Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 11 janvier 2013 | Mise en ligne à 9h12 | Commenter Commentaires (15)

    Montréal est une ville, une île, une région… un écosystème urbain

    carte

    Les réactions de certains lecteurs à mes derniers billets m’ont fait sursauter, puis réfléchir. En un mot, on me reprochait d’avoir consacré trop d’espace à Saint-Bruno sur ce blogue.

    Au début, la lecture de ces commentaires m’a vraiment surpris. Inconsciemment, j’ai toujours traité cet espace comme un lieu d’échanges sur le Grand-Montréal. Montréal est certes une ville, mais c’est aussi une île, voire un ensemble métropolitain, une région administrative, une agglomération urbaine.

    Puis je suis allé relire le texte introductif du blogue… pour m’apercevoir que j’étais le responsable de cette confusion.

    On y retrouve certes l’expression «métropole», un mot que je place sur un pied d’égalité avec «capitale» et qui inclut à mes yeux les quelques municipalités qui entourent le chef-lieu (Montréal-Est et Kirkland font autant partie de la métropole que L’Ancienne-Lorette fait partie de la capitale).

    Mais on retrouve aussi dans mon texte le mot «ville»…

    Mon erreur. Car je ne voudrais pas laisser entendre que ce blogue se concentre exclusivement sur la ville de Montréal. Ce serait beaucoup trop restrictif.

    Quand je parle des trains de banlieue, ce n’est pas seulement pour évoquer leur terminus sur l’île. Quand je parle du PMAD, ce n’est pas seulement parce que la Ville de Montréal fait partie de la CMM.

    De la même manière, quand je parle des tensions que provoquent les mesures de circulation du Plateau, je ne peux faire abstraction de la circulation de transit qui vient d’outre-ponts. Quand je parle de «transit oriented development», je ne peux pas m’en tenir qu’au secteur Namur.  Quand je parle du métro, je ne peux pas passer sous silence l’affluence de Longueuil et surtout Laval.

    Je précise, donc: mon intention, avec ce blogue sur l’avenir de Montréal, est de parler de la ville centre autant que du centre-ville. Mais aussi de ce qui l’entoure, que ce soit sur l’île avec les «villes de banlieue» du West Island, ou à l’extérieur dans les première et deuxième couronnes.

    Bref, je veux aborder Montréal tel un écosystème, c’est-à-dire un ensemble urbain à l’intérieur duquel divers organismes municipaux interagissent dans une relation d’étroite interdépendance.

    Qu’en pensez-vous?


    • J’aimerais éclaircir ma position.

      Le principe des vases communiquant, de « l’écosystème » urbain je le comprend. Dans ce cas précis Mr Cardinal a écrit trois commentaires sur son blogue plus un article dans La Presse pour promouvoir son idée, scindé le poste de maire et de président du conseil. Ce traitement ressemble à une croisade.

      D’ailleurs ce n’est qu’après le troisième commentaire sur ce blogue que j’ai émit un questionnement sur la pertinence d’autant d’attention sur ce sujet dans un blogue sur Montréal. De mettre autant d’emphase sur quelque chose qu’ont déjà Montréal, Longueuil et Laval et qui pourrait à terme ne changer absolument rien à l’atmosphère des assemblés, ne me semble pas à propos.

      De discuter de la pertinence du plan de développement du boisées des hirondelles qui va à l’encontre du PMAD dans un blogue sur Montréal. Ça va évidement de soit. De parler du développement des trains de banlieue, de la circulation de transit, des voies de contournement. J’en suis. J’ai démontré par de nombreux commentaires sur ce blogue que je trouve ces sujets pertinents et à propos.

      Je trouve regrettable qu’on réduise mon propos à un métréalo-centrisme alors que dans l’effet je souhaitais passer le message au bloggeur qu’il trouve peut-être son idée très bonne mais qu’il décroche à un moment donné. Ce qui semble avoir eu un certain écho chez d’autre participant.

      Alors, que pense le ministre responsable de la Métropole, Mr Jean-François Lisée, du rapport déposé sur l’avenir du Parc Olympique? Il n’a fait absolument aucun commentaire sur le sujet.

      Vous trouvez réducteur que ce blogue parle uniquement de Montréal, je suis d’accord. Je trouve tout aussi réducteur d’accorder autant d’espace à la gestion des assemblées des conseils de ville des mairies des petite villes de banlieue et dans donner aussi peu à la principale signature de Montréal, le stade.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Cher M. Cardinal,

      Votre chronique s’intitule: «Quel avenir pour Montréal?» Vous terminez en mentionnant: «…(vouloir) aborder Montréal tel un écosystème (!!!), c’est-à-dire un ensemble urbain à l’intérieur duquel divers organismes municipaux interagissent dans une relation d’étroite interdépendance.»

      Il va de soi que Montréal ne peut ignorer le «territoire» dont elle fait partie et vice-versa, mais ne croyez-vous pas devoir en ratisser trop large eu égard à ce que volontairement ou non, vous avez toujours laissé entendre?

      A ce compte, pourquoi pas: «Quel avenir pour Montréal et ses banlieues lointaines ou rapprochées?»

      Pierre Samuel
      Montréal

    • @ clairvoyant

      D’abord, je veux être bien clair, je ne changerai pas mon approche pour le blogue. Je continuerai à parler d’abord et avant tout de Montréal la ville, car c’est elle qui justifie l’existence de tout ce qui l’entoure. Le billet est donc une précision, non pas un changement de cap.

      Ensuite, non, je crois pas ratisser trop large, car si je parle des banlieues, c’est en lien avec Montréal. Prenez le cas de Saint-Bruno, je n’en parle que pour évoquer le problème des présidents de conseil, un problème qui touche plus de 1400 municipalités du Québec, mais aussi tous les arrondissements de Montréal.

      François Cardinal

    • Je viens de la Rive-Nord. J’habite à Laval. J’ai habité dans Côte-des-Neiges-en-bas. J’ai de la famille dans HOMA, Rosemont, Villeray et Montréal-Nord. J’ai travaillé dans le West-Island, sur la Rive-Sud et dans l’Est.

      Pour moi, Montréal au sens strict, c’est la ville avant les fusions. La ville dense avec ses ruelles et ses escaliers extérieurs (ou pas). Le reste de l’île, c’est une banlieue annexée. Ca n’a pas l’atmosphère de Montréal.

      Au sens large, c’est exactement comme vous dites. On devrait se sentir à Montréal même à l’aéroport de Mirabel qui devrait être l’aéroport principal de Montréal.

      En France ou ailleurs dans le monde, je dis que je viens de Montréal. Si on me demande précisément ou, je dis en banlieue nord, à Laval. Personne en me reprend en disant “Mais vous venez de dire que vous habitiez Montréal. Je ne comprends pas.” Les gens comprennent car ils font pareil pour chez eux. J’ai marché en montagne cette été avec un parisien d’Argenteuil !! J’ai déjà travaillé avec un Philadelphien qui habitait King of Prussia (oui, c’est un nom de ville).

    • Bonjour François,

      C’est drôle, moi je trouve que tu traites trop de Montréal. En même temps, on ne peut te le reprocher, c’est un de tes sujets.

      Pour St-Bruno-de-Montarville, ce n’était pas tant cette ville qui était le sujet de discussion mais bien les principes de démocratie. Alors pas de problème à ce niveau là. De toutes façons, il y a quelque chose de pourris au royaume des municipalités alors parlons-en, histoire de crever l’abcès. Réglons-le le problème!

      Bonne fin de semaine

    • “il a été tour à tour reporter aux affaires municipales et en environnement. ”
      Mr Cardinal parle de ce qu’il aime et c’est ce que le format blogue lui donne. Ca n’a pas la rigidité d’un article pour le journal. Le journaliste qui travaille aux chiens écrasés, doit parler de chiens écrasés dans le journal.
      Marie-Claude Lortie se fait ramasser systématiquement par certains aussitôt qu’elle ne parle pas de cuisine dans son blogue. Et encore, elle se fait ramasser lorsqu’elle parle de politique alimentaire. Et pourtant son blogue n’est pas identifié juste à la cuisine.

      Le blogueur décide de quoi il parle et c’est bien comme ça.

      Et je rajouterais que l’”affaire St-Bruno” touche indirectement l’environnement. Un autre de vos dadas.

    • C’est du gossage de la part des lecteurs. Vous parlez de Montréal, mais il vous arrive de traiter de la “chose” municipale au sens large, et de déborder ainsi des cadres de votre supposé mandat de blogueur? So what?

      Si on était dans un cours de l’Université Yale sur la littérature suisse à 3 000 $ la session, et que vous parliez de la vie sexuelle des phoques du Groenland au début du siècle dernier, j’dis pas. Mais là, cibole, vous digressez sur une ville située à quelques kilomètres de Montréal, c’est quoi le problème? Les pisse-vinaigre n’ont qu’à passer leur chemin et revenir au prochain billet.

    • Je trouve ça bien drôle de la part de quelques-uns de vos lecteurs…si le sujet du blogue ne m’intéresse pas, je passe à autre chose et je reviens le lendemain pour voir un nouveau sujet c’est tout!!

      M.Robidoux
      Boucherville

    • @anti-ch_primaire

      Il a écrit trois commentaires en 72 heures plus un article dans La Presse sur le même sujet. À vrai dire, c’est la seule chose sur laquel il a écrit cette semaine! Au but du troisième, je crois qu’il n’est pas nécessairement déplacé au détour d’une phrase de remettre les choses en perspective dans les grands enjeux de la grande région de Montréal.

      Et de se poser la question de la pertinence d’autant d’attention pour cette question n’a même rien à voir avec la situation géographique des faits qui ont engendré la discussion.

      L’insulte n’aide en rien à faire élevé le débat.

    • L’affaire St-Bruno touche directement l’environnement.

      Et la gouvernance municipale.

    • @nike

      Votre situation géographique affecte votre jugement.

      La signature de Montréal, c’est le Mont Royal.

    • @guygadbois
      Le symbole international de Montréal est le mat du stade. Ça déjà été un sujet ici.

      Mais admettons que ce n’est pas le cas. Disons que vous avez raison. Le stade reste un pôle très important et un rapport est sorti il y a un mois.

    • Peu importe la façon dont vous l’envisagez, Montréal est une ville foutue d’avance. Pour le PLQ, il est vrai que c’est le plein d’anglos et d’allos qu’il leur faut pour prendre le pouvoir mais c’est toujours le Québec franco qui en décidera. Alors, ça ne donnera jamais que des hôpitaux, des écoles, des commissions scolaires, des CSSS, voire des municipalités anglos parallèles, même si c’est contraire à l’intérêt général du grand public. Pour le PQ, une douzaine de comté à se partager avec Qc solitaire… Alors si j’étais à Québec, je m’intéresserais moi aussi bien davantage au retour des Nordiques…

    • Je suis de Saint Bruno et j’écris ce commentaire d’un café de Saint Henri. Je suis absolument Montréalais, comme tous ces gens de Homa qui viennent faire du ski de fond dans ma cours. C’est pourtant simple.

    • J’en pense qu’on est même pus capables de « penser » l’Île – et p-ê même pas la Ville ? – ; alors le Grand Montréal….

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité