Le blogue de François Cardinal

Archive du 14 décembre 2012

BX169_117E_9-420x280

L’UQAM a tenu hier, dans un hôtel du centre-ville, une journée de réflexion sur invitation destinée aux bonzes du transport. La question : peut-on prioriser les projets de transport dans la région métropolitaine?

J’y étais en tant que panéliste ou, plus précisément, en tant qu’«observateur-citoyen privilégié», selon le programme de ce cette édition du Forum Urba 2015. J’y ai défendu mon approche «think small», ou plutôt, «think light», dont je vous reparlerai.

Je retiens beaucoup de choses de cette journée, notamment l’importance de se fixer des priorités (plutôt que de s’en tenir à une liste d’épicerie de 23 milliards $ comme la CMM), la popularité du péage urbain (qui est un succès à Stockholm et une idée envisagée à Vancouver) et les effets pernicieux d’un réseau de transport en commun gratuit (comme on en retrouve dans une dizaine de villes françaises).

Et je retiens, aussi, ces trois idées… qui méritent réflexion:

- Des employeurs plus généreux…

En France, les entreprises sont obligées d’assumer 50% du coût des titres de transport mensuels de leurs employés, a expliqué Cécile Clément Werny, du CERTU français. «On discute même, en ce moment, de l’élargissement d’une telle mesure obligatoire aux services de vélopartage et d’autopartage.»

- Des titres mieux intégrés…

Si on veut penser «métropolitain», si on veut enfin planifier les déplacements dans l’ensemble de la région, il faut uniformiser les grilles tarifaires, a indiqué Leslie Woo, de Metrolinx Toronto. «C’est essentiel pour avoir un réseau régional intégré», a-t-elle dit. Dans le Grand-Montréal, on compte pas moins de… 700 titres différents! Je dis ça de même…

- Une super STM aux pouvoirs élargis…

Vancouver a une longueur d’avance sur toutes les villes canadiennes lorsqu’il est question de vision régionale, mais aussi d’intégration des différents modes de transport. La preuve, c’est que TransLink est responsable des bus, des trains, du vélo et des traversiers. Mieux, elle s’occupe aussi du réseau routier supérieur ainsi que de certains ponts. «Cela permet d’avoir non seulement un mandat régional, mais aussi une vision d’ensemble qui permet de planifier en pensant à tous les modes de transport à la fois», a expliqué Ian Jarvis, pdg de TransLink.

Vous en pensez quoi de ces idées? Il y en a une qui vous séduit, qu’on devrait appliquer dans le Grand-Montréal?

Lire les commentaires (47)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité