Quel avenir pour Montréal?

Archive du 23 août 2012

Jeudi 23 août 2012 | Mise en ligne à 7h00 | Commenter Commentaires (35)

Un absent de l’élection québécoise: le tramway…

210030_10151026568838546_442647204_o

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

Je suis allé faire un tour au Portugal cet été, un magnifique pays dont les grandes villes, hélas, sont assez abîmées. On y retrouve de nombreux bâtiments abandonnés, des graffitis partout et une certaine malpropreté dans plusieurs quartiers centraux de Lisbonne et Porto.

En ce sens, j’ai été très surpris de constater la modernité des réseaux de transport en commun, lesquels tranchaient avec le paysage urbain dégradé dans lesquels ils circulaient.

photo4

À Lisbonne et Porto, il y à la fois un réseau de tramway ancien pour les touristes, et moderne pour les citadins. J’ai prises les deux premières photos à Porto, la troisième à Lisbonne.

Merci à l’Union européenne, qui a beaucoup aidé ces villes à se doter de tels systèmes!

Pourquoi je vous raconte ça? Simplement parce que je me surprends qu’aucun des trois principaux partis provinciaux n’ait évoqué l’idée de ressusciter le tramway dans la métropole. Seul le PQ s’est montré ouvert à l’idée d’implanter un tramway moderne… à Québec! Mais pas à Montréal!

photo3

Personnellement, j’ai encore certains doutes quant à la faisabilité d’un tel projet dans la métropole, mais bien des gens, dont Richard Bergeron de Projet Montréal, y croient dur comme fer. Et quand on voit la facilité avec laquelle on se déplace dans les villes qui en sont dotés, notamment au Portugal, il y a en effet de quoi saliver…

Rappelons-nous d’ailleurs ce qu’avait affirmé le maire Tremblay à un journal parisien lors de son voyage là-bas, en 2006. «Le tramway parisien est un modèle pour nous car, en plus d’être écologique, il est économique. Son coût d’exploitation ne nous coûterait que 50 millions de dollars par kilomètre, moitié moins que le métro.»

Et pourtant, aujourd’hui, il n’en parle plus, préférant demander un prolongement de la ligne bleue.

La stratégie est peut-être bonne sur le plan politique (plus facile de convaincre Québec d’investir dans le prolongement d’un moyen de transport connu que dans l’implantation d’un nouveau moyen de transport), mais peut-être aussi, ce faisant, Montréal est-il en train de passer à côté de quelque chose.

Le Wall Street Journal, pas plus tard que la semaine dernière, faisait état de l’essor impressionnant du tramway aux États-Unis. Il évoque Cincinnati, qui vient de donner le feu à des dépenses en ce sens. Il nomme Kansas City, qui vient tout juste d’imposer une taxe spéciale afin de financer un nouveau tramway. Il cite Los Angeles, où l’on demandera bientôt aux citoyens s’ils souhaitent payer une taxe supplémentaire en vue de l’implantation d’un tramway.

Il cite également Portland, qui souhaite agrandir son réseau de tramway. Et il évoque des villes comme Atlanta et Salt Lake City, qui ont récemment démarré leur propre chantier grâce à une enveloppe financière créée en 2010 par l’administration Obama.

Il est donc surprenant, dans un tel contexte et sachant les bienfaits urbanistiques du tramway, que ni le maire Tremblay, ni les candidats des principaux partis provinciaux n’évoque même l’idée de les ramener à Montréal, non?

Lire les commentaires (35)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité