Le blogue de François Cardinal

Archive du 23 janvier 2013

636401-projet-systeme-leger-rail-slr

Il faut absolument prévoir un système de transport en commun performant sur le futur pont Champlain. Mais lequel?

Personnellement, je ne vous surprendrai pas, j’ai habituellement un faible pour l’autobus en site propre. Flexible, rapide, efficace, il permet d’aller n’importe où, de s’ajuster à la demande, de multiplier les destinations. On peut aussi utiliser des petits bus, des moyens bus, des gros bus, des très gros bus articulés…

Mais j’avoue, dans le cas de Champlain, ces avantages sont beaucoup moins évidents…

Il suffit d’emprunter un des 500 autobus qui filent vers le centre-ville de Montréal le matin pour s’en apercevoir : une fois à proximité du terminus, ils sont très nombreux à se placer à la file indienne et attendre leur tour pour s’y engouffrer.

Le temps d’attente est parfois si long que des usagers excédés débarquent avant l’arrêt pour marcher jusqu’à la gare…

Le problème est triple. Le terminus centre-ville est déjà utilisé à pleine capacité. Les autobus doivent traverser des quartiers de plus en plus résidentiels (ce qui sera encore plus vrai une fois l’autoroute Bonaventure démolie). Et le parcours qu’ils empruntent est déjà saturé.

Dur à croire, mais à l’heure de pointe du matin, les bus transportent déjà près de 20 000 personnes sur Champlain. Et les autos sur la même période? 20 000 elles aussi. C’est plus que la ligne jaune du métro!

Dans ce contexte, le SLR (système léger sur rail) se justifie amplement.

D’abord parce qu’il règlerait le problème de congestion monstre dans le quartier Griffintown. Ensuite parce qu’il serait à l’abri des intempéries et des pépins de circulation sur le pont. Et enfin parce qu’il permettrait de faire passer le nombre d’usagers à 32 000 par période de pointe, ce qui est non négligeable quand on sait que la population de la Rive-Sud devrait augmenter de 16 % d’ici 15 ans.

En clair, les autobus répondraient à la demande. Le SLR l’augmenterait, et la comblerait.

La question qui tue: l’investissement de 1,4 à 2 milliards $ en vaut-il la chandelle, à votre avis?

MISE À JOUR: Je précise que je suis en faveur du train léger, non pas des autobus. À la lumière des réactions des lecteurs, je m’aperçois que la question que je pose en fin de billet peut laisser croire que je privilégie l’autobus. Au contraire, comme je le précise, les autobus n’offrent pas de très grands avantages dans le cas de Champlain. J’y reviendrai.

Lire les commentaires (64)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité