Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 30 octobre 2012 | Mise en ligne à 7h10 | Commenter Commentaires (47)

    Coderre est-il le Sandy du municipal? Certains partis craignent d’être balayés…

    X00078_9

    Il n’est pas candidat. Il n’a pas démontré d’intérêt pour la scène municipale dans le passé. Il n’a même pas détaillé ne serait-ce qu’une idée forte sur l’avenir de Montréal.

    Et pourtant, Denis Coderre a le potentiel de chambouler la politique montréalaise au point où les trois partis en présence se préparent au pire en coulisse.

    Certains craignent même la disparition de deux des trois formations politiques…

    Des coups de sonde effectués dans les différents partis au cours des dernières semaines révèlent en effet une immense peur face à cet homme devenu bulldozer avant même son entrée sur la scène municipale.

    Un sentiment amplifié depuis la publication d’un sondage dans La Presse, le 6 octobre dernier, qui accordait à cet homme venu d’Ottawa le tiers des intentions de vote (32%) face à deux adversaires qui ne semblent pas faire le poids, Louise Harel (12 %) et Richard Bergeron (11%).

    C’est donc un euphémisme de dire que les différents partis s’attendent à une entrée fracassante de Denis Coderre sur la scène municipale, le 9 novembre prochain.

    À Projet Montréal, l’inquiétude est palpable. On espérait que le travail en crescendo des dernières années mène à la présentation d’un parti plus crédible et solide en 2013 qu’en 2008. On croyait que l’embauche d’un organisateur électoral chevronné ayant participé à la vague orange du NPD, Raymond Guardia, renforce la formation sur le terrain.

    Et on pensait, ainsi, pouvoir se faufiler entre Union et Vision Montréal, en se présentant comme «le seul parti intègre à Montréal», un message d’ailleurs martelé ce week-end, lors du congrès de PM, par son président, Michel Camus.

    Mais plus le temps avance, plus la tempête Coderre prend de la force et de la vitesse, plus on craint que ce travail minutieux des dernières années soit sapé par la présence de cet outsider.

    Au cours des derniers mois, expliquent certains acteurs de la scène municipale ayant requis l’anonymat, le travail de maraudage de Projet Montréal s’est donc intensifié. On a tassé les éléments moins voulus (Carl Boileau) et on a courtisé les plus voulus des autres partis (François Croteau, n’est qu’un exemple) afin de faire le plein avant l’arrivée du député fédéral.

    On espère ainsi pouvoir affronter l’ouragan et surtout, que celui-ci passe aussi rapidement que Sandy. Mais en faisant moins de dommages.

    Cela dit, l’inquiétude de Projet Montréal est minime en comparaison avec celle qu’affichent certains membres des partis adverses. Un scénario du pire se dessine même dans la tête des plus pessimistes, qui vont jusqu’à prédire la disparition d’Union Montréal ET de Vision Montréal au profit d’une nouvelle formation dirigée par le député de Bourassa…

    Plusieurs s’attendent en effet à ce que les prochaines révélations de la Commission Charbonneau soient encore plus accablantes pour le parti au pouvoir et pour son chef, le maire Gérald Tremblay.

    Le fameux organisateur d’Union Montréal, Martin Dumont, invité à témoigner à la Commission Charbonneau, pourrait en effet fragiliser encore plus la situation du maire et surtout, miner cette formation déjà vulnérable. Le constat d’infraction du DGE contre Bertrand Ward, qui aurait refilé 5000 $ comptant à un organisateur, n’est en effet que de la petite bière par rapport à ses révélations d’hier sur ce coffre-fort qui ne fermait plus tant il contenait d’argent… Quelle sera la suite?

    Parallèlement, Vision Montréal pourrait aussi pâtir encore un peu plus de sa situation peu enviable. Non seulement le parti traîne-t-il une lourde dette, mais une tonne de briques vient aussi de lui tomber sur la tête : le DGE relance ses enquêtes sur l’époque de Benoit Labonté.

    Bref, au sein des différentes formations, on travaille donc à placarder les fenêtres en attente de la tempête Coderre. On craint en effet que son passage fasse voler en éclat les murs des deux partis, puis que les élus en profitent pour fuir chacun de leur côté. Pour de bon.

    Déjà, les organisateurs des partis échafaudent des scénarios «apocalyptiques». Si Vision venait à éclater, chuchote-t-on, sept élus pourraient se joindre à Coderre et quatre à Richard Bergeron. Quant aux autres, rien n’est sûr. Reste qu’on envisage du bout des lèvres la possibilité d’une course à deux entre Bergeron et Coderre l’année prochaine.

    De la science (politique) fiction tout ça? Possible. Les prédictions ont leurs limites. Mais parfois, l’ouragan annoncé balaye bel et bien tout sur son passage…


    • Louise Harel traîne encore avec elle l’odieux d’avoir imposé unilatéralement les fusions municipales. De plus, elle me semble inapte à l’exercice du pouvoir et correspondre parfaitement à l’idée que je me fais d’un chef d’opposition: aisément outrée, excellente à la chasse aux poux et grande estime d’elle-même et de ceux qui pensent comme elle.

      Pour sa part, Richard Bergeron n’a pas la personnalité de leader qu’il faut à la mairie de Montréal pour autant que je puisse en juger.

      Quant à Denis Coderre, il possède toutes les qualités requises pour le poste: autoritaire, intègre, il n’utilise pas la langue de bois et il a de l’énergie à revendre.

      Harel et Bergeron n’auront aucune chance contre Coderre s’il se présente.

      R. Ducharme

    • Denis Coderre est député de Bourassa : une circonscription très multi-ethnique. Il est issu du Parti libéral du Canada, une formation politique qui rencontre encore un grand succès auprès des clientèles culturelles de Montréal.

      Union Montréal est un parti qui a ses racines dans les quartiers les plus métissées de Montréal : il ne suffit que de regarder les têtes d’affiche des membres de ce parti pour comprendre : Fotopoulos, DeSousa, Appelbaum, etc.

      Quand Denis Coderre va se lancer, il va amener avec lui des organisateurs du PLC qui ont des contacts et une bonne connaissance du terrain. Présentement, le PLC à Montréal possède bon nombre de circonscriptions où Union Montréal a fait élire des conseillers municipaux et des maires d’arrondissement.

      Si la marque « Union Montréal » était encore propre, Denis Coderre aurait pu reprendre la machine. Il ne peut pas, mais qu’importe : je suis persuadé que bon nombre de militants et d’organisateurs du parti du maire Trembaly vont le suivre. Alors oui, Union Montréal va disparaître : 100% des chances que ça arrive.

      Quant à vision Montréal, c’est un parti de péquistes, de « Québécois de souche » qui a ses racines dans des quartiers francophones et blancs. C’est moins le profil de Denis Coderre, un fédéraliste. Cependant,. les électeurs de Vision Montréal seront peut-être sensibles au côté très populaire (populiste?) de Denis Coderre qui a un immense talent politique. Les chances de disparition de Vision Montréal : 50%

      Pour Projet Montréal, ce petit parti de gauche, qui plaît au plateau-bobos-granos-vélos, va chercher une clientèle politique qui, je pense, n’a aucun intérêt envers Denis Coderre! Ils ne disparaîteront pas en 2013, j’en suis persuadé. Ils pourraient même faire l’opposition officielle, opposant à un « contenant » comme Coderre, c’est-à-dire un homme d’image, d’action, de gestion de proximité avec les contribuables et les groupes de pression mais sans réelle vision politique profonde (ça pourra faire un bon maire quand même : il arrive dans l’histoire d’une ville que c’est ce que ça prend!)… bref, ils opposeront au « contenant » un « contenu » certes très à gauche, mais à tout de moins intellectuellement réfléchi et débattable.

      Louis L’Italien,
      Verdun

    • ..La situation politi

    • ..La situation politique de Montréal étant ce qu’elle est, il est plus que probable que les électeurs cèdent à ce que j’appelle depuis des lunes «la tentation du Messie».

      Bonne chance.

      J-F. Couture.

    • @ louis-benoit,

      Excellente intervention.

    • Il est ironique et désolant qu’en cette ère du scandale fédéral des commandites, de la Commission Charbonneau, des enveloppes brunes et de la magouille omniprésente, un individu comme Denis Coderre soit vu comme le prochain maire de Montréal.

      Et après, les électeurs viendront encore se lamenter. Vous méritez pleinement les politiciens que vous avez.

      Je voterais pour Vincent Lacroix, Charles Manson, Benito Mussolini ou même Ben Laden avant de voter pour le sinistre Coderre.

      C.-A. Desmarais

    • Coderre pour moi:

      Très, trop proche du pouvoir lors du scandale des commandites du PLC.

      Trop de zones grises encore sur la participation de Coderre dans
      cette merdouille.

      Justement par son alliance au PLC, ce sera un handicap pour Montréal.
      Il ne serait pas tellement positif que Coderre s’entoure des organisateurs de Tremblay.

      Un clown, comme Labeaume à Québec.
      Louise April(Laloue)

    • Il semble que les Montréalais se laissent encore berner devant un messie hypothétique. Coderre n’a encore rien dit ni rien fait pour Montréal et voilà qu’une majorité le voit comme maire de Montréal. Il semble que nous n’apprenons pas d’une fois à l’autre.
      Il me semble que d’attendre de voir et d’entendre ce qu’un candidat a à dire avant de l’élever au rang de messie salvateur serait juste et sage compte tenu des révélations des dernières années. N’oublions pas que Coderre vient de la famillia libérale. On connait les méthodes libérales tant au provincial qu’au fédéral et maintenant au municipal. N’oublions pas que Tremblay est aussi d’allégance libérale. Il fréquente les mêmes églises que la famille libérale avec les conséquences qui nous sont dévoilées de jour en jour.
      Mais non, on aime ça les illusions des héros instantanés…mais on désenchante vite aussitôt qu’on apprends à connaitre le messie. Misère…

      Sylvain Pelletier

    • L’épithête d’ouragan accolé à Mr Coderre est négative, pourquoi???

      En quoi est-ce mal d’avoir un homme fort à Montréal, d’avoir du leadership.

      Je ne comprends pas votre obsession de diluer le pouvoir en de multiple instance. Ne serait-ce pas la recette parfaite à la déresponsabilisation des élus donc à la corruption?

      Votre recette de décentralisation et multiplication des voix et des points de vue a prouvé sa plus totale inefficacité. Il me semble que devant le gâchis qu’est l’administration montréalaise le moindre, serait le reconnaitre.

      Pourquoi avez-vous peur qu’un homme unisse les montréalais? En quoi trouvez-vous cette cacophonie constructive?

      Avant même que l’on connaisse le plan de match de Mr Coderre votre biais anti-leadership fort est assez claire.

      J’ai de plus en plus de difficulté à comprendre VOTRE vision pour Montréal.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Denis Coderre, c’est le François Legault ou le Justin Trudeau du municipal. Un candidat qui, après quelques sondages enviables, décide de se lancer par pur opportunisme. Vide, vide, vide… L’année complète avant les élections sera trèèèèssss longue pour M. Coderre.

      Philippe Girard

    • Le vide politique est tellement grand a Montréal q’un rien peut remplacer facilement nos politiciens municipaux actuels.

    • Il ne faut pas oublier d’où vient Denis Coderre. Il était en poste à titre de Ministre au gouvernement Chrétien au moment du scandale des commandites. Ce n’est pas Monsieur Net, loin de là!
      GTremblay
      Montréal

    • On aime ça la pensée magique à Montréal. De penser qu’un seul type peut arriver ici en sauveur et tout va se mettre à bien fonctionner : pathétique !
      Et spécialement lui, qui n’a rien prouvé d’autre que ses “prouesses médiatiques” et sa capacité à manipuler les foules et les médias.
      Denis Coderre, intègre ? Issu du parti des commandites ! Vous me faites rire. Le type est un petit démagogue avec des tendances dictatoriales. Il sait probablement déjà une chose ou deux sur l’argent sale et comment le faire disparaître.

      Meilleure chance la prochaine fois, Montréal.

      Pierre Denis

    • Autant j’ai trouvé Denis Coderre fat et arrogant lors de ses débuts en politique et particulièrement lors de la partielle de 1990 dans Laurier-Sainte-Marie où il se réclamait de Jean-Claude Malépart comme étant son “père spirituel”, autant il a su gagner mon respect avec les années.

      Sa mise à l’écart par Mchael Ignatieff a fait de lui un free lance.

      Louise Harel est perçue à tort ou à raison comme une candidate francophone ethnocentrique.

      Elle a été incapable (tout comme Pauline Marois) de tenir un débat en anglais lors des dernières élections, aprèes plus de 30 ans de vie publique.

      Comme on le dit en anglais, Denis Coderre pourrait avoir le poste “only by asking”.

      Plutôt que de demeurer député d’un tiers parti aux Communes, il serait mieux dans le fauteuil de maire de Mnntréal.

      Bien que je sois de Québec (Cap Rouge), il y aurait une synergie créative entre Denis Coderre et le maire Régis Labeaume qui occupe toute la place parmi les maires des grandes villes au Québec.

      A.Gilles.

    • @ louis-benoit

      Aucun parti identifié soit comme fédéraliste ou soit comme indépendantiste ne peut gouverner Montréal. Ce serait diviser la ville en 2 clans. De toute façon, je crois que la majorité des Montréalais le voient ainsi ainsi que ceux qui désirent être élus à un poste ou un autre.

      Comme citoyenne de Montréal, je veux voter pour des gens issus de toutes tendances et qui sont dynamiques, intègres et visionnaires.

      J’aime Coderre, j’aime Bergeron et j’aime Harel… Par contre, pour diriger… ils ne sont pas à égalité. Je penche pour Coderre car je veux quelqu’un que Québec et Ottawa vont “craindre”.

      Ysabel Labonté

    • Coderre, Coderre et Coderre… C’est incroyable. Il n’y a vraiment plus aucun candidat de qualité dans la “grande jarre des candidats potentiels” ?

      Le Québec est au fond du baril. Mais il n’est pas seul : Le Canada avec son majestueux PM, la France avec son ex-président… Tellement que lorsque se pointe un Obama quelque part, on aurait tous envie de voter pour lui, quel que soit notre pays d’origine.

      Benoît Duhamel.

    • Quels sont les liens entre Denis Coderre et Jean Rizzuto ? l’oncle de Lino Zampito, celui qui l’aurait mis en contact avec la racaille du PLQ. Il y a de sérieuses question à se poser sur le genre de politiciens qu’est Denis Codere

    • Un ami à moi, du temps qu’il était chef de direction d’une compagnie , m’a parlé de M. Coderre, un homme à qui il a eu quelque fois affaire. Il me l’a décrit comme le parfait libéral: combinard, “gamikeux”, toujours un ami à protéger ou à “plugger”, etc…

      Il est peut-être intègre, populiste et populaire, mais avant de le voir plus gros qu’il est, je crois que les montréalais devraient se garder une petite gêne.

    • Rizutto, l’oncle de Zambito, est un des principal organisateur politique de Denis Coderre.

      Source: La Presse (voir le lien ci-dessous.)

      M. Bélanger

      http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201210/24/01-4586774-gerald-tremblay-ne-se-representera-pas.php

    • Sandy, ce n’est pas Coderre. Si je me fie à ce que je lis ici, Sandy c’est les anti-Coderre.

      Ceux qui sont contre parce qu’il vient du PLC. Pas fort comme argument.

      Ceux qui sont contre parce qu’ils ne le croient pas honnête, sortez des faits précis svp.

      Ceux qui sont contre parce qu’ils le croient un clown à la Labeaume, vous connaissez mal l’homme. C’est un personnage, oui mais il mérite le respect de tous ceux qui le côtoient et il respecte les autres. Vous ne le verrez pas critiquer les autres maires (comme Labeaume le fait), par exemple. Vous ne le verrez pas mépriser sa fonction publique (comme Labeaume le fait).

      Coderre fait peur. Cela me réjouit au plus haut point. Jusqu’à preuve du contraire (honnêteté), c’est mon homme. J’ai dit p-r-e-u-v-e. Pas des ouï-dire ou des j’haïs-tellement-les-libéraux-que-je-ne-veux-pas-de-Coderre. Faites pas suer.

      Et je vote QS et NPD ailleurs.

      Ysabel Labonté

    • ”Pourquoi avez-vous peur qu’un homme unisse les montréalais? ”

      Comment pouvez-vous savoir que c’est L’Homme qui saura unir les Montréalais? Vous vous baesez sur la foi d’un sondage? Coderre n’est pas un messie. Il est un homme politique comme d’autres.

      Sylvain Pelletier

    • Ouf! On a tellement hâte à un changement que j’ai peur qu’on prenne le premier venu qui sera à la “hauteur” du maire de Québec. Le maire de Montréal gagne autour de 168 K. Est-ce pensable d’attirer un candidat de qualité qui ne fait pas carrière en politique depuis des siècles? Donc, un candidat potentiellement plus net? D’ici là, ça serait quand même intéressant que les médias cessent leur fabulation et leurs sondages d’opinion, qui, malheureusement, influencent tout ceux qui sont incapables du moindre esprit critique.

    • @babelfish,
      Merci pour votre point. Ça vaut la peine d’être retranscrit: «…le nom d’un de ses principaux organisateurs, Jean Rizzuto, a été évoqué devant la commission Charbonneau. M. Rizzuto est l’oncle de Lino Zambito et a joué un rôle dans les activités de financement dont a parlé l’ancien entrepreneur dans son témoignage.»
      GTremblay
      Montréal

    • @ ducalme

      Puisque les anglos d’ici aiment bien nous faire croire qu’ils sont pour la plupart bilingues (misère…), Louise Harel n’a pas à participer à un quelconque débat en anglais. De toute façon, elle parle mieux anglais que le maire de Toronto parle français.

      C.-A. Desmarais

    • La seule qu’on peut comparer à Sandy est “Hurricane Hazel”, la maire de Mississauga (oui, c’est son surnom même à 91 ans). http://fr.wikipedia.org/wiki/Hazel_McCallion

      Au municipal, ce sont presque tous des inconnus. Alors c’est normal que les plus connus remontent à la surface.
      Coderre “sorti de la politique” me semble un “bon Jack” à la Layton (un peu). Il est Libéral. Ca va plaire aux anglos et “autres”. Il a tout pour être rassembleur.
      Ca va fonctionner quelques temps … sur sa lancée. Après, on verra si ses réalisations continueront à le maintenir sur la vague.

      Alain Lajoie

    • Nike écrit: “L’épithête d’ouragan accolé à Mr Coderre est négative, pourquoi???

      En quoi est-ce mal d’avoir un homme fort à Montréal, d’avoir du leadership.”

      Rechercher les kodaks, crier en chambre ce n’est pas avoir du leadership. Denis Coderre n’a jamais rien dirigé dans sa vie. Un ex-ministre des Indiens et de la Francophonie n’a pas l’étoffe d’un chef de métropole.

      Ce que ça prend c’est une Andrée Boucher, une Madame Blancheville qui viendra netttoyer l’hôtel de ville des Gérald Tremblay, Louise Harel et Denis Coderre de la même façon que mme Boucher a débarassé Québec des dommages causés Jean-Paul L’allier et ses petits amis.

      Sergio Olivera

    • Honnêteté, intégrité de Coderre:
      Difficile de prouver quoi que ce soit, les véritables enquêtes n’ayant JAMAIS
      été jusqu’au bout.
      Mais les preuves déposées à Gomery appuient directement des doutes SÉRIEUX
      sur Coderre et certains liens dans le scandale des commandites.

      Et je reproduis:
      [ Homme accueillant "Boulay" logea aussi, dans son condo le politicien
      D. Coderre qui traversait une période de difficultés matrimoniales.
      Devenu ministre quelque temps plus tard, il recommanda très fortement
      qu'un contrat de 500,000 lui soit octroyé.
      Ce qui fut fait.......]
      Source: Le dossier noir des commandites, Jacques Keable
      : Le Rapport Gomery en 4 volumes.

      Boulay, M.Everest.
      Diane Deslauriers, son épouse Mme Ticket.
      Tous les deux de grands amis de M.Coderre
      (au moins pour un contrat connu de 500,000$ minimum)

      On dit souvent le passé étant garant de l’avenir, je ne veux pas confier
      ma ville à ce genre de personne.

      Coderre ne fait pas peur, il inquiète beaucoup quiconque suit un peu la politique.

      J’aimerais tant que Mme Isabelle Hudon se présente à la mairie de Montréal.
      Louise April(Laloue)

    • @Montréalaise

      Et quels sont vos arguments pour prendre et défendre l’hypothétique candidature du Messie Coderre? Vous rejetez les arguments de ceux qui se font critiques devant les génuflexions de certains Montréalais devant Coderre mais vous nous donnez aucun argument qui défend sa candidature. Qu’il soit votre homme n’est pas un argument…à moins que vous soyez le dieu qui a envoyé ce messie. Pour ce qui est des faits, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Juste le fait qu’il soit issu d’un des partis libéral devrait vous ouvrir un peu les yeux. La preuve a été faite que les fédéraux, des provinciaux et maintenant les municipaux ont tous trempés dans les magouilles mafieuses. Coderre ne vivait pas sur une autre planète à l’abris des malversation. Il FAIT parti de la familia libérale…

      Sylvain Pelletier

    • ”Un sondage accorde à Coderre 32% des intentions de vote”. François Legault a déjà fait de meilleur résultat dans les sondages avant de se lancer en politique. Le problème c’est qu’il a du former un parti politique et annoncer ses projets. Nous avons vu ce que ça donné au dernière élection.

      Quand Coderre sera officiellement candidat, qu’il aura un parti ou décidera de se lancer comme maire indépendant (ce qui est possible avec le système Montréalais), on pourra alors jugé de ce qu’il propose et voir si il mérite notre vote.

    • Je rejoins le commentaire de superseb, un nouveau parti sera probablement tributaire d’un besoin de changement, d’une réaction primaire aux agissements ahurissants de l’actuelle administration. Passée la première réaction, la réalité du terrain avec ses clivages traditionnels pourrait limiter l’avancée d’un tel parti.

      Bref, comme pour la CAQ face aux libéraux. Un parti Coderre finira presque forcément par batailler sur les terres d’Union Montréal, une tâche difficile. Pendant cette bataille, les gens restés en retrait comme Projet Montréal ou Vision Montréal pourrait porter de dur coup en dehors du noyau dur d’Union Montréal. Les quartiers changent, surtout à l’est! Je sais que Coderre ferait probablement un excellent Maire, mais je crains qu’il ne soit pas ouvert aux besoins d’une ville du XXIième siècle. Je crains également qu’il soit obligé de piger dans les beaux restes de Union Montréal, ce qui, automatiquement, posera un problème de perception. Reste à piger dans les forces de Vision Montréal, on ne peut que lui souhaiter bonne chance!

      Madame Harel sera vite écartée par les anglophones pour cause de passé péquiste (qu’elle parle anglais ou non) et devra retenir son monde tout en formulant un programme inspirant et moins inodore. Tout un défi que cette grande dame de la politique pourrait relever. Pourrait-elle attirer de nouveaux candidats, oui, absolument cela me semble certain. Vision Montréal ne mourra pas sous sa gouverne, mais elle souffrira, comme le PQ, de la puissante voix qu’a acquise Projet Montréal au coeur de son électorat montréalais (rosemomt-plateau). Les chances de rayonnement de PM le long de la ligne orange sont forts, très très forts et cela la forcera à maintenir les acquis (Villeray-Ahuntsic).

      Bergeron reste un candidat un peu bizarre, mais force est d’admettre qu’il a joliment brassé cette administration du fond de la deuxième opposition et que ses Maires d’arrondissement abattent un boulot monstre et collent à leur programme comme des élèves disciplinés (j’ai adoré la réplique de Ferrandez envers Marvin Machin, lorsque ce dernier a fait une crise de procédurite pour l’exclure du conseil municipal “t’en fait pas mon Marvin, je vais venir mardi”). Honnêtement, je pense que Bergeron pourrait effectuer une percée le long de la ligne orange. Passé ce noyau potentiel, il devra s’adjoindre des éléments modérés pour tenter une percée vers l’est, potentiellement de débaucher du personnel Vision Montréal tel qu’il l’a fait pour le maire Croteau (tout un ajout à l’équipe!). L’ouest restera difficile, mais sa popularité chez les anglos du Mile-End peut le porter vers l’Ouest! Personne ne peut plus le nier, pendant que cette administration baignait dans la corruption, Ferrandez et Croteau remettaient à l’honneur l’espace public et apportaient un vent de fraîcheur propre à relancer les deux quartier dont ils sont responsables. Le tout en se faisant varloper sur la place publique pour quelques sens uniques, la belle affaire! Ils disent ce qu’ils font et font ce qu’ils disent, voilà sûrement une autre façon (plus honorable?) de gagner une élection en cette époque post-cynique, à ne pas sous-estimer.

      Gabriel Durany

      P.S.: Union Montréal est mort … enfin je l’espère! La dernière élection provinciale nous aura démontré que beaucoup sont capables de passer outre l’odeur de souffre lorsqu’il est temps de préserver des acquis ou d’assurer la stabilité du contexte politique. Sans Coderre, attendez-vous à voir l’Ouest voter en bloc pour les corrompus par peur des séparatissssssssssss (lire Madame Harel), ça commence à faire sérieusement dur, mais que ne ferait-on pas pour l’amour du Canada.

    • @louis-benoit

      Le parti ne plait pas seulement aux “plateau-bobos-granos-vélos”, il y a une flopée de monde qui réalise que le 10-30 n’est pas modèle enviable pour l’avenir et les seuls qui possèdent ce message sont les élus de Projet Montréal en ce moment. Les stéréotypes envers le Plateau ou le vélo ont la vie dure, mais je ne sous-estimerais pas la force d’attraction de Projet Montréal maintenant que nous avons la preuve que le discours de l”autre bord” visait essentiellement à protéger des barons de l’asphalte et du condo de luxe.

      Je vous conseille d’aller voir les chiffres de Québec Solidaire le long de la ligne orange, un indice qui ne trompe pas, une tendance très lourde en développement. Et surtout, ne pensez pas que les gens qui votent QS sont tous des granos d’ultra-gauche, vous vous tromperiez lourdement. J’ai assisté avec ahurissement à la victoire de QS dans mon quartier (QS) contre un gars comme Nicolas Girard, oui le tombeur de Thomassi en personne! Je peux vous assurer que mon quartier n’est pas le Plateau et que je cherche encore à comprendre ce qui s’est passé. Il y a un lourd besoin de changement de paradigme politique, c’est très profond et ça se développe comme une marée montante, lentement, mais sûrement. La vague orange aura été le premier symptôme car le contexte politique s’y prêtait ce qui lui a conféré un caractère spectaculaire qui va probablement s’estomper à la prochaine élection. Mais, ça ne va pas s’arrêter. C’est juste plus lent au niveau provincial et municipal.

      Un exemple: Quelle crédibilité pour les plans de l’échangeur Turcot d’Union Montréal ? Qui propose l’alternative avec le plus de force et de détail à ce projet. Je vous laisse deviner en allant voir les documents étoffés présentés par Projet Montréal lors des consultations. Impressionnant.

      Just sayin’

    • signé: Gabriel Durany

    • @ syl20_65

      1. Au départ, il n’y a pas de “Messie” pour moi.

      2. Ensuite, je ne rejette pas les “arguments” de ceux qui ne veulent pas de Coderre. Je leur demande des preuves de ce qu’ils avancent. Le simple fait d’être député libéral n’est pas un argument valable pour ou contre quelqu’un. Libéral, conservateur, péquiste, cela ne fait pas partie des enjeux de Montréal. C’est la personne qui compte, ce qu’elle a réalisé, sa facilité à communiquer, son désir de faire avancer des dossiers.

      3. Finalement, j’ai à plusieurs reprises écrit sur Cyberpresse les raisons qui font que je crois que Denis Coderre ferait un bon maire de Montréal. Cela tourne autour de:
      -il est un pur Montréalais et aime Montréal
      -il a une présence pro-active dans la vie de Montréal
      -impliqué concrètement dans son comté
      -soucieux du bien-être des gens
      -veut trouver des solutions concrètes aux problèmes (raffineries de Montréal)
      -voix puissante (au sens figuré) pour se faire entendre
      -connaît les rouages de la politique à plusieurs niveaux
      -respecte la fonction publique, respecte les travailleurs
      -ne parle pas contre les autres mais avance ses idées
      -en réseau avec des gens de tous les milieux
      -rassembleur
      -connecté à la population

      Je suis ouverte à soupeser d’autres candidatures. J’aime beaucoup Richard Bergeron mais je ne crois pas qu’il pourrait être accepté par l’ensemble des Montréalais. Louis Harel, dans une autre vie j’ai fréquenté les mêmes lieux privés qu’elle. Je la connais personnellement et je l’aime beaucoup. Non seulement sa personne mais la femme politique. Elle ne peut être maire de Montréal. Il lui manque des cordes à son arc et pourtant, comme elle a été une député formidable et une pas pire ministre. À Montréal, elle va se faire bulldozer. C’est la dernière chose que je lui souhaite.

      Ça prend une sorte de buldozer justement, à la mairie de Montréal mais pas un ti-clin anti-syndical comme Labeaume. Ceux qui compare Coderre à Labeaume n’ont jamais rencontré Coderre en personne. L’homme est impressionnant et très sympathique en plus.

      Oui, je le veux.

      Parce que je le vaux bien ;)

      Y Labonté

    • Un autre Libéral c’est tous qu’on n’a pas besoin à l’hôtel de ville de Montréal. Cherchons donc des visages nouveaux sans attaches au PLC ou PLQ on sait ou ce monde nous en mène.

      W. Zuercher

    • Moi tout ce que Denis coderre me rappele c’est qu’il fut tellement sité dans Gomery avec son copain qui furt condamné chez lequel ilpassait tous ses week-end dans le coin de Brome, ne serait-ilpas possible de ttrouver quelqu’un sans antécédent relié aux libéraux Gomery-Charbonneau, il me semble que Montréal méeite mieux qu’un presque bouffon.

    • @ vieuxbouc

      Rafraîchissez-moi la mémoire.

      Quel est le nom du copain de Denis Coderre.
      Il a été condamné pour quoi exactement, ce copain?
      D’où tenez-vous que Coderre passait TOUS ses week-end dans le coin de Brome?
      Au fait, à quelle place exactement?

      Tous ces renseignements m’intéressent. Je veux voir s’il s’agit de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours ou bien de faits vérifiables et documentés.

      Merci.

    • @montréalaise

      Merci pour votre point de vue. Cependant, je me garde une gêne attendu la famille de laquelle il vient. Disons qu’on a donné dans les malversations. On parle toujours des fruits de nos labeurs. Si Coderre se présente et s’entoure de la même équipe, moi je n’embarquerai pas la dedans. C’est à suivre.

    • @ syl20_65

      Oui, l’équipe ! Ce sera un GROS détail .

      “On verra”, comme disait l’autre :)

    • L’important, c’est que Bergeron et sa gang d’écolos psycho-rigides ne passent pas.

    • mariobou

      Ben les amis, on dira ce qu`on voudra, si l`electorat est capable de passer de Layton à legault à Goderre à Trudeau…en deux ans à peine, moi cà me donne le tourni pas vous? Sir Wilfrid Laurier disait que les Canadiens Francais n`avaient pas d`opinions politiques, qu`ils avaient seulement des «sentiments». Je pense que s`il revenait, il ne serait pas vraiment dépaiyisé.

    • “Denis! Denis! Denis!”

      http://www.lesblogues.com/puzzlemanie/131229/Puzzle+218+-+En+attendant+le+OK.html

    • Je crois que Gérald Tremblay, Louise Harel et Denis Coderre ont tous de quoi en commun. Ce sont tous des has-been et des rejets de partis de d’autres niveaux de gouvernements qui se rabattent sur la mairie de Montréal comme prix de consolation.
      Comme les compagnies d’asphalte qui changent de nom à tout bout de champ, le même establishment et les mêmes magouilleurs qui étaient derrière Tremblay vont sûrement être derrière Denis Coderre. Nouveau parti, nouveau chef, mêmes magouilles qu’avant. Ne nous laissons pas berner.
      Quant à Bergeron, avez-vous autre chose que des insultes et des perceptions contre lui? Regardez ses compétences, écoutez ce qu’il raconte, jetez un oeil à son programme. Je vous assure qu’il gagne à être connu et il peut percer autant à l’Est qu’à l’Ouest de l’île, ce que Madame Harel ne pourra jamais faire. On a beaucoup parlé du Plateau. Mais voyez-vous, Ferandez est le maire du Plateau, pas celui des cinq autos sur six qui traversent son quartier sans s’y arrêter. Son parti gère aussi Rosemont avec un maire et trois conseillers sur quatre. Avez-vous entendu quelqu’un râler?
      Qu’il se présente Monsieur Coderre, Projet Montréal l’attend de pied ferme.

    • Denis Coderre veut depuis longtemps devenir chef de quelque chose!

      Or avec Justin Trudeau en lice pour la chefferie du PLC maintenant même lui (Coderre) doit comprendre que le PLC est hors d’atteinte.

      Reste Montréal qui ne se fera pas prier pour changer de maire.

      A propos c’est quoi le programme de Coderre à part Denis Coderre?

      A mon avis Montréal est une urgence nationale, bien sûr un bon maire (en supposant que ça soit le cas) peut aider mais ça va prendre plus que ça, beaucoup plus, et ce dans une période de notre histoire particulièrement difficile.

    • Denis Coderre est issu de la grande famille libérale canadienne. Famille qui a dans son ADN des moeurs politiques douteuses (pour dire moins!). À savoir, au premier chef, Jean Charest (corruption élargie), Dalton McGuinty (scandales cybersanté), Gérald Tremblay (…), Jean Chrétien (commandites et dont Coderre était ministre).
      Alors avec Coderre à la Mairire, il y aura une continuité à ce que l’on voit présentement.
      GTremblay
      Montréal

    • Je reproduis ce que j’ai écris en commentaire suite à l’article de votre collègue, M. Gilbert Lavoie.
      Difficile de faire pire que l’administration actuelle… M. Coderre a la stature de maire d’une grande ville comme Montréal… mais après que le ménage sera fait ! Il serait le candidat idéal pour remettre Montréal sur ses rails, une fois purger de ses maux. Sans ça, la venue de M. Coderre sur la scène municipal ressemblera au coup d’épée dans l’eau de Paul Martin dans son propre parti en 2004.
      F. Moisan

    • @montréalaise
      Les partis politiques provinciaux et municipaux sont, à mon avis (et de l’avis de d’autre, entre autres quelques universitaires en sciences politiques) beaucoup plus près qu’on ne le croît. Naturellement, les frontières ne sont peut-être pas aussi franches que le laissent entendre mon premier commentaire, j’en conviens! Par exemple, Diane Lemieux (PQ) s’est rangée avec Union Montréal il y a quelques années. André Lavallée, ancien maire de Rosemont-Petite-Patrie, est un souverainiste notoire qui était sous la bannière d’Union Montréal.

      Par contre, les organisateurs et les militants passent d’un pallier à l’autre sans problèmes, j’en suis convaincu. Un exemple concret : Nima Machouf, militante et candidate de Projet Montréal, est la conjointe d’Amir Khadir et militante de Québes Solidaire.

      @gadur
      Le phénomène de la ligne orange est très intéressant, vous avez raison. Il reste que l’épicentre de Projet Montréal, tant sur le plan de son organisation que de sa philosophie, ça reste le Plateau-Mont-Royal! Je pense que la gauche a plusieurs visages : syndicale, multiculturelle, communautaire, écologique, bourgeoise-bohème, jeunes professionnels branchés, etc. Je pense aussi qu’elle a des degrés, du centre à l’extrémisme. Par conséquent, dépendant des quartiers, elle s’adapte. Projet Montréal doit posséder cette faculté de s’adapter pour percer dans d’autres quartiers. Leurs progrès entre l’élection de 2005 et de 2009 est un exemple de cette adaptation. Mon « Plateau-Vélo-Grano-Bobo » est une image, caricaturale, mais forte et quand même représentative d’une certaine réalité, je pense!

      La vision Projet Montréal pour Turcot est certes fouillée et argumentée, elle ne tient pas compte à mon avis de nombreuses réalités sur les besoins en déplacement : le West Island et la Rive-Sud ne feront pas demain matin ne doubleront pas leur part modale vers le transport en commun tout simplement parce que ces territoires se sont développés en grande partie en fonction des déplacements automobiles! Il y a beaucoup d’acharnement anti-automobile alors que le contexte métropolitain rend primordial le fait que cet échangeur maintienne sa capacité de véhicules, ne serait-ce que parce qu’il s’agit d’un lien essentiel vers l’aéroport international de Montréal, le centre-ville et la Rive-Sud. Naturellement, cela ne devrait pas empêcher la recherche d’alternatives intéressantes à l’automobile, mais je ne crois pas que créer du trafic va réellement aider la cause…

    • @ louis_benoît

      Vous avez raison. En fait, il y a des zones grises disons.

      Plus le “dossier mairie” avance, plus je me sens mêlée.

      Je vais m,accorder une petite pause et observer tous et chacun ;)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2012
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité