, l’environnement informatique de la STM non plus et les méthodes de paiement non plus. De plus, je ne suis pas tellement certain qu’en 1967 le métro de Montréal n’a pas connu de pannes. Je ne suis pas non plus certain qu’il avait atteint le même degré d’automatisme qu’aujourd’hui. Pas plus qu’il y avait la même quantité d’information à gérer. En fait, on ne sait pas pourquoi hier il y a eu une panne. Peut-être est-ce une bête erreur humaine qui aurait tout aussi bien pu se produire en 1967.

      J’ai déjà vu, dans une grande banque, une opération de mise en arrêt des systèmes transactionnels qui devait être opérée sur les systèmes de développement. Il y avait trois niveaux de sécurité. Donc, trois paliers de bosses qui observaient la manoeuvre depuis la salle de contrôle et chacun donnait son autorisation à chaque étape. Ben, au lieu de mettre en arrêt le système transactionnel de développement, ils ont arrêté le système de production en plein milieu de la journée. Bref, peu importe le prix payé pour l’environnement informatique, cela n’aurait jamais mis le système à l’abri de ce type d’erreur. Et là, il ne s’agissait pas du concierge ou de la femme de ménage qui a débranché l’ordi pour brancher son aspirateur, nous parlons de gens compétents dans le domaine.

    • J’ai vécu à Montréal de 1983 à 1999 et je n’utilisais que le métro pour mes déplacements en ville. Me semble que les pannes étaient aussi fréquentes à cette époque.
      J’ai ensuite habité Québec 10 ans ou le transport en commun est une vraie farce. Oui, il y a du trafic aussi à Québec aux heures de pointe, il y a aussi des ponts et parfois, l’hiver, c’est une “galère”.
      Je vous jure que j’ai souvent regretté le métro de Montréal qui reste malgré tout la meilleure alternative dans une grosse ville. Quatre pannes par an. Non cela ne m’empêcherait pas de rester fidèle à ce mode de transport. Peut-être sommes-nous devenus trop gâtés ?

      Robert Duquette (retraité)
      Bellechasse

    • Les apologistes de la STM sont pathétiques, on accepte et on applaudit même la médiocrité, c’est devenu un passe-temps Québecois. La STM, qques stations et 71km à gérer et des pannes à profusion.
      Le métro de NY, 337km en opération depuis 1904 et moins de CINQ pannes général/arrêt complet
      dans son histoire.

    • @ dcsavard,

      N’empêche, il fonctionnait le métro en 1967, et durant cet été là il y avait, semble-t-il (je n’étais pas encore de ce monde), pas mal d’usagers !!! (On appelais ça des “passagers” à l’époque).

      Mais si vous voulez qu’on s’assoit sur votre argument, en 1967 le métro de Paris faisait 10 fois la dimension de celui de Montréal aujourd’hui, et devinez : Il fonctionnait très bien… (Il fonctionne encore très bien d’ailleurs)…

      Un jour il y aura une commission Charbonneau sur les grands systèmes informatique dans le secteur publique.

      Benoît Duhamel.

    • @omni-tag,

      en 1967 comment le métro de Paris était-il opéré? Pas trop certain que ce soit comparable avec la situation du métro d’aujourd’hui. Mais, je suis certain qu’il n’était pas aussi automatisé qu’aujourd’hui.

      Et je reviens à la question de fond, que connaissez-vous de l’environnment informatique de la STM pour porter un jugement et faire des comparaisons qui très probablement comparent l’incomparable?

      Bien sûr qu’il y a possiblement de la corruption dans le domaine de l’informatique aussi. Mais, là n’est pas la question de fond ici. La panne, elle était due à quoi exactement? Qui va finir par répondre à cette simple question au lieu de vanter les mérites de son ordinateur de table parce qu’il a mis des disques RAID dedans et de la mémoire ECC, etc. Franchement, vous croyez réellement que la STM n’a pas de SAN, de routeurs redondants, etc?

      Maintenant, M. Duhamel, vous pilotez à l’aveuglette dans cette histoire en présumant de corruption à la STM alors que vous n’en savez strictement rien. Vous surfez sur la vague de la CEIC et finissez par croire que les associations que vous faites sont fondées sur des faits réels alors qu’elles ne sont fondées que sur votre imagination. Pas que ce ne soit pas possible à la fin, mais franchement, vous n’avez rien de concrêt qui vous permette d’affirmer ce genre de choses.

    • @fcardinal

      Il y a une vingtaine d’années aux USA on montrait que 55% des automobilistes appréciaient le temps passé dans le bouchons… Ça commence à faire longtemps que les gens relaxent dans leur voiture… et relaxer notamment des problèmes causés par la voiture, du genre être obligés de jouer au taxi avec les membres de la famille faute d’avoir 4 voitures dans ce monde fait en fonction du Dieu à quatre pneus… C’est à se demander s’il ne faut pas refaire la comptabilité établissant des sommes astronomiques pour les coûts de la congestion car après tout, relaxer, c’est bon pour “l’économie”…

      Par ailleurs je ne sais pas pourquoi on tombe comme ça sur le dos de M. Labrecque. On le présente comme le “Grand patron” de la STM: les médias n’en finissent plus avec le sensationnalisme… Il est président du CA à 120 000$ par an, ce qui revient à dire porte-parole potiche à excellent salaire. J’ai passé 25 ans à le voir aller à Vélo-Qubec, et le gros de ce que veut dire “aller” ici était en fait ses machoires, il est toujours aussi verbo-moteur et étonnament, en n’en connaîssant pas vraiment beaucoup sur le vélo et le transport urbain. Mais c’est vrai qu’il peut être divertissant, car il est un bon communicateur. Un plus, en politique d’aujourd’hui… vous savez celle qui nous a mené là…

      Christian Boulais

    • Pas pour faire le chialeux, mais au moment où la ville annonce que la majorité de sa population doit faire bouillir son eau pour au moins 24 heures, le site web de la ville est hors fonction. On se doute bien qu’il a croulé sous la charge…

      Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond avec l’informatique et le secteur public. On entend tellement d’exemples de coûts astronomiques et des résultats pitoyables.

      Est-ce que ça va nous prendre une commission d’enquête sur les projets informatique dans le secteur public?

    • @ dcsavard,

      Vous me faites dire un tas de choses que je n’ai pas dites.

      Passé le milieu du siècle dernier, les “métropolitains”, tous autant qu’ils étaient, de par le monde fonctionnaient très bien et n’avaient pas besoin de systèmes informatique de 174 millions de dollars pour rouler sur leurs rails.

      Avez-vous idée de ce que ça représente 174 millions de dollars ? Voulez-vous que je vous le transpose en nombre de stations de métro flambant neuves ? (sans les tunnels bien sur). Ou alors on étale le tout en coupures de 1000$ sur le plancher de votre séjour ? Votre maison est-elle assez grande ?

      174 millions de dollars, monsieur Savard, c’est plus de 80 employés, payés chacun à plus de 50 000$ par années, pendant 30 ans ; et ce c’est sans compter le jeux des intérêts viagers sur les sommes en attentes !!! !!!

      Ré-asseyons-nous sur votre argument…

      Benoît Duhamel,
      architecte.

    • @ bonserge,

      Merci mec !

      Benoît Duhamel.

    • @omni-tag,

      vous ne savez toujours pas par quoi est causée la panne, alors pourquoi laisser croire qu’il y a un rapport avec le coût des systèmes informatiques alors qu’il n’y en a peut-être aucun? C’est ce que je reproche à votre argument qui navigue dans le noir total.

      Maintenant, qu’a eu la STM pour 175M $? Vous avez une idée de combien coûte le parc informatique de n’importe quelle entreprise de la taille de la STM? Ce 175M $ ne servirait selon vous qu’à piloter les wagons de métro? Laissez-moi en douter grandement.

      Vous estimez à combien le coût du parc informatique de Gaz Métropolitain? De Intact/Belair? De Saputo?

      Avant de dire que la STM a payé trop cher, encore une fois, il faudrait savoir ce qu’ils ont eu exactement pour ce prix. Juste l’infrastructure de commerce électronique d’une banque de petite taille a coûté plus de 50 millions de dollars il y a de ça une décennie et il a dû être mis à niveau au moins une fois.

      Pour ce qui est des salaires, je pense que là vous vous égarez et que la discussion n’a plus aucun rapport avec le sujet. Nous pourrions en parler, mais ce n’est pas le sujet du blogue.

    • Pour ma part quand il y a des pannes je ne peux pas dire que ça m’affecte tellement. Je vais lire dans un parc, manger au resto, visiter une gallerie, ou je retourne au bureau travailler et j’arrive plus tard au boulot le lendemain. Bref, pas la fin du monde et pas question d’utiliser la voiture. Bien sûr, ce serait encore mieux si on réglait ce problème informatique, il va sans dire.

    • @ ugoh et fcardina

      Désolé mais ugoh a raison. Les délais du trafic sont certes connus mais il y a régulièrement des imprévus là aussi. Ne serait-ce qu’un accrochage.
      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201009/06/01-4313040-congestion-automobile-des-gouttes-deau-dans-un-vase-trop-plein.php
      Et puis au niveau confort, c’est comparable. Quand on ne peut pas accéder au métro, on peut aller se promener. Difficile de faire ça pris dans son auto. Honnêtement, je crois qu’à ce niveau (et à celui des imprévus) l’un ne vaut pas mieux que l’autre.

    • @ dcsavard,

      Vous êtes un interlocuteur tenace.

      Le rapport avec tous ces salariés est qu’ils pourraient très bien, à eux tous, remplacer votre satané système informatique de 174 millions de dollars ! En prime leurs impôts et taxes reviendraient dans les coffres creux de nos institutions publiques !!!

      C’était simplement pour tenter de vous faire VOIR l’ampleur de cette somme :
      $ 174 000 000.00 ; mais vous qui m’accusez de “voguer dans le noir”, semblez rester obstinément aveugle face à l’ampleur démesurée d’une telle somme de pognon.

      Je vous en “pitche” une petite dernière sur votre bureau, toujours pour que vous saisissiez bien ce que représente une telle somme d’argent :

      174 millions de dollars c’est très exactement le résultat de la deuxième étude de coûts révisée, clef-en-main, au général, en 1989, pour la construction de la tour 1000 De La Gauchetière à Montréal. Les travaux se sont terminée en septembre 1991 pour une somme totale qui n’a pas excédée de beaucoup cette dernière étude.

      Benoît Duhamel.

    • Monsieur Cardinal, vous êtes en train d’exagérez et vous ne comprenez pas bien les enjeux, surtout lorsque vous comparez un portable à 100$ avec une réseau informatique imposant et complexe comme celui de la STM… Premièrement, on parle d’une panne majeure d’une durée d’une heure, pas 3 jours. Des pannes comme celle-là arrive une dizaine de fois pas année ? 10 fois sur 365 jours, le ratio est pas trop mauvais, il me semble. Entre être pris dans une demi-douzaine de pannes annuellement versus être pris dans le traffic 20 jours par semaine, le choix est-il si difficle à faire ? En plus on parle d’un coût de 77$ par mois pour des déplacement illimités à Montréal, en bus et en métro ! Le seul élément vraiment moche au niveau de ces pânnes et le manque total d’organisation de la STM lorsqu’un pépin comme celui-là survient, ca devient le free for all… il faudrait travailler fort sur ce point dans cette organisation ! Bref, nous avons une voiture à deux, je travaille au centre-ville et je laisse la voiture à ma conjointe pour son travail complétement à l’est de la ville où le transport en commun est globalement déficient et je prend l’autobus et le métro chaque jours. Depuis un an que nous fonctionnons comme tel et il y a clairemnt beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients !

      Francis Comtois

    • Ca fait pres de deux ans qu’ils m’ont perdu.

      Il fait trop chaud, c’est pas fiable, les prix augmentent en fleche.

      Et a chaque fois qu’il y a une panne comme celle d’hier, ca confirme que j’ai pris la bonne decision.

    • @omni-tag,

      et le 1250 René-Lévesque construit à peu près au même moment a coûté 300 millions de dollars. So what? Et le stade Olympique a coûte bien plus qu’un milliard en 1976. So what again?

      Est-ce que cette panne ne concerne que les opérations du métro? Encore ici, vous n’en savez absolument rien. Et vous êtes peut-être au fait des coûts dans la construction immobilière, mais je pense que vous avez des croûtes à manger concernant les technologies de l’information. Et encore une fois, quel rapport entre les coûts et la panne? Vous avez beau avoir des systèmes redondants en haute-disponibilité, si la panne résulte d’une erreur humaine d’exploitation, cela n’a rien à voir avec le matériel et le logiciel.

      Tant que nous ne connaissons l’origine de cette panne, toute discussion sur les coûts trop élevés de ci ou de ça n’a aucun sens.

    • @C.Morgan 00H17

      Je parle de situations qui me sont vraiment arrivées dans le passé mais pas nécessairement à Montréal … Puis cela peut-être comme étudiant au Cégep à l’âge de 17 ou 18 ans… Il ya maintes années…

      - L’ami pour me reconduire ? Mon bus ne passait pas… L’ami allait au même Cégep que moi… Mais je ne savais pas s’il avait un cours ce matin-là… Sa maison (celle de ses parents) était pas trop loin… Je suis allé sonner…

      -Pour le pouce ? On est de soir… Oui encore au temps du cégep… Plus de bus … Et pas d’argent dans les poches pour un taxi… Vous en avez pour une heure et 20 de marche et vous avez des cours le lendemain ou vous tentez d’obtenir un pouce pour vous rapprocher…

      Naïf ou pas ? J’en ai eu un… Et le conducteur a même pris un autre pouceur… On a débarqué à bonne distance de notre domicile pareil mais je M’étais rapproché en svp… 50/55 minutes de marche de sauvé…

      - Entre Berri-UQAM et le 1000 de la Gauchetière c,esrt vraiment un pet. Sauf qu’on le ferait pas à tous les jours… Et les enfants et tout… Un moment donné c’est juste pas possible… Il te faut soit te rapprocher du lieu de travail soit avoir une voiture…

      Autrement ? Le transport en commun c’est bon pour ceux travaillant au Centre-Ville , très proche du 1000 de la Gauchetière et aux heures de pointe et prenant l’express… Pour les autres ? C’est temporairement ou occasionnellement…

      Bien oui si cela vous prend une heure de transport et parfois même une heure 30 ou m^me plus 1heure 45 ou deux heures en incluant les attentes forcées alors que le collègue en voiture va prendre entre 15 et 20 minutes…

      Le transport en commun est juste bon pour les étudiants et débutants… Il faut trouver autre chose, se rapprocher ou la voiture…

      Mais quand même, que d’autres vivent ces inconvénients là une fois de temps en temps alors que cela a été le lot habituel d’étudiants ou autres jeunes bien cela leur montre que rien est acquis…

    • Tu peux prendre un méto aussi mais si tu commences à avoir un trajet trop long…

      Mais on en a connu ou vu… Des travailleurs qui partent de Saint-Jean sur Richelieu pour se rendre à Ville Saint-Laurent et en transport en commun et ils font cela à tous les jours… Et je connais une jeune femme qui le fait aussi travaillant de soir ou de nuit dans un centre d’appel…

      Des travailleurs moins gâtés que les chiâleux… Son père aussi n’avait pas de voiture…

      Donc, oui, il ya une clientèle qui n’a pas le choix et qui adapte son horaire en fonction du transport en commun…

      Et ceux qui ont des enfants ils s’arrangent comment ? On connaît pas tous leur secrets et concessions…

      On sait qu’ils le font pareil… Vivre à Saint-Jean sur Richelieu pour travailler dans une usine à Saint-Laurent… Et se déplacer en transport en commun… Ouf… Pire que la situation de transport des étudiants cela…

    • @ dcsavard,

      “Et encore une fois, quel rapport entre les coûts et la panne?” -Vous…

      ” «Une panne informatique affecte le réseau entier», pouvait-on lire vers 16h sur le compte Twitter de la STM. Ce qui signifie qu’à nouveau, c’est le système informatique qui a flanché.

      Un système installé l’automne dernier.

      Qui a coûté 174 millions $.

      Qui rencontre plus de bogues qu’un portable à 100 $. “… -F. Cardinal.

      Désirez-vous, cher ami, que je relise l’article de ce blogue pour vous ?

      Benoît Duhamel.

    • Un tit tramway avec ça ?

    • 4 grosses pannes sans compter les innombrables ralentissements de service, les arrêts partiels, les quais et wagons tellement bondés qu’on a l’impression d’être en route vers un camp de concentration…Non, prendre le métro de Montréal c’est très décourageant.

      Mais ce qui me mets le plus en rogne, c’est:

      - les messages génériques (”une porte de train bloquée…”). Est-ce si dur qu’un employé de prendre un micro et de s’adresser directement à la clientèle? Une voix humaine, un message personnalisé en rapport avec la situation?

      - le compte Twitter de la STM…ha ha ha, une vraie blague.

      -Ça serait le fun qu’au lieu d’avoir des écrans de publicité, qu’on y diffuse les dernières informations danas ces cas-là (les alternatives, etc.).

      Bref, à chaque fois, on est un peu laissés à nous même, personne vient nous voir, nous diriger.

      S.Larousse

    • @omni-tag,

      vous connaissez la cause de la panne? Non? Alors, que vient faire le coût du 1000 La Gauchetière dans l’argumentation? Rien, absolument rien, zéro utilité, pure diversion. Et encore une fois, si la panne est d’origine humaine, il n’y a pas de système qui puisse être à l’épreuve de ça. Tout comme votre 1000 La Gauchetière ne serait pas à l’épreuve d’un Boeing piraté par Al-Qaïda malgré tout ce qu’il aura coûté.

      Vous êtes pratiquement en train de dire qu’un joggeur ne devrait jamais se fouler la cheville s’il a des aspirines dans son armoire à pharmacie.

    • @ dcsavard,

      Le lien entre le 1000 De La Gauchetière et le système informatique du métro de Montréal est son coût.

      174 millions pour le système informatique

      et

      174 millions pour la construction du 1000 De La Gauchetière.

      Ça vous fait pas titillé qu’un système informatique coûte la même chose qu’un gratte-ciel ?

      Travaillez-vous dans les TICs ? Tentez-vous de protéger votre position ?

      J’aborde la question du coût du système informatique PARCE QUE Monsieur Cardinal aborde la question du coût de ce système informatique. Je suis totalement DANS le sujet.

      Que vient faire le coût du système informatique du métro de Montréal ? Posez la question à Monsieur François Cardinal et lâchez-moi la grappe !

      Cordialement et finalement,

      Benoît Duhamel.

    • Malgré ces pannes, le mtré reste plus fiable que les bus ou le train de banlieue.

      Train de banlieue qu’on ne prend pas mais on est au courant des retards qui sont fréquents et annoncés par les bulletins de déplacements alternatifs sur CIBL.

      Et des retards de 45 minutes pour des bus à cause du trafic sur les ponts ou encore d,embouteillages cela est arrivé à plusieurs occasions…

      Le métro reste pas mal si on a pas un trop long trajet et qu’on doit pas changer de lignes trop.

      Puis une courte panne de 10 minutes hors-pointe ne fera pas les manchettes… Cela arrive aussi…

      Mais des bus en retard en heure de pointe cela pouvait arriver presqu’à tous les jours à une certain époque…

      Heureusement, en heure de pointe, vous en aviez plusieurs alors cela puvait même réduire votre attente car le bus en retard arrive …

      Bien plus que 4 fois par année ces retards là…

      Mais bon les uasagers qui eux prennent la 45 qui fait la navette entre le terminus Panama et le terminus centre-Ville n’ont pas connu cela juste ceux prenant les bus de CIT…

      Ou encore à une autre époque pour se rendre au cégep à Longueuil… Pas de pont à prendre mais les automobilistes prenant le pont Jacques Cartier pris dans la tempête ou autres conditions ralentissaient la circulation entre le Métro Longueuil et le cégep… bus remplis à craquer à ce moment là aussi…

      ——————————–

      Prenez aussi ceux qui prennent des avions… Les retards sont fréquents…

      Et aller à la gare centrale de temps en temps… Les trains en retard, c’est aussi fréquent…

      Alors pour le métro ? Quand on se regarde, on se désole mais quand on se compare on se console.

      Ce sont des choses qui arrivent dans tous les systèmes de transport en commun.

    • Ahhhh, Vive Mont Royal.

    • @omni-tag,

      non ça ne me fait pas titiller qu’un système informatique coûte la même chose qu’un gratte-ciel. Tout dépend de ce qu’est le système en question. Vous chiffrez à combien le coût de développement de l’engin de recherche Google? Ce n’est pourtant qu’un logiciel! C’est ça votre raisonnement, ça ne tient juste pas debout. Vous ne savez simplement pas de quoi vous parlez et faites des comparaisons boîteuses que vous prenez pour un avis éclairé.

    • @fcardina

      Vous n’avez toujours pas répondu à une question importante: prenez-vous le métro? Vos critiques me semble tellement à côté de la plaque, que j’ai l’impression que vous ne devez pas être un usager fréquent.

    • guygadbois

      Je ne vois pas trop le rapport. Il n’y a pas d’usagers du transport en commun à ville Mont-Royal? Des gens qui vont travailler au centre ville? Je sais bien que le secteur n’est pas très bien desservit par le métro, mais quand même…

      Et puis, comme si Mont-Royal était vraiment une ville indépendante… elle est comment votre eau du robinet aujourd’hui?

      Avouez dont que vous aviez juste envie d’écrire que vous habitez à Mont-Royal, au cas où on ne le savait pas déjà.

    • Le métro est retombé en panne il y a une quinzaine de minutes là c’est à cause d’un usager non autorisé sur les rails… Supposé reprendre bientôt lorsque cela a été annoncé…

    • Cela affecte ou affectait seulement la ligne orange…

      https://twitter.com/stminfo

    • @bonserge

      Mon point (un peu vague, j’avoue) c’est que d’ici, tout ce qui est intéressant est rejoignable, sans trafic, et sans transports en commun. Le paradis du déplacement, quoi.

      On n’utilise pas vraiment le tranport en commun, c’est lent, plein, chaud, parfois nauséabond.

      Et on ne boit pas de l’eau du robinet (mais ca j’avoue c’est un peu de snobisme).

      Le paradis je vous dit.

    • @ guyadubois: “Moi, Moi, Moi”. Égocentrisme, quand tu nous tiens.

      S.Larousse

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2012
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    26272829  
  • Archives

  • publicité