Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 29 juin 2012 | Mise en ligne à 7h00 | Commenter Commentaires (19)

    La bonne nouvelle VM: les douaniers remplacés par des guichets…

    320471-voici-deux-trois-voiles-plafond

    Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

    Les habitués le savent et le redoutent : peu importe la durée du vol, la portion la plus éreintante des voyages à destination de Montréal est… l’attente aux douanes, une fois à l’aéroport.

    Eh bien, bonne nouvelle! Aéroport de Montréal a inauguré officiellement de nouvelles «bornes de contrôle frontalier automatisé» cette semaine afin d’accélérer le passage aux douanes.

    Est-ce la fin des zigzags interminables qui accueillent les passagers une fois le sol foulé? Faudra voir à l’usage, mais d’emblée, on peut se réjouir qu’il existe dorénavant une échappatoire, du moins pour les citoyens et résidents permanents canadiens (qui ne possèdent pas déjà la carte Nexus).

    Une fois arrivé dans cette immense salle des pas perdus que connaissent bien les voyageurs, il est maintenant possible, comme c’est le cas à Vancouver depuis deux ans, de se diriger vers une des 18 bornes, puis de suivre «les trois étapes simples» : remplir, numériser, présenter.

    Ce qui, avouons-le, est plus intéressant que les trois étapes qu’il fallait suivre auparavant : attendre, attendre, et attendre encore.

    En gros, donc, il faut remplir la carte de déclaration dans l’avion. Puis une fois sur le plancher des vaches, se diriger vers la borne, répondre à quelques questions sur l’écran puis numériser les trois documents nécessaires : ladite carte de déclaration, le passeport et les reçus des achats effectués à l’étranger.

    Puis swoushe, un reçu est automatique délivré, lequel doit être présenté à l’agent des services frontaliers. Si tout se passe bien, si aucun agent décide de vous interroger plus longuement, vous retrouvez vos bagages dans les minutes suivantes puis vous quittez l’aéroport.

    Selon ADM, cité dans la Gazette aujourd’hui, la borne permet de traiter de trois à quatre demandes pendant qu’un douanier en traite une seule.

    Bonne chose de faite! Peut-être pourrait-on maintenant s’attaquer aux lignes des contrôles de sécurité. À voir la liste des objets prohibés, il y aurait peut-être matière à modernisation là aussi, non?

    Tags:


    • Je boycotte les caisses libre-service dans les épiceries et les Canadian Tire (pas que j’y vais souvent) parce que j’encourage les personnes. Je préfère traiter avec une personne. Alors je vais utiliser la borne parce que les douaniers sont rarement des personnes. Ils sont souvent plus près du robot que de l’humain.

      Et je persiste à dire que l’attente est pas si pire que ça à Montréal. Deux fois sur trois, c’est relativement rapide. Paris CDG est constamment plus lent.

      Alain Lajoie

    • gl000001

      “Ils sont souvent plus près du robot que de l’humain.”

      Pour une fois nous sommes plutôt d’accord :-)

      Pour ma part je considère la douane comme un rempart du protectionnisme et un guichet de collection d’impôt. Je comprend le besoin de sécurité mais ça devrait se limiter à ça et on en est très loin.

      De plus comme j’ai toujours eu pas mal de misère avec l’autorité et je supporte mal de me faire demander par un petit jeunôt “qu’est que vous avez fait?” ou “qu’est-ce que vous avez acheté pour $200?”

      J’ai souvent le goût de répondre que “c’est pas de tes c… d’affaires”

      Main bon en vieillissant on apprend à choisir ses batailles…

      P Brasseur.

    • J’ai testé les bornes en revenant de Boston le 16 juin dernier. Fantastique! Fini l’attente… aux douaniers. Maintenant c’est la longue file interminable pour la sortie de l’aéroport. Mais on améliore une étape à la fois.

      Question: Quand on quitte Montréal pourquoi est-ce qu’on se fait “zapper” notre carte d’embarquement autant de fois? Une fois en entrant dans une salle (guichet) avant les contrôles de sécurité. Pas une, mais 2 fois par des agents qui sont à moins de 10 mètres un de l’autre, au bord de la porte des contrôles de sécurité. Et une autre fois, les contrôles de sécurité franchis. Puis une cinquième fois quand on fait la file pour rencontrer l’agent de douanes américain. Pourquoi on se fait “zapper” 5 fois, en moins de 50 mètres? Qq’un a une réponse?

    • Steve Duchesne pour avoir omis de signer le dernier commentaire.

    • Je l’ai testé lundi dernier. Génial et tellement rapide!
      Si en plus, vous n’avez pas de bagage enregistré (car l’attente est souvent interminable aux carrousels), vous sortez de l’aéroport en 2 temps, 2 mouvements!

      Nicholas Ninousky

    • Bonne idée, mais ça ne changera rien pour les voyageurs qui ont des bagages à récupérer au caroussel. Peu importe l’attente aux douanes, il faut toujours attendre ses bagages quand même, souvent une demi-heure ou plus après avoir passé la douane lorqu’il n’y a pas d’attente. Je me suis souvent demandé comment ils font pour être si lents. Ils doivent pratiquer ça.

      PS J’ai apprécié votre édito sur la folie sécuritaire (une fois n’est pas coutume!). Mais c’est “too bad” – la folie est en marche et rien ne l’arrêtera. Bientôt chaque propriétaire de piscine devra installer un système automatisé de caméras de sécurité relié à une centrale de surveillance pour la modique somme de $500/mois (plus taxes). Et chaque nageur devra porter une veste de sauvetage sous peine d’amende (les caméras vont l’attraper). Et vous savez quoi? Quelqu’un va se noyer quand même!

      G. Lalande

    • @planete_terre: “Pourquoi on se fait “zapper” 5 fois, en moins de 50 mètres? Qq’un a une réponse?”

      Oui, j’en ai une: C’est pour mesurer les temps d’attente entre les divers points de votre parcours. Ils savent ainsi combien de temps vous avez attendu de votre arrivée dans la salle de précontrôle jusqu’au passage de la sécurité (i.e. le “scan” de vos objets personnels), puis le temps d’attente avant de voir un agent des douanes US, etc.

      -E. Racine

    • N’importe quoi pour m’éviter l’air bête des douaniers….bon je sais, on doit quand même en croiser un, sinon n’importe quel Magnotta pourrait entrer comme dans du beurre, mais c’est déjà ça de gagné.

      Si on pouvait maintenant se sauver des douaniers quand on quitte le pays…dans mes rêves, je sais. J’ai encore un arrière-goût d’un interragatoire à 4h30 du matin par un douanier américain, départ de Montréal, qui me dévisageait comme si j’étais Jack l’éventreur parce que j’avais bafouillé en donnant une réponse. Hey, il est 4h30 du matin, est-ce que j’ai le droit d’être encore somnolant???? Toi non, tu travailles, moi oui.

      Ben Bibeau

    • @planete_terre
      En réponse à votre interrogation, les passagers au départ font l’objet d’un «zappage» à chaque étape de leur parcours pour des raisons à la fois d’efficacité opérationnelle et de sûreté. Grâce à un logiciel, la lecture de la carte d’embarquement permet en effet de suivre le passager jusqu’à l’embarquement ainsi que ses bagages enregistrés situés au sous-sol. En plus de mesurer les temps d’attente, le système permet l’appariement des bagages et des passagers en tout temps : si, par exemple, le passager n’embarque pas dans l’avion, le système s’assure alors que ses bagages soient retirés de la soute conformément à la réglementation sur le transport aérien.
      Christiane Beaulieu

      (NDLR: Mme Beaulieu est vice-présidente aux affaires publiques chez ADM)

    • Précision: quand je dis qu’ils agissent comme des robots, c’est à cause de leur job abrutissante. J’ai eu des problèmes avec mon passeport une fois et ils étaient très professionnels par leur écoute attentive.

      Je crois qu’ils seraient plus utile à regarder les gens pour voir les comportements bizarres qui indiquent peut-être que certaines personnes ont des choses à cacher.

      Alain Lajoie

    • …À part la seule fois où les employés des douanes étaient en négociation de convention collective, ce qui a retardé le passage pour cause de ralentissement volontaire, je n’ai JA-MAIS eu de problème avec quelque douanier que ce soit. À lire ce blogue, j’ai comme l’impression de faire partie d’une minorité choyée. Soit j’ai une tête sympa ou bien j’ai l’air trop insignifiant pour susciter de l’intérêt de la part des limiers. Allez savoir.

      Entéka, l’idée de la borne est intéressante. Faudra juste garder à portée de la main la pile plus ou moins épaisse de coupons de caisse d’achats de T-Shirt et autres cossins, chose que je ne fais jamais pour l’achat de quelques «bébelles». En fait, je ne les ramasse même pas. Je ne garde que les factures de gros achat, quand il y en a car je ne suis pas un acheteur compulsif et je voyage toujours «léger«, sauf quand je suis accompagné, et je vous laisse deviner par qui!. En bas d’une semaine d’absence, je n’ai que mon «carry-on» et mon sac personnel donc jamais d’attente au carrousel.

      J-F. Couture.

    • et en quoi est ce supposé accélérer le service , c est une étape de plus , 300 personnes qui débarquent d un vol qui se ruent sur 18 ordinateurs , qui cherchent comment ca marche qui trouvent pas leurs reçus , un autre éclair de génie d un technocrate qui n a jamais mis les pieds dans un aéroport

      albert bela

    • Mon temps d’attente n’a jamais été au douane mais au caroussel, si il y a une place où l’efficacité devrait être amélioré, c’est là. Et ne venez pas me parler de l’air bête des douaniés. Si vous allez aux États à partir de Dorval (je m’éprise trop un certain premier ministre pour appeller cet aéroport par son nouveau nom), là vous avez des airs bêtes et des fouilles humiliantes où chaque recoin de votre porte monnaie est fouillé. Pas surprenant après que les voyageurs constatent qu’ils leurs manquent de l’argent. Je crois qu’il y a un complot à la douane américaine pour offrir le service le plus pourri possible pour que les voyageurs utilise Burlington.

      S. Tétreault

    • J’ai toujours eu affaire avec des douaniers polis et souriants. Faut dire que j’approche toujours du douanier avec un sourire et un “bonjour”, même après un long vol.

      La politesse qu’on reçoit a presque toujours été donnée auparavant.

      Simon Chartrand

    • Excellente nouvelle! Surtout si ça permet d’éviter les questions stupides des douaniers, comme se faire demander pourquoi on voyage seule!

      C. Laplante

    • J’étais bien certain qu’il y aurait des commentaires style rabat-joie comme Piedoq…
      Puisqu’il faut TOUT vous expliquer, des douaniers sont là aussi! Lundi dernier, je n’ai pas attendu une seule minute et nous étions au moins 600 à débarquer de mon vol…
      Alors, avant de dire n’importe quoi, allez donc tester le nouveau système avant de faire le ronchonneux!

      Nicholas Ninousky

    • Pour moi c’est vraiment un cas de “quand on se regarde on se désole, quand on se compare on se console…”
      Si il y a quelque chose qui n’est pas sur mon radar pour améliorer Montréal c’est bien le temps d’attente aux douanes, ou les douaniers eux mêmes.
      Si vous êtes déjà arrivé à Londres Heathrow un dimanche matin, ou à LAX le soir en provenance d’un autre pays que le Canada, alors vous avez connu pire que Montréal. Même chose pour New Delhi ou Mumbai.
      En fait je me rappelle les douanes internationales à Montréal avant l’addition du hall des arrivées internationales. Plafond à 8 pieds, claustrophobie garantie. 10 guichets pas plus.
      Alors bravo, on installe des bornes libre service pour améliorer, mais franchement, les douaniers, leur boulot c’est de contrôler l’accès au pays, pas d’être notre ami. Il font leur job. Je ne crois pas que leur mandat inclus de des ambassadeurs de bonne humeur. En fait compte tenu de la tâche , les douaniers canadiens s’acquittent plutôt bien de leur devoir.
      Une vraie “Bonne Nouvelle VM” serait de régler la circulation aux abords de l’aéroport, et de s’assurer que les taxis ne causent pas une attente aussi longue que les douanes… Et en prime des taxis propres et bien entretenus.

      JF Garneau

    • Effectivement, le hall des arrivées internationales rend l’attente bien moins pénible qu’auparavant.

      C’est tout de même bizarre que les douaniers canadiens me posent bien plus de questions (qui n’ont rien à voir avec mes achats) que ceux d’un pays européen où je me rends au moins une fois par an pour des motifs professionnels, et où je ne suis pas citoyenne, n’ai aucun “droit” d’être là. Ma profession, par exemple.

      Maria Soriano

    • Je voyage environ 2 fois par année et l’attente est toujours très minime à Dorval. Mais il est vrai qu’à certaines périodes de l’année, notamment l’été, c’est plus long. Quant à ceux qui se demandent pourquoi les douaniers ont l’air “bête” (je qualifierais plutôt d’air neutre), c’est qu’il s’agit d’un travail exigeant qui demande beaucoup d’observation et sur une longue période. Pour avoir déjà fait ce travail, les heures sont très, très longues à la ligne primaire. Rien ne doit nous échapper. Mais si vous êtes poli, le douanier le sera aussi. Ne vous attendez juste pas à ce qu’il soit hyper social, il n’est pas en vacance, il travaille, tout simplement.

      Pour répondre à lagatta, il y a beaucoup d’étudiants qui travaillent temporairement comme douaniers et ces derniers manquent parfois d’expérience, d’où les erreurs dans le choix des questions. Par contre, il est normal de questionner si le douanier a décelé des indices précis.

      S.Larousse

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité