Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 12 janvier 2013 | Mise en ligne à 7h57 | Commenter Commentaires (85)

    Message aux policiers: dégagez!

    tuquetest

    La mode est à l’apaisement de la circulation à Montréal. Tous les arrondissements s’y sont mis, à des degrés divers. Certains réduisent la vitesse, d’autres élargissent les trottoirs, implantent des dos d’âne, multiplient les opérations policières, etc.

    Et pourtant, il y a une petite mesure de rien du tout, simple, peu coûteuse et terriblement efficace qu’à peu près aucun d’entre eux ne privilégie: appliquer le Code de la sécurité routière…

    Je ne parle pas ici d’appliquer rigoureusement l’ensemble des 676 articles de la loi demain matin, mais bien d’un seul alinéa d’un seul article qui pourrait véritablement apaiser la circulation et protéger les usagers vulnérables : l’interdiction de se stationner «à moins de 5 mètres d’une borne-fontaine et d’un signal d’arrêt» (art.386 al.2).

    Je vous en parle pour une raison bien précise, et personnelle pour tout vous dire…

    Cette semaine, j’ai laissé mon fils marcher seul vers l’école une fois dans le corridor scolaire… non sans l’épier de loin. Je voulais m’assurer qu’il regardait bien des deux côtés avant de traverser.

    Or ce que j’ai vu m’a fait bondir!

    Fiston s’est bel et bien arrêté à l’intersection… mais aucun automobiliste ne s’est immobilisé pour le laisser passer! Aucun! Et ce, même s’il y avait des panneaux d’arrêt à tous les coins!

    J’ai dû le rattraper à la course pour m’assurer qu’un automobiliste s’arrêterait bel et bien au stop le temps que mon petit bonhomme traverse la rue. J’étais furieux!

    Le problème est double. D’abord, il y a un évident manque de courtoisie des automobilistes. Ensuite, il y a une belle place de stationnement directement au coin, toujours occupée, de telle sorte que l’enfant qui attend au coin est caché derrière le véhicule.

    Voyez la photo qui chapeaute ce billet. Apercevez-vous mon fils avec sa petite tuque vert fluo? Eh bien les automobilistes ne le voient pas, eux non plus. Surtout lorsqu’un SUV ou une minifourgonnette occupe l’espace…

    fleche

    Or à sa face même, cette situation est inacceptable : l’auto grise n’est pas à 5 mètres du coin, pas même à 5 mètres de la borne-fontaine… en plein corridor scolaire!

    J’ai donc hélé un policier qui passait par là, hier matin. Il m’a avoué être le responsable de la sécurité de la circulation dans le quartier. Je lui ai alors signalé l’existence de la voiture grise empiétant sur la ligne d’arrêt, ajoutant que c’était ainsi tous les jours.

    Vous savez ce qu’il m’a répondu? Que le règlement du 5 mètres n’était pas appliqué dans la grande majorité des arrondissements de l’île… «sinon, il n’y aurait plus de places de stationnement»!

    Les policiers ignorent donc à toutes connaissances de cause l’article 366 du Code parce qu’ils le jugent excessif!

    Ce faisant, ils cautionnent une situation dangereuse, à mon avis. La preuve, l’article de loi existe. Or comme le savent tous les juristes, le législateur ne parle pas pour ne rien dire. Autrement dit, si le règlement existe, c’est qu’il y avait un problème à corriger.

    D’ailleurs, l’arrondissement de Verdun s’est engagé à dégager l’ensemble de ses intersections suite à une recommandation de la Commission de la circulation et de la sécurité publique, précisément pour éviter les accidents que cela peut causer (même chose pour Villeray–Saint-Michel–Parc-Ex et quelques autres exceptions). Avec succès: les policiers ont déjà noté une réduction du nombre d’accidents aux intersections.

    Tout ce que cela a pris à Verdun, c’est un mot d’ordre lancé aux policiers du poste 16… et un gros pot de peinture jaune pour délimiter les fameux 5 mètres et ainsi signaler l’interdiction de stationner. Facture de l’opération: 6000$. Oui, oui, six milles dollars.

    Mon message aux arrondissements et aux policiers: dégagez! svp…


    • UN mot sur votre première portion de l’article sur “l’apaisement de la circulation”.

      Je trouve très louable de vouloir diminuer la circulation sur les rues résidentielles de Montréal. Cependant, pour ce faire, il faudrait s’assurer que les grands artères circulent bien et ne pas vouloir “l’appaisement” sur ceux-ci.

      Par exemple, je ne comprends pas la piste cycable sur St-Urbain. Mais pourquoi ? Et maintenant, ils ont mis des “terres pleins” pour protéger les cyclistes et les piétons aux intersections ce qui empèches les voitures voulant tourner à droite de se ranger sur le côté de la rue et ainsi dégager la voie du milieu. En bout de ligne, celà crée des stationnements sur les heures de pointe ( je pense d’ailleurs au coins St-Urbain/Laurier, St-Urbain/Des Pins, St-Urbain / Sherbrooke ).

      Tant que les grandes artères ne circuleront pas librement, les gens chercherons des raccourcis sur les plus petites rues.

      Je le répète, si l’on veut vraiment diminuer les voitures sur les rues résidentielles, assurons nous que les grandes artères circulent.

      Et pourquoi pas les pistes cyclables sur les rues dites résisdentielles? Je trouve que ça sent l’improvisation et ça m’enrage.

    • Tout à fait d’accord !

      À chaque année, on entend parler d’une campagne où les policiers vont sensibiliser les automobilistes entre autres à ces règles. Ça dure 1 semaine, puis plus rien.
      En attendant, il y a une traverse de piétons au coin de ma rue, et je manque de m’y faire écraser à tous les matins et soirs, quand je pars porter mon bébé à la garderie et que j’en reviens.

      Même lorsqu’un rare automobiliste décide de me céder le passage, je dois être doublement prudent parce que l’auto en arrière de lui le plus souvent s’impatiente, le double à toute vitesse et manque de me foncer dessus.
      Et tout ça à quelques 30 mètre d’un poste de police !!!

    • Un réveil ce matin?

      C’est la même chose sur les autoroutes depuis toujours, i.e. les policiers sont des juges ambulants qui sévissent au gré de leurs humeurs, surfant sur une élasticité d’application de la loi qu’eux seuls connaissent. Ça s’appelle “l’anarchie systématique”, i.e. pas de règle claire appliquée.

      Qu’il s’agisse d’un hold up, d’une infraction routière en zone de construction ou de tout autre agissement illégal, ils sont légalement tenus de faire appliquer la loi. Ce qu’ils ne font pas, se substituant aux juges, bien qu’ils n’en n’aient ni la formation ni les qualités, encore moins les compétences.

      Prenez la 20 et roulez pour Québec en respectant la limite du 100 : 98%+ des automobilistes sont légalement hors la loi et paradent devant des policiers complaisants. Idem en ville, partout au Québec.

      Pierre Tremblay

    • Il m’a avoué être le responsable des accidents de la circulation dans le quartier.

      faites une plainte ça presse

      albert bela

    • Absolument, l’auto grise n’a pas d,affaire là.

      Pour ce qui est du véritable danger, je pense qu’il s’applique surtout à un véhicule qui ferait un virage et encore pire si c’est un véhicule lourd.

      Pour l’enfant, je pense que je l’aperçois à travers la vitre de l’auto mais…

      Par ailleurs, pour la courtoisie, je pense que c’est pas évident et qu’il faut alors apprendre à se faire une place.

      Pas sûr que j’aurais été capable en bas âge mais ils ne te laisseront pas passer si tu n’y vas pas. Petit, j’aurais pu attendre qu’il y ait zéro trafic mais à Montréal c’est impensable…

      Tu reste sur le trottoir s’il ya des autos engagées mais quand c,est ton tout il faut que tu mettes ton pied dans la rue tout en gardant le contact visuel et tu marches.

      Où est son école ? Cela prendrait pas un brigadier scolaire à cette intersection qui semble passante ?

    • Petit bout, je me serais trouvé une solution aussi plutôt que de penser à l’application des règlements, je ne sais pas laquelle pour ce cas là et cela m’aurait peut-être pris plus de temps mais j’aurais réussi à traverser ailleurs s’il faut et même en ne respectant pas le corridor scolaire si moi j’avais jugé plus sécuritaire de traverser ailleurs.

      Non, j’étais peureux. Prenez l’autobus scolaire où l’on dit de toujours traverser devant… Moi, petit je le faisais rarement, je me reculais où je marchais dans une direction vers l’arrière et j’attendais que l’autobus soit parti. Probabilité de se faire écraser ? 0%.

      À cette intersection ? Qui sait ? Si j’étais petit et pas de parents derrière ? Je traverserais peut-être ailleurs qu’à l’intersection et quand le passage est vraiment libre je me metterais à courir de l’autre côté de la rue…

      Il serait presqu’intéressant de montrer tout le chemin à parcourir par les enfants dans ce corridor scolaire jusqu’à l’école et en allant faire un tour sur Google Maps imaginer ou constater les dangers et les solutions ou compromis à adopter et/ou ce que ferait un enfant du plus téméraire au plus peureux.

    • Simple question d’éducation et d’un manque certain de civisme.
      Allez faire un tour en Colombie Britanique, mettez un pied dans la rue et les autos s’arrêtent pour vous laisser passer. Il faut aussi être un peu masochiste pour utiliser son auto en ville.

    • Sur la photo, l’enfant au stop s’en va tout droit ?

      J’imagine que petit, je serais passé en même temps que la voiture qui passe mais derrière la fourgonnette rouge. je me serais tenu au poteau du stop et j’aurais couru en diagonale vers la droite en même temps que l’auto…

      Vraiment pas légal mais tu es trop petit pour avoir et maintenir un contact des yeux avec les conducteurs… Alors, j’imagine que c’est ce que j’aurais fait.

      Entre le poteau et l’immeuble, pas de voiture s’en venant derrière moi, et en m’assurant qu’il y en pas une derrière la rouge, je passe derrière elle à au moins 5 mètres.

      Ou encore sans courir et en marchant un peu plus loin sur cette rue , je l’aurais traverser ailleurs qu’à une intersection car on ne voit rien aux intersections et les autos passent trop proches de nous.

      Hi! Hi!

      La loi ou le règlement ne sont pas appliqués ou encore sont mal conçus bien il faut être plus intelligent que le législateur ou les policiers et dès l’âge de 6 ou 7 ans. (Ironie).

    • “Tout ce que cela a pris à Verdun, c’est un mot d’ordre lancé aux policiers du poste 16… et un gros pot de peinture jaune pour délimiter les fameux 5 mètres et ainsi signaler l’interdiction de stationner. Facture de l’opération: 6000$. Oui, oui, six milles dollars.” F.C.

      ===

      Verdun parlons-en du gros pot de peinture.

      Si jamais vous passez par là, regardez au coin de Rolland/Stephens et Champlain et comptez la quantité de stationnements qu’on a enlevé avec les fameuses lignes jaunes à 6000$. Parce qu’un autobus de la STCUM passe par là, on a soustrait une trentaine de place de stationnement. Quand on sait que les chauffeurs d’autobus ont assez haut pour voir par dessus les voitures c’est carrément une autre de ces mesures visant à écoeurer les automobilistes. Et je ne me sent pas en conflit d’intérêt puisque j’ai une entrée de garage, mais ça m’écoeure pour mes voisins.

      Jean Émard

    • Les automobilistes à Montréal sont les rois de l’impolitesse et de l’égocentrisme. J’ai travaillé 10 ans au centre-ville, je ne compte même plus les fois où j’ai manqué me faire écraser par des conducteurs fous qui ne respectaient pas les passages pour piétons, le délai de traverser piétonnier ou qui ne mettaient pas leur maudits flasheur et tournaient en plein sur moi.

      Un des pires comportements qui ne cessent de se reproduire : les automobilistes qui s’arrêtent au coin de la rue en plein milieu du passage piétonnier. Nous sommes obligé d’aller directement dans le milieu de la rue pour les contourner. Vraiment les conducteurs à Montréal ne savent pas vivre et je rêve d’avoir une caméra pour pouvoir toutes les filmer et mettre leur face sur youtube bien en évidence avec écris en dessous: DANGER PUBLIC!

    • pierhubert 09h27

      ===

      À mon avis, ce comportement a changé. Contrairement à vous quand je promène mon chien, je note que les automobilistes s’arrêtent régulièrement quand je veux traverser la rue.

      Jean Émard

    • D’ailleurs, je ne crois pas que le 6000$ inclut la main d’oeuvre. Ça doit surement être comptabilisé dans le budget des cols bleus.

      Il est, selon moi, impossible de peinturer les coins de rue de l’Ile des Soeurs et de Verdun pour 6000$.

    • Le civisme ça ne s’apprend pas dans un cours de conduite automobile. Le civisme ça ne s’apprend pas à la maison (comment un parent peut-il enseigner le civisme quand il ne connait même pas le mot?)

      Plein d’exemples de manque de civisme existent. Il y en a assez pour en faire des sessions d’éducation à l’école primaire. Pas juste en première année du primaire. À TOUTES LES ANNÉES du primaire! Et ça ne demande pas une formation bien poussée en pédagogie pour l’enseigner. Ça prendrait seulement une volonté claire et ferme venant du ministère de l’éducation pour implanter un tel programme. Ça serait un placement pour l’avenir…

    • @bananajoe

      Vous passez à côté de la question. La peinture et les “peintres” auraient-ils coûté 60 000 $ que cela ne changerait rien à la conclusion: un règlement existe, il importe de l’appliquer. Point.

      François Cardinal

    • Sur quelle planète viviez-vous? J’ai vécu dans plusieurs villes et la seule où il m’a été impossible de marcher et traverser les rues en toute sécurité c’est bien Montréal. À la vue d’un piéton, y a même certains automobilistes qui accélèrent afin de ne pas ”manquer leur stop”. J’ai marché dans certaine ville d’Amérique du sud et je m’y sentais plus en sécurité, c’est tout dire. Il faut aussi dire que plusieurs marcheurs (et cyclistes) ne respectent pas la signalisation. Une petite marche downtown et vous allez comprendre.

    • @ fcardina

      Je comprends votre point et je n’en fait pas abstraction. Je relevais seulement une information qui est ‘très fort probablement’ erronée.

      Je crois qu’il est sain de remettre en question certaines informations et chiffres… surtout si elle viennent de cet arrondissement ( qui a tendance à faire du sophisme )

    • À Sherbrooke, on avait un problème avec les passages piétonniers. Personne ne les respectait, même si une amende existe si on ne donne pas le priorité au piéton. Il y a quelques années, la police a fait quelques campagnes de sensibilisation intitulées Bon pied, bon oeil. Ça impliquait pas mal de pub, puis des “opérations charmes” où l’on remettait des billets de football “llve”aux automobilistes qui respectaient le règlement. Les médias en ont pas mal parlé aussi. On a aussi installé des pancartes «100$ d’amende» à presque tous les passages piétonniers. Depuis, on voit ici et là des espèces de pancarte en plastique avec du fluo et le slogan Bon pied , bon oeil près de divers passages piétonniers, sur la ligne jaune au milieu de la rue.

      Bref, tout ça pour dire qu’on a constaté un problème, une situation qui était déjà légiférée, on a réfléchi à un façon de sensibiliser/rappeler aux gens ce règlement/problème, et on a pris le temps et l’argent nécessaire pour se donner les outils pour bien faire les choses, en n’étant pas coercitif en partant. Le problème ne sera jamais réglé à 100%, mais c’est _beaucoup_ mieux que c’était. Faudrait maintenant juste continuer à capitaliser sur ce qui a été implanté. Comme quoi, entre autre, le civisme ça s’enseigne.

    • @piedoq 08:45: Vous avez mal compris.
      En ne faisant pas son travail, il est LE responsable des accidents de la circulation dans le quartier. :-)

    • Pour apaiser la circulation à Montréal et du même coup assurer une certaine fluidité, il faudrait une synchronisation des feux de circulation. Pour ce qui est arrivé à votre fils Mr Cardinal, tout est une question de civisme, et à Montréal le civisme des automobilistes est presque inexistant. Pour les policiers, ils sont trop afférés à s’occuper de leurs trappes à tickets (sur Notre-Dame, sur Sherbrooke près du stade Saputo, sur la voie de service du Métropolitain ect ect) alors leur demander de sévir pour une voiture qui empiète sur la ligne à une intersection est une perte de temps pour eux!! Parfois les priorités ne sont pas à la bonne place. Ici à Boucherville, il a fallu se plaindre pour avoir une surveillance accrue tout près de l’école de mon quartier au début et à la fin des classes, car les gens roulaient trop vites (zone à 40Km-h…mais ça roulait 60 et plus)…ça fonctionné et le problème fut réglé!!

      M.Robidoux
      Boucherville

    • Lorsqe j’étais au primaire vers la fin des années 60, les étudiants de 4 à 6e année étaient des brigadiers scolaires.
      Ça ne coûtait rien et il y en avait partout.
      Quelle fierté pour nous de recevoir un dossard orange, un sifflet et une pancarte d’arrêt.
      Nous devenions mature avec une responsabilité en 1 journée.
      Aujourd’hui, je vais reconduire ma fille de 10ANS et son frère de 8 1/2 ans.
      Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en eux. Ce sont les malades pressés dans les corridors scolaire. Et la omniabsence policière.

    • En réponse à des plaintes d’excès de vitesse l’arrondissement font l’analyse que plus de 2000 infractions à plus de 61km/h. ne représente pas un problème de circulation.

      Objet : Re: Maisonneuve Est, Prolongement piste cyclable et excès de vitesse

      Bonjour,

      Comme convenu, nous vous transmettons les données recueillies par l’analyseur de vitesse installé boul. De Maisonneuve Est, côté nord, entre la rue Beaudry et la rue Montcalm, et ce, pour la période du 25 octobre au 8 novembre 2012 :

      Limite de vitesse affichée à cet endroit : 50 km/h
      Nombre total de véhicules : 108 367
      Vitesse moyenne : 43 km/h

      Étant donné que les forces de l’ordre interviennent lors d’un excès de vitesse de 11 km/h et plus, voici une autre statistique : 4050 véhicules ont circulé à plus de 61 km/h, soit 3,7 % du nombre total de véhicules (108 367 véhicules).

      En résumé, nous ne pouvons pas dire qu’il y ait un problème de vitesse à cet endroit.

      A la lecture de ces résultats, vous comprendrez que l’arrondissement de Ville-Marie ne prévoit aucune mesure additionnelle pour réduire la vitesse à cet endroit.

    • Au passage je tien à féliciter M. Cardinal. Je crois qu’il est le seul des blogueurs de La Presse à réagir aux interventions en cours de discussion, ce qui implique une attention réelle envers les lecteurs et, indirectement, que se billets ne sont pas que des brûlots comme on voit trop, des n’importe-quoi faits pour créer la bataille de ruelle.
      ———————————
      @ramses2.1 : Quand un père parle de son fils, il me semble que la paranoïa de l’automobiliste pourrait se mettre en veilleuse un peu. Eh oui, il y a encore quelques enfants en ville, vous savez ?
      Faudra choisir. Ou bien on veut une vie de quartier réelle, ou bien on veut imiter Détroit… la ville de l’automobile.
      La réponse passe par des transports en commun dix fois plus efficaces et probablement des viaducs pour piétons et cyclistes à certaines intersections. Ensuite on pourra penser à traiter l’automobile comme elle le mérite : un mal nécessaire et rien de plus. C’est un gars qui fait 110 kilomètres par jour pour travailler qui le dit.

    • Je demeure à Québec. En pleine ville. Je suis 90 % de mon temps piéton. Je marche soir et matin trente minutes pour aller à mon travail cinq jours semaine. J’ai failli me faire heurter par des voitures plusieurs fois et s’y ce n’était pas de mon extrême prudence j’y aurais laisser des membres et peut-être plus. Je vois de tout. Les lumières rouges surtout, vaut mieux attendre et bien regarder avant de mettre les pieds dans la rue. Les arrêts aux intersections pas fait ou fait à la va vite. Des automobiles qui roulent dans les voies réservées aux transports en commun, des automobilistes qui roulent beaucoup trop vite, qui ne donne pas la priorité aux piétons,qui parlent ou textent au volant,la liste est longue. Par contre ce que je ne vois pas ou très rarement ce sont les policiers. Mais ou sont ils? Je connais pas mal tout les endroits dangereux rien qu’en y circulant à pied,en vélo en autobus ou en voiture. Quand est il de la présence policière? Pourtant! Mais j’irais encore plus loin . Je ferais repasser les examens de conduite aux dix ans.Du moins le théorique. Si tu échoues c’est l’examen de conduite pratique et s’il y a échec c’est cours de conduite obligatoire. On dirait que le cerveau des automobilistes ne suit pas la technologie de leurs bazous. Fou ben raide!

    • “@ramses2.1 : Quand un père parle de son fils, il me semble que la paranoïa de l’automobiliste pourrait se mettre en veilleuse un peu. Eh oui, il y a encore quelques enfants en ville, vous savez ?” jean-francois_trottier

      ===

      Sophisme.

      Et de quelle paranoia vous parlez-vous ? Parce qu’il parle de son fils, alors toute discussion doit cesser, tout le monde doit se taire ?

      Je suggère simplement que des solutions simplistes (comme tasser toutes les voitures d’une intersection) que rien ne prouve que ce soit la solution idéale.

      Jean Émard

      Jean Émard

    • “Faudra choisir. Ou bien on veut une vie de quartier réelle, ou bien on veut imiter Détroit… la ville de l’automobile.” jean-francois_trottier

      ===

      Un autre sophisme. Vous les collectionnez ? :)

      On peut vouloir améliorer les relations automobilistes/piétons sans avoir pour seule solution que d’écoeurer l’automobiliste ou de le voir comme une plaie.

      Jean Émard

    • Parfaitement d’accord, on le même problème à Laval ou coin de la rue ou j’habite sauf que c’est un gros pick-Up qui est stationné et qu’il bloque même la vue des automobilistes qui essaient de passer ( il n’y a pas de stop ).

    • Pas besoin de couper les cheveux en quatre. Sur la rue où je demeure, il y a un panneau interdisant le stationnement à 3 ou 4 mètres du coin de la rue et ce règlement est très respecté car les préposés de la ville sont rapides sur les tickets…

      Toutefois la ville contrevient elle-même à son règlement sur la distance des bornes fontaine et du coin de rue lorsqu’il s’agit de l’implantation d’une borne de stationnement . Dans Rosemont, j’ai utilisé un ruban à mesurer et elles sont à moins de 2 mètres du coin de la rue et des bornes fontaine. J’ai demandé à un préposé au stationnement de la ville de m’expliquer cet abus et il m’a avouer que c’était la première fois qu’il s’en rendait compte…. Est-ce que la ville peut s’accorder un privilège et pénaliser ses citoyens?

      Concernant la réponse du policier , il a effectivement raison . Appliquer la loi du 5 mètres serait néfaste dans la plupart des arrondissements de la ville…

    • Il est essentiel d’enseigner à votre fils à 1) regarder avant de traverser et 2) ETRE VU avant de traverser. Cette auto arrêtée au coin de la rue aurait pu être un autobus. On ne doit pas sortir du devant d’une voiture avant de regarder d’abord et être convaincu qu’on a ETE VU par l’automobiliste qui est supposé faire son stop parce qu’il y a un stop ou une lumière rouge.

      Soyons pratique: il y a un manque réel d’espace de stationnement, et les trottoirs renflés aux coins de plusieurs rues ralentissent énormément la circulation. Une voiture qui veut tourner à droite mais en est empêchée par les piétons bloque celles qui auraient voulu continuer tout droit.

      Cela dit, les piétons ont évidemment priorité aux coins de rues et les automobilistes doivent toujours s’arrêter s’il y en un qui traverse ou s’apprête à traverser.

      Mon expérience est inverse. J’arrête toujours quand un piéton s’apprête à traverser au coin d’une rue. Mais la plupart du temps, c’est le piéton (timoré par d’autres conducteurs?) qui s’arrête et insiste pour que je passe le premier, ce qui rend tout le monde confus.

      Piétons, prenez vos droits mais assurez-vous d’être vu en premier.

    • ey come on , ils sont meme pas capable de le respecter eux meme , ils s’en crissent sont proteger par une convention collective qui les protegent de toute influence du politique. ils n’ont a repondre a personne , juste allez voir le nombre d’auto patrouille qui mettent leurs flasher pour aller au poste de cote des neiges sur queen mary , c’est a croire que les auto patrouilles ne sont pas equipes de ce petit dispositif , ce matin rue decarie , je me fait coller par un debile , le gars pogne les nerf et me depasse en fou en coupant des lignes pleines , commun a mtl , probleme c’est que il y avais une auto patrouille juste en arriere voie de droite , gyrophare ? niet , arrestation ? niet , le gars a continue a a peut pres 70 sur le boulevard decarie , ensuite , 9h45 dans le tunnel ville marie direction est le vehicule d’identification judiciaire 75-1 , le gars en avant de ce vehicule de police fait un changement de voie illegale et clanche , personne fait rien , juste en passant 75-1 etais a 95 dans une zone de 70 sans gyro ou quoi que ce soit , les syndicats de la fonction publique flic inclus sont pas la pour servir le public , sont la pour defendre leur interest point a la ligne , et c’est pas avec 2 operations radar sur ma rue , que les fou du volant vont se calmer , je me suis plaint avant les fetes , rien de change , et je mettrais pas 10 cent sur le fait que quoi que ce soit change vers chez moi , par contre la prochaine fois que je me fait coller , je brake sec et je sorts avec mon batte , si on peut pas etre protege par la flicaille , je vais prendre les choses en mains a ma facon

      tom bombal mtl

    • Dans une grande ville comme Montréal, ou le manque de stationnement est criant, les seul sucrières relatif aux coins de rues devraient être:

      1) le stationnement permis empêche-t-il un camion remorque de tourner? Non pas de tourner en tout confort, mais de tourner. Si ça leur prend 5 m sur une rue donnée, alors il devrait y avoir interdiction sur 5 m. Si ça leur prend 1 m sur une autre rue, alors il devrait y avoir interdiction sur 1 m. Point à la ligne.

      2) le stationnement permis empêche-t-il la fluidité de la circulation?

      Le motif de sécurité n’a pas à entrer en jeu ici. Il est cinglé de traverser une rue sans s’être assuré d’avoir ETE vu.

    • Quand cela devient politique, les citoyens doivent faire quoi ? Un pétition la faire signer par les résidents et parents puis se rendre au conseil d,arrondissement ou au conseil municipal ?

      Se plaindre aussi à la Commission scolaire ?

      Dans ma petite ville de banlieue, il y a des lignes jaunes partout et s’il y a un couloir scolaire, il ya de la peinture sur le bord du trottoir tout le long pour l’indiquer, des lignes bleues ou blanches, un pictogramme et un panneau pas loin.

      Les traverses pour piétons sont aussi clairement peinturées bien que cela vient à s’user.

      La ligne d’arrêt serait bien deux trois pieds plus tôt et ainsi non seulement la voiture grise ne respecterait pas le 5 mètres, elle dépasserait la ligne d’arrêt.

      Évidemment, Il n’y a pas autant de circulation et cela n’a pas été conçu de la même manière mais on voit bien la différence énorme pour tous les usagers de la route. Et plus, il y a de monde, plus ne faut-il pas des mesures sécuritaires ? Le hic, il manque d’espace.

    • On mélange deux choses ici:

      Un, l’incroyable manque de civisme des « chauffeurs de chars » montréalais. En tant qu’automobiliste, vous le savez déjà; faites du vélo en ville, et votre perception négative sera multipliée par dix!

      Et deux, l’infantile « chasse à l’automobiliste » présentement en cours à Montréal. Si cette chasse était dirigée contre les chauffards, j’applaudirais, mais ce n’est pas le cas : c’est bien plus payant pour nos excellents policiers de se cacher dans leurs « trappes à ticket ». Cette chasse est plutôt dirigée contre les infâmes propriétaires de véhicules privés (ouache!) qui voudraient bien, en retour de toutes les taxes et surtaxes qu’ils paient, être capables de circuler et se stationner en ville avec un minimum de facilité. Voyez le blogueur qui voudrait faire respecter un règlement absurde (5 mètres) qui aurait pour effet d’enlever peut-être 30% du peu d’espace de stationnement qui reste à Montréal. Voyez-le aussi faire la promotion des mesures « d’apaisement » qui ont pour but de bloquer la circulation. Pas étonnant que nos « chauffeurs de chars » soient encore plus dangereux qu’avant!

    • Bien, moi, je me plais à imaginer, Honorable, un chauffeur de camion-remorque de région éloignée….

      La première voiture noire serait frôlée, la grise serait écrapoutie et la fougonnette rouge vin si elle s’avançait autant serait bonne pour la ferraille. LOL

      J’exagère sûrement c’est juste que je vois les grandes rues larges bon mais les chauffeurs doivent aussi conduire à l’étroit comme dans des chemins forestiers.

    • Quand il manque de place, c’est sûr que cela devient politique et que les solutions et compromis ne sont pas évidents.

      Que les citoyens montréalais discutent ou s’obstinent entre eux. Moi, être pogné, dans ce genre de situation, ce que je me demanderais c’est comment je fais pour sauver ma peau ou me tirer d’affaire ?

      Et le compromis qui me convient à moi n’est pas nécessairement celui de mon voisin. Eh que non, moi qui prenait un bus de la ville pour accompagner mon ami dans mon voisinage alors qu’il était finalement plus simple de s’y rendre à pied.

      Avant de faire de la politique, je penserais à me trouver ma solution. Je trouve l’endroit ou l’intersection dangereuse ? Je trouve une façon sécuritaire. S’il ya une pétition, je peux toujours être d,aoccord pour la signer, sait-on jamais.

      Les politiques peuvent trouver des moyens de sécuriser des intersections, des terminus d’autobus et autres, mais des citoyens vont toujours trouver des moyens de rendre cela dangereux. Tout est prévu pour que ce soit sécuritaire mais des gens traversent aux mauvais endroits.

      Je vous parlais du Terminus Panama à Brossard ou encore de l’intersection voisine sur le boulevard Taschereau.

    • Refuse le passage d’un piéton en France et tu vas voir ce qui arriver à ton permis. Pour cela il faut de la police de la police et de la police, malheureusement. Touche un piéton et tu dis adieu au papier rose, le piéton est prioritaire presque partout. Au Québec le piéton est une victime. Ça roule trop fort dans les zone forte densité.

      À Paris les choses changent depuis des années, ils pensent même à la limitation de la vitesse à 30km… qui est LA vitesse moyenne réelle dans les centres villes.

      Il n’y a plus de poids lourds dans les centres villes sauf autorisation depuis bien longtemps. Limitation de vitesse avec radar automatique, permis de conduire stricte basé sur :
      - la sécurité routière, respect des distances de sécurité ect…
      - l’anticipation, l’usages des clignotants pour le mieux vivre ensemble… et surtout il n’y a presque plus de dépassement par la droite sur les autoroutes.
      - nombreux contrôles aléatoires d’alcoolémie (0,5) de papier de voiture aux normes.

      Pour cela ils ont dû vivre des années avec des policiers et gendarmes partout.

      Aujourd’hui la circulation est très très disciplinée. Ils mettent des gilets jaunes lorsqu’ils sont immobilisé et des triangle à une distance précise, ils ont des éthylotests.

      Et le corridor de sécurité: plus de 20 ans qu’il existe en France… est appliqué pour tous les véhicules en difficulté sur les autoroutes et les 4 voies. Et pour le vivre dans les 2 pays essayer d’appliquer cette règle au Québec est un calvaire…

      1 téléphone d’assistance tout les 2 km sur les autoroutes…

    • La règle du 5M d’une borne fontaine ne fait pas de sens dans une ville comme Montréal ou l’essentiel des véhicules stationnent sur rues et qu’il manque cruellement de stationnements. 5 mètres de chaque côtés d’une borne fontaine équivaut à éliminer 10 mètres de stationnements partout ou il y a une borne fontaine. 2.5 à 3 mètres seraient suffisant, ça laisserait 5 à 6 mètres aux pompiers pour accéder aux bornes fontaines. Même chose pour les coins de rues ou 2,5 à 3 mètres seraient suffisants pour donner une bonne visibilité à tout le monde. C’est la règle du 5 mètre applicable partout au Québec qui ne fait pas de sens quand on sait qu’il y a de sacrés différences entres des quartiers résidentiels remplis de maisons unifamilliales dotée de stationnements privé et d’autres fortement densifiés ou le stationnement se fait sur rue et qu’il manque cruellement de stationnements.

    • Bonjour, est-ce que Vélo Québec et son programme “À pied, à vélo, ville active” est impliqué dans l’école de votre fils? Si oui, je sais que cet organisme fait une marche de repérage dans le quartier (avec des parents et membres du personnel) afin d’évaluer les dangers potentiels. À l’école de mes enfants, on a réussi à apporter certaines corrections (repeindre les lignes jaunes de traverse d’élèves, mettre un panneau d’interdiction de stationnement à 5 metres des intersections menant à l’école, etc… ) Vérifiez auprès du C.É. de votre école, c’est un organisme très pro actif.

    • Voici le lien: http://www.velo.qc.ca/transport-actif/a-pied-a-velo-ville-active

    • Et la règlementation municipale ? Peut-elle entrer en conflit avec le Code de la sécurité routière ?

      http://ville.montreal.qc.ca/sel/sypre-consultation/afficherpdf?idDoc=34&typeDoc=1

      On le sait bien aussi que dans plusieurs domaines il y a une tolérance de la part des policiers, douaniers ou encore du fisc, car le règlement ou la loi peuvent devenir difficilement applicables.

      Poser des questions, discuter entre citoyens mais chacun ne peut pas arriver avec SA solution pour l’appliquer à tous. Aux politiques de faire les arbitrages intelligemment.

      C’est plate, on est pas capable de lire le nom de la rue et dessous c’est pas un panneau d’interdiction de stationner entre telle heure et telle heure ?

    • Je suis d’accord avec ce policier qu’il est impossible d’appliquer tous les statuts du code de sécurité routière à Montréal, ce qui deviendrait de l’extortion à grande échelle puisque selon moi, 50% de ces règlements sont non nécessaires et ne sont que commerciaux $$$

    • Le dégagement aux intersections est important pour la sécurité des piétons et des automobilistes. Justement à Verdun, il y a des rues où une auto doit pratiquement avancer au 1/3 de l’intersection pour voir les autos qui s’en viennent, c’est à risque pour les automobilistes et encore plus pour les piétons.

      J’arrête fréquemment pour laisser passer les piétions aux intersections mais j’ai souvent peur qu’une autre auto me contourne et écrase le piétons qui traverse.

      Les piétons aussi manque de discipline. Certains traversent la rue à 45 degré. D’autres attendent d’autre personne et étant dans la rue et font inutilement arrêter les autos. Souvent, je suis au milieu de la rue et un piéton qui n’était pas engagé dans l’intersection qui pense qui a la priorité absolue m’oblige à arrêter au milieu de la circulation.

      Sur les autoroutes les limites de vitesse ne sont pas adéquates. La limite est 90 km/h sur une route secondaire et 100 km/h sur une autoroute.

      La limite de 5 m est peut être excessive pour les bornes fontaines.

      En bref, il y a un manque de cohérence dans la réglementation du code de la circulation, un manque de connaissance des piétons et des automobilistes et une manque d’application de la loi.

      Il nous faut des changements législatifs, de la sensibilisation et une application rigoureuse de la loi basé sur les risques et non sur ce que ça rapporte en amende.

    • Prenons cet exemple:
      Deux routes se croisent, la route A cicrulation dans les 2 sens, pas d’arrêt, la route B circulation sens unique, arrêt stop. Un automobiliste roule sur la route B et veut soit continuer tout droit, soit tourner à gauche (toujours possible sur ces rues à sens unique). Il s’immobilise donc à l’intersection. 9 fois sur 10, sa vue sera obstruée par une voiture stationnée à sa gauche sur la route A. Résultat? Il doit engager sa voiture dans l’intersection, empietant souvent de plus de la moité sur la ligne blanche d’arrêt, seulement pour voir la circulation. Il devra souvent attendre 30 secondes-1 minute avant de pouvoir continuer. Résultat? Les piétons doivent contourner son véhicule, par devant, par derrière. Tout véhicule venant de la gauche sur la route A doit rouler plus près du centre de la route, les cyclistes ont le chemin bloqué et doivent aussi se déporter plus à gauche. Tout ça augmente le risque d’accidents, et ça se passe à presque chaque minute à beacucoup de ces intersections. À Montréal dans mon cas.

      Bref, ces automobiles stationnées trop près des intersections affectent beaucoup plus qu’on pense la vie de tous les jours! Et ici on parle de gens qui respectent le code de la route.

      Pour ce qui est de faire respecter les passages pour piétons, oublions ça. Je ne veux pas radoter, mais quand même les policiers ne le font pas, il ne faut pas s’attendre à ces que les autres le fassent. Je seconde ce qu’un intervenant à écrit ici, souvent ceux qui ont le malheur de s’arrêter pour laisser traverser les piétons subissent les klaxons des autos qui les suivaient parce que 1-ils les suivaient probablement de trop près 2- peut-être un peu trop vite (en ville 5-10 km/h de trop suffit) 3 – peut-être distraitement et 4 – ignorent qu’il y a un passage pour piétons. Ce qui cause une belle petite peur quand l’automobile devant s’arrête. Sinon, ils se font souvent dépasser par la droite ou la gauche à toute vitesse, alors si un autre piéton s’avance alors pour traverser… (on n’est plus dans le rationnel ici!).

      Je trouve drôle de lire et d’entendre qu’on “écoeure” les automobilistes. C’est le party sur les routes, vitesse, clignotants, rien n’est vraiment respecté/appliqué. On décide d’appliquer quelque chose, de temps en temps, et on “écoeure”. Il m’arrive aussi parfois “d’écoeurer” les automobilistes. Je synchronise ma marche pour arriver à l’intersection en même temps que l’automobile pour le forcer à vraiment s’arrêter. Ils ont à ce moment droit à mon plus beau sourire courtois. Quelques fois je fini à moitié assis sur la capot. Les droits viennent avec des responsabilités et des devoirs. Et le refrain disant que tout le monde est pareil, piétons, cyclistes inclus. D’accord, je veux bien. Mais les automobilistes sont les seuls qui ont entre les mains assez de livres de métal pour tuer. Un piéton ou cycliste est tué parce qu’il n’a pas respecté le code de la route? C’est bien triste, mais il aura causé sa perte. Sans compter les morts, un piéton ou cycliste qui garde des séquelles à vie (mobilité réduite, maux chroniques de dos, cou, tête, bras, etc., hypersensibilité à la lumière, au son, j’en passe) à cause d’un con d’automobiliste qui sans se considérer un danger ou un fou sur la route juge inutile de mettre son clignotant, de faire son arrêt ou de respecter la limite de vitesse en ville. ÇA ça m’écoeure.

      Faites remarquer une infraction au code de la route qui se passe devant vous et des policiers et ils vont rire. On parle beaucoup de “présence policière” parce qu’ils sont là pour être vus. Ils sont là pour dissuader. On leur demande très peu souvent d’agir. Ça fait longtemps qu’on a compris ça sur les routes du Québec.

      Sur ce, bonne journée et soyez prudents!

    • Montréal est, et de très loin, la ville où les piétons sont le moins respectés avec la ville de Québec. Comparez avec les autres provinces, avec les USA et avec la France, la différence saute aux yeux. Explication: l’absence de volonté politique. Si le prochain maire de Montréal décidait de mettre sur pied une escouade chargée de sévir contre les chauffards, en particulier dans les zones scolaires, il aurait l’appui de bien des gens. Présentement, les policiers brillent par leur absence et… par leur nonchalance inouïe dans les rues de notre ville.

    • Dieu le char à préséance sur tout ce qui vit. C’est la fête lorsque le nombre de véhicules neufs vendus atteint des niveaux record… Il faudra changer beaucoup de choses pour que les villes deviennent plus vivable. En commençant par remettre à leurs places les automobilistes et leurs comportements de sans génie. S’il manque de places de stationnement je pense que le problème ce n’est pas la quantité de pieds carrés dédiés aux bazous mais le nombre de ces tas de tôle qui plus souvent qu’autrement dorment sur le bord des rues,les enlaidissent et qui en plus tuent.

    • La pire offense, c’est que les automobilistes ne font pas leur arrêt et je remarque ceci dans mon arrondissement aussi. L’auto garée où ça ne devrait pas est moins dangereuse que le fait que personne ne semble faire des arrêts (ou des arrêts complets). Dans mon coin, les gens roulent leurs arrêts tant que parfois on ne voit même pas leurs feux de freins s’allumer. En plus, plusieurs sont encore en train de parler au cellulaire et/ou de texter. Il y en a même qui tournent sur une rue sans avoir fait leur arrêt obligatoire.

      Même avec une minuterie, il y a quelques mois, un bonhomme qui avait un feu rouge (à Montréal on sait qu’on ne tourne pas sur les feux rouges) en plus d’une minuterie pour piétons a failli me renverser ainsi que la dame qui poussait un carosse à côté de moi. Pour les passages piétonniers, je suis une des rares personnes qui y prêtent attention. Dans mon coin, il y a un grand nombre de rues avec une vitesse maximale de 30 k/h, mais quand je suis en auto, même à 35 k/h parfois, je me fais écoeurer avec les phares, les klaxons, etc.

      Je me suis plainte à plus d’une reprise au conseil municipal. Les quelques fois que des policiers ont été installés pour piéger les idiots qui n’obéissent à rien (assise dans mon salon, j’ai pleine vue sur une rue assez passante), laissez-moi vous dire qu’ils ont mis pas mal d’argent dans les coffres de la ville si on a fait le suivi et qu’on s’est assuré que les amendes étaient payées (et on sait que nombreux sont ceux qui ne les paient pas, surtout pour le stationnement car on trouve des contraventions par terre).

      Une personne mentionne que bien des gens n’utilisent même plus leurs clignotants. Une autre à ajouter: bien des gens semblent croire que parce que des feux s’allument à l’avant de leur voiture quand le moteur est en marche, qu’ils n’ont pas besoin d’allumer les feux à la noirté. Une grande quantité de voitures se promènent avec aucun feu à l’arrière, sauf quand il y a besoin d’appliquer les freins.

      Peut-être que nous devrions retourner à l’époque où les autos (et les téléphones) n’étaient pas si intelligents, mais que les personnes l’étaient plus et se responsabilisaient plus que maintenant.

      Même les piétons doivent se responsabiliser. Se promener à certaines heures du jour – entre chien et loup comme on disait autrefois – est dangereux quand on est habillé uniquement dans une couleur du beige au noir. Les piétons devraient avoir au moins un article de vêtement coloré pour qu’on puisse mieux les voir, oubedon se payer un peu de ruban fluo au $ama s’ils sont souvent dehors à la brunante ou juste avant l’aube.

      Côté stationnement, peut-être y aurait-il plus de places disponibles si plus de la moitié des véhicules n’étaient pas d’énormes véhicules, mais des véhicules d’une longueur plus normale. Incroyable de voir le nombre de VUS et autres gros véhicules dans les stationnements de centres d’achats et dans nos rues.

    • @tous
      Arrètez de dire que c’est de la faute aux piétons, vélos, autos, policiers … c’est la faute à TOUS. On fait tous parti du problème. On a un savant mélange de peureux, de téméraires, d’inconscients, d’agressifs et tout le monde est bien mélangé. Ca prend un plan d’action qui va éduquer les gens sur les priorités et la première est la sécurité de tous. La deuxième, assure la fluidité du trafic pour diminuer la pollution et les désagréments sur les petites rues. La dernière, les places de parking. On se fait rabattre les oreilles par plein de gens qu’habiter en ville ne nécessite pas de voiture. Que plus de gens le mettent en pratique et s’inscrivent à Communauto.
      E-DU-CA-TION. C’est ça que ça prend. Pas du chialage.

      @waddle
      Très bon exemple. En France, il y a quelques temps, les gens qui suivaient un cours de conduite devaient amener avec eux, au cours, un “parrain” dans le but d’éduquer le “parrain” aux règles de conduite. Beaucoup trop de gens n’avaient pas suivi de cours.

    • Je compatis avec vous. Étant mère de deux garçons et qui les a reconduit à pied à l’école quand ils étaient en bas âge. J’en ai vu de toutes les couleurs. Le plus mémorable restera sans doute une automobiliste qui a klaxonné mon fils parce que ses petites jambes de 6 ans ne lui permettaient pas de traverser la rue (une toute petite rue résidentielle) assez vite à son goût. Rouge de colère, je suis encore juste à y penser (ça fait plus de 6 ans de celà!).

      Mais il y a aussi ce cycliste qui, en tournant prestement le coin de la rue s’était retrouvé face à face avec nous. Ils nous a vertement jeté un “pourriez pas faire attention!”….alors qu’il circulait tout bonnement sur le trottoir….notre trottoir et qu’il a failli nous frapper. Même un bicycle…ça peut faire mal.

      Alors oui, des malpolis, des gens pas civilisés il y en a mais ils ne sont pas nécéssairement tous derrière un volant. Je trouve mal venu que ce soit toujours les mêmes qui sont ciblés. Quand à la raison qu’a invoqué le policier…peut-être s’est-il rendu compte de tous les espaces de stationnement enlevés par les satanés BIXIS. Ne vous en déplaise, à Montréal, il y a du monde qui ont une voiture et c’est pas tout le monde qui a un garage.

      Bonne chance avec votre fils. J’ai dit au miens de regarder partout, partout partout et de se méfier de TOUT le monde. Je leur ai dit aussi que ce n’est pas parce que la lumière est verte qu’on peut traverser en toute impunité. Il faut regarder le comportement des automobilistes et des cyclistes…Ont-ils vraiment l’intention de s’arrêter?

    • Isabelle Robillard

    • Je me souviens qu’à une époque, c’était dangereux de traverser les intersections en voiture dans Verdun: y avait toujours une voiture qui bouchait la vue, impossible de voir si une s’en venait avant de s’est engagé dans l’intersection, soit quand il était déjà trop tard. Bonne chose qu’ils aient réglé ce problème.

      Le mien, ce sont les gens qui ne respectent pas la priorité aux piétons aux feux verts. On dirait que ce règlement semble complètement ignoré, y compris des policiers – je me suis déjà fait foncer dessus par les voitures qui tournaient alors qu’un policier était arrêté juste de l’autre côté, au feu rouge. Pire, j’ai déjà vu plusieurs automobilistes carrément passer sur la rouge au coin de l’Acadie et Sauvé – c’est courant à cette intersection – juste sous le nez d’un policier, qui n’a rien fait. À croire qu’ils sont aveugles, ou qu’ils ne retrouvent la vue que lorsqu’ils sont en embuscade dans les trappes à tickets, là où la circulation n’est pourtant pas dangereuse… Les policiers sont plus des percepteurs de taxes déguisés que des protecteurs de la sécurité publique.

      Cette semaine encore, j’ai failli me faire frapper au coin de Christophe Colomb et Crémazie. Ce n’est pas la première fois à cet endroit, tout près… du poste de police central de la ville de Montréal ! Ça ne m’est jamais arrivé qu’un automobiliste me laisse traverser, même si je suis supposé avoir la priorité à cet endroit. Pis ils tournent en vrais malades, à toute vitesse. Tasse-toi mononc, sont prêts à te passer sur le corps pour arriver une minute plus vite à la maison, avec l’apparente bénédiction de la police.

      Honte à la police de Montréal, vraiment. En plus de ne pas veiller à calmer les chauffards là où c’est dangereux, ça prend une éternité pour en avoir un quand on les appelle, à croire qu’ils sont tous hyper occupés. Ils en ont pas l’air en tout cas, à les voir stationnés des heures à plusieurs le long du parc Stanley, juste à côté du pont Viau. C’est beau de les voir si zélés dans leur rôle de protection du citoyen. Le minuscule parc est bien protégé…

      Stéphane Thibodeau

    • La décision du juge Pelletier de la Cour Municipale mesemble pertinente ici dans l’affaire de la ville de Montréal contre Harrison :

      http://www.blogueducrl.com/2012/01/stationnement-montreal-la-cour.html

      http://jugements.qc.ca/php/decision.php?liste=58153386&doc=BC9513AA11DE2AE5158E52CAEFB19F45E426E955CD781952136C281EDE35A21E&page=1

      C’est bien la loi provinciale qui prédomine et nul ne peut l’ignorer sauf que dans cette affaire madame Harrison a pu obtenir l’arrêt des procédures pour avoir été induite en erreur par la poursuivante, la Ville de Montréal.

      Bon mais dans le cas plus haut, le policier dit plutôt que c’est une tolérance… Il peut bien avoir dit cela aussi comme excuse, non ? Ne voulant pas faire le travail d’un agent de stationnement ?

      Le juge parle aussi de la sévérité de la Ville de Longueuil et de ses policiers pour faire respecter ce règlement. Longueuil, il y a aussi des intersections passablement achalandées.

    • Ce policier fait preuve de sagesse. Les places de stationnement sont effectivement rares et amplifier les irritants ne peut qu’empirer les problèmes. Faire respecter ce règlement ne va pas apaiser la circulation, cela va au contraire augmenter la frustration… qui va s’exprimer par encore plus d’incivisme.

      Montréal a été conçu à une époque où les femmes restaient à la maison et où il n’y avait qu’une auto par famille. La vie a changé, il y a maintenant deux autos par famille, Montréal s’est aussi densifiée, mais malheureusement la ville n’a pas su s’adapter. Les infrastructures et l’urbanisme ne sont plus du tout adéquats au besoin des gens.

      Comme notre économie ne nous permet plus de créer de grands projets d’infrastructure et que revenir à un style de vie des années 60 serait inacceptable pour à peu près tout le monde, pour moi la seule solution est de cesser de vouloir densifier Montréal et au contraire chercher à l’aérer. Il faut que Québec cesse de faire de Montréal le centre de tout et encourage le développement économique de Laval et de la rive sud. Lorsque les banlieusards n’auront plus besoin de venir à Montréal pour travailler ou se divertir, alors il y aura moins de pressions sur les infrastructures, les gens ne seront plus aussi frustrés et la circulation va « s’apaiser » naturellement.

    • @aube_radieuse – pour ajouter à vos commentaires… Pas loin de chez moi, il y a un feu de circulation qui reste vert tant qu’un piéton ne pousse pas le bouton pour le faire changer. Je conduis, mais je marche aussi (mais ne fais plus de vélo), mais je me fais toujours un plaisir de pousser le bouton (et c’est important de le faire parce que des gens débouchent d’une petite rue, s’engagent sur celle plus occupée et tournent à droite dans un battement d’ailes si le feu rouge n’est pas activé en se foutant royalement des piétons qui sont sûrement moins pressés qu’eux, qui ne se font pas mouiller par la pluie, qui gèlent sûrement moins dans la rue qu’eux dans leurs voitures).

      Récemment, une madame qui faisait justement cette manoeuvre n’a même pas vu que le feu était rouge et que la minuterie était activée et a tourné sur la rue puis … s’est fait rencontrer par les policiers qui étaient là pour la vitesse! C’était parfait… Elle a dû avoir une amende très salée: vitesse, feu rouge, minuterie pour piétons, virage en passant à deux cheveux de frapper un piéton.

    • Voilà une des nombreuses raisons pourquoi Montréal fait fuir vers les banlieues! Pour ce qui est des règlements, à quoi bon les multiplier si on ne les fait pas respecter? J’ai déjà vu un coin de rue où il y avait tellement d’indications, contradictoires souvent, que les automobilistes, roulaient forcément vers la … contravention. Tellement de panneaux de circulation au même endroit est peut-être aussi absurde que de texter au volant. N’importe quoi plutôt que Montréal!

    • Je crois que les policiers doivent choisir leurs batailles… celle des bornes fontaines peux bien attendre quand à moi. Il m’est souvent arrivé de me dire que si on brûle parce que les pompiers n’ont pas su brancher un boyau pour cause de présence de voiture à l’intérieur du 5 mètres règlementaire, en tant que société on mérite bien de brûler, avec une mention honorable aux Darwin Award. 3 mètre me semble acceptable.

      La présence de la voiture grise sur le coin, en voyant la photo, n’empêche en rien de bien voir se qui se passe, si on se donne la peine et c’est là la clef, de bien regarder autour et prévoir ce qui pourrait se passer.

      Pour avoir conduit dans plusieurs grandes villes du monde je peux vous affirmer qu’on est ici en présence d’un problème de compétences automobiles. Ajoutez à celà les intersections en croisés, les rampes d’accès trop courtes et j’en passe… vous comprendrez qu’on en a rien à faire des bornes fontaines. Les policiers sont débordés et doivent choisir leurs batailles.

    • Les autos sur cette rue là ont des vignettes de résidants ou pas ?

      Montréal conçue à une époque où il y avait une auto par famille ? Pas à Montréal, cela mais dans la banlieue naissante ou dans certains secteurs.

      Je vois plutôt des immeubles conçus pour une population de locataires n’ayant majoritairement pas d’auto ou disons un sur trois alors mêmes s’ils se stationnaient dans la rue, cela restait pas trop pire…

      Des logements aussi conçus pour des gens relativement pauvres et travaillant pas trop loin de chez eux.

      Combien d’appartements et de résidents dans l’immeuble près de la fourgonnette rouge ? Il ya un stationnement derrière ? Combien de places ? Combien de voitures sont possédées par ceux habitant là ? Ils se stationnent où ?

      La voiture grise appartient à qui ? Personne ne se parle dans ce coin là ? Comment se fait-il aussi qu’il n’y avait que le petit de monsieur Cardinal à ce coin de rue ?

      Le règlement du 5 mètres n’est pas appliqué et on a lu que des gens de la Ville de Montréal aimeraient mieux un règlement de 3 mètres ?

      Ils ne sont pas capables d’exercer leur jugement ? Il y a des intersections plus importantes que d’autres.

      Ici, on nous parle de corridor scolaire ? Désolé, je ne le vois pas le corridor, la photo ne donne pas assez d’infos.

      Les parents sont inquiets, les policiers sont débordés et/ou laxistes, la ville mal administrée puis tout le monde chiâle…

      Bien oui que la police fasse son travail et que les politiques aussi mais en même temps, il faut les laisser faire leur travail aussi, c’est lui le policier.

      Puis ce sont des problèmes qui arrivent partout sur l’Île on imagine bien mais pour les régler je crois que c’est au niveau local dans l’arrondissement et dans le quartier qu’il faut que cela se discute. Quel est le journal local de ce quartier ?

      Et c’est bien un résidant qui possède cette auto grise ? Allez lui parler à lui plutôt qu’à la police ! Toujours une voiture là et jamais la même et tout le temps un résidant ? Un jeu de chaise musicale pour avoir cette place ?

    • Le policier a manqué de jugement. Ce n’est pas pour rien qu’on demande aux policiers et aux militaires d’obéir, car réfléchir ne fait pas parti de leur formation.

      Il y a eu, à Montréal, 6775 accidents graves (nécessitant l’intervention des ambulanciers) chez les 5 à 17 ans entre 1999 et 2008. Prenez ça comme vous le voulez, ça fait deux enfants blessés par des voitures par jours et la circulation est encore plus lourde en 2013 qu’en 2008.

      http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201301/03/01-4607966-circulation-automobile-maux-de-tete-et-accidents.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4607961_article_POS1

      C’est très révélateur que certains sont près à sacrifier des enfants pour… avoir plus d’espace de stationnement (lire 89170).

      Il faut réduire le nombre de voitures en ville. Sur 12 000 ans d’histoire des villes, l’épisode la voiture ne durera même pas 200 ans. Faut arrêter de concevoir les villes autour de la voiture, surtout que les alternatives existent et sont plus viables quand les villes sont denses. Pour être denses, les villes doivent laisser plus de places aux citadins et non aux chars.

      En attendant, que les policiers fassent leur travail et dégagent les intersections.

      Simon Chartrand
      Montréal

    • Quand des règlements et lois ne sont pas appliquées c’est souvent dû au fait que ces règlements et lois sont désuets ou non adaptés à la réalité d’aujourd’hui. Les policiers tolèrent sur nos autoroutes des vitesses plus élevées que celles affichées pour la simple raison que les vitesses maximales affichées ne correspondent pas à la réalité sur le terrain. Même chose avec la règle du 5 mètres, règle qui n’est pas appliquée par ce qu’irréaliste. Ces règles et lois ont été édictée à une autre époque ou il y avait bien moins de véhicules, plus de stationnements hors rues et sur rues qu’il y en a actuellement dans nos villes. Une simple règle pourrait plus être réaliste et plus facile à être appliquée autant par les automobilistes que par les policiers, ce serait de remplacer la règle du 5m par celle du 3 m qui correspond approximativement a la longueur d’une automobile de classe moyenne. La loi serait bien plus simple à comprendre et a faire respectée. Aux intersections on devrait laisser libre l’espace d’une automobile de classe moyenne, ça laisserait suffisament d’espaces pour augmenter la visibilité aux intersections. Aux bornes fontaines on laisserait libre l’espace d’une automobile de classe moyenne de chaque côté de la borne fontaine ça laisserait encore plus d’espace aux pompiers pour accéder aux bornes fontaines qu’ils n’en ont actuellement puisque personne ne respectent la règle du 5 m.

    • @simon_c : Une des premières choses qu’on nous apprend à l’armée est que nous devons toujours utiliser notre jugement avant d’obéir à un ordre. Je trouve dommage que beaucoup de civils n’aient pas ce réflexe et veulent faire appliquer tous les règlements sans aucun jugement.

      Quant à m’accuser de vouloir sacrifier un enfant pour une place de stationnement… je comprends que vous n’avez pas vraiment d’argument, mais essayer quand même garder vos commentaires débiles pour vous. Je trouve que cinq mètres est exagéré, comme plusieurs l’ont dit trois mètres seraient amplement suffisants pour voir les enfants et les voitures, mais je suis certainement en faveur de dégager les intersections. Ma différence avec vous est que je suis capable d’évaluer les impacts des actions. Il y a déjà assez de frustrés sur les routes qui causent des accidents, augmenter la frustration ne va pas améliorer la situation. Donnez une contravention à celui qui est garé trop près et il va rager encore plus contre tout le monde.

      En passant, est-ce que vous pouvez m’expliquer pourquoi la borne-fontaine n’a pas été placée plus près de l’intersection?

      Le problème est que les infrastructures de Montréal ne sont tout simplement pas adéquates à la vie moderne et, contrairement à ce que vous aimez croire, il n’y a pas d’alternatives viables. Montréal n’est pas assez dense pour un métro du style de Paris et de toute façon nous n’avons pas l’argent pour développer le transport en commun.

      Je ne sais pas comment vous vous imaginez l’avenir, mais le transport individuel est là pour rester. La future voiture sera électrique, elle se conduira et ira se garer toute seule, mais elle restera. C’est le transport en commun qui va disparaître.

      Je suis d’accord avec vous pour dire qu’il faut réduire le nombre de voitures à Montréal. C’est justement ce que je préconise. Sauf que contrairement à vous, je ne suis pas un adepte de la pensée magique et je suis parfaitement conscient que la seule façon de le faire est de sortir les banlieusards de Montréal.

      Encore une fois, comme nous n’avons pas les moyens d’améliorer les infrastructures, la seule solution pour rendre Montréal plus agréable est de limiter les déplacements à l’intérieur de ville. Afin d’apaiser la circulation, nous devons cesser de vouloir en faire une mégapole où tout se passe. Il faut décentraliser.

    • Moi, j’aurais aimer cela marcher au primaire mais c’était un peu trop loin quoique faisable…

      Je pense pareil qu’après disons la prmière année ou disons deuxième au maximum, les enfants devraient avoir le goût de se révolter !

      ”Regarde papa ou mama je suis capable ”.

      Puis, oui, on doit encourager les jeunes à emprunter le corridor scolaire mais il peut y avoir tellement d’autres chemins possibles à prendre.

      Mon souvenir est trop lointain mais en maternel ou en début de première année dans ma petite enfance, je marchais… J’avais pris le bus scolaire, une seule fois et avec des Amérindiens… Après j’étais à pied et après l’école je faisais un détour pour aller chez mon grand-père qui m’avait offert une crème glacée et mon père était pas content…

      Il freakait pour rien…

      Je ne savais pas traverser un grand boulevard à l’élémentaire mais un élève qui résidait proche lui le savait dès la première année et il allait même chercher le journal pour une enseignante.

      On surprotège les enfants et on ne leur apprend pas assez comment marcher et partout pas seulement dans un corridor scolaire à la queue-leu-leu comme des petits moutons dociles.

      Moi qu’est-ce que j’aurais fait ? J’aurais attendu que mon fatiguant de père soit parti et j’aurais ensuite pris le trajet de mon choix. La police, les brigadiers scolaires ? Franchement, quand tu y vas incognito et en solo avec personne pour t’écoeurer tu n’en fais pas d’accident.

      Les seuls accidents que j’ai eu dans ma vie c’est avec quelqu’un à côté pour me mettre de la pression pour aller plus vite.

      C’est où cette foutue intersection avec quatre stops et on dirait pas mal de trafic aux heures scolaires ? Je déteste cela traverser à trop d,endroits comme cela, char ou pas parké dans l’intersection.

      Bien oui, même petit j’aurais marché seul hors de la foule. Et j’aurais pris le trajet de mon choix…

      C,est moi qui aurait attendu que mon père parte s’il faut… La fatiguante, c’était ma mère plus tard à qui je lui répondais de se mêler de ses affaires !

    • Quand on est nombreux là oui, on suit la foule et le trajet prévu et on ne s’écarte pas des rangs mais seul tu fais ce que tu veux.

      Le problème avec des enfants, c’est la distraction et les chamailleries, un enlève la tuque de l’autre ou autres niaiseries du genre sauf que lorsqu’il ya des voitures, il faut être concentré.

      Chaque enfant est unique. Et il faudrait être sur place pour voir au-delà de la simple infraction au règlement pour cette voiture. Le corridor scolaire est-il bien pensé ou non pour cette école ? On le voit pas, cela pourrait être sûrement pire.

      Et si le jeune pprenait un autre chemin cela serait vraiment dangereux ?

      C’est pas la police, la politique ou autres qui m’intéressent c’est de savoir où est cette foutue école et par quels chemins, j’aimerais m’y rendre en marchant.

      C’est tout droit l’école ou bien à gauche ? Si c’est tout droit outre avoir envie de passer derrière la fourgonnette rouge avancée ou bien de me tasser plus vers la gauche dans la rue, je pourrais tourner à droite et vouloir empruneter une rue plus tranquille… Il y en a une ?

      C’est cela qui est le fun dans la marche c,est de connaître plusieurs trajets et chemins. Mais il faut avoir peur d’inconnus qui pourraient aborder les enfants ?

      En tous les cas, c,est cela mon point de vue et on dit que les piétons ne sont pas bien traités à Montréal, mise-à-part, les trottoirs dégueulasses en hiver c’est la façon la plus agréable de se promener dans cette ville.

    • Il y a plusieurs facteurs qui font que c’est difficile pour l’enfant de traverser – pas juste la distance

    • C’est fou la quantité d’automobilistes sur ce blogue qui cherchent à noyer le poisson et à détourner le sujet vers autre chose.

      Stationner à moins de 5 m de l’intersection est illégal, point. Et ne pas faire un arrêt complet est illégal, point. Et les piétons ont priorité, point. Inutile de chercher midi à quatorze heures.

      1) Si la voiture n’obstruait pas la vue, l’automobiliste verrait le piéton au coin de la rue et sachant qu’il a priorité, prolongerait son arrêt pour lui permettre de s’engager. Le piéton n’a pas à devoir «faire sa place» contre une voiture à une intersection.

      2) Si les automobilistes faisaient des arrêts complets, ils verraient le piéton au coin de la rue, même s’il y a un véhicule de stationné à moins de 5 m.

      Alors, si les automobilistes, dont je suis, perdent des places de stationnement parce qu’ils se comportent mal sur la route, ils n’ont qu’eux-mêmes à blâmer.

      Autre chose, il n’y a pas que des Montréalais qui conduisent à Montréal. Et je doute beaucoup que les automobilistes de l’extérieur se comportent beaucoup mieux à Montréal. J’ai vécu en banlieue, en campagne et en région, et non, les automobilistes ailleurs ne sont pas mieux qu’à Montréal. Ils ont juste moins d’occasion d’être délinquants et font face à une densité moins élevée de trafic qui fait que leur comportement cause globalement moins de problème à moins de gens et que ça ne fait donc pas les manchettes des journaux.

    • Il faut se mettre dans la peau d’un petit gars de 6 à 10 ans (j’ignore quel âge a votre fils…) pour comprendre que cette situation est dangereuse.

      Avec l’expérience, on apprend comment se faire voir des automobilistes, comprendre qu’ils nous ont vu et qu’ils ont l’intention de nous laissé passer. Mais quand on est tout petit, c’est intimidant le trafic.

      Finalement, j’aime bien la suggestion de donner le rôle de brigadiers scolaires aux élèves de 6e année. Moi aussi ça marchait comme ça quand j’allais à l’école primaire (il y a +/- 20 ans de ça) et j’ignorais que cette pratique n’était plus en vigueur.

    • Moi je suis piéton et pour mloi le sujet c’est de savoir si c,est possible de marcher relativement sécuritairement vers l’école et je crois que oui mais on voit rien et on contraire je trouve cela bébête et tâtillon de se mêler de l,application des règlements par les policiers quoique cela m’est déjà arrivé et je n’étais pas encore informé de la loi qui allait venir du move over. La police se stationne direct dans l’intersection et à 45 degrés en plus et là je comprends un peu pour sa sécurité sauf que cela bouche la vue en tabarouette à cet endroit là…

      Une autre extension…

      Un article du Devoir aussi sur les trajets à risque vers l’école…

      http://www.ledevoir.com/societe/education/318188/trajet-a-hauts-risques-vers-l-ecole

      Monsieur Jean-François Bélanger parle de l’intersection saint_Joseph et De Lorimier, moi je regarde sur Google Maps et cela a pu changer depuis l’article mais cette intersection me semble parfaitement sécuritaire si on respecte le feu pour piétons et on voit aussi des enfants traverser sans problème.

      Le problème, on le voit tout de suite, ce sont les piétons qui traversent à l’Avenue des érables comme la dame qu’on voit juste derrière un bus et devant des autos ou encore celui qui traverse à Messier et avez-vous vu le petit char bleu en infraction ?

      Cet homme peut bien traverser là mais c’est préférable de le faire au feu de circulation à Fullum si on veut peu de risque et que l’on resecte le feu et le décompte.

      Une autre femme avec son bébé et son jeune traversent à Parthenais mais la rue est libre, le risque est très faible pas besoin d’aller revirer à la lumière seule la femme en fait qui traverse à l’avenue des érablens montre le mauvais exemple aux enfants.

      Et les en fants dessinés sur la rue c’est pour avertir les automobilistes de ralentir et d’être prudents ? En même temps, j’ai l’impression que cela encourage des enfants à traverser là.

      Saint-Joseph/ DeLorimier me esmble pas dangereuse sauf que le feu pour piétons doit être trop court.

    • @89170 : Le devoir du policier responsable de la circulation est la sécurité et non faciliter le stationnement. Que ça vous plaise ou non, 2 enfants blessés gravement par jours, c’est nettement trop. Le rôle du policier est de s’organiser pour que cette statistique diminue, et non pas que vous puissiez trouver rapidement un espace pour stationner une voiture.

      Vous ne saisissez pas mon argument principal : la sécurité des enfants. 6775 enfants transportés en ambulance sur l’île de Montréal en 9 ans. C’est trop. Les voitures stationnées trop près des intersections sont une des causes de ces accidents. Il existe un règlement destiné à accroitre le niveau de sécurité aux intersections. Le rôle du policier est de veiller en premier à la sécurité et un des moyens, c’est de faire respecter la réglementation. Pas de se donner le rôle de placier dans un stationnement.

      Vous n’avez pas évalué l’impact (en avez-vous la capacité ? J’en doute) d’un policier qui ne fait pas son travail. L’impact, c’est de collisions voitures-enfant. Je le répète : 6775 enfants blessés gravement en 9 ans. 2 par jours. Évaluez un peu cet impact.

      Pour la borne-fontaine, j’imagine qu’il y a des normes sur la distance entre 2 bornes et sur les capacités du réseau d’aqueduc.

      Le problème des infrastructures, c’est qu’on dépense une fortune pour un mode de vie illogique. On ne peut pas continuer à axer nos transports sur le mode de systèmes de 2000 kg pour déplacer 100 kg de chair humaine.

      Ça nous coûte une fortune collectivement, parce qu’il faut construire les routes, les entretenir, continuer le ridicule étalement urbain, importer du pétrole, importer des voitures, soigner les blessés de la route, enquêter sur décès de la route, assumer les frais de santé de la pollution automobile, nettoyer les dégâts après une inondation (directement liée à la minéralisation des sols), soigner des coups de chaleur causés par les îlots de chaleur (stationnements et routes sont les principaux responsables de ce phénomène).

      Ce n’est pas de la pensée magique ou unique de parler de densification. Toutes les grandes villes qui prospèrent ont pris cette voie. L’étalement urbain ne fonctionne tout simplement pas.

    • Les piétons ne sont pas mieux non plus en banlieue… J’étais souvent le seul à traverser au feu à une intersection à Longueuil ou encore accompagné d’un anglophone canadien anglais travaillant dans l’édifice voisin…

      Évidemment, les gens ne traversaient pas à l’intersection mais face à leur arrêt d’autobus.

      La différence entre nous et eux ? Nous débarquons à l’arrêt précédent près de l’intersection et non face à l’immeuble de l’autre côté de la rue.

      On noye encore plus le poisson ? C,est pas une question de police d,abord mais de mentalité générale… Les lois et règlements ne sont pas ou peu suivis et on ne peit pas mettre des policiers à tous les coins de rue.

      Et les policiers eux-mêmes conduisent mal leur voiture.

      Il y ena une voiture là à ce qu’on dit… Alors que si la mentalité était que seul un %?”/* de tawouin se stationnerait là, cela arriverait pas souvent et la police aurait pas de trouble à en donner un…

      Parlez-nous donc de Toronto, voir s’ils en ont autant de tapons inconscients quj’ils soient automobilistes, cyclistes ou piétons. C’est pas une question de faire du Québec bashing, c,est de voir où l’on est plus moron que nos voisins.

      Dans la circulation ici, c’est celui qui est prudent et sage qui passe pour un idiot. Avec 90% et plus de délinquants (mêmes pour des niaiseries), c,est sûr que la police ne pourra pas les discipliner.

    • L’Ontario…

      http://www.mto.gov.on.ca/french/dandv/driver/handbook/section2.8.0.shtml

      ”Ne garez pas votre véhicule à moins de neuf mètres d’une intersection ni à moins de 15 mètres d’une intersection protégée par un feu de circulation.”

      Pas pire comme recommandation générale mais dans la ville de Toronto ou Ottawa cela s’applique aussi ?

      Si on commence avec neuf mètres comme principe général, les délinquants laisseraient bie au moins trois ou quatre mètres plutôt que de se mettre direct au coin, non ?

      Apparemment, ils savent mieux se gérer pour des simples tracas de la vie quotidienne.

      Pas 5 mètres, mais 9 et on niaise pas avec le puck.

    • Dans le corridor scolaire les parents se comportent comme Al Capone après un braquage, ils fuient dans les bois. C’est l’ouest sauvage, on faudrait un shérif.
      Mironov

    • L’exemple donné par M. Cardinal réfère à un piéton respectueux des règles de la circulation et de la sécurité routière. Pourquoi ce blogue est en train de servir d’échappatoire à tous ceux qui ont une dent contre les piétons? J’ai maintes exemples de piétons délinquants, mais ce n’est simplement pas pertinent au sujet. Les automobilistes sont-ils capables de s’auto-évaluer et de se rendre compte qu’ils ont des comportements dangereux, souvent, parfois, à l’occasion ou rarement, peu importe. La question est d’améliorer la sécurité pour tous et particulièrement pour les plus vulnérables. Quand les gens qui ont écrit le code de la sécurité ont décidé d’interdire le stationnement à moins de 5 m de l’intersection, ils avaient une raison hein?

      Ben c’est ça qui est ça. On fait des règlements pour assurer la sécurité de tous, les policiers doivent le faire respecter et les automobilistes doivent les respecter.

    • Je crois que vous avez une difficulté sérieuse avec la compréhension de texte.

      Comme je l’ai dit, je suis en faveur de dégager les intersections. Je trouve votre argument sur la sécurité des enfants sérieusement malhonnête, cela me fait penser à l’excuse du “think of the children” utilisé si souvent par la droite religieuse américaine, mais cela ne change pas qu’il faut que les automobilistes puissent voir les intersections.

      Par contre, la distance de cinq mètres est très exagérée. Trois mètres est amplement suffisant. En fait, d’un point de vue strictement pratique, il est difficile de justifier plus de deux mètres. La distance de cinq mètres est un règlement tout simplement idiot.

      Se peut-il que dans certains cas particuliers il faille plus de deux mètres? C’est possible et c’est pour cela qu’aucun règlement ne doit être appliqué à l’aveugle. Les policiers doivent juger des dangers. Peut-être que vous méprisez les policiers et que vous aimez vous imaginer que ce sont tous des abrutis, mais alors vous ne croyez pas que vous devriez demander une meilleure sélection des candidats au lieu de demander de vivre dans une société peuplée de petits robots qui obéissent aveuglément aux règlements?

      Et encore une fois, il n’y a pas d’alternative valable à l’automobile. Le transport en commun est trop cher et surtout trop inefficace. Les temps d’attentes, ainsi que tous les arrêts pour laisser les gens monter et descendre, font en sorte qu’il le sera toujours. Je suis plus rapide en vélo, même comparativement à un autobus sur une voie réservée.

      Vous parlez de l’entretien des routes? Ce n’est pas les automobiles qui démolissent les routes, mais les poids lourds. Pour l’usure de la route, le passage d’un seul autobus qui ne contient qu’une cinquantaine de passager équivaut au passage de plusieurs milliers de voitures. Augmentez les autobus… et l’entretien des routes va coûter encore plus cher.

      Vous parlez de soigner les blessés? Je me déplace beaucoup en vélo et je peux vous dire que les autobus sont pour moi beaucoup plus dangereux que les voitures. Savez-vous pourquoi la voie réservée sur Pie-IX a été abandonnée? À cause des morts causés par les autobus.

      La pollution et le pétrole? Dans vingt-cinq ans la majorité des automobiles vont être électriques.

      Avec les voitures autonomes, le transport en commun n’aura plus aucune justification et il va disparaître. Investir maintenant dans le transport en commun est tout simplement une erreur.

      Une dernière chose… Vous parlez des grandes villes qui prospèrent grâce à la densification. Lesquelles? Toutes les grandes villes denses croulent sous les problèmes de logistique, d’incivisme et même de criminalité. J’ai vécu quelques mois à Paris. C’est une ville magnifique et absolument géniale pour sa vie culturelle, mais c’est aussi une ville stressante où les gens sont agressifs. J’étais content de revenir à Montréal. J’ai visité plusieurs autres grandes villes et là encore on ne peut pas dire que la vie y est paisible. Alors quand vous parlez de grandes villes prospèrent, de quelle ville parlez-vous? Parce que même si j’ai un peu voyagé, je n’en connais aucune.

      Vous mentionnez l’étalement urbain et c’est vrai que le modèle d’un centre où s’y déroulent toutes les activités économiques et culturelles, avec des villes dortoirs aux alentours ne fonctionne pas du tout. Cependant, votre argument est ne s’applique pas à ce que je dis. Quand je parle de décentraliser, je ne veux pas dire la création de nouvelle ville dortoir, je parle de développer économiquement et culturellement les villes autour de Montréal. Je parle d’arrêter de toujours privilégier Montréal pour en donner un peu aux autres (en passant, je vis à Montréal). Ferrandez en a assez que tout le monde passe par son quartier. Je lui donne raison. Alors faisons en sorte que les gens n’aient pas à passer par son quartier. C’est sûr que ça va être plate pour ceux qui ont des rêves de grandeur, ce n’est pas avec de la décentralisation que Montréal va pouvoir concurrencer les grandes mégapoles, mais moi je préfère vivre dans une ville simple et agréable plutôt qu’une ville prestigieuse et stressante.

    • oups, mon dernier commentaire était une réponse à « simon_c »

    • Bien oui, pourquoi aujourd’hui?

      Vous croyez que c’est parce qu’il y a une auto sur le coin que votre fils ne passe pas?
      Ça doit faire longtemps que vous n’avez pas été piéton à Montréal.

      Venez voir 20e et Bélanger, stationnez vous sur la 20e (sens unique vers le nord) juste avant Bélanger, restez dans votre auto quinze minutes à l’heure où les enfants vont et reviennent de l’école primaire, et si ces heures ne vous conviennent pas, vous pouvez venir n’importe quand, c’est comme ça toute la journée. Vous allez voir, enfants, adultes, auto sur le coin ou pas, ça change rien.

      Tant qu’à être dans le coin, allez donc traverser Pie-IX à pied, et en vous en retournant, allez donc de Lorimier coin Rosemont, puis aussi…

      La police ZZZZZZZZzzzzzzzz

      Bien oui, pourquoi aujourd’hui?
      Ça fait vingt ans que c’est comme ça.

    • M. Cardinal, que vous me faites sentir vielle! Il y a envrion 25 ans, quand mes enfants étaient jeunes, j’ai demandé à un policier pourquoi ils ne faisaient pas appliquer l’obligation de céder le passage aux passages pour piétons, les fameuses lignes jaunes. Sa réponse fut très décourageante. C’était parce que les tribunaux à l’époque donnaient systématiquement raison au conducteur et annulaient les contraventions. Donc, c’était devenu une perte de temps et d’argent de surveiller les passages pour piétons. Donc, il faudrait que le message passe aussi aux niveaux supérieurs pour que les règlements soient appliqués.

    • @89170 : mon argument n’est nullement fallacieux. Il ne fait qu’écraser le votre : le temps perdu à chercher des places pour les pauvres automobilistes serait si important qu’il faille négliger la sécurité.

      Je ne méprise pas les policiers, il y en a quelques uns qui ont du jugement. Celui qui ne fait pas dégager les intersections près d’une zone scolaire n’en a pas.

      Pour la distance optimale où placer l’interdiction, un peu de trigonométrie pourrait vous montrer à quel point c’est un minimum. S’agit de tirer un ligne de vue du coin de la rue à du coin avant d’une voiture à l’automobiliste arrivant, en supposant que ceci représente l’hypoténuse du triangle. Le reste se calcule tout seul.

      Un peu de physique de base pour le temps de réaction et la distance nécessaire à un arrêt. Ensuite, pensez à l’impact entre un enfant d’une masse de 25 kg et un mobile de 2000 kg.

      Pour le reste, tant mieux si vous faites du vélo, j’en fais aussi 12 mois par année. Le mode de développement axé sur l’auto-solo est en grande partie responsable du déficit de la balance commerciale du Québec (environ 13 milliards par année). Nos sommes endettés de 252 milliards. On ne peut pas penser continuer ainsi.

      Tout le monde sait qu’un autobus est plus lourd. Sauf qu’il remplace aisément 50 voitures et qu’on peut construire des routes ayant moins de voies si on augment la densité des trajets d’autobus.

      Statistiquement, je suis près à parier qu’il y a nettement plus d’accidents sur le territoire de Montréal entre des voitures et un piétons/cycliste qu’entre un autobus et un piéton/cycliste.

      Si vous pensez réellement que les voitures sont l’avenir grâce à l’électricité, vous êtes dans l’erreur. bientôt 8 milliards sur Terre. Estimons la moitié qui peut conduire. 4 milliards de personnes à une moyenne de 65 kg se déplaçant dans des mobiles de 2000 kg. Impossible qu’une tellement mobilisation de ressources matérielles soit soutenable. 4 milliards de voitures de 2000 kg, c’est une masse considérables de ressources. Et je suis désolé de vous l’apprendre, mais des voitures électriques requièrent de l’électricité : faut produire cet énergie.

      Vous ne parlez pas non plus de la pollution par le bruit, de la minéralisation des sols que nécessite une ville axée sur la voiture, ni des ilots de chaleurs. Réduisons la place de la voiture et on peut retire de l’asphalte. Réduisons le nombre de voiture et on peut construire des parcs et des habitations.

      Un exemple de ville d’un pays en voie de développement qui se penche vers les transports en commun : Porto Alegre. Un exemple de ville qui a misé sur la décentralisation multipolaire expansive et la voiture (votre modèle) : Détroit.

    • M. Cardinal,

      Vous ne comprenez pas. Le tapon qui s’est stationné à cet endroit est un citoyen RESPONSABLE qui n’a pas besoin qu’on lui dicte le bon sens par des lois et des règlements et encore moins qu’on le punisse pour sa faute. Libââââârté M. Cardinal, libâââârté, ne l’oubliez pas.

      Et la police…que dire de ces parvenus boostés au RedBull qui se mettent à la place du législateur et qui décident quelles lois et/ou règlements vaut la peine d’être appliqués au gré de leur jugement. S’ils en avaient un, ce serait déjà pas si pire mais comme le jugement ne s’enseigne pas à Nicolet, plusieurs (même beaucoup) en sont dépourvus.

      Je ne compte plus les fois ou j’ai arrêté une voiture de police pour leur signifier une infraction et qui m’ont envoyé promener poliment. J’ai même eu droit à un parvenu badgé qui m’a demandé de faire attention parce que je ne m’était pas arrêté à un passage pour piéton et qu’un voiture a du freiner brsquement à cause de moi. Pas à cause de l’automobiliste qui ne respecte pas le passage piéton mais moi qui était dans tous ses droits. Mais bon, on s’entends que les policiers-policières ne sont pas tous des lumières…

      Sylvain Pelletier

    • Les gens sont rendus stressés à un point tel qu’ils ne sont même plus conscients
      ( de leur vacuité, leur déshumanité, leur toxicité, …. ).

    • Derrière tout ça, je crois que se cache le consumérisme ( qui p-ê cache un manque de spiritualité, ou alors un terrible vide existentialisme ?? ) : pour pouvoir consommer plus, faut travailler plus ; pour travailler plus, faut en faire plus, plus vite.

      Pis tant pis pour les autres, même pour nos enfants innocents !!!!

    • @ramses2: Quand vous écrivez parlant des traverses piétonnières, “À mon avis, ce comportement a changé. Contrairement à vous quand je promène mon chien, je note que les automobilistes s’arrêtent régulièrement quand je veux traverser la rue”, depuis quand promenez-vous votre chien ? Ce matin ? J’en ai un qui a eu le temps de vivre et mourir (12 ans) et un autre depuis 2 ans, et pas un automobiliste –bon, bon, j’exagère! un demi parfois…– ne s’arrête pour nous laisser aux passages piétonniers.
      Ça dépend peut-être du type de chien, remarquez. Moi c’est labrador et golden; peut-être que les automobilistes aiment mieux les petits chiens, et les laissent volontiers passer avec leurs maîtres.

    • Renchérisssons ! Je dirais que les quatres voitures présentes sur la photo commettent une infraction ou encore ne çonduisent pas leur voiture selon les recommandations de la SAAQ.

      La grise, on est a assez parlé elle devrait se faire remorquer et avec une amende suffisamment élevée.

      Mais celle derrière aussi, contrevient à l’article 386, elle est à beaucoup moins que 5 mètres d’une borne fontaine et moins du trois mètres exigé en Ontario mais eux les intersections sont dégagés sur 9 mètres alors, le camion de pompier à en masse de place.

      La voiture qui passe ? On ne peut pas deviner mais on dirait bien qu’elle n’a pas fait son arrêt de la manière prescrite, beaucoup trop rapidement, un stop dit ”américain”.

      La fourgonnette rouge ? Il semble bien qu’elle dépasse la ligne d’arrêt avec son museau aussi avancée, elle doit être derrière et laisser passer les piétons. Ce n’est pas seulement la courtoisie, c’est de savoir conduire une voiture. Et les gens dès qu’ils ont réussi leur permis à la SAAQ, ils oublient tout.

      la voiture grise en plus de nuire aux piétons et notamment à l’enfant elle nuit à la visibilité de la fourgonnette rouge mais c’est pas une excuse, elle doit s’arrêter d’abord derrière sa ligne et encore plus s’il ya un piéton et lui faire signe de passer pour la courtoisie, ensuite elle peut s’avancer le museau et faire pratiquement un deuxième stop pour s,assurer qu’une voiture ou un vélo ne s’en vient pas.

      Quattre mauvais conducteurs ! Et le policier lui ne dit rien ? Saait-il mieux conduire que les automobilistes de son secteur ?

      À chaque fois que l’on sort,on voit des automobilistes qui conduisent très mal n’indiquant pas leurs intentions, il faut être aux aguets et deviner leurs intentions… Cela me dérange pas tant que cela qu’une voiture pressée ne me laisse pas la priorité come piéton mais au moins signalez vos intentions…

      Une fue clignotait ce soir donc c’est comme un stop je suis passé mais rendu l’autre côté, la voiture tournait mais sans l’indiquer…

      Un peu plus loin la voitureà une intersection n’a fait que ralentir… Je l’ai vu ralentir, j’ai ralenti mon pas en même temps alors elle est tournée et a passé avant moi et tant mieux pour elle. Seulement, j’aimerais bien que tu me le dises d’avance que tu vas tourner…

      En tous les cas, on les nommera pas toutes… Peut-être 7-8 infractions flagrantes ou gens démontrant ne sachant pas conduire ce soir alors qu’il y a presque pas de circulation…

    • La ville doit être tenue responsable aussi ! C’est un corridor scolaire ? Il n’y a même pas de passage pour piétons à cette intersection, même pas de lignes blanches parallèlles formant un couloir au minimum ou mieux plein de bandes blanches…

      Une photo, c,est pas assez !

      Les intersections sont mal dégagées presque partout dans l’Île de Montréal ? Tien ce ne sont pas des fils électriques qu’on voit là ?

      Hydro-Québec pourrait pas menacer de poursuivre la ville de Montréal si cela devient dangereux notamment pour ses travailleurs ? Et Bell ?

      Et pour plusieurs millions… C’est le seul moyen de faire bouger des irresponsables !

    • Parlant incompétence des policiers, un autre honnête citoyen battu par 6 policiers. Sont seul crime, sortir ses vidanges alors que 6 parvenus badgés sans jugement ou discernement passaient par là. Il faut dire qu’il ne faut pas être une 100 watts pour porter une arme et avoir le droit de tabasser les citoyens juste parce qu’il ressemble à…Misère

      Sylvain Pelletier

    • Parlant de sécurité des piétons : une dame de 78 vient de mourir écrasée par un camion qui tournait à droite. Une autre victime. Est-ce que le chauffeur du camion pouvait bien voir la dame ? Des dizaines de piétons meurent chaque années sous les roues des voitures. On n’en fait pas un drame. Un ti-coune énervé voulant jouer à Rambo meurt en Afghanistan et on en fait un show.

      Simon Chartrand

    • @simon_c

      Si le conducteur avait pris le temps de s’arrêter avant d’effectuer son virage, cette dame ne serait probablement pas morte. Un autre pressé qui se foute d’autrui.

      Sylvain Pelletier

    • Monsieur Cardinal, au coin de ma rue, Bercy et Hochelaga, il y a des bandes jaunes de traverse piétonière où à chaque jour je risque ma vie pour tenter d’éduquer les automobilistes qui roulent à 60km/h. Je m’avance dans la rue et on ne s’arrête pas. Je suis obligé de mettre ma main en guise de STOP en hurlant à pleins poumons pour que les voitures s’arrêtent. Je ne sais combien d’accidents j’ai failli provoquer à ce jour, je ne les compte plus, et je ne vous dis pas à combien de coups de klaxon et d’insultes j’ai pu avoir droit. Même les autobus de la STM ne s’arrêtent pas et ce malgré en avoir alerté à maintes reprises les policiers. La dernière fois que j’ai abordé des policiers pour leur faire part de ce problème, ils m’ont carrément suggéré que pour traverser je devais plutôt marcher jusqu’à la prochaine rue là où il y a un feu de circulation. On met des bandes jaunes, à ce que je sache ce n’est pas pour mettre un peu de couleur dans la grisaille de la ville. Et après ça, à la ville de Montréal on fait des pieds et des mains en organisant des soirées pour améliorer la vie des Montréalais. Franchement c’est pas fort! Et pourquoi il n’y a toujours qu’une seule bande pour traverser? Parce qu’en mettre une à chaque trottoir coûte trop cher et que de toute façon aucun automobiliste n’en tient compte? On fait quoi si on veut traverser mais et qu’on est du côté de la rue où il n’y a pas de bandes jaunes? On attend et quand on voit que personne ne s’arrête on change de côté de rue et on se met devant les bandes jaunes mais là non plus les autos n’arrêtent pas. Je vous dis que ça fait dur pas à peu près… Ça fait combien d’années qu’il est devenu obligatoire de s’arrêter lorsque quelqu’un attend pour traverser sur un passage piétonnier?

    • C’est pas juste ça, le problème!

      Il faut que la Ville soit réaliste et ait un plan global de circulation.

      Demande de permis pour construire une tour à condos avec 50 unités? OBLIGATION de construction d’AU MOINS 50 places de stationnement souterraines.

      C’est ridicule de retirer les places de stationnement et d’augmenter la densité de la population. Les gens, même ceux qui utilisent les transports collectifs, ont besoin de temps à autres d’un espace pour garer une voiture, que ce soit la leur ou celle d’un ami ou de la famille.

      Si on veut décharger les rues, il FAUT que ce soit possible de stationner quelque part, et pas à 3$ de l’heure!

      Aussi, les autobus ne devraient pas circuler sur des rues où il est impossible de tourner sans bloquer une large zone. Il y a très souvent un automobiliste qui n’a pas compris les lignes diagonales au sol et qui bloque tout le monde. L’éducation ne sert à rien dans ce cas, il va TOUJOURS y en avoir au moins un de temps en temps. Pourquoi ne pas comprendre la nature humaine et éviter ce genre de situation dès le départ en optimisant les trajets d’autobus?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité