Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 29 février 2012 | Mise en ligne à 9h29 | Commenter Commentaires (67)

    Protéger le Square Viger? Rasons-le, plutôt.

    X00037_9

    Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

    Je suis généralement d’accord avec l’organisme Héritage Montréal. Mais protéger le Square Viger? Sérieusement?

    Dans sa liste des dix endroits menacés, dont je faisais mention la semaine dernière, on retrouvait un des trois îlots du Square Viger, celui qu’a conçu l’artiste Charles Daudelin. Il est «menacé» par un projet de reconfiguration majeure souhaité par la Ville, au même titre que le deuxième îlot, signé Claude Théberge.

    Malgré tout le respect que l’on doit à ces peintres et sculpteurs de renom, disons-le : enfin!

    Charles Daudelin et Claude Théberge ont marqué la scène artistique québécoise, ils ont laissé un riche héritage… mais le Square Viger, hélas, ne figure pas parmi leurs chefs-d’œuvre.

    Distinguons, d’ailleurs, l’œuvre dont ils ont chacun doté leur section du Square… et le square comme tel. La fontaine Mastodo (Daudelin) et la sculpture Forces (Théberge) sont de fantastiques témoins de leur époque qu’il importe de traiter avec toute la déférence qu’ils méritent (le Mastodo doit d’ailleurs être déménagé aux Bassins du Havre).

    Mais on ne peut en dire autant des espaces «publics» qui les entourent, qui sont sinistres et très peu accueillants.

    Entendons-nous, il ne faut pas réaménager le Square parce qu’il est un coupe-gorge (ou du moins ce que Montréal possède qui s’y rapproche le plus). Ce problème social peut certainement se régler sans tout raser, comme on a pu le voir lors des très animés Outgames, qui avaient fait du Square leur épicentre.

    Plutôt, il faut tout reconfigurer parce que les îlots ne s’intègrent nullement à leur environnement, parce qu’ils «bétonnisent» un coin de la ville qui mériterait mieux et parce qu’ils sont refermés sur eux-mêmes plutôt que d’être ouverts sur le quartier.

    Rappelons qu’à la suite de la construction de l’autoroute Ville-Marie, le ministère des Transports avait confié l’aménagement des trois sections à trois artistes réputés (le troisième est Peter Gnass), qui l’ont complété en 1985.

    Mais clairement, Daudelin et Théberge n’ont pu compter sur un grand encadrement à l’époque. Le Bureau d’art public de Montréal, d’ailleurs, n’a été créé qu’en 1989…

    Cela saute au visage lorsqu’on arpente les différentes sections du site. Situé entre les rues Saint-Denis et Berri, l’Agora de Daudelin est en dépression, ce qui a pour effet d’écraser la place sous le niveau de la rue. Ajoutez à cela les «paralumes» qui couvrent une bonne partie du ciel, les nombreuses colonnes de béton qui enferment l’endroit, l’immense mur aveugle qui le traverse, les multiples coins sombres et vous vous retrouvez avec un espace qu’aucun piéton ne veut traverser…

    Le Square Viger en 1904, alors qu’il servait de lieu de repos. Crédit : Musée McCord.

    Le Square Viger en 1904, alors qu’il était un peu plus accueillant. Crédit : Musée McCord.

    L’îlot Théberge, situé entre les rues Berri et Saint-Hubert, n’est guère mieux. Fortifiée par des grilles galvanisées hautes parfois de 10 pieds, dotée d’une porte digne d’un château fort, la place recèle aussi bon nombre de lieux sombres qui empêchent les citadins d’y pénétrer sans crainte.

    D’ailleurs, l’inquiétude suscitée par les deux espaces précédents se confirment lorsqu’on marche sur le troisième et dernier îlot (entre les rues Saint-Hubert et Saint-André), réaménagé il y a quelques années. Situé en hauteur, on s’y sent soudainement beaucoup plus en sécurité. Et on peut aussi y admirer les bâtiments environnants, l’Union française et le Château Viger notamment, sans buter le regard sur des colonnes de béton, comme au début du XXe siècle.

    Héritage Montréal répond qu’un bon programme d’animation, comme la Ville en promettait un, pourrait redonner vie au Square. Je n’y crois pas une seule seconde. Il faut plutôt, à mon avis, se réapproprier ces lieux, les repenser en fonction de leur environnement, les ouvrir au quartier et aux Montréalais.

    Bref, il faut les raser.

    Qu’en pensez-vous? On protège, en tout ou en partie? Ou on réaménage complètement?


    • On rase tout. Il y avait une dame d’une organisation artistisque qui veut préserver le square qui comparait cette horreur a la joconde, quel ridicule. Faut pas avoir peur d’admettre les mauvais coup.

      G. Henri.

    • Vraiment un des pires coin de la Ville. Qu’on rase ça au plus sacrant. Y a pas de consultation à faire ni de démarche de protection, quand c’est laid c’est laid. C’est quand même pas La Place des Vosges à Paris me semble…
      D.Gagnon

    • On déménage tout ça dans le stade olympique.
      G. Lalande

    • Le square Viger est une horreur de la fin des années 80, l’idée cool à l’époque de faire un parc en béton n’a vraiment pas bien vieillie – je n’ai personnellement pas peur des sans-abris qui le hante, mais le parc comme tel est déprimant et me rappelle une espèce de ruine industrielle sans âme.

      G. Mathieu

    • Joli le square Viger en 1904!!! Si on le recréait tel quel, aujourd’hui, ce serait le rendez-vous de toute la faune itinérante de Montréal…
      Tant qu’à avoir que des édifices autour, construisons un édifice dessus. Avec un beau hall regorgeant de verdure.

      Jean-Pierre Cantin

    • Bravo pour votre article. Selon moi, l’échec du Square Viger réside dans 1) la disposition surélevée du Square par rapport aux rues qui l’entourent, créant un effet de forteresse; 2) l’encerclement du Square par des grands boulevards d’automobiles et non pas un voisinage harmonieux 3) le peu de population résidente qui utilise le parc et le rend vivant, comme en témoigne la photo ancienne. Sauvons les oeuvres d’art dont je ne connaissais même pas l’existence, mais pas le Square Viger actuel pour en faire en faire un havre de paix pour les futurs employés et utilisateurs du CHUM. PS: Je ne suis pas architecte ni urbaniste et … il fallait que je le dise : Je n’aime pas du tout les oeuvres de M. Théberge GRRRRR :-) A. Nguyen

    • Espace inutile… les citoyens ont peurs de s’y aventurer, même le jour. Impossible de s’allumer une cigarette tranquillement sans se faire solliciter… Si on rase, on y plante des arbres seulement. Attention au développement domicilaire sauvage.

      D.Fortier, MTL

    • D’ambiance soviétique ou post-apocalyptique, ce square est tellement “accueillant” que je l’ai toujours traversé en accélérant le pas. Bref, avec son béton peu accueillant, il devient une voie rapide pour piétons. D’ailleurs, avez-vous déjà vu des gens s’y prélasser?

      H. Dufort

    • Premièrement, le Square Viger repose sur une autoroute (oubliez les arbres matures et leurs racines profondes) et il est bordé par deux avenues à haut débit de circulation (oubliez la tranquillité). Ce sont des contraintes que l’on ne peut pas écarter quand on analyse la qualité de cet espace. Ce sont aussi ces contraintes qui font de cet espace, un lieu ingrat et peu invitant.

      Ce sont les contraintes que Daudelin a du considérer en créant un “jardin de Babylone” plus bas que le niveau de la rue. Sa vision était très loin d’être idote, bien au contraire. Malheureusement, le concept initial n’a jamais été complété. Le manque de verdure est criant, et je suis certain que Daudelin lui-même le dénoncerait.

      De raser l’Agora ne fera que mettre en valeur la piètre condition du secteur. La très grande qualité de l’architecture environnante (Archives nationales, Gare Viger, Union Française, etc…) ne pourra jamais plus balancer contre le bruit, la poussière et le sentiment qu’on est au mauvais endroit dans la ville. Pour régler le problème du Square Viger, il faudrait que l’avenue Viger est le débit d’une ruelle…

      Le problème, ce n’est pas le parc, le problème c’est son emplacement. C’est un endroit de misère et c’est de l’aveuglement que de croire que c’est le béton de l’Agora qui en est responsable.

      Francis Huneault

    • Je pense qu’il est impossible d’avoir de beaux grands arbres là-dessus : il n’y a pas de place pour les racines, à cause que l’autoroute est en-dessous, donc les racines ne peuvent pas toutes prendre leur ampleur.

      Ensuite, l’autre problème du square Viger, c’est qu’il est dans un no-man land : pas nécessairement facile d’accès avec les rues très passantes autour (ce qui le rend bruyant aussi) et pas de tours à bureau remplis de travailleurs qui iraient luncher là.

      Résultat, les junkies et les itinérants ont pris possession de la place.

      Simon Chartrand

    • Rasons toute la partie ouest pour y planter des arbres.

      Rasons les murs et clôtures des deux îlots situés à l’est.

      Louis Richard

    • Ne connaissant pas l’aspect historique et artistique du coin, je croyais que ces espaces avaient été volontairement aménagés pour devenir des piqueries à ciel ouvert.

      R. Dubois

    • Avant de tout raser il va falloir appeller le clan Panneton pour déménager la tonne d’itinérants qui y habitent, mais ont les place où ces gens là? Ça va crier tantôt… F. Groulx

    • La position d’Héritage Montréal sur le Quartier Viger est un bel exemple de ce que je reproche à Héritage Montréal. Héritage Montréal fait un travail essentiel. Mais lorsqu’on empêche les Montréalais d’habiter les lieux au nom de la conservation du passer à tout prix c’est là ou je décroche.

      Cet emplacement est au cœur du centre ville à deux pas du Palais des Congrès et du CHUM, Il est essentiel de transformer cet emplacement réservé aux junkies et tant qu’à faire faisons quelque chose qui répondent réellement au besoin du secteur.

      C’est à ce demandé si Héritage Montréal sera contre le démantèlement de l’autoroute Bonaventure afin de conserver cette structure qui démontre une autre façon de développer à une autre époque. Tout comme l’organisme défend le Horse Palace!

      Ok j’exagère… ;-p

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Je suis passé des centaines de fois du côté nord et du coté sud du parc.
      Je n’y ai jamais mis les pieds une seule fois.

      Lors d’une marche vers le vieux Montréal, mes enfants m’ont demandé de s’y arrêter pour jouer dans la section plus à l’est.

      Avec la faune qui y était, je leur ai suggéré qu’il y avait de belles choses à voir dans le vieux port.

      Rasez moi ça au plus vite, faites en une aire ouverte et verdoyante. C’est cette laideur que l’on va intégrer au futur CHUM? Franchement il n’y a pas à réfléchir longtemps là dessus.

      L. Trépanier
      Montréal

    • On rase, aucun doute là-dessus, et on ramène la verdure. On a bien rasé l’échangeur des Pins, le Square Viger c’est son équivalent pour les piétons. M. Thomas

    • on se fera pas de cachettes , les sans abris sont dans ce coin de la ville pour y rester , à moins qu,ils ne se trouvent à moins de 21 pieds de certains policiers , pourquoi ne pas y aménager un coin à eux avec toilettes abris etc…

      Albert Bela

    • En tant qu’architecte paysagiste, le dossier du réaménagement du Square Viger m’a toujours tenu à coeur.

      Plutôt que de le raser, je suggère plutôt une solution semblable à celle qui a été déployée pour le Bryant Park, situé au coeur du plus important quartier d’affaires de New York.

      Une solution semblable parce que le problème est semblable : dans les années 1970-1980, le Bryant Park était aux prises avec de graves problèmes de criminalité, entre autres parce que le parc n’était pas «de niveau» avec la rue. Les arbustes tout autour cachaient les activités criminelles qui y prenaient place et les visiteurs ne se sentaient plus en sécurité.

      Ils ont décidé de le rénover en 1989, en misant surtout sur son cachet patrimonial.

      Rouvert en 1992, le Bryant Park est maintenant l’un des bijoux de la Grosse Pomme. Il y a une foule d’activités; projections en plein air l’été (le Bryant Park Film Festival), une semaine de la mode, une patinoire dès la fin octobre, un impressionnant marché de Noël et… un accès Internet sans-fil.

      Le Bryant Park, c’est la preuve que c’est possible, avec un aménagement adéquat, de détruire le repaire de dealers sans détruire le lieu de rassemblement. Le magazine Time l’a même qualifié de «petit miracle».

      Plus d’informations ici: http://bit.ly/xmyOxo et ici: http://bit.ly/z1l9FD
      Jamie Nicholls

    • Je ne savais même pas que c’étaient des parcs!
      On pourrait y aménager un parc de skate comme à Bruxelles au dessus des voies ferrées ou un parc accueillant comme à Barceloneta.
      Les familles en voyage recherchent souvent des endroits pour occuper les enfants pas trop loin des sites à visiter.

      E. Laforest

    • je suis un gradué des HJEC, promotion bac’55 .
      Les 2 institution- phares près du Carré Viger étaient ” Chez Jos Tremblay ” pour ses hot dogs et les HEC pour son enseignement avec les Esdras Minville, François-Albert Angers, Roger Charbonneau, Gérard Parizeau , Pierre Harvey, Pierre Laurin. etc .
      Les 2 institutions ont disparu :
      - Joas Tremblay , de sa mort naturelle
      les HEC, d’une crise de FOI .
      Lire les billets de Lysiane Gagnon de La Presse et de Michel David du Devoir.
      La réponse de Michel Patry , directeur des HEC, me laisse toujours perplexe et confus…
      y graton

    • Au Québec, on a vraiment une maladie de pas jeter nos vieilleries, même quand elles sont plus bonnes.
      Le problème c’est les groupes de pressions, l’État veut plaire à tout le monde, y compris aux 1% qui aiment des endroits merdiques comme ça.
      Pendant ce temps les 99% restants voient leur ville décliner, devenir un champs de ruines , et la population quitter vers les banlieues.

      Que l’on démolisse au PC, et que l’on envoie les robineux à Brossard.

      B Plante

    • Pourquoi ne pas “restaurer” le square viger de 1904 en rasant le béton qui se trouve dessus. Allez ré-écouter le film “l’homme qui plantait des arbres” c’est une belle oeuvre. Plantez des arbres et laissez tomber le béton, laisse béton.

      L’idée de créer artificiellement des évènements à cet endroit pour le sauver me répugne énormément. D’habitude c’est le contraire. On fait des évènement dans des lieux naturellement accueillants. Tant qu’à investir, investissons en bulldozer plutôt, ça sera plus durable. Tiens faisons du développement durable: un endroit naturellement beau qui ne nécessite pas de sauvetage supplémentaire.

      Pierre tremblay

    • @Bernard Théroux: “Il est essentiel de transformer cet emplacement réservé aux junkies et tant qu’à faire faisons quelque chose qui répondent réellement au besoin du secteur.”

      Concrètement, qu’est-ce que vous proposez comme aménagement? Quels sont les “besoins du secteur” et pourquoi croyez-vous que les “junkies” s’y agglutinent?

      Les “junkies” y vont parce que personne n’y va et personne n’y va parce que ce n’est pas un quadrilatère agréable de la ville. On aurait les jardins de Versailles à cet endroit que personne n’irait.

      C’est à mon tour d’exagérer ;-)

      Francis Huneault

    • Selon moi, le CHUM a proximité amènera une nouvelle clientèle durant les belles journées et il est par conséquent important de refaire une beauté à ce site délaissé depuis… son inauguration. Il possède des qualités importantes (fontaine, zones d’ombre, étagement, zonage) qui en font un lieu facile à s’approprier. Ce qui manque c’est une entrée principale accueillante et marquée rue St-Denis.

      Sincèrement, je crois qu’un compromis est possible pour sauvegarder une partie des structures verticales tout en transformant l’excès de pavage en verdure. Se contenter de tout démolir pour reniveler et planter du beau gazon ne fera pas de ce site un lieu agréable.

      Les beaux grands arbres, oubliez ça. Le beau parc paisible, oubliez ça. Construire par dessus l’autoroute, oubliez ça.

      Les choix qui restent sont un statu quo amélioré ou une plaine en gazon sans personne dessus.

      Francis Huneault

    • Vous avez raison monsieur Cardinal .
      Rasons cet endroit d’une laideur incommensurable .

      On ne pourras jamais refaire le carré viger comme il l’était du temps ou mon grand pere qui travaillait a l’hotel de Ville dans les années 50 comme comptable pour les pouvoirs publiques .

      L’autoroute Ville Marie de Bourassa as saccager a tout jamais cet endroit .

      Il y avait aussi sur la rue Craig un manège militaire en grosse pierre d’époque et passé St -Laurent un teminus de tramways en pierre de taille dont l’édifice as été démoli.

      Les pierres de la facade de cet édifice avait été numérotés dans le but de l’intégrer a la nouvelle construction dans une lamentable opération de façadisme qui n’as jamais eu de suite . Les pierres sont restés sur le terain vague a coté durant des années avant de disparaitre.

      Les années qui ont suivi l’élection de Drapeau en 1957 ont été une tragédie immense pour le patrimoine immobilier de Montreal et surtout celui du vieux Montreal laissé en état de décripitude avancé.

      Début des années 60 la rue St-Paul était abandonner et laisser aux clochards avec ses trottoirs jonchés de verre ,ses carreaux de fenestre brisés et quelque commerces rares qui refusaient de mourrir comme Hector Lamontagne qui vendait tout ce qu’il fallait pour les chevaux .¸

      Cette rue était morte et quasi inhabité

      Jean drapeau s’en sacrait pas a peu pres …tellement qu’il en as rajouter a l’horreur en faisant construire une parking en béton étager juste devant l’hotel de ville…heureusement démoli apres son départ .

      Quand ont dit n’importe quoi et surtout n’importe ou c’était cela Jean Drapeau ..la tour de la banque de Montréal érigé a la place d’arme et qui n’as pas d’affaire la comme structure faisait aussi partie de sa vision d’inculte de notre patrimoine architecturale .

      Jean drapeau est a demi responsable car les vrais responsbles se sont les montréalais a genou devant lui qui l’ont réélu année apres années et qui l’ont laisser saccager notre patrimoine architectural sans broncher comme des complices de son oeuvre de destruction .

      Les destructions se sont étendu jusqu’as la Cathédrale St-Jacques et plus loin encore dont le clocher représente une opération de façadisme pitoyable .On pousse le ridicule actuellement a éclairer dans un spectacle de son et lumiere ce qui reste des ruines de cette cathédrale en éclairant le clocher probablement pour rire et démontrer notre inculture face aux touristes qui se demandent mais ou as bien pu passer la cathédrale qui était sous le clocher.

      Exposer le clocher de la cathédrale démoli dans un spectacle son et lumieres c’est comme briser en mille miettes une oeuvre d’art pour ensuite exposer sous les projecteurs que le socle sur lequel était l’oeuvre .

      Tout ce secteur était beau et aurait du etre conserver autant la Cathédrale que l’édifice a coté avoisinant Ste-catherine et St Denis au lieu de batir une université d’un genre architectural banal de style brique condo .En face il y as le premier hopital Ste-Justine,un édifice de style qui s’harmonisait avec la cathédrale St-jacques devant et qui as été conserver tres bien et qui as une autre vocation..le rajout d’ailles de chaque coté as garder l’équilibre architectural de l’ensemble mais en face c’est une toute autre histoire ….une histore d’horreurs et de spéculateur.

      On as tellement détruit et saccagé notre patrimoine architectural immobilier sous le règne de Jean Drapeau que c’est épeurant de voir dans beaucoup d’endroit les cicatrices et et les ballafres quasi irréparables qui perdurent .

      Jean drapeau n’avait absolument aucun respect, aucune notion et aucune considération pour le patrimoine immobilier de la ville de Montréal et tout était permis ce qui as donner naissance a des laideurs affreuses comme l’institut de l’ hotelerie droit devant le carré St-Louis ,un édifice qui peine a s’intégrer quoique quoique le choix des matériaux et l’éclairage depuis sa rénovation l’ont amélorés dans le décors du carré St-Louis .

      Tout le secteur du Vieux Montréal a été abandonner pour arriver 15 ans plus tard a une annexe du parc viger en béton qui n’est qu’ une piquerie a ciel ouvert sur le dessus d’une autoroute.

      Ou était situé l’ancien parc Viger c’est plus acceptable quoique cet endroit souffre d’un laisser aller chronique .

      Ce n’est pas un parc au raz le sol comme le carré viger l’était mais un parc surelevé qui fait bizzarre avec ses trois ou quatre marche pour y accéder ..comme quoi détruire et tenter de refaire est difficille et les résultats laissent souvent a désirer .

      Y.Stevens

    • Franchement Francis, je crois que des agrandissements du CHUM/UQUAM/UdeM vont bouffer tout l’espace entre St-Hubert et Berri.

      Maintenant il faudrait peut-être se concentrer à ne pas refaire l’erreur du Palais des Congrès sur ses façades nord, sud et est qui repousse le piéton.

      Peut être bâtir un peu en retrait afin de laisser un peu plus respirer les façades sur Viger et St-Jacques

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Le probleme du square c’est les pas propres qui y habitent. Commencons donc par nettoyer ca.

      R. Avon

    • C’est comme l’échangeur des pins qui avait été construite sous le regne de Drapeau et démoli apres son départ .C’est tellement plus joli et acceuillant maintenant .

      une des plus belle réussite du secteur depuis la disparition de cet affreux spaghetti de béton qui cachait la montagne…comme quoi on peut changer et parfois réparer de graves erreurs

      Une autre affaire que la ville de Montréal devrait faire sauter et c’est le tunnel Berri Sherbrooke comme il l’ont fait avec l’échangeur des Pins pour le remplacer par une rue normale.

      De toute maniere cette entrée construite en prévision d’une voie rapide nord sud ne verras jamais le jour Dieu merci car elle as été plutot déplacé et construite dans l’axe de la rue Décarie… le plateau l’as échappé belle.

      Y.Stevens

    • En tant qu’urbaniste, je peux dire que l’histoire à presque toujours démontrer qu’une démolition complète est souvent une erreur. Cependant, il est fort possible de réaménager en profonfeur cet espace en préservant des traces de cet aménagement marquant peut-être une étape moins glorieuse de se square. Il faut aussi en faire un véritable espace urbain plutôt que les moches projets de paysage que l’on voit polluer nos espaces publics actuels parce qu’ils ne se contentent que de remplir les vides avec des arbres, du pavé uni et de la pelouse.

      Alain Morand-Voyer

    • Mettons plusieurs mêtres cubes de belle terre brune par-dessus et plantons-y des arbres. Dans 1000 ans, quelqu’un découvrira ce chef-d’oeuvre de Mr Théberge.

      Sans farces, aux Jardins de Métis en Gaspésie, il y a des exposants à chaque année qui nous montrent leurs créations de “jardins”. Ce n’est pas toujours “beau” (très subjectif de toute façon) mais c’est très créatif. Ca ferait jaser de montrer les créations de ces jeunes de la relève. Ca serait agréable d’y flaner.

      alain Lajoie

    • “les moches projets de paysage que l’on voit polluer nos espaces publics actuels parce qu’ils ne se contentent que de remplir les vides avec des arbres, du pavé uni et de la pelouse.”

      C’est tout ce que ça prend. Vous avez quelque chose contre les arbres?

      B Plante

    • J’ai grandit à Montréal, j’ai 33 ans, je n’ai jamais mis les pieds dans le square Viger parce que cela ne m’a tout simplement pas traversé l’esprit tellement l’endroit est glauque. Autant aller lire un livre su un banc dans un parking de Home Depot!

      Je suis d’accord avec la proposition de monsieur Cardinal. Prenons des photos pour mémoire collective, faisons tout ce qui doit être fait pour que la mémoire soit conservée, mais rasons ces horribles espaces pas verts du tout.

    • gabriel durany

    • Le Square Viger est situé au milieu de nul part, bordé par deux grands boulevards.

      Il n’y a rien à y faire et recèle de junkies et de sans-abris. Même en plein jour, il est risqué de s’y aventurer.

      Avant de le démolir par contre, on pourrait d’abord essayer de dégager la vue. Il faudrait enlever ces murs type forteresse et les blocs de béton que l’on puisse voir de bord en bord du parc. Peut-être que l’endroit sera plus attirant s’il était aussi à découvert que le Square St-Louis.

      Mais ce coin de la ville n’est pas très propice pour un parc, c’est un coin de béton, de bâtisse vide et glauque.

      Kevin C. Montréal

    • “Raser” ou “protéger”. C’est vraiment les deux seules options?
      Outre le fait que les mots utilisés aient une connotation péjorative, dépendant de quel côté on se trouve, la vraie question à poser est : qu’est-ce que cet espace veut être? Et tout aussi important, qu’est-ce qu’il PEUT être?

      Si on regarde d’un point de vue de développement urbain, c’est clair que les indices se trouvent vers le futur. À la fois le nouveau CHUM , le réaménagement du secteur du Château Viger ainsi que la section résidentielle Est du vieux-port, et même le projet Radio-Canada, un peu plus à l’Est, vont transformer dans les prochaines années tout ce secteur. Il faut donc d’abord penser plus large, définir quel genre d’espace convient, et ensuite on aura une grille d’analyse de savoir qu’est-ce qu’on conserve des installations actuelles. Peut-être rien.

      Comme d’autres l’ont mentionné, ce ne sera probablement jamais un petit parc tranquille et bucolique, dû surtout aux voies de circulation qui l’entourent. Ce qui n’empêchera pas cet espace d’être un lieu urbain intéressant et utilisé, et de contribuer au cadre de vie dans la ville.

      À New York, on aurait pu décider de raser les anciennes voies ferrées aériennes et désaffectées. D’enlever cet horreur du passé. Après tout c’était des “vieilleries plus bonnes”. Mais voilà qu’au passage, on y a pensé un peu et on a maintenant le High Line, un espace public, et vert,unique à New York. Je ne crois pas qu’il faille conserver à tout prix, mais on pourrait au moins se donner le loisir de penser à différentes façons de “recycler” cet espace.
      Ce serait d’ailleurs de l’argent bien investi de penser à un petit concours d’idées sur invitation. Qui a peur des bonnes idées?

      JF Garneau

    • @JF Garneau

      Votre commentaire de 16h14: tout simplement du bonbon. Une lueur dans une marée de boue.

      Francis Huneault

    • C’est drôle quand même qu’on dise qu’habitat ‘67 est un joyeux de l’architecture moderne tout en affirmant que l’Agora du Square Viger est d’une laideur sans nom juste bonne à être oubliée.

      Même matériau. Même morphologie. Même courant moderne.

      Objectivement, personne n’est en mesure de dire que c’est le béton le problème.

      Francis Huneault

    • @ Francis Huneault

      Je comprends la volonté de recycler. Mais comparer l’Agora à Habitat 67 est un peu fort poussé… L’un est un square abandonné dont on cherche le génie urbanistique, alors que l’autre est un monument résidentiel unique au monde.

      Le problème n’est pas le béton comme tel, plutôt l’aménagement des lieux, aussi «babylonesque» fut l’inspiration…

      François Cardinal

    • @François Cardinal

      Vous vous étonnez de ma comparaison entre Habitat et l’Agora. Pourtant, on y voit le même genre de répartition spatiale. Dans les 2 cas on expérimente un entrelacement complexe de lieux intérieurs et extérieurs à la fois. Les 2 endroits fragmentent les espaces et offrent plus d’appropriation et de privauté aux usagers…

      Ce n’est pas l’aménagement des lieux, ni le béton qui pose problème au square Viger, mais le lieu lui-même. Si on démolit l’Agora, on fera quoi avec cet espace sans valeur, bruyant et au beau milieu d’un corridor de vents? Une extension du Champs-de-Mars?

      En comparant ces 2 oeuvres, je suggérais simplement un peu de recul afin de voir l’Agora d’un angle jamais emprunté. Je conviens très certainement de l’importance relative de chacune d’elle pour Montréal. N’en demeure pas moins qu’elles sont sculptées du même bois.

      Francis Huneault

    • Si les deux autres composantes de l’ancien carré Viger me laissent assez indifférent, je confesse un faible pour la portion conçue par Daudelin. C’est devenu absolument infréquentable depuis quelques années, j’en conviens, mais c’était magnifique au tout début. En vérité, ce qui faisait son charme, c’était aussi que pas un chat n’y mettait les pieds avant que les sans-abris n’en fassent leur quartier général, aux allures de camp de réfugiés. Le soir, c’était vraiment magnifique.

      À l’époque, les coins sombres et couverts n’avaient pas revêtu le côté sordide qu’on leur connaît aujourd’hui. Moins un parc à l’ancienne qu’une oeuvre d’art célébrant à ciel ouvert la ville et le bâti, c’est vrai, mais le lieu faisait preuve d’une urbanité étonnamment harmonieuse et assumée, et pas brutaliste pour deux sous malgré son côté rugueux et, à première vue, stérile, qui, au moins, ne faisait pas semblant de transplanter la campagne à la ville, comme c’est le cas de trop nombreux espaces publics extérieurs, conçus comme des oasis de nostalgie pour exilés ruraux en manque d’un fix végétal. S’il nous faut des espaces verts, tous les parcs n’ont pas à en être.

      Je trouverais malheureux qu’on élimine ce lieu qui a bercé mon adolescence et réinventé le parc urbain.

      J. Verret

    • @francisk

      Bien d’accord qu’il faut un projet interessant pour remplacer le carré Viger, pas le remplacer pour le remplacer.

      D’être ouvert à autre chose et ne pas considérer l’oeuvre comme un monument qu’il faut conserver à tout prix. C’est déjà un début.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • @vroumvroum, j’apporte quelques précisions à votre diatribe révisionniste de l’histoire que Robert Bourassa était Premier Ministre lors de l’inauguration de l’autoroute Ville-Marie, mais de lui attribuer le saccage du quartier est malhonnête, la planification du projet ayant été faite bien avant.
      Quant à Jean Drapeau, évidemment il s’agissait d’une autre époque. Montréal n’était surement pas la seule à développer rapidement. À l’époque, Montréal était toujours la “métropole” et le centre financier. La ville avait de grandes ambitions. Plusieurs grands projets mijotaient. En rétrospective, plusieurs erreurs ont été commises. Mais ne pas voir aussi le leg incroyable de cette époque c’est clairement avoir des ornières. Place Ville-Marie, et plusieurs autres développement privés de qualité, le métro de Montréal, l’Expo, la Place des Arts…
      Bon, si vous voulez on peut continuer à diaboliser Jean Drapeau pour des erreurs d’il y a 40 ans.
      D’autres préfèrent regarder vers le futur que de jouer les “monday morning quartebacks” d’une autre génération de politiques.
      JF Garneau

    • on pourrait y faire aussi un gigantesque stationnement à vélo puisque à chaque ostique de festival on peut pas circuler en auto et on veut pas qu on amène le vélo sur le site

      albert bela

    • @ doos

      «Le probleme du square c’est les pas propres qui y habitent. Commencons donc par nettoyer ca.»

      Ben oui… Et qu’est-ce qu’on fait de ces sous-humains, de ces déchets? La prison ou la suppression pure et simple? Quand je lis des commentaires aussi dénués d’humanité que le vôtre, je me dis que la vie n’est vraiment pas juste. Si elle l’était, c’est vous qui seriez en train de se geler les couilles au Square Viger…

      Lucien Jutras

    • Le square Viger, c’est la preuve par le pouding qu’il circulait en masse de substances illicites à la Ville de Montréal dans les années 90. C’est une dinguerie, un fantasme d’urbaniste stalinien nécrophage, une éructation de bétonomane bipolaire, un aveu d’impuissance, une honte. Faut faire quéq’ chose…

      P-Y Pau

    • @jfrancois001 il n’ as aucun révisionisme dans mes propos sur Drapeau.Ce sont des faits

      La planification de l’autoroute Ville Marie as été faite sous Drapeau et aussi construite sous le règne Drapeau -Bourassa .

      Jean Drapeau aurait pu en faire modifier le projet et meme refusé le projet comme maire .

      Tu ne réécriras pas l’histoire juste parce que tu as été un admirateur de Drapeau le maire dictateur qui as fait jeter en prison ses adversaires politique en 70 dans une élection municipale comme il les aimaient avait-il affirmer ce soir la .

      Que ce soit l’échangeur des Pins ,le saccage de la rue St-Hubert ou tout les balcons ont été arrachés pour placer une marquise au dessus du trottoir ,l’érection de la tour de la BMO sur la place d’armes ,la destruction du quartier entre Papineau et Amherst pour la tour de Radio Canada c’est lui qui était maire de Montréal et qui soutenait ses projets .

      Pour Drapeau les maisons et les quartiers des autres c’était juste dans son livre des taudis bon a démolir .
      Déraciner et expulser des gens de leur maison et de leur quartier pour laisser des parkings et des trous vide durant des années .

      Si la carré St-louis existe encore aujourd’hui ce n’est pas grace a lui car Drapeau voulait le voir disparaitre au profit de tour comme celle de La Cité.

      Drapeau c’était n’importe quoi et surtout m’importe ou ..aucun respect et aucune notion du patrimoine architectural,le dévelppement sauvage sans aucun respect du millieu .C’était carte blanche a tout les spéculateurs pour ravager tout ce qu’il voulait.

      Il as commencer a frapper son waterloo de dictateur quand les citoyens se sont opposés a son projet dont celui de batir un stationnement étagé sous le carré .

      Etant donné que tout individu même le pire peut aussi réussir a réaliser une ou deux choses de bien dans sa vie je lui donne crédit pour le métro qui de toute maniere aurait éventuellement construit et l’expo.

      Pour ce qui est de la place des Arts cela lui permettait d’aller écouter sa chère Colette Bokie seul ou avec sa femme dans un endroit plus prestigieux que le Vaisseau d’Or et quand il n’aimait pas le spectacle a la place des arts d’envoyer son escouade de la moralité arreter les danseuses des Grands Ballets Africains pour cause de spectacle immoral…ce qui donne un petit apercu de la mentalité de Drapeau.

      Le reste ne vaut pas cher la tonne ,des parcs abandonner ,des immeubles historique rasés ,des quartiers rasés,des rues saccagés comme la rue St-Hubert,l’autoroute Ville Marie qui as coupé en deux un quartier historique ,des infrastructures négliger dont les Montréalais doivent aujourd’hui faire les frais et des coupes a blanc sur le Mont -Royal pour la moralité et qui fut ensuite surnommer le mont chauve ..comme lui .

      Drapeau était un mégalomane assis dans une baignoire olympique trouée ou il était aussi impossible selon ses dires de faire un déficit que pour un homme d’accoucher d’un enfant.

    • Signé Y. Stevens

    • @pympau
      A part lancer cette litanie assez originale, avez-vous une idée ?
      (le square a été complété en 85. ;-) )

      Alain Lajoie

    • @vrouvroum

      Je ne vois pas l’utilité de pointé du doigt et mettre la responsabilité de la situation actuel de Montréal à un mort dans le débat sur L’AVENIR du Carré Viger.

      Et si le rdc du futur immeuble qui sera construit à cette endroit gardais des éléments de ce qu’on retrouve dans le parc actuellement? Oui si cette immeuble avait sur son toit un parc qui reproduirais plus ou moins fidèlement les élément actuel?

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • C’est quand le début des travaux ?

      Louis Richard

    • @vroumvroum, bon, vous n’aimez pas Drapeau, c’est ça que je comprend? Une chance que vous en avez mis 60 lignes de plus. J’ai arrêté de lire après que vous m’ayez tutoyé. Je suis comme ça.

      Mon point c’est qu’il est mort le maire Drapeau. Ça fait longtemps. Mais j’espère que ça vous a fait du bien d’en parler. C’est tout la faute à Drapeau…mais maintenant on fait quoi?

      Et si vous me permettez d’être pointilleux, vous avez écrit :
      “L’autoroute Ville Marie de Bourassa as saccager a tout jamais cet endroit .”
      Outre les fautes d’orthographe, je croyais seulement que c’était un peu malhonnête de mettre ça sur le dos de Bourassa… la planification du projet ayant précédé son accession au pouvoir par au moins 10 ans…

      JF Garneau

    • @ Bernard Théroux

      Vous avez mentionné à quelques reprises la construction d’un immeuble éventuel sur le site de l’Agora. Sachez Bernard qu’un tel projet n’est pas impossible (rien ne l’est en réalité), mais que c’est tout comme fonder les assises d’un triplex sur une terrasse en bois.

      Il y a une autoroute en dessous du parc et contrairement à l’emplacement du palais des congrès, les 2 travées (est-ouest) sont très à l’étroit entre Viger et St-Antoine. Cette situation a pour effet de concentrer l’implantation d’un “futur” immeuble directement au dessus de l’autoroute. N’importe quel bâtiment serait une charge immense pour une portée aussi longue. Imaginez les répercussions de tels travaux sur la circulation…

      Pas impossible un édifice à cet endroit, mais drôlement complexe à implanter quand il suffit d’exproprier les voisins.

      Francis Huneault

    • @Francis Hénault

      Vous dites : “C’est tout comme fonder les assises d’un triplex sur une terrasse en bois. ”

      Disons plutot mettre un triplex sur piloti. Navré de vous contredire mais la palais des congrès n’a à peu près aucune assise sur la terre ferme, il est carrément au dessus de l’autoroute.

      Je crois que les visés de l’administration actuels sont de construire. Mais je me trompe peut-être.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • @ francisk , 1 mars 2012, 10h30

      Construire des bâtiments sur l’îlot ouest du Square Viger est effectivement un défi.

      Nonobstant ce dernier ascpect, le Square Viger est un lègue à la ville de Montréal que l’on ne peut modifier. En effet, c’est grâce à ce lègue si l’autoroute Ville-Marie est couverte dans la partie du Square Viger.

      Il en va ainsi du monument Chenier qui sied toujours du coté ouest de la rue St-Denis.

      Les planificateurs du CHUM ont bien tenté de déplacer le monument Chenier mais seulement l’avis de dépôt d’une simple injonction a mis fin aux ambitions de ces premiers.

      Alors rendons hommage à Viger en démolissant ces structures totalement non fonctionnelles, discriminatoires et dangereuses tout en gardant les centres des deux îlots situés à l’est.

      Louis Richard

    • @ Bernard Théroux

      Je connais les plans du Palais comme le fond de ma poche pour les avoir manipulé. Une partie (environ 20%) du palais est en porte-à-faux au dessus de l’autoroute c’est vrai. Le reste de l’édifice agit en quelque sorte comme un contrepoids.

      Aussi, sachez que des pilotis ne seraient pas un système structural approprié car ils compromettraient l’autoroute en dessous. La seule option de support consiste en l’installations d’immenses poutres en sous oeuvre. Poutres qui encore une fois redistribueraient des charges colossales.

      Pour finir, comme on s’éloigne du sujet, je vous invite simplement à consulter des plans de la ville, vous constaterez que peu d’immeubles sont situés au dessus de l’autoroute. Ce n’est pas pour rien.

      Pas impossible, je le répète. Mais pas facile en tout cas.

      Francis Huneault

    • Au square Viger, il n’y rien d’intéressant. C’est laid, sale, et irrationnel.

      Il n’y a qu’une seule solution : lui redonner son aspect d’antant. Ainsi il deviendra autre chose qu’un amas de ciment stérile.

      M. Notredame

    • @francisk

      J’y suis allé ce midi, vous avez raison une bonne parti est sur la terre ferme mais peut-être un peu plus que 20%. ..

      Anyway, si c’est pour refaire un parc, il faudrait premièrement diminuer le trafic sur Viger et St-Antoine et concentrer le trafic lourd sur Ville-Marie.

      Sinon comme vous avez écrit précédemment, on aurait beau installer les Jardins de Versailles là. Le trafic fera que ce ne sera pas plaisant. Mais les junkies auraient un maudit beau spot!

      ;-)

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • D’ailleur croisé aux portes du Palais des Congrès un malade mental en pleine crise les culottes à moitié baissé à gueuler après un coin de mur…

      Ça faudrait que Québec fasse quelque chose pour ça, ça pas d’allure.

      Les malade mentaux mal médicamenté et sans abris qui raude au centre ville s’est vraiment une plaie.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Rasons! … et pendant que nous y sommes, appliquons la même médecine au silo No 5.
      Antoine Dagher

    • @jfrancois001
      Votre exemple du High line de NY s’adapterais mieux à l’échangeur Turcot. Conserver une bretelle pour en faire un parc pourrait être en effet une idée interessante.

      Il faut avoir vue le “après” du Big Dig à Boston, cet immense projet qui a ensevelit l’autoroute qui traversait la ville. Avec ces jeux d’eau et ces tables on voit qu’il est possible de faire un environnement humain malgré la circulation.

      Mais ceci supose deux chose une volonté marqué de l’administration de diminuer le traffic en surface donc sur Viger et St-Antoine.

      Il faut absolument éliminer le trafic de transit au centre-ville.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • @ nike , 1 mars 2012, 17h54

      Notre Big Dig est de recouvrir l’autoroute Ville-Marie et de refaire, entre autre, le Square Viger.

      Lorsque vous dite “… Il faut absolument éliminer le trafic de transit au centre-ville.” cela relève de l’utopie.

      Louis Richard

    • Le role d’un autoroute périfique comme nous sommes en train de construire, le pont de la 30 en est un élément, sert justement à éliminer le trafic de transit.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Ce qu’il faut, c’est recouvrir l’autoroute Ville-Marie de Papineau jusqu’au Palais des Congrès et construire par-dessus une vaste esplanade qui pourrait ressembler au National Mall de Washington. Un grand espace vert qui séparerait en douceur le Vieux-Montréal de la ville moderne.

      Lucien Jutras

    • J’ai hâte de voir Héritage Montréal dans une émission spécial de Hoarders…imaginez tous ces gens en pleurs devant l’horrible spectacle des bouteurs en plein action! lol

    • -Tomas Agusto Mileño

    • Oui, il faut modifier ce “carré” affreux, inhospitalier, rebutant mais avec la circuation intense de chaque côté, pensez-vous que les Montréalais iront s’y promener, lire, faire un picnic,s’y reposer (!)? Impossible! Alors je propose des jeux de jets d’eau qui rendront le “carré” plus attrayant pour l’oeil du passant, voire de l’automobiliste.
      P.Rheault

    • @nike,
      J’ai eu la chance d’aller à Boston en 1998, puis en 2008. Donc avant et après le “Big Dig”. La différence est frappante. Avant, on sortait au centre-ville et on était littéralement enfermé par la présence des voies d’autoroute surélevées. L’accès au bord de l’eau était périlleux. Maintenant, on circule librement à pied, l’horizon est libéré, l’air est localement de meilleure qualité (moins de poussière et d’odeurs d’autoroute), avec en bonus une ceinture de verdure et de petits commerces en plein air.

      H. Dufort

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité