Le blogue de François Cardinal

Archive du 15 mars 2012

Jeudi 15 mars 2012 | Mise en ligne à 11h37 | Commenter Commentaires (6)

À lire: architecture et graphisme… sur la «montagne»

Crédit: big.dk

Crédit: big.dk

Quelques très bons livres urbains ont trouvé leur chemin sur ma table de chevet ces dernières semaines. Dans le lot, une bande dessinée… devenue le livre d’architecture le plus fascinant qu’il m’ait été donné de parcourir!

Yes-is-More-An-Archicomic-on-Architectural-Evolution-by-TASCHEN-Xmas-gift-number-6-yatzer-1- Yes is More : une bande dessinée sur l’évolution architecturale a été publiée il y a un petit moment, mais j’y fais néanmoins référence, car c’est un ouvrage qui ne ressemble à aucun autre.

Produite par la firme d’architecture danoise BIG, l’une des plus populaires du moment, la BD raconte la genèse d’une trentaine de projets, de l’idée à la maquette, parfois à la grue.

Ce qui rend le livre si passionnant, c’est qu’il raconte en mots et en images les coulisses d’une firme d’architectes (et pas n’importe laquelle!), le processus de création de ses artisans, leurs inspirations, hésitations, erreurs et succès.

En fait, c’est rien de moins qu’une visite personnalisée des bureaux de BIG en compagnie de son fondateur, Bjarke Ingels (qui nous parle tout au long du livre à l’aide de bulles), auquel nous convie le livre. Et ce, sans quitter le salon.

1239060-gf- La colline qui voulait devenir une montagne est un tout petit livre qui raconte, en 17 moments choisis, l’histoire du mont Royal. Produit par Les amis de la montagne, il est tiré de la fresque présentée à la maison Smith, l’an dernier.

J’en parle parce qu’il se publie peu d’ouvrages chantant l’éloge d’un lieu montréalais. Et aussi parce qu’il explique bien, en quelques images, comment une petite colline urbaine est devenue «montagne» par l’appropriation des citoyens. Précisément ce que cherchait Law Olmstead…

Un beau cadeau pour les amoureux de notre «montagne».

48reinvention1-600x463- Paris versus New York est un autre livre fort intéressant, quoique très différent. Œuvre du graphiste Vahram Muratayan, ce petit bouquin est une présentation de ce qui rend ces deux métropoles si uniques (ce que l’on savait)… et si semblables (ce que l’on découvre).

Sur chaque page de gauche, une image qui encapsule des facettes très reconnaissables de Paris (le pigeon, les autos en double file, le pont des arts, la pyramide de verre du Louvre), puis sur chaque page de droite, le pendant new-yorkais (le rat, les autos stationnées en hauteur, le pont de Brooklyn, le cube de verre d’Apple)…

À parcourir chaque fois qu’on a la nostalgie du voyage.

cover_fp_25_braun_hogenberg_f_1108091111_id_489583- Quoiqu’il n’ait pu trouver sa place sur ma table de chevet comme telle (elle est trop petite…), je ne veux pas oublier le superbe Villes du monde, un énorme livre présentant 363 gravures de villes, aux 16e et 17e siècles, avec préface signée Rem Koolhaas.

On y retrouve Vienne, Amsterdam, Milan, Munich, des patelins carrés, ronds, en étoile, des villes denses, emmurées, ouvertes sur l’eau…

Google Earth… avant Google.

Captivant.

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2012
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives