Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 28 décembre 2012 | Mise en ligne à 8h20 | Commenter Commentaires (16)

    Les livres “urbains” de l’année

    Toujours intéressant de lire sur les villes. Cela permet de mettre en perspective les nombreuses critiques faites contre Montréal, qui se sort bien mieux d’affaires que ne le prétendent les oiseaux de malheur…

    Voici quelques-uns des meilleurs titres de 2012 qui ont trouvé leur place dans ma bibliothèque.

    images

    Le(s) livre(s) de l’année…

    Ex aequo, je place tout en haut de mon palmarès deux essais qui m’ont permis de regarder la ville sous un angle original et fascinant. The Spirit of Cities de Daniel A. Bell et Avner de-Shalit, dont je vous ai parlé en avril dernier, et Pour des villes à échelle humaine, de l’architecte danois Jan Gehl.

    images (1)Ce dernier est en effet un must pour quiconque s’intéresse au devenir de Montréal, particulièrement par les temps qui courent. 2012 aura été l’année du «village urbain» dans la métropole, avec le virage imposé à Griffintown et le débat lancé sur le projet de l’hippodrome, précisément ce que préconise Gehl (et Jean-Paul L’Allier qui signe sa préface).

    Citation: «À la base, la marche est une forme particulière de communion entre les personnes qui partagent l’espace public comme tribune et comme milieu de vie.»

    Mes coups de cœur…

    images (2)Je n’ai malheureusement pas eu le temps de réagir à la brique du maire de Westmount Peter Trent, La folie des grandeurs. Mais ce n’est pas faute d’intérêt pour cet essai magistral, qui nous oblige, nous les commentateurs de la presse francophone, à un sérieux examen de conscience. Nous étions à peu près tous pour les fusions alors qu’aujourd’hui, il semble de plus en plus évident qu’il s’agissait d’une erreur, un argument que développe Trent avec brio. J’y reviendrai assurément.

    Citation : «Dans un monde où les gens ont pu croire si facilement au feng shui, à l’astrologie, aux herbes médicinales et à des actions de Nortel à 120$, il ne faut pas se surprendre que la croyance populaire selon laquelle de plus grandes villes coûtent moins cher à administrer ait pu trouver des adeptes.»

    images (3)Il y a de ces livres que l’on aurait voulu avoir écrit. Straphanger du Montréalais Taras Grescoe en est un. Ce superbe reportage à travers le monde raconte de manière fascinante les hauts et les bas des différents réseaux de transport collectif. Et le journaliste (qui a signé un billet sur mon blogue en juin) conclut en parlant de Montréal, qu’il présente, suite à son tour du globe, comme un haut lieu du transport en commun. Avec raison.

    Citation : «To my surprise, Montreal has lately transformed itself into a city with some of the most progressive transport and land-use policies on the continent.»

    images (4)

    Mes mentions spéciales…

    Deux livres m’ont beaucoup plu, sans toutefois être des incontournables.

    Green, de la série Architecture Now!, qui fait un bon tour d’horizon, à jour, de l’architecture durable. Et Reconquérir les rues de Nicolas Soulier (sans jeu de mots…), qui fait un bon tour d’horizon des succès de certaines villes, dont Montréal. L’auteur utilise en effet les escaliers extérieurs du Plateau comme modèle, étant donné qu’elles permettent à tous d’avoir une façade et un accès direct à la rue.

    images (5)Citation : «Les routes en place ont cet effet paradoxal : pour nous relier au distant elles nous séparent du proche. Elles coupent en deux ce qu’elles pourraient réunir autour d’elles.»

    images (6)

    Boni…

    Petite mention pour un livre qui n’est pas urbain, mais dont l’auteur l’est infiniment. L’orphelinat de Richard Bergeron est en quelque sorte le premier tome des mémoires du chef de Projet Montréal, un livre très émouvant, tout en humilité, qui dit peu sur la métropole, mais beaucoup sur celui qui souhaite la diriger.


    • Ce ne sont pas les fusions qui causent problèmes mais les défusions.Regardez ce qui est arrivé à
      Québec,ou il n’y a que 2 anciennes villes qui ont défusionnées,étant dirigées par des maires avec un très gros égo.

    • L’orphelinat de Richard Bergeron

      Quand c’est sorti je projetais de l’acheter puis ça m’est parti de l’idée. Merci de le mettre dans vos suggestions. Si je me fie à l’entrevue que Bergeron avait donné à ce sujet, je crois que ce livre mérite d’être lu par le plus grand nombre de personnes possible.

    • Straphanger, La folie des grandeurs et Pour des villes à échelle humaine commandés. « Pour des villes à échelle humaine » n’est pas disponible en ePub ni chez Google, ni chez Apple (en fait, il est disponible dans la version originale en anglais).

    • La tendance mondiale est à l’urbanisation selon le portrait que trace le NIC (National Intelligence Council, bras analytique de la CIA) dans son rapport sur le monde en 2030: http://www.acus.org/files/global-trends-2030-nic-lo.pdf Attention, il s’agit d’un document PDF d’une vingtaine de mégaoctets.

      Il est donc plus important que jamais de faire croître les villes de façon intelligente et respectueuse de l’environnement.

      J’espère trouver le temps de lire le livre de M. Trent et celui de M. Bergeron en 2013.

      D. Savard

    • Merci pour les suggestions! Ma liste pour Noël 2013 s’allonge déjà considérablement…

    • Je suggère “Roulez sans pétrole” de Pierre Langloir, une réflexion sur la place que devrait occuper les voitures électriques dans nos villes. C’est plein de bon sens, on se rend compte que de rouler au pétrole c’est ni viable économiquement, ni environnementalement.

      Frédéric Boisvert
      L’Avenir

    • Je suggère “The City After The Automobile : An Architect’s vision”, par le Moshe Safdie, une réflextion sur le non-sens d’adapter nos villes aux voitures. On se rend compte que la voiture, au pétrole ou électrique, n’est pas viable économiquement ou environnementalement.

      Simon Chartrand

    • @simon_c,

      la voiture électrique n’est pas encore tout à fait viable économiquement et environnementalement non plus. Ce n’est pas pour rien qu’il a fallut que les gouvernements versent une aide à l’acquisition de ces véhicules pour en diminuer le prix. Les batteries posent aussi un problème environnemental et de disponibilité des ressources pour les fabriquer avec la technologie actuellement disponible.

      Mais, c’est sûr qu’un d’un point de vue pollution urbaine, c’est nettement préférable aux véhicules à essence. Il ne faut pas oublier par contre que plusieurs pays produisent leur électricité au charbon, au pétrole, au gaz naturel et que cette pollution est déplacée ailleurs tout simplement.

      D. Savard

    • @D. Savard : lisez le Safdie. À l’échelle de l’urbanisation des humaines (environ 12 000 ans), la voiture est récente et nous avons, comme société, adapté, avec un succès médiocre mais à très grand frais, nos ville à ce mode de transport.

      D’un point de vue physique, il est totalement ridicule de mobiliser minimalement plus d’une tonne de matière pour transporter environ 100 kg de chair humaine. Du côté environnement, la voiture, électrique ou non, dépendra toujours d’infrastructures qui coupent les quartiers, favorisent la minéralisation des sols et sont un véritable danger pour les piétons et cyclistes.

      Le mode de vie axé sur la voiture favorise l’étalement urbain et des désastres d’aménagement tel que le Dix30 ou le marché central.

      Bien sûr, en terme d’émissions polluantes, la voiture électrique est mieux. Sauf que ce qui sort du tuyau d’échappement n’est qu’une partie du problème.

      Simon Chartrand

    • @simon_c,

      je ne nie pas que la voiture puisse être une plaie et que l’aménagement des villes puisse en souffrir. C’est simplement que l’équivalent électrique n’est pas encore beaucoup mieux sous ce rapport pour l’instant. Relisez mon commentaire, il me semble que c’était quand même assez clair ce que je disais.

      D. Savard

    • @DC Savard : je n’ai pas compris le sens de votre premier commentaire, en réponse à mon message, ou j’exprimais clairement que la voiture, au pétrole ou non, était un désastre. Ce qui veut dire que sur le fond, nous avons exactement la même opinion.

      Simon Chartrand
      Montréal

    • Le liver de Trent (”The merger delusion; how swallowing its suburbs made an even bigger mess of Montreal”, en anglais) est tout simplement excellent. Bien écrit, bien documenté, rempli de portraits dignes de Balzac des différents intervenants, un véritable travail de moine de cet individu extraordinaire qu’est Peter F. Trent, puisqu’il est scientifique, inventeur, créateur de compagnie, écrivain et politicien. Un livre de 672 pages publié en 2012 par la sérieuse maison d’édition McGill-Queens University Press.

    • La région métropolitaine de Tel Aviv (3,5 millions d’habitants) se compare à celle de Montréal. Mais on y trouve au moins 39 municipalités différentes, et la plus grande d’entre elles (Tel Aviv- Jaffa) ne possède que 410 000 habitants. Plusieurs des autres municipalités ont entre 20 000 et 200 000 habitants.

      http://en.wikipedia.org/wiki/Tel_Aviv_Metropolitan_Area

      Le livre de Trent montre que les gains d’échelle plafonnent à 20 000 habitants, restent stables jusqu’à 250 000 habitants, et diminuent ensuite (p. 630 de la version originale). En somme, c’est une bonne idée d’imposer des fusions pour toute municipalité dont la population est inférieure à 10 000 habitants, et une mauvaise idée que d’ajouter à la population du Montréal d’il y a 20 ans ou du Tel Aviv d’aujourd’hui.

    • Je n’ai pas lu le livre de Trent, mais je suis relativment branché au monde municipal et j’ai fini par avoir l’impression que justement, la taille idéale d’une ville en terme d’administrés, afin d’avoir une proximité réelle entre l’administration, les fonctionnaires et les élus tout en ayant un éventail de services et de ressources humaines pour fontionner est à peu près entre 20 000 et 150 000. Je suis prêt à acheter la thèse de Trent et à me rendre à 250 000 (il a l’air d’avoir des preuves de ce qu’il avance) et il serait peut-être temps qu’on se mette à penser à faire à Montréal une confédération de municipalités où les décisions métropolitaines se prendraient par un conseil des maires en proportion de la population représentée.

      En contrepartie :
      - On « flushe » le conseils d’agglomération, les MRC, etc… dans les territoires concernés.
      - On morcelle Montréal, Laval et Longueuil en villes de 100 000 à 250 000 habitants.
      - Toute ville avec moins de 20 000 habitants est fusionnée avec une ou des municipalités de taille semblable.

      Bref, deux échelons seulement : les municipalités et le Conseil métropolitain.

      J’ose même pas imaginer le chaos que cette idée créerait! Pourtant, j’ai l’impression que ça pourrait marcher…

    • J’ai commencé à lire le livre de Peter Kent et c’est très très instructif! Mais on se rend compte qu’il était un des seuls anciens maires à ne pas avoir changer d’idée sur les fusions, la plupart des autres ayant décidé d’intégrer l’équipe Tremblay pour sauver les meubles…

      Est-ce qu’il existe des groupes non partisans pour parler de Montréal, un peu dans le genre des Justiciers Urbains?

      Pascal Robert
      P.A.T.

    • “Montréal, un haut lieu du transport en commun.” LOL…
      M. Grescoe ne doit pas prendre le métro souvent.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2014
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité