Le blogue de François Cardinal

Archive du 26 novembre 2012

Chaque lundi, un blogueur invité a pour mandat de nous dire de quoi Montréal a besoin, concrètement. Cette semaine, Nik Luka, professeur agrégé aux écoles d’architecture et d’urbanisme et associé à l’École de l’environnement de l’Université McGill, se prête au jeu.

NL_2011_6À Montréal, nous adorons faire des plans et des projets. Mais la réalisation est toujours un défi. Alors que la Ville de Montréal cherche l’implication des citoyens aux soirées Demain Montréal, cet automne, je propose quatre pistes de réflexion.

1. Arrimer les activités d’entretien et de remplacement des infrastructures avec les projets d’amélioration du domaine public.

C’en est assez! La Ville doit s’organiser pour profiter des grands travaux sur les égouts et les aqueducs pour refaire les chaussées et les trottoirs dans une optique d’amélioration de la qualité de l’espace public pour les piétons, les cyclistes et les usagers des transports en commun. Planifier, c’est synchroniser les activités des divisions des travaux publics, du déneigement, de l’aménagement, du développement économique et des autres.

2. Faire progresser nos discussions et nos démarches sur la densification des quartiers existants, en ville et en banlieue.

Il est temps d’avoir un débat public sur ce sujet. Les retombées positives de la densité bien gérée se révèlent de manière splendide dans nos vieux quartiers recherchés, comme le Plateau. La demande pour vivre en ville est bien documentée, surtout pour les ménages avec enfants qui cherchent à demeurer dans les quartiers où la voiture n’est pas nécessaire. Nous avons suffisamment de tours remplis d’appartements-garde-robes de 40 m2! Où sont les promoteurs intéressés par d’autres types de projets?

3. Investir massivement dans l’amélioration des transports en commun, tout en réduisant le trafic de transit dans les quartiers centraux.

Québec et Ottawa doivent nous entendre : donnez-nous les moyens d’avancer sur ce dossier ! Et profitons-en pour revoir le projet de l’échangeur Turcot conçu par le MTQ. On n’est plus en 1960 !

4. Profiter davantage des forces de la société civile.

Puisque la bonne planification ne se fait pas à huis clos, il faut impliquer les citoyens de façon systématique. Nous ne pouvons nous contenter de consulter, il faut engager les usagers dans les processus.

Nous sommes chanceux de vivre dans une ville comme Montréal. Profitons de ce moment de grands changements pour en faire la ville que nous voulons.

Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité