Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 11 décembre 2012 | Mise en ligne à 8h02 | Commenter Commentaires (27)

    Pour faire bouger les Montréalais, cachons les ascenseurs!

    ascenseur

    La Ville de Montréal tenait la semaine dernière une consultation publique sur l’activité physique.

    Au cœur des échanges, une question : comment faire bouger davantage les citadins?

    Très bonne initiative, je trouve.

    J’ai donc lu le document de consultation, j’ai parcouru l’ensemble des mémoires, j’ai même fouillé dans les références des différents documents.

    Et je dois avouer être… légèrement déçu.

    Je constate deux problèmes.

    D’abord, on s’en tient à une approche très (trop) structurelle. On demande une «stratégie», une «vision commune», une «politique globale», un «plan directeur», un «cadre d’intervention», un «mécanisme de suivi», une concertation des «tables de concertation», une «identification des résultats mesurables» ainsi qu’un «soutien de la mise en place d’un organisme de vigilance».

    Et une fois tout cela fait, surtout, surtout ne pas oublier la nécessaire «intensification de la mise en œuvre des politiques et stratégies»…

    Ensuite, comme c’est très souvent le cas lors de ce genre d’exercice, il y a un peu trop de corporatisme à mon goût. Les kinésiologues demandent à la Ville de «privilégier l’embauche ou la promotion de kinésiologues». Les «éducatrices et éducateurs physique enseignants» recommandent d’«identifier comme une solution significative l’augmentation du temps d’enseignement de l’éducation physique». Et les clubs de handball suggèrent, bien évidemment, de multiplier «les gymnases répondant aux normes du handball».

    Et parmi tout cela, quand on cherche vraiment, on peut peut-être trouver quelques rares solutions concrètes et originales…

    D’où l’idée que j’ai eu de vous présenter les trois idées les plus audacieuses, ou à tout le moins celles qui se distinguent par leur originalité, sans que j’en sois nécessairement un partisan, je le précise.

    Les voici.

    - Dissimuler les ascenseurs…

    L’Ordre des architectes (OAQ) remporte certainement la palme de l’originalité. Dans un mémoire bien étoffé, il propose de configurer autrement les nouvelles constructions afin d’obliger les occupants à marcher davantage (non sans respecter les principes d’accessibilité universelle, prend-on la peine de préciser). L’Ordre appelle cela des «bâtiments qui décoiffent»…

    « Mine de rien, gravir des marches deux minutes par jour permet de brûler assez de calories pour éviter de prendre une livre par année. Pour encourager l’utilisation des escaliers, plusieurs stratégies s’offrent aux concepteurs. Par exemple, plutôt que d’être enfouis au tréfonds des bâtiments, à emprunter uniquement en cas d’incendie, ils devraient être larges, visibles et invitants. Inversement, les ascenseurs devraient être moins présents et, là où c’est possible, s’arrêter seulement tous les trois ou quatre étages. L’utilisation d’escaliers roulants doit être restreinte.»

    Pas de langue de bois ici…

    - Un «pump track»…

    Après le ludique et l’utilitaire, Vélo Québec fait une incursion du côté du vélo de montagne en venant à la défense de ses adeptes. L’organisme s’inspire de Cleveland, New York, Seattle, Vancouver et… Sherbrooke pour proposer la création de sentiers de vélo de montagne urbains afin de faire bouger les plus réfractaires au mouvement, les jeunes.

    «Dans l’esprit de favoriser le loisir de proximité, nous croyons que Montréal pourrait appuyer un cadre de pratique de vélo de montagne en milieu urbain. Cela pourrait se traduire par l’implantation de parcs d’habileté (pump tracks) en certains lieux et par l’élaboration d’un plan directeur du vélo de montagne dans certains parcs et espaces publics.»

    Qu’est-il arrivé de la piste du Taz?

    - Une grande patinoire sous le toit du stade…

    L’Association régionale de patinage de vitesse de Montréal trouve que «le réseau de petits parcs et de petites surfaces naturelles glacées» ne suffit plus. Elle s’élève contre ces patinoires qui obligent les visiteurs à lacer leurs patins au froid, assis sur un petit banc inconfortable. Elle suggère donc l’implantation de patinoires à grande surface, dont certaines réfrigérées, pour les adeptes du patinage, notamment du patinage de vitesse.

    «Il faut considérer la création d’une grande surface intérieure à l’abri des intempéries. Un mémoire a été soumis l’an dernier au comité-conseil sur l’avenir des installations olympiques visant la création sous le toit du stade d’une patinoire à vocation récréative pour les écoliers, les jeunes et les adultes. La Ville de Montréal devrait s’associer à tout projet de la RIO visant la création d’un tel équipement qui desservirait principalement les citoyens de notre ville.»

    Vous en pensez quoi, de ces idées?

    ***

    Mention spéciale à la Direction de la santé publique…

    Je ne pourrais passer sous silence cette formidable idée de la DSP, qui suggère de préserver les ruelles de la métropole. On est moins dans l’original, mais on est certainement dans le nécessaire…

    «En un sens, les ruelles pourraient être une incarnation montréalaise du woonerf hollandais, ces esplanades où les trottoirs et la chaussée sont intégrés sur un même plan donnant l’impression d’une cour et dans lesquelles les véhicules doivent clairement et absolument céder le pas aux piétons et aux cyclistes. Les ruelles publiques de Montréal sont un joyau inestimable de notre patrimoine urbain. Elles offrent aux jeunes et aux moins jeunes un terrain de jeu éminemment convivial et démocratique qu’il faut entretenir et protéger. Il faut préserver les ruelles publiques et maintenir leur caractère convivial et sécuritaire pour accueillir les jeux libres des enfants.»


    • qu on coupe le net et le câble quelques heures par jour

      c gaucher

    • encore un debat sterile ou la ville n’a serieusement 1) rien a dire et 2) fait une folle d’elle meme , la premiere cause de l’embonpoint chronique du nord americain moyen , incluant les quebecois, c’est pas le manque d’exercise , c’est la surconsomation de mauvais aliments , surconsomation cree de toute piece par nos dirigeants pour assurer un marche aux producteurs , au lieu de donner un demi milliard de dollars par annees aux producteurs de porc (en amons et en aval) du quebec , il devraient faire en sorte que nous puissions acheter plus de legumes et grains bios localement au lieu de subventionner ces immences porcheries qui ne savent plus quoi faire de leur production et en plus sont une catatrophe ecologique de purin et fumier grand createur de co2, methane et protoxyde d’azote , que dire de la surabondance de baby beef que l’on veut nous faire passer pour du veau , consequence de la production laitiere surabondante. ces politiques ne sont pas la pour proteger le public ou garantir une suffisance alimentaire pour le peuple , mais plutot pour proteger les profits financier d’un petit cartel mafieux de production de viande , faites en sorte que je n’ai pas a avoir a acheter des legumes ayant voyage la moitie de la planete et la je prendrais nos decideurs au serieux , commencez par manger mieux et en quantites raisonables et comme moi vous aurez ce corps d’athelete a vos 43 ans , sans avoir a depenser temps et argent inutilement a chercher a bruler ces calories que vous ingerez inutilement et qui serais bien plus utile a un grande partie de la population non-occidentale , je suis rendu a voir les obeses et meme les bedaines de bierres comme des cannibales croquant des enfants par-ce que toute cette bouffe qui est surconsomme ici , est en manque cruelle dans certaines partie du monde ou oui , des enfants meurrent encore de faim , arretez de’enterrer votre mal a l’ame sous des montagnes de cadavres et soyez un peut responsable de votre consomation meurtriere .

    • “c’est pas le manque d’exercise , c’est la surconsomation de mauvais aliments”

      En fait, de plus en plus de spécialistes disent que ce n’est pas le cas, que ce sont deux problèmes réels.
      Scientifiquement, il est vrai que les dépenses caloriques diminuent avec le temps.
      Et ce n’est pas une bonne alimentation qui développe une masse musculaire saine.
      Il existe bel et bien un problème de sédentarité.

      De plus, il est facile de trouver de multiples études qui font un lien entre le surpoids et le milieu de vie. Les gens en ville sont, en Amérique du Nord, souvent plus en forme que les gens des couronnes. La clef est d’intégrer l’exercice physique au quotidien. En prenant le transport en commun, une personne effectue une bonne part de sa dépense calorique recommandée dans une journée, une dépense qu’une personne occupée et automobiliste n’aurait peut-être pas le temps de faire. À utiliser un transport actif (marche, vélo), c’est encore mieux et peut même suffire comme effort quotidien.

      Plusieurs personnes considèrent que le moindre effort est synonyme de qualité de vie. Il faut changer cette mentalité. Être en mauvaise santé est le contraire de la qualité de vie. Plusieurs personnes font le calcul qu’un déplacement en transport en commun, ou actif, est une perte de temps. Ce ne l’est pas si on prend en compte l’exercice effectué. À moins de couper complètement son exercice, et d’être en mauvaise santé.

      Bien sûr, il faut penser notre utilisation du territoire et de nos édifices pour favoriser un effort normal dans une journée. C’est la façon la plus efficace d’intégrer l’exercice à la routine quotidienne, et de s’assurer que les gens ne deviennent pas sédentaires.

      C’est complémentaire au problème de l’alimentation. L’un n’annule pas l’autre,

      Mario Bélangeer

    • J’ai vécu au Japon où les ascenseurs sont difficiles à trouver. Ils sont indiqués, on suit les flèches pendant un petit bout et on marche, on marche… Alors la deuxième fois, on se dit qu’on prendra les escaliers. Je n’ai jamais autant monté et descendu qu’à Kyoto. Et je dois avouer que j’avais des mollets d’acier! ;)

    • 1-Tous les jours au bureau je vois des gens sans problème de santé utiliser l’ascenseur pour monter 1 ou 2 étages. C’est exactement ce qu’il faut comme solution pour faire bouger les gens.

      2-Utiliser le circuit Gille Villeneuve comme véritable installation cycliste.
      http://www.lucferrandez.com/les-seigneurs-de-lile

      3-Apaiser la circulation automobile pour rendre le transport actif plus attrayant. Installer d’avantage de support à vélo et à Bixi.

      4-Faire la promotion des équipes amateurs du quartier. Donner les résultats des matchs dans les journaux locaux. Diffuser certains matchs sur une web télé.

      Vous avez parfaitement raison lorsque vous soulignez l’inutilité des comités de suivi des tables de concertation. La bonne forme physique est assez simple, il ne faut pas l’alourdir inutilement.

    • Une fois de plus, on veut diriger la vie privé des gens. Si les gens veulent bouger, qu’ils le fassent, si ils ne veulent, qu’on leur laissent la paix. Foutu manie de toujours vouloir dire aux gens quoi faire, quoi manger, comment s’habiller, quoi regarder et ne pas regarder. Ça devient redondant et ça ne regarde pas personne……Vivre et laisser vivre…..on est en train d’oublier ce que ça veut dire.

    • Il y a un point que j’ai oublié dans mon commentaire précédant.

      5-Installer des parcs Trekfit pour permettre l’entraînement extérieur. Celui du parc Laurier connaît un achalandage fou.
      http://trekfit.ca/

    • Je sais que c’est complètement utopiste mais j’aimerais être capable de venir travailler en ville en hiver en ski de fond. Avoir des piste cyclable en été sur élevé qui se transformerait en piste de ski de fond en hiver. Ou je sais pas un autre moyen, mais il me semble que ce serais le fun matin et soir profiter de l’hiver.

      Je sais que c’est fou mais c’est pas grave si je ne le dit pas c’est sur que ça ne se fera pas.

      Pourquoi ce serait super génial se promener en ville?

      une idée comme ça.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Rendons les ascenseurs payants (25¢) ou faisons les décoller seulement si ils sont remplis à moitié ou plus (si 10 étages ou plus, c’est plus difficile à implanter mais il y a surement une solution intéressante).
      Ralentissons de moitié les escaliers mobiles. Ca va inciter les gens qui le peuvent à monter quelques marches.
      Question : est-ce que c’est comme ça dans tous les condos ? Ou j’habitais, la cage d’escalier était mal insonorisée et ça dérangait les occupants si on empruntait l’escalier. Ils entendaient clairement le clang-clang sur les marches d’acier. Alors je prenais l’ascenseur (très bien insonorisée) dans les heures plus calmes.

      @mariob
      Si je prends le transport en commun de chez moi, je marche 10 minutes. Avec la voiture, je sauve 40 minutes. Donc net, j’ai 30 minutes de plus par jour et je l’utilise pour bouger (marche, yoga, piscine, vélo) dans un cadre agréable.

    • Je n’ai pas d’idée géniale pour sortir Montréal de sa “tort-peur”. Mais je peux vous donner un truc pour faire toute les activités dont vous rêvez: bougex.com. Tout y est gratuit… Vous devenez membre et voilà que vous pouvez joindre des groupes ou décider d’organiser une activité à laquelle se joindront les personnes qui le voudront bien. Je l’avoue. Bougex a changé ma vie! Et pour la petite histoire, j’aurais bien aimé organiser une sortie de patin le 25 décembre à la patinoire réfrigérée du Mont-Royal avec petit casse-croûte en fin d’après-midi. Mais impossible… La patinoire est fermée le 25 décembre! Indigne de Montréal-la-magnifique… Quel dommage!

    • ..L’idée de l’escalier est intéressante. Quand je travaillais dans des tours, pour cinq étages ou moins à grimper ou descendre, je prenais l’escalier. Or, dans certaines tours, les portes sont verrouillées pour empêcher les accès non autorisés sur les étages et ne peuvent s’ouvrir que de l’intérieur pour les sorties en cas d’urgence. Ces escaliers n’étaient pas conçus pour autre chose que des sorties. L’idée était alors impraticable. Est-ce encore le cas maintenant? L’arrivée des cartes magnétiques personnalisées a probablement réglé ce problème à condition que l’on modifie les portes d’escalier en conséquence.

      Petite question pour finir: Si quelqu’un construisait un immeuble d’un seul étage mais de 400 pieds de long, lui permettrait-on de ne prévoir qu’une seule sortie à une extrémité de son building? Je ne crois pas. Alors, il prend son plan et met son immeuble à la verticale et alors, TA-DAM, il peut n’avoir qu’une seule sortie à une extrémité. :-)

      J-F. Couture.

    • @jeanfrancoiscouture
      Dans le rond point Décarie, il y a une très longue batisse de 2 étages. Il y a le département d’informatique de Bombardier aéronautique. L’entrée unique est à l’est alors si on arrive tard, on est garé à l’ouest du parking. Il faut marcher toute la batisse pour y entrer. Et si notre bureau est à l’ouest, on la marche au complet à nouveau.

    • Je trouve les idées bonnes.

      Il ne s’agit pas ici d’intrusion dans la vie privée, mais bien une d’incitation à adopter de bonnes habitudes de santé. L’exercice est primordiale pour garder la forme, améliorer son système immunitaire et maintenir un poids santé. Je ne suis pas particulièrement sportive – loin de là – mais les faits sont là: on doit bouger et cela fait partie d’une hygiène de vie.

      Depuis quelques années, je marche pour me rendre au boulot (combinaison TOC + marche) et je fais du cardio sur l’heure du midi. J’utilise les escaliers autant que possible, surtout dans le métro. Ça me fait d’ailleurs sourire quand je vois que les gens font la file en queue-leu-leu pour emprunter l’escalier mécanique alors qu’il y a deux escaliers réguliers de chaque côté, complètement déserts. Ne me faites pas croire que dans le lot, qu’ils ont tous des problèmes de chevilles, de genou ou de santé quelquonque. On devient paresseux, mais il faut s’efforcer de s’activer un peu. La sédentarité est néfaste.

      Alors, on bouge!

    • @ gl000001

      Une étude de la polytechnique a mis en évidence que dans la région montréalaise, l’exercice effectuée lors des trajets quotidiens en transport en commun représentait, en moyenne, 25% de l’exercice quotidien recommandée.
      C’est plus que de marcher à un arrêt d’autobus.

      Mais l’intérêt principal est surtout que ce 25% d’exercice est imposé dans la routine. Vous devez le faire, sans s’en faire convaincre. Peut-être que votre situation particulière fait que vous libérez assez de temps dans votre journée pour un autre exercice physique en prenant la voiture (j’espère que vos possibilités de transport s’amélioreront un jour!), mais une bonne part des gens ne prennent simplement pas le temps de faire un exercice actif. Bref, le temps gagné n’est pas nécessairement utilité à se mettre en forme. Ce fait est assez facile à observer, lorsqu’on regarde le taux de sédentarité, la durée de vie moyenne d’un appareil de conditionnement physique ou d’un abonnement au gym.. Si l’on veut faire bouger les gens, mieux vaut que cela se fasse dans le quotidien, comme le transport (et pas juste pour le boulot, pour le loisir, le magasinage, etc)!

      De toute manière, il y a une chose sur laquelle nous ne pouvons qu’être d’accord: les habitudes nord-américaines sont un échec pour la santé, le taux d’obésité ne cesse d’augmenter pratiquement partout, dans tous les âges. Visiblement, il y a quelque chose qui cloche dans la manière de faire actuelle.

      Mario Bélanger

    • Pour favoriser le vélo :
      1. Obliger les entreprises à avoir des vestiaires et des douches.
      2. Demander aux policiers d’agir contre les vols de vélos.
      3. Remplacer les voies réservées pour les autobus par des pistes cyclables.
      4. Ne pas fermer les pistes cyclables le 15 novembre.

      Pour favoriser la marche :
      1. Interdire partout le stationnement dans les rues (mais évidemment créer un maillage de parcs de stationnement souterrains ou étagés). Si quelqu’un doit marcher 1 km pour rejoindre sa voiture, il y a de fortes chances qu’il aille au dépanneur à pied. En plus, cela va améliorer grandement la circulation en libérant des milliers de “nouvelles” voies et rapporter de l’argent à la ville.
      2. Espacer les arrêts d’autobus. Un arrêt au 2 km est suffisant.
      3. Augmenter la largeur des trottoirs. Marcher sur un trottoir large est beaucoup plus agréable.

    • @89170: 1km pour récupérer sa voiture? 2 km de marche pour rejoindre l’arrêt d’autobus? De toute évidence, vous êtes jeune et ne souffrez d’aucun handicap physique…

      Il faudrait simplement monnayer à fort prix l’accès au centre-ville en voiture, comme cela se fait à Londres. Et puisqu’il est mal vu de taxer sans offrir une solution constructive en échange, pourquoi ne pas utiliser ses fonds pour donner plus de “tentacules” au RÉSO, notre réseau de corridors souterrains? On pourrait en faire une sorte de métro piétonnier, avec des bouches d’accès couvrant tout le territoire du centre-ville et du Vieux-Montréal sans jamais avoir à mettre le nez dehors.

      En ce moment, le réseau est déjà plutôt grand, mais ses connexions semblent davantage relever du hasard que d’un moyen de circuler dans toutes les directions sous la ville. Il faudrait plusieurs voies qui se croisent – avec les cartes et la signalisation appropriée – permettant d’accéder facilement et par le chemin le plus court et efficace possible à tous les musées, hôtels, centres commerciaux, parcs, salles de spectacles et principaux édifices à bureaux, du pied du Mont-Royal aux quais du Vieux-Port.

    • @Pierre1957

      Personne n’est obligé de faire de l’exercice et oui personne n’a le droit de nous obliger à en faire. Par contre ce n’est peut-être pas nos affaires mais quand vous tombez malade dû au manque d’exercice et que vous vous ramassez à l’hôpital… qui est-ce qui paye pour vos soins vous croyez?

      Personnelement je marche facilement 10 km dans le cadre de mon travail alors après le boulot j’ai hâte d’arriver chez-moi donc les idées de forcer les gens aux escaliers et toutes ces idées.. je trouve ca ordinaire… et que faites vous des personnes qui ont des difficultées à se déplacer? (cannes.. marchettes, etc…).. ca ne les aideraient pas beaucoup.

    • Le bâtiment de l’Université de Montréal à Laval montre un bel exemple d’utilisation d’escaliers. Un grand escalier située au milieu de la place, ouvert et invitant. C’est souvent le cas dans les cadres scolaires, quand il y a 150 étudiants qui quittent tous en même temps, il y a pas de doute qu’un escalier est plus rapide.

    • @mariob
      “J’espère que vos possibilités de transport s’amélioreront un jour!”
      Donnez-moi un autobus express sur Papineau qui va chercher son monde à Laval et je la prends tous les jours. Je ferais mon exercice et je ne serais pas obligé d’aller faire un détour trop de minutes dans le sauna/Métro.

      Au bureau, ce sont les “vieux” qui marchent. Les plus jeunes vont au salon de bronzage et certains vont au gym pour avoir des “pecs”. Mais il ne marchent pas beaucoup.

    • Est-ce que le manque d’exercice est un problème plus prononcé à Montréal qu’ailleurs? Pourquoi doit-on avoir des initiatives Montréalaises à ce problèmes plutôt que provinciales?

    • Nous devons avoir des initiatives Montréalaise a ce problème, et plusieurs autres car la ville entre dans une phase de redéfinition, plusieurs infrastructures majeures et structurantes sont a refaire. IL serait donc dommage de refaire les mêmes erreurs du passé sans chercher à poser la question: pouvons-nous faire mieux et concevoir la ville d’une manière à favoriser le mieux-être de ses citoyens?

      Pour favoriser l’exercice et la santé physique et mentale de sa population, Montréal pourrait effectivement rajouter des modules de gym public dans les parc comme on peut voir a Londres, et ce même dans des parcs minuscules…

      Selon moi, il est questionnant que la Ville permette au MTQ de planifier comme bon lui semble des infrastructures qui définissent, desservent, découpent et défigurent la ville sans prendre en compte les besoins des habitants du quartier. Par exemple, comment expliquer que l’échangeur Décarie soit en reconstruction sans aucun aménagement pour faciliter le transit Nord-Sud pour le transport actif?

    • La ville a surtout besoin d’un conseil municipal gouverné par des civiles de chacune des municipalités. Montréal possède des ascenseurs qui les codes kasher. Cela m’aide beaucoup et pour ce qui concerne la corruption, je ne sais trop quoi en penser.

      Moshé Levy

    • oups…..

      …..qui respectent…..

    • Puisqu’on se permet des idées ”out of the box”…
      Je vois pas pourquoi il n’y aurait pas des pistes cyclables tout le long de certains chemins de fer / train de banlieue. Je vois ça comme une autoroute à vélos potentielle.
      Le long de Deux-Montagnes – Canora, il pourrait bien y en avoir une puisque le terrain qu’occupe la voie laisse encore beaucoup de place.
      Il pourrait y avoir des lampadaires / boites d’urgences / rack à vélo le long du parcours et dans les stations de trains.
      Ceux qui désirent se rendre en ville le matin pourraient donc parcourir quelques km en vélo et économiser sur la carte de train? Si le métro se rend un jour jusqu’à Bois-Franc ce serait bien aussi!
      Pour ces cyclistes de haut niveau qui se cherchent une piste sans interruption de longue durée, entre les gares Sunnybrooke et Bois-Franc, et Ile-Bigras et Roxboro-Pierrefonds c’est pas mal long!
      L’achalandage supplémentaire permettrait peut-être d’y améliorer le service?

    • @rigobertoperez : J’ai 43 ans. Quand j’avais 35 ans, j’étais obèse (IMC à 38) et évidemment incapable de courir 500 mètres. Comme vous, j’aurais été offusqué si quelqu’un me suggérait de marcher 1 km pour rejoindre ma voiture.

      Maintenant, je peux courir un petit 15 km avant d’aller travailler… en vélo.

    • @89170: D’accord – et je vous en félicite. D’ailleurs, je ne parle pas pour moi, je serais amplement capable de marcher ces distances.

      Mais je crois que vous oubliez les personnes âgées, particulièrement celles qui ont de la difficulté à se déplacer et doivent utiliser une canne ou une marchette. Puis il y les gens qui doivent se déplacer temporairement ou de façon permanente avec un fauteuil roulant, une canne ou des béquilles. Et les femmes enceintes ou avec de jeunes enfants. La grande majorité de ces personnes (et elles sont nombreuses) ne sont pas éligibles au transport adapté (qui est, d’ailleurs, plutôt mésadapté selon ce qu’en disent ceux qui en dépendent). Ces gens ont besoin d’un réseau de transport le plus près possible de leur porte, particulièrement en hiver, où les trottoirs sont souvent hasardeux. Sinon, ils se trouvent confinés chez eux.

    • Je suis pour les escaliers!

      Chaque jour je me fait un plaisir, une fierté, de grimper quatre étages par les escaliers en courant au bureau le matin, et environ six étages dans le métro le soir.

      Je me dit que dix étages par jours, en courant, ça compense un peu pour les nombreuse heures assis derrière un ordinateur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité