Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 janvier 2013 | Mise en ligne à 7h22 | Commenter Commentaires (18)

    L’Homme de Calder ne respecte pas les critères…

    X00142_9

    Le débat public entourant le déménagement de L’Homme de Calder est fascinant. Mais il lui manque un élément essentiel : des critères objectifs.

    Depuis que le collectionneur Alexandre Taillefer a relancé l’idée, l’an dernier, bien des arguments ont été évoqués d’un côté comme de l’autre. On fait valoir le manque de popularité du Parc Jean-Drapeau, la piètre visibilité de l’œuvre, son importance artistique, etc.

    Mais peu d’observateurs ont pris la peine de consulter les critères qui guident la Ville de Montréal en pareilles circonstances. Peu d’œuvres sont déplacées, surtout depuis l’adoption du premier Plan d’action en art public, il y a 20 ans.

    Selon le Bureau d’art public de Montréal, les critères appliqués pour déplacer une œuvre s’inspirent des principes inscrits dans les chartes internationales de conservation du patrimoine.

    La Ville accepte de déplacer une œuvre lorsque…

    - le lieu public pour lequel elle a été créée a perdu sa fonction;

    - le site sur lequel elle se trouve doit subir d’importantes modifications, ce qui rend son maintien impossible (pensons au Monument à John Young, de Louis-Philippe Hébert, qui a dû être déplacé pour permettre la construction du Musée de la Pointe-à-Callière, en 1990);

    - son environnement physique s’est détérioré au point de mettre en péril sa conservation (pensons au monument aux Patriotes, d’Alfred Laliberté, qui se trouvait sur le terre-plein de la rue Notre-Dame, sous le pont Jacques-Cartier, avant d’être déménagé sur le site du Pied-du-Courant);

    - l’œuvre est devenue trop fragile pour demeurer exposée sur le domaine public (pensons à la statue de l’amiral Nelson, de Robert Mitchell, qui a été remplacée par une copie, et dont l’original se trouve au Centre d’histoire de Montréal).

    Or L’Homme de Calder ne répond à aucun de ces critères. Au contraire, comme je le souligne en édito aujourd’hui, le stabile a joui d’une restauration complète avant d’être déplacé au bord de l’eau, il y a quelques années, là où il est visible autant de l’île, du fleuve que des îles.

    Plutôt que de miser sur le déménagement d’une œuvre pour des raisons discutables, ne devrait-on pas plutôt miser sur une nouvelle œuvre? Pourquoi pas une sculpture d’un artiste québécois comme David Altmejd, Michel de Broin ou Nicolas Baier?

    Les mécènes prêts à financer le déplacement de L’Homme accepteraient-ils de mettre leur argent dans la relève plutôt que dans un déménagement?

    ***

    Mais qui est L’Homme, au juste?

    - La sculpture a été commandée en juillet 1966 par l’International Nickel Company of Canada (INCO) pour son pavillon d’Expo 67.

    - Dès septembre 1966, l’INCO a fait part au maire Jean Drapeau de son intention d’offrir la sculpture à la Ville, à la fin de l’Exposition.

    - Fondue en France et montée une première fois à Tours en présence du ministre André Malraux, en janvier 1967, la sculpture a été démontée, puis envoyée à Montréal par bateau, dans 12 grandes caisses en bois.

    - L’Homme a été remonté à Place internationale Nickel, sur l’île Sainte-Hélène, en avril 1967, sous la direction de Calder. Il est exposé du 23 avril au 27 octobre 1967. La sculpture a été remise à la Ville après l’Expo.

    - Il s’agit du plus grand «stabile» (un terme inventé par Calder afin de caractériser ses œuvres privées de mouvement, donc non mobiles) d’un des plus grands sculpteurs contemporains.

    - L’Homme mesure 22 mètres de large et 21 mètres de haut. Il pèse 50 tonnes. Les matériaux nécessaires à la construction de la sculpture ont été fournis par l’INCO à Atlas Steel, à Tracy.

    - L’œuvre a coûté 135 000 $ en 1967. Elle vaut actuellement 50 millions $. Il s’agit de la sculpture la plus chère de Montréal.

    Source : Analyse et étude complète du monument L’Homme par Alexandre Calder, Ville de Montréal, 19 février 1990


    • Cette statue est la plus laide de tout le territoire de montréal, et n’a pas sa place dans un lieu public. La très grande majorité des Montréalais la déteste ou sont indifférents, car c’est une pollution visuelle.
      La seule vraie solution est de la détruire et vendre le métal. Ou encore trouver un hurluberlu prêt à payer davantage pour la valeur artistique (inexistante) de cette “oeuvre”.

      B Plante

    • (à la blague) Peut-être qu’Alexandre Taillefer a des amis dans les firmes de déménageurs ?

      Il n’y a pas eu, il y a 2, 3 ans, un gros fiasco autour d’une oeuvre urbain proche de l’ile des soeurs? me semble que ça avait été complement démantelé parcque quelques citoyens trouvaient pas ça beau ? (http://blogues.lapresse.ca/edito/2009/09/13/oeuvre-dart-public-demantelee-a-verdun-sur-mer/)

      Je peux comprendre que des mécènes ne veulent pas se risquer quand des conneries comme ça arrivent…

      anyway, le Calder va rester ou il est.
      Maximilien.

    • Les critères ne peuvent-ils pas être modifiés ? Sont-ils à ce point rigides qu’ils ne permettent aucune interprétation “large” ? Ne peut-pas y apporter des exceptions ?

    • Critère numéro un :

      “- le lieu public pour lequel elle a été créée a perdu sa FONCTION;”

      Désolé de vous l’apprendre mais l’Expo 67 n’existe plus depuis quelques années…

      Le mot clé ici est CRÉÉE. non seulement le lieu public pour lequel elle a été créée n’existe plus mais elle a déjà été déménagé.

      Ce que vous dites est faux l’Homme de Calder rencontre les critères.

      Si on veut un débat juste et honnête on doit respecter les faits.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Ils y en a qui chialent contre la saturation dans le domaine des artistes populaires et il y a une culture très dynamique mais peu diffusée utilise cette oeuvre presque comme un logo pour leurs événements qui font travailler du monde puis ça ben c’est pas grave? Cette sculpture a une fonction maintenant alors c’est pas comme un truc qui arrive de nul part pour indisposer les gens.

    • “L’Homme” de Calder n’est pas le Saint-Graal. La polémique entourant son déménagement tient bien davantage au coût de ce dernier qu’à la mise en valeur de l’oeuvre. Ce n’est pas comme si on n’avait jamais déménagé des oeuvres d’Expo 67 auparavant! http://expo67.ncf.ca/expo_sculpture_index.html

      Au fait, où sont-elles maintenant?

      “Transcendance” de Walter Fuhrer repose maintenant sur le campus Loyola de l’Université Concordia, angle West Broadway et Sherbrooke.

      La statue de Copernic qui se trouvait devant l’un des pavillons thématiques et qui avait été déménagée devant le Planetarium sera-t-elle déménagée à nouveau dans le Parc olympique? A-t-on seulement parlé de ce déménagement -là?

      “Iris” de Raoul Hunter avait été retirée de La Ronde après l’Expo et est retournée dans la jardin des Floralies l’été dernier.

      Et pour terminer, Monsieur Cardinal, vous qui cherchiez la sculpture oubliée de Robert Roussil dans votre blogue en juin dernier, vous la trouverez à côté du bateau-spa, dans le Vieux-Port de Montréal.

      R. Adams

    • Je ne comprend pas la pertinence de cet article, ou plutot de l oeuvre choisi pour expliquer votre point de vue.Depuis les dix dernieres annees j ai du aller danser une trentaine de fois en dessous de l oeuvre de calder que je trouve parfaite dans son emplacement.Grace au piknic electronique qui se tient toute l ete a la place de l homme tout les dimanche, je me demande meme si ce n est pas la sculpture dont les montrealais profite le plus a montreal, il doit bien y avoir au minimum 2000 personnes par dimanches qui en profite….surtout pendant le couche de soleil en arriere plan avec le mont royal, non franchement Le Calder est une oeuvre apprecier par la plupart des gens qui l on visiter et son emplacement est parfait!!!mauvais casting d oeuvre….

    • D’accord avec Hedonista. Cette oeuvre est très bien où elle est et dire qu’elle n’est pas vue par beaucoup de gens est faux.
      De plus, sa monumentalité permet aussi de la voir du Vieux-Port. Je suis pour la laisser où elle est.
      (Pourquoi vouloir toujours tout ramener au centre-ville?! Tant qu’à ça, ramener la vingtaine de sculptures du parc René-Lévesque dans le quartier des spectacles. ;-) )

      Ceci dit, il est en effet d’autres monuments ou sculpture qu’il faudrait songer à déplacer bien avant l’Homme. Comme celle de Robert Roussil au bout du SiloNo5 et où personne ne peut l’approcher. Je ne la déplacerais pas trop loin, son look industriel irait très bien à même pas 500m de là, au bout de la pointe de terre à l’ouest du pont de la rue Mill qui passe au-dessus du canal Lachine.

    • @hedonista

      C’est pcq dans le région Montréalaise on est trois millions… Pas deux mille.

    • @Nike: Et vous connaissez une place où chacun des 3 millions dont vous parlez vont à toutes les semaine? Franchement.
      (p.s.: à Montréal la population est de 1,7millions. La sculture appartient à la ville pas à l’agglomérations.)
      (p.p.s:) Francois Cardinal mentionnait dans l’entrée précédente qu’il y avait 760k visiteurs, osheagueurs et PikNikeurs qui allaient à cet endroit à chaque année. Ça commence à être beaucoup.)

    • M.Cardinal
      Mon premier souvenir précis de l’Expo 67 est cet immense sculpture de Calder qu’on pouvait voir de loin sur le site de l’exposition. J’avais 10 ans a l’époque et je suis allé si souvent a l’Expo 67 que j’aurais pu remplir plusieurs passeports des tampons des pavillons que l’on visitais. A chaque fois que j’y allait, je me fesait un devoir d’aller voir l’homme de Calder. Cette sculpture est attachée a la terre des hommes et même si l’exposition n’y est plus, l’homme de Calder y est et symbolise bien le leg de l’exposition. Je vais encore la voir a l’occasion et je pense que l’achalandage actuel sur le site justifie amplement que cette sculpture y reste. Pourquoi penser qu’ailleurs est toujours mieux. Laissons cette sculpture ou est est et si d’autres sites méritent eux aussi une sculpture digne de leur emplacement, eh bien, encourageons d’autres artistes a les conquérir.

    • Je m’intéresse depuis longtemps aux expositions universelles et ai visité bien sûr celle présentée à Montréal des dizaines de fois même si, à l’époque, j’étais assez jeune.

      À ma connaissance, la firme INCO n’avait pas en tant que tel de pavillon lors de cet événement. La compagnie y avait plutôt participé en commanditant le Calder (L’Homme) que la Ville songe à déménager dans le Vieux-Montréal.

      Lors de l’expo, cette sculpture se trouvait au sud-ouest de l’île Saint-Hélène, soit entre une voie d’accès au pont de la Concorde et le pavillon des pays scandinaves. De plus, elle faisait face, au sud, au pavillon italien situé quant à lui sur l’île voisine, celle de Notre-Dame.

      Le déménagement de L’Homme au nord-ouest de l’île Sainte-Hélène – là où cette oeuvre se trouve toujours, a eu lieu, si je me souviens bien, un peu avant 1990 !

    • Il serait beaucoup plus judicieux d’investir l’argent nécessaire au déménagement dans une nouvelle oeuvre. Pour une fois qu’une occasion se présente d’enrichir Montréal d’une nouvelle oeuvre. Les astres sont alignés, des gens d’affaires sont prêts à dépenser de l’argent pour déménager l’oeuvre de Calder, ça ne devrait pas être trop difficile de les convaincre d’investir dans une nouvelle oeuvre monumentale.

    • @michel75

      Je ne crois pas que dans le 760 000 de Mr Cardinal ce ne soit que des Montréalais.

      Combien de personne vont sur la place des festivals dans la semaine du festival de jazz? 1 miilons? 2 millions? Pour une semaine…

      Je crois qu’il est permis de réfléchir à l’endroit ou cette sculture sera le mieux mise en valeur et le plus apprécié de TOUS. Même si une minorité n’est pas d’accord.

    • L’Homme de Calder est une Œuvre d’Art absolument extraordinaire !

      Les Québécois devraient s’enorgueillir de l’avoir sur leur territoire.

      Plutôt que de la laisser moisir à l’extérieur, elle devrait être déménagée au Musée des Beaux-Arts, ou au Musée d’Art Contemporain, afin qu’on la protège et l’entretienne convenablement.

      Cette Œuvre, qui vaut présentement des dizaines de millions de précieux dollars, se doit d’être préservée à jamais.

      Michel Notredame

    • @dcsavard
      Très judicieux en effet. Je seconde.

      @cmoibenlepro
      ” La très grande majorité des Montréalais la déteste ou sont indifférents”
      Ce n’est pas une raison de faire fondre quelque chose qui vaut 50 millions. Ils n’ont pas fondu la tour Eiffel.

    • L’œuvre d’art de l’Ile-des-Soeurs est toujours là.

      J’ai vu l’Homme de Calder, il y a environ 2 ans. Il m’a semblé être en aussi bon état qu’une 1967. L’acier inoxydable est un matériel très résistant à la corrosion. La seule chose qui pourrait l’endommager c’est d’être en contact avec une atmosphère qui contient des chlorures donc proche d’une voie de circulation où un utilise du sel pour déglacer.

      Pour sa pérennité, l’Homme restera en meilleure santé où il est présentement. Non seulement il rencontre les critères mais le déménager à un endroit par approprié pourrait l’endommager très rapidement.

    • depuis que je suis petit que je trouve ca afreux. ca fait peur aux enfants et meme les plus grands. faudrait peut-etre recycler se precieux metal

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité