Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 20 décembre 2012 | Mise en ligne à 6h49 | Commenter Commentaires (31)

    Après l’îlot voyageur, une autre ruine flambant neuve pour Montréal…

    Edouard Plante-Fréchette

    Crédit: Edouard Plante-Fréchette

    Déjà qu’il était honteux de voir cette énorme carcasse de béton abandonnée en plein centre-ville, symbole du scandale financier de l’îlot voyageur, voilà qu’une autre ruine flambant neuve s’ajoute à la collection de Montréal.

    Mais cette fois, en plein mont Royal…

    Le rapport Baron sur le CUSM, dévoilé mardi, a en effet ramené dans les esprits cette monstruosité de béton abandonnée sur la rue Cedar depuis maintenant quatre ans (que vous voyez sur la photo ci-dessus et que vous pouvez voir dans son contexte en cliquant sur ce lien)! Une ruine odieuse qui symbolise non seulement le gouffre financier du CUSM, mais aussi le mépris de certaines institutions pour la montagne qu’elles ont pourtant le privilège d’occuper.

    On en parle peu, probablement parce qu’il est moins exposé que l’îlot voyageur, mais le 1750 Cedar est en effet un scandale (dont j’ai parlé dans cet édito l’an dernier) qui mérite d’être décortiqué pour en saisir le caractère abject.

    En un mot, le CUSM a tenté de faire par la porte de derrière ce qu’on lui refusait par la porte d’en avant…

    L’histoire débute avec l’incendie du bâtiment résidentiel du 1750 Cedar (que l’on peut voir sur la carte ci-bas), il y a de cela de nombreuses années. Le propriétaire propose alors un projet de maisons de ville qui a la faveur des citoyens et de la Ville.

    Le chantier débute par le stationnement souterrain… et s’arrête avec le stationnement souterrain. Le promoteur s’est alors rendu compte que la facture était bien plus élevée que prévue, ce qui l’obligeait à revoir ses plans, et à proposer des condos nombreux et hideux.

    Les citoyens ont alors rué dans les brancards. Ils ont signé les registres, trois fois plutôt qu’une, puis le projet a été revu, revu et revu encore. Pour aboutir, finalement, à de nouvelles autorisations permettant la construction de 64 condos.

    Coup de théâtre en 2011. Après avoir nié pendant des années, le CUSM annonce qu’il a acquis la carcasse de béton abandonnée aux grands vents depuis 2008, puis il propose de la transformer en cliniques externes et de la rattacher à l’hôpital Général de Montréal.

    Or cela allait à l’encontre de toutes les promesses faites par le CUSM, en plus d’être douteux sur le plan éthique et financier.

    D’un côté, le CUSM avait nié à plusieurs reprises être intéressé par le 1750, en plus de s’engager à ne jamais dépasser la superficie qu’il occupait sur la montagne.

    Et de l’autre, il a acquis le bâtiment sans condition, en catimini, à fort prix, sans même savoir si la Ville accepterait de changer le zonage de «résidentiel» à «institutionnel».

    Est ensuite arrivé ce qui devait arriver : la Ville a refusé… et depuis, le squelette de béton est abandonné sur la rue Cedar, dans le décor enchanteur du mont Royal.

    Ce qu’aurait franchement dû prévoir le CUSM et son directeur, Arthur Porter, qui s’est occupé de ce dossier du début à la fin. D’abord parce qu’en 2010, l’administration Tremblay avait affirmé haut et fort qu’elle ne permettrait plus à aucune institution de s’étendre au-delà de son empreinte au sol. Ensuite parce qu’un projet similaire avait été catégoriquement rejeté en 2009.

    campus3Voilà donc ce qu’a tenté de contourner le CUSM en achetant en douce ce chantier fantôme, malgré toutes les belles promesses faites aux résidents, aux Amis de la montagne, à Héritage Montréal, etc.

    Et pour ajouter à l’insulte, on apprend quatre choses dans le rapport Baron.

    - Que les engagements du CUSM répétés jusqu’en 2011 n’étaient que mensonges, puisque des négociations secrètes avec le propriétaire avaient lieu depuis 2007.

    - Que l’acquisition fût fixée à 125 M$, soit l’équivalent de 1 000 $ du pied carré, une valeur dépassant largement les valeurs du marché immobilier actuel de Montréal.

    - Que le bras immobilier du CUSM a utilisé des «prête-noms» pour conclure la transaction.

    - Et que l’Agence de Montréal et le ministère de la Santé avaient refusé d’appuyer cette opération «inhabituelle et irrégulière»…

    Résultat : un autre scandale financier, une perte estimée à 40 M$ pour le CUSM… et une seconde ruine toute neuve pour Montréal.

    campus2


    • un peu de maquillage et on pourait en faire une attraction touristique prétendant justement que c est une relique de la fondation de la ville ,

      albert bela

    • J`aime bien ces articles qui donnent la chronologie des évenements et précisent de plus en plus des stratégies qui définitivement sont bâties pour favoriser un individu au détriment de la collectivité.

      On le voit avec l`UPAC que la toile est grande et que le systeme est si précis que peu savent qu`il est en place.
      Pour moi il reste une question. C`est bien beau ces accusations , allégations, démissions, enquêtes, perquisitions mais reste un mystere qui fait en sorte que la confiance demeure fragile : il est ou le crosseur ?

      Il semble se faufiler et s`en tirer à bon compte, pour l`instant si certains sont accusés ou soupconés ,ils sont loin de devoir payer pour leurs méfaits.

      Tant que des têtes ne rouleront pas pour utiliser l`expression consacrée, le soupcon et le cynisme vont regner.

    • mais pourquoi on a pas envoye des agents arreter ce porter ou qu’il se touve sur la planete ? pas d’extradition ? so what , le scrs pourais discretement le deposer dans un pays ou justement on pourais l’extrader facilement , puisque de toute facon le visage gentil du canada de pearson est efface a jamais par nos tories , alons y alons y fort , sauf que le probleme est au Qc fait que ……. on prefere defendre l’indefendable en territoire occupes que de defendre les interest de nos citoyens , comme je suis surpris , on fait dur au Canada et Qc , on devrais passer des annonces a l’internationsl , moutons cherche requin pour se faire moanger la laine sur le dos ….

      tom bombal

    • Avec Détroit, nous pourrions partir la mode culturelle de visiter des ruines historiquement contemporaines.
      Les fonds recueillis permettraient d’en construire d’autres!

    • Je travaille dans le réseau de la santé et j’avais suivi cette affaire tordue qui étonnait venant d’un aussi gros joueur que le CUSM. Comment Porter avait-il réussi à passer ça?!? Mais il est vrai que les CA sont des bénévoles, souvent des marionnettes, qui ne posent à peu près pas de questions… Si tout ce qu’on reproche à Porter est prouvé, j’espère que nous aurons le fin mot de l’histoire concernant ses liens avec Philippe Couillard. Avant que ce dernier devienne notre premier ministre svp!!!

    • M. Porter semble être le même genre de personnage que le type qui vend un monorail à Springfield dans les Simpsons. Ici la comparaison est peu flatteuse pour les gens qui l’ont engagé et non pour Porter.

      Ou bien: À beau mentir qui vient de loin…

    • @ noirod: nous sommes ici au Québec, royaume du “no fault”. Personne n’est responsable, même lorsqu’un viaduc s’écroule sur des véhicules et tue des gens. Alors, soyez assuré que le « crosseur », comme vous dites, n’a absolument rien à craindre.

    • Question de ne pas oublier un pan de notre histoire… j’en ferais un musee de la corruption.

    • Vous trouverez en le bénéficiaire de cette transaction un grand homme d’affaires de Montréal qui trouve toujours le moyen de sortir grand gagnant de ses nombreuses transactions immobilières à Montréal. En environ 3 ans, le terrain acquis pour environ $3M a été vendu au CUSM par cet homme d’affaires pour environ $25M.

    • En tout cas, ce bon monsieur Porter semble être bien connecté et est sûrement de retour au Sierra Leone pour encaisser ses enveloppes brunes et graisser les rails pour d’autres transactions nébuleuses et profitables à tant d’autres “amis” canadiens.

    • @ teamstef: Vous parlez de Vincent Chiara? Il a le vent dans les voiles, on dirait… J’ai trouvé ceci sur ses projets: http://www.lapointelibertaire.org/node/820

    • Merci pour vos enquêtes M. Marissal.

      Concernant l’horrible et honteux îlot Voyageur — première chose que voient de nombreux touristes quand ils arrivent dans notre ville ! –, êtes-vous au courant si, après son acquisition par le gouvernement, il y a un quelconque sentiment d’urgence de la part de celui-ci pour régler ce problème ou l’a-t-on poussé aux calendes grecques, espérant que la structure finisse de pourrir et qu’elle s’effondre d’elle-même sur la gare d’autobus d’ici une quinzaine d’années?

    • @ melo_carmelo

      Soit vous vous trompez de blogue, soit vous vous trompez de nom…

      D’une façon ou d’une autre, je vous remercie pour votre merci!

      François Cardinal

    • J’ai eu l’occasion de bénévoler auprès de quelques organismes communautaires et je n’en revenais pas de l’improvisation, de l’amateurisme de certains membres du CA. Effectivement ce sont des bénévoles et qui ne sont JAMAIS imputables de leurs gestes et décisions. À quand un peu de sérieux? Certains de ces organismes ont des chartes leurs permettant de ne pas ou de payer peu d’impôt. Certains vivent de subventions gouvernementales, reçoivent des employés stagiaires avec “subventions” d’Emploi Québec…Quelle farce! Attention, certains organismes sont bien, sont très bien gérés. J’aimerais connaître le ratio mais surtout j’aimerais que ces gens, dont certains aiment bien paraître car ça fait beau dans un CV, soient imputables. On dépenserait probablement l’argent du con-citoyen un peu plus judicieusement.

    • Au fait, bon travail M. Cardinal!

    • La question du jour: A quoi servent les Conseils d`Administration ?

    • @ serge336699

      Merci, c’est un sujet qui me tient à coeur, tant il représente à lui-seul l’incurie dont sont capables les grandes institutions publiques.

      François Cardinal

    • @noirod

      Parfaitement d’accord avec vous monsieur. Vivement une bonne vielle chasse aux sorcières avec lynchage sur la place publique en option! La justice devrait mettre en place des peines beaucoup plus lourdes aux bandits à cravates qu’aux autres criminels, ces premiers causes des dommages notoire aux prochaines générations…

      Max Tremblay

    • Avec ce rapport je pense qu’on peut enlever le nom de Philippe Couillard de la liste des chef potentiels du parti Libéral.

    • Grâce à l’idiot voyageur (CUSM, Porter) on va peut-être mettre un terme au mythe qui veut que les anglos soient “tellement plus d’affaires, grands philanthropes, efficaces…etc”. Ces gros projets sont très risqués et amènent invariablement des dépassements de coûts parce que les chantiers durent trop longtemps.

      Ironie de l’histoire: comme pour l’Acte d’Union entre le Haut Canada et le Bas Canada, la plus grosse dette (déficit) sera absorbée par la totalité de la population. On a beau vouloir la paix sociale / linguistique, il est ridicule de dédoubler des projets de cette envergure pour apaiser la pauvre minorité.

      Mais où étaient donc les lucides ?

    • Question très pertinente posée par ConstantinC. À quoi servent les CAs ? On souhaiterait que les nominations aux CAs, y inclus et surtout aux comités de trésorerie, soient basées sur la compétence plutôt sur des considérations politiques.

    • Une question me trotte dans la tête depuis un bout… Est-ce que l’administration des universités est-elle en mesure de bien gérer ses dossiers avec cohésion et transparence ? Avant de gratter dans les poches des étudiants, les recteurs devraient tout d’abord regarder dans leur cour.

      F. Moisan

    • Ahhh Quand le CHUM piétinait, comme on aimait nous rappeler que du côté anglo et CUSM tout allait mieux. Efficace, travaux déjà entamé… tout allait numéro 1.
      Au final, on s’apperçoit qu’ils se font frauder par un sympathique gaillard qui fait du business au Sierra Leone, se cache aux Bahamas et fricote avec des marchands d’armes. joie.
      En plus de mentir à propos de cet édifice sur Cedar et d’avoir des pratiques douteuses avec SNC-Lavalin.
      Quand ça va bien…

    • @ M. Cardinal

      Désolé pour l’erreur, c’était bien à vous que je m’adressais!

    • L’État doit emprunter et terminer le projet. La 40 aussi est à terminer à la hauteur de TR. Ils ont jamais l’argent pour faire un simple pont pour traverser la St-Maurice.

    • @michel75,

      j’ai pensé exactement la même chose. Comme on se faisait donc honneur de citer le CUSM en exemple quand le CHUM pédalait dans la choucroute et que tout le monde piaffait d’impatience. Regardez-donc les anglos comme ils font bien et rapidement les choses.

      @raoul914,

      Dieu vous entende!

      D. Savard

    • En 2011 le vendeur du 1750 Cedar amasse 125 millions de $$$$ du CUSM. Mais pas un sous de donner en 2011 à la caisse du PLQ. Pourtant Monsieur Vincent Chiara avait donné déjà 9500 $, mais c’est un radin.

      Bien sur il y a bien d’autres façons de donner à la caisse du PLQ, des enveloppes, des prêtes noms, des soirées spaguettis pour ne pas attirer l’attention.

    • L’autre jour, j’ai lu qu’un type ramassait des fonds pour un enfant tué au Connecticut, mais qu’en réalité il mettait l’argent dans ses poches.

      Juste comme ça, tout ceux-là qui disent ramasser des fonds pour la caisse du PLQ, qu’est-ce qui prouve vraiment qu’ils versent tous cet argent-là dans la caisse du PLQ? C’est devenu une évidence que lorsque quelqu’un dit ramasser des fonds pour la caisse du PLQ que ce soit vrai et illégal. Mais, ces gens sont en général sans scrupules. Comme les transactions se font en argent comptant, rien ne prouve que l’argent se rend en partie ou en totalité là où il est supposer aller et qu’en conséquence le PLQ lui-même soit de connivence. Les parents de l’enfant tué au Connecticut n’étaient certainement pas de connivence avec ce type qui ramassait des fonds au nom de leur enfant.

      Il faut parfois faire attention aux évidences trop évidentes. Pour avoir oeuvré dans un OSBL communautaire, je peux certainement dire que cela attire toutes sortes de gens aux intentions plus ou moins honnêtes, surtout les levées de fonds et les campagnes de financement. Et il n’est pas si évident de déceler les malhonnêtes, ils n’arrivent pas avec une mine patibulaire ou un pistolet à la ceinture. Ils font en général leur chemin et bâtissent leur crédibilité sur une certaine période de temps.

    • Il n y a qu au Québec que personne n est imputable.

    • “La question du jour: A quoi servent les Conseils d`Administration ?” – Constantin C

      En principe, le C.A., composé ici de membres bénévoles, constitue collectivement le “patron” du directeur-général. Mais en pratique, ses membres ont des compétences dans des domaines qui sont plus ou moins éloignés de la gestion d’un hôpital.

      LÉGALEMENT, toutefois, les membres d’un Conseil d’administration ont l’obligation de mettre leurs compétences professionnelles au service de l’institution. C’est ainsi qu’on est en droit de s’attendre à ce qu’un membre du board qui serait spécialiste en financement puisse mettre son poing sur la table s’il voit passer quelque chose d’anormal en matière de financement. C’est ainsi qu’on attendra d’un membre avocat, spécialisé en droit municipal, qu’il pose des questions au D-G quand il est question de zonage.

      En pratique, personne ne le fait parce que personne, parmi les administrateurs, ne se doute de ses obligations et du fait qu’il pourrait engager sa responsabilité professionnelle en siégeant sur un Conseil d’administration à titre de bénévole. Et rares sont les organismes qui en instruisent les membres de leur C.A.

      Je ne m’attends pas à ce qu’un prof de médecine, un médecin ou une infirmière aient pu être d’une aide quelconque dans CE dossier particulier, car cette question est éloignée de LEUR champ de compétence; par contre, règle générale, il y a des MBA, des gestionnaires professionnels, des comptables et des juristes sur les CA des hôpitaux: c’est vers eux que je me tournerais maintenant pour obtenir des réponses.

    • Excellent article. Il faut dénoncer tous ces scandales honteux… et sévèrement punir ses responsables!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité