Quel avenir pour Montréal?

Archive du 12 mars 2012

Chaque lundi, un blogueur invité a pour mandat de nous dire de quoi Montréal a besoin. Cette semaine, les Justiciers urbains* se prêtent au jeu. N’oubliez pas de signer votre commentaire.

Photo Justiciers urbainsLe recensement 2011 confirme ce à quoi tout le monde s’attendait : Montréal compte maintenant plus de gens à l’extérieur que sur l’île. Et l’on prévoit que la tendance s’accentuera alors que des milliers de Montréalais continueront d’opter pour le 450 au détriment du 514.

Montréal est un patient en état grave certes, mais pas encore à l’article de la mort.

Que faut-il faire pour le remettre sur le piton?

UN DIAGNOSTIC GLOBAL

Un des problèmes réside dans le fait que plusieurs quartiers de Montréal se sont progressivement vidés de leurs forces vives au fur et à mesure que l’attrait de la banlieue et de la qualité de vie qu’elle offrait se faisait sentir. L’exode en périphérie provoque bien des maux pour la région : étalement urbain, multiplication des infrastructures, congestion, etc.

Pour renverser cette tendance, Montréal doit s’affirmer, éviter d’appliquer les concepts urbanistiques caractéristiques de la banlieue et offrir ce qu’elle a de mieux : la VILLE, un lieu d’échanges et d’interactions socio-économiques qui offre proximité, diversité et mixité.

DES PETITS ÉLECTROCHOCS

La revitalisation d’une place publique, la mise en place de mesures d’apaisement de la circulation ou l’ouverture d’un lieu de culture sont autant d’exemples d’interventions simples qui ont un impact significatif sur la qualité de vie des citoyens. Ces catalyseurs de développement incitent les gens à porter une attention particulière à leur environnement et à travailler eux‐mêmes à l’amélioration de celui‐ci. Des lieux agréables et occupés sont généralement mieux entretenus, moins vandalisés et plus sécuritaires. Des éléments essentiels à la création d’un esprit de quartier.

UN ESPRIT SAIN DANS UN CORPS SAIN

Au-delà de chantiers physiques, les quartiers doivent avant tout être des chantiers sociaux. Les quartiers doivent être considérés comme de véritables milieux de vie et intégrer habitations de types variés, commerces, écoles, lieux publics, pôles d’emplois, etc. Une telle vision, qui doit se traduire dans les efforts de planification (Griffintown), de développement (Angus) et de revitalisation (Montréal-Nord), stimulera à son tour les initiatives locales.

En stimulant la vitalité des quartiers, les avantages de la vie urbaine deviendront accessibles à un plus grand nombre de familles, qui y apporteront en retour une énergie, une vitalité qui contribuera à les dynamiser. Ainsi, Montréal y gagnera en fierté, en rayonnement et en qualité de vie.

* Les Justiciers urbains se présentent comme trois citoyens (Roxane Fafard, Étienne Lyrette, Benoît Tessier) aimant leur ville qui se font un devoir de prendre part de façon constructive aux débats publics sur Montréal. Les Justiciers critiquent, posent des questions, soulèvent des enjeux sur leur site web tout en proposant des pistes de solutions. Ils soulignent également les initiatives porteuses qui font de Montréal «un endroit unique où il fait bon vivre».

Lire les commentaires (51)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2012
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité