Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 17 décembre 2012 | Mise en ligne à 15h54 | Commenter Commentaires (21)

    Quand Jean Drapeau nous donne des leçons de démocratie…

    Curieux, tout de même.

    Voici une vidéo produite en 1955 par «une équipe mobile de l’ONF» où l’on voit «son honneur le maire Jean Drapeau» et le directeur adjoint de l’urbanisme expliquer les grandes lignes du «plan d’ensemble» de circulation de Montréal.

    Si l’on excepte la première partie douteuse (vous pouvez sauter à 3:50 si vous le souhaitez), on retrouve dans ce «reportage éclair sur un aspect de la vie canadienne» un bon exemple de ce qu’une administration ouverte et transparente pourrait faire – aujourd’hui, en 2012 – pour présenter aux citoyens son plan de transport, de développement durable, de développement économique, etc.

    Luc Ferrandez, d’ailleurs, avait tenté l’expérience l’an dernier, afin de présenter son bilan de mi-mandat. Une réussite, je trouve.

    À Montréal, il est vrai, on offre la webdiffusion du conseil municipal et, depuis peu, des séances du comité exécutif. Mais bien franchement, qui va regarder cela? À part les membres du comité exécutif et leurs familles, je veux dire?

    C’est long, fastidieux, et tout le monde sait que les décisions plus délicates ou controversées seront prises derrière des portes closes. Une surabondance d’information n’est pas nécessairement synonyme de transparence.

    Pourquoi ne pas plutôt profiter de la technologie pour ramener un peu de pédagogie à l’hôtel de ville? Comme le faisait René Lévesque avec son tableau noir (ça aussi, Ferrandez l’a fait, mais avec un tableau blanc et un mauvais éclairage…).

    Et je souligne le mot «pédagogie», car je ne parle pas de corporatisme, comme celui qui dégoulinait des chroniques du maire Tremblay dans le journal Métro. Je ne parle pas non plus de ces vidéos complaisantes entièrement faites par ordinateur où l’on surutilise le vert et le mot «convivial», comme ici pour présenter le nouvel échangeur Turcot.

    Je parle d’un véritable exercice d’explication, une clarification de concepts et de documents complexes, par des personnes en chair et en os, élues, imputables, qui détaillent leurs décisions de manière vraie et authentique. Comme dans le reportage de l’ONF.

    Curieux, tout de même, que malgré toutes les avancées et l’accessibilité technologiques, on puisse tirer des leçons d’un reportage produit il y a plus de 50 ans, non?


    • LA GRANDE SOLUTION proposée à la fin: Le boulevard Métropolitain et l’autoroute Décarie… Les deux plus grandes horreurs construites à Montréal. Cinquante ans plus tard, on en est encore à se demander comment on va résoudre le problème de l’intersection Décarie-Métropolitaine. Et on vit encore avec un monstre sur pilotis et un monstre encavé.

      Je ne vois pas le lien avec le titre, qui m’a fait bien rire: associer Drapeau et démocratie, c’est comme associer chien et chat, feu et eau. Ce n’est pas parce que son honneur le maire passe à la télé en disant ce que la ville va faire qu’on peut parler de démocratie.

    • Ouf, on nous dit qu’il faut prévoir pour le futur de 20-30 ans les nouvelles infrastructures. Faut croire qu’ils ont raté leur coup avec le Métropolitain :)

      M.Robidoux

    • Les élections se gagnent grâce à l’image et à l’argent dépensé sur la publicité, pas sur le contenu. Les partis politiques n’ont donc plus aucun intérêt à parler de contenu. Pire, les politiciens qui réussissent sont ceux qui passent justement plus de temps à se préoccuper des apparences et des finances de leur parti qu’à s’occuper de politique et de gestion.

    • @ bermasse

      Le lien me paraît pourtant clair… L’exercice pédagogique auquel je fais référence, celui auquel s’adonne Jean Drapeau et celui auquel je convie le maire de Montréal, est un exercice hautement démocratique.

      D’où le titre: Drapeau nous donne des leçons de démocratie, non pas avec ses projets complètement fous, encore moins avec les expropriations dont on parle, mais avec ce simple exercice pédagogique.

      Suis-je clair?

      François Cardinal

    • Parlez en du plan Ferandez.
      Je n’ai pas mis les pieds sur le Plateau depuis près de 18 mois et je ne suis sûrement pas le seul.
      Impossible de s’y rendre.
      Et même, comme proposé on prend un des axes vers le sud (St-Denis, Papineau) c’est bloqué à toute heure.
      Vendredi soir vers 17:30 j’ai mis 40 minutes de Rosemont à St-Hubert/Sherbrooke. Il ne neigeait pas ni ne pleuvait. Imaginez aujourd’hui.
      Et je ne parle pas de la congestion de 06:00 à 20:00.
      Merci M. Ferandez d’avoir crée une enclave style VMR en plein coeur de la ville.
      Avez vous compté les vélos qui zigzaguent entre les voitures et les autobus le matin? Des dizaines qui roulent dangereusement vers le sud entre Rosemont et René Levesque.
      Si c’est ça le plan, c’est pas fort.
      Parlant de démocratie, c’est pas Ferandez qui enfonce ses décisions de ne pas déneiger et de créer une enclave qui est le meilleur exemple de démocratie. FAIL.

    • @superlulu : Étiez-vous de ces automobilistes qui fonçaient dans les petites rues résidentielles étroites à l’heure de pointe histoire de sauver quelques minutes, et ce au détriment de la sécurité de habitants de ces petites rues ?

      M. Ferandez a été élu en en promettant d’améliorer la qualité de vie de ses commettants, et ceux-ci ont clairement exprimé leur désir de voir moins de circulation automobile dans les petites rues résidentielles de leur quartier.

      Rien de scandaleux, même si c’était très révélateur de voir des automobilistes tremblant littéralement de rage avec, et ce n’est pas une figure de style, de l’écume au coin de la bouche parce que maintenant, ils ne pouvaient plus foncer à plein gaz dans des petites rues.

      Luc Ferrandez a offert aux résidents de ces petites rues un peu de quiétude et beaucoup de sécurité. C’est pour ça qu’il a été élu.

      Simon Chartrand

    • Vous avez raison M. Cardinal. Pour être un politicien qui agit (ce qui dérange certains) il faut bien expliquer nos intentions mais ne pas y perdre trop de temps. Une vidéo permet d’expliquer nos intentions, de calmer certaines craintes et d’agir au lieu de toujours expliquer nos actions à tous et chacun.

      Dans le cas de Ferrandez, en plus des vidéos que vous citez, il y en a une qui a été fait avant son élection et qui explique ce qu’il compte faire. Mais lorsque l’on ne se donne pas la peine de s’informer, on peut être déçu.
      http://blogues.lapresse.ca/lagace/2009/10/06/pour-un-amenagement-urbain-humaniste/
      (Vous remarquerez dans les commentaires, j’ai dit que Tremblay ne finirais probablement pas son mandat. Wow, j’ai des talents de devin!)

      @superlulu

      Impossible de se rendre sur le Plateau? C’est sûr que lorsque l’on ne veut pas y mettre les pieds..!
      Dans votre ”argumentaire”, vous confondez les vélos, l’heure de pointe, l’augmentation du nombre de voiture sur la route, VMR et mettez tous ça sur le dos de Ferrandez. En passant, Rosemont à Sherbrooke ce fait en 5 minutes via la ligne orange, s’obstiner à prendre sa voiture en ville, c’est faire partie du problème.

    • Et PAN superlulu !

      CQFD

      paul béliard

    • Et REPAN, mais sur le cycliste ; j’espère que c’est pas superlulu !

      http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/justice/faits-divers/201212/17/01-4604749-velo-dhiver-un-cycliste-rue-de-coups.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-title_article_ECRAN1POS3

      Paul béliard

    • Finalement, on passe à côté de l’essentiel de ce que M. Cardinal essaie de dire. Ça doit être vraiment frustrant pas moments d’être blogueur sur le site de La Presse.

      Il parle de l’exercice et non du contenu. Et approuver l’exercice ne veut pas dire que l’on approuve le contenu, les conclusions. Ben non, il fallait évidemment que tout le monde donne son opinion sur un aspect d’un projet particulier et ainsi de suite.

      Bon, mon opinion c’est qu’effectivement, la mairie aurait tout à gagner à se rapprocher des gens. Surtout que c’est plus facile que jamais de le faire. Et l’exercice ne doit pas être fait avec l’unique but de vendre de la salade, mais bien d’informer les payeurs de taxes comme des partenaires dans un projet. Ça nous changerait des habituels conférences de presse à tous les paliers de gouvernement.

      Rappelons aussi que le contexte historique du maire Drapeau était bien différent de celui d’aujourd’hui. Rappelons que les prévisions démographiques pour Montréal à l’époque étaient de 7 millions d’habitants pour l’an 2000. Rien de tout ça ne s’est concrétiser, mais c’était quand même les paramètres avec lesquels la planification devait se faire.

      D. Savard

    • Faudrait peut-être se demander si le citoyen moyen veut vraiment être informé. Ferrandez a fait l’expérience, mais très peu on pris la peine de s’informer.

      Les médias aussi ont cette tendance à tout simplifier. Les grands dossiers, les articles longs et détaillés, c’est fini depuis longtemps. On préfère prendre une nouvelle et en faire une opinion qui punch.

      Simon Chartrand

    • @D. Savard

      Oui, en effet, c’est parfois frustrant…

      @Simon Chartrand

      Très bonne question. Peut-être qu’en effet, «le citoyen» ne veut pas être informé. Mais pour ceux qui le veulent, il me semble que l’effort en vaut la chandelle.

      PS: pour les longs papiers, tout dépend de vos lectures. J’en lis encore un bon nombre, tant dans La Presse que dans le Globe ou dans des magazines comme L’actualité.

      François Cardinal

    • @tous et superseb en particuler: Vous ne voyez que vos arguments sans connaître les faits.
      J’ai une prothèse de genou, je possède un vignette pour personnes handicapée et j’ai 2 bébés.
      Je ne peux marche plus de 100 mètres. Alors juste me rendre sur le quai d’un métro me demande un effort considérable.

      Et non je ne fonce pas dans les petites rues, si je les emprunte à l’occasion c’est à 30km/h.
      Je demeure sur De Lanaudière plus au nord et je vous signale que De Lanaudière traverse le plateau aussi. Alors auparavent je descendait directement de chez moi en ligne presque droit et me stationnait près des commerces et les encourageait au même titre que ceux de Villeray.

      Et parlez moi des vélos qui zigzagent comme celui qui a planté dans ma portière le mois passé alors que j’attendais au FEU ROUGE.

    • Jean Drapeau à St-Jean-de-Dieu (un asile) s’adressant aux journalistes :
      “Quand je voudrai votre opinion, je vous la donnerai !” -Les Cyniques

      @simon_c
      C’est un devoir des élus de nous informer. Ca fait parti de la job. Si le document est trop long, ça sera aux journalistes de le résumer. Et si c’est encore trop long, il y a toujours Twitter.

      Par exemple, ça aurait été intéressant de savoir pourquoi ils n’ont pas décidé de faire un rond-point, un carrefour giratoire au coin de Henri-Bourassa et Pie-IX. Ca aurait été tellement mieux que l’horreur qu’ils vont faire.

      Alain Lajoie

    • ..@dcsavard,18 décembre 2012,00h1:«Finalement, on passe à côté de l’essentiel de ce que M. Cardinal essaie de dire. Ça doit être vraiment frustrant pas moments d’être blogueur sur le site de La Presse.»
      +++

      D’accord avec vous, particulièrement sur la seconde partie de votre affirmation. Déjà qu’être seulement lecteur et à l’occasion participant à un blogue, c’est frustrant, alors imaginez en être le responsable.

      Quant à l’exercice mettant en vedette le maire Drapeau, il se passait en 1955. Étant donné que la clique à Duplessis s’est arrangée pour le faire battre par l’éminent Sarto Fournier peu de temps après,(heureusement, il n’a fait qu’un seul mandat mais malheureusement avec certains dégats) peut-on supposer que M. Drapeau ait pu conclure que trop d’ouverture et de pédagogie, ça n’était pas payant d’où sa manie du secret qui l’a accompagné durant le reste de sa carrière?

      Mais quand même, les explications avaient le mérite d’être claires, ce qui n’est pas le cas des «shows de boucane» de tous les Denis «foi de bleuet» Lebel. Et tout ça, malgré le «staging» qui était par trop apparent, surtout dans le cas du spécialiste de la circulation. Cela avait le «naturel» des explications de Boum-Boum Geoffrion face à Jean-Maurice Bailly.

      Et avez-vous remarqué l’animateur? On aurait dit Patrick Huard à la sauce «années 50», non?

      J-F. Couture.

    • P.S. Les Plateaauniens et écolos vélos qui dénigrent mon commentaire au sujet de Ferrandez, vous m’en reparlerez lorsque vos rues seront seulement dégagées début janvier à cause des fêtes.
      Demain je penserai à vous et vos voitures, vélos et piétons. Je serai à Cuba.
      Hasta el proximo mes. :-)

    • @superlulu

      J’espère que la chambre d’hotel de Cuba sera à moins de 100 mètres de la plage ou de la piscine.

      J’ai un char et le stationne dans ma rue …. la fameuse Chambord qui a fait la première page de journaux lorsque visiter par notre bon maire. Et pas de problème a ne déneiger que dans 4 -5 semaines, les gens savent pelleter et se faire un trou. Oui c’est du gossage et ça fait partie de la ville de Mourial. Saviez vous que dans la belle ville de Québec, il est nécessaire d’évacuer tout les véhicules des 2 côtés de la rue lors du déneigement. Ah la qualité de vie de Mourial où on n’est pas sauvage et expulse totalement les belles bagnoles de la rue pour faire place à la souffleuse.
      Oui plus économique surement mais autrement plus désagréable. Y’aura toujours des gens instisfait peu importe.

      Ferrandez fait exactement ce qu’il annonçait dans ses intentions et oui il s’est cogné le nez sur certaines résistances. C’est exactement pourquoi je voterai encore pour lui si il fait la promesse de faire ce qu’il annonce et que ça va avec mes opinions. Avec les commissions et les politiciens qui sont là pour s’en mettre dans les poche on va pas descendre le rare politicien qui fait vraiment ce qu’il annonce

      Vive la démcratie et l’honnêteté

    • J’ai regardé. cela reste un bon reportage de l’ONF et a un certain caractère pédagogique mais… Pour la première partie avec le chauffeur de taxi, j’y vois de l’humour.

      Pour ce qui est de la démocratie et sa leçon bien pour ma part au final je crois préférer l’époque d’aujourd’hui. Pourquoi ? Moi je vois bien plus un maire et une administration paternaliste à l’os dans le vidéo et croyant détenir la vérité et se servant du reportage de l’ONF pour faire sa propagande et avec une vision de la ville qui va contribuer à amenre les problèmes d’aujourd’hui. Bien sûr, on est en 1955… Et on voit le Mont-Royal comme un obstacle…

      Je sens l’administration de cette époque, paternaliste,autocrate et croyant détenir la science et la vérité pour le bien de tous. Et le comédien chauffeur de taxi du début en est un peu le reflet d’un peuple trop soumis à cette époque là…

      Une administration qui rappelle aussi l’Église de l’époque qui croyait guider le troupeau des bonnes ouailles. Alors, probablement moins de démocratie que de nos jours mais plus de direction même si pas la bonne et plus de respect pour les dirigeants.

      Le respect était trop grand maintenant avec les médias il semble trop petit mais on parle de l’ONF…

      Sur CIBL, des élus acceptent encore de faire de la pédagogie au Midi Libre, par exemple.

      Beau document d’anthologie mais on veut pour rien au monde revenir à cette époque. Plus de la propagande et du paternalisme qu’autre chose.

    • Ce reportage de l’ONF était diffusé où et pour qui ? À Radio-Canada ?

      Pour moi, le crédit doit revenir à l’ONF… Si un média d’aujourd’hui donnait la parole à une administration comme cela, je pense bien que plusieurs accepteraient, les reportages sont juste plus courts.

      Et les journalistes aiment bien poser des questions en étant critiques. Se contenter d’être reporter ou encore pour la télé une speakerine cela est dépassé…

    • La grande différence est surtout l’équipe qui entoure les élus. Maintenant les organisateurs font la leçon au personnage qui sera interviewé. On parle de principes, on montre que le dossier est bien trop complexe pour être laissé aux pôvres z’électeurs tout en disant comment on se penche sur lecas de chacun…
      Les élus sont noyés de recommandations et si jamais un seul s’échappe immédiatement tous les organisateurs adverses, qui ont l’oeil juste, se lancent dans la brèche. Ils n,essaient même pas de discuter du bien-fondé des idées, wèyons! Ils décrivent comment une telle façon de parler est imprudente, comme le gars n’est pas un pro… La démonstration par dix qu’il n’a pas eu la “bonne” langue de bois.
      La plupart des interventions des élus sont en fait une partie de ping-pong où ils servent de balle et le grrrand sujet de conversation n’est plus ce qui doit être fait mais les stratégies comparées des partis.

      Faudra bien que le moule se casse un jour mais je n’y vois toujours pas la moindre fêlure.

      Enfin…

    • La transparence n’était une de ses vertues à ce Jean Drapeau, on attend toujours le rapport Malouf !!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité