Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 26 février 2013 | Mise en ligne à 7h33 | Commenter Commentaires (36)

    Les Soprano… à Montréal!

    1343875535_06_sopranos

    Avez-vous remarqué? Nous sommes un peu moins susceptibles qu’il y deux ans au sujet de la corruption galopante au Québec.

    En septembre 2010, le magazine Macleans avait provoqué une réaction monstre en titrant en une «Quebec : The most corrupt province».

    Or la semaine dernière, à la suite de la rafle de l’UPAC à l’hôtel de ville de Montréal, le New York Times a publié sur son site un texte tout aussi insultant sous un titre tout aussi cinglant : «The Sopranos of Montreal».

    Et pourtant, aucune réaction.

    Le journaliste a beau faire un lien direct entre les agissements de la mafia à Montréal et celle de la célèbre famille de mafiosi du New Jersey, il a beau qualifier le Canada de modèle incorruptible et la métropole québécoise de mouton noir au pays, les médias d’ici n’ont à peu près pas fait mention de l’article.

    Est-ce parce que l’article n’a pas été publié dans le journal papier? Est-ce parce qu’on se garde «une p’tite gêne» maintenant qu’on saisit mieux l’ampleur du problème? Ou est-ce le lien avec les Soprano qu’on trouve à la fois sympathique… et plutôt véridique?

    Pour les initiés, il y a en effet plusieurs ressemblances entre la situation à Montréal et celle, fictive, dépeinte dans le New Jersey. Le Devoir en notait quelques-unes hier matin : les intérêts de la famille mafieuse dans la construction, les négociations à coup de menaces, l’omerta scrupuleusement respectée…

    Allons plus loin. Il s’agit dans les deux cas de familles italiennes aux tentacules nombreuses, Rizzuto dans un cas, Soprano dans l’autre. Certains membres de la famiglia sont truculents, comme Silvio Dante et Nicolo Milioto, qui apprécient autant les espressos l’un que l’autre. La maison lavaloise de Milioto semble aussi luxueuse que celle de Tony Soprano.

    Les activités illégales sont fortement intégrées à l’économie légale, en plus d’être diversifiées : construction, restauration, drogues. Elles ne sont pas étrangères à un certain nombre de règlements de compte, d’exécutions, de cadavres.

    Le Consenza a son pendant, le club de danseuses Bada Bing qui joue le rôle de quartier général. Les micros cachés au Consenza rappellent ceux que la police a caché dans une lampe de la maison des Soprano.

    Le parrain et ses acolytes ont leurs habitudes dans un restaurant tout à fait respectable et hors de reproche du New Jersey, le Nuovo Vesuvio, comme à Montréal dans le 357 C. Ils font payer un pizzo aux commerçants. Ils sont acoquinés avec des élus. Ils ont des intérêts dans les changements de zonage. Ils exigent des extras (quoi que dans la fiction, on n’a pas osé évoquer un taux de 85%…).

    Ce qu’on ne sait pas, par contre, c’est si Vito Rizzuto est suivi par une psy…


    • Par contre dans la série Soprano, je n’ai jamais vu un
      RienvuRiensuRienentendu Tremblay.

      Des élus complices oui, mais volontairement aveugles comme
      notre Tremblay ……..non!!!

      Bien silencieux notre RienvuRiensuRienentendu Tremblay.
      Louise April(Laloue)

    • C`est la classe politique qui s`était élevée face à ce jugement . Ils ont depuis laissé tomber le masque devant la faiblesse de la seule protection qui restait qu`ils imploraient soient les allégations.

      Les médias à l`époque n`avaient que relatés les propos du magazine et la page couverture du Macleans et il n`en fallut pas plus pour que les défendeurs du systeme en place se prononcent. Ils seraient bien mal vus aujourd`hui de tenter de nier l`évidence.

    • Ça sert à quoi ça? Dans le fond je préfèrait quand vous acharnier à régler les problèmes de période des questions des conseils municipaux de petite ville de banlieux.

      Ça sert à quoi de faire passerr le 357c pour un repert de la Mafia? Autre que de salir un peu tout le monde je serais curieux de vous lire sur les causes et solution de ce cancer comme vous le nommé.

      il est clair à la lecture de ce commentaire que vos conclusions sont tirés. Maintenant quel serait VOTRE solution.

    • @ nike

      Mais Bon Dieu, pourquoi vous acharnez-vous à lire ce blogue que vous aimez tant détester? C’est un grand mystère pour moi.

      François Cardinal

    • La collusion et la CEIC m’a tout de suite fait penser à l’article du Macleans aussi et à tout nos personnalités, politicien et journalistes qui ont déchirer leurs chemises.

      Pourquoi c’est un magazine de méchant anglais qui a oser dire tout haut ce qui est clair depuis des décennies au Québec? Et ils étaient très loin d’avoir tort..

    • Est-ce que le Québec est la province la plus corrompue ou est-ce seulement celle qui a pris les moyens les plus vigoureux pour la dévoiler et la combattre?

    • @astyanax

      La plus corrompue. On a qu’a regarder le cout et l’état de nos routes comparer à celle de l’Ontario, on en parle depuis toujours.

    • Je me souviens de John Bon Jovi qui est venu faire son show à Montréal, il y a deux ou trois semaines et qui a dit que Montréal, en dehors de son New Jersey natal, était l’endroit où lui et son groupe étaient les plus populaires… et je me souviens m’être dit à l’époque que ce n’était pas le seul parallèle qui pouvait être fait entre Montréal et le New Jersey.

      P.S.: si jamais vous apprenez que Vito Rizutto se fait suivre par une psy et qu’elle a le même look que le Dr. Jennifer Melfi, pouvez-vous me donner son numéro de téléphone SVP? Je vous offre mon amitié éternelle si vous me faites cette petite faveur…

    • @ pierrejons1

      Vous avez des preuves? Votre regard sur l’état comparé de l’une et l’autre des provinces ne me semble pas un argument très convaincant. Désolé…

      En revanche, je vous signalerai le commentaire récent d’un ancien haut gradé de la GRC qui parlait de Toronto comme d’une ville beaucoup plus corrompue que Montréal. Même chose pour la mafia torontoise, beaucoup plus importante et puissante que celle de Montréal.

    • Pardon: je voulais plutôt écrire: l’état comparé DES ROUTES de l’une et et l’autre des provinces.

    • @astynax

      Si le taux d’imposition au Québec et les taxes foncières vs les services rendus et la qualité de ces services, si la CEIC, les couts gonflés (jusqu’à 85%!) ne vous convainc pas, c’est pas moi qui va vous convaincre.

      Il y a de la corruption/crime partout mais on sait depuis très longtemps que le cout d’un KM de route au Québec est de 30% et + de plus que dans le reste du pays, si au moins c’était de meilleur qualité… La CEIC nous fait maintenant comprendre pourquoi c’est ainsi.

      Il y a différence entre crime et corruption. La mafia de Toronto peut bien être très puissante au niveau du traffic de drogue, vols de voitures, contrôle des bars (comme à MTL) mais il y a pas l’ampleur de corruption qu’on voit au Québec au niveau des dirigeants, syndicats et maire des plus grandes villes. La CEIC nous démontre que c’était systématique ici.

    • @pierrejons1,

      c’est un peu prématuré comme conclusion. Vous utilisez le taux d’imposition comme preuve de la corruption généralisée sans égard aux services. Votre discours ne porte en réalité que sur les routes. La corruption ne vise pas uniquement les routes. La corruption peut être aussi généralisée en Ontario qu’ici alors que la mafia là-bas est simplement moins gourmande.

      Est-ce que vous considéreriez que Jean est moins corrompu que Jacques parce que Jean ne perçoit que 10% alors que Jacques en percoit 20%?

    • Le pire dans tout ça c’est qu’on ne voit plus la fin. Ce n’est plus un ménage que ça prend, mais il faut carrément mettre le feu à l’Hôtel de Ville. Les mafieux passent devant la CEIC en étant super arrogant et se permettent même d’intimider la commission. Comment voulez-vous croire que le ménage sera fait quant le système mafieux s’est faufillé partout? Comment ne pas être cynique quand on apprend que Robert Marcil travaille aujourd’hui à Macogep, firme chargée d’estimer le coût des projets à la Ville de Montréal. Ces gars là doivent finir dans la rue.

    • J’espère au moins qu’on va faire des films et écrire des livres sur toutes cette saga. Ça générera un peu de revenus et de publicité!

    • @dcsavard

      Que sur les routes? les routes et la construction sont une dépense majeure au Québec, pas pour rien que la mafia et la corruption se sont installé, il y a de l’argent à faire.
      La ville de Montréal a été décimé par ce système de corruption et oui il y a eut impact direct sur les couts et revenus, les citoyens finissent toujours par payés, ils SONT la source de revenus.

      (Le CSUM c’est pas une route mais il y a des millions qui ont disparus et le directeur général qui est parti avec le fric aux bahamas.)

      Certains minimise l’impact et l’ampleur de ce qu’on voit à la CEIC, vous êtes bien patient et vous y voyez pas grand chose mais pour moi ça ne confirme que ce qu’on pense depuis au moins 2 décennies; corruption et collusion des dirigeants, maires,villes, entrepreneurs et c’est le citoyen qui se fait égorgé.

    • @fcardinal

      Donc je devrais vous laisser dénigrer ma ville salir des réputations sans rien faire. Le 357C n’est pas un repaire de la Mafia.

      Encore une fois vous tirer sur le messager au lieu d’adresser le propos. Ce qui est un grand mystère pour moi c’est de voir que des gestionnaires de blogue puissent gérer un blogue mais refuser d’échanger avec des gens de point de vue qui diffère au leurs. Pourquoi se donner cette peine?

      Attaquer la personne au lieu d’échanger sur le sujet.

      Comment pouvez militer pour une plus grande démocratie une plus grande participation citoyenne tout en encouragent certain participant à s’exclure eux-mêmes du débat?

      À bien y penser d’essayer d’exclure des gens comme ça. D’autre pourrait faire un rapprochement avec ce qu’a fait Milioto et compagnie

      Je me répète je ne me conforte pas en échangeant avec des gens qui ont la même opinion que moi. C’est futile et ne fait que nous conforté dans notre pensé. En échangeant avec des gens avec lesquelles nous sommes en désaccord. Notre pensée progresse, notre argumentaire se raffine et la pensée évolue.

      Mais je comprends que d’autre préfère le confort. Mais si c’est votre cas, pourquoi gérer un blogue?

    • @epatant,

      voyez-vous vraiment une différence entre la CEIC et la CECO et la commission Cliche? Ce n’est pas d’hier que la pieuvre a infiltré l’industrie de la construction et l’économie légale. L’erreur serait de croire que tout ça est strictement relié aux Libéraux. Déjà pour la CEIC nous allons jusqu’à 1997 avec les actuels témoins. Et rien ne laisse croire que nous ne pourrions pas reculer encore plus loin.

      Plus qu’un Robert Marcil, qui somme toute ont perçu des sommes modestes, ce sont les mafieux qui devraient être les cibles de la CEIC, ce sont eux qui ont empoché le gros de l’argent.

    • @pierrejons1,

      je pense que vous me faites dire ce que je ne dis pas. Je ne minimise rien, ce que je remet en question c’est la base sur laquelle vous assoyez votre comparaison avec les autres provinces pour affirmer que c’est pire ici qu’ailleurs. Et si la corruption avait lieu dans d’autres sphères de l’activité économique ailleurs que simplement dans l’industrie de la construction?

    • @ nike

      Je pense que c’est la troisième fois qu’on a un tel échange…

      Je suis désolé, mais s’il y a un blogueur à La Presse qui échange avec les lecteurs, c’est bien moi. Et je suis tout aussi désolé, mais si je ne vous exclus pas du débat puisque j’ai toujours, systématiquement, accepter de publier vos commentaires.

      Ma réaction est toujours la même: pourquoi visiter et surtout commenter un blogue que vous aimez tant détester? Vous savez, j’échange presque à chaque billet avec des lecteurs qui me contredisent, mais il n’y a que vous pour me faire des reproches systématiques, pour me demander à quoi sert le blogue, pour m’inviter à changer de secteur.

      Si vous voulez débattre, débattez de mes positions. Pas de la pertinence du blogue ni de ma compétence pour le gérer et l’alimenter.

      Cela dit, pour le contenu, je vous renvoie à mon billet. Je qualifie le 357 C de «restaurant tout à fait respectable et hors de reproches». Mais les révélations des derniers mois montrent que certaines personnes douteuses en ont fait leur lieu de prédilection. Vous avez raison, c’est loin d’être un repaire de la mafia, mais c’est tout de même un lieu où certaines personnes gravitant autour de cette organisation ont souvent mangé. Comme le le Nuovo Vesuvio.

      François Cardinal

    • Le Québec le pays des pas-nous!
      Une rumeur courait au début des années 50 dans un petit village Sicilien qu’au Canada terre d’accueil pour les immigrés italiens, il y’a avait un endroit ou la mentalité de corruption qui existait dans ce petit village était implanté en parfaite armorie avec la mentalité du petit village Italien. Cet endroit nommé Québec était différent du reste du Canada comme la Sicile l’était de l’Italie la corruption qui existait dans ce miroir conforme a la Sicile était supervisé par un premier ministre,Maurice Duplessis qui appliquait les mêmes principes dans l’octrois des contrat gouvernementaux que ceux appliqués en Sicile. Certains de ces habitants de ce petit village Siciliens en apprenant la nouvelle décidèrent d’immigrer dans cette terre promise qui ressemblais a la leur. Ce fut très facile de s’intégrer pour eux a leur nouveau milieu et les descendants de ces immigrants qui devinrent les constructeurs de l’essor du nouveau Québec , se sont intégrer a ce milieu de corruption sans difficultés . Avec Hypocrisie et en voulant dénier leur corruption implanter depuis Duplessis ( cette population lui avait ériger une statue), les immigrants du petit village de la Sicile furent accusés d’être les instigateurs de cette culture de corruption ,même si cette culture faisait partis des moeurs de cette petite nation depuis les années 30, sous Taschereau, premier ministre libéral, reprise par un conservateur (Duplessis) et reprise par un libéral dans les années 2000 et en ne sachant pas trop en ce moment ce que le PQ a dans le garde-robe. La nation Québécoise passe son temps a dire que les immigrants ne s’assimile pas a leur culture et quand ces immigrants s’acclimate a leur culture de corruption, il les dénonce en vierge offensé.
      Faut le faire en passant ,ériger une statue a un des plus grand corrupteur du Québec (Duplessis) et aussi d’être associé a une religion qui renferme les plus grands ”poigneurs de fesses” d’enfants.
      Arrêtez de vous mettre la tête dans le sable et faites face a la vérité petit peuple corrompu.

    • Il y a une excellente raison pour cela. L’article du Macleans ne se contentait pas de décrire le problème de corruption comme le fait le NYT (et la plupart des Québécois). Ce qui a causé un tollé c’est que l’article faisait un lien entre la corruption et la culture québécoise. En gros ce qu’on disait c’est que notre culture “catholique” francophone “fermée sur elle-même” était la source de nos problèmes de corruption. On allait jusqu’à y exposer les théories racistes de Samuel Huntington sur la supériorité de la culture anglo-saxonne.

      Allez relire le texte, tout y est.

    • Facile.

      Macleans parlait du Québec dans son ensemble «Quebec : The most corrupt province».
      Le New York Times parle de Montréal : «The Sopranos of Montreal».

      Il ne viendrait pas à l’idée des régions de “défendre” l’image de Montréal. Depuis plusieurs années elles participent même à déprécier la métropole dans les médias. Ensuite, elles se demandent pourquoi il y a une idée de divorce dans l’air. Quand la mariée en a marre de se faire dénigrer, ridiculiser, calomnier… elle retient son souffle quelques années puis, un beau matin, elle prend ses cliques pis ses claques et dit, détachée: «Bye Bye mon cowboy.»

      Oui, de la corruption il y en a mur à mur à Montréal. C’est évident. L’argent est surtout ici, c’est surtout ici que ça se passe. Même durant la construction du stade olympique il y a plein de gens qui s’en sont mis plein les poches. Les camionneurs qui chargaient 2 fois leur chargement… ils étaient Montréalais??? Non. Le cousin éloigné de mon père qui s’est fait construire un chalet dans Lanaudière avec les matériaux du stade, il était Montréalais? Non. Les haut-fonctionnaires actuels, ils habitent Montréal??? Rarement. Les gens viennent se servir dans la métropole et repartent chez eux avec le pactole. C’est nous, les contribuables montréalais qui payons leurs maisons en banlieue et leurs voyages autour du monde.

      Quid des villes et villages du Québec? Des contrats de souffleuses donnés au beau-frère? Des achats informatiques de la compagnie du cousin éloigné? Du contrat de pavage donné à un allié politique? De la constrution d’une route accordée à la compagnie d’un ami? Du directeur d’école qui organise annuellement la sortie d’élèves dans le camp de jour d’un ami proche (associé secret) et qui splitte les revenus avec lui? Elle ira quand, la commission Charbonneau enquêter chez eux, les purs?

      Bye Bye mon rodéo.

    • @ fffmorin

      Étrange quand même mais dans les histoires de corruption dont on parle jusqu’à maintenant à Montréal il y a peu de gens impliqués provenant de la culture anglo-saxonne. Mon affirmation ne parle pas de supériorité ou d’infériorité. Elle parle de différences culturelles.

    • @montrealaise

      Le scandale du CUSM c’est quoi alors? C’est pourtant la plus importante instution anglo-montréalaise. Et vous ne viendrez pas me dire qu’une partie importante de la constellation mafieuse montréalaise s’identifie elle-même à la communauté anglophone. Cette communauté est d’ailleurs largement complice de la survie et de la réélection de partis ostensiblement corrompus comme Union Montréal et le PLQ (et du PLC, jusqu’à 2011). À ce sujet lire ceci: http://goo.gl/ykjYH

      Ce qui ne veut pas dire que le problème de corruption épargne les francophones, loin de là. Mais c’est complètement déplacé de jeter le blâme sur la culture québécoise.

      Je ne vois pas d’où provient votre affirmation «Les gens viennent se servir dans la métropole et repartent chez eux avec le pactole.» Je ne vois pas où vous voulez en venir. Que des criminels vivent à Laval, Blainville ou Anjou ça n’a strictement aucune importance au final.

    • Il faut a ce moment ci faire la différence , ce n’est pas le peuple québécois (l’honnête citoyen) qui est corrompu, mais l’élite Québécoise. C’est l’élite qui a mise de coté les valeurs d’honnêteté. Cette élite comme on peu le constater a la commission Charbonneau se défend en disant que c’était la coutume de recevoir des cadeaux, d’aller diner avec les corrompus et par le fait même de devenir corrompus eux-mêmes et de s’intégrer sans remords avec ce système de corruption. Tout le monde le faisait madame la présidente, c’est quoi votre problème! Cela se fait depuis Duplessis a même déclarer Michel Lalonde un président d’une firme d’ingénieurs. Les entrepreneurs se promenaient librement dans le locaux de la ville de Montréal en distribuant des bouteilles de vin aux fonctionnaires. Les curés et les frères ”poigaient” les fesses des petits garçons depuis les années 30 ou 40 pourquoi maintenant ce n’est plus admissible madame la présidente? Pourquoi en 2013 les fonctionnaires , les entrepreneurs ne peuvent plus frauder ou si vous voulez se mettre l’argent du peuple qui paye des taxes dans leurs poches sans avoir a rendre des comptes, et pourquoi les religieux ne peuvent plus ”poigner” les fesses des petits garçons sans se faire poursuivre. L’honnêteté (L’honnêteté est la qualité de ce qui est conforme à la vertu, à la morale, à une convention reconnue) y aurait-il une nouvelle morale au Québec pour remplacer celle de l’élite corrompu. J’ose l’espérer.

    • @ fffmorin
      Avant de cliquer “Envoyer” je me suis justement questionnée sur les acteurs du CUSM. Le seul nom qui me vient spontanément en tête est Porter originaire de Sierra-Leone… et je sais qu’il y a une femme aussi qui n’est pas claire dans tout ça. Je vais faire une recherche pour voir d’où originent ceux qui trempent dans l’arnaque du CUSM. M’est avis qu’il y a des gens originaires d’un peu partout au monde plutôt que des anglo-saxons de Montréal dans ça. Celui qui s’est fait construire un palace à Ville St-Laurent… Yanai Elbaz c’est pas un Maghrébin? Un Juif? Je connais personnellement assez de Maghrébins et de Juifs pour savoir qu’ils n’ont rien de la culture anglo-saxonne. Ils en sont l’antithèse.
      La “constellation mafieuse montréalaise” ne s’identifie pas à la communauté anglophone. Les Italiens sont latins jusqu’au bout des orteils. Demandez à n’importe quel Italien s’il se sent anglo-saxon. J’habite à moins d’un kilomètre de la Petite-Italie, j’y flâne chaque semaine. Croyez-moi, ils sont plus Pavarotti que Adele. Parler anglais est une chose. Être ou se sentir anglo-saxon en est une autre.

      On parle de la corruption au Québec, spécifiquement à Montréal. Les fonctionnaires qu’ont voit défiler, c’est qui? Des francophones. Attendons voir, les anglos vont peut-être finir par être demandés.
      «Je ne vois pas d’où provient votre affirmation «Les gens viennent se servir dans la métropole et repartent chez eux avec le pactole.» Je ne vois pas où vous voulez en venir. Que des criminels vivent à Laval, Blainville ou Anjou ça n’a strictement aucune importance au final.» fffmorin

      Un criminel est un criminel est un criminel. Je suis d’accord. Le texte de François Cardinal demande pourquoi le Québec s’est offusqué du MacLeans et pas du New York Times. Ma réponse est que les régions défendent le Québec s’il est attaqué (MacLeans) mais pas Montréal quand il l’est (New York Times). Je rajoute que, bizarrement, les arnaqueurs -fonctionnaires-cadres de Montréal ne vivent pas à Montréal. Ils viennent se servir à Montréal et repartent chex eux avec notre argent.

      En région on glousse quand on parle de Montréal comme un trou à rats rempli de voleurs mais on aime ignorer qu’ils viennent des régions proches sauf… les très gros voleurs qui, eux, ont des palaces dans Montréal.

      Nous voici revenus à la case départ.

    • @montrealaise Vous marquez certainement plusieurs bon points. Je suis tout à fait d’accord par rapport à votre perception de la dichotomie Montréal/reste du Québec. Le reste du Québec ne peut certainement pas se laver les mains de ces scandales.

      J’ai davantage de difficulté à endosser votre division entre le linguistique et «l’ethnique», mais passons. Je connais également très bien ces néo-anglos et je crois que ce qui compte le plus au Québec c’est de se sentir «canadian» ou «québécois», le reste est assez accessoire et n’a pas nécessairement à voir avec son arbre généalogique. Je vous ferai remarquer quand même que le CA du CUSM compte plus que sa part de WASP et c’est ultimement eux qui ont failli à leur devoir de supervision.

      Ceci dit, je crois que le principal vecteur de corruption est politique, et qu’il est impossible de faire abstraction de l’appui tacite de la communauté anglophone à la déchéance des moeurs politiques. Tous les principaux scandales de corruption à grande échelle des 15 dernières années sont directement liés à une seule et même machine politique. Le scandale des commandites (PLC), l’ère Charest (PLQ) et Gérald Tremblay (Union Montréal), tout cela a été élaboré par une nébuleuse d’opérateurs et de fanatiques de la même famille politique. D’ailleurs les scandales de SNC-Lavalin n’y sont pas étrangers, l’entreprise étant depuis longtemps connue comme férocement libérale (ces gens doivent bien s’échanger des trucs d’ailleurs).

      Ultimement, cette famille politique est appuyée presque indéfectiblement par la même base d’anglophones et de petits bourgeois véreux francophones. Ces derniers forment d’ailleurs l’essentiel de la constellation de roitelets corrompus en banlieue, et peuvent en général compter sur la machine pour vider les CHSLD par autobus complets les jours de vote. Pour le reste, l’appât du gain et le relâchement des contrôles auront tôt fait de corroder les moeurs d’une fraction non-négligeable de n’importe quelle population, francophone ou anglophone, et seule une puissante volonté politique peut nous permettre de faire le ménage.

    • @fffmorin

      On me dirait qu’il y a moins de corruption en Scandinavie que dans les pays méditérranéens que je ne serais pas surpris. Et y’aurait rien de raciste dans cette affirmation. Des traits culturels, ça existe. Et y’en a des bons et des moins bons…

    • La première étape pour régler un problème est de le constater et de ne pas le cacher.

      Il faut être un imbécile heureux qui vit dans les nuages pour nier qu’il y a de la corruption au Québec après avoir vu les premiers vidéos de la Commission Charbonneau.

      Cela explique le manque de réaction à l’article du New York Time. Et c’est une bonne réaction. Notre colère collective ne doit pas être dirigé à l’extérieur du Québec sur les gens qui disent que la maison est sale mais sur le nettoyage de notre maison.

      Le Québec bien qu’étant une des vieilles sociétés de l’Amérique du Nord, il n’y a pas si longtemps était une société rurale peu instruite. M. Duplessis disait qu’un bon peuple était un peuple ignorant.

      M. Charest sous prétexte de preuve insuffisante et en utilisant des arguments juridiques non appropriés a attendu presque 3 ans avant de déclencher une commission d’enquête qu’il ne voulait pas. Beaucoup de gens au Québec n’ont pas lâché et ils ont fini obtenir cette commission.

      Une partie de nos élites ont faillis à leur tâche. Ce sont des ingénieurs et d’autres professionnels, des gens qui gagnent des salaires au-dessus de la moyenne qui ont participé à la corruption.

      Présentement, nous assistons à un certain réveil. On insiste pour que les sentences bonbons des ordres professionnels deviennent des vrais punitions.

      Les criminels à cravate sont une aide importante de la mafia. Il est temps de faire les constats qui s’imposent et d’agir en conséquence.

    • ……Les criminels à cravate sont une aide importante de la mafia…..

      Question:
      Un maire peut-il être condamné pour incompétence-complice?
      aveuglement volontaire?
      Louise April(Laloue)

    • Peut-être parce qu’il ne faut pas seulement s’attarder au titre mais plutôt lire l’article au complet, qui se révèle finalement plutôt élogieux pour la belle Province dans ses efforts…

    • P.S. pour quelques usagers du blogue, gardez vous une petite gêne et prenez le temps de lire la totalité avant d’intervenir dans toutes les directions…

    • @fcardina

      Relisez mon message à froid, dans le fond j’écris quoi? Je me demande pourquoi vous faite passé un endroit somptueux comme le 357c pour un repaire de la Mafia.

      Vous vous défendez en écrivant que dans le fond vous aimé bien le 357c et vous l’avez déjà écrit. Ok, mais surtout vous me demander d’arrêter de participer à ce blogue. Ce à qui je vous écrit que je trouve très particulier quelqu’un qui gère un blogue qui demande à un participant d’arrêter de participer parce qu’il n’a pas le même opinion que le « bloguemestre ».

      Vous suggéré que je vous déteste, je ne vous déteste pas, je ne vous connais pas. JE NE SUIS PAS DE VOTRE AVIS.

      Ma question demeure : Vous suggéré que le problème c’est la Mafia. C’est pour ça que je demande VOTRE solution.

      Parce qu’à mon sens votre conclusion est fausse. La Mafia n’est pas un problème c’est un symptôme.

      Le problème c’est le manque de compétence et d’imputabilité dans l’appareil exécutif des instances publiques Québécoise. Couplé à une implication direct du législatif, les élus, dans l’appareil exécutif, les fonctionnaires. Saviez vous qu’un ingénieur est sous-payé à la ville de MTL par rapport à ses confrère au privé? La fonction publique s’est vidée de ses compétences aux profits du privé.

      Il faut assurer un maximum de compétence dans la fonction publique afin d’assurer une meilleur supervision des mandats donné au privé.

      Ça s’est la faille qui permet au bandit de voler.

      Meilleur compétence à tous les niveaux, chez les fonctionnaires et chez les élus. S’assurer d’attirer les meilleurs. Qui veut être fonctionnaire? Qui veut être élu? Ne nous étonnons pas du résultat.

      Il faut chasser la source du mal, non pas courir après des Mafioso.

      Qui a géré l’îlot Voyageur? Un recteur véreux et un CA de l’UQUAM complètement incompétent et sous payé (salaire les moins élevé chez les administrateurs qui siège à un CA d’université).

      Ce qu’il faudrait regardé de près dans le CUSM c’est le processus qui a conduit à l’embauche d’un tel bandit. Comment le CA aurait pus tirer la sonnette d’alarme.

      Il faut s’assurer de mettre en place LES MEILLEURS GESTIONNAIRES et s’assurer de leur imputabilité. Peu importe le prix. Le coût d’une mauvaise gestion est trop élevé.

      Il faut superviser ces gestionnaires avec une équipe tout aussi chevronné pour s’assurer

      1 – de la qualité du travail
      2 – du respect du mandat
      3 – du respect des échéanciers et couts

      La mauvaise gestion coute des milliards au Qc, c’est ça qu’il faut régler. Dans tous nos secteurs d’activité.

      Et il n’y a pas une démocratie directe, un comité citoyen ou un sommet, ou une loi anti Mafia qui va régler ça.

      Maintenant votre solution pour régler le problème avec la Mafia? Je ne crois pas qu’éradiquer la Mafia changerait quoi que soit. D’autre bandit les remplacerait. L’occasion fait le larron.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • M. Cardinal
      La population a au moins deux problèmes sur les bras. Le crime organisé et les dirigeants élus.

      Le crime organisé, comme le veut la rumeur, ne disparaîtra jamais et nécessite une vigilence constante. Je crois qu’on a commencé à comprendre que l’effet du crime organisé est d’autant plus nocif que celui-çi se voit gratifié d’aide au sein même des institutions. La bonne marche des institutions est de la responsabilité première de dirigeants-représentants élus.

      Hors si on a le pouvoir d’élire les représentants responsables du fonctionnement des institutions, on n’a malheureusement pas le pouvoir de révoquer ces représentants, lorsque jugé nécessaire. Je peux vous gager ma chemise que si un tel pouvoir avait existé du règne de G. Tremblay, quelqu’un quelque part aurait mobilisé suffisamment de personnes propres à éveiller bien des consciences et ledit Tremblay se serait grouillé bien avant qu’il soit trop tard pour lui et nous tous. L’absence totale d’un tel pouvoir laisse toujours à un élu l’espoir d’un temps de repos sur lequel il compte pour endormir à nouveau ses commettants et reprendre l’initiative propagandiste avant l’élection et c’est reparti pour 4 ans.

      Je vais même plus loin. Nos problèmes avec nos élus proviennent en partie du fait qu’on leur laisse tout loisir d’établir eux-même les règles auxquelles ils se soumettront. Ceux qui ne voient pas là un flagrant conflit d’intérêt doivent recevoir une carte de membre à vie du Club des Amis de Gérald. Le pouvoir ne veut que le pouvoir. Ne pas le limiter avant qu’il ne s’applique est suicidaire. Depuis des lustres on a ajouté toute sorte de fonctions de régulation (éthique, vérification, DGE etc.) qui n’ont pas trop bien fonctionné parceque les règles ont été écritent par ceux-là même qu’on voulait voir surveillés.

      Donc, en s’inspirant de la saga de l’Islande, refaire les chartes régissants l’ensemble du fonctionnement des institutions à partir de la volonté populaire. Ces chartes seraient munies obligatoirement du pouvoir de révocation.

      Une fois les représentant élus sous contrôle, celui du crime organisé pourrait être optimisé davantage. En attendant on peut bien imaginer toutes les combines possibles. Si on donne la clef de la maison au cambrioleur, c’est cuit.

    • Malgré un effort généralisé des hautes instances politiques dirigeantes et de la complaisance des médias, nous constatons avec horreur, que les milliards de dollars en contrat d’infrastructure, initié en 2001, ont été réalisés sous la haute main mise de la mafia. Cette dernière a coordonné la collusion et les entrepreneurs et ingénieurs ont fait la corruption des fonctionnaires pour atteindre leur but.
      Réveillons-nous, cette racaille a empoché 35% de bénéfices additionnels sur les contrats accordés par la Ville de Montréal, la Ville de Laval, le Ministère des Transports du Québec, les grands chantiers hydro-électrique et quelques autres villes. Il est maintenant le temps d’exiger des comptes. Si l’ensemble des contrats concernés se sont chiffrés à 3 milliards par année, c’est donc à la hauteur de 1 milliards par année que l’on s’est fait voler, soit 10 milliards sur 10 ans.
      Trop c’est trop et c’est assez de se faire égorger par des taxes qui en 10 ans, sous la houlette de ti-Jean et sa gang de maniganceux ont augmenté en flèche, sans oublier les augmentations de taxes municipales à Montréal. Et en prime, grâce à des firmes d’ingénieurs corrompus, on a des routes de mauvaises qualités.
      Comme la collusion et la corruption sont des crimes, les instances judiciaires devraient agir, en portant des accusations et en saisissant les biens de ces malfras qui devront rembourser les excédents de contrats, comme ont fini par le faire l’Italie. Quant aux fonctionnaires véreux, ils devraient être envoyés à l’ombre pour éviter de les voir agir de nouveau dans le privé.
      La corruption et la collusion à grande échelle et systématisées, il faut se le dire c’est la pire gangrène de toute société démocratique.

    • Relativement à la mafia et nos institutions… allez donc lire les récents articles de deux autres chroniqueurs de la presse… l’un sur ” les collègues psychopathes” et l’autre sur celui qui s’est suicidé notamment parce qu’il aurait eu à faire à l’un d’entres-eux… Greffez à cela ce truculent documentaire Canadien ” The Corporation “‘ qui compare les Compagnies à des psychopathes, et à ce livre ” ces malades qui nous gouvernent” qui traite de justement de ces malades qui sont, ou on été, portés au pouvoir un peu partout… Les sopranos se comportent en psychopathes, tout comme ces fonctionnaires et autres dignitaires qui nous dépouillent de notre bien public, les fripouilles. La cangrène est généralisée elle ne fait pas que nous poindre au bout du nez… Les pychopathes s’érigent, ou piétinent, c’est leur nature… et dans les plus hautes sphères de la société bien souvent, nous n’avons qu’à regarder ou collectivement vont les argents. Ceux qui dans les autres provinces ( ou pays ) qui n’ont pas encore été débusqués sont simplement mieux organisés… Mais à l’égard du statut global de la planète c’est clair qu’ils constitue une très sérieuse calamité… voire une menace sérieuse sur ce qui constitue le reste de notre fort élimé tissus social… puisque en voyant à mal allouer les argents ils contribuent trop sérieusement à l’éroder.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité