Le blogue de François Cardinal

Archive du 24 août 2012

308

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

L’île de Montréal n’a jamais été une priorité des libéraux en neuf ans au pouvoir. Le tout a commencé avec le retrait de son titre de «métropole» dès 2003, s’est poursuivi avec une espèce d’indifférence froide, pour se terminer par des prises de bec publiques avec le maire Tremblay…

J’étais de ceux qui pensaient que la venue de la CAQ allait changer les choses, ébranler les colonnes électorales qui immobilisent Montréal depuis trop longtemps. Après tout, François Legault avait choisi d’axer sa toute première allocution en tant que chef de parti sur la métropole.

«Il est temps que Montréal soit représentée par des voix fortes et audibles au sein du gouvernement», lançait-il en décembre dernier.

Je me disais donc que peu importe ce que les Montréalais pensent de la Coalition, ils profiteraient au moins de sa présence, qui braquerait davantage les projecteurs sur le moteur économique de la province…

Or si sa venue a bel et bien pimenté la campagne électorale, on ne peut pas dire qu’elle a chamboulé le sort de Montréal comme l’a fait la percée du NPD l’an dernier, mettons.

Les chefs en parlent certainement un peu plus qu’à l’habitude, mais les sondages et projections montrent que cela n’a pas grand effet, voire pas du tout…

La plus récente mise à jour du site ThreeHundredEight (certainement le plus crédible des sites de projection) prévoit 20 sièges pour le PLQ, alors qu’en 2008, ils en ont gagné… 20!

Le PQ se dirigerait lui aussi vers une récolte similaire aux dernières élections, mais avec un siège en moins : six plutôt que sept.

Le grand gagnant serait Québec solidaire qui connaîtrait une hausse fulgurante de 100 % de sa députation (!), qui passerait d’un à deux sièges, pour ses deux co-chefs.

Bon, vous me direz qu’il n’y a rien de surprenant là-dedans, que le statu quo est coulé dans le béton depuis 25 ans. Ce qui est vrai, mais néanmoins désolant si la tendance se maintient. Doublement désolant, même…

Non seulement une campagne électorale aussi vivante et incertaine que celle-ci n’est pas capable de faire bouger quoi que ce soit sur l’île, mais en plus, le statu quo risque de faire basculer l’île de Montréal dans l’opposition…

Pensez-vous que la métropole s’y fera davantage entendre? Pas moi.

Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    D L Ma Me J V S
    « juin   sept »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité