Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 31 janvier 2012 | Mise en ligne à 6h00 | Commenter Commentaires (19)

    Le salaire «indécent» du DG, suite et fin…

    463023-guy-hebert

    Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

    Je reviens sur le salaire «indécent» du directeur général de Montréal, car le sujet ne cesse de me faire réfléchir depuis la semaine dernière.

    Je soulignais mercredi dernier la contradiction de l’opposition qui déchirait sa chemise en raison du salaire «indécent» de 300 000 $ de Guy Hébert… mais qui était d’accord avec celui de 315 000 $ de son prédécesseur, Louis Roquet.

    Plus j’y pense, plus je suis troublé.

    Ce qui est «indécent» dans toute cette histoire, ce n’est pas, comme le voudrait l’opposition, le salaire en cause, mais bien… la réaction même de l’opposition.

    En s’élevant contre le salaire de Guy Hébert après avoir accepté celui de son prédécesseur, pourtant plus élevé, l’opposition envoie en effet un bien curieux message aux fonctionnaires et hauts fonctionnaires de la Ville (Ville que l’opposition veut diriger, soit dit en passant).

    En un mot: ceux qui viennent du privé méritent plus que ceux qui viennent du public.

    En effet, on a offert 315 000$ à Roquet parce que c’était un «big shot» du secteur privé, qui avait fait ses preuves, en bonne partie, à la SAQ et au sein de Desjardins Capital de risques. Ce avec quoi l’opposition était d’accord.

    Mais parce qu’on offre sensiblement le même traitement salarial à son successeur qui a le malheur de venir de la boîte, d’avoir fait ses classes uniquement dans la machine municipale, on se déchire la chemise.

    Pas un mot sur les états de service de Guy Hébert, sur ses 31 années passées comme serviteur de l’État, sur les mandats difficiles qu’il a su entreprendre, sur ses succès. Pas un mot sur sa réforme réussie de la SHDM, une réussite d’autant plus remarquable qu’elle s’est faite en pleine tourmente.

    Imaginez, pour la première fois en 30 ans, l’an dernier, le bras immobilier de la Ville a généré une entrée d’argent! Après avoir passé 29 ans à en demander.

    Et si Hébert valait plus que Roquet? Facile à dire aujourd’hui, vous me direz, après les années mouvementées de Louis Roquet à la Ville. Mais la question se pose tout de même.

    D’ailleurs, plus j’y pense aussi, plus je regrette mon commentaire sur le «montant élevé» accordé à Guy Hébert. C’est certes beaucoup d’argent, 300 000 $. Mais en même temps, cette somme n’est pas beaucoup plus élevée que celle de ses homologues, lesquels n’ont pas à gérer une ville de la taille et de la complexité de Montréal.

    Je ne parle pas ici des bénéfices additionnels ou des possibles primes de départ négociées par les parties (que je ne connais pas). Souvent, c’est ce genre de détails qui peut, avec raison, nous faire grimper dans les rideaux. Je m’en tiens donc au salaire brut de 300 000 $ qui est versé à M. Hébert.

    Vrai, le public n’est pas le privé. On ne doit pas retrouver dans la fonction publique les honoraires démesurés du secteur privé, car il y a dans le premier une implication au service de la collectivité, une part nécessaire de sacrifice pour le bien de l’État, ou de la cité dans le cas qui nous occupe.

    Mais 300 000 $, justement, ne fait pas partie de ces salaires «démesurés», à mon avis. Encore moins de ses salaires «indécents»…


    • l’indécence vient du fait qu’il y a des gens qui travaillent toute la semaine et qui doivent aller quêter au comptoir alimentaire. Une implication au service de la collectivité mon cul.

      Denis Roussel

    • Le 15 000$ de différence me laisse davantage perplexe que le salaire.

      simon picotte

    • 300 000$ pour le directeur général de Montréal c’est beaucoup trop, peu importe son background. Ils pourraient engager un gars qui ferait autant la job pour la moitié du salaire.

      Et c’est vrai que l’argument du privé est ridicule. Le fameux ‘il vient du privé’ ou ‘il gagnerait plus dans le privé’. Vas-y dans le privé, on va voir si tu va te trouver une job a 300 000$ par année avec ce genre de conditions.

      Renaud

    • Qu’il mérite son salaire et fasse de Montréal la ville la mieux administrée du monde ! Mais, je prédis ceci: dans 5 ans, Montréal sera toujours aussi pauvre et mal administrée.

      P.Savard

    • si il paie sa juste part d’impôts j’ai rien contre

      albert bela

    • pendant ce temps là les pousseux de puck du Ch font un salaire minimum tournant autour du 700000$

      albert bela

    • ..@FC: Votre texte apporte toutes les nuances requises dans les circonstances. Je suis d’accord avec vous. Et serais-je encore un contribuable montréalais, je le serais tout autant.

      Le problème, c’est qu’un DG seul ne peut faire tout le travail de «nettoyage» qui s’impose dans cette ville, à commencer par ce formidable gâchis que nous a imposé un certain Jean Charest avec ses défusions. Cette ville n’est plus gérable, toute fragmentée qu’elle est en satrapies.

      Et je ne songe même pas à revenir à «une île, une ville», juste à donner à ce qu’on appelle toujours Montréal, ou ce qui en reste, les moyens d’agir comme une vraie ville. Mais ça……!

      J-F. Couture.

    • @_renaud

      je connais beaucoup de monde qui n’ont pas le dizième du budget de la ville de Montréal a gérer et qui font plus d’argent que ça…300K$ / année c’est un salaire très correct pour un emploi de ce type… Je suis certain que même au salaire minimum, on finirait par trouver quelqu’un qui voudrait être candidat…mais quel genre de candidat?

      À 150K$ par année, on attire les opportunistes et les candidats de second ordre…voyez ce avec quoi on se retrouve comme députés…

      Dans la vie, on a ce pour quoi on paye… J. Laberge

    • PS : s’il arrive avec un budget équilibré en n’augmentant pas les taxes, je serais prêt à lui donner 10X ça…

      j’aimerais voir le jour où on va payer les élus en fonction de l’équilibre budgétaire…pelleter en avant c’est facile, boucler un budget ça l’est beaucoup moins…
      J.Laberge

    • C’est sûr que si on compare son salair par rapport à un chauffeur d’autobus qui gagne au bas mot 100 000$ avec un secondaire 3, alors 300 000$ paraît pas trop mal.

      Mais comparé par rapport à la moyenne des ménages, c’est indécent.
      C’est plus que le premier ministre!

      Surtout que sa job est pas dure, tu fais rien.
      Tu regardes le monde s’engueuler, tu fais des sudoku, tu regardes la ville décliner, tu fais une sieste, tu regardes par la fenêtre, tu regardes un peu de p0rn sur les ordis de la ville, tu cancelles les projets au fur et à mesure, on t’envoie en rapport et tu dis qu’on a pas d’argent, tu montes les taxes, tu joues au solitaire, tu regardes encore par la fenêtre.
      Tu pars à 4:00, tu empoches 300 000$.

      N’importe quel abruti pourrait gérer la ville mieux qu’elle est maintenant.

      J’aimerais bien sa job, j’ai les compétence, il me manque juste les contacts. Où est-ce que j’envoie mon CV?
      Peut-être devrais-je acheter quelques enveloppes brunes? Vous savez où en acheter?

      B Plante

    • ..@cmoibenlepro,31 janvier 2012,12h17:«N’importe quel abruti pourrait gérer la ville mieux qu’elle est maintenant. J’aimerais bien sa job, j’ai les compétence,…»
      +++++

      Attention! Vous venez juste de dire que «n’importe quel abruti…» et vous affirmez avoir les «compétences». Alors, «compétent» et «abruti», des synonymes? Un oxymore ou une palinodie?

      Quoique vous avez aussi affirmé: «Surtout que sa job est pas dure, tu fais rien. Tu regardes le monde s’engueuler, tu fais des sudoku (……….) Tu pars à 4:00, tu empoches 300 000$.»

      Alors, je pense plutôt que vous êtes un humoriste.

      J-F. Couture.

    • @10barres

      C’est un peu ca le probleme, aujourd’hui les gens considèrent ca normal de donner + de 300K par année pour ce genre de poste. Une vraie joke. Ce n’est pas une job compliquée qui demande une expertise très pointue et très rare.

      Et le salaire n’a rien a voir avec la qualité du candidat. Un 300 K ne sera pas nécessairement meilleur qu’un 150 K.

      Renaud

    • @_renaud

      Si vous croyez qu’être DG de la ville de Montréal n’est pas une job compliquée et qu’elle ne demande pas une expertise pointue, c’est que vous ne connaissez probablement pas la “job” en question.

      Si vous vous permettez ce genre de commentaire sans signer votre nom complet, c’est que vous n’êtes pas sans ignorer le manque de profondeur de votre commentaire.

      Si vous croyez que cette tribune ne sert qu’à discréditer tout ce que vous ignorez, c’est que vous croyez probablement qu’on s’amuse et qu’on a rien d’autre à faire que de vous lire.

      Pour toute ces raisons, vous avez tort.

      Francis Huneault

    • Ce salaire me semble plus que justifié, vu l’ampleur de la tâche.

      Gabriel Durany

    • Dommage qu’il semble y avoir de plus en plus de trolls qui inondent ces blogues de leurs commentaires insignifiants. Passons.

      @FC, vous dites : “On ne doit pas retrouver dans la fonction publique les honoraires démesurés du secteur privé, car il y a dans le premier une implication au service de la collectivité, une part nécessaire de sacrifice pour le bien de l’État”
      Ça va pour éviter le “démesuré” , mais honnêtement, dans le cas d’honoraires versés à des gestionnaires chevronnés, je crois que la notion de “sacrifice pour le bien de l’état” est peu convaincante, pour attirer des candidats de qualité. Les cols bleus, eux, ne se sacrifient pas pour le bien de l’état en acceptant moins. C’est plutôt le contraire.
      Encore une fois, c’est une question de de responsabilisation et de résultats.

      @ tous les trolls dans ces pages, Gainsbourg a dit : “Le cynisme, c’est connaître le prix de tout, et la valeur de rien!”

      J-F Garneau

    • étant bientôt octogénaire, je ménage ma monture et tente d’identifier des intervenants avec qui je suis sur la même longueur d’ondes.
      Donc, au lieu de développer toute une argumentation, je dis : d’accord avec UNtel…
      Encorer une autre fois- je ne connais pas ce monsieur-j’endosse les commentaires de jeanfrancoiscouture.
      yg

    • @francisk

      Je connais bien les tâches que le Dg doit accomplir et ce n’est pas particulièrement difficile. Ca prend quelqu’un de solide pour dealer avec tous les différents corps de métiers de la ville mais la job en tant que tel n’a rien d’exceptionnelle.

      @jfrancois001

      C’est faux de penser que ca prend ce genre de salaire pour attirer des candidats de qualités dans le public, c’est un mythe très répandu. D’ailleurs j’aime bien l’idée de prendre des gars de la boite et de leur donner des promotions plutot que d’aller chercher une vedette du privé qui ne sera pas nécessairement meilleur mais qui va couter deux fois plus cher.

      Disons que j’ai toujours un de gros doutes envers ces gestionnaires qui gagnent des salaires de fou. Il y a tellement d’incompétents la-dedans, et ce que je trouve abérrant c’est que la plupart des gens sont d’accord avec ca et qu’en plus ils ont l’impression que si le gars gagne cher c’est surement parce qu’il est bon.

      Le gars fait 500 K.

      -Oui mais ca vaut la peine de payer si la compagnie fait de l’argent.

      Résultat. Cinq ans plus tard la compagnie est dans le rouge et le super gestionnaire s’en retourne avec les poches pleines.

      renaud

    • $300K pour être DG à la ville de Montréal? Oui c’est indécent, très indécent même. Compte tenu de la responsabilités que ça comporte, je m’attendrai à un salaire bien plus élevé. Le risque à sous payer les hauts gestionnaires de la sorte c’est quils peuvent facilement faire le saut au privé et on se retrouve avec un DG bien moins chevronné. Voici un homme dont ses décisions peuvent couter ou épargner des milliions à la ville; ne soyons pas si myope!

      @renaud. à moins que vous soyez Louis Roquet, je doute que vous comprenenez la compléxité de la tâche du DG!

      Paul Gendron

    • @_renaud

      la job de DG de la métropole du Québec, pas compliqué?? Quelle job est compliquée d’abord, jouer sur le 4e trio du Canadien? Je ne voudrais pas être dans les souliers du DG de la ville, il gère un budget de plusieurs milliards, des milliers d’employés…. si ça c’est pas compliqué…

      vraiment du n’importe quoi…

      J.Laberge

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité