Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 8 décembre 2012 | Mise en ligne à 8h00 | Commenter Commentaires (60)

    L’agressivité est en hausse. Les collisions mortelles aussi.

    455530-accident-circulation-fait-deux-morts

    Vous avez peut-être vu passer ce texte, hier, qui montrait à quel point la courtoisie est en régression sur les routes du Québec.

    Selon un sondage Léger marketing, à peine 40 % des Québécois trouvent que les automobilistes sont courtois, le plus bas niveau observé depuis 2008. Pire, ils constatent que l’agressivité est en forte progression!

    Et cela, même si 98 % des répondants se disent tout à fait courtois.

    Bien sûr…

    Cela dit, cette enquête d’opinion pose une grave question : y a-t-il plus de collisions suite à cette poussée d’agressivité? L’incivilité s’est-elle traduite par un plus grand nombre d’accidents?

    En vue de l’éditorial que je publie aujourd’hui, j’ai tenté de le savoir en me concentrant sur le bilan routier de Montréal. J’ai parlé à des agents de police, j’ai lu les bilans routiers et les rapports annuels du SPVM.

    La réponse?

    D’abord le spin

    Selon le SPVM, il n’y a aucun inquiétude à avoir puisque le plus récent bilan routier de Montréal est bon.

    «Après l’entrée en fonction de 133 policiers affectés à la sécurité routière en 2006 qui avait produit une nette amélioration du bilan routier annuel, celui-ci s’est stabilisé depuis les trois dernières années. En effet, le nombre des victimes de la route est demeuré plutôt stable malgré certaines variations statistiques», peut-on lire.

    En témoigne ce tableau compris dans le bilan routier.

    tablo1

    Intéressant. Mais il manque un peu de perspective, non? Quelle est la tendance des dernières années? Que s’est-il passé en 2009, 2008, 2007?

    Je ne suis pas très vieux, mais j’ai assez d’expérience journalistique pour savoir qu’une donnée omise, habituellement, est une donnée volontairement omise…

    Et comme de fait, en fouillant les bilans passés, je me suis aperçu que les statistiques sont moins rassurantes qu’on le dit. Comme le montre d’ailleurs ce tableau enchâssé dans le bilan routier de 2009.

    tablo

    Qu’observe-t-on?

    Que les collisions avec blessés graves sont passées de 221 à 251, entre 2008 et en 2011.

    Que les collisions mortelles sont passées de 33 à 37 sur la même période.

    Que les décès ont bondi de 33 à 39.

    On est loin de l’hécatombe, on s’entend. Mais on est loin, aussi, de la «stabilisation». On est loin de la simple «variation statistique»… Vous ne trouvez pas?


    • Aucune idée. Sortez nous les chiffres de votre étude statistique avec les données que vous avez sous la main et montrer mon une tendance qui est fiable dans une bonne fourchette…

      En fait en regardant vos données l’erreur statistique aurait tendance à être l’année 2008-2009 avec 33 et 31 décès. Si l’entré l’affectation a eu lieu en 2006, les effets se font sentir dès 2007, ce que nous remarquons avec la baisse de 56 à 38 décès. Donc il y a un creux de 2 ans sur 5 ans moyenné à 36 décès par année. Vous voyez que tout dépendent le sens de l’interprétation nous pouvons dire que tout est stable et que l’on sort de 2 ans d’irrégularité, d’où l’importance de sortir une vraie étude statistique et ne pas faire comme je viens de le faire, faire affirmer par intuition. Parce qu’en probabilité et en statistique, rien n’est plus dangereux que son “feeling”.

    • M. Lebeuf

    • .. «Mais il manque un peu de perspective, non?»
      +++
      Euh! Vous êtes sûr de cela? Vous prenez comme point de départ l’année 2008. Les décès ont «bondi» (sic) de 33 à 39, dites-vous.

      Mais si on recule ne serait-ce que de deux autres années, prenant alors l’année 2006 comme point de départ? Les chiffres sont alors respectivement de 430,54 et 56. Si les chiffres étaient revenus à pareil niveau, là je pense qu’on aurait pu dire qu’ils avaient «bondi».

      Vous ne trouvez pas alors que les chiffres que l’on a l’air de vouloir cacher ressemblent davantage à des variations statistiques, certes tristes quand il s’agit de décès, mais auxquelles on peut s’attendre sur une tendance à long terme plutôt positive quand on regarde 2005 et 2006?

      J-F. Couture.

      P.S.1- Quant à l’impatience au volant, laquelle peut dégénérer en agressivité, peut-on penser que les perturbations pour cause de chantiers et autres problèmes relevant du mauvais état du réseau en serait la cause, du moins en partie?

      P.S.2- «Après l’entrée en fonction de 133 policiers affectés à la sécurité routière en 2006….»

      Enfin on appelle les choses par leur vrai nom. Cette escouade pieusement baptisée «Escouade circulation» comme on peut le lire sur les véhicules qu’elle utilise, ne fait jamais la «circulation», facilitant ainsi la vie des automobilistes engorgés dans les bouchons. Alors que j’habitais au centre-ville, j’ai si souvent vu de ses menbres soigneusement dissimulés à l’autre bout d’un bouchon, attendant que se manifeste de l’impatience suivie d’une infraction pour procéder à la récolte que c’en était presque drôle de les voir aller. Ça aussi ça fait monter la tension. Non?

    • Je ne crois pas que l’aggressivité soit la seule responsable de la déterioration de ce bilan. Personellement les cas d’aggressivité au volant que j’ai remarqué sont souvent provoqués par un conducteur distrait qui ne regarde pas ses angles morts, ou un autre qui texte alors que le feu est au vert depuis 10 secondes, ou encore un autre que l’on voit arriver dans notre rétroviseur en zigzaguant dans le traffic pour être le premier au feu rouge.

      François je crois sincèrement que la police devrait s’attaquer à ces comportements, pas juste aux stationements et à la vitesse. On cherche du financement au Québec- pourquoi pas quadrupler, ou même quintupler les montants des amendes. Pas de clignotant 400$ Stop américain 800$ Cellulaire 1000$ ainsi de suite.

      Ainsi il ne resterait sur la route que des automobilistes attentifs et respectueux des autres.

      En terminant je crois que le no fault y est pour quelque chose aussi. Il deresposabilise tout. En effet il est très malsain selon moi der pouvoir causer des accidents en toute impunité- la notion de responsabilité, elle est ou la dedans? Quand tu provoques un accident en ayant commis une infraction au code de la route, le no fault ne devrait pas s’appliquer.

      Pour profiter d’un système, il faut bien en suivre les règles, non?

      A. Trudelle

    • Vous auriez besoin d’un petit cours statistique M. Cardinal. Pour déterminer s’il y a une différence statistique, vous devez calculer des taux de mortalité ajusté, pour tenir compte de l’évolution de la population sur le territoire couvert. Si la population a augmenté entre 2008 et 2011, il n’y a rien d’alarmant au fait que le nombre de décès augmente légèrement.

      Ensuite, puisque le nombre de décès est relativement peu élevé à chaque année, il est préférable de travailler avec des moyennes sur trois ans afin de réduire la variabilité. Sinon, une tragédie qui tue plusieurs personnes (celle des Éboulements par exemple) a un effet disproportionné sur la tendance.

      Finalement, même si l’augmentation est significative, il est erroné de conclure que la hausse de l’agressivité est responsable de la hausse du nombre de collisions mortelles. On appelle ça une simple corrélation, aucun lien de causalité n’a été prouvé.

    • .
      Les blessés et décès sont moins nombreux qu’il y a quelques années. Il y a la réglementation, la rigueur de son application mais il y a aussi les systèmes de sécurité inclus aux autos comme les freins ABS qui sont “standard” sur presque tous les modèles maintenant.

      Pour l’agressivité et la courtoisie, il faut prendre plusieurs facteurs en considération … par exemple, tu laisses passer une dame âgée par courtoisie et après tu te mords le front avec les dents d’en haut parce que tu te retrouves comme en souricière derrière une personne qui ne sait pas quoi faire avec des cônes ou un changement de signalisation. …. Que fais-tu la prochaine fois que tu vois une dame âgée ?

      Il y a aussi les travaux à considérer, …. mais le plus dérangeant, voir frustrant, ce sont ceux qui qui conduisent tout croche, sans clignotant, …. et que tu te rends compte qu’ils sont au cellulaire … Ils font 2 choses en même temps et te font perdre ton temps !

      C’est un ensemble de facteurs qui entraînent des comportements agressifs …. C’est comme pour les revenus, celui qui ne suit pas les règles (impôts, corruption, tizamis,… bandits en cravate) fait bien plus d’argent que celui qui se conforme aux règles et le monde devient cynique !
      En auto, il y a ceux qui contournent les règles, il y a ceux qui ne devraient pas avoir de permis et il y a ceux qui frustrent et en perdent leur courtoisie et règles de bienséance … ça commence à faire pas mal de cas problème sur les routes.

    • La colère et l`agressivité sur la route, c`est jamais bon. Ça cause des gestes brusques et de l`inattention. Sur la route, faut rester calme et concentré. Et regarder en avant. Si un autre automobiliste vous cause des problèmes. Ignoré le, changer de chemin ou arrêter.

      George Larimé

    • Avec les 100-300 mg de caféine que plusieurs parmi nous avons pris l’habitude d’ingurgiter quotidiennement, l’impatience et le manque de courtoisie sur nos routes ne me surprend guère…

    • @ jeanfrancoiscouture

      Je prends comme point de référence 2008 à dessein. D’abord parce que le SPVM parle d’une nette amélioration depuis 2006, ce que je leur accorde, puis d’une stabilisation au cours des trois dernières années. On est donc dans la période 2008-2011, celle à laquelle je me réfère donc.

      Ensuite, vous parlez d’une simple variation statistique entre 2008 et 2011. Je veux bien. Mais dans ce cas, pourquoi le SPVM peut-il se permettre de parler d’une amélioration pour les années 2006 à 2008?

      Autrement dit, pourquoi est-ce une «amélioration» réjouissante lorsque les statistiques baissent, mais une banale «variation» lorsqu’elles montent?

      Pour les chantiers, je suis d’accord avec vous. D’ailleurs, je vous réfère à mon édito du jour où j’évoque justement cette hypothèse: http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201212/07/01-4601905-panne-de-courtoisie.php

      François Cardinal

    • @ antoine666

      Bien d’accord avec vous. D’autant que le nombre de constats d’infractions pour la vitesse a diminué ces dernières années. Au risque de me faire bien des ennemis, je crois même que la Ville devrait pouvoir implanter des radar photos mobiles et statiques.

      François Cardinal

    • @qcphil

      Croyez-moi, je les ai fait mes cours de statistiques… D’ailleurs, je précise dans mon éditorial une phrase que vous aimerez: «Il serait évidemment hasardeux de tracer un lien de cause à effet entre ces deux phénomènes».

      J’ajoute cependant: «mais il serait périlleux de ne pas l’envisager.»

      François Cardinal

    • 98% des gens qui se disent calmes au volant. Quel déni…c’est facile d’accuser tout les autres d’être agressifs au volant, mais il faut commencer par se regarder soi-même. Je n’ai pas été interrogée pour ce sondage. Je suis une personne de nature assez calme dans la vie de tout les jours mais je remarque très bien mon changement d’attitude en conduisant, surtout le matin en me rendant au travail. Je reconnais devenir plus brusque dans mes changements de voie, talonner des voitures devant moi, forcer une lumière jaune/rouge. Je ne suis pas fière de cela j’essaye d’être zen. Il y a plusieurs frustrations qui peuvent déclancher cette attitude de ma part, oui il y a les autres conducteurs qui n’utilisent pas leur clignotants, qui change de voie sans regarder leurs angles morts, ne respectent plus les priorités

    • signature J. Shaw

    • Je suis bien d’accord avec Antoine666. On cherche de l’argent pour renflouer les déficits, pour réparer routes, ponts et viaducs? Triplons les amendes et installons des milliers de caméras!
      Vive la taxe volontaire!
      Tu respectes les règles de conduite? Tu payes rien!
      Tu ne les respectes pas? Tu payes!
      Aussi simple que ça!

      Nicholas Ninousky

    • On peut difficilement augmenter le nombre de véhicules automobiles sur les routes à chaque année, sans que cela n’ait de conséquences palpables. Car le réseau routier lui, ne s’élargit pas. Alors on est de plus en plus nombreux et de plus en plus tassés. Va falloir s’y faire. Et être courtois.

      Le problème, c’est que l’absence de courtoisie ne génère pas d’infraction, à moins qu’un policier en soit témoin. Les infractions sont basées sur l’approche “low hanging fruit”, c’est à dire que c’est plus facile d’installer une voiture de police banalisée et donner des billets de vitesse que de partir après chaque crétin qui vous coupe pour se tailler une place et met du fait même votre sécurité en danger. Il ya un dicton anglais qui ne se traduit pas, mais qui réseume bien l’essence de mon propos: “There is no point in being dead right” ou, si vous le voulez, ça ne donne rien de mourir pour avoir raison. Alors, soyons courtois.

    • Je trouve qu’il y a pas mal d’agressivité au volant, surtout à l’heure de pointe et que ce n’est pas encore bloqué. Les petits banlieusards sont très pressés de retourner dans leur soi-disant paradis sur la rive-sud, en se foutant complètement des quartiers qu’ils traversent pour s’y rendre.

      Dans mon quartier, il y avait une rue résidentielle voisine de la mienne qui était utilisée comme voie de transit pour aller prendre le pont Champlain. Quand ce n’était pas bloqué par le trafic, il y avait souvent des conducteurs agressifs qui passaient en trombe dans le secteur malgré son caractère résidentiel. Ce n’était pas une grande artère.

      Les gens se sont plaints et la section de la rue qui menait au pont Champlain a été bloquée par l’agrandissement d’un parc (par Catcan, un membre du cartel de la construction…) et les sens de circulation ont été changés de façon à ce que ça devienne impossible de passer dans ce secteur résidentiel pour transiter vers le pont Champlain. Il y a eu de la grogne et de la confusion durant plusieurs mois, mais la tranquillité est revenue et les conducteurs agressifs sont aller jouer ailleurs!!!

      J’aime bien le principe de la taxe volontaire, on devrait multiplier les photos-radars, ne serait-ce que pour faire respecter la limite de 70 km/h sur les autoroutes dans le centre de l’île. En roulant moins vite, on réduit la pollution et le bruit dans des secteurs densément peuplés.

    • On peut faire dire aux chiffres bien des choses, un fait demeure: les feux rouges à Montréal sont devenus “optionnels” et on attend avec impatience l’installation de caméras de surveillance aux intersections. Le gouvernement aura-t-il ce courage?
      Autre point: la mention “blessé léger” ne signifie pas que la victime retourne chez elle en dansant et qu’elle n’aura pas besoin de soins très coûteux en rééducation. Il serait temps de chercher une autre appellation peut-être…

    • 98 % des répondants se disent tout à fait courtois : Ça ne m’étonne pas et c’est révélateur de notre “culture automobilistique”. Chacun estime être un conducteur impeccable ; ce sont les autres qui ne le sont pas. Pour trop de québécois, la route leur appartient et les autres y sont de trop.

      C’est parce que les comportements fautifs ne sont pas sanctionnés. Étrangement quand les Québécois vont sur la Côte Est des États-Unis l’été, ils deviennent soudainement plus courtois et plus prudents. C’est une question d’environnement : «Tout le monde le fait, fais-le donc !» mais surtout, il y a … une présence policière visible et active. Mais dès qu’ils franchissent la frontière en rentrant au pays, les mauvais habitudes reviennent parce que … pas de police en vue!

      Je gagne ma vie sur la route, et je peux vous dire que respecter les limites de vitesse et la signalisation est un risque à prendre au Québec… alors qu’en dehors de notre « belle province » , c’est un risque à prendre de ne pas le faire !

      Louis Lemire Québec

    • Il faudrait peut-être considérer l’augmentation du nombre de véhicules en circulation au Québec, qui progresse énormément à chaque année.

      Simon Savard, Québec

    • @FCardinal “Au risque de me faire bien des ennemis, je crois même que la Ville devrait pouvoir implanter des radar photos mobiles et statiques.”

      Je suis d’accord avec vous, mais les cyclistes devraient être dans la mire du SPVM également!! J’pourrais facilement avoir un accident par semaine avec un cycliste si je ne faisais pas attention!! Peu de cycliste font leurs arrêts obligatoire dans les petites rues de Montréal (Plateau, Rosemont, Villeray et Ahuntsic de ce que je vois personnellement), et certains roulent sans contraire du sens unique ce qui est dangereux.

      M.Robidoux

    • Il faut aussi se demander, y a-t-il vraiment urgence quand on roule plus vite? Dans 99.9% des cas, la réponse, c’est non.Alors, pourquoi cette vitesse? Ça donne quoi de brûler un feu rouge? Sommes-nous si pressés que ça d’aller attendre au prochain feu rouge…???!!!

    • @ antiquebecor

      Vrai. Mais les contraventions aux cyclistes, tout comme celles remises aux piétons, sont en forte hausse, déjà. Contrairement à celles remises aux automobilistes.

      Cela dit, je suis d’accord: l’incivilité est en hausse… pour tous les usagers de la route, incluant piétons et cyclistes.

      François Cardinal

    • Un des principaux facteurs expliquant ces deux phénomènes est l’explosion de l’utilisation de la machine à maladie mentale qu’on appelle “téléphone intelligent”. La moitié des conducteurs textent ou jasent au cellulaire, et l’autre moitié sacrent après la première moitié. Augmentation de l’agressivité au volant, augmentation des collisions mortelles.

    • Pour les collisions mortelles:

      Période de 2007-2011, la moyenne est de 35,4 avec un écart-type de 3,2.
      Période de 2005-2011, la moyenne est de 40,7 avec un écart-type de 9,4.

      Pour les collisions avec blessés graves:

      Période de 2007-2011, la moyenne est de 254,6 avec un écart-type de 35,3.
      Période de 2005-2011, la moyenne est de 301,3 avec un écart-type de 85,1.

      Tout ça est bel et bien dans la variation statistique. Ce n’est pas tout de faire les cours, il faut faire les calculs aussi.

      D’ailleurs, pourquoi l’agressivité au volant devrait se réflèter dans les statistiques de décès et de blessures graves? Pourquoi pas dans les accrochages mineurs qui se multiplient? En milieu urbain, l’agressivité augmente bien souvent dans des conditions de circulation où provoquer un décès est à peu près impossible à cause de la densité de la circulation.

      Donc, pour les collisions avec dommages matériels:

      De 2007-2011, moyenne 29569 avec un écart-type de 1686.2.
      De 2005-2011, moyenne 29389 avec un écart-type de 1501.5.

      Encore ici, rien qui ressort de la variation statistique.

      Meilleure chance la prochaine fois.

      D. Savard

    • Mais, si c’est pour critiquer le comportement des automobilistes. Je ne suis pas certain que l’agressivité soit le facteur dominant. Il y a une quantité effarante de conducteurs automobiles qui ne respectent pas les règles les plus élémentaires et pour lesquelles les policiers ne distribuent jamais de contraventions.

      Par exemple, omission de signaler ses intentions. En fait, ce qui est devenu rare à Montréal, ce sont les gens qui utilisent les clignotants pour signaler leurs intentions. Pour un cycliste, un piéton et un autre automobiliste, cela fait une différence. Et c’est le genre de comportements qui fait augmenter l’agressivité des autres.

      Autre exemple, arrêt dans un zone interdite. Les intersections sont marquées avec une ligne d’arrêt et parfois, celle-ci se trouve à plusieurs mètres en amont de l’intersection pour l’excellente raison que les autobus et autres véhicules lourds ne peuvent tourner le coin sans empiéter sur l’autre voie qui doit donc être dégagée. Chaque jour je crois plusieurs intersections de ce type et environ 50% des conducteurs automobiles ne respectent pas la zone interdite. Je n’ai jamais vu un policier donner une contravention pour ça, pas plus que pour l’omission de signaler ses intentions. Ce sont deux exemples de comportements routiers qui ont un impact direct sur l’agressivité des autres usagers et qui ne sont jamais sanctionnés. Tant qu’il n’y aura pas plus de morts, les usagers de la route feront comme bon leur semble. Il n’y a que les excès de vitesse et les stationnements interdits qui ont l’attention des calepins de contraventions.

    • Signature:

      D. Savard

    • Au fait, parlant d’agressivité et de politesse. Vous savez que le système de La Presse pour les blogues nous intime de nous calmer lorsque nous faisons deux commentaires trop rapprochés l’un de l’autre.

      Vous ne trouvez pas que c’est un peu présomptueux de la part de vos informaticiens d’intimer aux lecteurs de se calmer? Peut-être devriez-vous envisager une formule un peu plus respectueuse du lectorat.

      D. Savard

    • Je remarque surtout une augmentation de narcissisme sur les routes. Certain pensent que leur temps est plus précieux que celui des autres et se sentent justifiés de dépasser une vingtaine de voitures sur la voie de sortie pour ensuite couper à la dernière minute, forcer ces 20 voitures à freiner et augmenter le niveau d’agressivité de ces 20 conducteurs. La police devrait être implacable pour ce type de conduite.

      Robert Gauthier

    • C’est vrai que l’agressivité est présente sur nos routes. J’ai hâte au jour où l’électronique embarqué empêchera de dépasser la limite de vitesse prescrite, ce qui devrait calmer ceux et celles qui s’impatientent derrière les écologistes qui respectent les limites.

      Tant les piétons que les cyclistes ont aussi un effort à faire. Toutefois, lorsqu’un cycliste ou un piéton enfreint le code de la sécurité routière, il met surtout sa propre vie en danger, alors que l’automobiliste peut tuer (et ça arrive trop souvent, pratiquement un mort au 2 semaines) un piéton ou un cycliste.

      C’est probablement Richard Bergerond et son équipe de Projet Montréal qui ont la vision la plus pragmatique : il faut calmer le trafic. Sur le plateau, c’était rendu invivable, avec les imbéciles qui croyaient que c’était un droit acquis de foncer dans les petites rues résidentielles pour gagner 2 minutes. Ils ont ragé (certains avaient littéralement de l’écume à la bouche tandis que d’autres tremblaient !) lorsque ce fut rendu impossible, mais cela a probablement sauvé quelques vies.

      Simon Chartrand
      Montréal

    • Je pense que vous êtes parti d’une idée et que voua voulez prouver votre point pour tenter d’inquiéter les gens malgré que les instances concernées vous contredisent. Les décès ont quoi? vous utilisez le terme: “BONDI”? e 33 à 39? soir 6 cas de plus sur une période de 4 ans!!! Et en plus, les spécialistes vous disent que cela n’a AUCUNE signification statistique! Vous n’avez aucune idée de ce dont vous parlez, mais vous tenez tellement à prouver votre point que vous sombrez dans la populisme…savez vous ce qu’est la veriation statistique? la réponse est non! alors qui êtes vous pour en parler? Résignez vous! admettez vous n’êtes pas compétent pour discuter de statistiques, ce qui implique que vous ne pouvez pas non plus tenter d’inquieter les gens pour votre bon plaisir. merci.

    • On a pas encore suffisamment de chiffres mais ceux que j’ai plus haut à partir de 2005, me portent plutôt à croire à une baisse relative des accidents en tous genres sur les routes de Montréal.

      Pourauoi cela s’améliore ? Parce que les gens conduisent meux ? Parce qu’il y a plus de policiers ? Rien de tout cela, simplement qu’en étant plus nombreux sur les routes et jammés dans le trafic, les gens se surveillent plus et font moins d’accidents relativement parlant, ils se tapent plus sur les nerfs, voient plus les défauts des autres mais font moins d’accidents.

      Pourquoi une remontée des collisions avec blessés graves ou mortelles ? Il y a une partie qui vient du hasard et de la malchance et une autre qu’avec plus de monde sur les routes même si on se surveille plus, il ya aussi un autre facteur qui fait augmenter la probabilité d’accidents.

      Notamment la nuit… Si la chauffard ne croise qu’une voiture, l’autre conducteur le verra peut-être à temps mais quand c’est rendu le troisième…

      Il faudrait donc regarder les heures et endroits des accidents graves, la croissance du nombre de conducteurs sur les routes, notamment les jeunes hommes entre 16 et 25 ans… L’alcool au volant,etc.

    • @ dcsavard

      Merci pour les calculs. Très intéressant.

      Deux choses.
      D’abord, le terme «bondir» est trop fort, je le concède.
      Ensuite, mon commentaire se voulait une réponse au SPVM, qui se réjouissait d’«une nette amélioration», puis d’une «stabilisation». Je persiste à noter une tendance à la hausse depuis 2008. Elle n’est pas statistiquement significative, soit. Mais à la lumière du sondage Léger, il est périlleux de balayer cette légère hausse du revers de la main en évoquant le simple hasard.

      On ne sonne pas l’alarme parce qu’on passe de 31 à 38 collisions mortelles, mais on doit tout de même lever un petit drapeau rouge.

      François Cardinal

      PS: Montréal n’est pas que son centre-ville.

    • @ dcsavard

      Pour la modération, je passe le mot.

      François Cardinal

    • @ levraidoc

      Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, l’idée du billet est de proposer une interprétation, puis de demander aux lecteurs de réagir en la confirmant ou en l’infirmant. D’où la question finale. D’où l’échange, tout à fait ouvert et transparent, entre plusieurs internautes et moi. Un échange courtois et respectueux.

      Je vous demanderais donc d’y participer avec courtoisie et respect.

      François Cardinal

    • Lorsque le travail des policiers qui surveillent la circulation sera vraiment de surveiller la circulation et non de rapporter de l’argent, il y aura une augmentation significative de la réduction des comportement agressif.

      Actuellement, sur le parcours que j’utilise pour aller travailler, 95% des policiers que je voie surveiller la circulation sont au même endroit. Il surveille la vitesse des véhicules dans le creux de la route lorsqu’elle passe sous une voie de chemin de fer. Les gens laissant leur véhicule accélérer en descendant vers le creux à un endroit où il n’y a pas de piétons donc pas vraiment de risque reçoivent une contravention. Le reste du temps, j’en voie très peu. Donc il y a peu de risque de recevoir une contravention ailleurs qu’à cet endroit, quelqu’un qui est peu respectueux des lois n’a qu’à contrôler sa vitesse à cet endroit et faire ce qu’il veut ailleurs.

      Dans les zones où il y a de la vitesse excessive ou pour surveiller le respect des feux de circulation, on devrait mettre des robots soit des radars de surveillance mobile en non fixe. Les robots fixes devraient être une exception car la majorité des conducteurs savent où il de la surveillance.

      Pour le reste, tous les véhicules de surveillance devrait être banalisés et circuler. Ils donneraient un constat d’infraction à tous ceux qui changent de voie sans le signaler ou de façon agressive, etc. Mais cela n’est pas possible car l’argent qui provient des infractions est déjà budgété et qu’une méthode de surveillance qui serait plus efficace pour réduire les infractions mais qui rapporterait moins d’argent ne peut pas être mise en place actuellement.

      Daniel Legault

    • Monsieur Cardinal,

      Au Québec, la courtoisie ne fait pas seulement défaut derrière le volant. Ecoutez comment certains clients s’adressent aux employés dans les commerces en les tutoyant gros comme le bras et en donnant des ordres: “Tu vas me donner…”

      Je suis heureux d’apprendre que vous savez que l’on joue avec les statistiques. 2008 a été une année exceptionnelle dans la réduction de la mortalité routière partout dans le monde mais notre table et son “Roy” (traduction du patronyme De Koninck) se sont félicités pour les bons résultats. Un baril de pétrole qui avait atteint 156$ avait modifié les comportements des automobilistes. Et si on roule moins de kilomètres, il est normal qu’il y ait moins de collisions graves. 2008, la meilleure année en Angleterre depuis la tenue de statistiques routières. 2008, aussi la meilleure années aux USA depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale. L’économie américaine s’améliore. On roule plus et les résultats de l’année 2012 seront fort probablement pires que ceux de 2011, surtout à cause des motocyclistes roulant sans casque.

      Vous nous rendriez un gros service si vous aviez la gentillesse de demander à Jean-Marie De Koninck pourquoi il nous a dit que depuis l’installations des radars-photo en France, la mortalité avait baissé de 40% au cours des trois premières années. Il y a bel et bien eu 38% moins de décès de 2001 à 2003 mais la première pompe-à-fric a été mise-en-service le jour de l’Hallowwen 2003 avec 61 jours restants dans l’année!!! Les chauffeurs du cortège du président Sarkozy, l’instigateur du maillage des radars-photo, ont fait flasher les photomatons en toute impunité jusqu’à la fin de son mandat. Ils ont été pris à rouler à 200 km/h sur l’autoroute A6 à quelques semaines des élections?

      Le Texas vient d’inaugurer une autoroute à péage, la State Highway 130 entre Austin et San Antonio, avec une limite à 85 mph (145 km/h) parce que depuis que la limiteà été relevée à 80 mph en juin 2006, le bilan routier sur autoroutes s’est constamment amélioré.

      Cordialement.

      Jean Livernois

    • @Bret

      Lorsque vous possédez une voiture, vous êtes à risque d’avoir à un moment ou un autre de l’agressivité au volant. Or comme plusieurs Montréalais possèdent une voiture, je ne crois pas que celà soit un phénomène de banlieusard seulement!! On connait votre haine envers le 450…

      @FCardinal

      ” Mais les contraventions aux cyclistes, tout comme celles remises aux piétons, sont en forte hausse, déjà. Contrairement à celles remises aux automobilistes.”

      Peut-être que les policiers sont plus vigilant fasse aux cyclistes et piétons, mais pour les automobilistes je crois qu’ils font preuve de paresse. Étant donné que je suis représentant, je connais le territoire de P.A.T jusqu’au Boul St-Laurent par coeur du nord au sud et je peux vous dire que les “trappes à tickets” sont toujours aux mêmes endroits….c’en est risible!! Pour les habitués, tu ralentis à la trappe et tu augmentes ta vitesse ensuite. Ce que je vois souvent par exemple, se sont les autos qui passent sur le ”jaune foncé” et une auto-patrouille attends de passer sur le feu vert, voit l’auto passer sur le “jaune foncé” et n’arrête pas le contrevenant!! J’en vois souvent.

      M.Robidoux

    • Comment peux-t-on etre agressif en textant?

    • @ antiquebecor

      Bret vous parle d’un phénomène qui se passe près de chez lui et qui implique surtout des banlieusards allant prendre le Pont Champlain. Je ne vois pas de haine du 450 dans cela.

      De mon côté, je peux vous décrire le comportement semblable d’automobilistes -surtout des 450 qui retournent vers la banlieue Nord entre 16h et 18h30. Tout près de chez moi, ils quittent une artère importante en tournant à droite pour en prendre une autre qui les amène directement au pont. C’est pas beau à voir. Il y a quelques années, un piéton qui traversait sur la verte est mort sur le champ, frappé par un conducteur pressé qui tournait à droite.

      Les habitués du coin on ne traverse plus sur la verte mais sur la rouge quand personne ne vient de par la petite rue transversale. Parmi les banlieusards qui rentrent chez eux, il y en a des trop pressés.

      Ce message ne parle pas de haine. Il parle d’une situation dangereuse créée par des gens X d’une région X. Si j’habitais un autre secteur de Montréal, je parlerais des gens Y d’une région Y. Des Montréalais, peut-être.

    • Montréalaise

      Quand quelqu’un parle d’une région y en parlant de “Les “petits” banlieusards sont très pressés de retourner dans leur “soi-disant paradis” sur la rive-sud”, ca démontre peut-être pas de la haine, mais du mépris néanmoins.

      Pour revenir sur le sujet, j’habite au centre ville, et laissez moi vous dire que les gens qui y circulent en voiture sont des sauvages. Par exemple, il y a deux semaines, je traversais la rue avec mon père agé et malade qui se déplace avec une canne, et un individu (contrairement à certains, je ne me suis pas préoccupé de son origine géographique, municipale, ethnique, sexuelle, ou autre) a démontré son impatience en klaxonnant bruyamment et en manquant presque de nous écraser. Quel manque de savoir vivre.

      Au lieu de matraquer les étudiants, les policiers devraient plutôt faire leur job et arrêter les fous dangereux qui se promène sur nos routes.

    • Je crois que les gens confondent agressivité et inconscience.
      Beaucoup changent de voie sans signaler et sans vraiment vérifier leur angle mort … par inconscience. Je me suis déja fait dire que c’était de ma faute parce que je me tenais dans son angle mort.
      D’autres suivent de trop près … par inconscience. Quand on leur rappelle poliment, ils ne comprennent pas et encore une fois, c’est moi qui est agressif parce que je leur ai dit.

      @Montréalaise.
      Il y a quelques années, j’ai failli me faire emboutir par un inconscient justement. Parce que je l’avais klaxonné, il m’a suivi jusqu’au parking du Tim Horton ou je m’arrête parfois et il m’a invité à me battre. Une chance pour lui j’ai refusé. Il ne faisait vraiment pas le poids. Et sur sa voiture, il avait une vignette de stationnement de Montréal. Des agressifs et/ou des inconscients, il y en a partout. Et dire que c’est le cas surtout des 450, c’est de l’inconscience et/ou de l’agressivité également.

    • On s’entend que les comportements agressifs ne sont pas nécessairement des excès de vitesse et qu’en conséquence, ils ne sont jamais sanctionnés par les policiers, sauf s’il s’agit de griller un feu rouge ou un arrêt obligatoire. Et à mon avis, il est là le problème de l’agressivité sur la route. Tant et aussi longtemps que les policiers ignoreront les comportements irritants qui sont la cause de l’agressivité, celle-ci ira en augmentant. Quand quelqu’un induit cinq automobilistes à prendre une mauvaise décision parce qu’il n’a pas signalé ses intentions, ça fait cinq automobilistes sur la route qui viennent de voir leur stress monter d’un cran, sur leur trajet, ils rencontreront plusieurs fois des comportements de cette nature et ils finiront par être eux-mêmes agressifs.

      Et sans dénigrer les banlieusards, pourquoi ces comportements sont plus susceptibles de se retrouver chez eux? Simplement parce qu’ils parcourrent une plus grande distance et rencontreront de plus nombreux comportements irritants sur leur trajet.

      D. Savard

    • Il y a des comportements agressifs et des comportements négligeant. Si on veut améliorer le comportement des gens au volant, les deux doivent être sanctionnés.

      En ce qui concernent les comportements agressifs, avant de cibler la région d’origine des conducteurs, il faudrait noter le type de véhicule qu’ils conduisent. J’ai la perception que les conducteurs de véhicules sports dispendieux et les jeunes à casquettes dans de petits véhicules sports sont plus agressifs.

      Étant une personne en général peu agressive et courtoise, systématiquement, je laisse les piétons traverser aux intersections, dans une file, je laisse toujours un véhicule passer devant moi, le comportement de ceux qui se faufile m’exaspère et me rend parfois agressif.

      Ces dernières années dans la grande région de Montréal, on a eu plus que notre part d’embouteillage causé par les travaux, cela et le peu de sanction peuvent être une raison de la montée de l’agressivité.

      Je me rappelle la grève de la SQ qui ne donnait plus de contraventions. Au début le comportement des gens n’avait pas changé mais à la fin le comportement des gens étaient sauvage. C’est une preuve qu’il faut un minimum de surveillance sur la route comme ailleurs.

      Les délinquants non sanctionnés finissent par entrainer la majorité.

      Daniel Legault

    • @ Hermyy

      J’ai vécu dans Ahuntsic il y a plusieurs années, et les approches vers les ponts causaient problèmes.
      Les zones dangereuses étaient les rues résidentielles qui permettaient d’éviter une ou deux lumières pour rejoindre les ponts. Donc utilisés par les gens de la banlieue. Plusieurs zones scolaires se trouvaient sur ces trajets.

      Lorsque c’est votre enfant qui se fait frôler par un automobiliste pressé (un individu dont 3 secondes de sa vie est plus important que la sécurité de votre enfant), ou vous-mêmes, que vous ne pouvez pas rentrer chez vous sans être dans un situation dangereuse, et tout le stress que cela apporte, il faut comprendre qu’une certaine agressivité d’installe. C’est humain. Ce n’est pas sain, ce n’est pas souhaitable, mais c’est inévitable.

      Si les banlieusards sont souvent cités (dans ma tête, ce sont aussi les gens aux extrémités de l’île), c’est que proportionnellement, ce sont eux qui font les plus longs trajets, qui utilisent le plus leur automobile, et qui en plus, sont les moins concernés par la qualité de vie et la sécurité de quartiers qui ne sont que des obstacles entre leur travail et la maison. Ils ne sont pas de moins bons êtres humains (nous sommes tous aussi bêtes!), ils sont seulement plus souvent dans des situations répréhensibles.

      En ce qui concerne le sujet principal, j’ai simplement l’impression qu’il n’y pas des automobilistes, des cyclistes ou des piétons agressifs, seulement des gens agressifs, qui le seront peu importe leur moyen de transport. Il est vain de blâmer un mode de transport en particulier, le problème vient des individus.

      Mario Bélanger

    • @dcsavard
      “Simplement parce qu’ils parcourrent une plus grande distance et rencontreront de plus nombreux comportements irritants sur leur trajet.”
      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça. Plus on est confronté à des comportements aberrants, mieux on réagit face à eux, sans agressivité. Bien sur, ceux qui sont capables d’apprendre de leur comportement et de celui des autres. Les autres resteront agressifs jusqu’à ce que trop de contraventions, ou un poteau, les calment
      L’agressivité, on l’a dans le sang à divers degrés. Et c’est facile à comprendre, si l’argument de la distance était vrai, tout le monde qui habitent loin, disons St-Janvier, seraient tous des monstres d’agressivité. Hors ce n’est pas le cas.
      Il va neiger cette nuit. Demain matin, mon fun sera d’observer les comportements dangereux. En général, les gros SUV sont les pires lorsqu’il a neigé. Le faux sentiment de confiance joue beaucoup sur l’agressivité. C’est la même chose pour les jeunes à calotte. Ils se croient de “bons conducteurs” , ils ont confiance, alors ils font des folies.

    • @mariob
      Ce ne sont pas tous les banlieusards qui font des détours dans les petites rues.
      Je prends le pont Papineau ou le pont Viau. Je reste sur Papineau ou sur Christophe-Colomb. A moins qu’il y ait un détour.
      Le trafic fait ressortir le mauvais coté des gens si ils en ont déjà un.

    • Cherchez l’erreur. Il y a quelque chose qui cloche chez les circulo-évêques, comme JM de Koninck par exemple. Selon eux personne ne peut se considérer ou être considéré comme bon usager de la route. Si on ne peut pointer quiconque, c.à.d. ‘donner des noms’, comme ‘bon usager’ alors à quoi bon. On tente de convertir à ce qu’il n’y a pas. Étrange. On ne risque pas de se tromper en blâmant tout le monde, n’est-ce-pas. Si le ‘bon usager’ existe alors qu’il soit précisé et défini pour que chacun sache s’il en est un ou non. À quoi bon tenter de devenir ce qu’on ne peut indéniablement pas être.
      ‘Les études’? je voudrais bien savoir quelles conclusion tirer de ’stats’ prisent sur un réseau routier complètement chamboulé et dénué de sa fluidité optimale depuis des lustres. Lorsque les cônes ‘disparaitront’ les pédales ’s’enfonceront’. Alors à quoi bon s’éreinter du ciboulo sur quelque chose d’insensé et de biaisé dès le départ. Des fois, j’comprends pas trop. Faire du ‘milage’ sur un sujet ‘facile’? Tester un DC3 pour connaître les qualités d’un 747!
      Suggestion. Pour juger de l’efficacité du SPVM, que l’on explore les dossiers de ceux qui recoivent des contraventions. Après avoir reçu un PV d’un policier, est-ce qu’une personne recommence oui ou non? C’est en partie là que réside les ’secrets’ des interventions policières. Pas sur les effets généralisés ‘de masse’ sur lesquelles ont peut s’étendre à l’infini sans ne jamais rien y voir de significatif. Parole de politicien: ‘les chiffres ont leur fait dire ce que l’on veut’. Déclaration absurde, mais faut bien être de son temps.
      De toute façon que voulez-vous que le SPVM dise de lui-même? Lorsque vous avez comme devise ‘Un mort, c’est un mort de trop’ vous vous condamnez à essayer de faire de la terre un paradis, de projeter la barre bien au delà de Pluton et à un éternel recommencement. Ainsi va la vie dans le domaine de l’utopie. Moi ce que je vois c’est qu’en général les véhicules circulent moins rapidement sur les voies semi-rapides et rapides. Le premier responsable en est le prix du carburant et le second la présence policière.

    • En tant que cycliste et automobiliste, je peux vous confirmer que le manqué de savoir vivre des conducteurs québécois est spectaculaire. C’est une honte collective.

      … et ça n’a rien à voir avec l’augmentation du parc automobile, des travaux, etc. Je rentre justement d’une grande ville d’un pays en développement, 15 million d’habitants, des infrastructures déficientes, travaux routiers, embouteillages permanents… malgré tout ça, les conducteurs prennent leur mal en patience, et si quelqu’un doit changer de voir pour prendre une sortie, eh bien, on lui donne une chance. Quelle différence.

      Je suis toujours surpris lorsque je suis à l’étranger, de voir les automobilistes s’immobiliser pour laisser traverser les piétons à un passage désigné. Ici, on accélère!

      Je suppose que ça fait partie de la société distincte.

    • La courtoisie est en régression? Il semble que le Québec devient de plus en plus américanisé.

      Dommage!

    • @ Hermyy

      Je viens de relire le texte de Bret et vous avez raison, les termes “petits banlieusards” et “soi-disant paradis” sur la rive-sud” sont déplacés.

      @ gl000001
      «Des agressifs et/ou des inconscients, il y en a partout. Et dire que c’est le cas surtout des 450, c’est de l’inconscience et/ou de l’agressivité également.»

      Relisez bien mon texte. Le cas que je décris se passe là où, en forte majorité, des banlieusards passent pour retourner chez eux mais je prends la peine de spécifier ceci:

      «Ce message ne parle pas de haine. Il parle d’une situation dangereuse créée par des gens X d’une région X. Si j’habitais un autre secteur de Montréal, je parlerais des gens Y d’une région Y. Des Montréalais, peut-être.»

      Quand je dis les gens “Y”, la région “Y”, cela peut être des Montréalais dans tel autre quartier de Montréal. C’était le sens de mon message. Quand je dis “région” je ne parle pas nécessairement d’une région en dehors de l’île. Région dans le sens de quartier de Montréal. Si mon message laisse entendre que les agressifs ne viennent que du 450 c’est que je l’ai mal rédigé car je ne pense pas cela, je ne l’ai jamais pensé et ne le penserai jamais. Je parlais d’un cas précis où ce sont les banlieusards qui passent entre 4h et 6h pour rentrer chez eux. À ce moment précis, il devient dangereux de traverser à un coin de rue près de chez moi car ceux qui tournent à droite pour prendre le pont ne font souvent que ralentir. Ils n’arrêtent pas pour laisser traverser les piétons. C’est près d’une école en plus.

      En résumé, je parle de ce que je vis et de ce que je vois. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas une autre catégorie de gens, ailleurs sur l’île, qui ne font pas de grossières erreurs de conduite automobile. Il me semble que c’est implicite… à moins d’être une parfaite idiote. Si j’ai bien compris, vous me prenez pour une idiote. Ou j’aurais encore ma lu?

    • * maL lu

    • Les gens sont de plus en plus pressés et de plus en plus impatients. Très tôt le matin sur le boul. Charest est à Québec, il y a ces gros VUS qui te suivent de près avec leur quadruples phares surpuissants, comme s’ils sentaient obligés de nous éblouir. Il y a ces petits véhicules coréens de bas de gamme qui vous suivent de si près que vous voyez à peine leurs phares de votre rétroviseur, et pourtant je roule à la même vitesse que tout le monde. Dans de telles conditions, comment ne pas devenir impatient devant un véhicule qui vous harcèle et comment na pas avoir envie de lui freiner au visage. De nombreux hommes de 40 ans et moins s’adonnent aux jeux vidéo et sont de tout faire à la vitesse. alors plusieurs d’entre eux transposent leurs jeux vidéo sur nos routes. Cela a été prouvé

    • P. Morneau Quebec
      J’oublie de signer

    • @montréalaise
      Vous avez décrit une situation ou des 450 sont agressifs et dangereux. C’est au mieux anecdotique parce que des comportements dangereux, il y en a partout. C’était non nécessaire car tout ce que ça a fait, c’est que j’ai perçu votre commentaire comme agressif envers les 450. Quand je prenais régulièrement mon vélo pour aller travailler en Ville, je devais traverser une rue près du Pont-Viau et c’était un peu fou parce que les gens qui arrivaient de la Ville roulaient également en fou. La loi des grands nombres nous dit intuitivement que des agressifs, il y en a également partout: en ville, à la banlieue, à la campagne.

    • @ gl000001

      Si vous ne prenez qu’un partie de mon message (19h26), vous pouvez me faire dire n’importe quoi. Si vous le lisez jusqu’au bout, vous pourrez constater que je nuance. Comme ceci, par exemple: «PARMI les banlieusards qui rentrent chez eux, IL Y EN A des trop pressés.

      [...] Si j’habitais un autre secteur de Montréal, je parlerais des gens Y d’une région Y. Des Montréalais, peut-être.»

      À 11h57 je clarifie à nouveau afin que mon message ne soit pas mal interprété ainsi: «Si mon message laisse entendre que les agressifs ne viennent que du 450 c’est que je l’ai mal rédigé car je ne pense pas cela, je ne l’ai jamais pensé et ne le penserai jamais. Je parlais d’un cas précis où ce sont les banlieusards qui passent entre 4h et 6h pour rentrer chez eux.»

      Je vous ferai remarquer en terminant que vous même vous apportez deux exemples anecdotiques. Contrairement à vous, il ne me viendrait pas à l’idée de vous le reprocher puisque c’est normal d’appuyer nos plaintes à partir des choses dont nous sommes témoins.

      J’ai fait le tour de ce sujet et je laisse aux lecteurs le soin de juger par eux-mêmes… si jamais cela les empêche de dormir :(

    • Je n’ai pas l’intention d’argumenter bien longtemps sur les cas particuliers, mais à deux populations de conducteurs statistiquement équivalentes, celle qui doit franchir des distances plus grandes se trouve confrontée plus fréquemment à des comportements irritants, à une fatigue nerveuse plus grande et aura donc tendance à adopter des comportements plus risqués.

      On ne vise personne en particulier ici et ce n’est qu’un effet de fatigue normal qui se fait sentir après une période de stress plus longue.

    • Et puis, ces chiffres publiés ne permettent pas de savoir si l’augmentation d’agressivité n’est pas compensée par autre chose et qu’en réalité le bilan devrait être beaucoup moindre que la presque quarantaine de morts. Je pense qu’il y a une limite à ce que l’on peut vouloir faire dire à ces chiffres, de part et d’autre.

      Mais, au final, je suis plutôt d’accord qu’il y a un problème d’agressivité au volant et que le SPVM tente de l’ignorer parce qu’ils ne veulent probablement pas passer encore une fois pour des distributeurs de tickets. Sauf que, comment corriger les comportements déliquants sans pénaliser? C’est bien beau les pubs sur la courtoisie au volant, mais dans la réalité c’est de l’argent gaspillé.

      D. Savard

      P.S. Considérez cette signature valide pour mon intervention précédente.

    • @ gl000001
      Si vous ne prenez qu’un partie de mon message (19h26), vous pouvez me faire dire n’importe quoi. Si vous le lisez jusqu’au bout, vous pourrez constater que je nuance. Comme ceci, par exemple: «PARMI les banlieusards qui rentrent chez eux, IL Y EN A des trop pressés.»

      À 11h57 je clarifie à nouveau: «Si mon message laisse entendre que les agressifs ne viennent que du 450 c’est que je l’ai mal rédigé car je ne pense pas cela, je ne l’ai jamais pensé et ne le penserai jamais. Je parlais d’un cas précis où ce sont les banlieusards qui passent entre 4h et 6h pour rentrer chez eux.»

      J’ai fait le tour de ce sujet et je laisse aux lecteurs le soin de juger par eux-même.

    • @dcsavard
      “aura donc tendance à adopter des comportements plus risqués.”
      C’est votre théorie. Je trouve la mienne très bonne également. Il faudrait trouver une étude là-dessus.

    • @montréalaise
      Au delà des nuances que j’avais bien vues, votre exemple ne ciblait que les 450. C’est ça que je trouve non nécessaire. Et je l’ai bien écrit.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité