Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 25 janvier 2013 | Mise en ligne à 7h10 | Commenter Commentaires (10)

    Un comité issu de «la machine»… pour assainir «la machine»?

    630763-choix-m-leonard-pour-diriger

    L’administration Applebaum, de concert avec le gouvernement, a confirmé hier la création d’un comité-conseil sur l’octroi des contrats par la Ville de Montréal. À sa tête, un homme crédible, sans tache, l’ancien ministre et président du Conseil du Trésor Jacques Léonard.

    Jusqu’ici, tout va bien.

    Ce nouveau groupe aura pour mandat de «recommander des mesures afin de prévenir les risques de collusion et de corruption dans l’attribution des contrats», et ce, avant le mois de juin prochain.

    Fort bien.

    Étant à la source même de ce problème de corruption et de collusion, la Ville a fait amende honorable et a demandé à Québec de lui proposer un accompagnateur expert pour présider ce comité.

    Une requête qui l’honore.

    Pour épauler Jacques Léonard à titre de vice-président, un enquêteur retraité en crime économique de la Sureté du Québec a été appelé en renfort. Il s’agit de Roland Fréchette, qui a également été membre de l’unité anticollusion du MTQ et de l’UPAC.

    Encore une fois, bravo!

    Le problème – car il y en a malheureusement un – il se situe en aval, dans la composition du groupe. On y retrouve certes des gens qualifiés, des hauts fonctionnaires aguerris, des employés de la Ville avec une bonne expérience.

    Mais on ne retrouve que ça!

    Tous les membres du groupe chapeauté par MM. Léonard et Fréchette sont issus, d’une façon ou d’une autre, de «la machine». Ils travaillent tous à la Ville ou dans une de ses composantes. Ils sont contrôleur général, directeur au Service des affaires juridiques, directeur des transactions immobilières, directeur de l’approvisionnement, directeur des infrastructures, directeur des ressources matérielles, etc.

    Or comme l’a fait remarquer Louise Harel hier, à l’émission Désautels, plusieurs d’entre eux ont occupé des postes de direction à la Ville au cours des dernières années… alors que sévissait le problème qu’ils doivent aujourd’hui régler.

    Attention! Je ne doute ni de leur compétence, ni de leur intégité. Mais n’aurait-il pas été pertinent d’ajouter quelques membres de l’extérieur pour donner un peu de recul au groupe, pour lui assurer une plus grande mixité, pour lui permettre d’avoir un regard extérieur? Des haut-fonctionnaires ayant vu comment les choses se passaient dans d’autres villes, par exemple? Des experts de la scène ou de la fiscalité municipale pour s’assurer d’un regard extérieur et plus objectif? Des élus municipaux, représentants des Montréalais, comme l’a proposé la chef de Vision Montréal?

    Est-ce que la présence de MM. Léonard et Fréchette suffit, d’après vous, ou aurait-on dû leur adjoindre quelques membres ayant un regard un peu plus critique sur la Ville?


    • La machine québécoise est cancérigène. La corruption se trouve là où les gouvernements dépensent de l’argent. On cessant de dépenser, il n’y a plus de cancer.

    • La corolaire d’ajouter des membres de l’opposition est de fournir des armes de première mains à une opposition trop heureuse de frapper sur une administration qu’elle vise à remplacer. Dans un monde idéal vous auriez peut-être raison.

      Trop d’élément étranger à la culture d’entreprise peuvent conduire à un dialogue de sourd. Je crois que l’on jugera l’arbre à ses fruits et si des ajustement sont nécessaire parce que trop complaisant avec l’administration, on ajustera.

      Je crois que la réussite de l’entreprise dépendra énormément du leadership de MM Léonard et Fréchette.

      Bernard Théroux
      hochelaga.

    • Voila! Vous touchez au noeud du problême qu`il faudra bien affronter avec sérieux un jour. Toutes ces révélations démontrent bien qu`une génération complete de cravatés vient nous rire dans la figure avec plaisir maintenant que leurs maisons ne sont plus à leurs noms…

      Il faudra faire un nettoyage complet à la ville, parmis les ingénieurs, dans les firmes de génie-conseil, les entreprenneurs, les politiciens en place et ce à tous les niveaux de parlements. Et on a toujours pas parlé du MTQ, des fournisseurs de béton ,ciment et autres fournitures,des syndicats…

      Pour l`instant c`est tout ce que nous connaissons les petits namis du systeme. Ceux en place se connaissent bien et se font confiance (clin d`oeil complice) . Le vrai nettoyage se fera à partir de novembre prochain et devra obligatoirement exclure tous ceux que nous connaissons de pres ou de loin.

    • Moi, ce qui m’inquiète c’est l’augmentation tentaculaire de tous ces groupes de travail et de surveillance. Chaque contrat va être vérifié, décortiqué et trituré par de multiples groupes différents. À quand la création d’autres groupes pour surveiller le travail de ces groupes.
      Le fonctionnarisme à outrance coûte des $$$$ et ankylose.
      J’ai la forte impression que le sandwich commence à être épais.

    • Quand verra t on des gros bonnets de la société Québécoise en prison pour de nombreuses années genre 20 ans sans aucune possibilité de remise en liberté. afin d en fairev des exemples qui marqueront l imaginaire collectif Québécois.

    • Nous avons la plus imposante fonction public en Amérique et cela n’empêche pas la corruption et le vol de fonds public rajouté une couche de fonctionnaire n’est pas la solution mais le probleme

    • Si ces gens ignoraient tout de ce qu’on apprend maintenant alors qu’ils exerçaient la planification, l’organisation, la supervision et le contrôle, avec tous les pouvoirs, comment pourraient-ils honnêtement se remettre en question ?

    • Et pendant tout ce temps, les gouvernements à tous les nivaux s’acharnaient sur les chômeurs et les assistés sociaux comme si seulement eux faisaient de la fraude et de fausses déclarations. Ca paraissait bien de taper sur le petit monde.

      Dire que l’instruction sans l’intégrité ne vaut pas grand chose.
      Tous ces beaux cravatés, membres de belles associations conduisent la province à un trou sans fond. Que restera-t-il après la commission d’enquête, à qui ferons-nous confiance?

      Montréal est dans la ligne de mire, doit-on penser qu’il n’y a que là que la corruption et la collusion existent? Je ne crois pas.

    • Grossir la matrice en place ne règlera rien … Elle continuera de nourrir ce monde corporatif, ploutocrate, oligarchique et bercés par les illusions et les mensonges …

    • On vire vers la structurite aigue. Il faut changer les faisons de faire mais le fond du problème est très bien illustré par l’ingénieur Lalonde. Il n’était pas un fraudeur et un voleur mais un coordonnateur.

      Il a donné une liste de gens “bien” admirés par la société. Pourtant aucune de ces personnes n’est allé voir la police pour dire ce qui se passait, elles ont toutes participé.

      Si l’on veut que cette situation ne se répète pas, il faut mettre tous ces gens en prison et pour longtemps pas leur faire faire 120 heures de travaux communautaires

      Il faut mettre en place des règles plus claires et un système de dénonciation qui protège vraiment les gens qui ont le courage de dénoncer la fraude.

      Ces gens n’ont pas fait preuve de violence directe mais dans les faits ils ont fait de la violence indirecte. Les fonds dérobés n’ont pas servis à fournir les services requis. Ils ont pénalisés beaucoup de gens. Ces gens n’ont aucune excuse, ils étaient des privilégiés. étaient instruit, leurs firmes faisaient de l’argent, ils sont plus coupables que quelqu’un qui vole un dépanneur et surtout ils ont commis leurs crimes durant des années.

      De plus, tous ceux qui ont vu des choses mais n’ont rien fait sous prétexte que ce n’était pas leur “job” devrait être poursuivi pour complicité et faire des travaux communautaire.

      On a une preuve que ça fonctionne car la fraude et la corruption ont baissées lorsque les enquêtes ont débutés. La peur est le début de la sagesse.
      Il faut responsabiliser les gens en les punissant s’ils ne sont pas honnête et s’ils sont inactifs devant la fraude.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2012
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    26272829  
  • Archives

  • publicité