Le blogue de François Cardinal

Archive du 14 novembre 2012

Mercredi 14 novembre 2012 | Mise en ligne à 7h23 | Commenter Commentaires (23)

Un putsch tranquille se prépare à l’hôtel de ville…

609883-vendredi-michael-applebaum-affirme-maire

Je suis loin d’être convaincu que Michael Applebaum a l’étoffe d’un maire, qu’il a la poigne pour diriger Montréal, qu’il a l’envergure pour gouverner une métropole. Mais je dois avouer être impressionné par ce mélange d’audace et de témérité qu’il affiche depuis quelques jours…

En l’espace d’un weekend, en effet, l’ancien président du comité exécutif a réussi, à lui seul, à transformer une petite élection pépère au résultat inévitable en un épisode fascinant de politique municipale.

En quittant le comité exécutif, en prenant ses distances de sa formation et en tendant la main aux partis d’opposition pour renverser le candidat officiel d’Union Montréal (dont il est toujours membre), M. Applebaum tente d’organiser rien de moins qu’un putsch tranquille…

On s’entend, je ne le crois pas quand il dit avoir claqué la porte de l’exécutif pour des raisons d’intégrité. Je ne crois pas non plus que l’ambition de M. Applebaum soit étrangère aux tractations entamées avec les partis d’opposition.

L’homme, clairement, n’a pas digéré le fait que son parti a choisi un autre candidat. Surtout après qu’un de ses collègues a critiqué la qualité de son français sous le couvert de l’anonymat, dans La Presse.

Un cheap shot, pourrait-on dire…

N’empêche, Michael Applebaum joue gros. En prenant ses distances d’Union Montréal, il se met à dos la majorité des élus de ce parti, c’est-à-dire tous ceux qui ont appuyé Richard Deschamps. Il risque donc, si sa stratégie échoue, de se retrouver orphelin de formation.

En outre, il joue un jeu très dangereux en tentant de réconcilier des partis dont l’animosité l’un pour l’autre est manifeste. Surtout s’il ajoute à l’équation quelques transfuges d’Union Montréal afin que les trois partis soient représentés.

Si Applebaum réussit à créer une administration de coalition, un objectif fort souhaitable, il sera vu comme un élu capable de réunir des gens aux intérêts divergents, capable de travailler en dehors des lignes partisanes. Bravo.

Mais s’il échoue, il deviendra l’homme de la bisbille, de la chicane, de l’éclatement.

Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité