Le blogue de François Cardinal

Archive du 14 juin 2012

X00151_9

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

C’est en me promenant à Chicago que la chose m’a frappé. Il y a peu d’art public dans les rues de Montréal.

La ville d’Obama est reconnue pour son architecture, ses gratte-ciels, ses constructions signées Mies van der Rohe et Frank Lloyd Wright. Mais fait moins connu, on y retrouve aussi, disséminé partout au centre-ville, surtout dans le quartier The Loop, de l’art public en grande quantité, et en grande qualité.

Chicago PicassoAu détour d’une rue, on tombe sur un Picasso (photo à droite) ou un Miró, un Dubuffet ou un Calder. On aperçoit des sculptures d’artistes moins connus, une fève géante en inox signée Anish Kapoor (photo ci-dessus), des œuvres saisissantes, d’autres moins…

Bref, il y en a partout, ce qui donne une impression de vide culturel quand on compare avec Montréal.

Il y a certainement, ici, quelques œuvres intéressantes à droite et à gauche, il y a des commandes d’œuvres en cours, il y a de plus en plus de concours d’art public, mais rien de systématique comme à Chicago.

X00052_9Je suis donc tout à fait d’accord avec Vision Montréal, qui déposera lundi au conseil municipal une motion «pour l’intégration de l’art public à l’aménagement urbain à Montréal».

Plus précisément, le parti de Louise Harel reprend à son compte une recommandation de la Commission permanente sur le développement culturel qui a déjà cours dans la province depuis 1996 : fixer une valeur seuil au-delà duquel il serait exigé que 1 % du budget du projet soit consacré à l’art public.

L’idée est ambitieuse, car on souhaite inciter la Ville à adopter un règlement d’intégration de l’art public en architecture pour tous les grands projets d’aménagement urbain sous sa responsabilité ainsi qu’aux projets résidentiels, institutionnels, d’infrastructures, commerciaux et de bureaux, qu’ils soient publics ou privés.

PAPI3Est-ce que 1 % serait suffisant? Devrait-on exiger 2 % comme San Francisco, Philadelphie et Seattle? À partir de quel seuil devrait-on exiger qu’il soit versé? Bien franchement, je l’ignore, et là n’est pas le plus important. Ce qu’il y a de primordial avec cette proposition, à mon avis, c’est la systématisation qu’elle impose.

Car cette systématisation, justement, est ce qui manque le plus à Montréal, «ville de design» et «métropole culturelle», rappelons-le.

Comme l’a souligné la conseillère Élaine Ayotte qui propose la motion, l’art public fait certainement l’objet d’une reconnaissance officielle dans les différents politiques d’urbanisme et de culture de la Ville. «Mais les résultats ne sont pas au rendez-vous», a-t-elle ajouté.

Le Cadre d’intervention en art public de 2010 le reconnaissait : Montréal accuse du retard. Le boom immobilier actuel serait un bon prétexte pour le combler.

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité