Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 14 novembre 2012 | Mise en ligne à 7h23 | Commenter Commentaires (23)

    Un putsch tranquille se prépare à l’hôtel de ville…

    609883-vendredi-michael-applebaum-affirme-maire

    Je suis loin d’être convaincu que Michael Applebaum a l’étoffe d’un maire, qu’il a la poigne pour diriger Montréal, qu’il a l’envergure pour gouverner une métropole. Mais je dois avouer être impressionné par ce mélange d’audace et de témérité qu’il affiche depuis quelques jours…

    En l’espace d’un weekend, en effet, l’ancien président du comité exécutif a réussi, à lui seul, à transformer une petite élection pépère au résultat inévitable en un épisode fascinant de politique municipale.

    En quittant le comité exécutif, en prenant ses distances de sa formation et en tendant la main aux partis d’opposition pour renverser le candidat officiel d’Union Montréal (dont il est toujours membre), M. Applebaum tente d’organiser rien de moins qu’un putsch tranquille…

    On s’entend, je ne le crois pas quand il dit avoir claqué la porte de l’exécutif pour des raisons d’intégrité. Je ne crois pas non plus que l’ambition de M. Applebaum soit étrangère aux tractations entamées avec les partis d’opposition.

    L’homme, clairement, n’a pas digéré le fait que son parti a choisi un autre candidat. Surtout après qu’un de ses collègues a critiqué la qualité de son français sous le couvert de l’anonymat, dans La Presse.

    Un cheap shot, pourrait-on dire…

    N’empêche, Michael Applebaum joue gros. En prenant ses distances d’Union Montréal, il se met à dos la majorité des élus de ce parti, c’est-à-dire tous ceux qui ont appuyé Richard Deschamps. Il risque donc, si sa stratégie échoue, de se retrouver orphelin de formation.

    En outre, il joue un jeu très dangereux en tentant de réconcilier des partis dont l’animosité l’un pour l’autre est manifeste. Surtout s’il ajoute à l’équation quelques transfuges d’Union Montréal afin que les trois partis soient représentés.

    Si Applebaum réussit à créer une administration de coalition, un objectif fort souhaitable, il sera vu comme un élu capable de réunir des gens aux intérêts divergents, capable de travailler en dehors des lignes partisanes. Bravo.

    Mais s’il échoue, il deviendra l’homme de la bisbille, de la chicane, de l’éclatement.


    • Michael Applebaum est l’homme de la situation. Il était au coté de Tremblay, il est vrai, tout comme son adversaire qui se présente également comme candidat à la Mairie.

      Mais des 2 personnages, je crois à la sincérité et aux qualités de Leader d’Applebaum. S’il rejoint les doléances des Partis d’opposition, il saura gagner.

      L’autre personnage est une marionnette qui n’a jamais vu le train venir…

    • Moi je questionne le Curriculum Vitae de M. Deschamps……il a fait quoi au juste ? Petit fonctionnaire même pas un cadre ou hors-cadre dans un collège mais avec des amis aux HEC (Association des anciens), et consultant de quoi et en quoi et les dates m’intéresse au plus haut point……that’s it ?

    • Depuis des années, les Montréalais paient trop cher pour leurs infrastructures. Richard Deschamps est le responsable des infrastructures. Il propose la continuité. Richard Deschamps a obtenu 27 votes de la part de ses collègues d’Union Montréal.

      Il me semble clair que ce Deschamps était la personne la plus mal placée pour succéder à G. Tremblay. Qu’ont pensé les 27 personnes qui ont voté pour lui?

      Un autre sourd et aveugle à la tête de Montréal? Le maire Tremblay serait parti pour rien.

    • Le comité exécutif avait un rapport comme quoi le coût des infrastructures coûtaient trop chère. Parce qu’il n’a pas été choisi, Applebaum a décidé de le rendre public. Ce qui démontre que c’est une personne malhonnête qui fait preuve de transparence juste pour être calife à la place du calife.

    • Je suis d’accord avec vous. LEs raisons invoquées publiquement sont peut être fondées mais c’est d’abord parce qu’il se sent trompé par son parti qu’il fait ça, c’est clair… et son français et loin d’être inaudible (contrairement à son collègue Rotrand dont on ne comprend que dalle!).

      Mais à la limite… il a raison. Il a été le seul à vouloir revenir sur la fameuse hausse de 3,3% de taxes pour 2013 et c’est à son mérite.

      Tandis que chez Désunion Montréal, on voit tout de suite qu’ils essaient d’abord et avant tout de sauver leur peau pour les élections de 2013…

      Cependant, monsieur Applebaum souhaite aussi un chef de comité exécutif indépendant… il n’y a pas beaucoup de candidats!

    • Je ne comprends pas pourquoi on s’énerve avec lui, à moins que les partis d’opposition ne connaissent rien à la politique…

      Si Applebaum fait une coalition en unifiant les deux oppositions et quelques transfuges, il devient de facto leur chef. Voir que Louise Harel et Richard Bergeron vont s’inféoder à ce politicien d’un parti fini et abandonner leur course à la mairie.

      En tout cas, s’il réussit, les deux autres méritent la retraite.

    • Louise Harel a l’astuce et le savoir faire de diriger par interim la Ville de Montréal. Il n’a pas de raisons valables pour qu’elle ne rassemblera pas une coaltion, les citoyens de Montréal se porteront meilleur qu’avec la cacophonie présent.

      Elle devrait commencer par se rapprocher ou fusioner avec le parti de Richard Bergeron puis recruter les plus crédibles de la majorité. Elle aurait un ans pour démontrer sa capacité de diriger la Ville de Montréal.

      L’objection des anglophones du West Islands est sans issue, ils n’ont pas le droit de bloquer un gouvernement dirigé par un ou une non-libéral.

    • Les travaux de la commission Charboneau ont établi que la corruption était en place depuis des années, indépendamment de la succession des partis politiques au pouvoir. Ceci jette une ombre sur tous les partis présentement en place, aucun desquels ne pouvant prétendre être à l’abri de nouvelles allégations encore à venir.

      Dans ce contexte, il me semble très questionnable d’aller piger dans ces mêmes partis pour gouverner Montréal en ces temps troubles. Il est impératif d’imposer quelqu’un d’externe, sans lien antérieur avec la gouvernance de la métropole.

    • En ce qui me concerne, Applebaum est un opportuniste et comme vous le dites si bien, l’homme de la bisbille, de la chicane et de l’éclatement… Tout ce qui compte pour lui c’est lui!

    • On peut constater que Applebaum vit un gros gros trip d’égo. Ce qui m’inquiète c’est qu’il vient de la même formation politique que Tremblay. Peut-on lui faire confiance. Personnellement, je me garde une petite gêne et un autre choix que lui ne me fera pas sourciller.

      Sylvain Pelletier

    • Mon utopie ?

      Depuis la dernière élection municipale à Montréal que j’avance en ces blogues de cyberpresse l’idée que la métropole soit gouvernée par une coallition des meilleurs candidats élus issus de tous les partis municipaux montréalais ainsi que d’indépendants.

      Je partais du point de vue que Montréal ne peut se passer des Louise Harel et des Richard Bergeron de l’île. On n’a pas de talents à gaspiller sous prétexte d’appartenir à un parti politique.

      Voilà que sous l’impulsion de Michael Applebaum il semble inévitable que Montréal sera dirigée par un triumvirat nommé Applebaum-Bergeron-Harel. Chacun excelle en son domaine. Chacun peut apporter beaucoup à la métropole. Les voilà presque réunis. Sauront-ils atténuer la partisanerie et donner de l’éclat à Montréal.

      Quand je parlais de ça il y a 4 ans et à répétition depuis, je crois que personne jamais ici a répondu à ma suggestion “utopique”. Elle restait toujours lettre morte.

      J’ai hâte de voir ça!

      Ou ça fonctionne.
      Ou on aura au moins essayé quelque chose de créatif… ce qui ressemble à Montréal.

      Y Labonté, fière comme un paon :)

    • @ syl20_65

      Je ne partage pas vos doutes ni votre perception de Michael Applebaum.

      Depuis que Applebaum est maire de Côte-des-Neiges, les résidents peuvent mesurer son impact positif sur la vie de quartier et son dynamisme.

      Maintenant, nous devons reconnaître qu’il y a du bon monde dans tous les partis. Du monde qualifié, du monde intègre et dévoué. Pourquoi s’en priver?

      Triumvirat Applebaum-Bergeron-Harel=

      Applebaum = pas les 2 pieds dans même bottine, énergique, entreprenant.
      Bergeron= développement urbain, environnement et transports, vision interculturelle
      Harel= groupes communautaires, groupes sociaux, défense du français.

      Je crois ces trois personnes intègres, dévouées et, surtout, “montréalistes”.

    • La question que l’on doit ce poser? Est-ce que actuellement la ville de Montréal est gérable, peut importe qui sera le prochain maire. Montréal depuis les fusions est devenue un monstre à plusieurs têtes, qui ne cesse d’engloutir l’argent des contribuables au développement de leurs arrondissement, qui dépendent des budgets que le conseil municipal de Montréal va leurs octroyer,conséquences directe une multitudes de projets afin d’obtenir le maximum d’argent disponible, c’est comme si tout les arrondissement ont des projets aussi important que ceux de la ville de Montréal. La 1er chose à faire c’est de restructurer et de faire de Montréal la priorité #1 de redéfinir le rôle des arrondissement? C’est peut-être pas un maire que ça prend mais exemple un directeur du développement urbain,

    • montrealaise 14 novembre 2012 18h36

      Je suis de votre avis même si je ne demeure pas à Montréal ni même dans son arrondissement.

      D’ici je trouve M.Deschamps comme un opportuniste, il a changé d’idée sur le compte de taxe en voyant le tapis lui glisser sous les pieds. Je ne crois pas que votre région ait besoin de ce genre de personnage.

    • Ça se dispute le pouvoir comme des vautours sur une charogne et ils veulent nous faire croire qu’ils travaillent dans l’intérêt des électeurs?

      Je ne demande qu’à leur faire confiance mais tout les signes pointent dans la direction opposée!

    • Rien ne pourrait être plus insultant que d’avoir maintenant pour maire Richard Deschamps, “l’homme de la continuité” de l’époque Tremblay, le “responsable des infrastructures” qui n’a pas vu l’éléphant dans son son poulailler. Il ne faut pas pour autant se faire d’illusion sur Michael Applebaum, un président du comité exécutif archi partisan qui n’offre des services potables dans son arrondissement que depuis quelques années, grâce à l’entrée providentielle de gros revenus de permis découlant de grands développements immobiliers, et qui n’hésite pas à étouffer budgétairement les maires d’arrondissements moins chanceux.

    • @Montrealaise

      Et vous croyez que l’égo d’Applebeum pourra supporter d’être un ”tier” maire de Mtl. J’en doute. On peut très bien être entreprenant, énergique et ne pas avoir les pieds dans les mêmes bottines et accepter des enveloppes brunes. L’un n’empêche pas l’autre. On accuse Tremblay de n’avoir rien vu mais Applebaum as-t-il vu quelque chose ou as t’il fais preuve d’aveuglement comme Tremblay?

      Sylvain Pelletier

    • @ syl20_65

      Au départ, qui que ce soit pris dans un scandale (passé ou présent) n’oserait actuellement présenter sa candidature. Il y a un million de loupes sur les candidats à l’intérim de Montréal.

      Il faut cesser de mettre tout le monde dans le même panier. C’est trop facile.

    • Je tiens beaucoup à ce que le prochain maire de Montréal ne soit associé à aucun parti provincial ou fédéral.

      Il y a déjà assez de chicane à la Ville comme ça sans en rajouter une couche. Je suis préoccupée par l’intérêt public. Les dossiers provinciaux doivent se régler au provincial etc.

      C’est clair que quiconque est associé à UM me paraît à examiner à la loupe (pas nécessairement malhonnête mais PAS ok automatique). Tout comme Harel, ancienne ministre des Affaires municipales (certains lui en veulent encore).

      Personne n’est dupe de l’honnêteté instantanée des muridés (Applebaum inclus) qui ont quitté en masse le Vaisseau (plein) d’or en débandade… cela a au moins le mérite d’empêcher UM de contrôler l’hôtel de ville et d’être follement drôle. (Le monsieur de Montréal-Nord Frantz QQchose me paraît plus sympathique que les autres. )

      À propos avez-vous vu les binettes des édiles lavallois en conférence de presse? Ouch! sont pas habitués de voir la lumière, euzôtres!

    • Un maire juif anglophone

      Plusieurs parlent de “chicane” à Montréal, de “claquage de porte” lors des départs d’Union Montréal. Bizarre, je ne le vois pas comme ça du tout. Il y a beaucoup de tractactions, d’influences, de discussions. Il y a de l’effervescence dans l’air, quoi. Je n’ai entendu personne sortir de gros mots ou dénigrer bassement ses adversaires. Tout se passe comme en accéléré, parce que ça presse, mais de façon civilisée.

      J’ai l’impression d’assister à une leçon de démocratie 101 et à une lutte pour le pouvoir politique dans la plus grande ville du Québec. Tout ça, des premières loges. Il n’y a rien de honteux à vouloir le pouvoir ni à se chercher des alliés. C’est excitant!

      Question: Qu’est-ce qui fait peur à certains dans tout cela? Ne devrait-on pas plutôt se réjouir de la participation démocratique très présente à Montréal?

      Hypothèse: un maire juif anglophone (qui s’exprime aussi en français), c’est comme une claque en pleine face pour certains. Pourtant qui vit à Montréal connaît l’importante implication des Juifs à Montréal et ce, dans toutes les sphères de notre vie urbaine. Il est juste normal qu’il s’en retrouve à des postes importants.

      Un bon bagel avec ça?

      Montréalaise qui aime jouer l’enquiquineuse ;)

    • Je serais curieux de savoir pourquoi son propre parti n’a pas choisit Applebaum?

      À la limite, on pourrait se dire que c’est plutôt bon signe s’il n’a pas que des amis chez Union Montréal…

      Quoi qu’il en soit, les vraies élections ne sont pas si lointaines alors d’ici là, Applebaum fera l’affaire.

      Serge Bélanger

    • Ca y est!!!! Mr Applebaum est maire de Mtl depuis 15 minutes, tant mieux
      Mr Deschamps avait peu de chance avec sa tete ressemblant a Vaillancourt, pis ses flip-flops,, olala, le subterfuge etait trop gros (comme dirait l autre)

    • @ xrayone

      Vous êtes injuste envers M. Deschamps.

      Après l’avoir mieux écouté hier et aujourd’hui, je crois qu’il est un homme d’une belle valeur lui aussi. J’espère aussi que vous ne basez pas votre jugement sur l’aspect physique ou la ressemblance d’une personne à une autre.

      Je suis contente qu’Applebaum ait été choisi. Je suis surprise du mince écart entre les deux candidats. Mon feeling est bon pour la suite des choses. Applebaum, Harel et Bergeron semble très déterminés à faire avancer les choses. ce serait une belle leçon de démocratie.

      Comme dirait l’autre, “on verra”.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2013
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité