Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 30 août 2012 | Mise en ligne à 11h02 | Commenter Commentaires (22)

    Pauline Marois: «Nous allons nommer un ministre responsable de la métropole»

    BX249_65CE_9

    Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

    Je vous soumets les positions des chefs des trois principaux partis sur Montréal, telles qu’ils les ont formulées en rencontre éditoriale avec La Presse cette semaine.

    Aujourd’hui : Pauline Marois.

    Sur l’immobilisme de Montréal…

    «Je trouve qu’il y a eu un cheminement depuis quelque temps dans la région. Cela a été long, exigeant, pour ne pas dire pénible, mais il s’est adopté un Plan métropolitain d’aménagement et de développement, entre autres pour toute la question des transports. Pour ma part, je compte accompagner ce plan pour qu’il se réalise et pour faire en sorte que l’on continue de développer Montréal avec des objectifs que l’on partage.»

    Sur le développement économique…

    «Je veux que l’on recentre Montréal sur la création de masses critiques dans des domaines économiques particuliers, un peu comme on l’a fait avec l’aérospatiale, les technologies de l’information et le multimédia.

    Dans les sciences de la vie, par exemple, on avait une masse critique intéressante, mais elle s’est un peu effritée parce que le gouvernement a abandonné beaucoup de moyens fiscaux qu’on avait rendus disponibles. Il faut donc faire plus d’effort de ce côté, surtout avec l’arrivée de nos deux centres hospitaliers et de leurs impressionnants centres de recherche.

    Je pense aussi à des domaines comme les transports en commun, le transport individuel, l’utilisation des énergies renouvelables. Nous pouvons en effet construire des camions, des wagons de métro, nous pouvons électrifier nos transports en utilisant de l’énergie renouvelable, et j’en passe.»

    Sur le transport en commun…

    «Il faut redynamiser Montréal en répondant à un besoin, qui est celui d’augmenter les investissements en transport en commun et de se servir de ce levier pour créer des entreprises qui vont développer des technologies, ouvrir de nouveaux marchés. C’est ce à quoi je rêve pour Montréal, et cela concerne toute la grande couronne.

    D’ailleurs, je suis allée à Saint-Jérôme l’autre jour. Il y a un petit centre de recherche très innovateur sur les transports avancés. Ils ont en main un projet de véhicule électrique individuel qui permettrait de circuler dans la ville en réduisant les gaz à effet de serre. C’est extraordinaire ce qu’on peut faire!»

    Sur le dilemme métro-train…

    Nous allons faire les deux. Nous allons faire le métro et nous allons faire le Train de l’Est. Cela dit, nous allons mettre davantage d’argent dans les infrastructures en transport en commun.

    Nous ne nous sommes pas prononcés (sur la hausse de la taxe sur l’essence proposée par la CMM), car nous ne voulons pas hausser les taxes et les impôts. Nous allons travailler avec les élus de la région pour voir comment nous allons financer cela.

    Mais il est certain qu’en plus des sommes déjà disponibles, nous allons ajouter une partie de l’argent consacré aux routes. Il y aura donc un déplacement, un changement de proportion dans les dépenses consacrées aux routes et au transport en commun.

    Sur la culture…

    Tout le domaine de la culture est, à mon avis, une réalité qui nous différencie dans tout le Québec, bien sûr, mais aussi dans notre métropole, qui a une force exceptionnelle. On parle de 97 000 emplois dans la culture, directs et indirects. Il faut continuer à soutenir l’exportation de nos talents, car cela profite au rayonnement du Montréal culturel.

    Sur une panne de leadership à Montréal…

    «Je ne veux pas parler de Gérald Tremblay, il a assez de trouble comme ça! Cependant, il est évident que le gouvernement Charest a beaucoup manqué de leadership en ce qui concerne Montréal. Il a investi des sommes très importantes à Québec, et je ne l’en blâmerai pas, car cela a amélioré notre capitale nationale, mais il a été un peu plus frileux avec Montréal.

    Nous allons nommer un ministre responsable de la métropole. Il présidera un comité ministériel qui sera composé des principaux ministres concernés par la vie de la métropole. Et moi je rêve qu’il dispose d’une petite équipe pour qu’on saisisse bien ce qu’est la vie métropolitaine, pour que les politiques du gouvernement soient adaptées à la réalité montréalaise.

    Nous avons vu des bras de fer entre Gérald Tremblay et le ministère des Transports, sur Turcot, sur Notre-Dame. À ce sujet, Gérald Tremblay me dit que (le gouvernement) ne nous écoute pas, qu’il ne nous comprend pas, qu’il ne connaît pas Montréal. Et je ne suis pas loin de penser que c’est pas mal exact dans certains cas. Il faut changer cette culture-là pour redynamiser Montréal.»

    Sur les structures…

    «Je n’ai pas le goût de jouer dans les structures. On a assez donné de ce côté-là. Évidemment que si des élus nous proposaient de modifier ceci et d’améliorer cela, je n’aurais aucun problème à y répondre favorablement. Mais je ne veux pas mettre de temps à refaire ces batailles-là.»

    Hier: François Legault

    Demain: Jean Charest

    Tags:


    • …«Un ministre de la Métropole»??? Mais on a déjà eu ça. Il s’appelait Serge Ménard. Je me rappelle même, à cause de mes fonctions de l’époque, avoir participé à une «grand’messe» sur la gestion de la Métropole. Ça n’avait pas débouché sur grand chose, mais c’était avant les fusions puis les défusions. Et on veut revenir avec ça? Encore du «rabibochage»!

      Or, n’est-il pas admis que de répéter les mêmes gestes en pensant obtenir des résultats différents, c’est……!?

      J-F. Couture.

    • Je trouve toujours ironique entendre le PQ parler de revitaliser l’économie Montréal. Ironique parce que ce sont les politiques du PQ des 30-40 dernières années qui ont contribué à rétrécir Montréal par rapport aux autres villes Nord-Américaines.
      L’on parle de “centres” d’activités. hummmm, on aurait pu commencer par ne pas perdre les sièges sociaux des banques et autres grandes entreprises et ne pas détruire la bourse de Montréal. Il me semble que ça aurait été un bon départ.
      Le PQ arrive 40 ans trop tard dans ces constatations de l’importance de la vitalité économique de Montréal. Je regrette mais non merci.
      G. Gomez

    • Ce n’est pas un ministre que ça prend pour revitaliser Montréal. C’est une tutelle pour plusieurs années dans l’attente d’un maire qui a de l’allure. Malheureusement ce n’est pas demain la veille.

      R. Gagnon

    • @jeanfrancoiscouture
      Si le ministre écoute Montréal, ça changerait quelque chose. Le problème est là, Montréal n’est pas écoutée.

      Alain Lajoie

    • Nommer un ministre responsable de Montréal fait strictement partie de la stratégie référendaire.
      Ça n’a rien à voir avec l’amélioration de l’économie de la ville.
      Le but est de contrôler de plus près la population anglophone et multi-ethnique pour faire pencher le vote vers un oui.

      Si le PQ est élu majoritaire, ma stratégie sera celle de 1995, transférer mes avoirs à l’extérieur de la province. Dommage que j’aie acheté une propriété, il faudra que je la vende à rabais si… je trouve un acheteur, avant de quitter le Québec.

      Xavier Letendre

    • xavierletendre le 30 août 2012 @ 15h06

      Si le pikiou est élu majoritaire, la sécheresse va s’abattre sur le Québec et les récoltes seront dévastés par une infestation de sauterelle.

      En plus le fleuve va se mettre à couler à l’envers entrainant l’eau salée dans nos aqueduc et faisant rouiller notre plomberie.

      Voilà, les électeurs sont prévenus!

      Guy Dumais.

    • ..@gl000001.

      Logique!

      Mais pour que l’on nous écoute, ne faudrait-il pas d’abord que l’on parle? Et si l’on parle, ne faudrait-il pas que l’on dise quelque chose d’intelligent, de cohérent et que cela soit appuyé («backé») par une majorité de nos concitoyens? Et avec des conséquences si on ne nous écoute pas?

      J-F. Couture.

    • @xavierletendre
      Votre intervention dans ce blogue a été intercepté par Echelon_QC. Vos avoirs seront intransférables. C’est vous qui serez transférés dans une région controlée : l’Ouest de l’Ile. Vous aurez une fleur de lys tatoué sur une fesse. La tatoueuse sera la fille carrée rouge avec les cheveux à moitié rasés qui se promenait les seins à l’air lors des manifs.

      Alain Lajoie

    • Bon, au moins elle promet d’écouter et de réaliser ce que les gens de la région ont déjà décidé. Par contre elle ne pense pas au financement à long terme du réseau, et ça c’est mauvais.

      C’est vrai aussi que le MTQ n’écoute pas les Montréalais. Au MTQ, c’est la voiture, la voiture et encore la voiture la priorité. Ce qui excite les décideurs du MTQ qui occupe leurs rêves, c’est des gros boulevards Tascheraux partout en ville, le tout relié par des autoroutes qui passent dans tous les quartiers.

      Simon Chartrand

    • Parler pour rien dire.

      -Plan métropolitain d’aménagement et de développement: De kessé ?
      -Masse critique (Dans quoi, où ça): De kessé ?
      - Il faut continuer à soutenir l’exportation de nos talents … De kessé ?
      -Nous allons travailler avec les élus de la région pour voir comment nous allons financer cela: De kessé ?
      -Il faut changer cette culture-là pour redynamiser Montréal.» De kessé ?

      Bref, Pauline appuie ce qu’elle pense être Montréal, mais sans donner d’engagements clairs. La clarté, pour les péquistes, c’est difficile. Après tout, lorsqu’on est même pas capable de défendre l’article 1 du programme, c’est dur d’avoir des idées et de les défendre pour le reste.

      On ne fait alors qu’appuyer le ron-ron bureaucratique du système.

      F. Picard

    • je signale à ceux qui plantent le PQ que c’est le PQ qui a parti la cité du multimédia qui fait de Montréal la capitale mondiale du jeu vidéo et du multimédia. Montréal n’a pas des tonnes de secteurs d’activité où elle brille et celui-là, il est là grâce au PQ.

      JF Trottier

    • @jeanfrancoiscouture
      Il me semble que Montréal a beaucoup parlé aux audiences pour l’échangeur Turcot, pour le Pont Champlain. Elle a parlé au PMAD. Le gouvernement n’a pas trop écouté. Les conséquences : Legault pense que c’est de notre faute et nous traite de braillards.

      Alain Lajoie

    • Kin bin! Z’allez voir dans les poches de qui la madame va aller chercher l’argent pour ses rêves d’avenir pour Montréal! C’te madame qui a décidé que 130 000 $ de revenu imposable, c’était une marque de richesse! Elle perdrait le contrôle de ses sphincters dans ses dessous dentelés si elle devait tenter de vivre avec juste un peu plus du dixième de son seuil de la richesse comme certains d’entre nous!

      Pôôôôvre madame, elle n’a pas le goût de refaire des batailles quand Montréal est synonyme de batailles! Quand les batailles, c’est la base de Montréal!

      J’aimerais bien faire partie de la p’tite équipe de qui serait son “minisse” de Montréal… Y vivant depuis 45 ans, mais ayant connu bien mieux, j’leur ferais saisir ce que c’est, la “réalité montréalaise”! On risque d’avoir pas mal de minisses et de sous-minisses.

      Faut bien être riche comme madame pour avoir des rêves en Technicolor, en Panavision, en son Dolby, etc. etc. J’voudrais qu’on l’oblige à venir vivre sous un corridor aérien, dans nos îlots de chaleur près des grandes industries bruyantes comme Bombardier Aéronautique, dans le genre de logements (et je ne parle pas du “Bois-Francs” avec ses condos et maisons de ville à 500 000 $ et bien plus) où se retrouvent beaucoup de nouveaux arrivants, héritant de la place des mourants “pognés” dans les hôpitaux parce qu’il n’y a pas de place en CHSLD, ou de ceux qui sont capables de partir pour les banlieues pour ensuite demander des trains et des métros jusque dans le fond de leur banlieue, parce que c’est plate de rentrer en ville pour sa job par des ponts parsemés de cônes oranges.

      Les polis-ti-chiens ont été bien moins polis pendant cette campagne électorale…

      Josette Lincourt

    • Finalement La Marois dit oui à tout, demain matin, Montréal aura tout ce qu’elle veut et on vivra dans le meilleur des mondes avec un ministre en plus qui se chargera de saigner les régions au profit d’une métropole inefficace et sans leadership.

      Croyez vous sincèrement à toutes ces balivernes ? Et de dire que Québec a eu beaucoup et que c’est au tour de Montréal, franchement, avez-vous vu les infrastructures qui sont en projet à Montréal et ceux des dernières années qui se chiffrent en dizaines de milliards, rien de comparable avec Québec et son colisée à 200 millions (du provincial) et environ 1 milliards et demi pour les infrastructures routières ces 5 dernières années + 60 millions pour la promenade Champlain.

      Elle va prendre l’argent où pour faire tous ces projets, Montréal a même demandé quelques milliards encore aujourd’hui pour financer d’autre infrastructures. C’est sans fin.

      Le PQ vous vends sa salade en cette dernière semaine avant les élections, ils veulent tant leur référendum qu’ils sont prêts à promettre ces milliards que l’on n’a pas pour quelques votes supplémentaires.

      Ces affirmations de Pauline sont-elles dans le cadre financier du parti présenté en catastrophe la semaine dernière ? Sûrement pas ! C’est de la bouillie pour les chats, les mulots, les vache et tous les animaux de la ferme montréalaise. Aucune crédibilité. De toute façon, aussitôt au pouvoir, la priorité de ce parti sera de fomenter le trouble et les chicanes avec le fédéral et pousser pour un référendum qui nous fera un tort énorme en ces temps incertains pour notre économie.

      Rien à cirer de ces promesses irréalistes qui, soyez en certains, ne seront pas respectées. Un ministre de plus en plus, sans pouvoir et sans budget !, Mais ça parait bien aux yeux des Montréalais !

      François Bélanger

    • Montréal demande aujourd’hui 700 millions de plus par année pour ses infrastructures !

      Ai-je bien lu, et ceci ne comprends pas le pont Champlain, l’échangeur Turcot (4 à 5 milliards) et tout ces édifices payés par les contribuables (orchestre symphonique, Place des spectacles, musées, stade olympique, etc.). Les finances et la ville sont au bord du gouffre. Et la Marois vient en rajouter encore, tout ça sans sortir la calculatrice, sans voir si c’est vraiment faisable et utile, sans examiner si cet argent ne pourrais pas mieux servir dans une autre cause !

      On n’est pas sortis du bois au Québec et les montréalais non plus.

      François Bélanger

    • Le dernier Premier ministre a avoir été élu dans un comté de l’ile de MTL était Robert Bourassa dans Mercier en 1973,et Trudeau dans Mont royal, depuis ce temps ,tout les Premier ministres québécois sont élut en région, c’est peut être un des problèmes qui affectent MTL.

      Y. Béchard

    • Nous allons nommer un ministre responsable de la métropole. Il présidera un comité ministériel qui sera composé des principaux ministres concernés par la vie de la métropole.

      finalement tout le budget pour montréal va passer en structurite

      c degauche

    • Comme votre collègue A. Pratte, avec le contexte économique et les défis qui nous attendent je ne peux imaginer de pire moment pour élire un gouvernement du PQ au Québec.

      Or c’est précisément ce qu’on apprête à faire et Montréal qui en souffrira particulièrement va y contribuer en élisant plusieurs députés du PQ.

      Bel exemple de tirage dans le pied! On a parfois le gouvernement qu’on mérite, c’est le cas de le dire…

      P Brasseur

    • Opportuniste la Pauline! Elle promet tout ce que le monde lui demande de promettre. Est-ce un signe qu’elle s’attend à être minoritaire? Quant à moi, je ne serais pas surpris qu’elle promette bientôt un ministre de la question référendaire, un ministre des caribous, un ministre du carré rouge et un ministre des affaires inutiles.
      R. Ducharme

    • @red_beetle
      Pour la Cité du multimédia, on doit tout à un promoteur/lobbyiste qui a bien vendu son idée au PQ. Le PQ a juste donné l’argent.
      Le fait de mettre beaucoup de développeurs au même endroit a peut-être aidé cette industrie mais elle était déjà en ébullition avant ces subventions, de toute façon.
      Cette Cité a surtout profité à CGI qui a pu s’y installer parce qu’ils font un peu de multimédia. Je n’appelle pas ça de l’argent bien placé.

      @pbrasseur
      On en a eu des défis depuis 9 ans. Le PLQ a-t-il bien répondu ? Non. Le PQ ne peut faire pire et la CAQ a clairement démontré qu’ils veulent faire pire.
      Alain Lajoie

    • «ministre responsable de la métropole»…

      Pas la Maltais toujours !

      Ysabel Labonté

    • @bellinger : Nommez-vous François Legault «Le Legault» et Jean Charest «Le Charest» ? Non, alors pourquoi, sinon la pure misogynie, nommez vous Mme Marois «La Marois» ? Commencer ainsi vous retire le peu de crédibilité qui vous restait.

      Oui, Montréal demande 700 millions de plus par année. Et Montréal fait bien, puisque Montréal, même avec 700 millions de plus par année, restera la grande pourvoyeuse de la province. Le déficit que Montréal enregistre par rapport à la province passera de 4,3 milliards à seulement 3,6 milliards. N’ayez crainte, nous allons continuer à vous faire vivre.

      Votre comparaison de l’échangeur Turcot avec le colisée Péladeau est déplacé. L’échangeur est une structure utilisée par tous ceux qui passent de l’ouest du pays à l’est et qui fait la jonction avec le principal chemin d’accès du Québec vers les USA. C’est un équipement à vocation nationale. Le Colisée Péladeau a un vocation municipale. 400 millions (mais ça sera plus) pour un aréna municipal, c’est énorme. Le 60 millions pour un trottoir municipal, aussi joli soit-il, c’est très gros aussi.

      L’OSM est un des plus grands orchestre au monde et il peut, à juste titre, être considéré comme étant un bien provincial.

      Vos calculs sont délirants. C’est comme dire que l’entretien des ministères et du parlement était des subventions à la ville de Québec.

      Un peu de rigueur. Un commentateurs de Québec qui vient faire la leçon sur une situation qu’il ne connaît pas, au sujet d’une ville qu’il ne connaît pas (vivre 3 ans à Montréal c’est rien) devrait au moins se garder une petite gêne.

      Simon Chartrand
      Montréal

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité