Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 8 mai 2013 | Mise en ligne à 12h39 | Commenter Commentaires (29)

    Union Montréal implose: Louise Harel perd 40 000 $… AJOUT

    BX211_5E88_9

    Dire que la Charte de Montréal n’a pas prévu pareille débandade est un euphémisme…

    Déjà profondément bouleversé par le départ de Gérald Tremblay, le conseil municipal ne cesse de se réaligner depuis. Et la venue prochaine de Denis Coderre y est pour beaucoup.

    Radio-Canada révélait tout à l’heure que six élus d’Union Montréal, dont trois conseillers municipaux, s’apprêtent à quitter le navire, demain, dont le chef, Richard Deschamps.

    Comme pour le Canadien, ça sent la fin…

    Mardi déjà, deux élus d’Union ont remis leur démission pour siéger à titre d’indépendants*. Cela ramenait à 14 le nombre de conseillers municipaux dans l’ancien parti de Gérald Tremblay, le même nombre que l’opposition officielle, soit le parti Vision Montréal de Louise Harel qui en compte aussi 14.

    Par conséquent, Union Montréal perd le statut de groupe majoritaire qu’il avait conservé jusqu’ici… et Vision Montréal perd celui d’opposition, puisque la formation devient ainsi la plus importante du conseil avec une majorité de sièges.

    Pour sa part, Projet Montréal, avec 10 élus, demeure en troisième position… mais pourrait ravir rapidement le statut d’opposition officielle, puisqu’il sera à un seul siège d’Union Montréal, qui passera à 11 conseillers demain.

    Vous me suivez toujours?

    Il n’y a rien d’anodin dans tout cela. Car du coup, vous l’aurez appris ici en premier, Louise Harel perd son statut de chef de l’opposition, et le boni de 40 020 $ qui l’accompagne. Mais elle ne gagne strictement rien en échange, puisque le poste de maire est occupé.

    Elsie Lefebvre, elle aussi de Vision, perd pour sa part son statut de leader de l’opposition, Mais elle gagne (sous réserve de vérifications en cours à l’hôtel de ville) celui de leader de la majorité et conserve ainsi son boni de 16 578 $.

    Par conséquent, l’élu qui remplacera Richard Deschamps à la tête d’Union Montréal demain touchera un boni de plus de 40 000 $. Mais il pourrait n’en profiter qu’une courte semaine, étant donné que l’on chuchote à l’hôtel de ville que d’autres démissions sont à prévoir avant l’annonce de Denis Coderre, la semaine prochaine.

    MISE À JOUR à 16h45 mercredi: Claude Dauphin vient de remettre sa démission. Cela signifie que Projet Montréal risque de devenir demain la véritable opposition, non pas Union Montréal. Et donc, que Richard Bergeron touchera les fameux 40 000 $. Mais puisqu’il n’y a rien de simple à l’hôtel de ville, ce chambardement pourrait aussi permettre à l’Équipe Coderre de devenir majoritaire au conseil… dans les prochains jours! En effet, les élus qui quittent Union le font fort probablement pour se joindre à Coderre. Or la nébuleuse des indépendants (avec 28 élus) est plus importante que les autres formations. Théoriquement, donc, dès sa création, l’Équipe Coderre pourrait devenir le parti majoritaire à l’hôtel de ville…

    Ce n’est pas compliqué, la Charte de Montréal est conçue en fonction d’un parlement bipartiste alors qu’on a affaire depuis quelques mois à un parlement en folie…

    ***

    * Les démissionnaires

    Mardi, Clémentina Teti-Tomassi et Jean-Marc Gibeau ont quitté Union Montréal. Demain, selon Radio-Canada, ce sont Richard Deschamps, Manon Barbe, mairesse de l’arrondissement de LaSalle, et Alvaro Farinacci, conseiller de LaSalle, qui tireront leur révérence. De même que les conseillers d’arrondissements Vincenzo Cesari, Laura-Ann Palestini et Josée Troilo.


    • Autant à l’échelle de Montréal qu’à celle du Québec et du Canada, les systèmes bipartistes ne fonctionnent plus, mais alors là, plus du tout. TOUTES nos dernières élections ont été désastreuses, et les résultats, injustes (et injustifiables). Mais il serait beaucoup trop démocratique d’en tenir compte et de réformer nos systèmes électoraux, n’est-ce pas? On préfère conserver ces vestiges d’une autre époque, comme si on avait baissé les bras face à l’inévitable recul de nos institutions.

    • @kirkpitaine: À moins que je ne me trompe, je me souviens d’avoir lu que c’était impossible de modifier ce système parlementaire puisque la Constitution Canadienne interdirait toute modification. Du moins, au niveau provincial. De là à dire que la démocratie passe par l’indépendance… ;)

      C’était un constitutionnaliste qui avait écrit une lettre dans Le Devoir. Mais je ne réussi pas à le retrouver… je continue mes recherches!

      Bertrand Toupin

    • J’ai retrouvé l’article : http://www.ledevoir.com/politique/canada/339290/reformes-democratiques-des-tentatives-etouffees-par-le-cadre-canadien

      Bertrand Toupin

    • Situation loufoque, mais temporaire. Les gens se préparent à sauter dans la voiture de Denis Coderre et de son équipe de baseball, jusqu’à l’annonce officielle.

    • Completement ridicule qu’on aie une “opposition” a l’autel de vile, ca n’existe nulle part ailleurs au niveau municipal

    • Je ne vois pas la nécessité d’une réforme dans l’immédiat. En théorie, le maire d’un parti minoritaire pourrait être élu, mais en pratique je doute beaucoup que cette situation se produise. Ce n’est que parce que Gérald Tremblay a été poussé vers la porte de sortie avant les élections municipales que cette situation se produit. En temps normal, les chances sont pratiquement inexistantes que cela se reproduise.

      Je ne crois pas que nous verrons une scène municipale avec beaucoup plus que trois partis dominants. Un parti marginalisé se retrouvera rapidement dans une situation financière intenable, ce qui ne serait pas anormal non plus. Il s’agit toujours bien d’administrer une ville, les grands enjeux philosophiques sont pratiquement inexistants.

    • @chabanel,

      je ne vois pas ce qu’il y a de ridicule à une opposition officielle. A moins que ce que vous vouliez dire c’est qu’il ne devrait plus y avoir de notion de parti politique au niveau municipal. Sauf que, dans ce cas, comment les citoyens feront-ils pour décider dans quelle direction ils veulent que leur ville aille? Si aucun regroupement d’élus n’est en mesure de transporter une certaine vision correspondante? On se contente de gérer la cueillette des ordures? Dans ce cas, à quoi servent des élus? Les fonctionnaires peuvent faire l’affaire.

    • Quand tu t`accroches à kek chose c`est que tu en as perdu le contrôle. C`est un mal nécéssaire je supposes mais tous ceux qui sont en place les Deschamps,Harel,Bergeron,Ferrandez subiront tous le même sort qu`ils le veuillent ou non. En bout de ligne les électeurs vont décider comme il se doit.
      Ceux qui sont encore en place de l` époque Tremblay font partie de problême et pas de la solution. Mais cette génération s`accroche à l`assiette au beurre qui lui fond entre les mains. La commission n`est pas terminée et se chargera des restants.

      Pas certain que Coderre sera nécéssairement vu comme le renouveau ! Mais à défaut d`avoir mieux et avec l`option de redonner le pouvoir à ceux qui ont causé directement ou non le problême…

    • Union Montréal, Vision Montréal, Projet Montréal… pas étonnant que nous soyons mélangés. Au moins, nous n’aurons pas droit à Coderre Montréal. Uniquement pour ça, je voterais pour le Denis.

    • Pas mal d’italiens chez les démissionnaires. Un hasard?

    • Donc Harel redeviendrait chef de l’opposition et ne perdrait rien, c’est ça?

    • @Francois Cardinal: Combien de ces 28, à votre avis, joindraient le parti de Denix Coderre? Et voudont-ils vraiment se joindre au parti officiellement avant les élections? Je vois une meilleure stratégie à attendre sur les lignes de coté jusqu’aux élections qu’à se regrouper en un parti qui serait essentiellement une relique d’Union-Montréal mais avec un chef non-élu.

    • @elvince,

      d’un autre côté, ne pas s’affilier à une équipe jusqu’aux élections c’est prendre le risque d’être étiqueter comme opportuniste sans conviction particulière et qui n’a aucune idée de ce dont Montréal a besoin et que tout ce qui l’intéresse c’est d’être dans l’équipe au pouvoir. Pas sûr qu’un candidat va aller chercher beaucoup de votes avec une attitude pareille.

    • Pôv Mas’me Harel. Dans pas longtemps, au train où vont les choses, elle va devoir réclamer de l’aide auprès de sa chum Agnès Maltais. N’empĉhe que ce serait hilarant.

    • .
      Les élus de la Ville de Montréal, c’est n’importe quoi !
      Plusieurs cherchent le “filon” qui offre le plus d’opportunité d’être réélu ! …. afin de pouvoir continuer à passer le temps sur leurs ordinateurs ou tablettes électroniques durant les séances du Conseil de ville.

      Coderre semble une solution en ce moment, mais ça peut changer !
      Si Coderre ramasse une gang déjà en place et n’arrive pas avec une majorité de nouvelles têtes, le cafouillage de Montréal se poursuivra !

    • ..@FC: Vous dites: «Comme pour le Canadien, ça sent la fin…»

      Vous auriez aussi pu dire:«Ça sent la coupe….de ciguë.» Finalement, peut-être pas. En effet, y a-t-il dans cette enceinte quelqu’un qui puisse se comparer à Socrate?

      JFC

    • @dcsavard: exact, mais mon point c’est que les anciens d’union montréal qui vont aller vers coderre vont avoir l’air tout aussi opportunistes peu importe qu’ils joignent aujourd’hui ou dans quelques mois.

      Il y a 2 autres problèmes pour ces indépendants:
      1-Le parti de coderre n’est pas encore officiellement formé. Le nom est réservé au dge et tout le mon sait qu’il va se présenter avec un parti, mais pour l’instant, il est encore député fédéral, il n’est même pas encore candidat;
      2-Coderre va amener certains de sa gang avec lui. Il ne voudra pas de tous les indépendants.

      D’où ma question à FC(à laquelle il ne semble pas vouloir répondre; c’est son droit): combien de ces élus seraient intéressés à passer pour des girouettes qui suivent la direction du vent ET qui seraient voulus par coderre? Je ne sais pas exactement de quels districts les indépendants représentent, mais je croirais que tous ceux qui sont dans l’ancien comté de Bourassa peuvent oulier l’idée de joindre le parti de Denis, il a déjà son équipe dans ces quartiers-là.

    • L’auteur de cette comédie devrait être mis à la porte, le manque de vraisemblance est trop choquant…

    • Ca aurait pu être pire. Elle aurait pu être arrètée dans l’opération Honorer en même temps que Vaillancourt. Vous êtes chanceux à Montréal, vous aurez du choix aux prochaines élections. A Laval, on va avoir une gang d’inconnus.

    • pas étonnant que personne veuille etre maire, plus payant l opposition , moins de stresds , pas de comptes à rendre etc…

    • @gl000001,

      oui, effectivement, les prochaines élections municipales à Laval seront moroses. Le grand vide s’est installé autour des fonctions de l’administration municipale chez-vous. Au moins, il est clair pour tout le monde pourquoi il n’y a jamais vraiment eu que Vaillancourt dans la course depuis plus de 20 ans.

    • Jamais les hommes ne font le bien que par nécessité. Machiavel

    • @argyle :
      si tous les membres d’Union Montréal quittent pour se joindre à Coderre, il vont peut-être appeler le parti “L’union de Coderre-Montréal” ou l’une de ses variantes :)

    • Vaillancourt à la tête de Montréal… Faut pas se le cacher, c’est le crime organisé qui a le meilleur bilan de “développement économique” depuis 40 ans au Québec. Évidemment, ce n’est pas tout le monde qui en profite, mais n’est-ce pas la même chose de toutes façons ?

      Signé: Triste, mais résigné…

    • Maintenant qu’Union Montréal est dissoute, que va-t-il arriver de la juteuse caisse électorale du parti? Il y a encore 700 000$ je crois.

    • @anonymus,

      Vaillancourt ira plutôt en prison s’il faut que l’UPAC démontre hors de tout doute raisonnable qu’il était le chef d’une organisation criminelle. Il ira rejoindre Mom Boucher.

    • J’ai entendu la rumeur suite à l’arrestation et l’accusation contre Vaillancourt et consorts que la ville de Laval avait demandé au gouvernement du Québec de changer son nom en Gotham City. Quelqu’un peut confirmer?

    • J’aurais aimé que les policiers fassent défiler Vaillancourt, menottes aux poignets, avec un air piteux devant les caméras des journalistes. Ça aurait été un bon spectacle.

    • @dcsavard

      Vous avez parfaitement raison. Je corrigerai donc plutôt par: Le prochain “Vaillancourt”. Les gens changeront, mais pas le pouvoir. C’est ainsi partout, et depuis toujours. Les décideurs légiféreront toujours pour compliquer la gouvernance. C’est humain.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2013
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives