Le blogue de François Cardinal

Archive du 5 novembre 2012

Chaque lundi, un blogueur invité a pour mandat de nous dire de quoi Montréal a besoin, concrètement. Cette semaine, Gérard Beaudet, urbaniste émérite, professeur titulaire à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal, se prête au jeu.

picbMontréal, à l’instar d’autres grandes villes, fait montre d’une résilience dont on serait en droit de s’étonner si la quasi-métropole québécoise n’avait pas fait mentir dans le passé bon nombre de prophètes de malheur.

Or, ce n’est pas qu’on lui fasse la vie facile, comme en témoignent, entre autres difficultés, l’indifférence chronique de l’État québécois à certains grands enjeux, les ratés de la gouvernance municipale et régionale, l’archaïsme des solutions transport prônées par le MTQ ou la corruption du monde municipal qui a poussé dans leurs derniers retranchements les notions d’intérêt collectif et de bien public.

Il n’en reste pas moins qu’il serait téméraire de continuer à simplement se fier à un dynamisme dont on ne sait pas trop à quoi il tient. Montréal a impérativement besoin d’une mobilisation de ses forces vives autour de quelques grands projets. Les dossiers de l’avenue McGill College et du Vieux-Port n’ont-ils pas montré, il y a de cela plusieurs années, de quoi étaient capables des Montréalais décidés à prendre en main l’avenir de leur ville.

Aujourd’hui, c’est toutefois à l’échelle métropolitaine qu’une telle mobilisation doit impérativement s’organiser. Salué par le prix Jean-Paul L’Allier, remis il y a peu à l’ensemble des élus des 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal par l’Ordre des urbanistes du Québec, le plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) adopté il y a moins d’un an pourrait constituer le terreau d’une telle mobilisation.

Pour ce faire, il faudrait qu’on se rappelle que ce document ne constitue par une fin en soi, mais qu’il doive être conçu comme le cadre de référence minimaliste d’un vaste projet non réductible à quelques projets se réclamant du concept de Transit Oriented Development.

Les Montréalais, toutes municipalités de la région métropolitaine confondues, doivent en conséquence apprendre à se reconnaître dans une vision intégrée, généreuse, ambitieuse… et partagée de l’avenir d’une ville-région dotée de très nombreux atouts.

Si d’autres grandes agglomérations, dont Boston, Pittsburgh et Birmingham, ont bénéficié de telles mobilisations, il n’y a aucune raison que nous n’en soyons pas capables. Ne serait-ce pas là un bon moyen de mettre fin au climat de morosité politique qui a cours ?

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité