Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 31 décembre 2011 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (23)

    À méditer: Montréal en 2012?

    Champagne

    Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

    À quoi ressemblera Montréal en 2012?

    Dans leurs vœux de bonne année, le maire et les chefs des deux partis d’opposition à l’hôtel de ville nous confient chacun leurs souhaits…

    Le maire Gérald Tremblay, dans ses voeux formulés expressément pour les lecteurs de ce blogue (rien de moins!), dit souhaiter, en 2012, «que les citoyens soient fiers de leur ville car nous assistons aujourd’hui à la renaissance d’une grande métropole internationale».

    Il soutient que le visage de la ville a changé et continuera de changer. «En 2012, ajoute-t-il, nous ne ménagerons aucun effort pour que les Montréalais aient la ville de leur rêve et les Québécois, la métropole auxquels ils ont droit.»

    Louise Harel, de Vision Montréal, estime que la métropole «mérite l’aboutissement de projets de transport faciles à réaliser, et à prix abordable».

    Elle souhaite que les Montréalais profitent, dès 2012, d’une voie réservée sur Pie-IX, d’une voie réservée prolongée sur Papineau, d’un réseau de taxi collectif dans l’Est et d’un tram-train entre Lachine et le centre-ville.

    Pour sa part, Richard Bergeron, de Projet Montréal, souhaite que «la prochaine année soit l’année de l’action dans la métropole».

    À son avis, Montréal a besoin d’actions concrètes pour stimuler son économie, retenir les jeunes familles à Montréal, redresser ses finances et mettre en œuvre des «solutions de transport adaptées à sa réalité».

    Et vous, partagez-vous les souhaits des élus de Montréal?

    Quelles sont vos priorités?

    Tags:


    • Ces gens vivent sur une autre planète?

      Comment peuvent-ils souhaiter quelques améliorations que ce soit pour les Montréalais en 2012?…il faudra au minimum 10 Ans avant qu`on perçoivent un signe de positivisme sur l`amélioration de la qualité de vie de gens ici….en 2012 il va nous en couter $1645.00 de plus en toute sorte de truc, augmentation de taxes foncières, taxes a l`essence, etc. les dommages cause par cette bande de vampires assoiffe par l`argent ont cause des torts inimaginable a l`ensemble de la communauté Montréalaise et si vous croyez que le tout va rentrer dans l`ordre en 2012 et bien j`admire votre positivisme!…pour les autres je vous dirais ce que mon ancien patron ma toujours dit!….ca va continuer a bien aller mais ca va couter plus cher de pilule!

      Montréalais…moi je vous souhaite bonne chance pour 2012 et surtout…beaucoup de courage!

      B.Trudeau

    • Transports : de plus en plus de transports en commun rapides, confortables, propres, bien répartis. Des travaux mieux coordonnées, mieux communiqués. Il est inconcevable que des ponts soient fermés sans préavis.

      J. Bouthillier

    • Je regarde Montréal de loin et rien ne semble progresser depuis 30 ans….

      Cette ville, jadis inspirante et animée, est devenue laide, grise et sans gouvernail.
      Tout est amplifié, compliqué, contradictoire, emmêlé, sclérosé…

      Il faudrait commencer par le commencement. Un maire 9 conseillers. Point. Des gestionnaires qui sont les Chefs d’orchestre et qui administrent avec rigueur.
      Un syndicat des cols bleus partenaire plutôt que réactionnaire.
      Enfin, doter la ville de Montréal d’une personnalité et non pas de tenter de toutes les avoir…
      Cesser d’être égocentrique et tout vouloir à Montréal en refusant de partager avec les autres grandes villes du Québec. Cesser l’étalement urbain autour de Montréal. Relier Montréal avec les autres régions du Québec par des systèmes de transport efficaces et rapides.
      Il devrait être possible, en 2012, de travailler à Montréal et vivre à Gatineau, Sherbrooke ou Trois-Rivières et voyager en commun, par train et vice-versa.
      Il faut s’approprier le territoire en le reliant, faire circuler les gens et moins les véhicules…

      Mais bon, 2012, sera bordélique à Montréal et pour Montréal… tout deviendra un peu plus compliqué parce qu’une couche se rajoute chaque année…..
      Bonne chance Montréal….

      S. Martin

    • Pour 2012 je souhaite aux montréalais l’arrivée d’un nouveau candidat à la mairie, la naissance d’un nouveau parti pour déloger aux prochaines élections municipales le maire Tremblay et son équipe et pour battre aussi les 2 partis d’oposition.
      Un candidat amoureux de Montréal, un candidat visionnaire avec un “plan de match” qu’il saura réaliser pour contrer l’immobilisme ambiant et surtout pour redonner aux citoyens la fierté de leur ville.
      R. Boisvert

    • Je deviens personnellement imperméable aux phrases toutes faites du type; notre équipe pose, tous les jours, des actions concrètes pour améliorer la qualité de vie des Montréalais et Montréalaises… Ce genre de phrases seulement destinées à remplir les communiqué de presse, vous savez?

      Plus d’actions, moins de phrases creuses. Voilà mon souhait pour 2012.

      On ne peut pas souhaiter plaire à tout le monde. Seul des objectifs clairs permettent d’évaluer la réussite d’une administration. Quels actions seront prises, non pas en 2025, mais dès le printemps?Combien manque-t’il pour y arriver?

      On ne bâtit pas une métropole internationale seulement en le souhaitant. C’est en faisant des choix qu’on y arrive… et faire de choix signifie en écarter d’autres.

      Francis Huneault

    • “À méditer un verre à la main”?

      Vous allez méditer là-dessus, vous, ce soir?

      Get a life and have some fun, for God’s sake!

      Nicolas Laurent

    • Comme priorités de la part de nos dirigeants: imagination, vision, créativité, pensée holistique (plutôt que sectorielle et réfractaire), implication citoyenne, travail collectif.

      Espérons, néanmoins…

      Jean Boisjoli
      St-Lambert

    • Bonjour et bonne année à tous,

      Je souhaite au maire Tremblay de revenir sur terre en 2012. Qu’il cesse de rêver et qu’il réalise ses rêves et ce en s’impliquant dans chaque dossier d’importance pour la ville. Il faudrait aussi qu’il réalise que la ville de Montréal, qui compte un plus grand nombre d’élus et de postes cadres que New-York, est ingouvernable. Cette magastructure fait en sorte que le premier magistrat est souvent le dernier a être informé des ”magouilles” qui surviennent dans sa ville. Cela dit, je ne voudrait pour rien au monde chausser les souliers de l’actuel maire de Montréal. Car il a beaucoup de chemin a faire pour charmer, à nouveau les montréalais qui sont majoritairement désaubusés et cyniques face à la politique.

      Jean Bottari

      Montréal

    • à méditer un verre à la main

      Il devrait être possible, en 2012, de travailler à Montréal et vivre à Gatineau, Sherbrooke ou Trois-Rivières et voyager en commun, par train et vice-versa.
      Il faut s’approprier le territoire en le reliant, faire circuler les gens et moins les véhicules…

      ouin y en a qui sont plus avancés que d autres

      albert bela

    • Ca prend un plan. Pas juste la pensée magique de dire qu’on veut “diminuer l’étalement urbain”. Ca prend du transport. Ca prend des logements, des condos, des maisons abordables. Et ça prend du temps. On ne peut pas tout faire en un an.

      @hors-jeu
      On veut diminuer l’étalement urbain, pas juste pour les terres agricoles, mais aussi pour sauver sur les couts de transport. Et vous voulez qu’on voyage soir et matin, 200km, 140km et 150km ? Le train aurait beau être électrique, ça couterait surement plus que faire 10-15 km et autobus et métro ou même 30km en auto.

      Et en 30 ans, on a construit un quartier des spectacles, amélioré l’aménagement du Vieux Port, plus de pistes cyclables, ouvert le Canal Lachine, … Cherchez et vous en trouverez des améliorations.

      Les grosses gaffes des 30 dernières années sont d’avoir laissé l’aéroport à Dorval et les fusions/défusions.

      Alain Lajoie

    • Mes souhaits, en 2012, c’est que les gens prennent leur responsabilite civile.

      J’adore Montreal, et ne veut pas que le petit crime de rue rende ma ville insecure. On est pas a Paris, Londres ou New York (quoi que New York est assez securitaire …), et qu’on se tienne debout devant le petit voleur a la tire pour avoir une ville excitante et plaisante a la fois.

      Je souhaite que les gens prennent plus le transport en commun pour avoir un service rentable et regulier.

      Je souhaite que les gens reprennent plaisir a bien manger pour plus de boutique aux saveurs, et encore plus de bons restos …

      Je souhaite de belles pieces de theatre et de beaux evenements culturels.

      Je souhaite une ville efficace avec des fonctionnaires (et employes municipaux) qui donnent leur 110%, qui aiment leur ville et qui y habitent …

      Dave Cormier

    • Que les montréalais commencent à se prendre en mains. Premièrement en se levant de sur leurs gros c*** et en allant voter aux prochaines élections. Ça va nous éviter une éternité de jérémiades sur le fait que le maire est pourri, qu’on est pognés avec pour des années, etc.
      En second lieu en commençant à se ramasser un peu : la ville est une véritable “soue à cochons”. Y’a des déchets partout, c’est plein de buildings mal entretenus et ne parlons même pas ici des maudits graffitis (que certains considèrent comme de l’art : WTF ???). Dans mon district, des buildings qui ont été nettoyés il n’y a même pas 2 mois sont à nouveau couverts par ces horreurs. Mais quel genre de “sauvages” habitent cette ville ?

      Pierre Denis

    • Le taux de chômage grimpe en flèche à Montréal.

      Donc entre autre moins de travailleurs pour payer les luxueuses pension des fonctionnaires dont le coût explose.

      Souhaitons que ça ne soit pas le prélude à d’autres problèmes économique plus sévères, pourtant ça semble être le cas.

      En tout cas je vous garanti que les lunatiques qui gouvernent cette ville (incluant l’opposition) auront d’autre chose à jaser en 2012 qu’une bourse du carbone…

      P Brasseur

    • Montréal est mort dans les années 70-80, quand le mouvement souverainiste à chassé à coup de massue une présence économique anglophone présente depuis 250 ans. On se sentait très fier ici d’avoir chassé les anglophones, qui partirent pour Toronto et donnèrent une gloire à cette ville que nous avions déjà connu ici. Ça n’aurait pas été si pire si les Québécois francophones avaient repris le flambeau mais non. Tous ce que l’on veux “ici” c’est d’être fonctionnaire, avoir une “job” au gouvernement, ou, dans le pire des cas, d’être syndiqué. Personne pour tirer la charrue, juste des gens pour se faire tirer. C’est le lègue de la culture catholique ou on s’en remet au bon dieu et le profit est chose du pêché. On n’aimait pas avoir des boss anglophones mais une fois partis, il n’y avait personne qui voulait devenir Boss. Bien sur, c’est une caricature, mais c’est une caricature assez vrai pour que bon nombre d’hommes d’affaires québécois dynamiques, abandonnent et quittent le navire. Montréal avec les taxes qu’elle génère, tire le RDQ (reste du Québec). Sans activité économique à Montréal, Montréal n’est rien, et le Québec ne suit pas loin derrière. En 2012? Un vieux navire des années 60 qui se brise un peu plus, qui coule un peu plus avec des passagers qui ne pensent qu’à saigner le peu qui reste.
      G. Gomez

    • Aucune solution envisageable dans le système fianancier pourri actuel …
      J Tremblay

    • @Gab77
      Les souverainistes dans les années 70 ? Vous ne trouvez pas mieux comme explication ? Vraiment pas fort comme argumentaire. Et pas très d’actualité non plus.
      Tant qu’à faire dans les vieilles nouvelles, en voici une dont la portée est passablement plus grande et crédible. Le déclin a été amorcé quand la voie maritime à été ouverte au traffic trans atlantique jusqu’au coeur des Grands Lacs et n’a pratiquement rien à voir avec l’aspect linguistique ou nationaliste. Ces derniers arguments ont simplement été utilisés par certaines entreprises pour tenter de justifier de mauvaise foi le déménagement “sauvage” de certains sièges sociaux (qui n’étaient de fait que des coquilles vides depuis longtemps – comme c’est le cas actuellement avec la Banque Royale à Place Ville Marie). Géographiquement, la position de Montréal a toujours été excentrique par rapport aux centres industriels et économiques américains quand on la compare avec Toronto. Ce n’était qu’une question de temps avant que le centre économique canadien ne migre en cette direction. Et l’avènement de la voie maritime fut le véritable clou dans le cerceuil montréalais. La langue et les souverainistes ne furent que la couronne de fleurs sur ce même cercueil.

      Pierre Denis

    • @piedoq

      Vous dites:

      “Il devrait être possible, en 2012, de travailler à Montréal et vivre à Gatineau, Sherbrooke ou Trois-Rivières et voyager en commun, par train et vice-versa….”

      Et si vous travailliez là ou vous êtes ? transport zéro…ou presque.

      Ne pas encombrer les routes et/ou les transports en commun (utiles par ailleur), est-ce que ça seraitpas une avenue à considérer ?

      La règle des 3 R s’applique autant aux services qu’aux biens. Le mode de transport le plus efficace c’est encore celui qu’on évite.

      Salutations.

      P.S. faut pas y voir quelque forme de conspiration que ce soit.

    • Ouppps
      Jacques Bisson

    • Je souhaite aux Montréalais un corps policier respectueux des Montréalais, un corps policier respectueux du code de déontologie, un corps policier qui aime la ville de Montréal et ses habitants.

      Je souhaite qu’une plus grande proportion de Montréalais fasse partie de ce corps policier payé par nos taxes, nos impôts fonciers. Actuellement, ce sont des gens d’ailleurs qui viennent faire la loi chez nous. Trop d’entre eux méprisent Montréal et les Montréalais. Ils ne se comporteraient pas avec les citoyens de chez eux (Blainville, Varennes ou St-Sauveur) comme ils se comportent avec nous, les Montréalais, qu’ils considèrent comme des sous-hommes vivant dans un trou.

      Y Labonté

    • @jacques_bisson
      Piedoq citait sans le nommer, Hors-Jeu (31 décembre 2011 10h48).

      @montréalaise
      “… les Montréalais, qu’ils considèrent comme des sous-hommes vivant dans un trou.”

      Franchement. Vous exagérez. On vous considère comme des sous-hommes vivant sur une île ;-)
      (Ironie. Ca prend beaucoup d’ironie pour ne pas s’offusquer d’une remarque aussi farfelue)

      Bonne année quand même.

      Alain Lajoie

    • “des sous-hommes vivant dans un trou”

      @ gl000001

      Je ne fais que reprendre un terme (Montréal = un trou) qu’on peut lire de façon récurrente sur les blogues de cyberpresse. Beaucoup de gens de l’extérieur de Montréal nous perçoivent ainsi. Parmi les policiers de la ville de Montréal en provenance de Blainville, Varennes ou St-Sauveur (pour faire image) pensent pareil et c’est une des raisons qui font qu’ils tirent au lieu de maîtriser les individus qu’ils devraient arrêter. Pour ces policiers ignorants et rustres, la vie d’un Montréalais vaut moins que celle d’un Blainvillois ou d’un Varennois.

      Les Montréalais, nous sommes à même de le constater régulièrement que beaucoup de gens –autres que les seuls policiers– qui viennent travailler chez nous nous sous-estiment. Un exemple? J’habite un triplex très ancien qui a beaucoup de style avec ses boiseries, vitraux, etc. Quand j’ai acheté, le gars de Bell qui est venu installer une boîte en métal (?) l’a clouée en haut de la porte, dans la belle boiserie !!! J’ai rappelé Bell et j’ai demandé si ses hommes feraient la même chose dans une belle boiserie d’une maison de Rosemère ou de Saint-Sauveur.

      Poser la question c’est y répondre.

      C’est depuis ce jour que j’ai compris que, pour des ignorants, il n’y a rien de beau à Montréal. Inutile de dire que Bell a renvoyé quelqu’un pour refaire “de la belle ouvrage”…

      Bonne année quand même.

      Y Labonté

    • Ça y est, c’est tout médité:

      En 2012, je quitte la banlieu pour m’installer à Montréal, question de changer d’île. Enfin, dès que la qualité de mon anglais me le permettra.

      Salutations

      Jacques Bisson, Laval

    • @ jacques_bisson

      Vous n’avez pas besoin de parfaire votre anglais pour vivre à Montréal. Je parle français 99,9% du temps et je me promène souvent dans l’Ouest de Montréal en plus. La plupart de mes amis ne sont pas nés francophones mais je parle tellement peu souvent l’anglais que je suis en train de le perdre. Juré sur la tête de mes enfants.

      Qui croire alors, direz-vous? Vous savez, il y a des gens qui ont politiquement intérêt à propager l’idée que Montréal est devenue anglophone. Probablement que dans certains milieux de travail l’anglicisation refait surface, ça, je crois bien que oui et il faudra redonner un coup de barre sinon, tous les gens de 55-50 ans et moins peuvent parler français –souvent excellent en plus– à Montréal.

      Y Labonté

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité